Chevauchée d'Annùminas vers la Cité Blanche

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 22
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Mer 21 Mai 2008 - 21:35
Déjà, et ce depuis maintes heures, Galathor Laurë, et Berethir Dolothïr, accompagnés des 30 Cavaliers de la Délégation Periondör chevauchaient en direction du Sud, vers Minas Tirith, pour rejoindre leur Manoir.
Galathor en tête, avec son fier cousin Berethir, parlaient, et dans la discussion, Galathor dit:

*Berethir, mon cher cousin.
Je crois et je sais que tu aurais plus que tout souhaité rester en Arnor.
En effet, Halbarad et Tior se ressemblent et son plus qu'attachants.
Mais, malgré le fait que tu m'ai sauvé, Berethir, je sais que cette Lame de Morgul t'empli de terreur, et d'envie.
Lorsque tu en parlais, dans le Bureau de l'Intendant, tu avais l'air... comme possédé, et tes yeux devinrent plus noirs que l'Abîme.

Je serais volontiers rentré seul à Minas Tirith, j'aurais même souhaité me battre aux côtés de mon brave ami Tior, mais l'Arnor est une source de problèmes pour nous.

Peut-être aurait-tu pu surmonter cette attirance malsaine pour la Lame de Morgul, et tu aurais pu te battre, avec les 30 Nobles en Noir, mais je doute qu'il aient besoin de nous, sinon ils nous auraient rattrapés sur la Route.
Si nous chevauchons à bride abattue, dans une journée ou deux, nous aurons ralliés la Trouée du Rohan, et là encore, en chevauchant avec célérité, nous rallieront Minas Tirith la Chatoyante en trois jours.

Ah, Tior Celebdîn, un grand personnage.
Nous le reverrons, avant la fin, oh oui Berethir nous reverrons nos amis, Tior et Halbarad, mais je doute que je voie Halbarad.
Vois-tu, j'avais projetté de me rendre au village natal de Tior, un village caché, dans une forêt, cerclé de collines.
Presque innaccessible, si ce n'est par un passage gardé et introuvable.
On pourrait comparer ce village à Henneth Annûn, en Ithilien.
Sauf que la vie y est paisible, et non faite de morts.

Mais j'ai abandonné cette option, le village est trop au Nord d'Annùminas, je ne pouvais attendre plus longtemps.
Au fait, mon ami, est ce que les pierres ont été serties sur la tombe de cette douce Venia?*


Puis, Galathor se tut, laissant Berethir répondre:

*Eh bien, Galathor, j'aurais effectivement souhaité rester à Annùminas, mais votre état était tel, que j'eus jugé préférable de vous reconduire à Minas Tirith.
Quant à Halbarad, j'espère le revoir moi-aussi, ainsi que son jeune ami, Tior, brave homme.

Mais je ne vous aurais jamais laissé rentrer à Minas Tirith ainsi.
Vous êtes, plus que désemparé, malade.
Qui sait ce qui aurait put advenir sur la route?
Enfin, cela n'est plus d'actualité, quoique..

Quant à Venia La Douce, oui, les pierres furent serties sur sa tombe, comme à l'habitude.
Je ne doute pas que vous vous sentiez encore coupable, ou que vous l'aimiez encore.
Ou je pense que vous vous sentez responsable de ne pas avoir retrouvé son enfant, Irïon, si je me souviens bien.
Mais, il nous faut oublier ces malheurs, car je pense que désormais, elle trouve la paix au Palais de Mandos.*


Alors, Berethir se tut, et la nuit allait presque tomber.
Le Soleil était rougeoyant à l'Ouest, et certains crurent apercevoir un cavalier solitaire, chevauchant dans les collines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Jeu 22 Mai 2008 - 19:38
Tous les mebres de la Délégation Periöndor ignoraient qui pouvait bien se trouver sur les collines plus au Nord, ce cavalier solitaire qui semblait les observer, les épier même, silouhette sombre se détachant sur le soleil rougeoyant derrière lui... Pourtant, seul Galathor avait un curieux pressentiment, bien qu'il ne connut pas avec certitude l'identité de cette homme chevauchant dans les étendues sauvages d'Arnor, pas à cette distance en tout cas...

Tior, lui, s'étant assuré que ce groupe encore assez lointain de cavaliers n'était autre que la Délégation Periöndor, reprit sa chevauchée, quoique à une allure plus modérée qu'auparavant. Et tout en avançant vers Galathor, Berethir, et la trentaines de guerriers sombres que formaient leurs hommes, le dernier des Celebdîn sortit de sous ses habits un objet de la plus grande importance...

L'antique cor des Deux Lignées.

Et le dernier des Periöndor put entendre le son clair retentir dans les collines envoronnantes lorsque Tior le porta à ses lèvres. Tout doute le quitta alors; le rugissement de ce Cor était reconnaissable parmi un millier d'objets de même nature. Dès lors, toute la Délégation Periöndor sut qu'un seule personne pouvait le porter à présent... Ils surent que Tior Celebdîn approchait, chevauchant vers son ami, le gouverneur de Minas Tirith, peut-être une ultime fois.

Le son du Cor ancestral put s'entendre sur bien des lieues à la ronde, dans les régions environnantes, ravivant la flamme dans les coeurs des Gens Libres, et remplissant d'effroi ceux des créatures mauvaises.

Enfin, arrivant en bout de souffle, Tior retira le précieux objet de ses lèvres, et le soulevant dans les airs de sa main droite, le fit briller d'une teinte mi-argentée mi-dorée, contraste du métal avec lequel il était orné et des flammes du soleil derrière lui. Ce fut en cette position qu'il parvint auprès de la Délégation.

"Je vous ai dit, Galathor, que nous nous reverrions avant la fin. Mais je ne m'attendais pas à ce que mes paroles se vérifient en si peu de temps."

Le messager descendit de cheval et se tint face au dernier des Periöndor. Ils se regardèrent longuement, sans rien trouver à dire d'autre pour l'instant.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 22
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Ven 23 Mai 2008 - 0:03
Galathor se doutait qu'il eut aperçut une homme, loin au Nord, dans les collines, et, il put entendre le son du Cor des Deux Lignées, le plus son le plus harmonieux de tout les cors.

Ses yeux se ravivèrent d'une flamme, presque éteinte depuis son accident, et il vit le Cor, enveloppé dans la lueur rougeoyante d'Anar, et le Silence fut presque mélodieux, car les reliefs portaient l'écho du son jusqu'a ce que la montagne ne puisse plus l'accueillir, et il vit la corne argentée, qui s'avançait, brandie dans la main de Tior Celebdîn.

Il fut heureux de le revoir, bien qu'il ne connaissait pas la raison de sa venue.
Alors, le saluant, il attendit qu'il parle, pour rétorquer:

*En effet mon jeune ami, vos paroles n'étaient guère fausses.
Toutefois, malgré mon allégresse, malgré ma joie de vous revoir ici, face à moi, un doute me tracasse.
Je ne pense point que vous soyiez venu ici de votre plein gré, ou alors, vous avez une question à me poser, Tior mon ami.*


Alors, il se tut, descendant de sa monture, en attendant la réponse de son ami, et tous les membres le suivirent, et, Berethir s'approcha de Tior et le salua à son tour, mais aucun ne savait la raison de la venue de Tior, pas même Galathor.

//Désolé de la taille du post, je n'ai pas vraiment le temps..//
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 23 Mai 2008 - 14:18


Tior salua alors Berethir comme il se devait, essayant de se représenter quel déchirement provoquerait le dilème qui s'imposerait au second de la délégation, dans un très court instant, lorsque le messager aurait effectivement délivré de qu'il avait ordre de dire.

Pour l'instant, il se tenait silencieux, les yeux brillants dans l'obscurité relative du crépuscule d'Arnor, fixant tour à tour le visage des quelques trente hommes vêtus de sombre qui se tenaient non loin, l'entourant presque.
Il pouvait apercevoir ces trente regards tournés vers lui, comme si un seul homme eut pu faire changer leur sort. Si cette pensée n'était pas tout à fait exacte, elle n'en contenait pas moins une bonne part de vérité.

Tior Celebdîn aurait volontiers parlé attendu encore un instant avant de s'exprimer, afin de faire monter davantage l'attention qui se portait à lui, mais il n'était pas dans sa nature de faire attendre un ami dans le doute... surtout un ami de la qualité de Galathor.
Aussi s'edressa-t-il au gouverneur de la Cité Blanche en premier, même si ce n'était pas à cette personne que la plus grande partie du message devait être destinée:

"En vérité, très cher Galathor, si un doute vous tracasse, comme vous le dites, je crois qu'il est fondé. Car, voyez-vous, vous ne vous êtes guère trompé lors de votre dernière phrase: je ne suis pas venu ici de mon plein gré, mais par la volonté du Capitaine Halbarad..."

A ces mots, un murmure persceptible parcourut tous les membres de la Délégation. Que pouvait bien vouloir le Capitaine des Rangers?

"Cependant, vous vous trompez sur un point, Galathor... je n'ai point de question à vous posez, mais c'est à Berethir que le message du Capitaine s'adresse. Peut-être que votre autorité sur lui reviendra à ce que je pose la question à vous-même, mais il serait bon que votre second décide de lui même, m'est avis."

Il se tourna alors vers Berethir Dolothïr, vêtu de blanc luisant dans la fin du jour, ce qui lui donnait un aspect royal et respectable... A la fois semblable à Galathor et différent en certains points. Ainsi parla le messager:

"Halbarad m'envoie pour vous porter ce message:

La délégation Periöndor à accompli un voyage de plusieurs centaines de milles, depuis Dol Amroth jusqu'à Annùminas, à la seule fin de porter secours à l'Arnor, de raviver ou de renforcer l'amitié entre les peuples des Royaumes autrefois unis...

Un incident est malheureusement survenu, et, hélas, le gouverneur Galathor ne peut rester à proximité d'une telle Chose sans danger. Mais tel n'est pas le cas du reste de la Délégation, et les coeurs de tous ses membres aspirent à prouver une fois encore leur courage au Nord, et non à retourner au Sud et se retrancher derrière les hautes murailles de la Cité des Rois.

Un choix cruel vous est donc offert, Berethir: soit, accompagner Galathor, votre chef, jusqu'en un lieu plus sûr et y rester avec lui jusqu'à ce que le mal qui aura réduit l'Arnor en ruines vienne s'occuper du Gondor; soit, dire adieu à votre capitaine et rebrousser chemin, avec vos trente emblématiques guerriers, pour venir vous battre à nos côtés, pour rejoindre la guerre, la mort dans la gloire, ou, qui sait... une victoire inespérée.

Cette Chose qui a tant perturbé Galathor a eut également quelque effet sur vous-même, Berethir Dolothir, je l'ai vu dans vous yeux. Une chance vous est donné de triompher de ce mal.
Vous devez faire votre choix, Berethir... le bon choix selon vous. Hélas, le temps manque, mais pour ma part, je pense que votre route est déjà toute tracée.

Ainsi parla le capitaine Halbarad juste avant mon départ. Et, comme il le dit, vous devez faire votre choix."

Le messager se tut, faisant ainsi naître un lourd silence parmi tous les hommes assemblés en ce lieu. Tout les regards étaient maintenant fixés sur le Second de la Délégation.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 22
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Ven 23 Mai 2008 - 16:23
Les Nobles de la Délégation murmuraient, et, Galathor et Berethir étaient étonnés de cette nouvelle.
Galathor adressa quelques mots à Tior:

*Vous avez raison Tior, c'est à lui qu'il faut poser la question, non à moi..*

Alors, Tior posa sa question, puis, une fois posée, Berethir regarda Galathor, et on crut presque qu'ils se parlaient par la pensée, car aucun d'eux ne parlait, cependant, chacun avait l'air de savoir l'avis de l'autre sur la question.

Puis, Galathor hocha la tête de haut en bas, discrètement, et il dit à Berethir:

*Berethir, ce n'est pas de mon devoir de répondre aux questions qui vous sont posées.
Mais bien à vous..*


Puis, il se tourna vers Tior rapidement et lui dit:

*Tior, mon ami.
Si Berethir choisit de partir en Arnor, la Délégation le suivra, entière, sans moi évidemment.
Mais promettez-moi une chose, Tior mon ami, promettez-moi de veillez sur Berethir comme s'il fut votre fils, je souffrirai gravement de le savoir mort.*


Alors, un silence parcourut la plaine et Galathor s'adressa une fois de plus à Berethir, en ces mots:

*Berethir, n'ayez de crainte à mon sujet, je suis bien plus robuste que je n'y paraît.
Je saurai me défendre si quelqu'un venait à m'attaquer, ne t'inquiète pas pour moi, mon cher cousin.
Si tu souhaites aller te battre aux côtés de Tior et Halbarad, je ne m'y opposerais point, saches le.*


Alors, Galathor se tut, et désormais, tous regardaient Berethir, en attendant une réponse.
C'est alors, qu'il se mit à parler, peu sûr de lui:

*Eh bien, .. j'admets que j'aimerais me battre aux côtés de Tior et d'Halbarad, mais je ne peux vous laisser seul Galathor, vous êtes encore sous le choc, après ce qu'il vous est arrivé, je ne veux pas vous laisser seul, dans les landes sauvages d'Endor, en proie aux bandits....*

*Cessez Berethir, dit Galathor, je ne suis pas faible, je saurai me défendre.
Allez rejoindre Tior et Halbarad, et allez connaître la gloire, je saurai trouver mon chemin*


Alors, Berethir, continua, cette fois-ci plus sûr de lui et déterminé et dit:

*Tior, ce serait avec grand plaisir que je me joindrai à vous, moi et les Nobles de la Délégation Periondör.
Allons à Annùminas, et anéantissons nos ennemis!*


Alors, un sourire apparut sur le visage de Berethir, et tous les Nobles crièrent de joie.
Galathor était fier et heureux de voir son cousin heureux, et empli d'allégresse.
Alors, l'enlaçant, il lui dit, en le regardant dans les yeux:

*Prends-soin de toi, Berethir mon cousin.
Acquiert la gloire, l'honneur et la victoire au Nord, et revient me voir au Sud, couvert de fleurs.*


Alors, tous se mirent en selle, et, 32 cavaliers s'en allèrent vers le Nord, tandis qu'un seul, alla vers le Sud...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 23 Mai 2008 - 18:53
Ainsi, la réponse de Berethir s'était fait entendre: il retournerait à Annùminas en compagnie de la Délégation, comme le souhaitait Halbarad, et ce, sans tarder. La grande capitale de l'Arnor verrait les trante hommes vêtus de noirs et l'Homme en blanc chevaucher vers elle en ces tristes heures. Mais Tior, dès que Berethir eut prit sa décision, s'adressa à Galathor et non au principal intéressé:

"Vous promettre de veiller sur Berethir comme s'il fut mon fils... Sachez, Galathor, mon ami, que votre confiance m'honnore. Berethir est un grand guerrier, et, puisqu'il est votre second, et pour respecter notre amitié, il serait juste que je vous promette ce que vous m'avez demander. Cependant, très cher gouverneur... je n'en ferai rien, je ne vous le promets pas!"

A ces mots, un grondement ce fit entendre au sein de la délégation... Répondre ainsi à leur Capitaine... ce dunàdan semi-Elfe demeurait bien étrange, et arrogant, du moins était-ce ce qu'ils pensaient. Le visage de Galathor Laurë se serra, une impression de douleur traversa sa figure, et ses yeux furent plus attristés que colériques. Tior n'en reprit pas moins la paroles, et qui plus est, en souriant légèrement...

"Je ne vous le promets pas car je ne pourrai veiller sur lui avec les si longues lieues qui vont nous séparer, moi et Berethir Dolothir... Je viens avec vous, Galathor, respectant ainsi une autre promesse plus ancienne que je vous ai faite. Nous chevaucherons ensemble vers votre demeure... De toute façon, que peut faire un messager au coeur des combats? Veindra sans doute un temps où la nécéssité de me battre surviendra, et j'aurais l'occasion de prouver ma valeur. Car Halbarad m'a autorisé à me rendre à Minas Tirith, et récompense de mes loyaux services et de cette dernière mission... Qui sait, de toute façon, ce que je vais trouver au sud? L'ennemi à jeté son dévolu sur le nord, mais les places fortes méridionales ne seront pas épargnées. Peut-être combattrons-nous côte à côte, Galathor. Le renom sera alors moi grand de mourir au sud,esseulés, que de mourir au nord avec la grande armée... mais l'honneur ne le sera pas moi, croyez-moi!"

La Délégation s'apprêtait à partir, tandis que Galathor chevauchait vers le Sud, lui. Tior restait au milieu, regardant le groupe, puis, le cavalier seul. Enfin, avec un soupçon de regret, mais une grande envie, il éperonna sa monture, à la suite du dernier des Periöndor.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 22
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Ven 23 Mai 2008 - 20:02
Alors, Galathor apprenant la nouvelle, celle que Tior viendrait avec lui au Sud, il en fut réjoui, quoiqu'un peu étonné.

Alors, la Délégation Periondör s'éloignant par delà les collines du Nord, dans la lueur faiblissante d'Anar, Galathor monta sur son fier destrier blanc et s'en alla vers Minas Tirith la Chatoyante en compagnie de Tior Celebdîn.

Alors, il parla à son ami en disant:

*Tior mon ami, j'avoue que je ne m'attendais guère à cette décision de votre part.
J'en suis cependant, fort aise.
Je crois que ce voyage aura plus de valeur à vos yeux, que votre vie elle-même.

Je me rappelle, lorsque mon père Maelëthor me disait "Galathor mon fils, souviens-toi, amène le Fils des Celbdîn en ta demeure, et illumines-le des trésors que sa mère nous à laissé".

Votre mère venait souvent en notre demeure, avant son trépas.
Elle était toujours radieuse, et avait toujours un présent à nous offrir, ou plutôt à offrir à ma mère, comme ma mère en eut toujours à offrir à la vôtre.
Toujours de blanc vêtue, elle apparaissait comme étant l'Espoir.

Mais je vous raconterais ces aventures plus tard, il nous faut pour le moment rallier Edoras, j'avais un présent à offrir au Roi Firion de La Marche, et c'est Berethir qui se charge de cette tâche.
Cependant, j'aimerais rendre visite au Roi en personne.

Tior mon ami, je suis fier de vous savoir à mes côtés*


//Une fois encore je m'excuse de la taille du post, il faut que je parte au resto'//
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Sam 24 Mai 2008 - 10:29
Alors qu'il rejoingnait la course du cheval blanc de Galathor, Tior ne put retenir une larme, qui perla sur sa joue en tomba bientôt sur l'herbe drue du Royaume du Nord, détachée de sa peau par le vent. Pourquoi pleurait-il? De joie ou de tristesse... nul ne saurait le dire, même lui l'ignorait...

Peut-être ces deux sentiments allaient-ils de paire dans l'esprit de Tior en cet instant. En effet, il était déchiré entre la tristesse de quitter son Royaume, son Capitaine, son Roi, de quitter Berethir et la Délégation, et la joie de suivre son ami en sa demeure, et de découvrir avec lui les derniers secrets sur sa défunte mère.

Mais avait-il bien fait de choisir cette route, lui, qui s'était longtemps tenu aux côtés d'Halbarad? Reverrait-il un jour son Capitaine, son ami, resté, lui, dans un pays qui allait bientôt être plongé dans la guerre et empli de haine et de sang? Reverrait-il aussi ce valeureux Berethir, si cher à son coeur et à celui du dernier des Periöndor? Toutes ces quetions défilaient sous le crâne de Tior Celendîn, alors que le soleil avait à présent disparu derrière les pays de l'Ouest. Il mena son coursier à la droite de celui du Gondorien, et parla ainsi:

"Cette promesse que vous m'avez demandé d'accomplir, bien que je ne puisse à présent le faire, le sera par un autre homme. Croyez-moi, Halbarad est un homme d'honneur, et, bien qu'il ne vous ait rien juré, il veillera sur votre cousin comme s'il s'agissait d'un frère. Il ne manquera pas d'accorder une intention particulière à la bravoure de Berethir, et de toute la Délégation, Periöndor. Cela, je peut vous le promettre."

Le Dunàdan se tut un instant, alors que les deux rapides montures les menaient à présent dans les étendues des pays sauvages au Nord du village de Bree. Galathor lui parla alors de son désir de se rendre dans la capitale du Pays des Chevaux, et Tior répondit ainsi:

"Mon désir est grand de visiter votre demeure et de voir enfin ce que vous avez à me montrer. Mais il ne faut pas gâcher la joie par trop de hâte. Nous nous rendrons donc à Edoras, et nous rendrons visite au Roi de ce pays autrefois nommé Calenardhon, selon votre volonté. Ensuite nous nous rendrons dans la Cité Blanche, j'imagine. La suite, l'avenir nous le dira..."

Le semi-Elfe avait retrouvé son entrain et son esprit aventureux. Nulle larme ne coulait plus et nulle peine ne venait obscurcir son coeur... son regard se portait droit devant, et non en arrière.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 22
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Lun 26 Mai 2008 - 21:56
Galathor était heureux de revoir Tior son ami, plein d'entrain, ne se souciant plus du passé, regardant au loin vers l'horizon.

Le Soleil s'était couché, laissant place à la pâle Isil, rayonnant d'un éclat blanchâtre et envoûtant, laissant percevoir au loin les reliefs des Montagnes de Brume, noires et abruptes, formant de hautes griffes déchirant le Ciel étoilé, qui étincelait sans qu'aucun nuage ne fasse obstruction à sa beauté.

Galathor et Tior galopaient à vive allure, en direction de la Trouée du Rohan, où se tenaient fièrement Nan Curunir, et le Gouffre de Helm, les Gardiennes du Col.

Edoras, allait accueillir les Fils des Deux Lignées, chevauchant à bride abattue, dans la nuit, à travers les steppes désertiques d'Eriador, se rapprochant chaque seconde de la Perle d'Anorien.

Cependant, malgré la volonté des deux amis, de rejoindre en hâte la Cité de Firion pour y trouver refuge, leurs montures, elles, furent plus qu'haletantes.
Alors, faisant halte pour restaurer leurs fiers destriers, Galathor parla à son ami:

*Tior, nous auront de la route avant d'atteindre Edoras, et nos montures ont l'air de se fatiguer.
Ne penseriez-vous pas qu'il serait préférable de faire halte, et de rester ici jusqu'à l'aube, avant de repartir?

Tior je suis réellement ravi de vous savoir à mes côtés, chevauchant peut être une ultime fois ensemble, vers la Cité des Rois, en quête de richesses, aux valeurs inestimables.

Peut être est-ce la dernière fois que je vous vois, Tior Celebdîn, et si tel doit être le cas, alors je ferais en sorte, que mes derniers instants en votre compagnie, soient plus riches que toute une vie.

Vous serez impressionné par la taille du Tombeau de mes aïeux, celui même où je reposerais éternellement, dans quelques années encore, et par la tombe qui abrite la plus douce de toutes les femmes que je pus rencontrer, aussi joyeuse que ma mère, cependant elle le fut, car elle trépassa, malheuresement, il ya quelques temps.

En outre, la pièce renfermant tout les trésors de votre mère, de votre père, de votre enfance dirais-je, est gigantesque, et affreusement bien cachée.

Mais qu'importe, continuerons-nous cette nuit, ou alors ferons-nous halte ici?*


Puis, Galathor se tut, fixant les yeux de Tior.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mar 27 Mai 2008 - 19:12
Alors que l'homme de la Lune regardait Arda de sa haute et claire demeure, les deux cavaliers qui chevauchaient, éclairés par sa douce lumière, firent soudain halte... Leurs montures n'étaient, hélas, pas encouragée par le fait de se rendre en des lieus de beauté; pour les chevaux, seuls importaient la distance parcourue, et celle-ci était plutôt importante...

Le Gondorien et le Dunàdan descendirent de leurs braves bêtes, si tant est qu'on puisse les nommer ainsi, et les deux animaux, tout soufflant, se ravitaillèrent avec l'herbe éparse qu'offrait ces terres.

Le discours de Galathor avait bel et bien enchanté Tior Celebdîn, dont l'esprit errait maintenant dans de lointaines salle de pierre blanche, de marbre, où il voyait de nombreuse belles choses, toutes plus précieuses, à ces yeux, les unes que les autres.

Il crut voir, alors que ses paupières venaient de se fermer, une masse majestueuse, mais floue et indistincte. Cette vision lui apporta une tristesse, mêlée pourtant d'une grande douceur. Puis elle cessa, et Tior entendit, dans sa pensée, un grand grondement, et il ne vit qu'un bleu sombre et profond, accompagné de cris plaintifs, comme celui d'oiseaux.

Quelle pouvait être cette chose? Le Dunàdan avait bien une idée... Rouvrant soudain les yeux, il ne vit plus rien que le visage noble de Galathor, le fixant, éclairé par la blanche lumière de l'astre nocturne.

"Tous vous discours m'emplissent de languir, Galathor, et il me tarde de pénétrer dans cette cité des rois maintes fois renommée. Toutefois, un étrange sentiment est en train de naître en moi...

La Mer... Galathor! Elle hante mes rêves et m'emplit d'un languir plus fort que toute autre chose. Je crois entendre, lointains mais nets, les grande conches d'Ulmo et le cri plaintif des mouettes. J'ignore si je n'éprouverais jamais aucun plaisir sur cette Terre, tant que ma route ne sera pas menée vers les Vagues..."

Il s'arrêta, revenant au présent:

"Nous ferons halte, si vous le voulez. Nos montures sont fatiguées, et nous avons besoin de repos... Mais ne traînons pas trop, quelques heures suffiront."

Tior alla attacher sa monture à un arbre, et, revenant vers Galathor, il s'assit contre le tronc d'un autre, las et courbatus.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 22
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Mar 27 Mai 2008 - 20:45
Alors, après avoir entendu le récit de Tior, et avoir attaché sa monture blanche à un tronc, Galathor alla s'asseoir auprès de Tior, et dit, répondant à ses paroles:

*Les Conques d'Ulmo. Il se peut que vous les ayez entendues, Tior, car votre passé est lié à la création d'Ulmo, à la Belegaer.
Il a le pouvoir d'emplir ceux qu'il voudra, d'un terrible languir pour la Mer.
En outre, Nùmenor, fut un royaume de navigateurs, connus surtout sous Tar-Aldarion.

Je pense que vous trouverez votre bonheur sur la terre ferme, même si chaque jour, vous désirerez vous rendre sur les côtes occidentales d'Endor.
Chaque jour, votre désir de vous rendre en Aman sera plus grand et plus intense, jusqu'au jour où vous poserez votre pied sur une nef blanche, qui vous mènera sur l'Île Solitaire.

Mais, tant que votre route vous mènera au coeur de la Terre, vers les terres centrales d'Arnor, ou de Rohan, de Rhovanion ou de Mordor, vous n'éprouverez jamais le plaisir et la joie que sur les côtes de Lindon, tournées vers la Lumière de l'Ouest.

Quoi qu'il en soit, votre languir sera apaisé, car les trésors que votre mère vous à léguée, sont liés à la Mer, à Tol Eressëa, à Ulmo.
Il saura dès lors que vous êtes le Fils des Celebdîn.
Ne craignez pas de vous éprendre d'une envie insupportable de retourner à l'Océan.

Sinon, quant à notre chevauchée, soyons aux aguets, avec la guerre qui se prépare en Arnor, je doute que les environs soient totalement sûrs, alors nous devrons chevaucher avec une célérité sans pareil.*


Puis, Galathor sortit un objet étrange de son sac, une pipe.
Ainsi que de la feuille de Longoulet.
Peu connaissaient Galathor amateur d'herbe à pipe, mais c'était le cas.
Alors, il en proposa à Tior, et se mit à fumer, pensant à l'avenir, et au passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mer 28 Mai 2008 - 18:28
Le semi-Elfe écouta attentivement les paroles du gouverneur de Minas Tirith, ou Minas Anor comme elle était nommée autrefois...

Des paroles sages, et rassurantes. Mais Galathor avait-t-il raison? L'avenir le dirait. Après le discours de son compagnon, Tior essaya en vain de penser à autre chose, de faire sortir de sa tête les pensée insufflé par Ulmo, Seigneur des Eaux. Mais il ne pouvait le faire... il entendait toujours, ou croyait entendre, les même choses que tout à l'heure, de belles choses, à n'en point douter, mais qui emplissait son esprit d'une telle façon...

Un fort petit moment s'écoula, où le Dunàdan luttait contre ses pensées, quant soudain Galathor sortit un objet et une marchandise que Tior appréciait plus que maintes choses, et cà n'était pas peu dire... une pipe en bois, et de l'herbe à pipe, et quoi! De la feuille de Longoulet! La meilleure de tout le pays des semi-Hommes.

Tior Celebdîn possédait bien, dans ses affaires, une pipe en bois clair sculpté, mais ayant épuisé sa blague de combustible - si un tel mot put être employé pour une si noble chose - avant son arrivée à minas Tirith, pour la Réunion, il n'en avait pas vu l'utilité. Mais voilà qu'à présent, comme son ami lui proposait de la précieuse substance, l'ojet longtemps porté redevenait utile.

Il le sortit et se mit à fumer. Ses inquiétudes et ses doutes passèrent... nulle vague ou bruit de conque ne venait troubler son esprit. Il ne parla qu'après un long moment:

"La célérité est requise, comme vous dites. Nous ne dormirons que peu... Pour ma part, je ne pense pas fermer les yeux. L'odeur de l'herbe à fumer des hobbits me procure plus de réconfort qu'une grande nuit de sommeil sans rêve."

Continuant de tirer sur sa pipe et d'essayer, bien que piètrement, de former des ronds de fumée, et observa la Lune et sa clarté.

Bien que le monde s'enfonçait de toutes parts dans l'ombre, cet instant semblait être un havre de paix, le calme avant la tempête.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Dim 1 Juin 2008 - 21:00
La Lune continuait sa course vers l'Ouest comme le tabac contenu dans la pipe de Tior commençait à se consumer totalement. Galathor demeurait silencieux à côté de lui, les yeux pourtant ouverts et brillants.

Puis, comme si une force envoutante s'était emparée de lui, le Dunàdan sentit ses paupières devenir plus lourdes que jamais, et sa tête vint tout à coup reposer contre l'écorce rugueuse du chêne qui se trouvait dans son dos; Tior Celebdîn s'était endormi, ou du moins assoupi, oubliant en un instant toutes les joies de la Terre, et les peines et soucis qui le tiraillaient.

Pendant deux ou trois heures, son esprit fut ainsi, vacant dans un sommeil sans rêve. La pipe en bois reposait à terre, non loin de la main droite de Tior pendant au bout de son bras décontracté.

Tout n'était que silence alentours, un silence presque surnaturel...

Puis, sans raison apparente, les chevaux hennirent. Peut-être percevaient-ils des évènements lointains et de mauvais augure, ou bien étaient-ils simplement pressés de trouver la patire de Tous les Chevaux.

Le messager d'Halbarad fut reveillé en sursaut. Il regarda alors à sa droite; Galathor était dans la même position qu'auparavant, mais ses yeux se voyaient à demi sous ses paupières mi-closes. Dormait-il ou non?

Sans se poser la question plus avant, Tior l'appela, et le Gondorien tourna calmement la tête vers lui.

"Partons, fit Tior. Cela vaudra mieux, le temps nous est imparti."

Pourquoi avait-il dit cela? Tior ne le savait pas, ces mots sortaient tous seuls de sa bouche. Un temps imparti... cela était ridicule.

Sur ce, les deux hommes se relevèrent, et cavaliers et montures furent bientôt invisibles dans le lointain.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 22
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Lun 2 Juin 2008 - 19:03
Galathor n'avait pas dormi, pendant que Tior fut plongé dans ses rêves.

Il pensait, il pensait à Berethir, parti loin vers Annùminas, tandis que Tior et lui, furent proches de la Trouée du Rohan.
Il pensait aux erreurs commises, car le silence qui régnait fut tel, que pas même le souffle régulier du vent du Nord, ne se fit entendre.

Pendant ce temps de repos, et de réfléxion, sa pipe était elle aussi consumée, et il regardait Tior, la tête reposée contre l'écorce noirâtre d'un chêne, l'air serein.

Les feuilles du chêne s'agitaient doucement, comme traversées par un esprit, et au même instant, les chevaux hennirent.
Tior se réveilla en sursaut, mais Galathor resta calme.

Alors, lorsque Tior prit la parole, Galathor aquiesca, et ils s'en allèrent, vers Edoras.

Et, dans les steppes désormais presque verdoyantes qui se dessinaient dans l'horizon, deux silhouettes, solitaires, galopant avec rapidité, tentant d'atteindre la brèche qui se formait entre les deux grandes chaînes de montagnes, qu'étaient les Montagnes Blanches, et les Montagnes de Brume.

Pendant leur chevauchée, Galathor parla à Tior, de choses et d'autres, et lui dit entres autres:

*Vous étiez agité à un certain moment lors de votre sommeil.
J'ignore pourquoi, mais le vent vous aura peut-être... fait sursauter, ou délirer.

Quoiqu'il en soit, nous devrons atteindre Edoras avec rapidité.
A l'aube, si nous continuons de chevaucher à cette allure, nous atteindrons les abords de la Trouée du Rohan, les frontières de l'Enedwaith.

Je ne sais pas si vous avez eu la chance de voir le Roi Firion de La Marche, pour ma part, non.
Ce furent mes parents, grands parents et aïeux qui l'eurent rencontrés.

Mais, il est apparemment très pris par de nombreuses affaires et voyage, je crains qu'il ne soit pas présent à Meduseld lors de notre arrivée.*


Enfin, Galathor se tut, et, le Ciel parut s'éclaircir, loin à l'horizon, à l'Est, plus loin encore que les terres qu'Eru eut créées au delà des Mers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Lun 2 Juin 2008 - 20:48
Les milles défilaient à grande vitesse sous les foulées des montures des deux amis, tandis que la Lune déclinait à l'Ouest, au-delà d'Aman, bien loin des peines de la Terre du Milieu.

"Agité, dites-vous... Mes nuits le sont depuis quelques temps. En vérité, depuis que je vis cette lointaine lueur, que vous désigniez comme étant Avallonë, il y a de cela quelques temps, quand nous remontions Beleager vers le Golfe de Lhûn. Il semble y avoir des années que ces temps sont révolus..."

Alors qu'il parlait, Tior sentait une certain mélancholie monter en lui. Quoi qu'il puisse faire et quoi que puisse en dire Galathor, Ulmo avait bel et bien une sorte d'emprise sur son coeur.

"Cela peut expliquer, reprit-il, mes étranges paroles lors de mon réveil. Comprenez, je me sentais un peu bousculé, comme qui dirait. Quoi qu'il en soit, j'ignore la cause du hennisement soudain de nos chevaux..."

L'herbe drue et verte des alentours du Rohan remplaça peu à peu les étendues inhospitalières de l'Arnor; et le soleil se leva, rouge, à l'Est. Tior Celebdîn crut apercevoir les pointes luisantes des Montagnes Blanches, dans leur partie la plus occidentale.

"Pour répondre à votre question, je n'ai jamais eut l'occasion de m'attarder en Rohan, n'étant messager que depuis assez peu de temps. Par conséquent, le Roi Firion m'est inconnu, même si son nom est renommé. Et j'aimerais ardamment le rencontrer. Mais s'il est présent dans sa demeure ou errant au loin... le meilleur moyen sera de s'y rendre. Le Château d'Or de Meduseld approche à chaque foulée de nos montures."




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 22
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Mer 4 Juin 2008 - 18:04
Alors, Galathor lui répondit, voyant les pics des Deux Chaînes de Montagnes, rougeoyantes, sous la lueur chaude et brûlante du Soleil qui venait de se lever.

Alors, le visage aveuglé, et émerveillé, il répondit à Tior, en lui disant:

*La mélodie des Conques Ulmo, je pense que ces images et ce son continuel que vous entendez, doivent être la raison de vos agissements nocturnes.

Quoiqu'il en soit, nous devrons faire vite, et je me dois de vous remettre ce qui vous reviens de droit, car vous ne résisterez pas longtemps à l'emprise d'Ulmo.

A Edoras, ces sons seront plus sourds, plus lointains, existants cependant.
La Cité est éloignée de la mer, et les fleuves alentour, tout autant.
Perché sur un roc, vous serez enfin à mesure de vous reposer.

Mais à Minas Tirith, n'espérez rien, l'Anduin est bien proche, tout comme au Rohan, car nombreux seront les fleuves et rivières que nous devrons enjamber.

Quant au Roi Firion, il doit être courtois et chaleureux je pense.
Voyez, la Trouée du Rohan s'offre à nous sous la lueur rouge d'Anar.
Voyez Nan Curunir, et Fort-Le-Cor, défendant le Passage.
Voyez l'Isen, ardent, embrasé, au coeur du "col".

Certes, nous en sommes à quelques chevauchées, mais déjà, du hautde ces collines, nous apercevons le Rohan, et plus au Sud, l'Andrast.*


Alors, Galathor se tut, émerveillé de cette vision enchanteresse, bouche bée, les yeux pétillants, un sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mer 4 Juin 2008 - 19:07
Tior vit alors, sous la lumière rouge du Galion du soleil émergeant de l'horizon Est, les multiples lieux si caractéristiques de l'Ouest du Rohan, que son ami Galathor semblait reconnaître sans aucun problème.

De l'élévation de terrain sur laquelle les deux compagnons chevauchaient, le dernier des Celebdîn pouvait même apercevoir, lointaine et indistincte, la grande pointe de terre qui l'élance dans les eaux du Belegaer depuis Anfalas, et que d'aucuns nomment Andrast.

"Il s'agit certes d'une vision dont la beauté excède bien des belles choses que j'ai contemplé. Cependant, nous ne pouvons nous permettre de nos attarder à nos réjouissances. Nous pénétrons dans le Pays de Rohan, et nous atteindrons Edoras sans trop tarder, si nos montures persévèrent dans leur endurance et leur rapidité.

Après cela, de nombreuses dizaines de lieues nous sépareront de la Cité Blanche, et le voyage durera sans doute deux semaines, à moins d'emprunter la voie qui traverse le Dwimorberg près de Dimholt. Les spectres qui y résidaient jadis ne sont plus de ce monde, mais leur terreur s'étend toujours dans ces sombres collines. Je ne pense donc pas que cette montagne nous verra chevaucher en son sein..."

Les bruits de sabots se firent entendre à la frontière occidentale du pays des chevaux, mais Galathor Periöndor et Tior Celebdîn ignoraient si leur venue dans la Capitale leur serait d'une quelconque utilité... car la rumeur de la guerre en pays lointain déplaçait bien des seigneurs.

[Suite ICI]




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 22
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Lun 28 Juil 2008 - 16:10
[Suite du sujet: Court répit chez les Fils d'Eorl]


Galathor et Tior avaient chevauché sans relâche.
Ils s'étaient arrêtés, alors que le Soleil s'était à peine levé, dans une petite vallée abritée, au pied des Montagnes Blanches, et avaient mangés quelques unes des victuailles offertes par l'Huissier du Rohan.

Minas Tirith était encore loin, la Cité Blanche se dressait à trois journées de cheval, trois longues journées, aux vues du temps qui s'assombrissait.
En voyant ces épais nuages sombres revouvrir le ciel, Galathor dit à son ami:

*Le temps se couvre. Cela nous retardera sûrement, car il y a quelques ruisseaux sur notre route, qui se transformeront en torrents si la pluie tombe à verse, ainsi que le Glanhir, que nous auront à passer, et malheuresement, la route n'est pas faite de pavés.
Notre chemin sera recouvert de boue, et les chevaux auront du mal à avancer.

Tior, mettons fin à cette halte et hâtons-nous vers Minas Tirith.
Nous serons chanceux si nous passons le Glanhir avant que la pluie ne soit trop forte, et alors nous pourrons nous reposer, à l'abri de la montagne.
Peut-être pourrons-nous avancer jusque dans le Bois de Firien.

Allons, ne perdons pas de temps!*


Puis, Galathor se dirigea vers sa monture, et attendit Tior, car si la pluie tombait trop fortement, leur route serait beaucoup plus longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mer 30 Juil 2008 - 14:13
Tior montat, ou plutôt remonta sur sa monture, son grand cheval qui l'avait porté sur bien des lieues et dans bien des voyages durant sa vie.

"J'ai l'impression que la nature cherche contemment à nous retarder, Galathor.

Rappelez-vous la fureur d'Ossë lorsque nous montions vers le Nord sur le Pelegaer.

Rappelez-vous le sauvetage inespéré du navire que l'on nommait l'Anòrien, pendant lequel j'ai failli perdre la vie.

Rappelez-vous enfin la pluie ininterrompue que nous avons du braver avant notre arrivée à Edoras. Et à peine en sommes-nous repartis que les nuages s'accumulent, que le ciel devient noir et menaçant pour notre plus grand malheur!

Hélas! Puisse ces nuages ne pas nous offrir autre chose que leur ombre sinistre. Puisse-t-il ne pas tomber de pluie. Galathor, j'ai souvent espéré la pluie et supplié le ciel de laisser tomber quelques gouttes dans mes voyages solitaires dans le Sud, là où le soleil est cuisant et désespérant... et rien n'est tombé. Maintenant, c'est l'événement contraire...

Mais peut-être est-ce là la volonté des Valar, car je ne saurais croire à un pur hasard."

Hasard ou malédiction, les deux amis repartirent, se demandant si ce voyage avait une fin et si toutes leurs peines rimaient à quelque chose.

Quelques gouttes se firent sentir, mais il n'y eu pas de forte pluie, et le son tant redouté du tonnerre ne vint pas troubler leurs oreilles.

* Pas encore, pensa lugubrement Tior, mais cela ne saurais tarder, je gage. *

Les milles défilaient de nouveau, et ils laissèrent derrière eux maints petits ruisseaux ressemblant encore à de vraies petites rivières, et non à des torrents dévastateurs.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 22
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Ven 1 Aoû 2008 - 0:02
Galathor écouta les paroles de Tior, et regarda le ciel, assombri par les nuages noirâtres venus de l'Est.
Il sentit quelques gouttes effleurer son visage, mais ne vit aucune pluie torrentielles.

Durant de nombreuses lieues, ils chevauchèrent, et n'eurent aucune pluie capable de les freiner.
Cependant, tel que Tior l'avait dit, tous ces éléments climatiques ne pouvaient être les fruits du hasard.
Car jamais le hasard n'agissait sur les vents, les pluies, sur le temps en général.

Et, comme l'eût dit Tior, il se pourrait que les Valar ne souhaitaient l'aboutissement de ce périple, ou tenter juste de le ralentir.
Car, la détermination des Deux Fils, ne pouvait être arrêtée, voir ne serait-ce qu'ébranlée.
Néanmoins les Valar n'en oubliaient point leur souhait, et les fines gouttelettes se transformèrent vite en gouttes énormes qui frappaient les visages de Tior et de Galathor, tels des grêlons en plein hiver.

Malgré les nombreux petits ruisseaux dépassés, le Glanhir restait hors de vue.
Mais, en entendant le bruit de la pluie claquer sur les quelques pavés parsemés sur la route, et en ressentant le froid sur leurs joues, ils accélèrèrent, et firent une halte sur une butte au pied des Montagnes, assez haute pour qu'ils puissent voir le Glanhir, qui se tenait à quelques heures de chevauchée effrénée.

Le repos était de mise, mais Galathor voulut continuer le plus loin que possible, et avec Tior, ils galopèrent à bride abattue jusqu'à atteindre les rives du Glanhir, qui n'était que peu en crue.

Alors, face à la rivière, Galathor s'adressa à Tior:

* La volonté des Valar en effet! Tant de phénomènes climatiques ne sont pas dûs au hasard.
Cependant, la rivière n'est pas torrentielle, alors je vous pose cette question Tior, la traverserons-nous pour nous reposer quelques temps et reprendre les forces que nous avons perdues durant cette chevauchée, remonterons-nous jusqu'au Bois des Murmures où jadis les ossements d'Elendil furent entreposés, où resterons-nous sur cette rive, en attendant que la pluie se calme?*


Galathor regardait le fleuve, et la colline d'Anwar se dressant dans les Montagnes, la plus élevée des Sept Feux d'Alarmes, trônant au dessus du Bois de Firien et de la petite source du Glanhir.

Il scruta l'Est, en direction du Mont Mindolluin, là où se trouvait Rath Dinnen, et à son pied, Minas Tirith.
Enfin, il regarda le Ciel, plus sombre que la nuit, si sombre que la Lumière du Soleil parvenait à peine à le traverser.

*Les Valar, murmura Galathor, en soupirant par la suite.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 1 Aoû 2008 - 14:01
"Attendre que les intempéries ne se calment - si elles le font - ne servirait de rien. Car les gouttes qui tombe en ce moment au sommet des différentes montagnes d'Ered Nimrais feront augmenter le débit du Glanhir pendant bien des heures..."

Tior éperonna sa monture, laquelle posa son regard à contrecoeur sur la rive de la rivière. Heureusement, son cavalier fit halte juste au bord, pesant le pour et le contre et jaugeant la force des eaux.

"Je ne connais guère cette route dont vous me parlez, quoique le Bois des Murmures où reposèrent les ossements Royaux d'Elendil, le premier souverain du Royaume du Nord, du Royaume d'Arnor, de mon Royaume, reste connu et consigné dans bien des livres, alors même que la connaissance sur sa localisation exacte en est perdu. Puisque vous semblez la connaître, ne pensez-vous pas que le détour serait un peu grand, un peu long?"

Il arrêta sa prise de parole et se passa la main sur le visage, d'où perlaient maintes gouttes de pluie, avant de reprendre:

"A mon avis, le risque de se faire emporter par le courant est raisonnable, mais il serait préférable de descendre de monture et de nous accrocher tant bien que mal aux brides, car une abscence de chargement serait bénéfique à nos bêtes dans cette manoeuvre."

Il descendit donc, s'apprêtant à traverser.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 22
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Ven 1 Aoû 2008 - 14:13
Galathor regarda les Montagnes, et écouta attentivement les paroles de Tior, et lui dit, sous le grondement de la pluie:

*Vos paroles sont sages, Tior.
Le Bois de Firien est assez loin de notre position, et nous devrions remonter le Glanhir pour l'atteindre, vous avez bien pensé, et trouvé la bonne solution à ma question.

C'est ce que j'attendais.*


Galathor descendit de son brave destrier, et alla au bord du fleuve où Tior se trouvait.
Ils traversèrent donc tous les deux, non sans mal, et non sans risque, mais ils arrivèrent enfin de l'autre côté du fleuve, et les Deux Fils, étaient épuisés, tous comme l'étaient leurs montures.

Alors, Galathor, essouflé, paral à Tior:

*Chevauchons quelques lieues et trouvons un endroit abrité, où nous reposer, rester au bord du fleuve serait plutôt dangereux.
Allons!
Ne perdons pas de temps, nous serons dans un peu plus d'une journée à Minas Tirith.*


Galathor, alors, monta sur son cheval, suivi de Tior, et ils galopèrent en vue d'un abri, qu'ils trouvèrent.

Au pied de la Montagne, une petite cavité de avait été creusée à même la roche.
Assez grande pour abriter Tior, Galathor, et peut-être leurs montures.

*Notre objectif est proche de nous, Tior mon ami! dit Galathor en se réjouissant.
Je pourrais presque sentir l'odeur des Jardins des Elfes.
Cette chevauchée en vaudra la peine croyez-moi...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Sam 2 Aoû 2008 - 13:50
Le Gondorien et le Dunàdan avaient, par chance, trouvé un renfoncement qui leur permis de se mettre pour quelques temps à l'abri de la pluie et du mauvais temps, tout en récupérant quelques forces. La traversée du Glanhir avait certes été fatigante, car le lit de la rivière était pierreux et le sol inégal.

Par une heureuse fortune, nul n'avait trébuché. Cela aurait put se révéler désastreux par un courant pareil. Il était temps de passer cet obstacle, car les intempéries ne cessant pas, le danger aurait été trop important seulement une heure plus tard.

Mais Tior et Galathor se trouvaient à présent en sécurité, en partie grâce à la chance, et en partie à cause de leur détermination. Le mauvais sort les quitterait-il totalement? Rien n'était moins sûr.

"Proche est Minas Tirith, dites-vous? Je l'espère. Mais, bien que j'ai déjà fait le trajet du Nord au Sud, j'ai rarement longé d'aussi près les Montagnes Blanches et n'ai donc guère de repères, surtout dans une pareil obscurité. Mangeons un peu et prenons de nouvelles forces."

Ils sortirent encore un peu de nourritues, mais gardèrent tout de mêmle des victuailles pour le dernier bout de chemin.

Ils repartirent alors pour la fin de leur grand voyage.

*Et puisse-t-elle en effet être heureuse, pensa Tior Celebdîn.*




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galathor
Informateur de l'Arbre Blanc
Informateur de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 271
Age : 22
Localisation : A Minas Tirith, avec Tior Celebdîn
Rôle : Collégien en classe de 3°

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Gondor
- -: 26 ans
- -:

Sam 2 Aoû 2008 - 16:34
Galathor mangea peu, il n'avait guère faim, il se contentait de regarder l'extérieur, glacial et pluvieux, et espérait pouvoir rejoindre Minas Tirith en vitesse, et y terminer ses jours, comme il crut l'avoir vu.

Alors, lorsqu'ils se remirent en selle, Galathor parla à Tior:

*Le Glanhir est passé, Tior mon ami.
Nous l'avons fait, désormais il nous reste à chevaucher sans faire halte jusqu'à Minas Tirith.
La Grande Route de l'Ouest se dessine de mieux en mieux à partir d'ici, on peut voir apparaître quelques pavés bruns et blancs sur notre chemin, et en les suivant, Minas Tirith s'ouvrira face à nous.

Elle sera vide, et paraîtra morte, comme touchée par la Grande Peste.
Les cloches résonnant dans le vide mortuaire de l'ancienne Résidence d'Eté des Rois de Gondor, de l'Ancienne Capitale d'Anarion, de la Cité de Méphisto de Gondor.

Jamais auparavant je n'ai éprouvé tant de peine à rejoindre la Cité Blanche, tant de souvenirs me reviennent tels que ceux de mon père, et du vôtre Tior.

Demain, lorsque nous aurons atteint Minas Tirith, vous resterez un ou plusieurs jours en ma demeure, et vous repartirez sûrement dans le Nord, où Halbarad Dunadan vous attends.
Sûrement, la guerre à déjà fait rage, et les Elfes et les Hommes sont apparemment sont déjà réunis, tant de murmures j'ai entendu à Edoras, au sujet d'un grand rassemblement de soldats venus d'Endor entière.

Nous sommes sans doute les seuls à voyager ainsi, dans les landes désertes frontalières à l'Ered Nimrais.
Mais, enfin je retourne à la Cité dont je suis le Gouverneur, mais le resterais-je longtemps?

L'Intendant et le Roi ne m'estiment guère autant qu'à mes premiers jours, si tant est qu'ils m'estimaient.
Enfin...*


Alors, il alla en avant en galopant à grande allure, pour voir l'horizon, et tenta de distinguer le Mindolluin, mais il ne vit rien, tant le brouillard fut épais, et tant la pluie couvrait sa vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Sam 2 Aoû 2008 - 18:58
Tior non plus, même avec sa vue perçante, ne pouvait distinguer la tête enneigée du Mont Mindolluin jouxtant Minas Tirith la Belle. Plus tôt ils y arriveraient, mieux ce serait.

Mais les deux amis ne pouvaient en tout cas enlever la brume qui s'étendait entre la Cité Blanche et eux; et l'eussent-ils put que cela n'aurait pas servi à grand-chose. Car Galathor semblait, même sans grands repère semblait-il, trouver le bon chemin pour rallier au plus vite la ville dont il était gouverneur.

"Vraiment, Galathor? Les dirigeants du Royaume de Gondor n'ont plus guère d'estime pour vous? Hélas, il arrive que même les plus sages seigneurs commentent des erreurs... Car, vraiment, je ne vois pas ce qu'ils peuvent vous repprocher, croyez-moi.

Peut-être n'allez-vous d'ailleurs pas les revoir, car il est probable que, tout grands qu'ils soient, la marée de nos ennemis les submergent, là-haut, au Nord. Mais, dites-moi, le titre de Gouverneur de Minas Tirith ne vous oblige-t-il pas à rester dans la Cité et à la défendre, ou au moins à la diriger quand Roi et Intendant son au loin?"

Le Fils des Celebdîn éperonna de nouveau sa fidèle monture pour venir tout à fait au niveau du Periöndor. Il le regarda alors dans les yeux:

"Pourquoi les hauts dirigeants du Royaume de l'ancien Numenor vous auraient-ils élevés à une place aussi digne et aussi prestigieuse s'ils n'avaient point d'estime pour vous? Réfléchissez bien à cela et reprenez confiance en vos amis qui demeure en Gondor, car vous devez certainement connaître des Gens qui vous soutiennent, n'est-ce pas.

Reprenez espoir, Galathor!"




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vers la cité volante du nord
» Voyage vers la cité des cauchemards.
» Marche de Dol Amroth vers la capitale
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: L'Arnor-
Sauter vers: