Souvenirs sous la forêt noire

Aller en bas 
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Dim 25 Nov 2007 - 18:35
Laurelin et Silivrien laissèrent les grandes tentes blanches derrière eux et s' éloignèrent de quelques pas, jusqu' à une grande pierre plate qui ressemblait à un banc grossier. Ils s' y installèrent, l' un en face de l' autre, chacun adossés sur un des deux énormes troncs de deux grands hêtres qui entouraient la pierre.
Laurelin dévisagea Silivrien. Le soleil revenu se reflétait dans ses grands yeux verts renvoyant une myriade de petits éclats argentés, et les traits de son visage semblaient se détendre pour la première fois depuis qu' ils s' étaient de nouveau rencontrés à Gar Thulion. Elle souriait, de son petit sourire espiègle qu' elle arborait déjà lorsqu' elle n' était encore qu' une enfant.
Ce sourire, il ne l ' avait plus revu depuis ce jour funeste où son père Anilië l' avait envoyé querir le père de Silivrien, sur ordre du Seigneur Elrond.
C' était il y a longtemps, durant la guerre de l' anneau, Silivrien n' avait alors que dix neuf ans.
C' est elle qui lui avait ouvert ce jour là, l' acceuillant comme à son habitude d' une charmante petite courbette, un grand sourire au lèvres qui s' effaça rapidement devant l' air grave de Laurelin.
Le père de la jeune elfe, était apparu dans l' encadrement de la porte et lui avait fait signe de s' approcher.

- Capitaine Lamenór, avait déclaré Laurelin en s' inclinant, les troubles s' intensifient tout près du gué de Bruinen, mon père m' envoie vous chercher, le seigneur Elrond mande tout les officiers elfes pour une campagne d' assainissement des frontière d' Imladris. D' innombrables orques se rassemblent près de nos frontières, et ...

Le grand rire de Silivrien le fît sortir de ses pensées, elle le regardait d' un regard moqueur ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silivrien
Dame d'Elostirion
Dame d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 548
Age : 56
Localisation : Dans une des Tours ou aux alentours...
Rôle : Gardienne des Tours Blanches

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de Fondcombe
- -: 319 ans
- -:

Dim 25 Nov 2007 - 19:07
L’Elnaith contemplait son vieil ami depuis cinq bonnes minutes, alors qu’ils étaient tous deux adossés à un arbre sous les frondaisons de la Forêt Noire. Laurelin semblait perdu dans ses pensées, et son visage impassible se refusait à dévoiler leur nature. Etaient-elles sombres ou gaies, nul n’aurait pu le dire, mais la mine mystérieuse de l’Elfe commençait à devenir comique, ce qui arracha à Silivrien un grand éclat de rire qui brisa le silence du sous-bois…

-Alors…que t’arrive-t-il ? On dirait que tu as vu un fantôme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-passe.net
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Dim 25 Nov 2007 - 21:59
- Toute mes excuses Silivrien, je flânais sur une plage éloignée, écoutant le bruissement des vagues du souvenir ... Beaucoup d'entre elles conservent les échos de la famille Elemmirë, répondit Laurelin à l' Elnaith en lui souriant.

Il attendit quelques instant puis il reprit :

- Un magnifique enfant allait naitre. C' était une belle nuit et beaucoup de monde se pressaient autour de la maison du Capitaine Lamenòr. Chacun portait une petite bougie pour fêter le nouvel arrivant ajoutant des étoiles aux étoiles du ciel.
J' étais là aussi, aux côtés de mon père et de ma mère, faisant des efforts désespérés pour éviter que l' agréable petite brise qui s' amusait avec la flamme de ma bougie ne finisse par l' éteindre.
Ton père est enfin sorti, la mine radieuse, comblé. Après un fils, Nerdanel venait de lui donner une fille, une magnifique petite fille et il cria ton nom, Silivrien.
Alors des chants s' élevèrent dans la nuit, inondant Imladris comme une fontaine d'eau pure, ton nom était chanté par tous.
Puis les chants cessèrent et une elfe d' une très grande beauté s' avança, une lumière dorée semblait émaner d' elle, ses longs cheveux blonds se balançaient de droite à gauche, ils semblaient danser.
Aérienne, Arwen Undòmiel venait d' arriver, la fille du seigneur Elrond amenait un message de félicitation de son père. Elle entra dans la maison et lorsqu' elle reparût sur les marches, elle portait le nouveau né dans ses bras. Elle pria les valar de veiller sur toi, t' accorda un petit baiser avant de repartir.
Ton père est alors venu vers nous, nous invitant à entrer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silivrien
Dame d'Elostirion
Dame d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 548
Age : 56
Localisation : Dans une des Tours ou aux alentours...
Rôle : Gardienne des Tours Blanches

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de Fondcombe
- -: 319 ans
- -:

Lun 26 Nov 2007 - 22:07
Une larme salée courut sur la joue de Silivrien, pendant que son vieil ami évoquait le moment de sa naissance. Ainsi, on lui avait dit vrai. La Reine Arwen l'avait réellement tenue dans ses bras. Elle ignorait que ce fut si tôt, et d'ailleurs elle avait toujours eu du mal à le croire. Le fait de savoir que Laurelin avait assisté à ses premiers instants lui rappela les tendres liens qui l'unissaient à sa famille. Ils n'étaient pourtant pas du même sang, mais elle comprit mieux à cet instant pourquoi elle avait prit l'habitude de l'appeler "Oncle Laurelin" quand elle était petite. Elle se souvenait des histoires qu'il lui racontait, les poèmes, les légendes des temps anciens...Il lui apportait un petit cadeau à chaque visite...Mais au fond, elle ne savait presque rien de lui. L'envie lui prit de combler cette lacune...

-Tu ne m'as jamais beaucoup parlé de toi...Je ne sais même pas si tu es marié, si tu as des enfants,...si quelqu'un t'attend en Terre du Milieu ou à Valinor...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-passe.net
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Mar 27 Nov 2007 - 21:28
Laurelin sortit un petit mouchoir de soie blanche de sa poche et d' un geste amical, essuya la petite larme qui avait perlé sur la joue de Silivrien. Il se mit à sourire à la dernière question de l' elfe et la regarda d' un air taquin.

- Des enfants ? .... Oui .... J' en ai ...., répondit-il en riant franchement cette fois-ci, j' ai dix petits garnements humains sur les bras !

La réponse n' eu pas l' air de convenir à Silivrien alors il enchaina rapidement :

- Mes premières années de vie, je les ai passée dans les palais à recevoir instruction et connaissances, protégé par ma mère qui voulait faire de moi un grand diplomate, j' étais Laurelin, de la haute maison de Fingolfin.
Mais les évènements en ont décidés autrement, les guerres se sont enchainées et le futur qui m' était destiné a volé en éclat, le monde devenait sombre et, sur la demande de mon père, le Capitaine Lamenòr s' est personnellement occupé de ma formation aux arts de la guerre et du combat. Ton père a fait de moi une machine de guerre Silivrien,un redoutable combattant, j' ai eu la chance de bénéficier du meilleur enseignant que l' on pouvait esperer. J' ai participé à maints campagne par la suite, ne me laissant que peu de temps pour m' occuper de fonder une famille ...

Il fît une petite pose puis déclara :

- Le coeur libre d' un noble elfe se promène sous les arbres de la forêt noire ...

Et il repartit d' un grand rire avant d' ajouter :

- Je me permet de te retourner la question ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silivrien
Dame d'Elostirion
Dame d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 548
Age : 56
Localisation : Dans une des Tours ou aux alentours...
Rôle : Gardienne des Tours Blanches

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de Fondcombe
- -: 319 ans
- -:

Mar 27 Nov 2007 - 21:57
La question de Laurelin l'amusa et la troubla tout autant. Elle aurait trouvé naturel qu'en plus de trois millénaires d'existence, son vieil ami finisse par trouver le temps long, mais pour elle et ses trois-cent malheureuses années...elle avait le sentiment d'avoir encore l'éternité devant elle, d'autant que sa vie avait radicalement changé au cours des derniers mois. Elle lui répondit donc de manière un peu évasive...

-Bah...je ne te dis pas que quelques benêts de Fondcombe n'ont pas songé à me courtiser de temps en temps, mais aucun n'a encore réussi à me convaincre qu'il était...l'Elfe de ma vie...Et puis avec mes responsabilités actuelles...

Elle accompagna sa phrase d'un geste de la main au dessus de sa tête, indiquant par là à Laurelin qu'elle ne comptait pas se reposer la question au cours de cet âge du monde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-passe.net
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Mer 28 Nov 2007 - 14:03
- Quelques '' Benêts '' de Foncombe, repeta Laurelin, rhôôô Silivrien ...

Le visage de l' elfe se raidit un peu et un voile de tristesse sembla assombrir l' éclat des yeux de Laurelin qui attendit un instant puis se mit à parler, presque à psalmodier :


- Château de l' Indelos, aux havres gris. Mon Père est conseillé de Gil-galad, haut Roi des Noldors et dernier descendant de Fingolfin. Nous sommes tout près du port. A l' époque, j' étudie le Valarin avec l' un des dernier Lambengolmor resté sur la terre du milieu.
Un matin, plongé dans l' étude d' un texte de Faënor particulierement difficile, une tache brillante au loin sur la mer attire mon attention. Une voile blanche approche des côtes, un bateau majestueux s' avance vers le port. Des Numenoréens, comme souvent à cette époque. Ils en venaient de plus en plus et la plupart étaient sages et pacifistes, mais certain avaient des intentions plus belliqueuses. Hô, pas contre nous les elfes, en tout cas pas ouvertement, mais ils colonisaient des territoires sur la terre du milieu et n' étaient pas tendres avec les humains qui y vivaient déjà ... Mais soit.
Je lachait mon travail pour voir le bateau accoster. Cela constituait toujours un petit évènement.
Sur place, je rencontrais mon père, chargé du protocole et je me faufilait juqu' à lui. Il acceuillait les nouveau venus.
Les humains débarquaient, ils avaient touours un regard bizarre lorsqu' ils posaient pour la premiere fois les yeux sur le port, mélangant admiration et crainte.
Mais cette fois là, j' eu également les yeux emplis d' admiration. Une jeune femme d' une beauté rare venait de poser son pied sur le port. Ses longs cheveux noirs lui tombaient sur les épaules, ses yeux étaient noirs également et ils vous trnspercaient au moindre regard. Elle avait un sourire radieux et il émanait d' elle une sorte d' aura particulière.
J' étais sous le charme lorsqu' elle s' approcha de mon père.

- Bienvenue au Lindon très chère, déclara Anilië à la nouvelle arrivante, mon fils Laurelin vas vous emmener jusqu' au chateau où vos appartement sont préparés.

Mon père se tourna alors vers moi me faisant comprendre d' un plissement d' yeux que je n' avait toujours pas salué notre invitée.
Je balbutiais quelques politesses incomprehensibles en m' inclinant gauchement.

J' accompagnais donc la jeune femme. Elle s' emerveillait de tout ce qui l' entourait et je tentais de répondre à ses nombreuses questions et de sa bouche sortaient alors des '' Hoooo '' et des '' Haaaa '' tout à fait charmant. Elle ne se départissait jamais de son grand sourire et ses grands yeux brillaient de milles feux.
Les cinq années qui suivirent, je passais presque tout mon temps avec Ancalastë et je négligeait mes études ce qui ne manqua pas de déplaire à ma mère.

Nous nous sommes rapproché, toujours plus, de jours en jours, et nous nous sommes aimé, nous étions follement éprit l' un de l' autre et aujourd' hui encore, je me souvient de son parfum, de ses rires qui résonnaient comme des fontaines de bonheur, de sa peau brillante, blanche comme la neige et ses cheveux noirs qui n' en finissaient plus, formant comme une cascade. Les traits de son visage étaient fin et délicats presque elfique.

Un soir, mon père Anilië,me fit convoquer dans son bureau, il avait la mine sombre et l' air sévere. Ma mère se trouvait à ses côtés. Il me fît signe de m ' asseoir et il me déclara :

Comme tu le sais mon fils, Ancalastë est une cousine de la reine Tar-Míriel, épouse d' Ar-Pharazôn le vermeille, détenteur du sceptre des rois de la mer. Elle nous a menti ... Elle n' est pas venu ici sous la bénédiction de son roi, elle s' est échappée !!


Laurelin s' arrêta de parler, la dernière phrase avait été pour lui difficile à prononcer. On eu dit qu' il ressentait encore le choc de la nouvelle.
Puis doucement, il regarda Silivrien, semblant attendre un commentaire ou simplement un signe pour savoir s' il pouvait continuer ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silivrien
Dame d'Elostirion
Dame d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 548
Age : 56
Localisation : Dans une des Tours ou aux alentours...
Rôle : Gardienne des Tours Blanches

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de Fondcombe
- -: 319 ans
- -:

Mer 28 Nov 2007 - 20:45
Silivrien trouvait le récit de son ami fascinant. En fait, ce qui la frappait le plus était l'impression que donnait Laurelin de vivre cet évènement comme s'il s'était passé la veille, alors que le drame datait déjà d'un nombre respectable de siècles. Comme il avait dû aimer cette femme...Elle hocha la tête, en le regardant avec tendresse et compassion...

-J'imagine aisément ton dilemme. Accepter de la renvoyer chez son père en renonçant à elle pour toujours, ce qui, je présume, était l'avis de tes parents,...lui accoder refuge aux Havres,...diplomatiquement hasardeux,...ou plus romanesque, l'enlever et t'enfuir avec elle jusqu'au bout de la Terre du Milieu...Alors, qu'as-tu décidé ?...ah, et puis désolée si le mot "benêts" t'a choqué, il n'était pas exactement péjoratif, mais tu sais comment sont les garçons à leurs débuts non ?...

Elle le fixa des ses prunelles vertes, qui brillaient d'espièglerie et de curiosité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-passe.net
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Mer 28 Nov 2007 - 22:21
Les traits du visage de Laurelin se détendirent quelques peu. Les benêts de Foncombe l' avaient, en fait, bien fait rire mais il était déja troublé par le récit qu' il allait faire à l' Elnaith. Cela faisait si longtemps, il n' en avait parlé à personne depuis et dès que Silivrien avait évoquée son passé, le visage d' Ancalastë avait surgit, remplissant son esprit, le plongeant dans une grande tristesse.
Il reprit son récit en faisant un petit sourire qui semblait remercier Silivrien de ses encouragements :

- La situation empirait à Armenelost, Ar-Pharazôn avait épousé la cousine d' Ancalastë contre son gré pour acceder au trône. Tar- Míriel, devant la folie de son époux prit peur et c' est elle qui imagina le plan qui permit à quelques membres de sa famille de s' échapper de Nùmenor. Mais le roi fou finit par découvrir le pot aux roses et parti dans une colère noire et envoya sur le chant un navire pour venir récuperer les '' traitres '' comme il les appelait.

- Tu ne peux plus la voir, avait ajouté mon père, les núménoréens sont devenus très puissant et le seigneur Gil-gald ne pourrait se permettre de ne pas acceder à la requête de leur roi. Quoi que l' on puisse penser du Vermeil, il est impossible pour nous de garder Ancalastë et sa suite ici, il les réclame !!!!

- Mais père ... , avais-je tenté de répondre

- Un navire est déja en route, me coupa-t-il, les humains sont sous bonne garde à présent, Ancalastë comprise, je suis désolé mon fils car de grand trouble sont à l' oeuvre sur Númenor mais je ne peux t' en dire plus pour l' instant ...

Venestë, ma mère prit la parole :

- Tu dois comprendre que de toute façon, ton père et moi voyons d' un mauvais oeil l' union d' un premier né avec une humaine. Ancalastë, fût elle charmante, nous met dans un grand embarras et je te prierais de ne plus faire le moindre commentaire. Quelle que soit l' estime du seigneur Gil-galad pour ton père et notre famille, jamais il ne prendrait le risque de déclencher une guerre.

Mon père enchaina :

- D' ailleurs, il m' a confié une mission et je dois m' absenter pour quelques jours. Un détachement d' elfes n' est pas rentré, il nous faut le retrouver. Je prend un vingtaine d' elfes avec moi et nous partont sur le champ. Tu prend part à cette mission, il sera bon pour toi de t' éloigner du château quelques jours ...

- J' étais anéanti ... je pris congé de mes parents et courait jusqu' à ma chambre pour me préparer au départ. Sur le chemin, je passait devant les appartements d'' Ancalastë mais les deux lourdes portes étaient gardées par trois elfes en armes. Je fît malgré tout une tentative pour la voir mais les gardes ne semblait pas disposés à ma laisser entrer, ils avaient des ordres !!! je criai son nom et quelques mots de réconforts quand soudain, j' entendit sa voix ... Elle chantait ... Elle chantait notre histoire, elle chantait son amour pour moi, de sa voix fine et cristalline les mots me parvenaient, ils étaient empreint de gaités et d' espoirs mais aussi d' une grande tristesse pleurant sur l' amour impossible entre les elfes et les humains ... Son chant s' éteignit dans un sanglot qui me brisa le coeur.
Ce moment est gravé à jamais dans ma mémoire, j' étais resté là, prostré à l' écouter, ne sachant que répondre tant son chant était beau, vrai, magnifique .................................. Je l' aimais.
Le charme fût brisé d' un coup, mon père, Estelië sur le côté s' avancait dans le couloir s' impatientant de ne pas me voir revenir. Il jeta un coup d' oeil aux portes closes puis se tourna vers moi et d' un geste amicale mais ferme, me fît signe de me hâter.

Laurelin, les yeux embués de larmes fît de nouveau une pose dans son récit et sembla réflechir, il releva les yeux vers Silivrien :

- Je regrette, Silivrien ... J' ai écouté mon père ................ Je n' ai rien fait .... j' aurais du .............. Je regrette tellement ................ Tellement ......



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silivrien
Dame d'Elostirion
Dame d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 548
Age : 56
Localisation : Dans une des Tours ou aux alentours...
Rôle : Gardienne des Tours Blanches

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de Fondcombe
- -: 319 ans
- -:

Mer 28 Nov 2007 - 22:57
L’Elnaith poussa un profond soupir, et pressa doucement de la main l’avant-bras de son ami…

-Le passé est le passé Laurelin, et tu ne peux rien y changer désormais. Il est vrai qu’autrefois, de tels amours ont souvent suscité l’hostilité. Souviens-toi de Beren et Luthien Tinuviel…Pourtant, sans eux et leur détermination, le Seigneur Elrond n’aurait jamais vécu, et Fondcombe serait peut-être resté un lieu sauvage et désolé... Ils ont fait un choix, tu en as fait un autre, voilà tout, mais quant à savoir quel était le meilleur ?…D’autres ont dû se soumettre à de telles décisions, et elles ont toutes engendré leur part de larmes et de joie. En choisissant de la laisser partir, tu as sans doute évité une guerre, et permis d’épargner de nombreuses vies. De plus, tu étais jeune et tes parents t’ont largement influencé, mais à la façon dont tu en parles, je sens bien que votre séparation n’a pas tué votre amour, même après des siècles d’oubli, et je suis persuadée qu’elle t’a chéri jusqu’à son dernier souffle…Allons mon ami, ne regrette rien…ce n’était ni plus ni moins que ton destin…

Elle tapota légèrement le bras de Laurelin, en le regardant avec tendresse…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-passe.net
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Jeu 29 Nov 2007 - 17:33
Les mots plein de sagesse et de compassion de Silivrien réconfortèrent l' elfe qui tenta de chasser ses pensées tristes d' un revers de mains.
Puis doucement, il se remit à son récit :

- Cela faisait deux jours que nous chevauchions, la pluie s' était mise à tombée drue et notre petite compagnie progressait difficilement sur le terrain boueux. Mon père restait à mes côtés, s' efforçant de parler de tout et de rien en évitant soigneusement d' aborder le sujet des Numénoréens.
Il me flattait, m' indiquant que ma mère et lui était très fier de la réussite de mes études, que mes professeur ne tarissaient pas d' éloge à mon égard, que je deviendrais un grand seigneur etc .... Mais, bien sur, je ne l' écoutais pas. Mon esprit était tourné vers le château, mes pensées allaient vers Ancalastë. J' avais peut être une chance de la revoir avant son départ. D' après mon père, le navire de Nùmenor ne devait pas accoster avant une bonne semaine et si nous avions la chance de retrouver le détachement rapidement ...
Je pestait contre les éléments qui semblaient prendre plaisir à se jouer de moi. La pluie ne cessait pas et le terrain devenait plus accidenté, ce qui retardait d' autant plus notre avancée.
Quatres jours de recherche, toujours rien. Je me rapprochais de mon père en tête de file et me plaçais à ses côtés, je tapotais machinalement la garde de mon épée et mon père m' indiqua :


- Tu n' auras pas à t' en servir Laurelin, du moins je l' espere. Si jamais cela tournais mal et que nous avions à combattre, je te demande de rester en arrière. Tu as appris quelques notions de guerisseur lors de ta formation dernièrement, tu auras peut être la possibilité de les mettre en pratique mais tu n' est pas encore formé au combat !

- Il en sera fait selon votre désir père, répondit-je docile.

Bien qu' en mon for interieur je pensais tout le contraire. Quel meilleur façon de se liberer du fardeau du profond chagrin et du poids du desespoir que de tomber au combat ?? ...
Mes noires pensées furent brusquement interrompues. Les deux éclaireurs qu' avait envoyé mon père quelques heures auparavant venaient vers nous au galop. Ils s' arrêterent et l' un deux parla :


- Nous les avons localisés !! A quelques lieus vers l' est, aux abords d' un petit bois, Un elfe est attaché à un arbre, transpercé de plusieurs flèches .... Mort !!

- Mon père baissa la tête un instant puis se lança au grand galop dans la direction indiquée. Après une demie heure d' une course effrenée, nous arrivâmes sur les lieux. Je fût frappé d' horreur !! Les cadavres des nôtre jonchaient le sol, tous transpercés de plusieurs traits empennés de noir.
Je descendai precipitamment à bas de ma monture et courais jusqu' aux premiers corps, mon père donnait des ordres pour sécuriser la zone.
j' examinai chaque corps, et chaque fois, je relevai la tête vers mon père lui faisant un signe négatif de la tête. Je m' enfonçai sous les arbres et la c' était encore pire ! Les corps étaient mutilés, certain n' avaient plus de membres du tout, la nausée me prit, moi, habitué à la douce quiètude des palais, j' étais spectateur d' une abomination.

Aucun survivant !! le détachement avait certainement été pris dans une terrible embuscade car certain n' avaient même pas eu le temps de sortir leur épée du fourreau. Mon père donna l' ordre d' enterrer les corps et d' élever un tertre en leur mémoire. Lorsque tout fût terminé, il pria Mandos de les acceuillir près de lui.
La nuit tombait rapidement et il nous fallait partir. Mon père preferant ne pas prendre le risque de camper près du secteur de l' embuscade. Le coeur lourd, nous nous mîment en route laissant derriere nous nos frères. Après quelques mètres, je lançai un dernier regard en arrière mais le tertre était déjà enveloppé du noir de la nuit. J' allait me retourner et lancer mon cheval en avant lorsque je perçut une faible lueur émanant du sous bois. Je m' arrêtait net, mes compagnons prenaient de l' avance et je ne distinguait plus mon père loin devant.
Je fît tout de même demi-tour et galopait jusqu' au premiers arbres. Je mis pied à terre et m' enfonçait doucement vers la lueur, toujours faible mais bien visible à présent. Je n' y voyait pas grand chose et m' écorchait sur les ronces mais, tant bien que mal, j' arrivai à la faible lumière.
Quel ne fût pas ma surprise, une main dépassait d' un tas de feuilles mortes et un des doigt de cette main portait un anneau et c' est de cet anneau que provenait le faible rayonnement de lumière.
Je m' employait à retirer les feuilles lorsque mon père me rejoint. Après quelques minutes d' effort, le corps d' un elfe apparu, un grand elfe avec des cheveux brun, une flèche était fichée dans son épaule et une autre dans la cuisse. Je l' examinai, il était très affaibli mais vivant !!! Nous réussiment à le transporter hors de la forêt et je mis le peu de mes connaissances en oeuvre pour tenter de la soigner. Mon père changea finalement d' avis lorsque je lui déclarais que l' elfe n' était pas encore transportable. Je m' occupais de l' elfe blessé toute la nuit.
Le matin apparu et avec lui un grand soleil qui rechauffait les coeur et les âmes, le mauvais temps était passé, la pluie disparue.
L' elfe avait enfin ouvert les yeux, de grand yeux d' un vert profond. J' avais réussi, je l' avais sauvé, j' avais nettoyé et désinfecté ses plaies et la potion que j' avais préparé en toute hâte l' avait sorti de son inconscience mais il était encore très faible.

Père, il est temps de le ramener le plus rapidement possible aux Havres,
avais-je indiqué.

- Nous nous mîmes immediatement en route, ne nous arrêtant que pour de brève halte, le temps de faire souffler notre blessé et de changer ses pansements.
Enfin, le port était en vue et je pouvais apercevoir un grand navire Nùménoréen à quai. Mon coeur se mit à battre très fort et je regardais mon père.


- Vas-y !! Mon fils, va lui dire au revoir, tu l' as bien mérité, m' avait-il dit.

- Je jetais un dernier coup d' oeil sur mon blessé, il tiendrais jusqu' aux maisons de guérisons, il avait ses grands yeux ouvert et tentait de me sourire et alors que j' allais partir il me pris le bras et réussit à balbutier quelques mots :

- Lamenòr, je me nomme Lamenòr ......... Merci infiniment .......

- Ne vous fatiguez pas, lui répondis-je, gardez vos forces, il vous reste encore un peu de chemin à faire.

- Je sautais sur mon cheval et le lançais au grand galop. J' arrivait au port alors que le grand navire s' appretait à appareiller. J' aperçevais la fine silhouette d' Ancalastë, ses longs cheveux noirs se balancait dans le vent ses mains étaient agrippée au bastinguage. Je passais la plateforme d' embarquement sans même descendre de cheval et je me jetais dans ses bras en arrivant près d' elle.
Nous nous sommes embrassés fougueusement, nous pleurions tout les deux mais en cet instant, nous étions heureux. Ce fût un baiser pour l' éternité ... Elle eut le temps de me glisser une lettre dans une poche avant que des gardes Nùménoréens ne nous séparent sans ménagement. Il était temps, le bateau devait partir.
Sur le quai, je regardais s' éloigner le grand navire, la silhouette d' Ancalastë n' était plus qu' un petit point brillant qui se confondait avec le ciel bleu. Je restait longtemps à méditer sur le quai et c' est ma mère qui me sortit de ma torpeur. Elle était venu me chercher s' inquietant de ne point me voir revenir au château.


- Ton blessé, le Capitaine Lamenòr à l' anneau de luminescent te réclame, m' avait-elle dit.

- Maintenant que l' on parle de l' anneau de ton père, veux-tu bien me dire pourquoi il ne se trouve pas au doigt de Lindir qui aurait dû en hérité, c' est toi qui le porte, Silivrien, acceptes-tu de me raconter ce qu' il lui est arrivé ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silivrien
Dame d'Elostirion
Dame d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 548
Age : 56
Localisation : Dans une des Tours ou aux alentours...
Rôle : Gardienne des Tours Blanches

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de Fondcombe
- -: 319 ans
- -:

Jeu 29 Nov 2007 - 20:27
Silivrien avait écouté son ami bouche bée. Elle n’avait jamais eu vent de cette histoire, et elle comprenait mieux désormais les liens qui l’unissaient à sa famille. Il avait sauvé la vie de son père, et par là même indirectement, la sienne. Elle prit la main de Laurelin pour y déposer un tendre baiser, avant de la laisser retomber soudainement à la mention de Lindir. Elle se mit alors à contempler tristement son anneau, alors qu’une nouvelle larme coulait sur sa joue…

-Tu sais, je…je réalise maintenant que sans toi je ne serais pas là…et même Lindir n’aurait pas vécu. Je pensais qu’on t’en avait parlé, mais visiblement ce n’est pas le cas. Mon frère est mort il y a quelques temps au cours d’un combat aux alentours de Fondcombe, alors que sa patrouille avait intercepté une groupe de maraudeurs Gobelins descendu des montagnes pour se livrer à quelques pillages. A peine son âme partie pour les cavernes de Mandos, j’ai décidé de suivre la tradition familiale en me mettant au service de nos Seigneurs, Elladan et Elrohir. Puis le destin m’a conduit vers le sud, et me voici maintenant devenue l’Elnaith d’une antique et noble Maison. La vie est parfois bien étrange…moi qui en trois siècles n’avait guère quitté les jupes de ma mère…* suite à cette remarque, elle poussa un profond soupir, alors que son regard trahissait une pointe de nostalgie *...Enfin...pour finalement répondre à ta question, sache qu'avant mon départ, elle m’a annoncé son intention de rejoindre Valinor, et m’a confié l’anneau familial dont elle avait la garde, faisant ainsi de moi la dernière Elemmirë en Terre du Milieu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-passe.net
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Ven 30 Nov 2007 - 17:31
L' annonce de la mort du frère de Silivrien plongea Laurelin dans une grande tristesse. Outre qu' il fût certainement le meilleur archer du royaume, c' était un elfe enjoué, rieur, d' une gentillesse rare et l' on appreciait son agréable compagnie. En fait, il tenait beaucoup de Nerdanel sa mère alors que Silivrien ressemblait beaucoup à son père.

- C' est une bien triste nouvelle que tu m' apprends là Silivrien, soupira Laurelin en prenant les mains de son amie, il m' est difficile d' admettre que je n' entendrais plus ses grands éclats de rire dans les jardins d' Imladris ... Son éternelle bonne humeur me manquera, assurement.

L' elfe se mit à raconter :

- Mille sept cent quatre vingt dix, second age, je me rend chez tes parents.

- Laurelin !! cela est toujours un grand plaisir de recevoir ta visite, m' interpellait un homme de haute taille aux cheveux bruns, Nerdanel sera heureuse de te savoir savoir ici, entre je te prie.
Comment vont Anilië et Venestë ? Tu les remerciera encore pour l' invitation qu' ils nous ont fait parvenir et que nous acceptons volontier. J' espere que tu restes avec nous quelques temps, il faut absolument que tu vois les progrès de Lindir, il s' entraine dur et ce sera un grand archer ! Il est vraiment étonnant.

- Mes parents vont bien, Capitaine Lamenòr, lui répondis-je et c' est à chaque fois un grand plaisir pour moi de venir vous voir. Lindir surclassera peut ëtre son père au tir à l' arc, mais vous resterez inégalé pour ce qui est de l' art du camouflage.

Je faisais référence à notre rencontre, bien sur, à sa présence d' esprit lors d' une embuscade alors qu' il était gravement blessé et qu' il avait réussi à tromper la vigilance de l' ennemi grâce à son camouflage de feuilles mortes.

- Nerdanel, mes hommages, vous êtes resplendissante, dis-je à ta mère en m' inclinant et voilà le jeune Lindir, hô quel bel arc tu porte là.

- C' est un cadeau de mon père, m' indiqua-t-il en encochant une flèche et tirant à travers la pièce, la flèche m' effleurant avant de passer par une fenêtre et d' aller se ficher en plein centre d' une cible dessinée sur un arbre bien loin.

- Il avait agit avec une telle vitesse qu' il me fût impossible de voir son geste avant que la flèche n' est atteint son but.

- Lindir !! Gronda ta mère, tu ne te sers pas de ton arme dans ma salle à manger, mais enfin, où as-tu la tête !!!
- Allez Laurelin, assied toi et raconte nous un peu des nouvelles du palais,
me demanda ton père, un sourire plein de fierté aux coins des lèvres à l' adresse de son fils.

- Je tapais dans la main de ton jeune frère et nous partimes d' un grand rire, ton père se joignant à nous, malgré le regard sévère de Nerdanel.

- Joli coup Lindir !!
le flattais-je avant d' expliquer les raisons de ma visite :

- Ce n' est pas une simple visite de courtoisie comme je vous en fait régulièrement, commencais-je, en fait, je viens vous annoncer mon départ, pour plusieurs années semble-t-il.

Je fût interrompu par Lindir, pas content du tout.

- Laurelin, qu' en est-il de la sortie que tu m' avais promis et puis, ma formation à l' art des drogues et des potions n' est pas terminée !!!

- Mon jeune ami, pour ce qui est de la grande réception au château, j' y serais et tu m' y accompagneras, je ne partirais que le lendemain. Il me serait désagréable de ne point tenir ma promesse d' autant plus que ...

Je me penchait vers lui et lui chuchotais rapidement à l' oreille :

- ... si je ne m' abuse, ma cousine Nùmiriel t' attend de pied ferme, elle a litteralement succombé à ton charme lors de ta dernière visite au château, je ne voudrais pas interrompre une si jolie amourette.

- Hum .... Je reprenais pour tout le monde à présent alors que le visage de ton frère avait viré au rouge :
- Pour les cours, un ami à moi à promis de passer vous voir pour proposer ses services, ainsi, ta formation sera completée.

- Peut-on connaître les raisons de ton départ Laurelin ? demanda ton père.

- Il n' y a pas de secret entre nos deux famille vous le savez bien, je pars avec le seigneur Elrond.
Depuis que les grands anneaux de puissance ont été forgés, rien ne vas plus et Annatar ou plutôt Sauron comme on l' appel tous à présent cherche à étendre son pouvoir depuis sa sombre forteresse de Barad-dûr. Après nous avoir trompé pendant des années, il nous fait ouvertement la guerre à présent.
Le seigneur Elrond veut fondé un refuge, dans la vallée D' Imladris, à l' ouest des mont brumeux. Tout ceux qui combattrons l' ennemi, elfe, humains, nains etc ... qui voudrons se reposer de leur long labeur y trouverons repos, réconfort et tranquilité.
Il a demandé à mon père de l' accompagner mais le seigneur Gil-galad s' est opposé à ce départ pour l' instant car il a encore besoin de lui ici. Il pourra cependant rejoindre la vallée quand tout sera fini. Mon père a alors proposé mes services au seigneur Elrond qui les a acceptés.
Il va de soi qu' une place vous sera reservée et si vous êtes d' accord pour faire le voyage, lorsque je reviendrais, nous pourrions repartir là bas, tous ensemble, votre famille et la mienne. Une grande partie de notre peuple se retrouvera à Imladris.
Mais il reste encore beaucoup à faire et vous avez le temps pour y reflechir et pour vous préparer au cas où vous accepteriez de quitter les havres. Sachez simplement que mes parents espere de tout coeur ne pas être séparé de leurs meilleurs amis et qu' une immense tristesse s' abattrait sur notre famille si tel devrais être le cas ...


- J' ai le mal de mer, avait déclaré Lindir en riant au éclats, faut-il être stupide de vivre près d' un port alors que je ne peux mettre un pied sur un bateau. Je ne sais même pas comment je ferais si je voulait aller à Valinor, à dos de mûmak peut être !!... Pour moi, c' est décidé, on part !!!!

- Nous avons alors tous éclaté de rire à notre tour .... Bon sang, j' adorais ton frère !

Laurelin fît une pose et regarda Silivrien. Les yeux de l' Elnaith s' embuaient de larmes dès qu' il évoquait Lindir.

- Slivrien, veux-tu que je continue ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silivrien
Dame d'Elostirion
Dame d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 548
Age : 56
Localisation : Dans une des Tours ou aux alentours...
Rôle : Gardienne des Tours Blanches

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de Fondcombe
- -: 319 ans
- -:

Ven 30 Nov 2007 - 19:28
L’Elnaith était en effet particulièrement émue d’entendre toutes ces anecdotes d’un passé trop lointain pour qu’elle l’ait vécu. Elle épongea ses yeux d’un revers de manche, avant d’encourager Laurelin à continuer…

-Oui…bien sûr que oui, je t’en prie continue…Toutes ces choses que tu racontes me sont pour la plupart inconnues. Il est vrai qu’il est presque impossible de tout savoir de la vie d’un Elfe, même pour ses proches. De plus, évoquer ainsi le passé de ma famille, et particulièrement de mon père et de mon frère, montre qu’ils sont encore vivants dans notre cœur et dans nos souvenirs…Poursuis mon ami, je t’écoute…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-passe.net
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Sam 1 Déc 2007 - 16:31
Le bruissement des feuilles enveloppait les deux elfes d' un doux murmure alors que Laurelin déroulait le fil entremêlé du souvenir de leurs familles.
Le capitaine Lamenòr était mort en sauvant la vie d' Anilië, son fils Lindir l' avait rejoint récemment auprès de Mandos, Nerdanel avait choisi de rejoindre les parents de Laurelin sur la terre bénie de Valinor.
Silivrien et lui étaient les deux derniers représentant de leur familles et l' elnaith, comme souvent, avait eu les mots justes. Leurs proches, partis ou disparus, resurgiraient chaque fois qu' ils ouvriraient le grand livre du souvenir permettant à leur deux familles d' être à nouveau réunies.
Laurelin regarda Silivrien, subtile mélange de beauté et de force, son regard était doux comme la caresse d' une brise légère mais en même temps, c' était une combattante redoutable, aussi dure que le mithril. Elle était Lamenòr et Nerdanel !
Depuis le départ de ses parents, il s ' était souvent senti seul mais aujourd' hui, assis sur cette grande pierre plate, ce sentiment de solitude l' avait abandonné. Silivrien était là et ensemble, ils tournaient tranquillement les pages de leur passé commun.

Laurelin s' apprêtait à reprendre son récit lorsque soudain, le charme fût rompu, le grand livre du souvenir se referma d' un coup sec, le son d' un cor avait déchiré la quiétude qui regnait sous les deux grands hêtres ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silivrien
Dame d'Elostirion
Dame d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 548
Age : 56
Localisation : Dans une des Tours ou aux alentours...
Rôle : Gardienne des Tours Blanches

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de Fondcombe
- -: 319 ans
- -:

Dim 2 Déc 2007 - 21:09
Le son du cor sortit Silivrien de sa rêverie. Elle bondit sur ses pieds en grimaçant de douleur. Ses blessures en voie de cicatrisation venaient de lui rappeler qu'elle était encore théoriquement convalescente. Elle fixa son ami d'un regard inquiet...

-Laurelin...le campement...il doit se passer quelque chose...

Elle s'élança d'une démarche un peu hésitante, car elle ne souhaitait pas réouvrir ses plaies. Il leur faudrait sans doute un certain temps avant de rallier leurs camarades, car ils avaient marché un bon moment afin de trouver une endroit tranquille, et l'Elnaith se devait d'éviter de courir. Toutefois, au fur et à mesure qu'ils s'approchaient, d'inquiétants bruits de combat parvenaient à leurs oreilles. Silivrien empoigna son arc et fit de son mieux pour accélérer le pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-passe.net
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Souvenirs sous la forêt noire
» Le Roi de la Forêt Noire, Thranduil Verte-Feuille
» Le Grand Voyage vers la Forêt Noire
» Sortie dans l'Enedwaith et Livre épique le mardi 2 novembre
» arrivée en Forêt Noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Chez les Elfes :: Vertbois-le-Grand-
Sauter vers: