L'attaque orque

Aller en bas 
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Ven 15 Juin 2007 - 22:51
A présent cela allait commencer. La marée Noire serait bien tôt à portée de flèches. Tous les hommes, debouts sur le remparts, se préparaient à lâcher leurs traits sur l'ennemi. La tension devenait palpable. La victoire était-elle possible? Il fallait y croire. La gorge nouée, les muscles tendus, chaque défenseur était prêt à mourir pour sauver leur pays et leurs familles.
Celles-ci, cachées dans les Cavernes Cintillantes, ne parlaient que peu. Les vieilards se demandaient s'ils allaient revoir leur fils, les femmes leur mari et les enfants leur père. Des sanglots s'élevaient par moments et étaient repercutés par les paroies de roche. Des regards fuyants étaient échangés entre proches. Chacun ici se remémorait la séparation qui avait eu lieu. Les soldats savaient que peu d'entre eux, voir aucun, ne serait vivant le lendemain. Mais il fallait se battre. Personne ne s'était défilé. Tous tenaient d'une main ferme leur javelot, leur arc ou leur hache.
De l'autre côté des murailles, des cris sinistres se faisaient entendre. Des cris puissants, parfois terrifiants, mais tout le temps emplis de sens. Les orques seraient sans pitié. Il voulaient du sang. De la souffrance. Il avançaient, déterminés. Puis tout à coup ils s'arrêtèrent. Un silence écrasant s'installa et dura. Des grincements retentirent, et des catapultes s'approchèrent. Elles furent armées. Les créatures n'attendaient plus qu'un ordre pour envoyer les boulets sur le Fort. Et finlament... :

FEU!

C'était un Rohirrim qui venait de parler. Plusieurs centaines de flèches volèrent vers le orques dont les premiers rangs s'écroulèrent. Mais ceux-ci ripostèrent aussitôt en faisant s'envolers le rocs. Les archers orques durent s'approcher pour tirer à leur tour, et si bon nombre tombèrent sous les flèches humaines, les leurs n'en furent pas moins meurtrières.

Ca commençait.

//Ne vous inquiétez pas pour le feu, je vais arranger ça. //


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Lun 18 Juin 2007 - 21:13
La marée noire continuait son avancée vers les murs de Fort le Cor, implacable. Les flèches avaient beau jaillir de tout côté et les orques tomber par dixaines, rien ne les arrêtait. S'ils parvenaient à passer les remparts, la chance de victoire n'en serait que réduite presque à néant.

La stratégie élaborée quelque heures auparavant devait se mettre en place. Un ordre fusa soudain, puissant, s'élevant au-dessus du vacarme de la bataille :

Au bastion! Quittez les remparts!

Faignant la surprise, tous les archers rohirrims quittèrent leurs positions et dévalèrent à toute vitesse les escaliers. Mais conscients du rôle qu'ils devaient jouer, il s'arrêtèrent en bas des marches et se disposèrent en plusieurs longues lignes, prêts à tirer à la volée.

Les orques quant à eux, ne saisirent pas le sens caché de cette maneuvre. Bien qu'ils marquèrent quelques secondes d'hésitation devant la couardise des défenseurs qu'ils avaient connus plus courageux, il continuèrent leur avancée, comptant profiter au maximum de leur avantage. Ils empoignèrent leurs échelles qu'ills callèrent contre les parois des murs et commencèrent leur asencion.

Au même moment, sur une tour du bastion, le capitaine Linding se tournait avec gravité vers le mage Bargonno :

C'est de vous à présent que dépend la survie de cette forteresse. Faites-vite!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Unirann
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 427
Age : 26
Rôle : Moi même est c'est déjà pas mal

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: entre 25 et 35 ans (qui dit mieux?)
- -:

Lun 18 Juin 2007 - 21:45
L'attente a été longue, et languasse insoutenable. Cette guerre allait sans aucun doute le rendre beaucoup plus fort et l'apprenti allait peut-être être reconnu pour un mage. Le capitaine venait de lui donner l'ordre de mettre le plan à execution. Une peur l'envayit, Bargonno avait trés rarement peur, mais il tenait dans sa main la vie de plusieurs centaines de personnes.
*Concentre toi Bardonno tu vas y arriver il suffit juste que tu te concentres assez, souvient toi du pouvoir que t'avais degajé en compagni de Mithrandir, essaye de l'égaler.*
En un instant toute cette chose noir et visquese se mit à brûler, Bargonno avait réussit.

hrp dsl pour les fautes, si il y en a, je suis trés fatigué
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Mar 19 Juin 2007 - 19:26
Tout d’abord une sorte de vertige. Les orques, en équilibre sur leurs frêles échelles, se regardèrent en plissant leur yeux mauvais. Mais malgré leur couardise reconnu, ce n’était pas cela qui allait les stopper. Il en fallait plus. Après avoir poussé quelque sifflements perçants, ils reprirent leur ascension. Et puis cela arriva.

L’Enfer. Ce fut le premier mot qui leur vint à l’esprit pour décrire ce qu’ils vécurent. Des flammes prodigieusement grandes apparurent et les cernèrent. La chaleur les enveloppa. Le rouge les entoura. La mort s’approcha. Les yeux exorbités, les orques ne virent qu’une intervention des Valars dans ce brasier infernale. Les dieux eux-même étaient intervenus par l’intermédiaire de ce feu. Les flammes qui léchaient leur peau était leur colère.

Voilà ce que pensèrent tous les attaquants pendant les quelques secondes durant lesquelles ils furent dévorés par les flammes. Il auraient du se méfier, pourtant. Cette matière visqueuse et collante qui s’étaient accrochée à leurs mains et à leurs vêtements souillés tandis qu’ils cherchait une accroche lors de passages difficiles. Mais ils n’y avait prêté aucune attention, trop sûrs d’eux. Leur ardeur était à présent calmée.

Dans d’autres circonstances, les spectacle aurait pur être beau : les flammes s’élevaient à un vingtaine de mètres au-dessus de murailles et léchait la roche sans jamais l’altérer. Des flammèche s’envolaient parfois et mourraient dans l’air désormais saturé de fumée. Car c’était cette fumée qui rendait ce tableau sinistre. Cette fumée issue des chairs brûlée envahissaient l’azur auparavant bleu. Une odeur acerbe s’en dégageait, fruit des corps calcinés.

Tout à coup, surgissant des volutes noirs qui tourbillonnaient, des centaines de flèches s’élancèrent dans les airs, et après avoir dessiné une élégante parabole, se fichèrent avec des bruits mats dans les orques hésitants. D’autres jaillirent, puis encore d’autres, toutes aussi meurtrières.

Puis, s’élevant au-dessus des crépitements du brasier qui déjà faiblissait et des bruits de la bataille, le Cor retentit, grave, puissant, impressionnant. Les envahisseurs frissonnèrent à l’écoute de ce son. Les Rohirrims, eux, lancèrent des clameurs de défis pour rappeler aux orques que le Fort n’était jamais tombé, et se remémorèrent les exploits du titanesque Helm, grand roi ayant péri lors de la défense de cette place forte.

Ce fut le signal de la fuite. Les défenseurs du bastion épargné par les flammes purent assister à une débandade générale. Les attaquants laissaient derrière eux machines de siège et échelles encore intactes. Leur instinct de survie avait repris le dessus sur leur soif de sang. Il voulaient survivre, et leur salut se trouvait à la sortie du Gouffre.

Mais pas celui qu’ils espéraient. Un grondement sourd se fit entendre et fut rapidement remplacé par le martèlement reconnaissable de chevaux. Sortant de leurs abris, des cavaliers de Rohan s’interposèrent. Ils obstruèrent la sortie, prenant ainsi en tenaille des orque apeurés et désorientés.

Dans le Fort, des cris de joie retentirent. Linding descendit de son promontoire et gagna sa monture. Accompagné d’autres Rohirrims, il allait aider ses frères. Bien que cette aide fut factice, elle serait accomplie avec plaisir par ombre de défenseurs. Nombre de chevaux avaient perdus leurs maîtres. Linding se tourna vers Bargonno toujours sur la tour et lui cria :

Venez ! Votre magie pourrait être utile !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorin
Lieutenant des Gardes de Khazad
Lieutenant des Gardes de Khazad
avatar

Nombre de messages : 130
Age : 25

Dim 24 Juin 2007 - 14:59
Le solide cheval nain de Dorin trottait tranquilement à travers les chemins de montagne, suivant le jeune Rohirim, droit sur son grand cheval qui leur servait de guide, à lui et à son fardeau, Dorin. Celui-ci était à présent remis de la maladie qui l'avait cloué au lit pendant bien longtemps. Son médecin avait songé à l'envoyer à Minas Tirith, dans les maisons de guérison mais finalement son patient s'était rétablit plus rapidement que prévu. L'appel de la guerre avait tiré Dorin hors de Khazad-dum et en compagnie d'une trentaine de garde khazad il avait décidé de partir pour le gouffre de Helm. Ayant appris que les orques arrivait déjà devant la forteresse il avait embauché un guide et avait pris les chemins secrets dans les montagnes pour ensuite passé par aglarond. Une fois arrivé à Fort le cor Dorin se dirigea vers un capitaine.

Maître géant, les nains sont-ils arrivés au fort?

//navré je fait court//
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Dim 24 Juin 2007 - 15:21
Linding, juché sur sa monture qui piaffait d'impatience, regarda un instant Dorin. Il était étonné de voir ce nain seulement maintenant. Comment avait-il fait pour entrer malgré l'armée orque? La stupeur passée, il répondit :

Vos frères ont rejoint le général elfe et s'aprètent à attaquer les Uruk-Haï à l'Est. Mais votre aide ici ne pourra qu'être bénéfique. La robustesse des nains a engendré bien des convoitises, même chez ceux qui n'ont jamais vu personne de votre race! Chevauchez avec nous!


Il partit dans un grand éclat de rire. Ce rire était empli de joie, de confiance et de bien-être. Il réchauffa les coeurs de tous ceux qui étaient encore parcouru d'une once de doute.

La capitaine, un grand sourire aux lèvres, lança sa monture au galop et dévala la chaussée du For, rapidement suivi de ses compagnons. La victoire était à présent à portée de main.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Lun 25 Juin 2007 - 16:09
Les sol tremble. les plus petits cailloux dansent frénétiquement sous les sabots des chevaux. Les orques, eux aussi, tremblent. De peur. Leurs yeux exhorbités par la frayeurs cherchent désespérément une issue à la situation plus que dramatique, mais en vain. ils regardent alternativement devant et derrière eux, ne sachant quelle méthode adopter face à leur destin qu'ils ne peuvent que regarder en face, tétanisés. Les plus braves crient des ordres pour reformer les rangs qui se font peu à peu. Les frêles lances sont pointées en avant, un obstacle infime face à la charge qui s'annonce meurtière. les défenseurs malgré eux forment désormais un cercle serré, et ce ne sont plus des cris de fureur que poussent ces immmondes créatures, mais bien des cris plaintifs.

Le sol tremble de plus en plus, la mort approche. Tout à coup, les cavaliers venant de l'entrée du Gouffre se divisent en deux colonnes de manière à mieux encerler leurs proies. Plus que quelques mètres...

Un ordre retentit au-dessus de tout ce vacarme, et une centaine de flèches jaillit du cercle, stoppant net chevaux et cavaliers du premier rang. Mais la riposte est immédiate : d'autres flèches et des javalots fusent, meurtriers.

Puis, enfin, le choc. Fer contre fer, sabots contre chair. Les orques de devant, dont les lances n'inquiétèrent que peu les Rohirrims, furent écrasés en peu de temps. Mais si l'étau se refermait à présent, les défenseurs se serrèrent les uns contre les autres et formèrent ainsi une masse compacte qui arrêta la violence de la charge. Un violent corps à corps débuta alors.

Linding brandissait son épée et tuait tout ennemi à sa potrée. Il ne semblait pas faiblir. Les orques paraient tanty bien que mal les attaques qui pleuvaient sans cesse, portant de temps à autre des coups presque timides.

Après une grosse heure de combats acharnée, plus aucun orque n'était debout. Les blessés étaient achevés et les morts empilés les uns sur les autres. Un odeur pestilencielle (orthographe?) avait envahi le champ de bataille et tout les Rohirrim portait un foulard devant leurs bouches et leurs nez pour tenter de se protéger. Sans grande réussite.

Finlament, le monticule de cadavres fut enflammé est les lfammes montèrent haut pendant plusieurs heures. Les défunts du Rohan avaient été enterrés avec respect, et une cérémonie avait eu lieu en leur hommage. Les rites mortuaires achevés, Linding partit en compagnie de ses soldats pour Edoras pour combattre les Uruk-Haï. Les quelques défenseurs restés sur place fêtèrent la victoire tard dans la nuit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iorlas
Capitaine des Rangers de Gondor
avatar

Nombre de messages : 367
Age : 26
Localisation : Dans le Grand Nord
Rôle : Un fantôme parmi les ombres...

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Lun 25 Juin 2007 - 17:55
// Erf désolé du retard bug d'internet jusqu'à ce matin Sad //

Le caporal chargeait enfin avec les autres cavaliers qui sortaient du gouffre de Helm. Il suivit le cavalier le plus proche de lui et se retrouva dans la colonne qui encerclait le cercle ennemi par leur droite.

L'assaut final fut meurtrier pour les orcs qui poussaient des cris d'angoisse. Les rohirrims attaquèrent tous en même temps et fondèrent sur l'ennemi. Le cercle serré des orcs rapidement constitué fut aussi rapidement anéanti par l'acier et le fer des armes rohirrims.

Nabz, aprés avoir distribué quelques coups de son épée cassée, perdit cette dernière dans la bataille. Il se retrouva sans arme et fut contraint de se battre avec son bouclier. Il frappa plusieurs orcs appeurés et laissa les autres cavaliers sur son cheval.

Les orcs furent donc tous tués et brulés quelques heures plus tard, alors qu'une odeur immonde se dégageait des corps morts. La victoire était là.
Le caporal des rangers de Minas Tirith mit sa bouche a la hauteur de l'oreille de Gurthal et le félicita, même si il n'était pas sur qu'il comprendrait.


// Encore désolé du retard :/ //
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'attaque orque
» Attaque d'un camp orque
» Attaque Orc
» Porte étendard orque
» Attaque de fourmis folles/jean Erich Riche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Le Rohan :: Le Gouffre de Helm-
Sauter vers: