[Bijouterie] Chez Morkhat

Aller en bas 
Krage
Contrebandier
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain Batard Gondorien/Umbar
- -: Cinquantaine
- -:

Ven 1 Déc 2006 - 21:48

Bijoux disponibles :

Gemmes :
Like a Star @ heaven japse de taille médiane et de gracieuse qualité : 550 £
Like a Star @ heaven hématite de taille Microscopique et de plaisante qualité : 405 £
Like a Star @ heaven carnélian de taille petite et Horrible qualité : 120 £ .
Like a Star @ heaven alexandrite de taille grosse et d'abominable qualité : 100 £
Like a Star @ heaven grenat de taille moyenne et d'épouvantable qualité : 170 £
Like a Star @ heaven spinelle de taille Microscopique et de gracieuse qualité : 250 £
Like a Star @ heaven agate oeil de tigre de taille Lilliputiene et de minable qualité : 125 £
Like a Star @ heaven topaze d'orient de taille Microscopique et d'exquise qualité : 350 £
Like a Star @ heaven agate oeil de tigre de taille colossal et de moyenne qualité : 190 £
Like a Star @ heaven rhodochrosite de taille grosse et Horrible qualité : 25 £
Like a Star @ heaven carnélian de taille intermédiaire et de bonne qualité : 160 £
Like a Star @ heaven rhodochrosite de taille minuscule et de moyenne qualité : 20 £

Bagues :
Like a Star @ heaven Bague en or : 200 £
Like a Star @ heaven Alliance en or blanc : 225 £
Like a Star @ heaven Anneau gravé en argent : 200 £

------------------------------


Il y avait un sacré embouteillage. Tous les porteurs étaient amassés devant le bijoutier qui refusait visiblement de laisser n’importe qui entrer. Il gesticulait dans tout les sens, se chamaillant avec le capitaine.
Je me retournai et fis un clin d’œil à mes gardes du corps, l’air de dire qu’ils allaient peu être avoir leur lot de divertissement eux aussi.

Je m’approchai du duo, pénard, une main à mon ceinturon. Je saluai le bijoutier d’un mouvement de mon chapeau en feutre. Il bouillonnait, une vraie marmite sous pression. D’ailleurs, son crâne chauve lui donnait vraiment cette allure là. Quel cliché.
Je pris mon ton le plus calme et m’inséra dans la situation tel un curieux visiteur.

- Quelque chose ne va pas mon vieux ? Tu en fais une mine. J’espère que mon ami le capitaine n’as pas essayé de te revendre sa misérable couronne rouillée à toi aussi…

- Krage ! Je ne supporte plus que tu te serves de mon établissement comme d’une banque où tu refourgues tout ton matériel ! Ma cave est pleine de ta camelote, parfois veille de plus d’un an ! Cela dépasse les bornes, je ne peu pas stocker tout tes vases, je n’ai rien pour les dissimulés !

Je lui souris d’un air confiant, attendrisseur. Dans mon dos, je fis un petit signe aux mercenaires de se rapprocher. Leur présence allait peu être servir après tout.

- Les temps sont durs, je sais… Pour tout le monde, ça aussi tu le sais… C’est la guerre au Harad, les autorités auront mieux à faire que de fouiner par chez nous, ne crois tu pas ? Rien ne t’empêche de garder mes vases au rez-de-chaussée.

J’insistai bien sur son manque de possibilités. Il comprenait où je voulais en venir, il n’était pas bête, loin de là. C’est parce qu’il était talentueux que je lui versai autant d’argent pour qu’il s’occupe de ma marchandise.
Je me rapprochai de lui, tandis ma main. Mon pouce supportait une pièce noire dans le creux de ma main. Vu son état, il fallait bien l’aider un peu à prendre des décisions…

- Et je compte sur ton habituelle discrétion.
D’ailleurs, maintenant que j’y pense, que dirais tu d’une agate ou deux, marbré et d’une taille colossale… Il va sans dire que leur sculptage est exquis.


Comme je le disais, il fallait bien l’aider à se décider. Au moins, qu’il pense à autre chose.

- Des agates marbrées ? Cela fait une éternité que je n’en avais plus revue ! Tu as de ça, ici ?

- Peu être bien. Pour combien es tu près à payer ?

Sa propre avarice l’avait empêché de renifler le fait qu’il les avait juste sous le nez. Quelle ironie, il allait tirer une distrayante mine quand les hommes iraient les piochés dans leurs vases.
Il secoua vivement ma main, prit la pièce dans le mouvement et m’invita à entrer, abandonnant tout le monde dehors. Une fois débarassé d'oreilles indiscrètes, il me pressa de reprendre le sujet :

- … Combiens en as-tu ? Je les prends toutes !

Il avait une idée derrière la tête, il devait avoir une combine à ce propos. Je décidai de tenter de lui tirer les verres du nez. Si déjà…

- Je te l’ai déjà dit, une agate ou deux… Elles sont vraiment énormes, de belles pièces. Je pourrai en avoir d’autre mais il y a vraiment beaucoup de problèmes au Harad tu sais… Je ne sais pas si c’est bien sûr de miser sur les gemmes en ce moment…

L’homme hésita un instant, il allait craquer. Chose qu’il fit, il était vraiment trop enthousiaste. Peu être me prenait il vraiment pour un ami ?

- Oui mais la guerre apporte aussi son lot de surprises, d’oublis… Personne ne ce souciera de trésors de guerre perdus, pas avant des dizaines d’années ! Et les pièces pourraient être revendues bien assez tôt !

- Je peu t’en procurer trois.

- Krage, Krage… KRAGE ! C’est inutile d’attendre aussi longtemps, écoute moi ! Il m’empoigna les deux bras.
Les agates marbrés sont des pièces rares du sud, elles ne disparaissent jamais de leur région. Ce sera comme une épée de Damoclès mon ami ! Si ‘ils’ te retrouvent, tu seras cuit !

- Alors, je les garderais tous en sécurité, chez moi. Personne ne saura jamais qu’elles existeront… Sauf…

- Non attend ! Je saurais m’en occuper ! ‘Ils’ n’aiment pas les cherchés, ils préfèrent encore que l’on leur rende, c’est pour eux un gain de temps considérable, ils payent ce don une fortune !

- Et bien sur, tu ne me diras pas qui ils sont j’imagine… J’en ai six.

Sur le coup, je croyais que ses yeux allaient s’échapper et roulés à mes pieds. Il semblait incroyablement heureux. C’était définitivement un bon pari, je venais de doubler la mise en gardant deux en réserve, le temps que j’enquête à ce sujet et découvre cette part secrète du marché, afin d’en devenir moi-même un fournisseur, ou au minimum revendre les deux qu’il me resterait.

- Je t’en donne 800 pièces d’or par agate ainsi qu’une bourse de quinze pièces noires.

- Quinze pièces noires ? Tu en caches des choses… Huit cent par agate… C’est bien peu, je pourrais les revendre autant sur le marché local. Soit tu sous-estimes la valeur de l’argent, soit tu me prends pour un sot. Il y a trois hommes dehors pour te déconseiller de prendre la seconde option.

-… Très bien, 925 pièces d’or.

- 1200.

- Que… Quoi ?!

- 1200 pièces d’or par agate et je te débarrasse ta cave de tout mon bordel.

- Assez, ne m’insulte pas ! Je t’en donne 1000 par agate et pas un rond de plus !

Je sentais qu’il était sur le point de m’appeler ‘voleur’. Mon flaire me disait que sa combine lui rapporterait beaucoup plus que cela, il gardait bien pour lui ses petits secrets mais venait de m’inviter à fouiner dans ses affaires. Je n’allais pas me priver de le faire pister pour le reste de la semaine après ça…

- C’est d’accord. Mais alors, tu me laisses entreposer mes vases de blé dans ta demeure, je t’exclus de la charge totale… Pour te remercier de notre petite affaire.

Il hocha la tête, une grimace de mécontentement déformant son visage. C’était si doux de savoir qu’il n’avait aucune conscience que j’étais en train d’écarter les agates même qu’il convoitait tant.

- Je vais dire à mes hommes de décharger leur transport ici. Je reviendrai plus tard avec tes agates, fait en sorte de n’avoir aucun client.

Je sortais, laissant le bijoutier ruminer sur la situation.
Les mercenaires me foudroyèrent de leur regard, bien qu’ils sachent qu’ils n’avaient aucun droit de savoir les détails de mes affaires.
Je m’avançai vers le capitaine et lui donna l’ordre de faire entrer toute la marchandise, sauf les agates que j’allais emporter ailleurs, ‘histoire de’…

Nous nous séparions donc d’une partie des hommes, ne gardant que quelques porteurs pour les vases comportant les agates. Je voyais derrière moi le bijoutier qui, déjà impatient que je revienne, me regardait partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeuderoles.forumactif.com/t1445-krage-n-est-pas-votre-ami
Krage
Contrebandier
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain Batard Gondorien/Umbar
- -: Cinquantaine
- -:

Sam 9 Déc 2006 - 23:36
Toctoc.

Bon sang, il en mettait du temps à ouvrir. Je levais mon poing pour frapper à nouveau. La porte s’ouvrit et je manquai peu d’assommer Morkhat.

- Dit donc, tu en as pris du temps à répondre ! Que fiches-tu là dedans ?

- Occupe-toi de tes affaires Krage !

J’haussais un sourcil. Voilà une inhabituelle manière à lui de me répondre.

- Hep, si tu ne veux pas tes gemmes, faillais le dire avant… Aller, salut !

- Non ! Attend Krage !

… Toujours aussi prévisible. Et maintenant il allait s’excuser comme un misérable valet…

- Excuse moi Krage… Mais le travail, les clients… J’ai beaucoup de pression en ce moment avec cette guerre pour couronner le tout…

- A qui le dis tu, on finit tous par en être concerner.

Je souriais, dieu que cela m’amusait d’être honnête aux moments ou l’on s’attend de moi que je débite une bêtise insignifiante.
Il me rendit un drôle de regard. Il était vraiment sous tension, quelque chose clochait chez lui… Trop de choses clochait en ce moment, il fallait vraiment qu’un pisteur soit sur ses talons… Peu être l’était il en ce moment même ? Je n’allais pas me risquer à regarder autour de moi dans cette quête maintenant…

- Tu as les agates ?

- Bien au chaud dans ce sac.

Je tapotai le sac en question qui était sur mon épaule. Je prenais volontairement un air pénard, comme si celles-ci n’avait aucune valeur... Juste histoire d’énervé encore le vieux papy.

- Hum, tu devrais être plus discret avec ses choses là ! Elles sont très précieuses ! Rentre, je vais aller chercher de quoi te payer.

- D’accord.

Je fis signe aux mercenaires de m’accompagner à l’intérieur et nous entrèrent en même temps, empêchant le vieux bijoutier à contester ce choix. Nous étions dedans, il n’allait plus pouvoir nous virer… Il fila à l’étage, râlant à voix basse. Tu parles d’un mauvais caractère, pire que le mien.

J’observai la pièce en attendant. Ca puait la luxure. Il en faisait de l’argent ce fichu bijoutier…

Il trainait, encore. Tenait-il vraiment à m’ennuyer ? J’entendis de drôles de bruit à l’étage. Que pouvait-il bien foutre là haut ? Je me tournais vers mes mercenaires, eux aussi avaient entendu le bruit, leur regard convergeant vers le haut de l’escalier, les sourcils froncés. Je n’avais donc pas rêvé…

L’instant d’après, c’est un Morkhat qui manquait de perdre son équilibre qui descendit en trombe les escaliers.
Il stressait, c’était évident. Je suspectais même qu’il eut nettoyé de la sueur de son front, encore légèrement humide. Il me tendit une grosse bourse qui tintait le doux son de l’argent en masse.

- Voilà tes 6000 pièces ainsi que les 15 pièces noires…

- Parfait, parfait. Voilà tes gemmes. Tu veux une serviette avec ça ?

- Hein ?

Il ne releva pas à quel point son stress était évident. Même les mercenaires laissèrent échapper un petit rire derrière moi.
Il était tellement pathétique que je ne voulais même plus savoir pourquoi il était dans cet état là.

- Ravi d’avoir effectué cette transaction avec vous, monsieur le bijoutier.

- Euheum, oui, moi aussi Krage…

Je lui fis un clin d’œil en coin, lui rappelant que notre relation ne s’achevait pas là.
Il fallait garder ses contacts dans le bain après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeuderoles.forumactif.com/t1445-krage-n-est-pas-votre-ami
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» divers réalisations de elessar bijouterie.
» Retour chez soi (suite de moment de détente) [PV : Calypso]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Terres du Sud :: Les Havres d'Umbar-
Sauter vers: