Dans la solitude du desert.

Aller en bas 
Alavinn
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 120
Age : 24
Localisation : la ou le vent souffle le sable(sa veut dire au harad)
Rôle : hein?

~ GRIMOIRE ~
- -: jeune haradrim
- -: 20 ans
- -:

Mer 7 Mai 2008 - 20:12
Alavinn marcha sans penser à rien. Il se contentait de marcher et de balancer sa tête de droite à gauche, sans rien faire. Sa conscience venait de s'évader. Il se réveilla enfin et prit la décision de partir. Il n'avait pas de destination précise, il voulait juste parcourir le désert. Le désert l'attirait et son instinct le suppliai de s'y aventurer. Il marcha encore et réfléchit au moyen de survivre la où il n'y a que le sable.

Il sortit dans le désert. En sortant, il vit une flaque douteuse et la bu, il devait s'hydrater le plus possible, d'autant qu'il ne lui restait rien. Il se releva et s'aventura dans le désert, il connaissait plusieurs destinations, mais il se lança au hasard. De toutes façon il voulait découvrir et non retrouver.

Il marchait depuis un bout de temps, des heures, et se sentait assoiffé. Il sentait sur lui la transpiration froide et ne voulait plus qu'une chose, de l'eau.
Il tomba à genou, et continua de marcher à quatre pattes. Il finit par dégringoler du haut d'une dune. Il haletait. Il se redressa et se remit debout. Il se remit en route, mais plus lentement cette fois.

Il tomba une deuxième fois, ce fut au cour du soir. La température s'était déjà rafraichit d'un ou deux degrés. Alavinn s'écroula à bout de force, il était vidé de son énergie. Il s'évanouit un instant. Un homme le secoua et le réveilla.
-Jeune homme! Fit-il.
Alavinn sentit un liquide rafraichissant lui couler sur les lèvres. Il secoua la tête et reprit ses esprits.
L'homme devait être un voyageur solitaire. Il tenait une gourde à la main et portait des bagages sur son dos. Alavinn se reposa quelques secondes, regarda l'homme, oublia de le remercier, et se remit en route comme un automate. L'homme le regarda partir, hébété. Il essaya de suivre Alavinn, mais celui-ci se retourna et lui lança sèchement :
-Fous moi la paix!
-Mais...
-Lâche-moi! Je voyage seul!
Alavinn repartit d'un pas pressant et quitta l'homme sans un regard, sans se retourner.

La nuit tomba finalement, la fraicheur glaça le sang d'Alavinn. Il continuait de marcher. Il tremblait et hoquetait brutalement en serrant ses bras contre lui. La tête recommençait de à lui tourner. Sa vision se brouilla, il arriva dans un lieu, mais tout était flou. Il entendit des voix, et s'écroula...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans la solitude du desert.
» Nuage du Rossignol | « Le rossignol chante mieux dans la solitude des nuits qu'à la fenêtre des rois. »
» Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?
» [Entraînement.] Dans la solitude des champs de coton •• atios.
» "Je ne me sens jamais moins seul que dans la solitude." [Lilia Sabishisa / Alexander Blake]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Terres du Sud :: Le Harad-
Sauter vers: