Un parchemin pour les ombres

Aller en bas 
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Mar 29 Avr 2008 - 22:55


Suite de : La femme au grand châle noir

Namirië s' était mis en route dès les premières lueurs de l' aube. Monté sur son grand cheval noir, il avait jeté un coup d' oeil en direction de la fenêtre de Maïrwen et grâce à sa vision elfique, il l' avait aperçut, là haut, qui lui faisait signe de la main. Il répondit en brandissant le parchemin qu' elle lui avait confié la veille et avait lancé sa monture au galop. Il avait voyagé le plus rapidement possible, évitant soigneusement ville et village.
C' est fourbu qu' après bien des jours il arrivait enfin en vue des premiers arbres de la forêt noire. Heureusement, bien que les temps soient troublés, il n' avait pas fait de mauvaise rencontre et c' est prudemment qu' il pénétra dans la forêt. Il se mit immédiatement à sa tâche, scrutant spécialement à la base des troncs les plus gros et les plus anciens. C' est là qu' il avait le plus de chance de trouver les plantes rares qu' il cherchait. Après plusieurs heures, il arrêta ses fouilles plutot satisfait. Sa besace était pleine à moitié et il avait constitué suffisamment de réserve pour les besoins d' une année entière de la clef d' argent.
Il hésita un instant. Il aurait aimé rendre visite à ses amis de Gar Thulion mais finalement, il y renonça et sorti le parchemin de Maïrwen. Il pensa à elle qui, dans la tour, attendait avec impatience les nouvelles qu' il pourrait lui ramener. Il déplia une grande couverture pour s' y assoir et s' adossa à un arbre.

* Je dois me reposer un peu, pensa-t-il, je vais rester ici pour la nuit et au matin, je m' occuperais de la demande de Maïrwen * ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Mer 30 Avr 2008 - 1:51
Avec Taurnil, Lenwë avait été désignés pour escorter le sage Namirië qui partait en quête de quelques ingredients rares pour les soigneurs d'Elostirion. Cela faisait bien bien un âge que Taurnil et Lenwë n'avaient pas quitté les Havres.

La nuit tombait, le sage Namirië semblait lire un parchemin au coin du feu. Lenwë gardait son arc et son carquois à portée de main, mais ils ne devraient pas avoir de problème, ils n'avaient aucune raison de faire de mauvaises rencontres. Il était là. Taurnil montait la garde à quelques pas de là, tel une statue de pierre. Ses yeux d'elfes plongeant dans l'obscurité qui s'étandaient au delà du cercle du feu...

Aussi le sage avait insisté pour qu'il fasse un détour par un lieu qui leur était inconnu. Car bien qu'experimentés, Taurnil et Lenwë connaissaient peu la région. Ils savaient s'orienter, et Lanwë avait le mauvais pressentiment que celà ne suffirait peu être pas. Il était là. Mais le trio gardait tout de même l'esprit tranquille.

Ils mangèrent en discutant doucement, le sage exitait la curiosité de Taurnil qui avait laissé sa place de sentinelle à Lenwë. Mais le guerrier qu'était Taurnil remarqua la profonde reflexion que menait Namirië lorsque les sujets de discussions s'épuisèrent. Alors qu'ils allaient se mettre à dormir. Il y'eut un bruit sur leur gauche.

En un éclair les arcs furent bandés. Et Namirië sortit de ses songes. D'un signe de tête Taurnil lui dit de rester assis.

Quelques buissons remuèrent, cela se déplaçait vers la droite.

Doucement et avec splendeur un loup emergea des fourrés. Il huma l'air et observa avec curiosité les Elfes qui baissèrent leurs flèches sans lâcher la corde de leurs arcs. Puis il se rapprocha pas à pas des trois elfes. Ils n'avaient rien qui puisse se caler dans l'estomac d'un loup,et il n'était pas affamé. Il était là.

L'espace d'un instant le Loup les fixa tous les trois un à un, l'éclat du feu elfique scintillait d'une lueur étrange dans les yeux de l'animal. Il était là. Puis il retourna doucement au delà de la lumière du feu, laissant l'air lourd de la splendeur de son passage.

Le temps s'était figé, que c'était t-il réellement passer. Lenwë se posa la question longtemps après que la lune ne se soit levée. Alors que Namirië et Taurnil dormait, lui scrutait l'obscurité, ses sens en alerte. Pourtant en son coeur l'elfe savait qu'il n'y avait aucune crainte à avoir. Il était là, à moitié tapis dans l'ombre, et quand la lune éclaira Arda de ses rayons Lenwë put l'admirer. Comme le roi de la fôret, le Loup les observait à distance, affalé sur le haut d'un rocher, pour lui les voyageurs faisaient partis de la fôret au même titre que le vieux ronfleur pensa Lenwë. Une chose parmis tant d'autres qui peuplaient l'immense Forêt-Noire.

Pourtant ce loup semblait leur vouer une attention particulière. Il était là.

"Allez vas dormir fidèle Lenwë... la place est chaude."

C'est avec un sourire que Lenwë acceuilli la relève.

"Namirië dort-il?"

Alors que Taurnil scrutait déjà la forêt il répondit doucement à son ami:

"Il me semble qu'il dormait, mais on ne peut savoir. Il murmure des choses, sa science est passionante..."

Lenwë hocha vaguement de la tête. Il allait partir s'allonger quand il se rappella.

"Au fait, là b..."

"Je sais."


Les deux Elfes s'attardèrent quelques moments à observer le loup éclairé par la lueur de la lune. Il était là. Hormis les bruits de la forêt et les dernieres flammèches du feu. Tout était absolument silencieux. Et quand Lenwë se fut coucher, Taurnil brisa pour lui même ce silence sublime.

"Magnifique" dit-il en observant le Loup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Mer 30 Avr 2008 - 19:07


La lune était toujours pleine la haut dans le ciel obscur et Namirië finit par se levé. il regardait le canidé blanc et fauve qui ne bougeait pas, son regard tourné vers eux. Il semblait attendre. Soudain, il poussa un long hurlement, la tête levée vers l' astre de la nuit, dévoilant ses crocs, faisant sursauter les trois elfes.
Namirië se saisit de sa besace et fit signe aux deux autres de faire de même.

- J' ai changer d' avis, nous n' attendrons pas le matin, partons ! Ordonna-t-il

Bien qu' il ne le craignait pas, il avait interpreté l' arrivée du loup comme un signe, pas un signe véritablement néfaste mais plutôt comme une sorte d' avertissement.
C' est d' une marche rapide qu' il se remit en route suivi de ses deux accompagnateurs. De temps en temps, il se retournait alerté par des bruits dans les fourrés derrière eux, le loup les suivait ...
Après environ une heure de marche, les trois elfes s' arrêterent brusquement, ils venaient de trouver ce qu' ils cherchaient. Mais aucun d' eux ne bougeaient, ils restaient figés sur place, horrifiés. Un nouveau hurlement de loup, un hurlement à la mort, se fit alors entendre comme pour ajouter encore au sinistre spectacle que la pleine lune éclairait devant eux.
Après un long moment, c' est Namirië qui brisa le silence en murmurant :

- C' est ici ...Nous ... Nous sommes arrivés ... Voici ..... le village ... Du moins ... Ce qu' il en reste ... Voici ...

(spéciale dédicace à Rustor Wink )


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Mer 30 Avr 2008 - 23:31
Il était là. Une brume blanche recouvrait le sol, et l'air se réchauffa quelque peu. L'aurore approchait. Tout était mort, ils n'avait même pas pénètrer dans le village que Lenwë avait déjà apperçut les reste d'un homme qui avait été abattu dans sa fuite. Namirië regardait silencieusement les ruines qui se dressaient devant eux.

"Mon dieu... Lenwë!! Venez!"

Lenwë accourut aux côté de Taurnil qui examinait la dépouille de l'homme. Il tenait dans sa main une flèche de très belle facture. Une flèche d'elfe.

"J'ai eu vent des renegats, mais je pensait qu'ils avaient été reduits au silence."

Taurnil bien qu'en rage était plus que choqué par la sombre découverte qu'ils venaient de faire.

Lenwë rassura son ami d'un regard rassurant. Alors qu'il se levait pour aller quérir le sage, il le trouva derrière lui. Pas besoin de le prevenir, il avait tout entendu. Leurs regards étaient plus que peiné. Il était là. On a beau cracher sur l'infamie qui germe dans le genre humains, les Elfes furent aussi l'outil de nombres d'atrocités depuis le massacre des Teleri. La mise à sac de Greenstock venait s'ajouter à une trop longue liste noire.

Doucement il s'avança, marchant sur les traces incisibles des trois Elfes. Le Loup frôla Namirië, et alors qu'il passait à côté du sage, il leva la tête pour le fixer de ses grands yeux bruns. Puis il passa doucement devant Lenwë et Taurnil invitant le trio à le suivre. Il était là, à l'entrée du village de Greenstock, là où l'enfant avait vécu.

Là, il serait leur guide. Le loup s'enfonça dans la brume devant le trio d'Elfe qui n'avait toujours pas bouger.

Taurnil se tourna vers Namirië.

"Que venez vous chercher ici?"


Dernière édition par Nârwel Rusc-Iâr le Jeu 1 Mai 2008 - 17:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Jeu 1 Mai 2008 - 11:38


Namirië s' était avancé jusqu' à la statue représentant un visage d' elfe qui pleure et l' avait contemplé un instant. Il avait ensuite regardé les deux lettres garvées par la prince Rustor Erumelgos plusieurs mois auparavant : Un T et un S avec le texte suivant : Toujours sages ...
Puis, lentement, il approcha sa main pour toucher une des larmes sur la joue de la statue. Immédiatement, alors qu' il fermait les yeux, une image s' insinua dans son esprit, un souvenir qui n' était pas le sien mais que la statue semblait lui transmettre :



Il regarda alors Taurnil et lui répondit :

- Des choses terribles se sont passées ici. Greenstock n' est plus qu' un village où errent ombres et fantômes. Hélas, trois fois hélas pour celle qui m' y envoie.

Il baissa la tête, visiblement atterré par la sinistre découverte qu' ils venaient de faire avant de reprendre :

- Il est des affaires sensées apporter bonheur et joie mais dont la charge, au final, se révèlent extrêmement déplaisantes ... Celle çi en fait malheureusement partie. Il ne reste rien que des cendres de ce village de cultivateurs humains et de la ferme où nous devions nous présenter pour remettre ceci :

Namirië sorti le parchemin que lui avait confiée Maïrwen pour le montrer à Taurnil en poussant un long soupir. C' est à ce moment que le loup s' approcha de lui et effleura sa longue cape de voyage avant de plonger ses yeux bruns dans les siens. Immobile l' espace de quelques secondes, Namirië rompit le silence en indiquant simplement :

- Suivons l' animal !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Jeu 1 Mai 2008 - 18:54
Le Loup avait disparut dans la brume. La lumière grandissait de minute en minute et la tempèrature montait doucement, quittant la fraicheur nocturne pour se hisser vers la douceur du matin.

Namirië commença à suivre l'animal, rapidement Taurnil le devança de quelques pas, la main posée sur la garde de son épée. Ces ruines le mettaient mal à l'aise. Derrière Lenwë fermait la marche, bien qu'il soit aussi nerveux que son compagnon la statue capta son attention. L'elfe allait à son tour toucher la larme de pierre quand sa sagesse le fit avancer. Cette magie avait quelque peu secoué Namirië, et il faisait entièrement confiance au sage. Il vallait mieux qu'il se concentre sur leur sécurité.

Le Loup les devançait d'une bonne vingtaine de mètre. Il remonta une courte rue, qui semblait être la voie centrale du village. Ainsi le trio passa devant quelques maisons dont il ne restait que quelques pierres éparpillées sur les sol. Parfois il restait une trace de ce qui fut une charpente de bois, mais hormis des cendres, peu de choses restaient.

Ils arrivèrent sur la place centrale, là où le loup s'était arrêté. Le puit s'était écroulé, et les pavés, disposés en cercle, étaient la seul chose qui demeurait de l'ancien village de fermier. Alors qu'ils se tenaient tous immobile au milieu de ce qui fut Greenstock, le Loup disparut doucement entre deux murs. Enjambant et sautant par dessus quelques amas de brique et de pierre l'animal continua sa progression dans cette allée. Puis, au bout de ce petit chemin, le Loup s'arrèta sur le seuil d'une batisse de taille moyenne.

Lenwë fut cette fois-ci le premier à suivre le Loup, il s'engagea lentement dans la petite allée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Ven 2 Mai 2008 - 16:45
L' arrivée des premières lueurs de l' aube furent accueillies avec soulagement par les trois elfes. Namirië n' avait pas prononcé le moindre mot pendant la traversée du village s' efforcant de ne pas perdre de vue le canidé qui cheminait plusieurs mètres devant. Ses pensées étaient toute occupées par le drame qui s' était déroulé dans le village. Le feu avait fait son oeuvre et avait tout dévoré. Il lui semblait entendre l' écho lointain des cris de terreur qui avait accompagnés les derniers instants de vie des habitants. Il détourna les yeux alors qu' il apercevait les restes à moitié consumés de ce qui devait être un jouet pour enfant. Il soupira longuement alors que ses pensées le ramenèrent à la femme au grand châle noir, Maïrwen ...
Le loup venait de s' arrêter, se couchant sur le seuil de la porte des restes de ce qui avait du être une ferme de taille moyenne. Namirië fronça les sourcils alors que Lenwë s' était déjà précipité pour rejoindre l' animal et il héla son compagnon :

- Ne te précipite pas mon ami ! Vas y tout doux ...

Puis se retournant vers son autre compagnon :

- Taurnil, n' avance pas plus avant. Encoche une flèche à ton arc et tiens toi prêt au cas où. J' aime beaucoup les loups de la forêt noire mais on ne sait jamais.

Namirië avait continué d' avancer puis il s' était arrêté lui aussi. Il observait les réactions du loup alors que Lenwë arrivait à sa hauteur ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Ven 2 Mai 2008 - 21:29
Lenwë avançait prudement, les bras légèrement écartés, sans aucun gestes brusques il se rapprochait. Lui, ne lui portat qu'une attention distante. Alors que l'elfe n'était plus qu'à quelques mètres le Loup se leva sur ses quatres pattes et avec un air impatient il fixa une dernière fois les elfes avant de se faufiler entre la porte entrouverte et le mur en ruine. Même pour des Elfes, l'interieur était plongé dans la pénombre. Lenwë contourna la dépouille de la pauvre femme et finit par arriver à la hauteur de la porte. Qu'il tira légèrement vers lui, jetant un rayon de lumière sur le fond de la pièce.

Il resta dehors attendant ses compagnons qu'il invita à le rejoindre d'un geste de la main. Ses yeux d'Elfes distinguaient maintenant les formes d'une grande cheminée et les débris d'un chaudron. L'air était lourd de l'odeur de la mort et du feu. Quelques relent agitèrent Lenwë qui se détourna de la porte. Debout contre le mur de la maison, il attendait Namirië et Taurnil.

Soudain la tête du Loup sorti par la fenêtre à quelques centimètre de Lenwë. D'un petit grognement amical il manifesta son impatience. Lenwë avait presque sursauté, ce qui arracha un sourire à son ami de toujours.

Ses yeux, son museau, ses oreilles, son air sauvage et pourtant intelligent caractèrisait ce qui faisait de lui le Loup.

Lenwë tendit sa main pour carresser l'animal. Brusquement le Loup grogna et montra ses crocs avant de se laisser retomber à l'interieur de la maison. Son mécontentement n'avait duré qu'une seconde.Sans doute l'expression de quelques instincts.

Le Loup passa dans la lumière et observa Namirië qui se tenait dans l'embrasure de la porte. Et les yeux de l'animal parlèrent pour lui, si bien que sa voix noble et sauvage se propagea dans l'esprit du sage d'Elostirion.

"Suis moi, Ami."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Ven 2 Mai 2008 - 23:08


Sensation étrange que celle de Namirië alors qu' il s' approchait doucement du loup. Encore une fois, il lui semblait entendre les cris d' horreur des habitants du village, leurs suppliques lors de leurs derniers instants d' existence avant que le feu où l' épée ne leur arrachent leur derniers souffles de vie. Namirië ferma les yeux alors qu' il voyait les visages défigurés par la peur, il voyait les gens du village courir en tout sens demandant une dernière fois une grâce qu' ils n' obtiendraient pas. Il arrivait presque à sentir l' odeur de la chaire brulée ... Soudain le visage d' un enfant emplit d' un coup son esprit et prit le dessus sur tout le reste. il le regardait en tendant les bras vers lui alors qu' un cavalier à l' épée dont le fil était rougit par le sang l' emportait au loin sur un grand cheval noir vers la forêt toute proche. L' enfant pleurait, suppliant de ses yeux emplis de terreur. Puis la vision s' effaça aussi vite qu' elle était apparue et l' elfe rouvrit les yeux. Le loup était toujours là qui l' attendait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Sam 3 Mai 2008 - 21:26
Namirië venait de disparaître dans la pénombre de la bâtisse. Il suffit d'un regard de Lenwë pour que Taurnil accoure sous le porche. Lenwë disparut à son tour dans la maison, laissant son ami monter la garde.

A l'interieur le Loup s'était glissé dans une autre pièce. Namirië entra presque immédiatement après l'animal, Lenwë arriva quelques instants plus tard. Alors qu'il ne voulait pas quitter le Loup des yeux, il succomba à la contemplation de la pièce à laquelle Namirië s'était abandonné.

C'était la chambrée de la famille. Les restes de quelques lits gisaient là, et la végétation se glissait par le toit qui s'était écroulé. Si la première pièce était aussi sombre qu'une nuit sans étoile, la chambre était éblouissante.

Alors le Loup s'arreta devant une petite alcove, où quelques brins d'herbes sortaient du sol. Sur le mur carbonisé des gribouillis et quelques ébauche d'écriture ornaient la pierre. Quelques mots seulement étaient lisibles. Ils racontaient cette belle journée où deux frères avaient dévallés la colline afin d'y retrouver leur amie. Rien de plus, rien de moins. Un texte écrit maladroitement, quelques fautes grossières, ce texte avait pour plus grand mérite d'être écrit de la main d'un enfant de dix ans. Encore plus discret que le petit texte, il semblait que l'ainé ais aussi signé pour son petit frère.

Alors que Namirië et Lenwë découvraient ce vestige du bonheur le Loup s'isola quelque peu des deux Elfes et souleva doucement une plaque de ferrailles. Avec des petits couinements, trois louvetaux bondirent sur le Loup qui était en vérité une Louve. La vie reprenait ses droit. Il était elle, elle était là, la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Dim 4 Mai 2008 - 17:03


Namirië étudiait avec le plus grand interet les graffitis laissés par ce qui devait être la main d' un enfant. Quelques mots, recouvert de suie, qui traduisaient le bonheur simple d' enfants qui s' amusent. Les yeux de l' elfe se posèrent sur les signatures en bas de ce qu' il restait du mur.
L' un des noms lui coupa le souffle : BAHRIN dont il n' arrivait plus détourner ses yeux :



* Bahrin !... Ainsi, me voilà finalement arrivé chez ceux que je devais rencontrer ... *

Puis se relevant soudain il parla à haute voix, son visage empreint d' une profonde affliction :

- Hélas !! Des ombres !! Des fantômes, c' est tout ce qu' il reste !! Le feu ! Le malheur ! La mort ! ... Oh, Maïrwen, quel funeste destin que celui qui s' acharne sur toi !
De ton fils Bahrin, il ne reste que son nom à moitié effacé sur un mur noirci ...


Il tomba à genou, les bras écartés. Il resta ainsi longtemps, psalmodiant, adressant des prières aux valar ...

Les larmes qui coulaient le long de ses joues tombaient sur le parchemin étalé sur le sol et qu' il aurait dût remettre aux parents de Marach. Elles se mélaient à l' encre des mots notés par Maïrwen quelques jours auparavant pour dire toute sa joie d' être rétablie. De son projet de venir prochainement leur rendre visite et enfin revoir son fils. Que ses yeux s' étaient enfin ouvert et qu' elle y voyait clair. Bahrin lui manquait tant ... Elle allait venir très bientôt, elle était si heureuse de le revoir, si heureuse de le serrer de nouveau dans ses bras, si heureuse ...



C' est la louve qui finit par interrompre Namirië en venant frotter sa tête sur sa longue cape. Puis de ses crocs elle se saisit des plis de sa manche et le força à la suivre jusqu' à la cache où se trouvaient ses petits. Trois étaient sortis et gambadaient dans la maison brulée mais l' elfe eut la surprise de voir qu' un quatrième était toujours en dessous de la plaque en ferraille, visiblement blessé à une patte. La louve fixait l' elfe semblant attendre.
Namirië se saisit du petit louveteau et sortant un peu de matériel d' un pli de sa cape se mit à le soigner.
La louve l' avait-elle amené ici pour qu' il s' occupe de son petit ? Pour qu' il voit les écritures ? Peut être les deux finalement.
Cela, il ne le saurait sans doute jamais ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Lun 12 Mai 2008 - 18:43
Lenwë recula de quelques pas afin que tout se passe bien. La Louve ne se sentait pas en danger et ce n'est pas eux qui lui apporterais.

Alors que Lenwë comprit en partie pourquoi Namirië les avait enmené ici Taurnil débarqua brusquement dans la pièce arrachant un grognant soupçonneux à la Louve.

"Hola, calme toi Taurnil."

Le nouvel arrivant pris une grande inspiration pendant que Namirië finnissait de soigner le derniers des adorables louvetaux.

"Que faisons nous ici ?! Il y a du mouvement dehors. Je n'ai pas attendu de voir ce qui se rapproche du village. Nous devons partir."

Il avait precipitemant chuchoter tout cela à Lenwë mais Namirië avait tout entendu et la tension dans la voix de Taurnil attira l'attention de la Louve, alors que les louvetaux tarrissait leur soif du lait maternel.

"Namirië nous a conduit ici pour y rencontrer quelqu'un un jeune garçon apperement. Je doute qu'il ait survécu."

Taurnil retourna vers l'exterieur plus tendu que jamais. Lenwë s'approcha du sage était toujours aux côtés de la Louve.

"Sage Namirië, nous devons partir. Quelque chose approche."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Ven 16 Mai 2008 - 14:23
Namirië en terminait avec le petit louveteau et le replaçait doucement sous la plaque de fer, là où il l' avait sorti quelques minutes avant pour le soigner. La louve le regardait faire sans bouger et des que le guérisseur déposa son petit, elle s' approcha de l' elfe et tourna autour de lui en le fixant du regard comme pour le remercier.
Soudain, plusieurs sifflements se firent entendre. Dehors, un cri ...
Namirië et Lenwë se regardèrent ... Taurnil !!
Il sortirent précipitamment de la maison en ruine mais après quelques pas, ils durent faire demi tour pour se réfugier à nouveau à l' abri de la maison. Une volée de flèche venait de les accueillir. Ils avaient eu le temps d' apercevoir le corps de leur ami étendu sur le sol, criblé de trait au milieu de ce qu' il restait de rue principale.
La louve avait disparue et ses louveteaux s' était réfugiés dans leur abri sous la plaque de fer. Les deux elfes échangèrent un nouveau regard empli d' inquiétude. Plusieurs voix se faisaient entendre à l' exterieur. Namirië jeta un coup d' oeil rapide à travers le mur, là où il manquait quelques pierres.
Il distingua brièvement plusieurs silhouette qui tournaient autour du corps de Taurnil et soudain des cris de joie se firent entendre bientôt suivi d' une déclaration funeste :

- Qu' est ce qu' il fout là, celui là ? Bah toute façon il est mort !! Toi ! Vire moi l' corps et vous trois, vérifiez les alentours, il était peut être pas seul ... Les autres vous détruisez la statue de la tête d' elfe sur la place, elle irrite mes yeux ...

Il parti d' un grand rire avant d' enchainer :

- On reste ici que deux trois heures pour nous reposer pis on continue notre route vers le nord ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Sam 17 Mai 2008 - 17:19
"Des orcs... Taurnil!"

Sa voix était étouffé et presque muette sous le choc. Non ce n'était pas possible. Il faisait jour. Que venaient t-ils faire ici sous l'astre de plomb qui s'était levé une heure plus tôt.

Lenwë se figea debout dans l'ombre de la maison. Il ne savait quoi faire, pour la première fois depuis longtemps il paniquait. Son visage se tourna vers Namirië qui observait les puants. Le sage le regarda, et dans un souffle il dit:

"Ils sont une trentaine."

Lenwë hocha de la tête.

"Êtes vous armé Namirië?"

Taurnil il ne pouvait pas le laisser ainsi, même mort, il méritait plus de respect qu'une troupe d'immonde estomacs sur pattes.

Un Orc entra, furetant dans la sombre salle, la Louve gronda doucement. L'Orc se stoppa net et sauta vers la chambre dans laquelle il aurait pu apercevoir Namirië, la Louve et ses petits. Heureusement, il n'y arriverait jamais.

"Désormais, ils sont un peu moins d'une trentaine." chuchota Lenwë qui rengaina tristement une dague étincelante.

Le silence était revenu dans la maison, et seul les quelques gorgorythmes des Orcs s'élevaient dans les airs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Dim 18 Mai 2008 - 19:28
Namirië se tourna vers Lenwë le visage empli de tristesse et baissa la tête. La mort de son ami était difficile à accepter. Ils avaient fait maints et maints voyages ensemble et le grand Taurnil l' avait sorti de bien des mauvais pas.
Il releva finalement la tête et la colère pouvait se lire sur son visage, une colère froide contrastant avec l' image de calme et de tranquilité qu' il renvoyait habituellement.

- Des orcs nauséabonds !! Il l' ont eu par surprise ... Taurnil était un guerrier courageux et dévoué, apprécié de tous ... Un véritable ami. Que Mandos l' accueille avec honneur ! Tu as raison, nous ne pouvons laisser son corps aux mains de ces crétures, nous devons lui élever un cairn ...

Il soupira avant de repondre à la question de Lenwë :

- Je ne suis pas armé, non ...

Namirië se tut quelques instant, réflechissant à la situation puis finit par dire :

- Il sont une trentaine ! L' épée nous serait de toute façon que de peu d' utilité. Nous ne récupéreront pas la dépouille de notre ami par la force. Seule la ruse pourra nous le permettre. Il nous faut un plan. As tu une suggestion Lenwë ?

L' elfe alla s' assoir à côté de la louve qui venait de revenir se coucher près de ses louveteaux. Il caressait la tête de l' animal tout en cherchant une solution ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Dim 18 Mai 2008 - 22:59
"La ruse, la ruse..." se répètait t-il sans cesse.

Mais son esprit restait embué et trop plein de rage pour pouvoir reflechir calmement. Il ne pouvait pas attendre éternellement, sinon la faim des orcs se chargerait de Taurnil. Silencieux, il se leva. Il posa doucement sa grande épée et son poignard devant Namirië et regarda gravement le sage. Empoignant son arc il sortit furtivement.

Lenwë n'avait pas vraiment réflechi quand il sortit de la petite maison sans rien dire. Les orcs s'étant regroupés autour de grands feu sur la place centrale du village Lenwë parvint à eviter les quelques sentinelle qui gardait les ruines. Contournant le village sur une centaine de mètre, et allant dans le sens du vent, il fallait qu'il retarde l'heure du repas.

Les flammes léchaient le ciel, et l'un des plus grands orcs s'avança vers Taurnil que l'on avait laissé trainé par terre. Etrange, ces orcs faisait cuire la chaire avant de la dégusté. Etrange ces orcs soutenaient le jour. Etrange fut la flèche qui se ficha entre les deux yeux de celui qui allait oser toucher la dépouille de l'Elfe. D'autres flèches suivirent, tuant les orcs assez proches pour toucher Taurnil. Pendant un moment la troupe recula, effrayée par la sentence qui attendait ceux qui s'approchait du mort. Mais bientot la battue fut lancée. Juste à point pour laisser Lenwë s'échapper et retourner auprès de son ami.

Il était essouflé, mais ralentissant son souffle il s'autorisa un sourcil pénible.

"Maintenant, Taurnil n'est plus leur première préocupation. Il sont partis en chasse et cherchent une petite troupe."

Se laissant choir sur le sol Lenwë remis ses armes autour de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Jeu 22 Mai 2008 - 13:45
Alors que Lenwë était sorti pour s'enquérir de la situation sur la place. Namirië s' était occupé de leur trouver un endroit pour se cacher des orcs au cas où ceux çi chercherais à les débusquer. Cherchant un peu partout dans la maison en ruine, il finit par trouver une trappe sous les gravats calcinés. Il releva la plaque de bois pour discerner une échelle qui donnait sur une petite pièce qui devait certainement servir de range-tout à la famille de Marach.

- Parfait, voilà l' endroit idéal pour éviter que ces immondes créatures puantes ne nous découvrent !

La pièce de un mètre cinquante sur deux était encombrée d' ustensiles divers accrochés aux murs à l' aide de clous. Bêches, pioches, pelles Mais aussi, des étagères remplies de conserves de nourritures et puis à terre, des sacs de blé et de pommes de terres dont les germes avait traversés les sacs de toile. Le regard de Namirië fut attiré par l'étroit mur du fond où était accroché une dizaine de dessins d' enfants. Ceux du haut, les plus nombreux étaient plus élaborés et étaient surement de la main du jeune Marach. Par contre, les trois dernier en dessous correspondait plutôt à un enfant très jeune et représentaient la silhouette d' une femme avec de long cheveux. Sur chacun d'eux avait été ajouté une note d' une écriture d'adultes :

'' Bahrin dessine sa maman ''

Namirië décrocha patiemment les trois dessins, les plia puis les inséra dans l'un des plis de sa cape. Il fit ensuite un brin de rangement et de nettoyage et satisfait remonta accueillir Lenwë qui revenait de sa surveillance.

- J'ai trouvé où nous cacher le temps que ces orcs ne changent d'air ...

Lenwë lui indiqua qu' ils s'étaient déjà mis en chasse pour les rechercher.

- Très bien, descendons nous mettre à l'abri dans la petite pièce du dessous et attendons la nuit ...

Il marqua une pause avant de reprendre, un sourire énigmatique aux lèvres :

- Ont-ils déjà tenté de bruler la statue de l' elfe qui pleure à l' entrée du village Lenwë ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Jeu 22 Mai 2008 - 19:11
Alors que Namirië posait la question une sourde déflagration secoua l'air, faisant claquer volait et porte un nuage de fumée noire monta dans le ciel avant de disparaître.

Curieux et obstiné Lenwé se glissa dehors où les orcs hurlaient à tort et à travers de s'éloigné de l'Elfe de Pierre. Bien qu'il fut déjà plaqué contre le mur d'une maisonette, le souffle de la deuxième déflagration jeta Lenwë au sol. La statue. Namirië avait désormais une réponse à sa question.

Lenwë avança doucement le long du mur et jeta un regard de l'autre côté. Le corps de Taurnil était abandonné au pied de la statue. Deux Orcs approchèrent et furent renvoyé quelques mètre plus loin par un souffle brulant. La dépouille de l'Elfe n'aurait pu subir une aussi efficace protection, et c'est les Orcs eux même qui l'avaient activée.

Il était pris en tenaille entre le désir d'aller chercher le cadavre de Taurnil et rejoindre Namirië dans son abri. Et attendre que les Orcs s'en aille, car ils n'oseraient même plus du cadavre. Et ce n'est pas les quelques flèches de Lenwë qui les avaient persuadé.

"Soit, j'attendrais."

Silencieux comme une ombre, il rejoins la maison où l'attendait Namirië. Descandant dans le petit abri le mage lui souris sans joie.

"Ils ont essayé. Et ils ont échoué."

Lenwë referma doucement la lourde trappe qui fermait la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Ven 23 Mai 2008 - 13:57
Les deux elfes restèrent quelques heures dans leur abri attendant patiemment le coucher du soleil pour sortir. Le corps de Taurnil se trouvait au pied de la statue de l' elfe qui pleure, à l' abri de son aura mysterieuse et les orcs n' osaient plus s' en approcher.
Dès que les restes de la batisse furent plongés dans le noir, Namirië et Lenwë se regardèrent d' un air entendu. Il était temps.
Précautioneusement, la trappe fut lentement soulevée et les deux elfes montèrent la petite échelle pour se retrouver dans la pièce principale. La louve était toujours là, couchée près de la cache où se trouvaient ses petits. Elle se releva promptement en voyant les elfes et vint gambader entre Lenwë et Namirië.

- Lenwë mon ami, me confieras-tu une de tes armes ? Ils sont peut être tous partis mais on ne sait jamais.

La lune était haute dans le ciel d' encre alors que les deux elfes sortait de la maison en ruine pour tenter de récuperer le corps de leur ami Taurnil. Ils avançaient doucement vers le centre du village et tout semblait calme. Ils s' approchaient de la statue et ils pouvaient discerner la dépouille de leur ami. Pour la rejoindre, Ils leur fallaient à présent effectuer les derniers mètres à découvert ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Ven 23 Mai 2008 - 20:04
Lenwë acquiesça silencieusement et dégainà son épée qu'il tendit à Namirië. Alors que son compagnon s'en emparait il courut silencieusement jusqu'a la statue et Taurnil. Toujours aussi silencieusement il dégaîna la longue lame qu'aimait tant son ami.

Se retournant vers Namirië il lui fit signe de pas avancer. Lenwë avait un mauvais pressentiment. Et bien que les camps semblaient désert depuis bientot deux heures, l'odeur acre des Orcs planait encore dans l'air. Une embuscade. Choqué par l'idée qui venait de lui tombé dessus il se retourna vers Namirië et la Louve et ses petits qui l'avaient suivi.

"N'approchez pas..."

Un trait noir ricocha contre la Statue de pierre. Et une multitude d'autres flèches sifflèrent aux oreilles de Lenwë, il suffit d'une seule pour lui faire prendre la direction des cavernes de Mandos. Et sa mort serais lente.

Touché en pleine poîtrine Lenwë s'écroula. Plantant fermement l'épée de Taurnil dans le sol il se tint à peu près droit. Puis il se laissa tomber à genous aux coté de son ami. Et avec un regard vers Namirië il sembla qu'il murmurait quelque chose.

"Fuyez..."

Péniblement Lenwë se releva et se plaça devant la statue en dehors de sa magie protectrice. La lame noire de sang dansait une dernière fois dans les mains d'un Elfe, et elle se briserait quand celui là ne pourrait plus la lever. Lenwë menait son dernier combat quand Namirië et la Louve fuyait. En celà les Orcs avait échoué; et lui, avait vaincu. Puis la mort le pris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Ven 23 Mai 2008 - 22:50


Namirië avait tenté d'aller aider son ami quoi quil lui en coute mais la louve l'en avait empêché. Elle s'était tout d'abord interposée puis s'était carrément saisie de la cape de l' elfe pour l'obliger à reculer. Il était trop tard pour Lenwë, la Louve l' avait sentie, elle savait.
Namirië tomba sur ses genoux criant sa rage mais l'animal, lui, se mit à hurler à la mort. Un hurlement puissant, effrayant ...
Soudain, d'autres hurlements se firent entendre, des hurlements terrifiant qui se plaçaient à l' unisson, telle une mélopée macabre annonciatrice de mort.
L'elfe alors se releva et son visage déformé par la haine faisait peur à voir, ses yeux étaient comme deux gemmes luisantes. Il tenait fermement l' épée de Lenwë dans sa main. Autour de lui, des dizaines de loups venait de surgir des quatre coins du village.
Namirië fut secoué de spasmes. Un rire diabolique éructa du fond de sa gorge et il cria d' une voix forte en élevant son arme dans les reflets argentés de la pleine lune :

- Immondes créatures puantes, voyez mon armée !! La meute est là !! Pour Taurnil !! Pour Lenwë !! ...

Il se précipita vers la statue alors que les orcs s'étaient rapprochés pour se saisir des dépouilles des deux elfes morts. La longue cape noire de Namirië voletait tout autour de lui alors qu'il tournoyait pour asséner le premier coup qui serait fatal à la créature qui allait poser sa main crasseuse sur le corps de Lenwë.
Suivait la louve, babines retroussées dégoulinant de bave, crocs découverts acérés comme des couteaux, accompagnée de ses congénères. Des cris de peurs s'élevèrent parmi la troupe d'orcs mais il était trop tard.
Namirië faisait danser la lame de son ami cisaillant les chairs immondes qui dégoulinait de sang noir et nauséabond. La horde hurlante qui l' accompagnait déchirait, égorgeait.
Sous l' astre brillant, Namirië et sa meute déferlaient comme une vague mortelle.
Le combat se termina alors que le dernier des orcs tentait de s' échapper mais il fût aussitôt rattraper par la louve qui, d' un bond, lui sauta à la gorge et ne lâcha sa prise que lorsque la créature s'effondra dans un dernier gargoullis abject. Elle se retourna et hurla à nouveau, sa gueule et son pelage plein de sang noir alors que les autres loups disparaissaient au fur et à mesure qu'elle cessait sa complainte à la lune.
Namirië regarda autour de lui les corps déchiquetés de ses ennemis. Son visage qui n' était que haine quelques instants auparavant se transforma en un masque de douleurs. Il s' approcha de la dépouille de Taurnil qu' il amena près de la statue et fît de même avec Lenwë.
Il travailla toute la nuit à ramener des pierres pour recouvrir les corps de ses amis. comme une marionnette, il déambulait dans le village, perdu dans les limbes du chagrin. Au petit matin, les mains en sang, épuisé, il finit par s' écrouler sur le tertre qu'il venait d' ériger et là, il pleura longtemps et l' on aurait dit que les larmes de pierre de la statue s' étaient mise à couler elles aussi pour se mêler aux sienne puis, il tomba dans l' inconscience.
La louve le veilla longtemps, couchée à ses côtés. Elle ne se relevait que de temps en temps pour lécher le sang qui s'écoulait encore un peu de la blessure qu'il avait reçut lors du combat.
La nuit allait de nouveau tomber lorsque l' elfe repris connaissance. Il se saisit de l' épée que Lenwë lui avait confié la veille et se releva péniblement. Il regarda la louve qui ne l' avait pas quitté et lui adressa quelques mots elfiques avant de se détourner.
Il n'avait plus qu'une idée en tête, quitter Greenstock, quitter ce village maudit ...



Fin de l' épisode.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un parchemin pour le bon plaisir de m'dame ! [C]
» Les parchemins et livres de sort.
» Rêve Numéro 1 Le Labyrinthe
» Un Tough Ombres parmi vous !!
» Un adieu sur parchemin...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Chez les Elfes :: Vertbois-le-Grand-
Sauter vers: