Pourquoi chercher une raison?

Aller en bas 
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Mar 16 Oct 2007 - 21:51
Le froid était au rendez-vous. Les souvenirs des journées encore douces du début de l'autonne restaient encore dans les mémoires, et on les regrettait. Toutefois, la plupart des personnes présentes pensaient à autre chose. Une cinquantaine de mètres séparaient les deux armées. Leurs soldats piétinaient le sol en faisant craquer l'herbe légèrement gelé tout en expirant l'air chaud de leur corps qui formait un petit nuage qui se mêlait à tous les autres avant de se perdre dans le ciel. Il était midi. Mais l'heure importait peu après tout. Personne ne bougeait. Hobbits et Humains se fixaient sans ciller, les premiers avec tristesse et incompréhension, les seconds avec détermination. Les rapports de force n'étaient pas égaux : non seulement les Semi-Hommes étaient moins nombreux que leurs adversaires, ceux-ci profitaient d'une force plus puissante. Malheureusement, les aides si attendues de Hobbits n'étaient pas arrivées.

Puis, sans prévenir, quatre silhouettes se détchèrent des deux masses. Fernan le Shriff et Oldscool le Maire rencontrèrent Le Maire de Bree et son mysterieux conseiller. Tous quatre à pieds, il se rencontrèrent à mi-chemin entre les deux camps. Sans attendre, Odlscool prit la parole :

"Je vous prie de répéter les raisons pour lesquelles vous menez cette attaque qui est à nous yeux injustifiée.

-Ne jouez pas les innocents,
répondit le conseiller. Vous les connaissez parfaitement.

-Il est vrai que j'ai ouï dire que nos soi-disantes accusations étaient pas acceptable, mais qu'en est-il de la deuxième? Libre à vous de ne rien nous dire, mais imaginez un instant que vous gagnez, que penseront les autres peuples s'ils apprennent que vous avez envahi nos terre sans donner de réelle raison?"

Cette phrase, préparée à l'avance eut son effet. le maire de Bree jetta un regard interrogateur à son adjoint qui lui fit un signe approbatif de la tête sans même le regarder. Le magistrat se retourna alors vers son homologue et après s'être éclairci la gorge dit d'une voix qu'il semblait vouloir assurée :

"Lors de la venue de votre délégation, une dixine de citoyens de notre ville ont entendu de la bouche d'un des délégué des termes offensants. Il dénonçait la délinquance de Bree et notre incapacité à nous rendre compte de ce qui nous entourait, ainsi que plusieurs autres phrases dégradantes visant à nous blesser. Outre cela, il vantait votre puissance et prêchait la montée au pouvoir des Hobbits dans un monde meilleur. Il disait que votre peuple était en possession de secrets terribles qui seraient la cause de notre perte. Malgré tout, poursuivit le Maire avant d'être interrompu, ce n'est pas tout. Bien que notre colère fut grande, nous n'aurions pas lancé cette offensive seulement basé sur les dires d'un Pied-Velu à moitié fou. Après cela, il nous montra comme preuve de sa crédibilité une lettre qui lui était adressée et qui tenait à peu près le même discours que lui. Et par qui était-elle signée? Par vous même.

Oldscool eut un hoquet de surprise immédiatement suivi des paroles :

"Et bien entendu, ce Hobbit a emporté cette lettre et vous n'avez aucun moyen de prouver ce que vous dîtes?"

Un silence lourd de sens répondit à cette question, et le Hobbit continua :

"Après ce que je viens d'entendre, je ne peux que croire que vous êtes fous. C'est totalement absurde, voyons!

-Malheureusement non,
répondit le conseiller. Moi aussi je ne voulais pas y croire, mais la preuve est indiscutable. Si vous ne pouvez pas la voir, je l'ai vu alors que j'arrivais à la Mairie, et je crois encore à ce que je vois. Si vous ne vous rendez pas, il ne peut y avoir d'autre issue que le combat.

-Il en sera donc ainsi,
répondit Oldscool.

Après un hochement de tête, les deux duos firent volte-face et retournèrent vers leurs armées respectives. Pendant qu'il marchaient, Fernan, qui n'avait pas ouvert la bouche de tout l'entretien, dit :

"Comment toute une ville peut être convaincu de notre mauvaise foi alors qu'aucune preuve n'existe? Je ne pense pas qu'ils en ai après nous à ce point.

-Il faut croire que ce conseiller est très persuasif.

-C'est une chose, mais cela n'aurait pas suffi. La seule solution possible est que cette preuve est bien réelle.

-Comment...

-Rassurez-vous, je ne vous accuse aucunement. Cette preuve a été fabriquée de toute pièce. Et ce par un traître qui est parmi nous qui est à la solde du conseiller. Mais ne nous préoccuôns pas de cela pour l'instant. Une bataille nous attend."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Mer 17 Oct 2007 - 17:54
Tandis que les paroles de Fernan trottaient désagréablement dans l'esprit de Odlscool, les Hobbits se mettaient en place. S'il n'avait jamais été un stratège militaire, le Maire de Hobbitbourg avait toutefois opté pour une mise en place basique pour des guerriers aguerris mais intelligente pour des Hobbits. Proposée par Fernan, elle consituait à placer en deuxième ligne les archers tandis que la première ligne serait composée de fantassins. le Shriff pensait qu'il était préférable de se concentrer sur la défense en attendant l'éventeulle arrivée de renforts. Toutefois, les Semi-Hommes prépraient quelques surprises à leurs adversaires.

Le toussotement discret du stratège improvisé sortit Oldscool de ses pensées. Avant que Fernan ait pu parlé, Oldscool se dit avec un soupir :

*Pouquoi chercher une raison? La folie habite le coeur des hommes depuis si longtemps...*

Puis il invita le Shriff à parler d'un hochement de tête. Fernan dit alors :

"Nous sommes en place, il serait préférable que vous vous placiez en deuxième ligne, et..."

Le Hobbit fut coupé dans sa phrase par un cri puissant qui émanait de l'armée ennemie. Aussitôt après, les Hommes de Bree se mirent en marche et avançèrent vers les Semi-Hommes de plus en plus rapidement, jusqu'à ce qu'ils aient atteint leur vitesse maximale.

Oldscccol fit un geste de la main et aussitôt plusieurs ballots d'herbe à pipe furent lancés devant les Humains. Juste après des flèches enflammées volèrent et vinrent consummer les feuilles qui dégagèrent une épaisse fumée. Les attaquants, surpris et aveuglés ralentirent leur cadence et commencèrent à ralentir leur cadence pour se protéger les yeux. Tout à coup un homme tomba dans un cri suivit immédiatement d'un deuxième, puis d'un troisième. Les flèches hobbites, bien que petite, n'en étaient pas moins meurtrières et semèrent le chaos dans les rangs ennemis. Mais guidés par la provenence des flèches, les attaquants reprirent leur avancée et regagnèrent leur détermination lorsque leurs yeux regagnèrent leur pleine efficacité alors que les ballots finissaient de se consummer. Le combat s'engagea.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Jeu 18 Oct 2007 - 19:41
Que pouvaient faire les Hobbits munie de leurs peties épées et de leurs cailloux face aux gigantesques faux des hommes de Bree? Une telle barbarie n'avait pas été vue depuis si longtemps qu'elle semblait toujours irréelle aux yeux des Semi-Hommes qui se défendaient vailliament. Il savaient qu'ils allaient mourir, mais ne combattaient pas pour la gloire. La gloire, pour eux, n'était qu'un des rêves que seuls les Humains pouvaient avoir. Sans cesse ils caressaient l'idée qu'elle serait à leur portée, même s'ils se cachaient derrière des masques de modestie. Même entre eux, ils disaient rêver de liberté, d'égalité et de toutes ces idéologies si répendues, mais ce qu'il omettaient de dire, c'était la façon d'y arriver. Ils s'imaginaient sur un cheval le coeur serré à l'annonce d'une bataille qui s'annonçait perdue, mais qui par un retournement de situation incroyable, tournait à leur avantage. Ils s'imagaient fiers dans leurs armures tandis que des villageois reconnaissants accouraient pour les féliciter et pour les combler d'éloges. Bien sûrs, les valeureux guerriers qu'il étaient alors les remerciaient humblement et avec retenue, mais c'était tout autre chose qui se passait dans leur esprit. Mais il arrivait que même ces grands rêveurs, conscients de ces prétentions, se prétendâssent différents alors qu'il n'en rien du tout.

Le hobbits eux, vivaient dans la simplicité. Ils se battaient simplement pour ne pas vivre dans la misère, pour que leurs jardins ne soient pas brûlés et leurs pipes volées. et ils croyaient fermement à ces causes.

Tout à coup le son d'un cor retentit au-dessus de la mêlée. Ce son, chaque hobbit le reconnut et leur détermination n'en fut qu'augmentée. Mais leurs adversaires ne comprirent que quelques secondes plus tard lorsqu'une bande de Hobbits en colère fondit sur leurs flancs. Alors la lumière se fit : le cor qui avait sonné était celui de feu Meriadoc Brandebouc qu'il avait reçu des mains d'Ewoyn (je crois que c'est ça), femme de Faramir.

Les Semi-Hommes, profitant de l'effet de surprise et du désarroi de leurs adversaires, reprirent le dessus. le nombre de morts ne se comptait plus.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Ven 19 Oct 2007 - 18:00
l'effet de surprise passé, les villageois de Bree avaient pu utilisier à bon escient leur force superieure, et le rapport de force s'était équilibré. Le nombre de combattants diminuait sans cesse pour chaque camp, et quelle que soit l'issue de cette bataille, le vainqueurne pouvait sortir indemme du combat. Cette bataille était assez étrange du fait de la particularité des béligérants, d'un côté on trouvait des fermiers et des villageois munis de piques, de fouets et d'autres armes hétéroclytes, et de l'autre les petits Hobbits avec leur dagues. Un soldat expérimenté aurait pu avoir un petit sourire en contemplant la mêlée, car en effet les vrais soldats qui se battaient pouvaient presque se compter sur les doigts de la main.

Et pourtant se jouait en ce moment le sort de la Comté. La finalité de la bataille était plus qu'incertaine, jusqu'au moment où une multitude de cris sauvages se firent entendre. Ces hurlement venaient des gorges d'un centaine de bandits qui se tenaient au nord, armes levées au-dessus de la tête. Sans cesser de crier, il se jettèrent dans la mêlée.

Le Hobbits, surpris, comprirent rapidement que les brigands étaient alliés à Bree. Le destin des Semi-Hommes semblait scellé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Sam 20 Oct 2007 - 20:00
Moins d'une demi-heure après l'arrivée des renforts de Bree, il ne restait qu'un seul quart des forces hobbits intiales, soit moins d'une cinquantaine. Toutes les trente seconde, un Semi-Homme tombait.

Oldscool essuya une larme sur son visage. Fernan était parti combattre, et la Maire était resté seul, sans personne pou l'aider à prendre des décisions. Ses mains tremblaient légèrement, il ne savait plus quoi faire. Laisser continuer le combat et laisser tous ses frères mourir ou être obligé de se rendre et de condamné le peuple hobbit à vivre dans la soumission? Il aurait aimé avoir du temps pour réfléchir, mais il n'avait pas ce luxe. Le coeur serré, il prit dans sa poche un mouchoir blanc, et après un reniflément sonore commença à l'agiter au-dessus de sa tête tout en s'approchant du combat. Les Grands Gens le regardèrent, surpris, mais finalement un cri puissant retentit et le combat cessa. Semis-Hommes et Humains se séparèrent et le conseiller s'approcha des vaincus et leur dit d'un ton ironique :

"Ainsi vous vous rendez? Je...

-Taisez-vous!
répliqua Oldscool. Je tiens à la vie de mes amis c'est pourquoi je m'offre à vous. J'avoue être l'auteur de la lettre montrée il y a quelques jours."

Un murmure de surprise s'éleva des derniers Hobbits survivants puis se transforma en indignation alors que le conseiller affichait un grand sourire vainqueur. Aucun Semi-Homme ne croyait le Maire, car ils étaient sûr qu'il se sacrifiait pour eux. L'homme de noir vêtu dit :

"Ravi de vous voir revenu à la raison. j'espère ue vous garderez toujours en mémoire que votre résignation à coûté la vie de nombre des votres. Vous serez jugé et certainement incarné. Quant aux villes que vous dirigiez elles reviendrons au maire de Bree jusqu'à ce que votre peuple se soit pleinement remis de votre folie."

Deux géants empoignèrent Oldscool et l'emportèrent vers leur camp. L'armée victorieuse s'avança vers celle défaite en l'invitant avec force à revenir dans leurs maisons. Une nouvelle aire commençait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi chercher une raison?
» Débat: Et si Marx avait raison?
» Pourquoi chercher ailleurs quand il y a Karen ?
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Pourquoi Napoleon 1er est considéré comme un tyran ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: La Comté-
Sauter vers: