Entrée en Cité Noire

Aller en bas 
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Ven 18 Avr 2008 - 11:07
Les gardes, appuyés sur leurs hallebardes, somnolaient, appréciant chaque souffle de vent. En effet, en cette fin de journée, l'air était lourd. Incroyablement lourd. Le soleil était resté caché tout la jour derrière d'épais nuages qui restaient aggutinés autour de la Cité. Immobiles, ils avaient menacé des heures durant de déverser des trombes d'eau dans les rues, mais jusque là, aucune goutte n'était tombée. L'air, humide et chaud, avait renvoyé tous les habitants chez eux, reclus derrière les murs de leur maison en quête d'un peu de fraicheur. En vain.

Mais les soldats, étaient tenus pas leur fonction de garder leur poste. Sous les plaques d'acier qui leur offrait une protection inutile, leur chemise, imbibée de sueur, ahérait désagréablement à leur peau. Ils souffraient en silence. Heureusement, rares étaient les personne, comme il a été dit, qui étaient hors de chez elles. Ainsi, ils pouvaient profiter de leur solitude pour prendre un semblant d'aise.

C'est donc dans cette ambiance d'immobilité qu'arriva un inconnu, seul sur un destrier au port altier. Au pas, il approchait lentement des portes. La capuche, qui voilait le visage du cavalier, ne laissait pas deviner ne serait-ce qu'une partie de son identité. Les gardes, soudain sortis de leur demi-conscience par le claquement mat des sabots sur la pierre usée, abaissèrent leur arme pou empêcher le passage de l'inconnu et l'un d'eux qui n'avait pas encore repris toutes ses facultées, s'exclama dans sa langue :

"Votre nom? Votre métier? Motif de votre visite?"

Phrases apprises par cœur trop souvent répétées, peu convaincantes. L'étranger répondit calmement dans la même langue

"Noïri, voyageur. Errance"

Dans son dos, un arc et des flèches. A son côté, une lame courbe et un besace contenant quelques vivres. C'est tout ce que purent trouver les soldats, qui le laissèrent passer. C'est à cet instant que le premier éclaire déchira le ciel et rompit le silence oppressant. La foudre n'était pas tombée loin. La pluie ne se fit pas attendre.

* *
*

Notre inconnu marchait tranquillement dans la rue, insensiblesaux torrent d'eau qui se déversait autour de lui. Tandis qu'il avançait, sans but, il repensait à son arrivée. Pourquoi avait-il menti sur son nom? Avait-il quelque chose à se reprocher? Oui, bien sûr, mais rien qui puisse lui valoir d'être recherché --en outre, seules une... deux personnes étaient au courant.

Méfiance naturelle peut-être? Il l'ignorait, mais de toute façon cela n'avait que peu d'importance. Ce qui comptait désormais, c'était ce qu'il allait faire après, car lui-même l'ignorait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hisse et ho, Santiano ! Si Dieu veut toujours droit devant, Nous irons jusqu'à la cité noire [Syrius/Etix/Munja]
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» demande gif entrée
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Les Royaumes Orientaux :: Rhûn :: Albyor :: La Ville Sombre-
Sauter vers: