[???] Quelque part

Aller en bas 
Nimrod Ben Elros
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 985
Age : 30
Localisation : Inconnue
Rôle : Exile

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain (Numénorien noir)
- -: 31
- -:

Dim 7 Jan 2007 - 13:28
Denethor se rappelait vaguement d'avoir suivi l'un des mercenaires qui l'avait jeté dans ce trou, il ne savait pas où il était. Quelque part sous les docks. Son contact arrivait le lendemain, une nuit dans cet enfer, celà lui paraissait trop, la main, l'auberge miteuse, maintenant le cachot à 5 mètre d'une salle de torture. Il ignorait bien sûr qu'unmessager de son père était en route avec ordre immédiat de rentrer. ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krage
Contrebandier
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain Batard Gondorien/Umbar
- -: Cinquantaine
- -:

Mer 10 Jan 2007 - 23:00
Arrêt. Blabla. Froissement de cuir. Blabla. Rires. A nouveau du mouvement.

J’imaginais là qu’on était dans l’enceinte de la confrérie. Je n’avais pas compris grand-chose à la discussion, la couverture était sacrément épaisse !
Le trajet fut sans encombres, du moins, moi je n’avais rien réalisé, planquer dans mon coin d’ombre avec notre corsaire prisonnier.

Nouvel arrêt, nouveaux blabla. Cela se répéta plusieurs fois. Bon sang, c’était tellement dur de décharger du vin ? Ses mécréants devaient se battre pour pouvoir avoir un tonneau pour eux surement ! Je n’avais pas l’impression d’avancer avec tous ses imprévus et l’odeur de ma sueur commençait vraiment à me monter à la tête. C’est qu’il faisait chaud là-dessous…

Arrête. Froissements. Rayons de lumière. Soulagement !

Ah, enfin nous y voici !
Le maigrichon fut le premier à m’accueillir. Je tirai le corsaire et lui laissa à sa charge pour le transporter. Je sautais alors hors de la charrette pour découvrir l’endroit dans lequel nous avions fait halte : une immense pièce don le plafond semblait m’échapper, aux manières d’une cathédrale (du moins, c’était ce qu’avais dit Louis, je n’avais pas la moindre idée de ce don il parlait…). Tout était sombre et autour de nous était disposer de nombreuses caisses et coffres. Cela me rappelait étrangement mon propre local.

- Que fait-on maintenant ?

- Pchut ! Je t’avais dit de te taire… Suit-nous.
Maigrichon, tu nous amènes chez ton très cher confrère ?


Il acquiesça avant de s’élancer l’instant d’après, visiblement presser. Je ne connaissais rien de l’endroit mais lui semblait tout connaître par cœur. Nous engagions des couloirs obscurs, des portes dissimulés… L’entreprise durant une éternité ! (du moins, me semblait-il) Cet endroit était une réelle forteresse… La confrérie du commerce dissimilait bien son jeu, ses vils rats devaient avoir des accès à toutes les galeries !

Alors que nous ouvrions une nouvelle porte dissimulée dans le mur, nous firent subitement face à l’autre mercenaire que j’appelais le Basané. Je faillis sursauter à la surprise de cette apparition, j’avais l’impression que nous avions encore un sacré bout de chemin à faire, le Maigrichon n’avait jamais ralentit pour signifier qu’on s’approchait de la destination…

- Quesque vous faites là ? Qui c’est le type là ?!

- Salut mon grand, ravi de te revoir ! Voici le nouveau prisonnier.

Je lui fis un grand sourire qui n’arriva pas à l’amadouer. Fallait dire que le type était tellement ballonné qu’il était difficile d’imaginer qu’il y avait une quelconque farce là dedans. Je lui expliquai alors tout ce qui c’était passer. L’on se rapprocha de la cellule pour que le Prince puisse entendre une partie de la conversation.

- Voilà où nous en sommes. Je pensais abandonner le type ici, échanger ses habits et lui couper la même main que notre émissaire et la langue aussi par la même occasion histoire de faire bien… Après tout, tu es sensé l’avoir torturé.
Ensuite, sortir de se trou avec éventuellement un déguisement si vous savez vous y collez ? On s’enva, on cherche le butin et on se casse d’ici…
Je sais que c’est risqué, mais je pense que ses crétins bluffaient. Que cela soit le cas ou non, faudra faire de notre mieux pour remplir les objectifs…
Toi l’vassal du Sultan… Ou son fils, qu’importe. Dit moi vite où tu as ordonné d’envoyer ma récompense ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeuderoles.forumactif.com/t1445-krage-n-est-pas-votre-ami
Nimrod Ben Elros
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 985
Age : 30
Localisation : Inconnue
Rôle : Exile

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain (Numénorien noir)
- -: 31
- -:

Jeu 11 Jan 2007 - 11:55
Denethor ne comprenait plus rien... Il croyait mourir, et on lui parlait des convois..
Si vous m'emmenez il y aura plus. Le convoi est attendu à l'oasis d'al Massar demain matin. Que se passe t'il? Que faites-vous à ce corsaire? Qu'avez vous fait?
Le basané venait de lui trancher la main à la hache. L'autre hural si fort qu'on l'entendit malgré le baillon. Pas rassuré, Denethor poursuivit.

Le Sultan aura besoin d'homme comme vous si nous vivons jusqu'à demain, emmenez moi à l'oasis, et je vous fait son fournisseur . abandonnez-moi et..
Il retînt sa belle phrase devant la grimace du petit. Non, il tenait à sa deuxième main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krage
Contrebandier
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain Batard Gondorien/Umbar
- -: Cinquantaine
- -:

Jeu 11 Jan 2007 - 14:42
- Hors de question d’aller plus loin avec vous, le contrat c’est le contrat. On vous embarquera histoire d’avoir une assurance, vous serez notre otage sultanesque au cas où vous essayeriez une entourloupe ! Après avoir récupéré ce qui nous est dut, on ferra notre dernier adieu...

Le petit souriait malgré son évidente douleur. Une expression perverse. Croyait-il encore être en position pour dicter la situation ? Je lui laissais encore le loisir de pouvoir entendre et écrire. Voir sa sale face m’agaçait de plus en plus.

- Essaye de lui percer les bourses d’un p’tit coup d’pied bien placé avant qu’on parte, l’Maigrichon. Juste histoire que ce petit ruffian meurt lentement en sachant qu’il ne fallait pas jouer au con avec Krage.

L’expression du corsaire s’altéra radicalement. Il n’avait pas peur, mais comprenait bien qu’il avait trouvé un égale dans la perversité. Son urine allait se mélanger avec son sang et au bout de plusieurs heures, il finirait mort dans sa cellule. Oublié et confondu pour autrui. Du moins, juste assez pour que je finisse mon affaire et disparaisse de la région !

Je fis signe au basané de sortir le Prince et d’y fourguer notre prisonnier. Nous déballions quelques ressources alimentaires et fîmes un petit repas avant de mettre en ordre le reste de nos affaires et s’apprêter à quitter les lieux.
Il y avait en effet de nombreux accès aux galeries souterraines et aux égouts, nous allions en profiter pour sortir du Havre et se rendre au lieu dit.

L’heure était venu au départ, j’ouvris la cellule et observa le petit être recroquevillé dans l’ombre. J’étais trop pressé pour avoir pitié de lui. Je fis signe au Maigrichon de s’approcher, il avait déjà sa dague tirée.

- Tranche lui la langue et perce lui les bourses qu’on en parle plus.
Une dernière chose à dire, racaille ?


J’observais la scène alors que le mercenaire s’accroupissait devant lui pour enlever son bâillon et s’occuper de sa sinistre tâche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeuderoles.forumactif.com/t1445-krage-n-est-pas-votre-ami
Nimrod Ben Elros
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 985
Age : 30
Localisation : Inconnue
Rôle : Exile

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain (Numénorien noir)
- -: 31
- -:

Jeu 11 Jan 2007 - 16:46
*Ils vous retrouveront. Ils vous retrouveront.* Non, il ne tremblait pas, ou plus, il pissait le sang, à quoi bon pleurer. Il regarda le mercenaire lui cracha au visage.
Al Massar, c'est une caserne. L'oasis est rempli de soldat. Mais sa majesté a de la chance, les corsaires n'aiment pas les sables. Puissiez vous pourrir en enfer. Votre majesté, salutations corsaires à votre soeur.
Il ne restait qu'une main à Denethor, et bien que retenu pa rle second mercenaire, il s'arracha et il se jeta comme un forcené sur le corsaire. Il lui démonta le visage. Quand il s'arrêta, le visage de l'autre ressemblait à une purée de cerise. Il se tourna vers le basané.
Là ils le prendront pour moi pendant longtemps.Quel chien puant, oubliez ce que vous venez d'entendre, il n'a rien dit.
Il se dirigea vers son gardien sans protester, autant éviter les complications. Le basané le regarda passer avec une grimace de dégout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krage
Contrebandier
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 31

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain Batard Gondorien/Umbar
- -: Cinquantaine
- -:

Jeu 11 Jan 2007 - 20:23
Je fixais le Prince d’un regard pesant tandis que je me léchais la lèvre inférieure, un peu à la manière d’un félin qui est déjà appâté par l’occasion d’un bon repas. Par mon insistance, j’espérais qu’il comprenne que, sans avoir à le dire par les mots, j’allais l’avoir à l’œil. Fournisseur ou non. J'aime pas les barges.

Je me tournais ensuite vers mes deux gars pour avoir leur avis. Le Basané semblait toujours aussi contrarié de la tournure de situation et ne se retenait pas de le faire clairement apparaître par une vilaine grimace qui déformait son expression faciale constamment. Je le comprenais.
Le Maigrichon me rendit mon regard, un sourire en plus. Cela voulait en dire long mais je n’avais aucune idée où il voulait en venir. Je ne le comprenais pas.

- Bon, faut que je réfléchisse un peu avant qu’on parte, une rude épreuve nous attend.

Discrètement, je pris le bras du Maigrichon et le tira à l’écart. Là, j’entamai une discussion à voix basse avec lui. Il avait une idée derrière la tête ou savait quelque chose me qu’y échappait. J’aimais tout savoir, il le fallait…

- Qu’y a-t-il ? Dit moi tout. Fis-je avec une pesante insistance.

- Aux dernières nouvelles, les choses vont plutôt mal pour le Sultan. Militairement en tout cas. Les casernes peuvent être soit pleines soit prisent par l’ennemi.

Les ennemis qui étaient bien sur nos propres ennemis par la même occasion… Stupides corsaires. Je voyais à peu près où il voulait en venir.

- Et cet endroit, Al Massar. Tu connais ?

- De nom.

-… Tu crois qu’il pourrait nous jouer un tour ? Son dernier acte était peu être un peu trop impulsif… Mais sans connaître le Harad mieux que cela, je ne pourrais pas correctement l’évaluer pour deviner s’il ment… Si tu remarques quelque chose qui m’échappe, prend moi à part et informe moi. Pas de surprises. D’ennemis ou d’amis.

Il hocha la tête silencieusement. J’en frissonnai. La situation m’échappait de plus en plus, vivement qu’on sorte de cet endroit et que je puisse me relocaliser avec mon butin… S’il existait ! Ce petit batard allait le payer s’il osait lui aussi me sous-estimer. Personne ne se met en travers du chemin à Krage. Personne !

- Prenez vos affaires, on y va.


HRP// Meakil, je t’invite à choisir le prochain lieu de roleplay. Encore en ville ou non… Étonne-moi encore une fois. //HRP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeuderoles.forumactif.com/t1445-krage-n-est-pas-votre-ami
Silence
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 1209
Age : 31

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 42 ans
- -:

Ven 7 Sep 2007 - 17:33
Venin, la seule elfe noire des Griffes... Dumoins, jusqu'à que Morgoth ou le désormais nommé "Dédain" ne soit recruter.

Elle fit une halte dans sa marche nocturne. Seule à cette heure, ce n'était pas un bon plan pour un étranger. Mais l'était elle vraiment ? Pour y avoir veçu la plus grande partie de sa vie ? Bien sur que non... Mais les évènements recents semblaient l'excluer de tout. Mais la nuit restait fidèle, toujours présente et aimante telle une mère qui recouvre son enfant d'une couverture... Un voile de ténèbre, c'était tout se qui lui suffisait.

Observant les docks en contrebas, elle se laissa transporter par les rêves, prise dans le rythme répétitifs des vagues. Elle remonta en arrière dans le temps, se rappelant pourquoi elle était là, tout ce qu'elle y avait fait... Lentement, elle avait changer ses priorités, attirée par les libertés offertes par l'endroit. Elle était seule dans sa mission, bien qu'elle devait régulièrement informer ses camarades au Gondor... Elle devenait nostalegique, peut être les manquaient elle ? Venin, la perfide ?

Quelques bruits lointains furent captés par son fin ouïe. Elle sortit de sa rêverie et reprit immédiatement conscience de son environnement.
Malgré la grosse tendance à la roublardise, Venin était d'un niveau clairement supérieur aux vauriens d'Umbar... Elle en avait éduqué un paquet d'ici d'ailleurs.

Cependant, l'attente était longue, les informations pauvres... Des mois qu'elle trainait ici et toujours si peu de nouvelles sur leur capitaine disparu... Enfin, c'était vite dit. On lui avait prévenu du passage de Silence à Minas Tirith, mais le mystère sur son passé n'était toujours pas éclairer. Douleur en savait plus que les autres et en avait confier à Venin, mais cela restait pauvre sur l'équation...

Combien de temps allait elle encore devoir rester ici ? Elle se lasserait au bout d'un moment, comme par le passé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nimrod Ben Elros
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 985
Age : 30
Localisation : Inconnue
Rôle : Exile

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain (Numénorien noir)
- -: 31
- -:

Ven 25 Jan 2008 - 11:39
Les rumeurs allaient bon train, on disait que les Corsaires renégats étaient rentrés... On disait que les bleus avaient appelés des renforts pour les contrer... Mais on ne savait pas si ils arriveraient à temps, 6 jours de désert cela signifiait une semaine de trajet pour arriver en forme... Plus persistant par contre était la rumeur selon laquelle Le Mort, le vrai avait été retrouvé avec quelques uns de ses hommes en train de pourrir sur les berges de l'Harnen...On avait trouvé son masque à lui, le vrai masque... Mais la flotte en mer ne devait pas le savoir, puis , le faux Mort avait défié les corsaires des Bleus, le vrai lui il payait tribut... Résultat on conclut dans les murs que mieux valait un faux Mort rebelle et vivant qu'un vrai Mort mort et soumis. Aussi beaucoup d'indécis décidèrent de laisser les Catapultes et les balistes du port encordées le jour de l'assaut à l'aube, aussi les Bleus sauraient de quel coté tenait la population....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si jamais vous avez une centaine de secondes qui traine quelque part . ^^'
» Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total.
» « Je ne vous aurais pas déjà vu quelque part ? » [Taylor]
» en retard, en retard. j'ai rendez-vous quelque part ! (jin kyung)
» Etre né quelque part c'est toujours un hasard...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Terres du Sud :: Les Havres d'Umbar-
Sauter vers: