Deux bannières blanches sous les étoiles

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mer 23 Avr 2008 - 18:52

Le silence régnait sur la capitale d'Arnor, et les quelques torches éclairées dans les rues luttaient contre l'obscurité de la nuit. Pourtant, au loin, un grondement se fit entendre, faible d'abord, puis de plus en plus franc et proche...

Les quelques sentinelles postées près des portes d'Annùminas pouvaient voir, par moment, à la lueur des astres nocturnes, de faibles clignotements, sans doute des pièces de brillantes armures reflétant la lueur céleste. Et cela passait de temps à autre, comme si quelque mouvement animait cette étrange avancée.

Et puis, tout à coup, un point blanc sortit de derrière une colline, presque argenté, pourrait-on dire. Les gardes tirèrent leurs lames du fourreau, ne sachant qui avançait dans la nuit d'Arnor. Alors, comme cet étrange point se rapprochait, ils purent voir au centre, ou du moins distinguer tant bien que mal, un grand arbre blanc, bordé d'une ligne noire.

"Gondor, Gondor! criaient certains. Gondor arrive à notre aide!"

Une seconde forme blanche apparut... cette fois, un cygne aux ailes déployée semblait voler en direction des sentinelles.

C'était bien là les armée de Gondor et de Dol Amroth qui arrivaient, guidées par Tior et dirigées par Galathor Periöndor... et dans les têtes des centaines d'unités qu'elle comportaient, un seul mot résonnait:

"Enfin..."




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 23
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Mer 23 Avr 2008 - 19:14
Tous les habitants de la capitale se ruèrent sur les murailles de pierre de la Cité, et, soudain, ils entendirent le cri des Fils d'Argent, couvert par la Lumière de l'Ouest, et tous levèrent les yeux et virent le Ciel blanc, parsemé de filets d'argent.
Deux lueurs blanches parurent plus blanches que ne le furent les Cieux.
Les Fils d'Argent, les héritiers des Elfes de l'Ouest, fils des grandes Lignées du Royaume Réunifié.
Et, dans la foule, un citoyen s'écria:

*Ce sont les Fils d'Argent! Ce sont eux! Les Fils des Celebdîn et des Periondör, mes amis ils sont là!*

Beaucoup ignoraient ces noms, mais beaucoup crièrent, car ils furent heureux, car ils voyaient enfin le salut tant attendu, car ils voyaient enfin celui qui dirigeait les "Cavaliers Noirs du Sud".
Car ils voyaient enfin Tior Celebdîn, le devenu "Grand Messager d'Arnor", parce que ceux de Fornost voyaient enfin le fils de Maëlethor et d'Eärwen.

Car ils voyaient enfin l'Armée de Gondor.

Les Citoyens se hâtèrent dans les rues de la Cité.
Les Gardes criaient tous que le Gondor était là et ouvraient les Portes, et les bannières d'Annuminas furent levées, et le cor de la Cité rententit dans toute la région, si fortement qu'il eut atteint l'Angmar, car dans toutes les Cités on sonnait le Cor et il advint que les villages et cités d'Arnor cotoyaient l'Angmar.

Alors, les lourdes portes s'ouvrirent en un fracas monumental, et malgré cela, nul ne se bouchait oreille, car le son des trompettes du Gondor et du cri des Fils d'Argent fut presque enchanteur.

Les soldats passèrent les portes, marchant sur les pavés blanchâtres de la Cité, acclamés par la foule, qui les couvrait de Nimphredil, malgré qu'ils fussent en Arnor, et des fleurs mauves arpentaient le sol, courant entre les sabots et les pas lourds des soldats, armés pour une bataille sanglante.
Des bannières furent suspendues sur les façades, dans les rues, sur les tours, pendant aux murs de la Citadelle.
Les enfants jouaient, et suivaient les soldats dans leur marche dans la Cité.
Et, des Cieux, comme une pluie fine d'Or parvenue des mains d'Aulë, tomba des Elanor, fleurs de Lothlorien, probablement apportées en Arnor par Aragorn II Elessar, après la Guerre de l'Anneau.
Et les yeux des soldats devinrent des cristaux limpides reflétant la pluie dorée qui tombait sur la Cité, effleurant leurs joues de ces fines gouttelettes.
Et, c'est pétillants de joie qu'ils gagnèrent le Palais, sans s'en aperçevoir, avec le Sénat à la gauche de l'Edifice Royal, bordé à sa droite d'un bâtiment résidentiel et une statue ornait la place.

Tous furent soulagés d'y etre enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Jeu 24 Avr 2008 - 13:31
Tior retrouvait enfin son Royaume, sa capitale, et l'acceuil chaleureux des habitants de l'Arnor qui lui avait tant manqué pendant ses voyages dans le Sud; non que les Gondoriens et autres suderons ne l'ai pas bien aceuillit. Mais tout de même, le pays du nord lui avait manqué cruellement...

Maitenant, le semi-Elfe marchait aux côtés de Galathor Periöndor, arpentant les ruelles pavées de la Cité des Rois d'Arnor, marchant sur et en-dessous des centaines de fleurs aussi belles les unes que les autres lancées dans l'allégresse par les villageois.

Arrivé aux portes du Palais, l'armée, Galathor, devenu commandant de cette force du Sud, fit signe à Tior et aux Capitaines de s'arrêter, et toute l'armée s'immobilisa à leur suite, silencieuse dans tout ce brouhaha provoqué par les habitants. C'était bien là une nuit et une période étrange dans l'histoire d'Annùminas. Un garde du palais vint acceuillir les nouveaux venus, et lorsqu'il vit la figure de Tior, un sourire sincère fut visible sur son visage. Avant qu'il put ouvrir la bouche, l'héritier des Celebdîn parla d'une voix forte:

"Oui, Ernaur, c'est bien moi, Tior Celebdîn, et voilà l'armée de Gondor et de Dol Amroth, Gebir l'earkano, ainsi que leur commandant, le grand Galathor Periöndor, fils de Maëlethor Periöndor. Peut-être que vous m'avez cru mort, mais pas le temps pour les histoires! Va quérir le Roi!"

Le sourire sur le visage d'Ernaur passa comme le vent sur les collines:

"Je ne le puis, à moins de parcourir les longues lieues qui nous séparent d'Angmar. Il y est allé pour une mystérieuse mission en compagnie de ses deux Capitaines, et de deux hommes du Sud, entre autres. Un qui se disait frère d'Eaque, et un autre qui est venu il y a quelques temps avec une délégation de sombres cavaliers. Ah non, ça me revient, les cavaliers sont eux aussi parti avec leur chef... enfin, quelle importance... je suis désolé, Aldarion ne pourra pas te répondre d'où il est, mais nous avons un itendant, Aleth Enon..."

Tior Celebdîn regarda Galathor dans l'attente de sa réaction... après tout, il commandait l'armée, et le messager d'Halbarad ne pouvait décider de la décision à prendre, si décision il y avait.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 23
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Jeu 24 Avr 2008 - 19:09
Alors, Galathor jeta un regard autour de lui et répondit:

*Tior, mon ami, je ne suis plus le Commandant des Agissements Militaires des Troupes du Sud, mais le Chef des Décisions Politiques des Troupes.
Dans cette situation, j'aimerais m'entretenir avec l'Intendant de la Cité, ainsi qu'avec les Tribuns militaires.
Après quoi, je prendrai une décision avec Gebir, Commandant des Agissements Militaires des Troupes.*


Puis, reprenant souffle, il s'adressa à cet Ernaur:

*Garde, dîtes m'en plus sur ces sombres cavaliers, car il me semble les connaître. Menez-nous à eux.
En outre, faites couler maintes beuveries, et festoyons autour d'un buffet bien garni.
Les soldats sont exténués et affamés, je requiert donc un logement pour ces braves Hommes.

Je vois que vous croyez apercevoir un Spectre, humble Ernaur.
L'Héritier des Celebdîn, fils de Maëlethor est bien là. Et l'Héritier des Periondör aussi.
Les Fils d'Argent sont ici.*


Alors, regardant la colonne de soldats qui scintillait sous la Lune, après avoir été éblouïe par la Lumière des Fils d'Argent, Galathor essaya de trouver Gebir.
Alors, il s'adressa à nouveau au Garde, en ces mots:

*Ernaur, faîtes quérir Gebir l'Earkano sur-le-champ et informez lui des mes futurs agissements.
Alors se tournant vers le Gardien de la Nef,
Tior, suivez-moi je vous prie allons nous reposer dans quelque appartements avant de ripailler.

J'ai... à vous parler de... certaines choses.*


Puis, Galathor allant vers le Palais se tourna vers Tior et lui parla:

*L'heure est venue mon jeune ami. L'Ennemi avance à grands pas et nous ne savons sur quel front il attaquera.
Aucun des soldats ou tribun ne sait où se terrent nos ennemis, en quelles cités, quels abris, sur quelles routes ils rôdent.

Soudain, Galathor sortit de son sac un Cor, apparemment fait d'argent, et de nacre.

Voilà le Cor des Deux Lignées, celui des Fils d'Argent.
Je le porte toujours avec moi, dans l'espoir de retrouver un jour le Gardien de la Nef, et désormais, c'est chose faite.
Maintes fois il sonna jadis dans les plaines, effrayant l'Ennemi, faisant jaillir la Lumière, lorsque même l'Ombre se serait montrée.

Les Orques et Hommes Noirs n'auront sans doute point oubliés le son du Cor d'Argent, celui des Deux Lignées, au son enchanteur et effrayant, faisant courir les ennemis, tel le son fut-il pur.
Et nombre sont ceux qui eurent dit qu'il se rapprochait de l'Ainulindalë, malgré le fait que nul hormis les Ainur ne l'eut ouï.


Portez-le à vos lèvres et soufflez dedans!
Que tous redoutent l'Avènement des Fils d'Argent, les Héritiers de l'Ouest!*


Alors, Tior souffla dans le Cor si puissamment que le sol parut trembler, et le son du cor fut si enchanteur que tous furent transportés comme en Valinor.

*Tior, dit Galathor gravement, une lueur sévère en ses yeux, l'Ennemi est en mouvement.
Vous êtes Tior Celebdîn, Grand Messager d'Arnor. Faites quérir autant d'éclaireurs dans la mesure du possible et envoyez-les courir les bois et les prairies, les tombeaux et les grottes, les collines et les montagnes.
Que l'Arnor soit balisé, que les Dunedain cerclent le Royaume d'Elendil.
Faites passer ce message à Gebir, si je ne peut le voir, auquel cas je le ferais.*


Alors il se tut, et contempla les Cieux, avant de repartir voir Ernaur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 23
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Jeu 24 Avr 2008 - 23:45
Alors, Galathor avança vers Ernaur et il lui demanda s'il eut quéri Gebir.
En effet, celui-ci était à ses côtés.
Alors, Galathor s'adressa à l'Earkano:

*Gebir, l'heure est désormais aux questions stratégiques, et politiques.
Nous avons le choix de rester ici, au sein de la Cité, ou alors d'aller rejoindre le Roi Aldarion en Angmar.
Je compte aller sur-le-champ m'entretenir avec Son Excellence Aleth Enon, Intendant de la Cité d'Annuminas, Capitale d'Arnor.

Je dois apprendre maints renseignements, quant aux agissements de l'Ennemi, et aux chefs présents dans la région.
Je compte d'abord discuter politique-militaire avec l'Intendant et les Tribuns, avant detenir conseil avec vous pour décider de la prochaine marche à suivre.

Aussi, certains membres de la Délégation Periondör sont présents, et ils pourront m'informer de la situation.
Je suis un peu débordé par les questions et les décisions politiques à prendre en ce moment.

Gebir, le temps nous ressert.
Orques, Gobelins, Hommes Noirs, nous ne savons qui ils sont ni d'où ils proviennent.
En outre, nous ignorons où ils porteront leur prochain coup, et ce dernier promets d'être presque fatal.

J'ai donné l'ordre à Tior de réunir autant d'éclaireurs qu'il le pourra et de les envoyer en reconnaissance dès l'aube.
Nous ne devons perdre de temps, et je sais que j'outrepasse les règles qui m'interdisent de donner quelconque ordre à un soldat, gradé ou non.
Mais la situation l'exige et j'espère que vous saurez le comprendre.

Je dois désormais me retirer pour me reposer de ce voyage exténuant.
Nous nous reverrons au festin.*


Alors, Galathor s'éclipsa, et tel un spectre sorti de Valinor, il regagna les appartemments, couverts de la pâle clarté d'Isil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 25 Avr 2008 - 13:16

Après avoir éprouvé la fierté et la joie d'avoir soufflé dans l'antique Cor des Deux lignées d'argent, Tior écouta attentivement ce qu'avait à dire Galathor, puisque le fils des Periöndor se prononçait sur la conduite à tenir en ces heures qui les séparaient de l'aube, et sur ce qu'il y avait lieu de faire dans un futur proche. Gebir l'Earkano demeurait aussi à côté d'eux.

Et les ordres de Galathor ne tardèrent pas à être connus du grand messager d'Arnor. Il devait, si sa compréhension était bonne, rassembler un certain nombre des Rôdeurs et de fils du Royaume du nord afin de parcourir le royaume d'Elendil et de savoir, si possible, ce que préparait l'ennemi et ou il se trouvait.

"Seigneur Galathor, répondit calmement Tior, j'ai beaucoup de respect à votre égard et je ne manquerais pas d'accomplir un de vos ordre s'il ne concernait que ma propre personne. Cependant, en Arnor comme dans bien des pays, les messagers n'ont point de pouvoir politique, ni militaire, et je ne prendrai pas le risque d'envoyer des hommes et de disperser l'armée encore restante sans connaître l'avis du Roi, ou, en son abscence, de Aleth Enon, autrement dit, l'Intendant d'Annùminas..."

Et Ernaur de répondre à cela:

"Il serait sage, en effet, et pour ce qui est du festin, ce sera à son bon vouloir aussi, bien que je ne doute pas de son acceuil pour nos frères du Sud... je vais aller le quérir de suite."

Le garde s'en retourna d'où il était sorti lors de la venue des Gondoriens.

"Soyez prompt, lui cria une dernière fois Tior."

Cependant, Galathor s'étant éclipsé et Gebir surveillant l'armée, Tior décida de suivre Ernaur jusqu'à la chambre de l'Intendant. Ainsi il pourrait lui expliquer la situation en détail.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gebir
Seigneur de Pinnath Gelin - Earkano, Maître des Mers et des Semi-Eunuques
avatar

Nombre de messages : 297

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 37 ans
- -:

Ven 25 Avr 2008 - 18:25
Gebir s'avança dans la capitale à cheval accompagné par l'armée. Le peuple criait de toute part et les soldats étaient heureux de voir quelque chose de si chaleureux dans un pays aussi rude. Sur le sol, étaient jetées des fleurs d'un mauve merveilleux. A son côté, Erco lui demandait pourquoi il avait sorti son épée tout à l'heure, avant d'avoir sa discussion avec Galathor.

"Vois tu, pour moi un chevalier doit respecter certaines régles et le principale est que tu dois te considérer avec ton épée, ce n'est pas un objet, c'est une partie de soi même. Un homme te demandera t il de t'emprunter ton épée, jamais. Avec ton épée, tu défendre le faible et le malheureux, tu ne feras pas souffrir ton ennemi, tu pardonneras à celui qui te le demandes. Tu ne te mettra jamais en colère. La règle la plus importante est celle qui dit que l'honneur d'un soldat est son principal soucis. Jamais un soldat ne se fera marcher dessus sans rien dire. Si jamais tu insultes un soldat, il n'y a que deux issues: Soit tu lui présentes des excuses, soit il te tue. Enfin c'est ainsi que je vois la chevalerie. Bien sûr il y a une règle qui dit que tu obéiras toujours à ton chef mais celle là est souvent dépassé par celle qui dit que l'homme agit selon sa logique et non selon ses sentiments.
Enfin, tout ceci concerne Dol Amroth mais il te vaut mieux savoir comment est notre code de l'honneur et de la chevalerie."


Gebir savait que pour Erco cela ne représentait que peu de choses mais pour lui, cela en représentait tant, depuis son éducation à ses récentes aventures. Erco demanda si il avait déjà été pourchassé comme une proie.

"Je ne crois pas avoir été dans cette situation, un chevalier ne recule jamais même devant le danger et l'adversité. Il fait bloc et affronte son adversaire, bien sur cela ne s'applique pas à tout. Seulement lors des combats, parfois devant les hommes du sénat, j'ai plié et je me suis tût."


Gebir laissa place aux acclamations tout autour. L'armée avançait dans les rues de la cité. Les bâtiments étaient bien façonnés mais on voyait qu'ils étaient bien plus récent que Minas Tirith. Symbole de la reprise du royaume du nord après la guerre de l'anneau. le royaume semblait n'avoir subi que peu de guerres mais il était toutefois un peuple rude et habitué aux combats.

Un grand peuple.


Soudain, au bout d'une longue rue, ils débouchèrent sur une grande place où l'armée se mit en rang comme il le put avec les habitants qui fêtaient l'arrivée de Dol Amroth qui annonçait l'arrivée proche de Gondor.

Tior s'était avançé vers un garde du palais et discutait avec le descendant de la lignée Périndor tandis qu'un homme vint interrompre Gebir lorsque celui ci donnait ses ordres. Les soldats avaient déjà dépossé leur paquetage sur le sol et attendaient les ordres.

Gebir n'eut aucun besoin d'appeler les capitaines et lieutenants qui s'étaient rassemblés en un noyau compact devant les rangs de soldats qui fixaient le palais face à eux. Les renforts étaient arrivés et ils le montraient.

"Nous allons aller avec le seigneur Galathor rencontré le roi et un de ses représentants. Maintenez les rangs en place. Le seigneur Galathor et moi nous sommes mis d'accord concernant le contrôle de l'armée. Il nous représentera devant les seigneurs et je m'occuperais du reste. Je dois vous laisser. Je ne veut pas voir une seule goutte de bière sinon l'homme prit au fait devra répondre sur son honneur."


L'earkano monta les marches du palais et vint se placer aux côtés de Galathor.

Le seigneur lui exposa ses plans et Gebir remarqua que son rôle était principalement politique et que cela lui épargnait de futiles conversations.

"Je vous laisse vous occuper de tout ceci. Je vais aller moi même donner les ordres et j'espère que vous pourrez convaincre l'Intendant de nous accorder un guide pour nous rendre vers Fornost si cela nous est possible.
L'armée ne restera pas entière ici. je pense même qu'une très fa&ible garnison devrait stationner ici. Si un danger vient, ils s'attaqueront tout d'abord à la place forte de l'Arnor, Fornost. Quand à rejoindre le Roi, j'aimerais tout de même en savoir plus vers l'endroit où il est parti et dans quelles intentions.
Demandez à l'intendant où il désire que notre armée installe son campement où si les casernes peuvent l'accueillir."



Gebir laissa partir le seigneur vers le palais et il retourna vers l'armée. La nuit était tombé et les hommes s'impatientaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 23
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Ven 25 Avr 2008 - 20:14
Galathor écouta Gebir et avant même que l'Earkano eut levé les yeux, Galathor allait vers le Sénat, bâtiment neuf, magnifique, orné de sculptures monumentales rerésentant les Tribuns et Sénateurs.

Alors, dans la nuit croissante, le Noble poussa les portes du Sénat et avançant dans un couloir de pierre blanche, il vit une seconde porte, moins grande, et bien moins lourde que la principale.
Une fois de plus, il la poussa avec fermeté et un bruit énorme se fit entendre dans la Salle des Débats.
Malgré la nuit, tous les Tribuns furent présents, en raison de l'arrivée des Hommes du Sud.
Galathor parla, haut et fort:

*Tribuns, Sénateurs! L'armée du Gondor est enfin là!
Je suis Galathor Periondör, fils de Maelëthor Periondör.
Je suis le Gouverneur de la Cité de Minas Tirith, et de Gondor.
Je représente ici même, en Arnor, et devant vous, l'Ost du Sud, ainsi que le Royaume de Gondor lui-même, gouverné par Son Altesse Royale Méphisto du Gondor.
La situation est grave mes amis, car, en effet, nous ne savons où se poste l'Ennemi, nous ne connaissons pas ses déplacements et en outre, nous ne savons même pas qui il est!
La situation est donc plus que critique.

Mes amis, je requiert dès maintenant votre aide.
Il n'y a point longtemps, mon cousin Berethir Dolothïr de la Maison Periondör a reçu des cartes d'Arnor.
Je souhiterais avoir de votre part, et je réitère ma précédente demande, des renseignements quant à notre Ennemi.
Si je ne me trompe, il semblerait que cette Cité eut été attaquée, elle où la Forteresse du Nord, Fornost.
Si tel est le cas, vous devriez avoir des informations quant à l'Ennemi, nombre, puissance, provenance etc..

Je ne parle pas là de stratégie militaire, mais bien de politique!
Y aurait-il un Tribun dans cette assemblée capable de me donner ces renseignements?

Bien, apparemment non.
Je tiens toutefois à vous dire que l'Ost ne stationnera pas dans la Cité, seule une garnison y sera postée.
Mais cela n'est pas de mon domaine.

Sur ce, Messieurs les Tribuns, je vous quitte. Si quelqu'un aurait des renseignements, qu'il vienne me rencontrer au plus vite.
Merci.*



Puis, Galathor sortit de la Salle, et, sortant aussi du Sénat, il aperçut une quinzaine d'Hommes vêtus de capes.
De velours, et d'argent on aurait dit.
Le Noble n'hésita point et se dirigea vers eux, arborant un sourire radieux, malgré la situation.

Alors, d'un pas décidé il avança vers eux et dit:

*Eldror, mon vieil ami! Tu n'est donc pas de ceux qui s'en furent loin au Nord apparemment.
J'espère que tu trouves tout de même ton bonheur au sein d'Annùminas la Belle, et que l'Intendant, et le Roi t'eurent fait bon accueil.
D'ailleurs j'eus ouï dire, ou du moins j'eus lu, que Berethir eut fait la rencontre d'Halbarad, le Dunedain.*


Alors, le Servant de la Maison répondit:

*Maître Galathor je suis heureux de vous revoir après m'être inquiété, aux nouvelles de cette affreuse tempête qui rongeait les côtes Méridionales d'Endor.
J'eus cru que vous fûtes happé par les pouvoirs d'Ulmo.

Iluvatar soit loué! Vous êtes en vie!
Heureusement qu'Ulmo vous apprécie. Je n'en connais aucunement la raison, mais jamais par le passé, la mer vous a joué mauvais tour.

Effectivement je suis resté ici. Au départ je n'en fut point réjouï, mais.. depuis, je ne parviens à avoir aucune nouvelle de Carn-Dûm, de Ar-Aldarion, de Halbarad, de Berethir, de quiconque, et je commence à m'inquiéter.
Puisse Mandos les préserver de ce qui les attend et les refuser aux portes de son Palais!*


*Ne vous inquiétez pas, dit Galathor avec une voix rassurante, je suis sûr que tout se passe bien, et que Namo les garde encore en Arda.

Transmettez ce message au reste de la Délégation, l'Ennemi est en marche et nous irons nous rendre à Fornost.
Le coup le plus dur y sera porté, nous devrons empêcher la forteresse de tomber, car si elle tombe, Annùminas n'aura plus de défenses, si ce n'est ses murs, toutefois en proie aux armes de siège de l'Ennemi, si armes de siège il y a.

Sur ce, je dois vous laisser, l'Intendant doit m'attendre en ce moment et je ne peux prendre le risque de le froisser.
Au revoir, jeune Eldror.*


Puis, Galathor fit ses adieux au Servant et se dirigea vers le Palais en courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Sam 26 Avr 2008 - 14:42
Il fut acceuilli avec une certaine froideur aux portes du bureau d'intendance. Un homme à l'air noble et distant l'acceuili.

- Je suis Othar Celebrin, Chambellan de l'Arnor. Sachez que vous avez faché l'Intendant par vos propos au sénat. Vous êtes ici en Arnor, et pas au Gondor.

L'homme ouvrit la porte du bureau avec un imposant trousseau de clefs.

- L'intendant ne va plus tarder.Prenez place.

L'homme s'éffaca alors laissant Galathor seul assis sur une chaise en bois.
La porte s'ouvrit à la volée. Un petit homme a l'air d'habitude enjoué, mais pour l'heure déformé par la colère, entra.

- Galathor Periondor fils de Maelethor Periondor !

Il avait un accent rude des gens du nord, et ces mots résonnaient comme une sentence dans sa bouche.

- Galathor Periondor fils de Maelethor Periondor !

Il semblait que la répétion de cette phrase fournisse un exutoire salutaire à l'intendant.

- Au nom de quoi ! Au nom de quelle valeurs venez vous ici comme en terre conquise ? VOUS ETES EN ARNOR! ET L'ARNOR EST SOUS LA SUZERAINETE DE TAR-ALDARION ! AUCUN POLITICIEN DE GONDOR N'A DROIT DE CITE ICI !

En effet, de tout temps, les deux royaumes de Gondor et d'Arnor étaient frère, et seul Mephisto, en tant que Haut Roi d'Arnor et de Gondor avait un pouvoir plus grand qu'Aldarion. Et cette distinction ne s'étendait pas au Gondor en entier. Aleth souffla profondément. L'orage commencait à passer.

- Ce que vous avez fait est grave, très grave ! En d'autres temps je vous aurai bouté hors de la ville à grand coup de pied dans le postérieur ! Il y a des règles ici ! On entre pas en Arnor, et dans la capitale en armes ! On n'entre pas au sénat comme ca ! On n'exige pas d'alliés quoi que ce soit de cette manière ! On ne prend pas ses alliés pour des idiots pathologiques ! La défense de l'Arnor est organisée! Même si votre aide n'est pas négligeable vous n'avez aucun droit pour organiser à notre place notre défense ! Vous avez insulter les sénateurs, l'Arnor, Tar-Aldarion et notre Haut Roi Mephisto !

Aleth s'assit lourdement dans un fauteil, ses yeux jettaient des étincelles.


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 23
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Sam 26 Avr 2008 - 16:57
Galathor lui, était serein et calme, car il n'avait rien de bien grand à se reprocher.
En aucun cas, il n'eut haussé le ton sur les Sénateurs ou insulté qui que ce soit.
Alors, il se leva face à l'Intendant et lui dit:

*Je vous salue humblement Aleth Enon, Intendant de la Cité d'Annùminas et d'Arnor.
Je représente le Gondor, ainsi que son Ost, ici même faceà vous.

Nous sommes arrivés de par Dol Amroth, et de Minas Tirith, un voyage dont la longueur n'est point négligeable.
Nous sommes entrés dans la Cité pour retrouver du réconfort, et non pas pour l'annexer.
Nous n'allions tout de même pas laisser armes et armures aux portes de la Cité.

L'Ost de Gondor est venu ici, pour protéger la Cité, et défendre l'Arnor. En aucun cas, l'Ost ne souhaiterait assiéger la Cité, Intendant.
Quant à l'organisation de la défense de la Cité, cela ne me concerne point, adressez vous à Gebir, il dirige l'armée, je ne fais quant à moi, que la représenter.

En outre, je n'eus jamais exigé quelque chose, je n'ai fais que demander votre aide, demander assez de renseignements pour pouvoir évaluer la situation géographique de l'Ennemi, dans le cas où nous devrions rejoindre Fornost, et, si nul document ne peut nous être fourni, je demanderais la possibilité que vous nous envoyiez un eclaireur, un guide pour rejoindre la Forteresse du Nord.

Et sachez, Intendant Aleth Enon, que j'estime mes alliés, plus que j'estime ma famille, alors, jamais je n'aurais osé vous prendre pour des "idiots pathologiques".
Ni d'ailleurs, jamais je n'aurais insulté Son Altesse Royale, Méphisto du Gondor, ou Aldarion Tar-Aglareb, Roi d'Arnor, et encore moins les Tribuns de ce pays.

Maintenant, pourrais-je m'asseoir, Intendant?*


Puis Galathor, toujours aussi serein attendait réponse de son interlocuteur, qui était froissé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Sam 26 Avr 2008 - 18:32
Alors que Galathor commencait à parler deux hommes pénétrèrent dans la pièce.

Le premier était bardé de cicatrice et vétu d'habits de voyage. Ses yeux clairs indiquaient une colère certaine mais maintenue. Le second, en armure d'apparat portait une fine moustache. Il était d'une apparente noblesse.

- Je suis Hernan Cavales, Tribun militaire.

La présentation était froide.

- Vous manquez de noblesse mon ami. Vous êtes aussi polis qu'un sanglier..

Le second, Athos Derulan, glissa quelques mots en patois (incompréhensible) à Aleth Enon.

- Il me fait plus penser au sergent Gonard qu'à un noble de Minas Tirith...

Sans se soucier des deux autres, Cavales continua.

- Il y a des traditions diplomatiques. L'une d'elle stipule qu'aucune armée, alliée ou non , ne doit pénétrer la capitale d'un autre royaume sans l'accord d'un Roi ou de son représentant. Ne soyez point déconfit à ce point mon cher... C'est l'apprentisage du métier... Vous êtes encore jeune n'est ce pas ?

Athos Derulan grogna.

- Cesse tes courbettes Hernan.

Il se tourna vers Galathor sans prendre la peine de se présenter, son écharpe de tribun devrait suffire.

- Vous n'avez de cesse de répeter vouloir défendre l'Arnor... Allez défendre Fornost... Vous parlez d'un certain Gebir qui devrait organiser la défense de notre cité...

Il parlait vite en machant ses mots, d'une voix bougonne mais posée.

- Ne comprenez vous pas que c'est à nous, Arnoriens, d'organiser notre défense? Ne comprenez vous pas que votre rang en Gondor ne vous permet pas ici de décider ou et comment vous allez commander une armée sur notre sol ? Il y a des règles dans ce pays. En l'absence du Roi, ce sont les Tribuns militaires qui dirigent l'armée et la défense de l'arnor et pas le gouverneur de Minas Tirith ou son premier chevalier... Si vous venez ici, c'est pour mettre votre force au service de notre système de défense, du système établi par Tar-Aldarion, par pour nous dicter une manière de nous défendre...

Derulan n'avait pas haussé le ton. Cavales posa sa main sur l'épaule de Galathor.

- Mais encore une fois mon jeune et inexpérimenté ami, ce sont des erreurs de jeunesse... Ne vous faites pas trop de mauvais sang...


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 23
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Sam 26 Avr 2008 - 19:31
Galathor, toujours serein mais toutefois froissé par les paroles d'un des dex hommes répondit avec sévérité, et dans ses yeux, la lueur terrifiante de son courroux fut telle, qu'aucun des Hommes n'osa poser les yeux sur lui.
Puis, il dit:

*Chers hommes.

Sachez, que je n'ai aucun pouvoir sur les mouvements de l'Armée du Sud. Alors, de grâce, cessez de me reprocher certaines choses, ou par exemple la défense de votre Cité.
Je n'ai aucunement fait quoique ce soit quant à la "défense" de la Cité, car je n'en ai le pouvoir.

En outre, je souhaiterais ardemment défendre Fornost, toutefois,je désirerais pouvoir m'y rendre!
Ce fut une requête que je vous ai adressée, pas plus tard qu'il y a une heure, au Sénat.
Si réponse y eut-il, a ma requête courtoise, et si froid accueil il n'y eut point, je pense que notre conversation ne serait pas si rude!!

Nous n'avons aucune fois remis en question le système de défense de votre Cité, aucune fois!
Alors, messieurs, ne soyez pas si hâtifs, car si vous eûtes écouté mon discours au Sénat, je pense que je n'aurai pas eu à gaspiller mes paroles en vain!

Et ne me parlez pas de politesse singulière, car je me suis présenté auparavant au Sénat, avec respect, courtoisie et douceur.
Je ne sais pas qui vous êtes alors ne m'insultez pas je vous prie.

Aussi, je pense que si Gebir l'Earkano a décidé de mener les troupes ici, au sein de la Cité, si il a entrepris un tel voyage, je pense que quelqu'un dans vos rangs devait être au courant de l'avancée de notre Ost, ou alors le service de renseignements de votre Cité doit être défaillant.

Je vous respecte énormément Aleth Enon, tout comme vous, Tribuns, mais je ne supporterai guère que l'on m'insulte sans raison valable ou cohérente!

Aussi, ne me dîtes point que je suis inexpérimenté, car j'ai jadis mené des Dunedain à la victoire, à Fornost d'ailleurs.
Alors, si vous me dîtes inexpérimenté, vous dîtes aussi que vous soldats furent idiots pour suivre un Homme inexpérimenté?
Ai-je tort?*


Puis, Galathor ne prêta plus attention aux deux Hommes, très peu courtois, indignes d'être Tribuns.
Alors il tourna son regard vers l'Intendant et lui dit:

*Cher Intendant,

Je souhaiterais donc rejoindre Fornost, mais si je ne peux l'atteindre par mes propres moyens, comme y irais-je?
Ces "Tribuns", me disent de déguerpir sur-le-champ pour défendre Fornost, et je ne requiert que d'y aller, mais alors qu'un guide nous soit fourni.*


Puis le Noble se tut, mais son courroux ne s'apaisa pas, et l'air devint lourd dans la Salle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Sam 26 Avr 2008 - 19:49
// Et moi j'ai mené l'armée des bisounours contre les méchants chewingum ^^ Arretons de dec$$$$$$ Ce genre d'information n'est pas dans ta fiche de personnage et tu n'as pas le droit de te dire ancien machin ou ancien chose quand cela t'arrange s6 J'aimerai que même si tu es en colère, tu lise correctement mes rps . Quant aux tribuns ils sont plus digne d'être tribuns que toi d'être gouverneur.//

Galathor avait dit le mot Tribun avec un mépris certain qui fit réagir les trois hommes au quart de tour. Derulan parla alors d'une voix terrible et forte, posée et menacante, une voix telle que Galathor, si fier dans ses principes baissa les yeux.

- GALATHOR VOUS ALLEZ TROP LOIN !

Tandis que Cavales semblait stupéfait par l'impudence du messager du gondor, Aleth reprit la parole d'une voix méthodique qui ne semblait pas souffrir de discussion.

- Il n'est pas question que vous ayez ou non pas fait quoi que ce soit mais bien de votre prétention à organiser la défense de l'Arnor. Fornost est défendue et jamais aucun des tribuns ici présent ne vous a demander de vous y rendre ! Que cela soit clair : soit vous acceptez de nous aider selon notre idée, notre plan et nos ordres, soit vous refusez et quittez ce palais sur le champ. Nous traiterons alors avec Gebir qui me semble plus à même de gerer cet "ost". Nous avions connaisance de votre venue mais il nous a semblé logique de vous faire confiance quant au stationnement hors les murs de votre armée... Nous avons visiblement eu tort...

Les trois hommes semblaient de fort mauvaise humeur, et il valait sans doute mieux ne pas insister.


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 23
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Sam 26 Avr 2008 - 20:22
Alors, Galathor ria, d'un rire mesquin et ironiqe et il dit:

*Aleth Enon, si nous stationnons ici, ce n'est que le temps de quelques heures, le temps de régler quelque affaire, quant au stationnement de l'Armée.

Je souhaitais savoir si place il y eut pour que nous puissions stationner non loin de votre Cité, mais le ton de vos Tribuns fut si méprisant à mon égard, et si loin de la vérité, que je n'ai pu continuer à réciter mes intentions.

Quant à Fornost, je ne fais que transmettre la demande de Gebir, alors une fois de plus ne m'en tenez guère responsable.
J'accepte évidemment de suivre vos plans, et jamais je n'es souhaitais autre chose, si ce n'est les odres que j'ai reçu.

Alors, messieurs les Tribuns, je ne comprends votre mépris pour moi, qui n'en ai jamais eu à votre égard si ce n'est maintenant, après vos paroles déplacées envers ma personne, mais je ne reviendrai pas sur le passé.
Ni sur vous d'ailleurs.*


Alors, il parla encore à Aleth Enon et dit:

*Intendant, auriez-vous un emplacement où notre armée pourrait loger, ou si vos casernes sont dans la mesure d'accueillir les soldats?
Et aussi, pourriez-vous organiser un buffet, car ils sont exténués, et affamés?
Je vous en remercie d'avance.
Je dois repartir toutefois, alors j'espère que votre réponse sera prompte.*


Alors il se tut, ne jetant regard sur les Tribuns, qui le méprisait tellement que l'on put croire que la haine de Melkor les parcourait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Dim 27 Avr 2008 - 10:00
Tior avait suivi Ernaur, un des gardes du palais, qui l'avait finalement amené jusqu'au bureau de l'intendant Aleth Enon. La sentinelle repartit en faction et laissa le messager d'Halbarad seul devant la porte du bureau. A travers le bois sombre dont elle était fabriquée, le Dunàdan pouvait entendre la voix reconnaissable de Galathor, parlant plutôt calmement, mais entrecoupée des paroles enflammées des Tribuns et de l'homme qui représentait le roi Aldarion.

Tior frappa... Un coup... deux coups... trois. Visiblement, les discussions rendaient quelque peu sourd ou inattentif. Il entra donc au beau milieu des trois hommes et put voir, comme il le pensait, Galathor Periöndor en conflit verbal avec deux Tribuns et un Intendant... Le point faible du gouverneur de Minas Tirith ne se trouvait sans doute dans ses intentions et ses buts, mais dans la manière de les mettre en place. Il fut heureux que Tior n'ait pas obéit à Galathor en envoyant des éclaireurs hors d'Annùminas, car alors la réaction d'Aleth Enon aurait été désastreuse.

Entre deux répliques, Tior Celebdîn salua les Tribuns, et en dernier l'intendant.

"Messieurs, fit-il d'une voix faible..."

Il n'eut pas le temps de dire quoi que se soit d'autre, l'eut-il voulu, car Galathor débutait une nouvelle prise de parole. Tior se contenta donc de se placer en retrait, dans un coin du bureau, et de voir la tournure que pourrait prendre les évènements. Peut-être pourrait-il éclairer un peu sur les évènements qui s'étaient passé avant l'arrivée dans la cité, mais il ne souhaitait en aucun cas prendre l'un ou l'autre des partis...

...Galathor était son ami, mais Aleth était son Intendant, et leur querelle faisait le rire de l'Ennemi.




The Half Cop


Dernière édition par Halbarad Dunàdan le Dim 27 Avr 2008 - 13:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Dim 27 Avr 2008 - 12:33
// Magnifique résumé de la situation Halbarad, puisse t'il éclairer Galathor sur la manière de réagir pour appaiser ceux qu'il a faché Wink //

Aleth ne savait pas si c'était une manière de semer le trouble entre eux, ou un mode de pensée illogique, mais il n'appréciait pas la manière de distinguer l'intendant des des deux tribuns.

- Que cela soit clair Periondor, je soutiens totalement mes deux Tribuns...

Hernan Cavales qui avait une grande expérience de la diplomatie imposa le silence au sanguin Derulan. Il reprit la parole d'un ton encore une fois calme et posé, un ton qui parfois pouvait exaspéré.

- Comprenez mon ami, nous n'avons rien contre vous, ni contre votre intention de nous aider. Nous déplorons juste que vous ayez cru, en l'absence de notre souverain, pouvoir agir comme dans un pays sans chef.

Il sourit de ses dents blanches, indignes d'un soldat.

- Si le mot " sanglier" vous a choqué, je le retire ... Mais sachez que ce terme s'adapte bien à celui qui entre dans un sénat, pose une question au tribun sur un ton moralisateur et en ressort sans laisser le temps de réponse. La situation est critique mais nous la gérons, nous ne vous avons pas attendu pour préparez notre défense.

Il n'y avait nul mépris dans son ton, il y en avait d'ailleurs eu très peu de la part des tribuns. Dans le même temps, Aleth rédigeait un court papier pour que des dispositions soient prise pour l'acceuil de l'armée alliées.
***

Les soldats attendaient devant le palais. Un homme vétu d'un long manteau de voyage s'approcha du groupe. Mine de rien il s'infiltra parmi les soldats qui se réchauffaient près des feux.Arrivé près de Gebir il lui addresa la parole.

- Alors Général, l'Arnor a t'il perdu son indépendance?

Il rit de bon coeur.

- Ce n'est pas très poli que d'entrer dans une ville en arme... Je doute que la classe politique apprécie...

L'homme sourit. Il tendit sa main a l'Erkano.

- Capitaine Lunidel, chef de la garde personnelle de Tar-Aldarion... Je reviens tout juste du nord, d'une patrouille.


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gebir
Seigneur de Pinnath Gelin - Earkano, Maître des Mers et des Semi-Eunuques
avatar

Nombre de messages : 297

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 37 ans
- -:

Dim 27 Avr 2008 - 17:24
L'armée s'était rassemblé tout autour de petits feux de camps. La nuit était venu et avec elle le froid et l'obscurité. Les lances et les boucliers avaient été déposés sur le sol de pierre et les capitaines attendaient le retour du noble Galathor avec impatience.

La politique

Gebir s'était assis sur le sol et aiguisait ,d'un air absent, ses poignards. Le temps passait et aucune nouvelle du palais. Parfois, il relevait la tête, écartant les cheveux au passage et fixait la structure de pierre.

Alilan se trouvait tout près, contemplant le ciel étoilé alors que la lune restait absente. Gebir la regardait d'un regard troublé, gêné. Il savait que ce n'était pas vraiment la place d'une femme de combattre dans cette armée. Pourtant il était heureux qu'elle soit là. Heureux d'avoir un présence chaleureuse avec lui.

Soudain, un homme passa à travers les rangs du gondor sans être remarqué. Il portait une cape de voyage et ressemblait grandement à un ranger de part son apparence. L'homme vint interrompre l'earkano dans sa méditation solitaire.

Gebir se releva, épousant au passage sa cape qui avait prit la poussière.
L'homme en face de lui avait le visage noble et le regard sincère.
On pouvait voir qu'il portait fièrement un signe distinctif, une rose.

"Excusez lors mon arrivée dans cette cité, je ne savais point que ce fut une offense.J'irai donc m'en excuser auprès de vos sénateurs et de l'intendance de cette cité. Nous sommes tous fatigués car peu accoutumés à ce climat qui est le votre. Quand aux armes, que ferai un soldat sans arme. Il est vrai toutefois que j'aurai dû me renseigner. Vous me paraissez fort habile quand à passer inaperçu. Je me présente tout de même, Gebir commandant de l'armée de Dol Amroth et seigneur des collines vertes. Je n'était venu qu'une fois dans votre pays, il fait toujours aussi froid?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 23
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Dim 27 Avr 2008 - 21:06
Alors, Galathor reprit parole, après avoir entendu le Tribun, et dit:

* Cher Hernan Cavales, je regrette fort de vous avoir "offensé", mais si j'entrai dans le Sénat, et sortai sans en entendre la réponse, ce fut à mon grand déplaisir, car Tior alla quérir l'Intendant et devoir le faire attendre trop longtemps l'aurait sans nul doute déplut.

En outre, je regrette aussi d'avoir pénétré la Cité armé, mais la situation qui se passa ne me donna nul temps de me renseigner sur les coutumes militaires de ce Royaume, car Dol Amroth fut à feu et à sang, et nul ouvrages ne parît dans les navires, quels qu'ils soient.

Si c'est le fait que j'eus donné l'ordre à Tior d'envoyer éclaireurs et rôdeurs dans les environs, ce ne fut que par précaution, et non pour prendre le pouvoir, ou autre.
Etant donné qu'auparavant, aucun Tribun n'avait informé Berethir d'une quelconque défense, malgré sa requête, j'eus cru préférable d'agir.
Mais si cela vous eus froissé, et bien je m'en excuses humblement.

Cependant, à l'avenir, tâchez de vous montrer courtois, même envers une personne, qui malgré qu'elle vous fût inconnue, vous méprisez.

Car c'est l'une des règles fondamentales de savoir-vivre, d'accueil et de courtoisie, chers messieurs, les Tribuns, et Monsieur l'Intendant.
Tous se doivent d'être courtois dans un accueil, et Gorthaur lui-même le fut à la Morannon, en envoyant son émissaire "souhaiter la bienvenue" aux Hommes de l'Ouest.

Quant aux armes, encore une fois, je m'en excuse, mais la situation en Arnor, et la fatigue des hommes fut telle, que nous nous devions de pénétrer dans la Cité.
Mais ils déposeront armes dès ma sortie du Palais, je vous en fait le serment, mais comprenez le tout de même, ce fut nullement pour vous offenser.*


Puis, Le Noble se tut, et se rassit, voyant Tior à côté, et il jeta un regard vers l'extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Lun 28 Avr 2008 - 19:04
Tior sortit du coin sombre de la pièce, et, se plaçant face aux tribuns et à l'intendant, il tenta de poursuivre le discours de Galathor, afin de calmer la situation. Ainsi parla-t-il , d'une voix calme et respectueuse:

"Hernan Cavales, Athos Derulan, Intendant Enon... Cette malheureuse querelle n'a été provoqué ni par vous, nobles Hommes de l'Arnor, ni par Galathor Periöndor ici présent, mais plutôt, selon mon avis, par l'ennemi lui-même. Quels qu'ils soient, les êtres maléfiques ont toujours su, par ruse et tromperie, influer sur les coeurs de nous autres gens libres, et provoqué la discorde pour leur plus grand bonheur. Ce gouverneur du Sud est un homme brave et ses intentions sont tout aussi respectables que tous ceux qui combattent contre les ténèbres, comme vous. La situatiuon presse, l'heure est sombre, et nous voilà à chercher les ennuis alors que beaucoup d'autres arrivent, qui, eux, ne peuvent être évités."

Tior Celebdîn s'inclina devant l'Intendant...

"Je vous en conjure, Aleth Enon, oubliez ce différent, oubliez les fautes qu'a commises le fils de la lignée Periöndor! Et pensez bien à ceci: l'union eentre les gens de bien sera nécéssaire, et, en faisant entrer cette armée dans la Cité, Galathor ne pensait qu'à hâter cette union plus que nécéssaire. Faites leur part de vos décisions concernant la défense de notre Royaume, où ils peuvent jouer un rôle, ou bien renvoyez-les dans le Sud, en Gondor, d'où ils sont venus et ont parcouru des lieues et des lieues pour nous porter secours."

Le Dunàdan se releva, et sans un autre mot, disparut dans l'obscurité du coin de la pièce, laissant l'homme du Sud et les Trois hommes du Nord, et espérant que son discours avait joué un rôle dans la "réconciliation" de ces deux partis...




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 23
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Mar 29 Avr 2008 - 17:19
Alors, Galathor, après avoir entendu les mots d'Halbarad prit conscience de ce qu'il se passa.
Alors, il dit:

Aleth, Tribuns, Halbarad a raison!
Ses querelles furent idiotes, et sans grande raison, sans aucune réelle raison.

Nous devons nous unir, et combattre l'Ennemi.
Nous devons marcher à côté, main dans la main, et effrayer l'Ennemi de cette alliance, qui jadis fit trembler Endor.

Je m'excuse platement pour mon comportement, mais mes yeux ne furent ouverts, et mon esprit écroulé.
Je me suis montré indigne de ma sagesse, dite légendaire, en laissant les desseins de l'Ennemi imprégner nos esprits.

Tior! cria Galathor vers le couloir, je crois que je ne participerai pas à cette guerre, car je n'ai aucun réel rôle à jouer, et mon indignité m'écoeure, tout comme elle écoeure les autres.

Je pense que je devrais partir pour le bien de tous. Si je le peux, je recueillerais le plus de renseignements auprès de vous Aleth, et les transmettrai à Gebir avant de m'en aller, je ne sais où, sûrement à Minas Tirith, à moins que ce dernier ne veuilles que je reste.

Alors, nous unirons-nous tout de même?*


Puis il se tut, et il fut exténué, déboussolé, et avait du mal à respirer.
Son coeur était comme poignardé, alors il se rassit, mais sa sensation ne déclina point.
Mais il attendit cependant, malgré son état, qu'il tentait de cacher au mieux, les réponses de l'Intendance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Jeu 1 Mai 2008 - 16:20
Aleth commencait à en avoir marre de ce gouverneur prétentieux et pour le moins grandiloquent.

" Cette querelle avait une raison, votre manque d'humilité.Vous n'etes d'ailleurs pas assez humble que pour accepter à vous tout seul vos erreurs, vous les redistribuées sur notre ennemi, qui n'en a pas le pouvoir a moins qu'il ne soit Melko lui même.

Mais j'accepte vos excuses.

Quant à savoir ou sera votre place... a vous d'en décider. Soit ici comme conseiller dans une force intégrée à notre système défensif, soit partout ailleurs.

Je crois que les information que vous demandez, dont nous avons fourni une partie à Berethir qui ne semble pas vous être parvenue, je les communiquerai à Gebir lui même qui me semble plus au fait de l'art militaire. "

Il n'y avait nul mechanceté , ou mépris, juste un certain agacement.


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Sam 3 Mai 2008 - 22:06

C'était dit sur un ton un peu rustre, et pour le moins franc, mais il n'y avait sans doute là aucune méchanceté, tout du moins était-ce ainsi que Tior voyait la chose. D'ailleurs, Aleth Enon avait finalement accepté les excuses de Galathor Laurë, les choses étaient rentrées dans l'ordre... ou presque, car le messager d'Halbarad sentait tout de même une tension perspectible, qui pourrait avoir un effet néfaste sur la poursuite des activités de défense du Royaume, si tant est que le noble de Minas Tirith voulut toujours rester dans le Nord.

Galathor... peut-être avait-il été comme une étoile dans la brume lors du voyage sur les eaux du Beleager, mais ici, son éclat s'était perdu, et Tior pouvait le voir, assis lourdement sur une chaise, peinant à respirer, et entourés de ces trois Hommes de l'Arnor. et, bien que l'intendant soit incontestablement de plus courte taille que l'Homme du sud, il paraissait avoir plus de prestance dans son propre bureau, dans son propre palais... dans son propre Royaume...

Tior s'avança jusque devant la table de bois où Aleth s'était appuyé, passant devant le Gondorien:

"Allons, Galathor! Relevez-vous! L'Intendant vous a accordé son pardon, soyez-en heureux, même si vous ne semblez pas admettre les fautes qu'il vous trouve. Mais qu'importe, je ne suis pas là pour juger de cette affaire, et je ne le ferai point. Ma seule espérance est que cette querelle soit bel et bien anéantie. Quoi qu'il en soit, seigneur Aleth, maintenant que vous avez pardonné à cet Homme du Sud, la situation exige qu'une décision soit prise concernant les centaines d'autres qui attendent dehors sous le commandement de Gebir. Qu'en sera-t-il d'eux? Iront-ils à Fornost renforcer les garnisons de la Cité? Resterons-t-ils ici-même?"

Cette prise de parole hâtait sans doute les choses, mais c'était la son but, et Tior Celebdîn ne voulait en aucun cas brusquer l'Intendant... Seulement, la situation exigeait la célérité, et cette dispute entre deux hommes qui auraient dû être alliés n'avait fait que ralentir les choses. Hélas... hélas... il faut toujours que la discorde pénètre dans le coeur des Hommes pour leur perte... il fallait espérer que la suite se montre meilleure.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 23
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Dim 4 Mai 2008 - 21:40
Galathor restait assis, troublé.
Non pas par la situation, loin de là, mais par une chose étrange, inconnue par Galathor lui-même.
Il ne pouvait presque pas respirer, son coeur battait comme un tambour, sa vision se troublait, et la sueur coulait de son front.
Il répondit tout de même, d'une voix tremblante, et rauque:

*Tior, vous êtes sage...mon ami..
La situation mérite d'être...ré..révisée, et nous devons...
Nous devons agir, et ce.. au plus vite.
Cette querelle... ne nous a que retardé.. en effet.. et je n'en suis.. guère fier.

Aleth,
Seul vous,.. saurez ce que nous devrons faire....
Où aller... où rester, où tomber.
Je n'ai plus... de griefs contre vous... Aleth Enon.... Intendant d'Annuminas, bien que je n'en ai... jamais eu.."


Puis, Galathor, reprenant son souffle, dit, épuisé, à Tior:

*Tior...
Vous avez toujours... été... mon ami, maints moments...
Et vous le serez toujours...
Je me pâme... en ce moment...
Je ne sais.. ce que j'ai, mais cela ne doit pas être.. si grave que cela.

Aleth, pourrez vous attendre que je puisse... me rétablir, avant de décider quelque acte?*


Et, achevant sa phrase, suffoquant, il tomba de son siège, face contre terre, pâle comme jamais il ne l'avait été.
Ses yeux étaient fermés, mais il respirait.
Il était comme, figé.
Dur, rigide, comme une statue de marbre, aussi froide qu'elle.
Qu'avait il eu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Lun 5 Mai 2008 - 18:43

Qu'avait-il eu?

Ce fut la pensée de Tior lorsqu'il vit son ami, Galathor Laurë, tomber de son siège et s'écrouler sur le sol planché du bureau de l'Intendant, après un discours plus que laborieux et non sans interruptions.

Sortant de cette position de retrait qui avait été sienne durant une bonne partie de la discussion, Tior Celebdîn accourut au secours du Periöndor et s'agenouilla vers... comme qui dirait... une sorte de statue de pierre pale, semblable à la couleur dont la Cité des Rois de Gondor est constituée. Les yeux clos, cette statue pouvait tout de même faire entendre un léger reniflement, preuve que l'esprit du gouverneur de Gondor demeurait encore dans le monde et non dans les chemins menant à la sombre demeure de Mandos.

En effet, il respirait, et les minuscules goutelettes de buée qui se firent voir sur le protège-bras de Tior lorsqu'il l'approcha de la bouche de Galathor en demeuraient la preuve formelle... Cependant, il ne semblait pas conscient.

"Galathor! cria le messager d'Halbarad. Galathor!"

Le secouant légèrement d'abord, puis plus vigoureusement par la suite, il espérait que les yeux du Gondoriens s'ouvriraient une fois de plus et verrait le feu ardent brûlant dans la pièce.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 23
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Lun 5 Mai 2008 - 20:43
Galathor gisait là, comme une statue de marbre, froide et immobile.
Il était si pâle, que l'on crut presque que son visage était de porcelaine.
Le Noble ne faisait aucun mouvement, mais respirait légèrement.

Il n'était évidemment, pas conscient, et demeurait, comme mort, sur le sol, sans que nul, hormis Tior ne s'en approche.
Le Noble n'ouvrait pas ses yeux, mais lors de l'arrivée du Roi, quelques temps plus tard dans la Cité, il fut crispé, comme pris de rage, sans qu'elle ne puisse s'échapper, mais malgré tous ces mouvements, raides et bloqués, il était inconscient.

Il y avait dans le cortège, Aldarion Tar-Aglareb, et Berethir, cousin du Noble Periondör.
Mais il y avait aussi une chose, sans doute la raison de ces crispations.
Une chose qui avait un effet plus que néfaste sur Galathor, la Lame de Morgul.
Et alors, s'agitant dans tous les sens, Galathor retomba, raide et froid sur le sol, comme si rien ne s'était produit.

Les yeux du Noble étaient fermés, mais même ouverts, on n'aurait pu voir que des pupilles blanchâtres, ou trop dilatées.
Mais il respirait, difficilement, mais il respirait.
Le Soleil envahit la pièce de sa chaleur, Soleil qui avait habitude de toujours rendre Galathor joyeux, empli d'allégresse, et plus qu'aimable.

Mais il advint que la chaleur d'Anar, n'usa pas cette fois de son pouvoir sur l'homme de Minas Tirith.
Elle se heurtait sur un bloc de pierre, plus que pâle, presqu'invisible dirait-on.

Namo viendrait-il le prendre? Apparemment non, mais cela ne saurait peut-être tarder, nul ne le savait.
Peut-être le Vala se heurtait à un esprit combattif?
Personne ne le savait.

Mais malgré cela, Galathor demeurait froid, et presque mort, et il restait là dans la Salle, sans que nul n'ose le déplacer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'amour brille sous les étoiles ~ [ Neiry ]
» L'amour brille sous les étoiles [Soirée de fin d'année]
» Une entrevue particulière sous les étoiles [PV Daniel]
» Deux chevaus sous le soleil brûlant
» L'amour ne brille jamais sous les étoiles... ... [Fe]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: L'Arnor :: Annúminas-
Sauter vers: