Une délégation hobbit pour Bree

Aller en bas 
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Mer 3 Oct 2007 - 17:19
Fernan s'était enfermé dans un mutisme sans faille. Il repensait sans cesse aux lettres UCB et à leur signification. Se pouvait-il que l'Union soit tellement déterminée au point de brûler des champs d'herbes à pipe? Si oui, dans quel but? Ceci était vraiment étrange... Fernan sortit de ses pensées et dit à ses compagnons :

"Rappelez-vous, ceci n'est qu'une visite qui n'a aucune intention belliqueuse. Faites en sorte de ne pas paraître impoli, ce serait un manque de respect mais surtout un prétexte pour eux pour agir. Ne me demandez pas pour faire quoi, je n'en sais rien, je ne fais qu'imaginer."


Tandis qu'ils parlait, le groupe traversait le Brandevin. le Shriff perdit son regard dans les eaux tourbillonnantes, puis détourna la tête.

Le lendemain, ils arrivaient à Bree


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Jeu 4 Oct 2007 - 18:44
Fernan, après un instant de réflexion à se frotter sa barbe naissante d'un air songeur, répondit à Ponton :

Le fait est que je ne sais pas trop moi-même ce qui va se passer. Nous allons rencontrer le Maire et lui dire ce qui s'est passé. Ensuite il paraîtra sûrement compatissant et va sans doute nous proposer son aide. C'est ce qui se passera normalement. Mais nous ne parlerons pas tout de suite de ce que nous avons découvert : assayons plutôt d le fair parler en lui posant des questions habituelles et seulement après nous lui parlerons denotre découverte sur l'Union. Après cela, nous improviserons en fonction de sa réaction. Mais je le répète, ne l'informons pas de cette découverte au début. S'il est "mouillé" dans cette affaire, ce que je n'espère pas, peut-être se trahira-t-il?

le Shriff //sans e Wink // se tut et regarda la porte de Bree qui se profilait devant le groupe. Fernan descendit de sa monture et frappa trois coups secs sur le battant de chêne. Il se présenta et on leur ouvrit. les hobbits entrèrent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Ven 5 Oct 2007 - 21:58
La délagation attira quelque peu l'attention des passants. Non pas par le fait que ce soient des Hobbits; en effet après la Guerre de l'Anneau les relations étaient devenues plus étroites entre les Hommes et les Pieds Velus; mais plus par leur apparence digne. Ainsi montés sur des poneys et si bien habillés, ils avaient fière allure. Les cinq délégués passèrent par les rues principales en menant leurs montures au pas. Finalement ils arrivèrent devant la mairie. Dans un ensemble parfait ils mirent pied à terre et quelques instants plus tard trois hommes vinrent prendre les poneys et les menèrent dans une écurie. Les cinq Hobbits montèrent les quelques marches et un portier vint leur ouvrir la porte avec un petit sourire ironique. Ne relevant pas l'affront, Fernan franchit le seuil du bâtiment et leva la tête vers la secrétaire qui se pencha par-dessus son bureau.

"Nous souhaitons avoir un entretien privé avec Monsieur le Maire dans les plus brefs délais. Il s'agit d'un problème de la plus grande urgence."

La secrétaire hocha la tête et après un instant de réflexion elle les invita à entrer dans une salle d'attente.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Sam 6 Oct 2007 - 23:39
Une heure passa, longue est ennuyeuse. Fernan jetait des regards incessants vers la porte en pianotant avec impatience sur son accoudoir. Après encore quelques minutes, le shriff émit un claquement sonore de sa langue et se leva sans prononcer un mot. Il sortit de la pièce en claquant violemment la porte derrière lui. Des éclats de voie se firent entendre puis s'étégnirent.

Fernan ne réapparut qu'une vingtaine de minutes plus tard, accompagné du Maire qui dit :

"Excusez-moi de cette attente. J'avais un courrier urgent à envoyer et je n'ai pu vous acceuillir avant. Mais si vous voulez bien me suivre..."

Les cinq hobbits obtempérèrent sans broncher et suivirent la magistrat dans un escalier, puis dans un bureau. C'était le même bureau dans lequel s'était tenu l'accusation de l'ancien Maire orchestrée par un certain Meocyn, mais évidemment les cinq compagnons n'en savaient rien. La délégation s'assit et vit entrer dans le bureau un homme aux allures sombres. Une longue cape noire volait derrière lui et touchait de temps à autre ses bottes noires reluisantes. Des cheveux bruns et gras tombaient en bataille sur ses épaules. Sans un mot, il se mit à la droite du Maire qui tremblait légèrement. Apparament, il n'avait aucune confiance en lui. Le magistrat dit toutefois d'une voix tremblante :

"Maintenant dites-moi ce qui vous amène à Bree.

-Il y a de celà deux jours
, répondit un des hobbits, une attaque fut menée par des bandits à Hobbitbourg. Ils ont réusii à incendier le moulin ainsi qu'un de nos champs d'herbes à pipe.

-En effet j'ai appris cela par une des mes hommes ce matin même. Vous m'en voyez considérablement navré? Soyez sûrs que je vous aiderai dans la mesure du possible à retrouver ces malfrats.

-Nous vous remercions. Et vous pourriez nous aider immédiatement en nous donnant quelques informations.

-Lesquelles?
interrogea le magistrat.

-Voyez-vous, nous avons retrouvé sur le site du campement des bandits un bout de papier portant une marque qui lierait Bree à ces agissements, et...

-C'est assez!"


La voix de l'homme en noir venait de retentir, puissante, imposante, tranchante. Il continua sur un ton acerbe :

"Vous croyez que nous n'avaon pas compris votre petit jeu? Il y a déjà eu des incidents à Hobbitbourg et dans les autres régions de la Comté, et vous n'êtes jamais venu nous voir pour autant. Pourquoi maintenant alors? Parce que vous nous soupçonnez. Vous dîtes que nous sommes liés à cette affaire? Alors prouvez-le directement sans nous attaquer par derrière pour mettre à votre profit quelques mots qui nous auraient échappés. Nous écoutons."


Le Maire ne régait pas. Il se contenta de regarder avec un semblant de gravité les délégués.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Lun 8 Oct 2007 - 19:45
Un long silence lourd de sens suivit cette déclaration. Cet étrange homme avait vu juste. Fernan, s'éclaircit la voix et répondit calmement sans relver l'offense, comme si rien ne s'était passé :

"Un hobbit qui avait pris en flagrant délit ces bandits a était séquestré pendant quelques heures. Il a entendu une allusion d'un des hommes à qui il semblait trader de revenir au Poney Fringant. Bien sûr, s'empressa d'jouter le shriff en voyant la mine outrée du conseiller, ce n'est pas la seule pièce à convition dont nous disposons. En effet, nous avons pu retrouver un morceau de parchemin sur lequel était inscrit les initiales UCB. Inutile de vous en donner la signification..."

Après un instant de réflexion, le conseiller répondit :

"Vous soupçonnez donc l'Union d'avoir commis ces attentats. On pourrait aisément leur trouver une raison, ils commercialisent l'herbe que vous cultivez mais aimeraient peut-être augmenter leur vente ou je ne sais quoi. Mais sachez qu'en les accusant, vous impliquez d'une manière ou d'une autre le Maire, car l'Union a de plus en plus tendance à se rapprocher du conseil municipal, surtout après la mysterieuse destitution de l'ancien dirigeant et l'arrivée de Monsieur le Maire ici présent. Nous ne supporterons jamais de telles offenses. Quant à cette pseudo preuve, le papier en question à très bien pu être volé. Maintenant partez, et sachez que si vous persistez à nous accuser, nous n'aurions d'autres choix que d'agir."


La voix était cassante et ne supportait aucune contradiction. alors qu'un des Hobbits s'apprêtait à riposter avec colère, Fernan lui fit un geste de la main. le Shriff braqua son regard sur celui de l'homme et lui dit :

"Sachez, monsieur, que nous aussi nous somme prêts à agir. Et nous sous-estimer fut l'erreur de certains Grands Gens, et cette erreur leur fut fatale."

Sans rien ajouter, fernan se leva et sortit de la pièce, suivit de près par ses acolytes. Quelques minutes plus tard, ils étaient dehors. Il ne s'étaient pas le moins du monde attendu à ce que cet entretien soir ainsi écourté.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Unirann
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 427
Age : 26
Rôle : Moi même est c'est déjà pas mal

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: entre 25 et 35 ans (qui dit mieux?)
- -:

Lun 8 Oct 2007 - 20:17
Pendant tout le rendez-vous Ponto se retenez de dire quelque chose en se disant que Fernan était beaucoup mieux placé pour parler au maire. Ce que disait ces humains commençait à l'agacer, mais il continua à se retenir de dire quelque chose. Fernan parla de la séquestration que l'hobbit avait subit, il se rappela de la souffrance qu'il avait eu, ce n'était pas une souffrance physique mais mental, Il avait du regarder toute la scène sans pouvoir agir. Et à la réponse du conseiller Fernan retint un des hobbits, c'était POnto qui voulait répondre à l'homme, ça l'énerva que le conseiller ne voulut rien faire, il voulait lui déballer tout ce qu'il lui avait à dire. Mais à la place il partit avec le shriff et à la sortit de la mairie avant de prendre leurs montures Ponto regarda Fernan et lui dit:

-Pourquoi m'avoir retenu, pourquoi ne pas m'avoir laissé parler?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Lun 8 Oct 2007 - 21:42
Fernan regarda Ponto et lui répondit calmement :

"Imaginons un instant que je vous eus laissé parler : vous auriez alors raconté tout ce que vous aviez vécu qui fut je n'en doute pas très dur. En somme, votre réponse aurait eu le même message que ce que j'ai moi-même dit, mais exprimé de manière différente. L'image que nous avons laisssé derrière nous reste une image posée et notre attitude paraît calme, ce qui est à mon avis mieux que laisser une impression d'impossibilté à se contrôler. Si je vous avais laissé parlé, ce conseiller de malheur aurait alors obtenu exactement ce qu'il voulait. Si cette rencontre a été brève, elle n'en est pas moins concluante. En effet le comportement de cet homme peut laisser penser qu'il était au courant de l'affaire. je vais vous dire quel était son réel sentiment derrière ce masque de froideur : il a peur. Et..."

Le Shriff fut tout à coup coupé par un cri dans la rue qui aussitôt répété. Un groupe de personne s'approchait des hobbits à résent juchés sur leurs poneys tout en les désignant d'un doigt accusateur. Les acclamations d'indignation se multiplièrent et les groupe fut rapidement encerclé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Jeu 11 Oct 2007 - 22:08
les cinq hobbits se tinrent droits sur leurs petits poneys qui les grandissaint à peine. Ainsi, leurs yeux étaient à même hauteur que ceux des villageois. Quand le cercle fut fermé et que tout chance de partir sans s'imposer se fut envolée, un des hommes sortit de la ligne et leva une main rugueuse au-dessus de sa tête aux chevuex de paille. Aussitôt le silence se fit et l'inconnua fronça ses épais sourcils avant de dire :

"Vous nous avez délibérément insulté. Vous nous accusez d'un crime que nous n'avons jamais commis, et de plus sans preuve conséquente. En temps normalnous serions passé outre et nous aurions simplement discuté avec vous pour régler ce malentendu. C'était d'ailleurs notre intention première, mais ce qui a suivit nous en a définitivement dissuadé. Les paroles que vous nous avez adressé sont tellement noires que nous ne répéterons pas ce qui fut dit, et vous voyez exactement de quoi nous voulons parler. Et cela ne restera pas impuni. Il fut un temps ou nous cohabitions, ce temps est fini. Souvez-vous de ce que nous avons dit."

L'homme recula en pplissant un peu plus se yeux, puis tourna le dos à la délégation. Et aussi rapidement qu'il s'était formé, le rassemblement se dispersa, cette fois en silence. Fernan, lui, resta plusieurs minutes immobile sur sa scelle. Lentement il se tourna et le cuir neuf crissa faiblement. Le Shriff regarda tour à tour ses acolytes sans mot dire, ils étaient tous sous l'état de choc. Encore une fois, cela avait été très rapide. Comment trouver un sens à ce qui avait été dit? L'incompréhension se lisait sur chaque visage, c'était tellement absurde.

Fernan se mordit la lèvre et se retourna. D'un coup de talon il fit avancer sa monture vers la sortie de Bree. Les rues auparavant bondées s'étaient vidées et les volets se fermaient au passage des Semi-Hommes qui finalement sortirent de la ville par la porte laissée grand ouverte.

Fernan lança sa monture au trôt tout en repensant à ce qui venait de se passer. En moins d'une heure, une page dans l'histoire de la Comté venait de se tourner. Mais le plus étrange était qu'une des raisons de ce boulversement, la principale, échappait aux acteurs principaux de ce drame.

Le silence pesait toujours.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Ven 12 Oct 2007 - 18:13
La suite du voyage se déroula sans incdent notable. Le premier jour, il se fit dans le silence les rares phrases prononcées se composaient d'au maximum trois mots. Toujours placés en colonne, aucun des Hobbits ne s'était décidé à poser La question que personne n'osait poser. Le soir venu, les groupe s'arrêta à quelques lieues du Brandevin pour camper. Chacun s'activa à la tâche pour préparer le dîner ainsi que le couchages. Une heure plus tard, les cinq délégués étaient aissis en cercle autour d'un petit feu et piochaient avec leur fourchette dans leurs écuelles. Et ce toujours silencieusement, jusqu'à ce qu'un d'eux s'esclama :

"Mais c'est totalement ridicule ridicule! Comment peuvent-ils nous accuser, c'e sont eux les suspects au départ."


La scène avait une part de ridicule : cette phrase déclamée alors que personne ne prononçait un mot et que rien de visible ne s'était produit aurait pu être incompréhensible aux yeux de quiconque n'ayant pas connaissance des événements passés. Après un instant de réflexion, Fernan répondit gravement :

"Vous avez raison. Mais ils ont l'air de savoir de quoi ils parlent. Et ces phrases que nous aurions prononcées et qui seraient gravement insultantes... C'est insensé. Tout ça est confus à mes yeux, reprenons tout dans l'ordre. Des bandits nous attaquent et par deux preuves nous arrivons à déterminer qu'il viennent ou ont un rapport avec Bree, plus particulièrement l'Union des Commerçants de Bree. Nous allons voir le maire et juste avant que nous exposions nos preuves, un conseiller auparavant inexisatnt nous interromp et nous accuse de menteur, puis répète son accusation après que nous ayons présenté nos deux preuves. ensuite, dépité, il nous renvoie et nous menace si nous ne retirons pas nos accusations qui n'en étaient pas vraiment, car nous ne faisions que des supositions. Puis nous sortons et là un civil nous accuse à son tour de diffamation puis de paroles impardonnables et finalement nous menace à son tour. Voilà les faits, maintenant assayons den tirer quelque chose."

Le Shriff se frotta le menton dans un effort de concentration apparamment intense, puis reprit :

"Il semble que Bree en a après nous. Sans aucune raison apparente, ils veulent déclencher un conflit. Mon raisonnement tout à l'heure a peut-être été un peu hâtif, quoi que... Le conseiller a eu une réaction violente, mais de là à ce qu'il soit impliqué dans cette affaire... Il est tout de même presque certain qu'il profite de la faiblesse du Maire pour prendre des initiatives. Son superieur n'a en effet presque rien dit. Cet étrange homme peut donc avoir des idées de grandeur. Serait-il possible qu'il mette à son profit nos suspicions pour ses propres plans? Je ne suis plus sûr de rien... Demain nous partirons de bonne heure, le temps presse. Notre Maire doit prendre des décisions face à ces tristes circonstances."

Et en effet, le lendemain, très tôt le matin, cinq petites silhouettes grimpaient sur leurs poneys et lançaient leurs montures à vive allure.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boites de rangement
» Délégation Fornostienne pour le Tournoi.
» Délégation elfique pour l'enterrement du Roi de Rohan
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Commande pour un archer hobbit :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: La Comté :: Bree-
Sauter vers: