les plaines d'Annùminas

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Eliwen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 11

Sam 3 Nov 2007 - 14:33
Eliwen marchait le long du fleuve, dos à la cité d'Annùminas. Une immense pleine s'étendait devant elle. Au loin, on pouvait voir quelques maisons isolée.
Le soleil était sur le point de se couché. Le ciel était devenu de couleur orangée, et rendait à tout un aspect chaleureux. Une petite brise soufflait, faisant de petite rides a la surface de l'eau transparente.
Les cheveux bruns de la rôdeuse prenaient un éclats cuivrée sous ce soleil couchant. Elle ne marchait que depuis peu, elle était encore assez proche de la cité, à trois quatre kilomètre.
Mais la fatigue la prenait déjà. Une centaine de mètre plus loin, elle pouvait voir une masse sombre près du fleuve. C'était un saule, et elle pouvait déjà entendre le bruissement des feuilles au passage du vent. Ses longues branches touchaient presque la surface de l'eau.
Elle y voyait là un bel endroit ou s'assoupir un instant. Faisant de plus longues enjambées, elle y arriva rapidement. Elle s'assit sous les branches de l'arbre, et posa son dos contre son tronc.
Elle sentait au travers l'écorce les palpitations de la sève. Elle ferma les paupière et s'endormit aussitôt.
Un instant plus tard, le cris d'un loup lointain la réveilla. Elle replia ses jambes contre son torse et le va la tête. C'était une nuit de pleine lune, et les étoiles brillaient sur le ciel.
Elle se releva en hâte. Ce qu'elle pensait pour un repos de quelques minutes était devenu un somme de quelques heures.
Elle retira la terre de son pantalon, et se remit en marche. Mais elle s'arreta presque aussitôt. Elle venait d'entendre un bruit de voix. Plusieurs voix venant de sa gauche.
Silencieusement, elle se dirigeat vers les bruits. Elle vit rapidement plusieurs masses sombres. Un nuage venait de voilé la lune, et la lumière était donc tamisée.
Elle aperçu des hommes. Ils étaient assis en cercle, et paraissaient au nombre de huit. Elle se coucha a terre et rampa vers eux, cachée par les hautes herbes folles qui constituaient la pleine.
A cinq mètre d'eux, elle s'arrêta.


-Pas mal hein, tu trouve pas?
-Héhé, oui, pas mal du tout.... On pourra en tiré un bon prix de ce coffret et de cette coupe en or... Surtout si on trouve des collectioneurs.
-Tu as bien pris le papier, n'est ce pas?
-Oui! Arrête de t'inquiéter, tout vas bien...
-Halte, qui va là?


Eliwen venait d'essayer de s'approcher un peu, mais une branche lui avait griffé le visage, et elle ne put caché un petit cri de douleur.
Les hommes se levèrent et regardèrent aux alentours. C'est a ce moment que le nuage qui couvrait la lune se retira. Les hommes la virent directement.


-Toi! Qu'est ce que tu fais ici?

Elle se leva. Sa première idée était de fuir, mais elle remarqua vite que c'était impossible.

-Je me baladait simplement....

-Se balader en rampant? Tu te moque de moi?


Elle ne répondit rien. Pas parce qu'elle ne savait pas quoi répondre, mais parce que le silence valait parfois mieux que des paroles.
L'homme la prit par l'épaule, mais avant de faire quoi que ce soit, elle déguaina son épée.


-La petite veut se battre avec le Grand? Baisse cette épée, ou tu perdra ta tête...

Elle ne bougea pas. L'homme se mit a rire. Il prit sa hache, la souleva vers l'elfe, et poussa un cri de douleur. Une épée lui avait transpercée l'épaule droite.

-Tous sur elle!

Les hommes se levèrent et se jetèrent sur Eliwen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ardenath
Soldat de l'Arnor
Soldat de l'Arnor
avatar

Nombre de messages : 36
Age : 23

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme d'Arnor
- -: 18 ans
- -:

Sam 3 Nov 2007 - 15:12
Ardenath marchait tranquillement dans la plaine. La brise fraîche nocturne balayait les herbes d'Arnor. Le clair de lune permettait une vue lointaine, et le ciel dégagé offrait une vue magnifique à tous ceux qui le regardait. Si on regardait derrière soit, on pourrait voir la capitale d'Arnor, flamboyante de mille feux et animée de vie. Le fleuve coulait paisiblement, produisant un bruit continu et brisait le silence de son éternel flot.

"Belle nuit pour une patrouille... Ciel dégagé, vue lointaine et plaine lumineuse, calme..." se dit Ardenath à voix haute et rêveuse.

Sa lance pendait mollement, son bouclier trainaît. Son armure d'acier pesait lourd sur ses épaules. Il n'était pas d'humeur à se battre. Pas ce soir. Le lieu calme envahissait ses occupants d'une sérénité étonnante. Un havre de paix. La guerre n'existait plus. Elle était loin... Son épée à son flanc pendait. Il n'avait plus la force de la porter...

Ardenath était en effet en patrouille. Il surveillait les environs d'Annùminas. Les dernières nuits avaient été témoin de spectacle inquiétant. Des brigands dans Annùminas. Des cris, du sang, geyser de sang incontrôlable. La pierre qui se tâchait de liquide rouge, le bois qui virait à l'écarlate... La lance qui traversait un corps mou, le cri de souffrance des brigands et de leurs victimes... Les cadavres puant, seul reste des actes invisibles et nocturnes. Le bouclier protégeant son propriétaire, la dague qui rebondissait sans effet contre ce morceau de fer ornait de symbole. L'épée qui fendait l'air, puis le corps. L'os qui brisait la ligne continue de la blessure. Les yeux, vide de terreur, des morts semblaient parler d'eux-même pour les morts.

Tant de souvenirs, inquiétants, refoulés au plus profond de l'âme d'Ardenath. Il était né pour être un soldat. Pour protéger les habitants de la capitale, pour les laisser en vie. Et voilà qu'il tuait d'autres gens pour garder certaines vies... Ardenath, par sa lance, son épée et son bouclier, avait pratiquement le droit de vie et de mort. Qui mourra ? Le meurtrier ou sa victime ? Ardenath, en devenant ainsi, devenait un meurtier. Un jour, on lui retira sa vie, et justement.

Tandis qu'il recensait tant de souvenir, Ardenath ne fit pas attention au calme de la plaine, qui semblait se transformer en champ de bataille, tumulte de guerriers. Une voix d'homme, sans pitié, s'élevait, brisant le silence de la nuit. Le calme avait disparu. Ardenath pressentait qu'un combat était inévitable. Et allait se produire. Un cri. D'homme. Un seul. Déchirant le silence et le calme, la sérénité et la paix, par la seule souffrance qu'il contenait. Ardenath s'élança. Ses jambes se plièrent et se détendirent comme un tigre bondissant sur sa proie. Le soldat d'Arnor courrait vers l'origine de ce bruit. On se battait. Une jeune femme, apparament, maniait une épée avec agilité et grâce. Contre huit hommes. Ardenath frisonna. Même à deux, il doutait de leur victoire.
Dans les rues d'Annùminas, combattre dans des ruelles ne lui posait aucun problème. Savoir que les combats à plusieurs étaient impossible, un coup précis, et répété, donnait la victoire. Comment se battre en sous-nombre dans une plaine dégagée ?
Ardenath ne réfléchit plus. Un des brigands avait l'épaule transperçait. Le soldat d'Arnor bondit au milieu des brigands, ce qui désorganisa leur attaque contre la jeune fille, et fit un tour complet sur lui-même, éloignant les hommes de sa lance. Ses jambes se fléchirent. Il n'était plus Ardenarth, mais un donneur de mort. A la fois juge et bourreau. Son bouclier bloqua un coup, et sa lance traversa le corps d'un brigand. Il lui dit d'un ton ironique :

"On ne t'a jamais appris à ne pas frapper une femme ?"

Ses jambes se plièrent, et son pied droit glissa. Il était sur le flanc d'un brigand qui avait tenté de l'attaquer. Une ouverture dans la garde de son adversaire. Trop facile. La lance traversa de part en part l'homme, et quand Ardenath la retira, au clair de lune, il put voir qu'elle était écarlate. Deux hommes avaient déjà péri... Six suivraient. Ou seulement deux. Sa lance para un coup, et d'un tour sur lui-même, il l'enfonça dans l'imprudent. Son bouclier repoussa un ennemi tandis qu'Ardenath retirer son arme, et il frappa de nouveau. Plus fort. Le sang gicla sur son armure argentée. Le sang d'un mort, témoignage d'une bataille sanglante qui usait de la fin suprême. Quatre morts. L'entraînement d'Ardenath lui donnait un avantage. Et il comptait bien en profiter...Geyser de sang, esprit embrumé, frapper, frapper et frapper... Ardenath n'était plus maître de lui-même. La fureur de la bataille le dominait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poeme-yann.skyrock.com/
Eliwen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 11

Jeu 8 Nov 2007 - 18:11
A peine avait t'elle blessé un bandit qu'un homme arriva. Eliwen baissa un instant son épée, surprise par cette apparition. Elle qui pensait être tranquille,
pouvoir marcher sans limite, être libre... La voila au milieu de bandit, et un homme vient les rejoindre. Du sang sur son visage la réveilla. L'homme faisait un carnage.
Personne ne paraissait plus la voir. Ils s'étaient éloigné d'elle d'un dizaine de mètre.Il restait encore quatre bandit en vie, et ils était tous tourné vers l'homme inconnu.
Un des leurs essaya de porter un coup a cet homme, mais avant de pouvoir réagir, il poussa un cris de douleur. Eliwen venait de coupé son bras armé.
Le brigand tomba vite au sol, et un deuxième suivit peu après, le ventre troué, toujours par l'épée de la rôdeuse.
Pendant ce temps, un troisième avait été tué par l'inconnu, toujours dans une humeur de folie meurtrière et sanglante.
Il levait déjà son arme pour tué le dernier homme, quand elle pri la parole.


-Non, pas lui.

Son ton était calme et neutre, assez froid. L'ennemi était surpris de l'entendre parler, et resta un petit moment bouche bée. Elle lui mit son épée sous la gorge.
La hache du brigand tomba avec un leger bruit. Elle retourna vers l'inconnu.


-Je crois que je dois vous remerciez pour cette intervention. Mais laissez moi le plaisir de garder ce dernier homme en vie.
Bien qu'il ne le mérite pas. Je pourrais peut-être en tiré quelque chose....


D'un revers de manche, elle essuya son visage qui était toujours éclaboussé de sang.

-Au fait, par qui ai-je été sauvée?

Son ton avait une pointe d'ironie, mais si légère qu'on ne pouvait presque le percevoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ardenath
Soldat de l'Arnor
Soldat de l'Arnor
avatar

Nombre de messages : 36
Age : 23

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme d'Arnor
- -: 18 ans
- -:

Jeu 8 Nov 2007 - 20:06
Ardenath sentit la fureur guerrière s'emparait de lui. Son épée brillant au clair de lune, illuminant la bataille d'un jet argenté et lumineux. Ses ennemis tombaient, et lorsqu'il recula d'un pas, le soldat d'Arnor vit qu'il y en avait plus qu'un debout. Sa hache était levée, prête à s'abaisser et à ôter une vie. Ardenath s'en approcha, le visage sans pitié, dur, le visage d'un soldat. La jeune femme l'en empêcha, ce qui n'empêcha pas le guerrier d'essayer de contre-attaquer. Sa hache frappa le bouclier d'Ardenath, levé au dernier moment. L'épée siffla, et frappa le bras de l'homme. Le sang coula, goutte à goutte, de la plaie. L'homme lâcha la hache et se tint le bras, alors qu'Ardenath avait un sourire satisfait. La femme parla, mais Ardenath donna son opinion sur sa décision avant de répondre.

"Si je le tue pas avant, il risque bien de tuer d'autres habitants en Annùminas. Je suis un soldat de cette ville, et je me dois de protégé ma cité et ses habitants. Cet homme, cracha Ardenath, n'est même pas un combattant convenable. Si je le tue maintenant, ça fera de la souillure en moins en Arnor ! Comme si les Orques et les ombres d'autresfois, toujours d'action, ne sont pas suffisants, il faut que les hommes se corromptent et profitent de la confusion au lieu de se serrer les coudes..."

L'homme pâlit sous l'insulte insinuée. Apparament, il avait eu sa dose, mais Ardenath fut impitoyable et continua son massacre verbal, tout en s'adressant à la jeune femme.

"Si les hommes se serraient les coudes et aider les braves dùnedains, défenseur de notre royaume depuis des siècles, alors la vermine serait repoussée jusqu'aux limites du mondes, mais non ! Les hommes doivent se retourner contre leur royaume, renier famille et amis jusqu'à la dernière personne et se plonger dans le vice de la fortune, du luxe, et de la guerre. Vive le patriotisme..."

Ardenath poursuivit tout en se tournant vers le brigand, désormais aussi blanc qu'un mort, et remua son épée vers la tête de l'homme, prêt à le décapiter.

"Vous avez raison, il ne mérite pas la vie. Finissez vite avec lui, Annùminas n'attend que d'être débarassé de ses vermines..."

Ardenath s'arrêta, et se tourna vers la jeune femme qui s'essuyait d'un revers de manche d'un liquide écarlage sur son visage. Du sang... La question de la jeune femme avait une pointe d'ironie, si petite qu'Ardenath crut avoir rêvé, mais il ne pouvait pas laisser cette occasion d'en placer une.

"Votre "sauveur" se prénomme Ardenath, soldat d'Arnor, je passais en patrouille, répondit l'homme. On dirait que je suis arrivé à point nommé."

Un silence tomba. Le bruit du vent, soufflant inépuisablement, faisait bruisser les feuilles de l'arbre. L'herbe, verte sous le clair, virait à l'écarlate tandis que la terre buvait le sang, encore et encore, jusqu'à n'être qu'une peau rouge d'une terre bienveillante.

"Et qui ai-je sauvé d'une bande de brigands ? En tout cas, je vous remercie. Sans vous et le bruit que le début de bataille a provoqué, je n'aurai certainement pas étripé cette vermine cette nuit, et elle aurait continué de vagabonder, à ses crimes et ses meurtres."

Parler de la mort comme d'une chose naturelle ne mettait jamais quelqu'un en confiance. Pourtant, Ardenath étudiait attentivement les réactions de la jeune femme, et ainsi prévoir ses actions. Avoir un coup d'avance, même contre ses alliés, est toujours appréciable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poeme-yann.skyrock.com/
Eliwen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 11

Jeu 8 Nov 2007 - 21:30
Eliwen écouta les paroles de l'homme avec un soupçon d'agacement. Il ne parlait que de la mort, de la souffrance...Ses yeux brillaient de colère.
L'homme a terre, sans bras, perdait beaucoup de sang. Ses yeux était ternes, presque sans vie, son visage d'une paleur mortelle. Il poussait des gémissement.
Elle s'accroupit en face de lui, et le regarda dans les yeux.


-Voyez, vous avez fais souffrir beaucoup de gens autour de vous, et maintenant, vous savez ce qu'ils ressentent. Je ne voulais pas que vous souffriez inutilement mais cet homme...

Elle se tourna vers Ardenath, et lui lança un regard dénué d'expression.

-Cet homme vous a coupez le bras. D'un côté je le comprend.

L'homme a terre poussa encore un gémissement de douleur. Le soldat la regarda d'un air bizarre. Il aurait peur-être pensé une autre réaction de sa part.

-Je voudrais juste savoir une chose. Avez vous une famille?

-Non... Agh...


L'homme mourrut dnas les bras d'Eliwen, les yeux ouvert. Elle posa sa tête calmement contre le sol, et lui ferma les yeux.
Autour d'elle, l'herbe a l'origine verte était rouge. Deux bras étaient coupé et deux corps étaient etassé l'un sur l'autre. Le reste était éparpillé.
Elle regarda sa tenue. Du sang s'était éparpillé sur toute sa tenue. Ses pied baignaient dans le sang.
Elle se leva, et s'étira, son épée toujours a la main. Le soldat la regardait d'un air curieux. Elle le regarda d'un air neutre.


-Voilà, tout ces hommes sont mort dans la souffrance.... Pour votre plus grand plaisir. Que ce carnage vous ai fait le plus grand bien.
Je suppose que vous allez retourner a la cité, racontez vos exploit, et vous m'oublierez. Alors, contente de vous avoir connu...


Son ton était toujours neutre, et sa voix assez froide, quoi que mélodieuse. Elle rangea son épée, en l'essuyant d'abord sur l'herbe. Elle jeta un dernier regard a l'homme, puis se retourna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ardenath
Soldat de l'Arnor
Soldat de l'Arnor
avatar

Nombre de messages : 36
Age : 23

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme d'Arnor
- -: 18 ans
- -:

Jeu 8 Nov 2007 - 22:05
[hrp]Eliwen, j'ai juste fait une coupure à l'homme, je ne lui ai pas coupé le bras ^^ enfin, tant pis, faisons avec [/hrp]

Ardenath observa l'homme qui mourrait lentement. Il se redressa lentement, et son visage put voir celui de la jeune femme au clair de lune. Une colère s'y lisait comme dans un livre ouvert. Et Ardenath n'était pas sûr d'apprécier cette lecture à sa juste valeur... Il écouta les paroles de la jeune femme, pleine de souffrance, de compassion et de colère. Les cadavres et le sang écarlate tâchait la plaine, et brisait le sentiment de paix qu'une personne pouvait ressentir en se promenant ici... La jeune femme fut prête à partir, mais Ardenath la retint par l'épaule, la lance et le bouclier dans sa main gauche. Il n'avait aucune intention de la supplier, aussi son ton était aussi glacial que celui de la jeune femme.

"Vous ne m'avez même pas répondu. J'ai demandé votre nom, et vous n'avez pas répondu. C'est une règle élémentaire de la politesse : répondre quand une question est posée. Je ne sais pas si c'est volontaire ou non, mais dans tous les cas, vous devez répondre à ma question."

La jeune femme voulant encore plus s'éloigner, Ardenath raffermit sa prise sur l'épaule. Il continua du même ton glacial, dans l'intention de se défendre.

"Je vous rappelle, au cas où vous l'aurez oublié, que je suis venu parce que huit brigands vous attaquer de tous les côtés. De surcroît, cet homme a tenté de me tuer. Vous supposez mal, jeune femme. Oublier quelqu'un n'est pas dans mes habitudes. Et tuer n'est jamais un exploit. Quiconque le prendrait pour exploit est un imbécile. Celui qui l'écoute avec admiration est encore pire !"

Ardenath força la jeune femme à le regarder.

"Ce n'est pas vous qui a vu leurs victimes mourir dans vos bras, les yeux plongés dans une terreur infine, les vêtements maculés de sang. Vous n'avez vu ni les massacres qu'ils peuvent faire ni l'usage de leurs armes. Si je n'avais pas tué ces brigands, ce serait au moins trente innocents de cette ville qui auraient été tués. Je ne peux prendre aucun risque, jeune femme ! Je suis ici pour défendre ma cité, mon royaume et mon pays. Et ce ne sont pas ces vermines qui vont souiller ce que je défend."

Ardenath força la jeune femme à le regarder dans les yeux.

"Il y a des dizaines de personnes qui sont mortes dans mes bras. Ils hurlaient de terreur, baignant dans leur propre sang, les yeux grand ouverts comme s'ils regardaient un démon d'ombre et de flamme. Si parler de la mort vous gêne tant, alors ne soyez ni ranger ni soldat. La mort sera présente partout, et vous en serez un messager. Que ça soit vous ou votre ennemi - ou même les deux - la mort prendra au moins une personne."

Le soldat d'Arnor regarda Annùminas et reprit :

"Regardez cette cité où le calme semble régner, sans qu'on puisse douter des machineries qui s'y font. Les murs blancs, les toits de bois, les habitants calmes et pacifiques, qui se font décimer par des brigands sans coeur ni âme. Si je dois protéger cette cité, je dois devenir comme eux et n'avoir aucune pitié."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poeme-yann.skyrock.com/
Eliwen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 11

Ven 9 Nov 2007 - 17:10
[hrp] Tant pis, il a plus de bras, il aurait pas du faire son cranêur...^^[/hrp]

Eliwen n'aimait pas fort cet homme. Il agressait des gens sans les connaitre, et affirmait des choses dont il ne connaissait même pas la nature.
La main de cet homme sur son épaule la dérangeait. Elle se sentait agressé par quelqu'un qui voulait tout sauf la bonne entende. Son ton était autoritaire,
et en aurait fait tremblé plus d'un. Un homme rageux, qui bouillonait de l'intérieur, et n'acceptait pas qu'on le désobéisse. Mais elle n'aimait pas se faire diriger.
Elle tenta plusieur fois de se défaire de cet homme, mais rien n'y faisait. Elle se contraignit a le regarder de ses yeux vert pâle, brillant mais froid. Il avait de la rage.
Il se calma qu'au moment de l'admiration d'Annùminas, sa cité. Il était très attaché a son devoir, mais cela n'empechait pas la jeune fille de ne pas être tout a fais d'accord avec lui.
Elle connaissait la souffrance et la mort. Peut-être pas autant que lui, mais elle les connaissait plutôt bien. Elle avait traversé des villes entière, rencontré toutes sortes de gens,
Traversé des plaines et des forêt. Elle avait gravit des collines, des montagnes, et connaissait bien la nature des choses. Elle n'était ni sotte, ni insouciante,
et encore moin naïve. Elle regardait les choses comme elles étaient. Elle savait que me monde était soufrance et douleur, mais elle savait aussi que ce n'était pas tout.
Qu'au delà de tout cela, il y avait des moments de joie, de bonheur, et rien que le fait d'être seule au milieu de la nature était un instant de plaisir.
Etre seule. Elle était toujours seule, et ne souffrait pas de cela. Elle n'aimait pas resté immobile, et déjà, des fourmis se faisaient sentir dans ces jambes.
Elle était reposé, le carnage n'ayant aucun effet sur elle. Elle reposa son regard sur l'homme, toujours en contemplation de sa cité.


-Je vous rappelle, au cas ou vous l'avez oublier, que je n'avais rien demandé.
Cette phrase avait été dite sur un ton ironique. Elle savait combien ça pouvait agacé les gens de dire de la même manière qu'eux le contraire.

-En effet, je n'ai jamais vu de gens que j'aimais mourir dans mes bras. Peut-être parce que les êtres aimés par moi ne font déjà plus partie de ce monde...

Elle ne paraissait pas triste. Et elle ne l'était pas. Elle ne s'apitoyait jamais sur son sort, et avait appris a combattre la tristesse au fil des quelques année de sa vie.

-Vous venez d'emmetre une hypothèse. Personne n'a dit que je n'aimait pas parler de la mort. A vrai dire, ça me laisse indifférente.
C'est le ton plutôt que le contenu qui me fait réagir.
Vous avez raison sur un point : ces gens sont effectivement des crapules sans pitiée.


Elle montra les corps sans vie des hommes a terre.

-Il n'empeche, j'ai l'habitude d'en laissé un en vie, pour voir si je le recroiserais plus tard... Et posez aussi quelques questions. J'ime bien connaitre qui j'ai combattu...
Je ne connait pas votre sentiment envers cette ville et ses gens... Je croit que je ne le connaitrais jamais.


Elle tourna son regard un instant vers la cité.

-Je n'ai d'ailleur pas l'habitude de dire mon nom. Ca interesse peut de gens, et un nom comme un autre... Mais comme vous me le demandez si gentillement et poliment...

Son regard plongea dans celui de son interlocuteur.

-Eliwen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ardenath
Soldat de l'Arnor
Soldat de l'Arnor
avatar

Nombre de messages : 36
Age : 23

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme d'Arnor
- -: 18 ans
- -:

Ven 9 Nov 2007 - 17:57
La jeune femme avait un air rebel. Ses yeux luisaient de rage, et elle se débattait sans grande conviction, car Ardenath la tenait fort. Elle lui répondit mais Ardenath la tint encore plus fort. Ses paroles étaient le reflet de son esprit, et de ses pensées. La lune éclaira le visage de la jeune femme avant de disparaître derrière un nuage. L'astre nocture réapparut et projeta sa lumière sur la plaine. Un petit vent se leva, rasant l'herbe, et brisant son souffle sur les deux jeunes gens. Le bruit du vent brisait le silence éternel de la nuit.

"Je vous rappelle aussi qu'un service ne répond pas nécessairement à une demande, jeune femme. Et sans moi, ces huit brigans vous auraient tués sans pitié. A moins qu'ils ne vous torturent avant pas diverses moyens. Et ils s'y connaissent en la matière, croyez-moi !"

Ardenath cessa de parler, se rappelant de quelques souvenirs gravés à jamais dans sa mémoire. Il reprit d'une voix morne, et sans âme afin de cacher sa propre tristesse, mais ne répondit pas aux paroles de la jeune femme concernant ses êtres aimés et défunts.

"Vous avez vous-même émis une hypothèse. Au cas où vous l'aurez vous-même oublier, vous avez dit que j'irais fêté mon carnage avec une bière dans une taverne, et que j'allais venter mes mérites. Alors, si vous me reprochez mon hypothèse, reprochez-vous la vôtre..."

Ardenath regarda le corps sans vie d'un des homme. Son visage exprimait la terreur, et son teint exprimait la mort. Ses bras flasques, mous et sans vie laissaient une horreur sans nom. Le contraire de la vie, le paradoxe de notre existence... Vivre pour mourir, et tuer pour vivre... Quel paradoxe ! Ardenath détestait ce paradoxe, mais il n'avait pas le choix. Son humanité ou la vie d'innocents habitants, le soldat d'Arnor n'avait pas longtemps hésité. Ardenath reprit après avoir chassé son chagrin avec difficulté :

"J'ai l'habitude de ne laisser aucun survivant, pour ne pas croiser des cadavres de sa part sur mon chemin. Quel que soit son passé, son présent ou son futur, il n'a pas le droit de voler et de tuer pour son propre plaisir. Et le plus souvent, quand vous demandez la vie d'un brigand, il vous répond par des massacres, des batailles et des tortures ! ajouta Ardenath en ricanant. Je n'aime pas entendre ses dires."

Ardenath balaya la cité de la main et la montra à la jeune femme.

"Vous connaîtrez un jour mon sentiment pour cette cité, mais certainement pas son étendu..."

La jeune femme lui dit enfin son nom. Eliwen, un nom qu'Ardenath retint.

"Eh ben ! S'il faut tant d'effort pour vous faire dire votre nom que je n'imagine même pas ce qu'il faut faire pour savoir votre âge ! plaisanta-t-il. Racontez-moi un peu votre vie, Eliwen. J'aime connaître l'histoire des personnes que je sauve."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poeme-yann.skyrock.com/
Eliwen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 11

Sam 10 Nov 2007 - 18:46
Eliwen ne put s'empecher de s'énerver en entandant les mot "Ils vous auraient tué". Elle parla d'un ton froid, détachant chaqu'un de ses mot.

-Vous ne me croyez capable de tuer de sang froid huit hommes? Je l'aurais fait si vous ne m'aviez pas interrompu...

Une brise souffla sur la plaine. Ce fut comme si il emporta sa colère. Ses cheveux flottèrent un instant dans le vent, et elle redevint calme.
Elle s'assit sur l'herbe sèche, une jambe tendue, l'autre sous le menton. Son épée était posée du côté droit. Elle détendit ses épaules. Le vent souffla encore,
faisant soulever les vêtements des hommes morts, non loin de là. Elle fut surprise en entendant Ardenath lui poser des questions sur sa vie. Personne encore ne l'avait fait.
Elle esquiva aussi un mince sourire en entendant parler de son âge. Elle s'envoulu ensuite de s'être un peu emporté. Cela lui arrivait rarement.


-Je me suis un peu emportée. J'aime pas les allusions concernant mon "sauvetage".

Elle prononça ses paroles d'une vois assez claire, mais toujours neutre. Elle leva la tête vers le ciel. La lune était bien ronde et brillante,
illuminant tout d'une lumière iréelle. Les étoiles brillaint d'un éclat surnaturel. Tout était calme. Elle appréciait ce silence. Elle le brisa avec regret.


-Cette année est celle de mes 18 ans.

Elle fit une pause, et regarda les étoiles d'un air un peu mélancolique.

-J'ai eu une enfance simple mais cachée. Ma mère étant une humaine, et mon père un elfe. Elle mourrut d'ailleur il y a quatre ans...
Mon père partit peu après rejoidre les siens pour une bataille. Depuis, je marche un peu partout, je découvre le monde par moi-même...
J'ai appris a aimé la solitude et le silence. La compagnie de quelqu'un m'a souvent dérangée...


Son regard était vide. Elle continua a derversé des paroles, mais ne se souvenait pas pour qui, ni pourquoi. Elle eu un retour vers la réalité en sentant une main.

-Mais pourquoi je vous dis tout ça?

Elle ne disait pas ça sur un ton de repproche, mais plutôt vraiment comme une question. C'éait la première fois qu'elle racontait sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jegor Kaël
Rôdeur
Rôdeur
avatar

Nombre de messages : 947
Age : 27
Localisation : Peu Importe.
Rôle : Empêcheur de neiger en flocon.

~ GRIMOIRE ~
- -: Numénoréen
- -: ~~108
- -:

Dim 11 Nov 2007 - 10:36
Les deux personnes quand ils regardèrent au nord, ne pouvait pas s'imaginer se qu'il y avait à l'époque...Mais à ce moment là, ils virent que le Nord des Nord, le ForodWaith, n'était plus totalement blanc, une tache noir en bas de l'horizon se voyait...
Ils n'étaient pas loin de Angmar, mais cela n'avait aucun sens pour eux, à par une terre désoler remplis de ruines noires et de spectres errants...
La tache noir disparu vers l'Est, et ils ne la revirent plus...

Derrière une voix de femme enquerit un soldat :

-Dîte, vous n'êtes pas sencé faire la ronde???? Ardenath!!!

Faestel étaient juste derriere eux...Et elle avait l'air un peu couroucé et....une sensation de malaise flottait dans l'air, presque une peur!!

-Qui vous a permis de quitter la ville comme cela Soldat!! Je vous ai recommander au Major, mais peut être n'aurai-je pas dû???
Et vous mademoiselle.........


Une chose la troubla, elle fixa Eliwen quelque Instant...puis repris sur un ton sec :
-Bon rentrez vous deux, la tache noire là bas n'était pas anodine...Ou alors quitter l'Arthedain...je pense que ça s'attaquera à Annuminas d'abord!!!


HRP//Eliwen fait que ton perso reste, le miens va vouloir te dire quelque chose en te rattrapant avant que tu ne t'en aille...Ardenath tu sera déjà assez loin pour ne pas entendre...même si sa n'a que peu d'importance!//Hrp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arkeoth.forumsactifs.com
Ardenath
Soldat de l'Arnor
Soldat de l'Arnor
avatar

Nombre de messages : 36
Age : 23

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme d'Arnor
- -: 18 ans
- -:

Lun 12 Nov 2007 - 20:42
Ardenath écouta Eliwen. La jeune femme avait eu une existence difficile, mais elle s'en était bien sortit. A la fin de cet étrange conte, Ardenath répondit :

"Vous me dites cela, peut-être parce que je vous l'ai demandé... Je dois vous l'avouer, votre histoire est triste, mais tout peut changer si vous le vouliez. Après tout, mon histoire est peut-être plus heureuse que la vôtre, mais vraiment mieux. Enfance de violence, soldat avant l'âge..."

Soudain, une voix connue d'Ardenath l'interrompit et le fit retourner. Faestel, l'air pas commode, l'insectivait. Ardenath se dressa de toute sa hauteur et désigna les cadavres des brigands. La lune faisait refléter le sang encore frais, témoin du carnage que Faestel n'avait apparament pas remarqué.

"Faestel, je surveillais les alentours d'Annùminas. La lune était claire, la nuit était belle : surveillez les alentours d'Annùminas en toute beauté, permet de porter son regard plus loin, et donc d'avoir davantage de temps pour préparer les défenses. D'ailleurs, Faestel, vous n'êtes pas mon supérieur, vous n'avez pas à me donner d'ordre : je suis en patrouille autour de cette ville sous ordre de mon commandant. Et au cas où vous n'aurez pas remarqué les cadavres sanglants et ma lance dont le fer a viré à l'écarlate, il y a eu une bataille ici."

Ardenath entendit les mots suivant et écarquilla les yeux. La surprise de la révélation d'Eliwen fut gâché par cette surprise, encore plus surprenante, de la menace qui pesait sur Annùminas. Dommage pour cette nuit qui semblait si calme, si paisible et qui fut et sera témoin de carnage sanglants... Ardenath répondit :

"Je pense que vous ne savez pas ce que c'est, où vous me l'aurez dit. Mais "ça" s'attaque à Annùminas, "ça" devra d'abord me passer sur le corps ! Eliwen, dépêchez-vous ! Faestel, vous feriez mieux de nous aider également, ça vous ne voulez pas que notre cité soit menacée ! A moins que vous ne préfériez fuir, et donnez des ordres, à l'arrière, à l'abri du carnage, du sang et du combat !"

Sans attendre la réponse, Ardenath se retourna. La brise du vent souffla encore plus fort, comme pour exprimer son mécontentement du danger. La paix de cette nuit se tranforma en une incessante inquiétude, dégageant une incertitude malsaine. Ardenath courrut vers Annùminas, malgré le vent contraire et sa lourde armure. Malgré l'inquiétude qui lui rongeait l'estomac, il courrut vite. Il leva sa lance bien haut, prêt à la lancer sur l'ennemi... L'estomac noué par cette menace, il savait que s'il interceptait la créature avant qu'elle n'atteigne Annùminas et qu'il ne pouvait pas l'arrêter, il se retrouverait seul...[/size]

[hrp]Morgoth, envoi-moi un Mp ou indique moi qu'est-ce que la tâche noir ^^[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poeme-yann.skyrock.com/
Jegor Kaël
Rôdeur
Rôdeur
avatar

Nombre de messages : 947
Age : 27
Localisation : Peu Importe.
Rôle : Empêcheur de neiger en flocon.

~ GRIMOIRE ~
- -: Numénoréen
- -: ~~108
- -:

Lun 12 Nov 2007 - 21:13
HRP// Faestel est ton superieur....si tu relis le post dans la caserne!!! De plus une tache noir...c'est pas une créature!!!! Mais une armée!!!! Sa ne se verrait pas!!! //HRp


Faestel regarda Ardenath avec amusement et cria pour qu'il entende de loin :
-Je savais déjà votre réponse, mais malheureusement pour vous je suis rattacher à votre caserne, donc votre superieur!!!!

Ardenath faisait mine de ne pas écouter, dans sa tête Faestel se dit qu'il avait une tête dur....elle lui prometait un bon avenir!

Eliwen allait partir voir Ardenath, mais Faestel la retint et lui dit tout bas :

-Vous êtes une semi-elfe!!! Vous êtes une elue!!! Une grande parmis les grande...Votre déstin est fait!!!!

Les yeux de faestel était laiteux quand lle lui dit cela et sa voix était metallique....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arkeoth.forumsactifs.com
Eliwen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 11

Mar 13 Nov 2007 - 12:27
Eliwen fut dérangée par la nouvelle venue. Elle parlait tranquilement, et commençait a comprendre Ardenath, quand elle les interompit.
Pour une nouvelle valable, certe. Quelque chose attaquait la cité ou allait le faire. Le sodat d'ailleur semblait inquiet. Il courru directement vers la tache,
en demandant d'ailleur de le rejoidre. Le vent soufflait fort. Elle ne voulait pas encore se battre, mais devait l'aider. Elle se prépara a la suivre au loin,
quand une main lui serra le bras et la retint.

"Vous êtes une semi- elfe!... Votre destin est fait!"

Elle avait oublié Faestel. Et elle ne comprit pas vraiment ce qu'elle voulait dire par là. Elle s'arreta net,
et se tourna vers elle.


-Que voulez vous dire par là?

Elle lui jeta un air interrogateur, rempli de question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jegor Kaël
Rôdeur
Rôdeur
avatar

Nombre de messages : 947
Age : 27
Localisation : Peu Importe.
Rôle : Empêcheur de neiger en flocon.

~ GRIMOIRE ~
- -: Numénoréen
- -: ~~108
- -:

Ven 16 Nov 2007 - 20:55
Le femme la regarda alors dans les yeux, et la semie-elfe put voir das ceux-ci la vieilliesse de l'être face à elle...

-Vous êtes une semie-elfe vous pourrez sauver cette terre si vous comprenez vos origine!!!

Puis La femme s'en alla vers Annuminas :

-Ardenath!!! Cette armée ne viendra pas pour l'instant mais nous devont préparé les défense sans plus tardé!
Je retourne à la caserne, si vous arrivez à établir les defense le plus possible......vous verrez bien se qui arrivera!!!

Les derniers mots étaient dits avec un sourire magnifique!!!
Elle continua sa route en courant....bien plus vite qu'Ardenath....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arkeoth.forumsactifs.com
Ohtar Celebrin
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 78
Age : 34

~ GRIMOIRE ~
- -: Dùnadan
- -: 25
- -:

Ven 16 Nov 2007 - 22:39
La nuit était assez douce et Ohtar Celebrin dormait tranquillement pourtant son repos fut dérangé.
Il rêva de combats et de sang sur la plaine. Le voile de ses songes se déchira tel les nuages qui courraient dans le ciel du nord.
La lune lui révéla son visage laiteux et protecteur lorsqu’il ouvrit les yeux.

Ne parvenant pas à replonger dans le sommeil auquel il n’aspirait plus compte tenu de la nature de ses visions oniriques, il se leva, bouchonna son jeune hongre et le sella.
Après avoir effacé les traces de son bivouac, il se mit en route vers le sud.

Il se dirigeait vers la capitale et, de là où il se tenait, il pouvait en admirer les lumières qui brillaient sur ses remparts.
Au bout d’un moment il distingua dans la pénombre des silhouettes. Deux d’entre elles courraient vers la capitale tendis que la troisième restait seule en retrait.

Le vent tourna et lui apporta, avec l’odeur de la citée, une autre plus métallique. Du sang avait été versé sur la plaine.

Sur cette idée inquiétante, le jeune home mit sa monture au trop et rejoignit bientôt le lieu du carnage où demeurait encore la dernière personne. Il immobilisa son cheval à une distance raisonnable pour ne paraître ni trop agressif ni trop méfiant.
C’était à l’évidence une femme, très élancée, et comme elle portait les armes, Ohtar présuma qu’elle appartenait probablement à la fabuleuse race elfique aujourd’hui sur le déclin.
Il décida donc de le vérifier en la saluant en ces termes :

« Mae govanen elleth, im Ohtar Celebrin ion Arathar en Emyn Uial.
Man siniath en Anùnminas ? »


[HRPG--> Cela se traduit approximativement par : ‘‘Bonjour, femme elfe, je me nome Ohtar Celebrin fils d’Arathar d’Emyn Uial. Quelles sont les nouvelles d’Anùnminas ?’’ (Je ne parle pas réellement couramment le sindarin mais pour le premier poste ça permet de se mettre dans l’ambiance…]

Sa voix était grave et si roque qu’elle avait la semblance des rochers charriés par un torrent de montagne ce qui pouvait sembler étrange dans ce langage mélodieux.


Dernière édition par le Dim 18 Nov 2007 - 0:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliwen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 11

Sam 17 Nov 2007 - 17:35
Eliwen était encore un peu abasourdie. Elle qui devait simplement prendre un chemin, faire un voyage, voilà qu'elle a tué des hommes,
rencontré un autre, a repris connaissance de l'importance de ses origines et a appris qu'une armée se préparait a livré bataille a Annùminas.
Elle pensait être en fin tranquille, quand un homme lui adressa la parole en sindarin. Elle le détailla du regard.De long cheveux sombres lui tombaient sur les épaules,
et il portait une petite barbe. Elle lui répondit dans le même language.


-Bonsoir. Il se passe simplement que quelques vermines ont été tuée ici même, et que la nouvelle d'une attaque réjouis le coeur de tous...

Elle avait encore les discours d'Ardenath en tête, et cela la travaillait encore. Son ton était doux mais froid, avec une pointe d'ironie.
Elle ne savait pas pourquoi elle avait répondu cela. Les évenements de cette soirée y étaient peut-être pour quelque chose.


-Aussi... Le mot "elfe" n'est pas un terme tout a fait exact...

Son regard se perdit a nouveau dans le vide. Lorsqu'il se posa sur l'homme, elle vit l'animal sur lequel il montait. Un jeune hongre,tout en puissance.
Une nouvelle brise parcouru la lande. Cette fois, elle ne put s'empecher de frissonner. Pourtant, il ne faisait pas particulièrement froid.
Elle regarda une fois de plus les corps mutilés des brigands. Elle n'avait aucun remord, et pourtant, quelque chose la dérangeait.
Elle chassa cette idée de son esprit, et se concentra sur le nouvel arrivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ohtar Celebrin
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 78
Age : 34

~ GRIMOIRE ~
- -: Dùnadan
- -: 25
- -:

Sam 17 Nov 2007 - 18:54
Ohtar étais ravis, la jeune femme parlait effectivement en elfique, son périple commençait fort bien….
Mais l’odeur des mort devenait prenante et il en éprouva une révulsion quasi maladive. Il aurais été convenable de se rapprocher de la jeune elfe pour poursuivre mais ne se sentait tout simplement pas capable de descendre de cheval pour le mener par la bride entre les corps qu’il devinait dans l’obscurité.

Heureux malgré tout de pouvoir parler en sindarin il poursuivit en restant précisément au même endroit :

« Une attaque ? Tout le monde se réjouis d’une attaque ? Comment peut-on se réjouir d’un combat ?
Serait-ce des gobelins en petit nombre pour qu’un cœur puisse se satisfaire d’une telle perspective ? »



Il tourna le regard en tout sens mais sa vue ne lui permettait pas de remarquer quoi que ce soit dans la pénombre.
Puis comprenant que son interlocutrice avait le sang mêlé il répondit :

« Vous avez donc une ascendance mortelle, cela est égale, il m’a été agréable de pouvoir échanger quelques paroles avec vous. Qui plus est dans cette belle langue.
Je pensais me rendre à Anùnminas, voudrez vous faire la route avec moi ? Ou vos pas vous conduisent-ils vers d’autres contrées ? »


En fait la présence des cadavres semblait le rendre aussi nerveux que sa monture et il était visiblement désireux de s’en éloigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jegor Kaël
Rôdeur
Rôdeur
avatar

Nombre de messages : 947
Age : 27
Localisation : Peu Importe.
Rôle : Empêcheur de neiger en flocon.

~ GRIMOIRE ~
- -: Numénoréen
- -: ~~108
- -:

Dim 18 Nov 2007 - 18:27
A se moment là, un chevaucheur arrivait vers eux à grand galop, ils l'entendirent de loin!
Ils purent voir que la monture était blanche...mais....un loup de grande taille....Ouargue!!!
Le monteur était lui par contre de grande taille quoique courbé...
Quand il arriva à leur porté il sortit une lame aussi longue que lui même, mais il chuta...
Une fleche venait de percuter sa monture qui s'écroula avec un hurlement canin déchirant et puissant...............puis plus rien.

Le chevaucheur était au sol, il avait l'air grand, vetu d'une armure complète faite de lamelle de métal assemblé avec grand soin, des tengwar dessus, ecrite en rouge sang...surement du sang secher d'ailleur!

Il ne bougeait plus, on ne pouvait voir son visage, mais il avait l'air trés fort et avec une carrure fine et élégante, même si l'armure était trés sombre et corrodé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arkeoth.forumsactifs.com
Ohtar Celebrin
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 78
Age : 34

~ GRIMOIRE ~
- -: Dùnadan
- -: 25
- -:

Dim 18 Nov 2007 - 22:33
Ohtar Celebrin entendit le chevaucheur arriver bien avent que sa vue ne lui permette de le voir. Il ne s’agissait à l’évidence pas d’un cheval au galop mais quoi que ce fût il ne le prendrait pas au dépourvus.

Ohtar tourna sa monture dans la direction du bruit et se teint sur ses gardes, la main sur la poignée de son épée.

Un brut de flèche déchira l’aire nocturne et l’ombre qui arrivait bondissante fut fauchée en pleine course à une bonne distance du lieu où ils se tenaient.
Son cavalier, un être à l’allure déplaisante fut projeté à terre et ne bougea plus.

Le Dùnadan jeta un rapide regard à la jeune femme et, tirant une épée longue et effilée, il poussa sa monture au grand galop.

L’air froid de la nuit fouetta le visage concentré du cavalier. Il dépassa la forme étendue du chevaucheur et assena un brisé magistral sur l’échine de la bête. (Laquelle était en fait déjà morte.)

*Qui que soit son maître, nul warg n’a jamais été une créature au service des Peuples Libres.*

Il ne s’arrêta pas dans sa course et, faisant décrire une large volte à sa monture, il vint se placer au coté de la jeune demie elfe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jegor Kaël
Rôdeur
Rôdeur
avatar

Nombre de messages : 947
Age : 27
Localisation : Peu Importe.
Rôle : Empêcheur de neiger en flocon.

~ GRIMOIRE ~
- -: Numénoréen
- -: ~~108
- -:

Mar 20 Nov 2007 - 20:41
L'être eu un spasme de réspiration, avant de déplacer la tête de gauche à droite, lentement.
Il se retourna avec peine, et se mis sur les genoux, main au sol, bras tendus, tête baissé!

Sa réspiration s'entendait de loin, il avait l'air completement abrutit par le choc, et semblait peu apte à se relever ou à se déplacer.
Il emit un gémissement; celui ci ressemblait au mélange d'un pleure et d'un grognement, un grognement quasiment humain!
Puis d'une voix grave mais élégante celui ci parla :

-Je....qui êtes vous et dans quel pays somme nous????.......Un mal nous a appelé!! Est-ce vous??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arkeoth.forumsactifs.com
Lothestel
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 33
Localisation : La ou je me sens être moi...
Rôle : Etudiante

~ GRIMOIRE ~
- -: Sinda
- -: 3221 ans
- -:

Mar 20 Nov 2007 - 22:13
Lothestel avait chevauché des heures durant sous les rayons ardents d’Anar. Pourtant en cet instant, elle frissonnait. La nuit était tombée alors qu’elle était bien loin de la cité d’Annùminas où elle avait décidé de passer la nuit.

Elle se guidait grâce aux rayons pâles d’Ithil, et aussi grâce à au don de vision de sa race. Son destrier renâcla, lui aussi fort fatigué par le voyage. D’un geste doux, elle flatta l’encolure de celui qu’elle avait baptisé Hwestmoe.

« Mellon nîn gorn… Nous arriverons bientôt à destination et alors tu pourras prendre repos, je te le promets. »

A peine avait-elle finit sa phrase qu’Hwestmoe hennit doucement. Lothestel réalisa soudain qu’une odeur étrange emplissait l’air, une odeur métallique et piquante. Elle sentit le duvet de sa nuque se hérisser, réagissant à ce remugle que trop facile à reconnaître. Relevant le visage, elle se trouva face à un spectacle bien étrange.

Sur la terre souillée par le sang des cadavres elle aperçut deux personnes. Une personne en armure agenouillée semblait être en fort mauvaise posture. Un peu plus loin, une silhouette qu’elle reconnut pour celle d’une femme qui devait porter en ses veines le noble sang des Edhil. A ses côtés, une monture puissante portait sur son dos un homme aux larges épaules et aux longs cheveux sombres. A terre se trouvait le cadavre d’un énorme animal. Lothestel eut un haut le cœur et prit une grande inspiration.

Ne sachant que faire, elle arrêta sa monture et resta en retrait. Au loin, elle apercevait la ville… elle soupira

*Je crains que je ne puisse rejoindre la cité aussi vite que je le désirais…*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://natura.forumactif.com
Ohtar Celebrin
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 78
Age : 34

~ GRIMOIRE ~
- -: Dùnadan
- -: 25
- -:

Mar 20 Nov 2007 - 23:08
Ohtar Celebrin était sur ses gardes, il ne voulais surtout pas prendre de risque ni pour lui-même ni pour la jeune femme dont il ignorait jusqu’au nom…

Il en était là de ses réflexions lorsqu’il perçut le faible son de sabots étouffés par l’herbe de la plaine.
Une ombre vient s’arrêter à quelque distance derrière le chevaucheur.

Il décida d’ignorer le cavalier pour se consacrer à l’être qui l’avait si curieusement apostrophé.

Avançant donc sa monture il répliqua :

« Vous êtres en terre d’Arnor, domaine du roi Méphisto de Gondor !
Vous êtes face à Ohtar Celebrin fils de ce royaume, nul mal ne vous a appelé en ces lieux qui ne soient en vous-même !
Si vos intentions ne sont pas bonnes je vous somme de rebrousser chemin et de quitter cette terre en l’instant !
Dans le cas contraire présentez-vous et énoncez les raisons de votre intrusion en ces lieux qui vous sont visiblement si étrangers. »


Puis il guetta une réponse ou un mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jegor Kaël
Rôdeur
Rôdeur
avatar

Nombre de messages : 947
Age : 27
Localisation : Peu Importe.
Rôle : Empêcheur de neiger en flocon.

~ GRIMOIRE ~
- -: Numénoréen
- -: ~~108
- -:

Dim 25 Nov 2007 - 20:33
L'être répondit d'une voix assez faible :
-J'ai mal....ma tête me fait mal!! Je...mais...pourquoi je suis là...quesqu'y m'amene ici???....Aidez moi!!! Imsàmë!!! ("Aidez Moi!!!" Quenya)

Celui ci s'éffondra au sol, les mains sur le crâne.
Tous ceux qui étaient présent purent voir du sang couler de l'arrière de sa tête, un sang noir.

Il était sur le dos, réspirant bruyement, de façon irréguliere, il rouvrit les yeux de temps en temps, n'arrivant à lacher que des gémissement plaintif, comme des sons sortant des grandes forêt du Rhovannion, ou de Lothlorien, des son emanants la pitier!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arkeoth.forumsactifs.com
Ohtar Celebrin
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 78
Age : 34

~ GRIMOIRE ~
- -: Dùnadan
- -: 25
- -:

Lun 26 Nov 2007 - 14:50
Ohtar Celebrin descendit de sa monture et la confia à la jeune femme et s’approcha avec circonspection du chevaucheur. Il ne serait pas dit qu’une aide serait refusée à un blessé en terre d’Arnor.

Une fois arrivé près de lui il inspecta rapidement la plaie et y posa un morceau de tissu afin d’en stopper l’épanchement.

Le blessé était vraiment mal en point et, malgré le cavalier qui se tenait encor dans l’ombre, il décida de le porter jusqu'à sa monture.

L’être quel qu’il fut ne pesait pas bien lourd et son armure devait constituer l’essentiel de son poids aussi le jeun Dùadan n’eut pas trop de peine à le hisser en selle.

[HRPG:-->Il serait bien qu’Eliwen intervienne pour ne pas rester en arrière… sait on si elle pourra poster d’ici peut ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lothestel
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 33
Localisation : La ou je me sens être moi...
Rôle : Etudiante

~ GRIMOIRE ~
- -: Sinda
- -: 3221 ans
- -:

Lun 26 Nov 2007 - 23:36
Lothestel se trouvait dans une situation ou elle ne savait que faire. Elle observait la scène avec détachement, mais elle sentait ne pouvoir continuer ainsi.

Poussant un nouveau soupir, elle mit sa monture au pas et se rapprocha des trois êtres qui se trouvaient entre elle la longue nuit de sommeil à laquelle elle aspirait ardemment.

"Sîdh [paix], je ne viens pas en ennemi. J'ai pu constaté que l'un d'entre vous semble mal en point. Peut être pourrais-je être d'une quelconque aide..."

Sa voix était grave et suave. Lothestel eut une pensée mélancolique pour le son cristallin qui sortait de sa gorge alors qu'elle était encore une enfant, mais la chassa bien vite.

"Je n'ai guère de connaissances en médecine...

Mais pardonnez moi, je suis d'une rare impolitesse... Je me nomme Lothestel de Mithlond."


Elle eut une légère inclinaison de la tête en signe de salut. Puis après avoir hésité un instant, elle descendit de cheval.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://natura.forumactif.com
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Minas Tirith....
» arbres de minas tirith
» Bonne Année
» Couple de l'année

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: L'Arnor :: Annúminas-
Sauter vers: