*~ Les Races et les Langues ~*

Aller en bas 
Méphisto
Administrateur Principal
Administrateur Principal
avatar

Nombre de messages : 3189
Localisation : Minas Tirith, la Cité Blanche
Rôle : Souverain de Minas Tirith et de Gondor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de noble lignée. Descendant d'Elessar.
- -: Age où force et sagesse se côtoient
- -:

Mer 21 Nov 2007 - 22:11
LES RACES


Les Humains
Les Dúnedain
Les Nordiques
Les Orientaux
Les Suderons
Les Hommes des Neiges
Les Hommes Sauvages

Les Hobbits
Les Pâles
Les Forts
Les Pieds-velus

Les Elfes
Les Noldor
Les Sindar
Les Nandor
Les Falathrim
Les Avari

Les Nains
Les Longues-Barbes
Les Barbes-de-Feu
Les Torses-Larges

Les Orques
Les Snaga
Les Uruk-hai
Les Gobelins
Les Demi-orques

Les Trolls (*)

Les Araignées Géantes (*)

Les Wargs (*)

Les Ents (*)

Les Aigles (*)

Vous pouvez jouer la plupart de ces races sauf celles suivies d'un astérisque à cause du manque d'intérêt et de la difficulté que cela entrainerait sur le forum. Il y a plus intéressant.


"Tout ce qu'il nous reste à penser, c'est décider que faire du temps qui nous est donné .."


Dernière édition par Méphisto le Lun 27 Mar 2017 - 1:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méphisto
Administrateur Principal
Administrateur Principal
avatar

Nombre de messages : 3189
Localisation : Minas Tirith, la Cité Blanche
Rôle : Souverain de Minas Tirith et de Gondor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de noble lignée. Descendant d'Elessar.
- -: Age où force et sagesse se côtoient
- -:

Mer 21 Nov 2007 - 22:12
LES HOMMES

La race des Hommes est apparue au début du Premier Âge du Soleil dans le pays appelé Hildorien, à l'extrême Est d'Arda. Ils reçurent de nombreux noms de la part des Elfes, appelés notamment Atani (les Seconds), Hildor (les Suivants), Apanónar (les Derniers-nés), Fírimar (les Mortels), Engwar (les Maladifs), les Maudits d'eux-même, ou encore les Invités. Toutes ces appelations nous donnent bien des indications sur leur nature : ils sont les Seconds Enfants d'Ilúvatar, sont sujets aux maladies et ont donc une durée de vie limitée quoique pouvant varier selon les peuples et les époques, ont une propension à choisir leur destin mais sont bien souvent victimes de leurs choix, et enfin quittent le monde pour toujours à leur mort.


Les peuples humains

Les Dúnedain



Le terme Dúnedain désigne les Edain qui, au début du Second Âge, sont partis sur l'île de Númenor, ainsi que tous leurs descendants. Après la chute de Númenor, les seuls Dúnedain survivants étaient les Númenoréens Noirs d'Umbar et les Fidèles, ces derniers que mena Elendil sur la Terre du Milieu, et qui se séparèrent en deux groupes, ceux d'Arnor au nord et de Gondor au sud. Grands, aux cheveux sombres et aux yeux gris, les Dúnedain sont supérieurs en corps et en esprit aux autres Hommes, leur durée de vie étant plus grande, bien qu'elle se soit globalement réduite au fil du temps.

Les Nordiques



Parmi les hommes qui ne vinrent jamais en Beleriand au Premier Âge, il en est qui s'établirent dans la région de la Terre du Milieu qu'on appelle le Rhovanion. Ces populations furent appelées Hommes du Nord, et comptent actuellement les Dalites et les Hommes du Lac, les Béornides, les Bûcherons du Val d'Anduin, ainsi que les Rohirrim bien que ces derniers aient migré plus au sud depuis des siècles. Ils sont en général de solide constitution, athlétiques, les cheveux plutôt blonds et les yeux bleus, car apparentés au peuple de Hador.

Les Orientaux



Comme leur nom l'indique, les Orientaux vivent dans l'Est de la Terre du Milieu. On sait que certains de leurs ancêtres se rendirent en Beleriand au Premier Âge, mais en dehors de ces cas ce peuple semble ne s'être jamais bien mêlé aux Hommes de l'Ouest, ni ne s'être implanté dans une autre région que leur grand fief oriental, hormis en de rares occasions. Parmi les Orientaux, on retrouve les Khandéens dont font partie les Variags, ainsi que les Rhûnedain, au sein desquels on compte notamment les Balchoth et les Gens-des-Chariots. Leur taille est généralement moindre que celle des Dúnedain, leur peau généralement basanée, et leurs cheveux sombres.

Les Suderons



Les habitants des terres du Sud sont de taille à peu près équivalente à celle des Orientaux, la peau bronzée ou noire et les cheveux bruns et crépus. On sait très peu de choses sur ce peuple avant le Troisième Âge et leurs attaques sur le Gondor : il semblerait qu'aucun d'entre eux n'ait jamais foulé le Beleriand. Longtemps suppôts des puissances ténébreuses, l'affiliation des Suderons est maintenant beaucoup plus nuancée.

Les Hommes des Neiges



Descendants des légendaires Forodwaith, les Lossoth sont un peuple rustique qui vit notamment de l'élevage de rennes, de chasse et de pêche à l'extrême nord du royaume d'Arnor. Ils occupent aussi bien les côtes que les landes glacées et les collines à l'intérieur des terres. Pas très grands, ils n'en sont pas moins robustes et résistants, tout à fait adaptés à la rudesse du climat.

Les Hommes Sauvages



Bien que cette appellation ait pu entre employée pour d'autres peuples par le passé, les Hommes Sauvages désignent plus précisément les descendants des anciens habitants des vallées des Montagnes Blanches et du Drúwaith Iaur. Les plus connus sont les Drúedain qui habitent la forêt éponyme, ainsi que les Dunlendings qui ont migré plus au nord. Les deux peuples n'ont pas à proprement parler la même origine, mais partagent ou ont partagé de nombreux points communs, tant physiques que géographiques et historiques. Ils sont courts et trapus, en particulier les Drúedain, et ont des cheveux plutôt sombres.


Les langages des humains


Les Dúnedain fondèrent deux royaumes à leur arrivée en Terre du Milieu, qui furent à nouveau réunifiés au Quatrième Âge. Au Gondor, le Royaume du Sud, c'est le westron (aussi appelé Langage Commun) qui domine, car il y fut importé par leur ancêtres les Númenóréens. On y retrouve également des langues elfiques, souvenirs du temps où les gens de Númenor entretenaient des rapports avec les Elfes : le sindarin de Gondor, ainsi que le quenya númenóréen dans les livres et pour les grandes occasions.


En Arnor, la linguistique est à peu près la même. Le westron est la langue principale, et une forme de sindarin est également utilisée, notamment par la noblesse dans certaines occasions, ainsi que lors des entrevues avec les représentants des royaumes elfiques qui bordent le pays. On pourra appeler cette variante sindarin d'Arnor, pour rester dans la même logique. Le quenya númenóréen semble également être connu, mais dans une moindre mesure encore qu'au Gondor, l'Arnor ayant moins d'attirance pour le faste et le grandiose que son frère du sud.

Pour plus d'infos, n'hésitez pas à aller consulter le >Zoom sur l'Arnor<.


La langue principale de Bree est le westron quoique il doive être agrémenté de quelques mots originaire du Pays de Dun, du fait de l'édification de la ville par des ressortissants de ce pays, il y a longtemps. Un version rustique du westron a dû être importée par les Hobbits lorsqu'ils vinrent côtoyer les Hommes : on l'appelle le hobbitique, mais elle reste très proche du langage commun et les deux langues sont parfaitement inter-compréhensibles.


Au nord de l'Arnor se trouve la baie glacée de Forochel où vivent les Lossoth. Ils parlent une langue héritée de leurs ancêtres les Forodwaith, le forodien, dont ont bourgeonné différentes variantes selon les tribus. Peu tournés vers les autres peuples, ils ne maîtrisent que peu le westron.

Jetez un oeil au >Zoom sur les Lossoth< pour en savoir plus sur ce peuple !


Restons dans les régions septentrionales mais passons de l'autre côté des Monts Brumeux. À Esgaroth et à Dale, on parle le dalite, mais on maîtrise aussi le westron car il faut bien échanger et commercer avec les peuples étrangers qui jouxtent les deux villes, les nains d'Erebor et les elfes de Vertbois-le-Grand.

N'hésitez pas à aller lire le >Zoom sur Dale<.


Non loin de là, quoique à quelque distance tout de même si vous voulez faire la route à pied, se trouve la région du Val d'Anduin, qu'habitent deux peuples qui partagent de nombreux points communs, et dont les langages sont sans doute très proches l'un de l'autre : il s'agit des Béornides et des Forestiers, dont les langues (appelées sans plus de précisions langues du val d'Anduin) sont apparentées à celle des Éothéod, les ancêtres des Rohirrim qui vivaient jadis en ces régions. Ces deux peuples parlent également le westron de manière courante, étant en relation avec d'autres races, les uns pour leurs péages, les autres pour le commerce du bois.

Envie d'en connaître davantage sur ces gens ? La >Note sur les Béornides< est faite pour vous !



Au Rohan, royaume fondé par les Éothéod ayant émigré du Val d'Anduin, on parle une langue dérivée de celle de leurs ancêtres nordiques, appelée tout simplement le rohirrique. Néanmoins, le westron est assez répandu au pays des chevaux, ne serait-ce que pour les relations avec le Gondor notamment, ainsi que pour le commerce.

Voir la >Note sur le Rohan< pour de plus amples informations.


À la frontière nord du Rohan vivent les hommes sauvages du Pays de Dun, ou Dunlendings. Leur langue s'appelle le dunlandais, et ne ressemble pas du tout à celle de leurs ennemis Rohirrim. De même que la plupart des peuples, ils ont une assez bonne connaissance du westron.


Autres hommes sauvages à vivre en bordure du Riddermark, les Drúedain, aussi appelés Drûgs ou Woses, ne sont guère enclins à tisser des relations avec les autres peuples, et pour cette raison sont très nombreux à ne pas connaître le westron. Seuls quelques-uns d'entre eux savent le parler, et encore avec des accents gutturaux et en y mêlant des mots de leur langue principale, le drughu. On peut penser que les Drúedain vivant dans le Drúwaith Iaur, dans l'ouest gondorien, parlent une variante différente du drughu.


Changeons maintenant radicalement de région et intéressons-nous à l'orient, et plus précisément au Rhûn. On sait que ce royaume est composé d'une multitude de tribus unifiées, et il est probable qu'on y trouve diverses variantes dialectales. Néanmoins, pour des raisons qu'on peut comprendre, une langue unificatrice a été instauré il y a bien longtemps maintenant : le rhûnien. Le westron n'y est que peu utilisé hors mis pour les relations avec les autres royaumes, et très mal vu dans la vie quotidienne. On peut imaginer qu'une forme nouvelle de noir parler ait été créée par les sectes melkorites pour leur culte.

Le >Zoom sur le Rhûn< vous en dira plus sur ce pays.


Dans le royaume voisin de Khand, la situation linguistique est à peu près la même, si ce n'est que l'uniformisation du pays est loin d'être aussi parfaite qu'au Rhûn, ce qui implique que la langue unificatrice, le khandien, n'est pas parlé par toutes les tribus. Le westron y est très peu répandu, sauf pour les personnes amenées à côtoyer d'autres peuples.

Voir le >Zoom sur Khand< pour en apprendre davantage sur cette contrée si mystérieuse !


Enfin au Harad, rebelote, le territoire est tellement vaste que de nombreuses ethnies le composent, chacune ayant sa propre langue natale. Là encore, un langage ressort parmi les autres et sert de langue commune des régions du Sud, c'est le suderon. Du fait des relations, amicales comme guerrières, qui ont eu lieu au Quatrième Âge avec le Gondor, le westron y a une place non négligeable, notamment dans la province du Harondor qui fait le lien entre les deux pays.

Allez, un dernier petit document pour la route : la >Présentation du Harad<.


"Tout ce qu'il nous reste à penser, c'est décider que faire du temps qui nous est donné .."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méphisto
Administrateur Principal
Administrateur Principal
avatar

Nombre de messages : 3189
Localisation : Minas Tirith, la Cité Blanche
Rôle : Souverain de Minas Tirith et de Gondor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de noble lignée. Descendant d'Elessar.
- -: Age où force et sagesse se côtoient
- -:

Mer 21 Nov 2007 - 22:13
LES HOBBITS

L'origine des Hobbits est incertaine, mais il semblerait qu'ils soient apparentés aux Hommes, bien qu'eux-même ignorent de quelle manière et à quelle branche. Leur première apparition dans les récits date seulement du Troisième Âge, et eut lieu dans le Val d'Anduin, qu'ils quittèrent par la suite pour migrer jusqu'en Eriador. L'hypothèse de l'ascendance humaine est corroborée par leur espérance de vie, qui est d'environ cent ans. Toutefois, ils diffèrent des Hommes de par leur faible stature, qui est de 3 pieds environ, soit un peu moins d'un mètre, et aussi par le fait qu'ils vont généralement pieds nus. Appréciant une vie simple et rangée, ils sont pour la plupart peu enclins aux aventures, sauf pour les rares exceptions que nous connaissons bien.  


Les peuples hobbits

Les Pâles



Les Pâles sont les moins nombreux des trois branches de Hobbits. Ils sont les plus grands – toutes proportions gardées – mais également les plus minces, sont imberbes et ont la peau claire. Plus aventureux et curieux que les Forts ou les Pieds-Velus, ils ressentent moins de crainte envers les étrangers, et sont en outre très doués pour la composition de chansons et les langues. Originaires de la partie nord du Val d'Anduin, ils devinrent par la suite les leaders naturels des hobbits d'Eriador après la grande migration. Ce furent les frères Pâles Marcho et Blanco qui colonisèrent la Comté, en l'an 1601 du Troisième Âge.

Les Forts



Les Forts ont toujours aimé les cours d'eau, et vivaient à l'origine sur les berges de la rivière aux Iris et du fleuve Anduin. Ils migrèrent plus tard que les autres vers l'Eriador, et certains d'entre eux s'établirent un temps au Pays de Dun avant de rejoindre les Pâles et les Pieds-Velus plus au nord, à Bree et en Comté. Même là, ils continuèrent à préférer l'abord des grandes rivières, et beaucoup s'établirent au Pays de Bouc près du Brandevin, ainsi que dans le Quartier Sud. Plus lourds et plus larges que la moyenne, ils sont les seuls à développer une pilosité faciale.

Les Pieds-velus



Ce sont les plus communs et les plus typiques des Hobbits. Ils sont plus petits et ont la peau plus bronzée que les autres, et arborent une épaisse pilosité sur le dessus des pieds. Aimant les collines, ce sont eux qui les premiers ont pris l'habitude de vivre dans des smials. Ils furent également les premiers à avoir migré vers l'Eriador, et à avoir reçu l'appellation de Semi-hommes de la part des Dúnedain. Notons toutefois que les trois branches hobbites se sont largement mêlées durant leur long établissement dans la Comté et à Bree, et que les différences entre les Pâles, les Forts et les Pieds-velus tendent à s'estomper avec le temps.


L'idiome des hobbits


La Comté fut le dernier pays colonisé par les Hobbits, et celui dans lequel ils s'établirent le plus durablement et en plus grand nombre. Théoriquement interdite aux Grandes Gens depuis le règne du Roi Elessar, on peut imaginer que le langage n'y a que peu évolué au fil du temps. Les hobbits de la Comté parlent une forme rustique et campagnarde du westron, appelée tout simplement hobbitique. Les tournures sont souvent familières et peu châtiées, ce qui peut occasionner quelques situations cocasses en présence d'étrangers employant le westron ordinaire mais ne gêne en rien la compréhension.


Dans le Pays de Bree, qui comprend les villages de Bree, de Staddel, de Combe et d'Archet, on peut penser que la symbiose avec les Humains ait engendré un certain affaiblissement du hobbitique, qui tendrait donc à se rapprocher du westron ordinaire sans toutefois perdre toutes les caractéristiques qui lui sont propres. À Bree particulièrement, le grand trafic de voyageurs a peut-être encore renforcé ce phénomène.


"Tout ce qu'il nous reste à penser, c'est décider que faire du temps qui nous est donné .."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méphisto
Administrateur Principal
Administrateur Principal
avatar

Nombre de messages : 3189
Localisation : Minas Tirith, la Cité Blanche
Rôle : Souverain de Minas Tirith et de Gondor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de noble lignée. Descendant d'Elessar.
- -: Age où force et sagesse se côtoient
- -:

Mer 21 Nov 2007 - 22:17
LES ELFES

Les Elfes, ou Quendi, sont les Premiers Enfants d'Ilúvatar, nés aux abords du lac Cuiviénen, dans l'extrême-est d'Arda, à l'Âge des Arbres. Immortels dans le sens où ils ne sont pas touchés par les maladies et ne subissent pas les effets de la vieillesse, ils peuvent cependant mourir à cause de blessures et rejoindre les Cavernes de Mandos, où leur fëa, leur âme, attendra quelques temps avant de réincarner un nouveau hröa, un nouveau corps. Contrairement aux Hommes qui quittent les cercles du Monde après leur mort, les Elfes sont liés à l'essence d'Arda. Ils sont en général grands, élancés, et gracieux dans leur manière d'être, et partagent la plupart des caractéristiques physiques humaines, bien que l'intensité de leur regard soit souvent plus forte.


Les peuples elfiques

Les Noldor



Ils sont le second peuple des Eldar, qui entreprirent le voyage jusqu'à Valinor. Fortement attirés par la quête de savoir et de savoir-faire, mais aussi par l'aventure et la liberté, ils forment le peuple elfique qui ressemble – dans une certaine mesure – le plus aux humains dans leur manière de penser, et dans les malheurs que leur avidité arrive à causer. Physiquement, une de leur caractéristiques particulières est la couleur de leur chevelure, qui est souvent sombre. De par leur tempérament aventureux et voyageur, on trouve des Noldor dans la plupart des cités elfiques (excepté à Vertbois) bien qu'en plus grande proportion à Fondcombe et à Gar Thulion.

Les Sindar



Les Sindar sont issus des Teleri, le troisième peuple des Eldar à avoir entrepris le Grand Voyage. Contrairement à leurs frères, les Sindar restèrent en Beleriand et ne purent jamais voir la lumière des Deux Arbres, ce qui fait d'eux des Moriquendi, des elfes sombres, mais sont bien souvent appelés Elfes Gris car ils vécurent longtemps sous la direction de Thingol, qui lui s'était rendu dans les Terres Immortelles. Ils retournèrent en Terre du Milieu après la Submersion du Beleriand, où ils devinrent les dirigeants des peuples sylvains, notamment en Lórien et à Vertbois-le-Grand, bien qu'on puisse probablement en trouver dans toutes les cités elfiques du fait de leur nombre relativement important.

Les Nandor



Issus également du peuple teleri, les Nandor n'allèrent pas jusqu'au bout de la Grande Marche mais s'arrêtèrent dans les forêts de la Terre du Milieu, ou dans le pays d'Ossiriand. Ils sont totalement différents des autres Eldar, et sont de tempérament méfiant envers les étrangers, parfois même repliés sur eux-mêmes. Plus proches et respectueux de la nature, ils ont un esprit moins guerrier, qui peut toutefois s'embraser en cas d'intrusion sur leur territoire. Du fait de leur habitat, les Nandor sont aussi appelés Elfes Sylvains, et sont d'une grande agilité.

Les Falathrim



Les Falathrim, ou Peuple des Côtes, sont ceux des Teleri qu'Ossë persuada de s'attarder sur les rivages du Beleriand, et qui ne parvinrent donc jamais à Aman. Ils vécurent dans les Falas sous l'égide de Círdan, avant de voguer vers l'est et le Golfe de Lhûn au début du Deuxième Âge, et de s'installer aux Havres Gris, mais également plus au sud à Eglarest et Brithombar, qui furent détruits par la suite. Aujourd'hui, les derniers représentants de ce peuple ne demeurent donc plus qu'aux Mithlond, et l'on peut penser qu'étant donné leur amour de la mer, bien peu sont partis vivre dans les autres bastions elfiques.

Les Avari



Les Avari sont les elfes sombres par excellence, bien que ce dernier terme ait été élargi à d'autres peuples par la suite. Jadis, ils n’acceptèrent pas l'invitation des Valar et refusèrent tout bonnement de suivre Oromë pour le Grand Voyage. Ils restèrent dans l'est d'Arda, puis certains migrèrent en Terre du Milieu voire en Beleriand, mais leur majesté ne resta que l'ombre de celle des Eldar. Au Quatrième Age, les Avari sont la plupart du temps mêlés aux Elfes Sylvains tant et si bien qu'il est maintenant difficile de les distinguer. D'autres ont choisi une vie plus solitaire, sans attaches.


Les langues elfiques


Imladris – plus communément appelée Fondcombe – a été fondée par les Noldor ayant fui le sac d'Eregion au Deuxième Âge. La langue principale en est le sindarin, encore que le quenya exilique y soit très répandu,  notamment dans les poèmes et les livres. De par son passé commun avec les Dúnedain, le westron y est également parlé.  Enfin, le mátengwië, ou langage des mains, y est connu comme dans toutes les cités elfiques.


Aux Mithlond, la langue officielle est le falathrin, mais le sindarin y est probablement très répandu, ainsi que le quenya exilique dans la littérature. Le westron est très utile pour communiquer avec les Nains de Tronjheim ou les Hommes de l'Arnor, aussi est-il sans doute maîtrisé par les personnes amenées à côtoyer ces peuples. Le mátengwië y est également pratiqué.


Forteresse secrète construite au Deuxième Âge au beau milieu de l'Emyn Muil, Gar Thulion a été peuplée d'elfes au Quatrième Age avec l'accord du Roi Méphisto. On y retrouve le sindarin en langue principale, le mátengwië, le quenya exilique pour les écrits, et probablement le westron pour ceux qui sont amenés à communiquer avec l'extérieur.


En Lórien, outre le mátengwië, on parle un sindarin teinté d'un accent et de mots d'origine sylvaine, le sylvain pur étant quant à lui tombé en désuétude. Le westron n'y est connu que par une minorité de la population car les échanges avec les autres races sont peu nombreux.


À VertBois-le-Grand, la langue principale est très spécifique puisqu'il s'agit du sylvain. En effet, le royaume étant fortement replié sur lui-même, les elfes qui l'habitent ont choisi de conserver un idiome qui a pratiquement disparu partout ailleurs en Terre du Milieu. Bien entendu, le sindarin est sûrement utilisé en dernier recours pour communiquer avec les autres peuples elfiques dans les rares occasions qui se présentent, et encore plus rarement le westron pour les relations avec les Humains. Enfin, comme tous les elfes, ils connaissent le mátengwië.


"Tout ce qu'il nous reste à penser, c'est décider que faire du temps qui nous est donné .."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3166
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Jeu 26 Fév 2009 - 22:43
LES NAINS

Les Nains ne font pas partie des Enfants d'Ilúvatar, ayant été créés par le Vala Aulë qui, impatient, souhaitait voir des êtres vivants peupler les étendues d'Arda. Ce fut néanmoins par la permission d'Eru qu'ils furent autorisés à venir au monde, après avoir attendu leur heure, dormant sous les montagnes. Il y eut Sept Pères pour les Nains, et chacun d'entre eux fonda sa propre lignée, son propre peuple. Seuls trois de ces peuples apparaissent dans les histoires de la Terre du Milieu, car les autres habitent très loin dans l'est. Les Nains ont une taille moyenne de 4 pieds, soit environ 1m20, bien que certains puissent atteindre cinq pieds, soit environ 1m50. Ils arborent des barbes fournies (individus masculins et féminins indifféremment), sont robustes de corps, ont généralement l'esprit opiniâtre et rancunier, et ont une durée de vie dépassant – et parfois allègrement – les deux-cents ans.

Vous pouvez jeter un œil au >Zoom sur les Nains<, où vous en apprendrez davantage sur ces mineurs des profondeurs...


Les peuples nains

Les Barbes-Longues



Il s'agit du peuple nain le plus célèbre et le plus répandu en Terre du Milieu, puisqu'on trouve de ses représentants aussi bien à Khazad-dûm que dans les bastions du nord, Erebor, les Monts du Fer et les Montagnes Grises, et même à Tronjheim bien que pour cette dernière ils y soient minoritaires. Cette répartition géographique est somme toute assez logique puisque les Barbes-Longues – qui se nomment eux-mêmes les Sigin-tarâg – descendent de Durin, fondateur de Khazad-dûm qui se trouve à peu près au centre de la Terre du Milieu. À en croire leur nom, ils porteraient généralement une barbe plus longue que celle des autres peuples nains, quoique on ignore s'il s'agit d'une caractéristique génétique ou d'un élément culturel.

Les Barbes-de-Feu



Les Barbes-de-Feu sont appelés ainsi à cause de la couleur de leur pilosité qui tire dans la plupart des cas sur le roux, ainsi que pour leur caractère enflammé, impétueux. Le Père de leur race était né sous le Mont Dolmed dans les Montagnes Bleues, et ses descendants habitèrent les cités de Nogrod et de Belegost jusqu'à ce qu'elles soient détruites à la fin du Premier Âge. Les survivants migrèrent alors vers les autres colonies naines, notamment en Moria, se mêlant aux Longues-Barbes. Au Quatrième Âge, beaucoup de Barbes-de-Feu firent le voyage inverse, sans doute mus par de forts sentiments d'appartenance et de nostalgie, lorsque fut édifiée la cité de Tronjheim.

Les Torses-Larges



Là encore, il n'est guère besoin de se creuser les méninges pour trouver l'étymologie du nom de ce peuple : ce sont tout simplement les nains les plus massifs, les plus imposants de tous. Leur force physique pourrait faire d'eux des guerriers redoutables, pourtant ils n'ont généralement pas le tempérament bagarreur, et sont au contraire plutôt calmes et modestes. Malgré leurs caractères opposés, les Torses-Larges et les Barbes-de-Feu ont un destin très lié depuis le début : en effet leurs Pères respectifs s'étaient éveillés au même endroit, dans les Ered Luin, et leurs peuples s'étaient probablement mêlés à Belegost et à Nogrod, puis à Khazad-dûm et dans le Nord, et enfin à Tronjheim où ils revinrent en masse bien plus tard.


Les dialectes nanesques


Erebor fut fondée en l'an 1999 du Troisième Âge, lorsque Thráin Ier abandonna la Moria au Fléau de Durin et prit le chemin du Nord avec les restes de son peuple. Les langues ayant cours sous la Montagne Solitaire sont le khuzdûl, le langage que les nains utilisent entre eux, mais également le westron qui leur sert à communiquer avec les peuples des alentours, ainsi que l'iglishmêk, langue gestuelle qu'ils maîtrisent à la perfection. On sait que les Ereboriens ont utilisé des noms dalites par le passé, mais il est peu probable qu'ils maîtrisent cette langue humaine.


Les Monts du Fer et les Montagnes Grises sont deux colonies minières naines dont l'histoire est liée. Les Ered Mithrin furent investies par les Barbes-Longues dans les temps anciens, puis perdues au XXVIème siècle du Tiers Âge suite à l'attaque d'un dragon-au-sang-froid. Dès lors, Grór marcha vers les Monts du Fer et y établit une nouvelle cité, qui fut par la suite rattachée au royaume d'Erebor. Les Montagnes Grises, elles, ne sont aujourd'hui occupées que par quelques colons et n'ont jamais vraiment retrouvé de poids politique. Dans ces deux contrées, il y est parlé un khuzdûl de variété très proche de celui d'Erebor, ainsi que l'iglishmêk. Le westron y est également connu, quoique un peu moins répandu que sous la Montagne Solitaire.


Khazad-dûm fut fondé jadis par Durin l'Immortel, puis perdue au Troisième Âge à cause du réveil d'un balrog, et enfin restaurée au Quatrième par Durin VII. Comme dans tous les bastions nains, le khuzdûl tient lieu de langue principale. Le khuzdûl de la Moria a toutefois un style légèrement différent de celui du Nord : les tournures sont plus littéraires, plus raffinées diront certains. L'iglishmêk y est moins en vogue qu'à Erebor mais est tout de même employé. Le westron, utilisé pour la diplomatie et le commerce, connaît un regain d'intérêt depuis que Hadhod a adopté une politique plus ouverte vers le monde.

Pour avoir plus d'infos sur cette cité, n'hésitez pas à consulter la >Présentation de la Moria< !


Tronjheim est comme qui dirait un cas à part puisque très influencée par les cultures des Barbes-de-Feu et des Torses-Larges, et coupée géographiquement des autres cités naines. Le khuzdûl qui y est en usage contient des tournures, des mots et des sonorités très locales, qui peuvent paraître étranges aux autres naugrim, et l'iglishmêk est quant à lui totalement différent de celui des bastions situés plus à l'est. Le westron y est très répandu, notamment pour servir le commerce du sel.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3166
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 22 Avr 2016 - 22:26
LES ORQUES

On sait que les Orques furent l’œuvre de Melkor, mais on ignore au juste s'ils ont été créés de toute pièce par le Vala rebelle ou s'il s'agit d'anciens Elfes capturés près de Cuiviénen et dégradés de corps et d'esprit par de longues tortures. Toujours est-il qu'ils ont une espérance de vie très longue ; peut-être même sont-ils immortels tout comme les Elfes. Leur apparence peut varier selon les espèces, mais de manière générale ils sont de taille inférieure aux Hommes, ont les jambes torses et de longs bras, la peau verte, brune ou grise mais toujours assez sombre, les dents acérées comme des crocs, la voix et les traits disgracieux.


Les peuples orques

Les Snaga



Le terme snaga signifie 'esclave', et est employé pour désigner les orques de petite stature. Il ne s'agit pas d'une appellation générique mais d'un nom méprisant qui leur est donné par les orques plus imposants. On peut penser qu'il s'agit des orques ordinaires, basiques, tels qu'ils ont été conçus originellement avant que d'autres espèces ne fassent leur apparition. Leur taille moyenne n'est pas spécifiée, mais selon toute probabilité ils seraient plus grands que les Nains, et bien sûr plus petits que les Humains.

Les Uruk-hai



Les Uruks sont une nouvelle espèce d'orques apparue durant le Troisième Âge. Ils ont très certainement été obtenus par sorcellerie à partir d'orques ordinaires : on sait que Sauron a créé les siens au XXVème siècle, et que Saruman a repris l'idée pour son propre compte pendant la Guerre de l'Anneau. Les Uruks-hai ont une taille à peu près humaine, sont de solide constitution, et ne craignent pas la lumière du soleil. Le terme Hobgobelins, désignant les orques de grande taille, peut probablement être vu comme un synonyme d'Uruk-hai.

Les Gobelins



À l'origine, le terme gobelin était équivalent à celui d'orque, mais il a peu à peu acquis une autre acception en désignant les orques qui ont élu domicile dans les cavernes des montagnes, et dont les conditions de vie ont modifié leurs caractéristiques. Les Gobelins sont généralement petits, agiles, et ont un esprit farceur et extrêmement ingénieux. Il se trouve que beaucoup de gobelins ont une peau verte ou verdâtre, bien que cette caractéristique ne soit pas toujours vraie.

Voici le lien vers le >Zoom sur les Gobelins< ...

Les Demi-orques



Aussi appelés Hommes-gobelins, les Demi-orques ont un physique mêlant les caractéristiques humaines et orquines. Nul ne sait au juste à quand remonte leur origine et de quelle manière les deux races furent hybridées, toujours est-il que cette engeance allie la brutalité des Orques et une bonne capacité de réflexion. Ils ont le teint olivâtre ou jaunâtre, et sont plus grands que les Snaga. Sont-ils dotés de la durée de vie des Orques ou de celle des Hommes, la question n'a jamais bien été tranchée, mais on peut penser qu'elle peut varier suivant leur « degré d'humanisation », si l'on peut dire.


Les jargons des orques


Il est difficile de définir clairement des royaumes orques dans le sud, car ceux qui survécurent à la chute de Barad-dûr et aux chasses organisées par Aragorn II ont maintenant formé de petites tribus sans véritable chef fédérateur connu. Toutefois beaucoup de ces tribus semblent être agglomérées autour du Mordor et pourquoi pas se servir de ce pays comme lieu de repli. Ils y parlent un dialecte qu'on peut appeler orquin, qui est composé d'un westron dégradé et de nombreux termes en noir-parler, l'ancienne domination de Sauron se faisant encore sentir au niveau linguistique. Les tribus usent cependant d'un orquin différent des unes aux autres, et sont contraintes de se plier à un westron légèrement moins impur pour se comprendre entre elles.


Chez les Gobelins du Nord, la situation linguistique est à peu près la même : Gundabad, Gobelinville et le Mont Gram ont probablement chacune leur dialecte d'orquin, et reviennent à un westron grossier mais plus ordinaire pour communiquer entre elles. La domination du Seigneur Ténébreux s'était étendue jusqu'aux Monts Brumeux, c'est vrai, mais pas de manière aussi indélébile qu'au Mordor, aussi les termes de noir-parler intégrés à l'orquin doivent-ils être bien moins nombreux.


Dans les ruines de Belegost et Nogrod, chez les Gobelins qui n'ont pas ou presque pas subi la domination de Sauron et qui ne cessent de s'en vanter, l'orquin employé est sans doute exempt de termes de noir-parler. Il n'en demeure pas moins exécrable à entendre, et sans doute les peaux-vertes utilisent-elles un langage un peu moins avili qui se rapprocherait davantage du westron originel, pour les pourparlers avec les autres peuples.




The Half Cop


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Dim 15 Mai 2016 - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3166
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Dim 15 Mai 2016 - 18:48
LIENS ET DICTIONNAIRES


Le westron

Article  Tolkiendil | Équivalence : français



Le hobbitique

« Je paierais cher pour une demi-douzaine de patates. » Sam Gamegie

Article Tolkiendil | Équivalence : français avec tournures familières ou rustiques



Le rohanais

« Ferthu Théoden hal ! » Eowyn

Article Tolkiendil | Équivalence : vieil anglais | Dictionnaire vieil anglais - anglais | Traducteur anglais - vieil anglais | Livre de la Marche p.133



Le dunlendais

« Mort aux Forgoil ! Mort aux Têtes de Paille ! » Assaillants à Fort-le-Cor

Article Tolkiendil



Le dalien

Article Tolkiendil | Équivalence : vieux norrois | Dictionnaires français - vieux norrois et vieux norrois - français | Dictionnaire anglais - vieux norrois



Le drughu

« Tuons les gorgûn dans les bois, détestons les orques. Vous détestez les gorgûn aussi. » Ghân-buri-Ghân

Article Tolkiendil



Le forodien

Équivalence proposée : inuktitut | Dictionnaires français - inuktitut et inuktitut - français



Les langues du Val d'Anduin

Article Tolkiendil



Le rhûnien et le khandien

Article Tolkiendil



Le suderon

« Mûmak ! Mûmak ! » Damrod

Article Tolkiendil



Le sindarin

« Lacho calad ! Drego morn ! » Cri de guerre des Edain du Nord

Article Tolkiendil | Dictionnaires sindarin - français et français - sindarin



Le quenya exilique

« Ai ! laurië lantar lassi súrinen, yéni únótimë ve rámar aldaron ! » Galadriel

Article Tolkiendil | Dictionnaires quenya - français et français - quenya



Le falathrin

Article Tolkiendil



Le sylvain

« Bienvenue à Caras Galadhon ! » Haldir

Article Tolkiendil



Le mátengwië

Article Tolkiendil



Le khuzdûl

« Baruk Khazâd ! Khazâd ai-mênu ! » Cri de guerre nain

Article Tolkiendil | Dictionnaire khuzdûl - français (rubrique khuzdûl>néo-khuzdûl>lexique complet) | Dictionnaires et leçons en anglais



L'iglishmêk

Article Tolkiendil



L'orquien

« Uglúk u bagronk sha pushdug Saruman-glob búbhosh skai. » Un Orque du Mordor

Article Tolkiendil



Le noir parler

« Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul, ash nazg thrakatulûk agh burzum-ishi krimpatul. » Inscription sur l'Anneau Unique

Article Tolkiendil | Dictionnaires français - noir parler et noir parler - français | Dictionnaire noir parler - anglais




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» *~ Les Races et les Langues ~*
» Bonjour dans toutes les langues
» LES RACES DISPARUES
» F.A.Q. langues elfiques
» Tirage de langues story...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Communauté - :: Contexte-
Sauter vers: