Une Entrevue tendue...

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Jeu 5 Juin 2008 - 21:25
Jilhad, attendait déjà devant le baraquement qui servait de Capitainerie au Port, et foutu des deux plus grands gars de la milice du Port, le commerçant ne savait plus s'il était venu ici de son plein gré ou s'il l'on lui avait forcé la main. Mais s'il s'inquiétait de son confort, les affaires pouvaient tournées sans lui l'espace d'une après midi. Il avait assez de sousfifres à ses pieds pour qu'il puisse se reserver des moments de repos. Hélas, patientez debout sous le vent perçant du fleuve n'avait rien d'agréable.

Ils avaient traversé la Haute et Basse ville, à eux deux ils connaissaient les moindres recoins de la cité, et par conséquent avait put coupé à travers moultes quartier des plus mal famés. Ralya en tête de file, il ne s'était pas retourné vers Eodroc depuis qu'il s'était élancé vers le Port dans les hauteurs d'Albyor. Un petit sourire sur le visage il préparait les questions que subirait Jilhad. Le ponton grinça sous le poid du Gardien du Port. A son arrivée son assistant vint vers lui.

"Sire, Le Martyr et Le Fringuant son arrivés, toujours aucune nouvelle de l'Ommesh."

Ralya détourna le regard vers les deux immenses navires qui avaient jeté l'ancre dans la baie. Puis avec un haussement d'épaule, il se tourna vers son assistant.

"L'on ne change rien à nos habitudes, faites remontez les chaînes du Port à l'heure prévu. Le Capitain Hurok à encore trois bonnes heures pour arriver. Jilhad est il ici?"

"Oui sire, Egan et Ugan l'on ramené."

"Ces deux frères ne l'on pas abimé j'espère..."


Ralya continua de marcher alors que son assistant s'en allait vers les digues où l'on devinait l'immense machinerie qui supportait les chaînes qui gardait les eaux d'Albyor.

Arrivant devant son "bureau" Ralya congédia les géant qui entourait Jilhad. Quand le commerçant se tourna vers Ralya, le Gardien du Port pu remarquer ses yeux gonflés.

"Eh bien Jilhad, vos nuits sont tourmentées? Ou ne supportez vous pas l'air de notre Port?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 6 Juin 2008 - 14:51
Eodroc avait suivi Ralya dans toute leur descente de la Cité Haute vers Port, quartier de la ville qui comptait parmi les moins visités par Eodroc.

En effet, cette éternelle guerre entre le Port et la Garde tenait les représentants de cette dernière à l'écart des eaux; les habitants des grands pontons, quant à eux, venaient plus régulièrement dans le fief de leurs rivaux, et cela finissait d'ailleurs souvent en réglement de compte, avec ou sans coups.

Ces deux-là n'en étaient pas venu aux mains, fort heureusement. Pas encore, du moins. Mais il est vrai qu'eodroc ressentait comme une sorte de malaise en pénétrant dans cette partie d'Albyor.

D'aucuns prétendaient, dans son entourage, que l'homme famélique n'avait encore jamais vogué sur le fleuve, et n'avait point encore sentit le contact de l'eau du fleuve sur sa peau. Ces déclarations n'étaient qu'en partie justes, puisque en de rares occasions l'eau sombre et non salée du fleuve avait carressé le bas de ses minces quilles... Les bateaux lui étaient par contre tout à fait inconnus.

Tant pis, il fallait bien suivre Ralya, et ce fut la prommesse de rencontrer Jilhad le marchand qui l'aida à surmonter son dégoût. On entendit bientôt les pontons grincer sous le gardien du port, ainsi que les doux pas feutrée d'Eodroc, qui lui ne provoquait aucune torsion du bois sombre.

Visiblement, l'assistant de Ralya - qu'Eodroc salua froidement et envia peu - attendait désespérément qu'un troisième navire accoste, en plus des deux déjà présents. A son bord serait un certain Hurok...
Mais le garde n'eut pas le temps de poser quelle question que ce fut: Ralya continua sa route vers son bureau, comme certains appelaient cette pièce sombre possédant une unique fenêtre ronde, comme une sorte de hublots donnant sur les eaux.

Les trois interlocuteurs, Ralya, Jilhad, et Eodroc, furent bientôt assis et purent entamer cette discussion tant attendue.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Ven 6 Juin 2008 - 18:09
Jilhad avait un visage rond, poupon, encadré d'un tignasses de cheveux bruns et bouclés, qu'il avait tenté en vain de coiffer. Il était vêtu d'une chemise de lin et d'une salopette en laine. Il faisait partie des ces individus qui voulaient donner une bonne image d'eux même, se faire passer pour plus riches ou plus importants qu'ils ne le sont, sans y arriver : il semblait plus ridicule qu'autre chose. Si le ridicule physique ne s'accompagne pas toujours de séquelles intellectuelles, c'était pourtant le cas ici. Les yeux de l'homme ne s'arrêtaient jamais plus d'une demi seconde sur un point fixe. Lorsque Eodroc et Ralya entrèrent dans la pièce, Jilhad sursauta et rit nerveusement à la question du Capitaine du Port. Il était terrifié. De toute évidence, sa place n'était pas à Albyor. Sans doute aurait-il été plus à son aise dans une quelconque cour, à cirer les bottes de son seigneur. D'une voixc tremblante, il commença :

J'ai pu échapper à la surveillance de mes gardiens cette nuit, tellement ils avaient bu. Ils me croient coupable d'un meurtre que je n'ai pas commis, je n'ai aucune idée de ce que faisait ce corps dans ma cave! Je sais que vous enquêtez, et je veux que vous m'innocentiez. Questionnez je répondrai.

Tout en parlant, il s'était dandiné sur sa chaise, incapable de rester immobile. Ses mains, posées sur ses genoux, étaient agitées de spasmes nerveux. Une telle personne était-elle vraiment capable de tuer?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 6 Juin 2008 - 18:44
Tandis qu'il regardait le marchand, Eodroc ne put cacher un petit sourire fugace... non qu'il se moquât des drôles de façons de Jilhad - lui-même subi bien trop de railleries sur son physique pour faire subir la pareil aux autres -mais simplement parce qu'une partie de son esprit lui disait:

Méfie-toi des apparences, Eodroc, certains malfrats cachent bien leur jeu...

Le drôle d'homme parla, semblant nerveux et alarmé de ce qu'il lui arrivait, de la tourmente dans laquelle il était pris, qu'il soit innocent ou non. Mais Eodroc, pas le moins du monde décontenancé, entama l'interrogatoire, fixant les yeux de sa "victime" de ses pupilles scrutatrices:

"Jilhad, vous serez tenu par vos dernière paroles... que la vérité et nul autre chose ne sorte de votre bouche! Alors, je vous demanderai ceci:

Avez-vous quitté votre demeure ces derniers temps, que ce soit pour une grande période ou une très courte?"

Eodroc, conscient qu'il venait d'entamer un interrogatoire pour lequel Ralya avait longtemps préparé ses questions, se contenta de demander cette petite précision, qui toutefois pouvait avoir une importance capitale...

Il observa son rival, visiblement un peu frustré, avant de se retourner vers l'interrogé:

"Alors? lança-t-il nerveusement."


Ce genre de chose dépassait son expérience, et le pauvre garde du Capitaine ne plierai peut-être pas bien moins vite que l'homme qu'il avait en face de lui. Malgré son dédain pour Ralya, Eodroc se sentait soulagé de l'avoir à ses côtés.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Sam 7 Juin 2008 - 8:47
Jilhad regarda Eodroc avec des yeux effarés. D'un coup, il se leva, envoyant valser sa chaise dans la pièce. Le frêle meuble de bois fut arrêté par le mur et faillit se briser sous l'impact. Peut-être ridicule, mais pas dénué de force apparemment. Le commerçant explosa, d'une manière fort peu convaincante :

Mais pour qui me prenez-vous, pour le meurtrier? Vous croyez que c'est moi qui ait tué cet homme c'est cela? Je n'aurai jamais du venir, je n'aurai jamais du venir! Vous vouliez me voir pour m'incriminer, et moi comme un idiot je suis venu.


Il respira lentement, essayant de se calmer, d'arrêter les tremblements qui l'agitaient. En vain. Avec une voix toujours aussi hachurée, il poursuivit :

Evidemment que je suis sorti de chez moi. Je travaille, j'ai des navires à gérer, des marchandises à vendre et à acheter. La majeure partie de la journée, je suis au Port, soit en train de marchander, soit dans mon bureau pour un marchandage. Le reste du temps, je suis chez moi, seul, à vérifier les comptes. Le soir, je sors pour aller à l'auberge, parfois pour prier au temple ou je ne sais quoi encore. Est-ce un crime?

Sa voixc s'était faite plus calme. Mais tous ses mouvements brusques et sa respiration saccadée trahissait son stress. Il ne semblait pas avoir remarqué la distance qui existait entre les deux hommes en face de lui, si évidente soit-elle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Sam 7 Juin 2008 - 13:55
Eodroc se leva...

"Calmez-vous! Calmez-vous, répéta-t-il. Nous ne sommes pas venus avec le but de vous rendre coupable d'actes que vous n'avez pas commis. Si vous êtes l'assassin, alors il se peut que vous ayez du souci à vous faire. Si vous ne l'êtes point, répondez à nos question, et la vérité triomphera..."

Ces sages paroles visaient surtout à éviter les brusques réactions de Jilhad, qui, coupable ou non, devrait sans doute limiter les symptômes de son stress pour prouver sa bonne foi.

"Ralya! Avez-vous de quoi noter?"

Le gardien du port se leva, et revint d'une pièce voisine avec un petit carnet de papier blanc immaculé et de l'encre. Eodroc prit quelques notes sur ce qu'il venait d'entendre. La qualité de l'encre laissait à désirer: le noir était anormalement clair, comme si le fabriquant avait noyé son produit dans de l'eau pour en augmenter la quantité, et son bénéfice. Tant pis, ça ferait l'affaire.

Maintenant, encouragé et intéressé par les réponses du marchand, Eodroc ne put s'empêcher d'enchaîner avec une autre question:

"Vous êtes allé prier au temple, dites-vous... Est-ce que par hasard... Euh... non, excusez-moi, nous verrons cela plus tard, il s'agit d'un autre sujet. Revenons à vos abscences répétées... Quand vous sortez de chez vous, fermez-vous toujours votre demeure à clef, afin que personne ne puisse y entrer? et si c'est le cas, avez-vous remarqué quelque trace d'effraction qui aurait pu vous faire savoir que quelque chose n'allait pas rond?"

L'investigateur recula un peu sa chaise et plissa les paupières, redoutant quelque réaction nerveuse du même genre que tout à l'heure, malgré son avertissement.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Sam 7 Juin 2008 - 16:53
Ne laissant même pas la pensée d'une réponse à Jilhad la voix de Ralya se fit entendre dès que celle d'Eodroc disparue.

"Avez vous déjà vu le soleil d'Albyor Jilhad?"

Alors que le commerçant fronça des sourcils le Gardien du Port se tourna légèrement vers l'homme de la Garde. Jilhad disait aller prié au temple avait-il dit. Rien ne prouve que ce soit celui des Cinquantes. Mais la réponse qui viendrait, quelle soit vraie ou fausse révèlerait aux deux hommes si Jilhad était un fidèle du Temple Shamaran. Le regard froid de Ralya capta la lueur intelligente qui brillait dans les yeux d'Eodroc. Il semblait que l'on était dans sa partie de la cité. Et c'était son interrogatoire. Ralya était maître de ces lieux. Tout passa dans son regard, et il n'y eut pas besoin de mot pour que les deux hommes se comprennent.

Mais tout les deux affichait un sourire malin, presque complice. Même si Ralya était en sa demeure, le Gardien du Port et Eodroc était ensemble, face à Jilhad. Et pour la réussite de l'interrogatoire, ils devaient mettre de côté leurs differents. Ne serais-ce qu'en apparence.

Craignant de voir le sourire d'Eodroc s'élargire un peu plus, Ralya fixa tout aussi intensément le commerçant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Dim 8 Juin 2008 - 10:58
L'interrogatoire s'annonçait difficile, dans de telles conditions. Encore tremblant Jilhad récupéra la chaise et s'y assit dans un grincement sinistre. Il hésita une poignée de secondes, puis répondit, toujours incertain :

Evidemment, je ferme la porte de mon habitation quand je pars, mais d'un simple tour de clef. Cela dit, n'importe quel cambrioleur expérimenté aurait crocheter la serrure et entrer. Des signes d'effraction? Il y en a tous les jours : une fenêtre brisée, un objet de valeur volé. Que croyez-vous? Nous sommes à Albyor.


Et puis Ralya posa une question des plus étranges. Le commerçant posa sur lui un regard incrédule, la bouche à demi-ouverte dans une expression d'hébètement stupide. Ses yeux passaient d'un enquêteur à l'autre, comme s'il pensait que les observer allait lui permettre de comprendre ce qui se cachait derrière cette interrogation anodine. Finalement, il répondit :

Oui, j'ai déjà vu le soleil, je ne suis pas resté à Albyor toute ma vie, j'ai voyagé, je suis un commerçant. Mais à quoi cela rime-t-il? Si vous voulez savoir quelque chose, demandez-le moi directement et je vous répondrai, inutile d'essayer de me piéger. Je vous l'ai dit, je suis là de mon plein gré.

De toute évidence, la complicité qu'affichait Ralya et Eodroc lui faisait peur. Peut-être avait-il cru au départ pouvoir jouer sur les différents qu'on généralement le Port et la Garde?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Dim 8 Juin 2008 - 13:16
Ralya s'assit derrière son bureau dans un fauteuil qui procurait un confort limité. Ce n'était pas le bureau clinquant du Capitaine de la Garde, et leur seul point commun eut été le nombre de fenêtre.

"Jilhad, vous n'avez pas répondu à ma question. Avez-vous déjà vu le soleil d'Albyor? Je n'ai rien à faire de vos voyages. Eodroc s'y interessera surement. Mais parlez. Êtes-vous un fidèle du Temple Shamaran?"

Derrière le masque de complicité qu'affichait le Gardien du Port, Ralya était perplexe. Car il doutait que Jilhad n'ait pas compris le sens de sa question. Sans doute le commerçant avait tenté, en vain, d'esquiver une question gênante, ce qui le rendait de plus en plus suspect aux yeux de Ralya, car il ne croyait pas en la bonne foi de Jilhad, pour Ralya la sincerité n'existait pas à Albyor. Il en était la preuve vivante.

En attendant la réponse Ralya chercha un livre de compte. D'une non-chalance presque déplacé il lut quelque ligne et le refermit. Puis il releva les yeux vers le commerçant.

"Alors?" dit il enfin d'un air qui laissait poindre une petite pointe d'impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Dim 8 Juin 2008 - 14:16
La toute dernière question posée par Ralya aurait intéressé Eodroc au plus au point, si le pauvre marchant n'en avait pas révélé la réponse un peu plus tôt. Devant l'attente que leur imposait Jilhad, le frêle garde du Capitaine emboîta le pas, jetant un rapide coup d'oeil sur la page griffonnée de son petit carnet, juste comme vérification...

"Vous nous avez dit, tout à l'heure, Maître marchand, que vous alliez prier de temps à autres, au temple Shamaran, j'imagine... d'ailleurs, que pourrait-il y avoir comme autre lieu de culte... Cependant, les offices des moines sont fréquents."

Il se tourna vers Ralya, qu'il considérait à présent comme son "allié", son coopérateur à part entière dans toute cette affaire.

"Je crois que vous avez votre réponse, camarade, si votre bon commerçant ne ment point. S'y rendre quelquefois ne signifie pas être fidèle."

La chaise grinça lorsqu'il entama un nouveau quart de tour vers le suspect...

"Je voulais vous posez cette question un peu plus tôt, mais me ravisant, je préférais attendre. Puisque mon coopérateur est rapidement arrivé à ce sujet, je vous la fait savoir maintenant:

Etes vous allé prier au temple Shamaran dernièrement... dans la semaine, par exemple, et, si c'est le cas avez-vous, par hasard, remarqué des choses anormales? Un comportement étrange des moines... je veux dire, plus étrange que de coutume. Ou des cris dans les arrière-salles? Dites-nous tout."

Eodroc afficha un petit sourire en direction de Ralya; le dénouement du problème pouvait être proche, ou ne pas l'être.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Dim 8 Juin 2008 - 16:10
Jilhad fronça les sourcils, comme soudainement inquiet. Avait une erreur, avait-il dit quelques chose qui l'incriminait? Envahit par le doute, il répondit en surveillant chacune de ses paroles :

Oui, je suis un croyant et je vais parfois au temple de Shamarman. Serait-ce interdit. J'y vais quand l'occasion m'est donnée, et parfois je discute avec les prêtres qui m'instruisent. Leur savoir n'a pas de limite, et les écouter m'apporte la sérénité, la confiance. Quand à savoir si j'ai remarqué quelque chose d'anormal... Je ne suis pas l'un des Cinquantes -bien que l'être ne me déplairait pas-, je n'ai jamais franchi les murs de la salle des offices, le reste est secret pour tous, sauf pour eux. Des cris? J'imagine mal ces hommes crier. Des comportements anormaux? Ils restent cachés derrière leur capuche, je n'ai jamais vu le visage de l'un d'eux. Durant les offices, tout se déroule exactement de la même manière, rien a changé. Mais allez savoir ce qui peut se passer dans tous ces couloirs...

L'aisance avec laquelle il parlait de ce culte maudit faisait froid dans le dos. Comment pouvoir admirer de tells personnese, si on pouvait les désigner avec ce terme?

Etes-vous satisfait? C'est tout ce que je peux vous dire. mais en quoi cela a-t-il une quelconque importance? Le corps retrouvé chez moi a-t-il un rapport avec Shamarman?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Lun 9 Juin 2008 - 19:14
Ralya sembla frémir quand il observa que Jilhad était un fidèle assidu. Et vu son admiration pour ces vieillards de l'ombre, il ferait peut être une très belle ofrande pour la prochaine fête de la Grande Ombre.

Chassant de son esprit ces idées gênantes le Gardien du Port s'éclaircit la gorge. Et d'un ton qui puait la confiance en soi.

"A vous de nous le dire Jilhad. Votre affaire dépend de la Garde. Je m'occupe d'une affaire un peu plus salissante. Mon confrère et moi ne voulons laisser de côté aucune hypothèse. Et bien qu'on l'on puisse aisément mourir en ville. Certaines choses se croisent."

Dehors une étrange lumière illumina Albyor. Au dela des pics montagneux et des épais nuages, le soleil se couchait. Et quelque fois la lumière du crépuscule se reflechissait sur les gigantesque plaque de neige qui recouvrait des pans de montagne entier. Pour les voyageurs comme Jilhad, ce n'était guère plus qu'une variation de lumière.

Pour Ralya, qui n'avait jamais quitté la cité, c'était un moment unique.

Laissant le temps à l'interessé d'assimiler les information Ralya se dressa sur sa chaise. Droit comme I. Glacial comme les neiges au dessus d'Albyor, le Gardien du Port se tourna vers Eodroc, l'encourageant à poser la question suivante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Jeu 12 Juin 2008 - 17:01
Eodroc se gratta machinalement la tête, inspirant et expirant bruyamment l'air qui sifflait entre ses dents serrées. Au bout d'un temps de réflexion, et voyant que tous les regards fixés sur lui attendait un quelconque réction de sa part, il prépara une nouvelle question, qu'il fit bientôt connaître à ce suspect pour le moins étonnant:

"Moi et mon confrère investigateur n'en avons pas parlé, comme s'eut du être le cas, alors je vais le demander à votre propre personne, et Ralya vérifiera ou contredira vos paroles s'il connaît la réponse à cette question, ou plutôt cet ensemble d'interrogations se rapportant à un même sujet... Quand exactement le cadavre a-t-il été découvert chez vous, et par qui? Est-ce par vous-même que vous avez eut connaissance de ce corps, ou bien une quelconque autorité de la cité l'at-t-elle trouvé avant-vous?"

Il marqua une pause, mais ne pouvait s'en arrêter là... une autre question lui monta à la tête comme une flèche parcourant sa colonne vertébrale et atteignant le cerveau en un déclic:

"En outre - et vous me ferez répéter si vous trouver que mes questions s'enchaînent trop rapidement - vous nous avez dit que les éfractions sont fréquentes chez vous. Lors de la dernière, êtes-vous certain qu'un objet en votre possession a été volé et que le but de l'intru se trouvait uniquement dans la soif de richesse du voleur?"

Des réponses de Jilhad pouvaient dépendre beaucoup de vérités...




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Ven 13 Juin 2008 - 16:38
Le commerçant fronça les sourcils et fut à nouveau parcouru de tremblements. Tant de questions à la fois n'arrangeaient en rien sa tension, et il tenta de reprendre le cours de ses pensées en inspirant, puis en expirant, lentement. Dans cette vaine tentative, il ferma les yeux. Renonçant finalement à se poser, il répondit méthodiquement, le regard dans le vague :

Le corps a été découvert... il y a deux jours, par mon unique serviteur. Il m'a appelé, je suis descendu. Après, je ne me souviens plus trop, j'ai eu un tel choc... Tout tournait autour de moi. Des gardes sont arrivés, mon domestique a du les appeler.


Il s'arrêta et son regard passa sur la fenêtre. Il pouvait voir le lever de soleil, mais impossible de dire s'il le regardait.

Quand je dis effraction, ça ne veut pas toujours dire intrusion. La dernière fois qu'on m'a volé quelque chose, c'était il y a... une semaine. Rien de bien précieux, tout ce qui a de la valeur, je le mets dans un coffre. Lais comme je l'ai dis, quelqu'un peut très bien être entré sans que je ne m'en aperçoive.


Il toussota, comme gêné, et presque dans un murmure, poursuivit :

En savez-vous assez? Mon absence va paraitre suspecte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 13 Juin 2008 - 19:59
Eodroc écouta attentivement les réponses que lui fournissaient Jilhad, et il fut un peu déçu que le serviteur du commerçant n'ait pas été amené en ce lieu pour être interrogé tout comme son Maître.

*Ce peut être le domestique, pensa Eodroc, qui a appelé les gardes, mais ce peut n'être pas lui, puisque Jilhad n'était pas dans l'état de se souvenir de détails comme celui-ci.*

A l'intérieur de lui, l'interrogateur commença à douter de la culpabilité du marchant appeuré... Peut-être était-ce son serviteur, pouvant facilement entrer dans la demeure, qui avait caché le cadavre. Une autre possibilité pouvait se trouver dans le fait que ni l'un ni l'autre n'étaient au courant, et que les gardes aient été alertés par une autre personne... le vrai coupable, ou bien quelqu'un travaillant pour lui, afin d'inculper Jilhad.

Tandis que toutes es possibilités foisonnaient dans la tête du maigre Eodroc, l'homme en face de lui montra son agacement... Et l'investigateur de répondre:

"Nous, nous n'en savons pas assez! Et nous sommes les seuls maîtres de la durée de l'interrogatoire. Est-ce bien compris? Je ne suis pas venu dans le quartier du port à la seule fin de poser trois questions et de m'en aller."

Il tourna la tête, effaçant l'expression de colère qui étaitapparue sur son visage:

"Allons Ralya, posez une autre question, si vous en avez une. Ce maraud m'a échauffé l'esprit."

Il n'en reprit pas moins sa plume pour prendre quelques notes de son écriture en pattes de mouche. Il enverrait tout cela au Capitaine quand la "séance" serait terminée.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Ven 13 Juin 2008 - 20:11
Ralya regardait tour à tour Eodroc et Jilhad. Comme quoi la garde n'était pas une si mauvaise école pour ce qui s'agissait de poser des questions. Mais quand à avoir des réponses interessantes, c'était une autre affaire, et il dut admettre que son experience ne lui avait offert qu'un autre bouquet de choux blancs.

"Allons Ralya, posez une autre question, si vous en avez une. Ce maraud m'a échauffé l'esprit."

Le Gardien du Port hocha la tête et se leva. Il s'immobilisa devant la fenêtre, fermant ainsi complétement la pièce. C'était un détail, mais quand un homme ne pouvait plus voir le ciel, quand bien même il n'y avaient que de sombres nuages, avait son importance. Et si Jilhad n'était pas un bon acteur, c'était assurément un marchand terrifié et appeuré. Une proie. Mais un doute persistait à Eodroc et Ralya, il y avait toujours une possibilité pour que Jilhad ne soit pas ce qu'il prétendait être.

"Jilhad, autant vous le dire, je m'interesse aux cadavres qui pourrissent dans vos caves. Que savez-vous sur les écorchés?!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Dim 15 Juin 2008 - 13:15
Le commerçant sursauta devant cette nouvelle agressivité. Il tenta, en vain, de prendre un air outré et planta ses yeux dans ceux de Ralya. Il ne tint pas plus de trois secondes. Il baissa la tête, intimidé, se triturant les doigts. Réfléchissait-il? Toujours est-il qu'au bout d'une longue minute, alors que la patience des enquêteurs semblait à bout, il déclara :

Non, non. Vous me croyez coupable, je ne vous dirait rien. Quoi que je dise, vous allez le retourner contre moi pour m'envoyer aux cachots avec tous ces fous qui n'ont plus qu'une dent pour manger et plus de langue pour parler. Peut-être que je sais quelque chose sur les écorchés, peut-être pas. Rouez-moi de coups, je ne dirai rien d'autre.


Stupide? Inconscient? Suicidaire? Ou... coup de maitre? Acteur ou idiot? Paranoïaque ou prévoyant? Quoi qu'il en soit, il semblait vraiment déterminé. Déjà, il pinçait les lèvres comme s'il avait peur qu'un mot s'en échappât contre son gré. La suite de l'interrogatoire semblait compromis. Que faire? Avoir recours à la torture en prenant le risque qu'il soit innocent et que cela ne conduisît à rien, ou employer les méthodes fortes?

Son obstination, en tout cas, ne le sauverait pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Dim 15 Juin 2008 - 17:39
Coupable... tout simplement. Voilà le mot auquel pensait Eodroc et qui lui semblait le plus caractériser Jilhad.

La torture n'avait jamais été une de ses méthodes, et ne le serait jamais, d'ailleurs. En vérité, à quoi bon vouloir à tout prix faire parler un homme qui ne le veut point?

*Eh bien, pensa-t-il, s'il a des choses à cacher, qu'il les gardent enfouies dans les tréfonds de son âme, ça m'est égal... Les prisons ne sont à pas encore pleines, et un petit tour au cachot -ou un grand- ne lui fera pas de mal.*

Puis, à voix haute, accompagnée d'un léger sourire victorieux:

"Ralya, très cher ami et confrère, je crois que vous devrez partir et retrouver Egan et Ugan, que vous aviez congédié toutà l'heure. J'espère qu'il ne sont pas loin d'ici... Et dites-leurs de prévoir cordes et baillon. Ainsi notre bon commerçant pourra faire pourrir ses secrèts dans l'espace humide et sombre, et très réduit, qu'offre une place au cachot."

Le garde du capitaine se leva soudain, n'en continuant pas moins son discours:

"Nous reviendrons le chercher dans une dizaine d'années, s'il vit encore, et peut-être sera-t-il plus prompt à la parole..."

Il vint faire claquer ses doigt plus qu'irrespectueusement devant le nez et les yeux tout à coup louchants du marchand. Il espérait, par ses dures et cruelles paroles, s'être montré persuasif, et avoir délié la langue du présumé coupable. Mais qu'importe... si l'autre s'entétait dans son silence, la détention serait son unique sort.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Lun 16 Juin 2008 - 14:40
Ralya jeta un regard interessé à Eodroc.

"Eodroc, je ne connaissais pas cet partie de vos talents... Mais ne vous inquièter pas. J'ai ici même quelques ustensiles qui pourraient vous servir. Quand aux deux jumeaux, il tourneraient de l'oeil à la vue de nos deux talents conjugués..."

Il s'approcha de son bureau et tira un tiroir. Il plongea sa main dedans et grimaça, quand il referma sa main un petit couinement sorti du tiroir. Il jeta un regard au commerçant qui se comportait d'une étrange manière.

"Allons, Jilhad. Si vous étiez l'assassin vous ne nous diriez pas que vous savez quelque chose, quoique si ça se trouve vous êtes tordu pourquoi pas."

Convaincu par le silence de Jilhad il se tournat vers Eodroc et l'invita de la main.

"Bien, ne salissons pas trop mon tapis cher confrère."

Tirant sa main du tiroir il tenait une petite sourie dans une petite cage à la forme cylindrique. De son autre main il s'empara d'une bougie.


Dernière édition par Nârwel Rusc-Iâr le Mar 24 Juin 2008 - 0:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Mar 17 Juin 2008 - 17:01
Les yeux de Jilhad s'écarquillèrent, et il tenta de reculer sa chaise pour se mettre le plus loin de ces deux fous. Les pieds du siège se coincèrent dans une latte, et l'homme bascula en arrière, s'étalant de tout son long. Il continua sa lente progression en rampant pitoyablement sur le sol pour finalement venir se caler contre l'angle des murs. Il releva ses jambes contre son corps, les bras en écran, la tête détournée sur le côté. Encore et toujours, il tremblait.

Tout cela pour quoi? Une petite souris blanche? Ou l'idée d'être enfermé jusqu'à la fin de ses jours?

Mais aucun doute, il était horrifié, terrorisé même. Tellement que la situation pouvait avoir une allure comique pour qui y était extérieur. Le pantalon du marchand s'humidifia, et une petite flaque se forma sur le sol.

Malgré tout cela, il ne parlait toujours pas. Par détermination ou par incapacité d'émettre plus de sons qu'un nouveau né? Ses paupières étaient désormais clauses. Ses lèvres s'agitaient frénétiquement, comme s'il récitait un texte. Priait-il? Inutile de lui demander, il ne pourrait répondre.

Pendant ce temps, au-dessus de lui, les deux investigateurs continuaient de le torturer moralement, en attendant d'arriver d'autres extrémités. L'autre ne les entendait plus, ne les voyait plus.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mar 17 Juin 2008 - 18:49
Si le marchand n'avait pas saisi la volonté exacte de celui qui tenait à présent cage et flamme, Eodroc l'avait bien compris, lui. Cela pouvait être une bonne méthode: effrayer Jilhad, le faire parler sous la menace... Mais le garde du Capitaine ne voulait pas aller plus loin que les paroles.

Et lorsqu'il vit la réaction du malheureux commerçant, il fut pris de pitié, se demandant si son coopérateur n'allait pas un peu trop loin. En tout cas, son tapis serait sali, de toute façon, et cela pour sa plus grande affliction.

Déjà Ralya commençait à avancer, lentement, comme pour ne pas tuer la douce flamme qu'il venait d'allumer. Là-bas, à l'autre bout de la petite pièce, acculé contre le mur, à terre, sale et misérable. C'en était trop...

"ASSEZ! cria Eodroc."

Jamais dans sa vie quelqu'un ne l'avait entendu parler de cette manière: sa voix douce et mielleuse s'était tout à coup muée en un hurlement furieux. Son corps décharné en trembla... son visage devint rouge, ses poings cripés.

"Assez, dis-je! Qui êtes-vous pour employer de tels moyens de persuasion? Je crois plutôt voir devant moi l'un de ces tortionnaire de Sharaman en lieu et place d'un gardien du port. Etes-vous donc aussi mauvais que ces moines, Ralya? Je croyais que vous ou votre père en aviez souffert, et voilà que vous êtes sur le point de commettre quelque atrocité. Allons! Posez cela, voulez-vous?"

Entre l'homme du port et Jilhad se trouvait maintenant l'individu maigre, mais déterminé.

"Rangez cela!"

Ce serait le dernier avertissement, sans quoi le Capitaine en serait averti. Et, que son supérieur prenne l'un ou l'autre des partis, l'opinion d'Eodroc, elle, resterait inchangée.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre-Chêne
Seigneur de Fondcombe - Sage Elfe
avatar

Nombre de messages : 1908
Localisation : Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de la Forêt Noire
- -: Plus de 250 ans
- -:

Lun 23 Juin 2008 - 17:02
Un événement plus qu'inatendu empêcha cependant Ralya de répondre à son acolyte. La porte de la baraque s'ouvrit à la volée, manquant de sortir de ses gonds et de se briser comme un vulgaire fétu de paille. En d'autre lieu, la lumière aurait alors surgi dans la pièce, éblouissant momentanément ses occupants qui se seraient protégés de leurs mains. Mais comme on le sait, Albyor ne connait pas le soleil. Cette violente irruption fut donc bien moins impressionnante qu'elle aurait pu être.

Reste que dix soldats enveloppés de leur célèbres armure de bronze pénétrèrent d'un coup dans la petite pièce qui eut bien du mal à contenir ce flot soudain d'arrivants. L'un des gardes dégaina un large cimeterre --qu'il aurait de toute façon bien eu du mal à manier--, la pointe à quelques centimètres du visage de Jilhad qui lui semblait insensible à cette apparition. Toujours en position de chien battu, il ne cessait de gémir. Une voix grave, posée et rocailleuse s'éleva du casque :

Marchand Jilhad, vous vous êtes dérobé à la surveillance de vos gardiens et avez quitté un lieu où vous aviez l'obligation de rester. Levez-vous et suivez-nous.


L'autre, bien entendu, ne bougea pas. D'un signe de tête, celui qui semblait être le chef intima à deux de ses hommes de transporter le fautif, ce qu'ils s'empressèrent de faire, même si le verbe "trainer" convenait mieux. Quelques secondes plus tard, la petite troupe quittait le bureau du Gardien du Port sans un mot. Seul leur commandant resta. C'est à cet instant que Egan et Ugan apparurent dans l'embrasure de la porte, la mine désolée et une expression d'impuissance. Il n'avaient rien pu faire. Mais allez savoir si cette explication suffirait à leur supérieur... Le dernier des gardes prit la parole :

Seigneur Eordoc, Ralya...

Déjà une information : c'était un garde de la cité. Comment le savoir? Très simple : il n'avait pas donné le grade du Gardien du Port. En outre, l'homme se contentait de regarder Eordoc et semblait ignorer Ralya. Les rares regards qu'il dardait sur ce dernier étaient évasifs. Fallait-il y voir une certaine crainte ou du simple dédain? Peut-être les deux...

L'ordre de l'arrestation de Jilhad vient directement du Capitaine. Il l'a émise dès qu'il a appris l'évasion du marchand. Cela semble confirmer sa culpabilité. Votre enquête s'arrête don ici. Encore une fois, ordre du capitaine... Puis-je disposer?

Cette unique question défiait toutes les lois de la hiérarchie. En effet tout bon soldat se serait contenté d'attendre que l'ordre de repos vienne directement du supérieur, sans qu'on ait à le lui demander.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Lun 23 Juin 2008 - 20:35
D'un signe de tête et d'un geste hâtif de dédain, Eodroc congédia le dernier des gardes... l'autre s'sortit de la pièce.

Les lois de la hiérarchie, il s'en moquait éperdumment lorsqu'il était en présence d'un grade inférieur. Ce n'était pas le cas avec un officier, où il en tenait alors compte, et même au-delà du raisonnable: un esprit rusé et une voix mielleuse, voilà ce qu'il était.

D'ailleurs, la situation lui sortait toutes ces idées de la tête: l'enquête se portait mal, elle devenait impossible. Jilhad en prison, nul moyen de l'interroger, surtout si le Capitaine ordonnait de stopper l'investigation. Tout espoir de faire un coup d'éclat avait disparu: aucun ne pouvait les aider, à présent, et si le commerçant avait des complices, ceux-ci resteraient en liberté... Quel malheur!

"Tout cela à cause de ce maudit Cap..."

Tout à coup, il s'aperçut qu'il exprimait son idée à haute voix. Ca n'était guère sage, d'autant plus que les gardes ne se trouvaient encore dans les alentours, partis depuis très peu de temps... Eodroc se tut, jetant un regard circulaire circonspect, mais il n'en pensa pas moins. Un plan germa derrière ses yeux globuleux. Il se plaça à l'entrée et héla le dernier garde, qui courait, s'éloignant du quartier du port, alors que ses compagnons avaient disparus avec Jilhad. L'autre revint sur ses pas, et Eodroc lui glissa ces quelques mots à l'oreille:

"Dis-moi, mon gars... les salaires des gardes ne sont pas terribles, hein? T'as besoin d'argent?"




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Lun 23 Juin 2008 - 20:59
D'abord perplexe suite à l'arrivée des gardes du Capitaine, le Gardien du Port aurait pu jeter à nu l'acier de sa lame sur cet insolent. Il jeta le pauvre rongeur qu'il tenait dans les mains à l'un des gardes qui avait osé posé la main sur son épaule en s'étant espéré menaçant.

Mais tout aussi raisonable qu'il était, sa fureur demeurat en lui. Néanmoins seul un homme extrèmement intelligent, où à l'opposé dans un état de désespoir total aurait pu apercevoir le trouble de Ralya. Au moins il était sur qu'il n'échapperait pas à Eodroc. Et quand ce dernier jura contre son bien-aimé, bienfaiteur, respecté et respectueux, cette chair à catin de Capitaine le sourire de Ralya s'étira. Et quand Eodroc eut fini de corrompre le dernier des gardes pour s'offrir son silence. Le Gardien du Port se tourna vers l'homme de la Garde, s'il l'était encore.

"Sommes nous enfin du même bord Eodroc? Voyez vous enfin ce Capitaine de pacotille enfin sous son vrai jour, un profiteur voilà ce qu'il est. Et son pouvoir lui donne bien des droits. Mais il est allé au dela de son devoir. Si le Port se reffère à la Garde, les soldats n'avaient rien à faire ici, bafouant mon autorité si durement acquise! C'est la LOI d'Albyor, et même si peu la respecte en cette cité, il y a des choses à ne pas faire sous mes yeux."

Quelque peu fier de sa tirade Ralya claqua violement la porte de son bureau. Et alors qu'il sortait une bouteille qui semblait enfermée dans le placard depuis des lustres, les soldats de la Garde s'éloignaient avec Jilhad.

"Un verre Eodroc?" fit le Gardien du Port en tirant deux gobelets de son bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mar 24 Juin 2008 - 8:58
Tous les gardes avaient finalement pris la route de la prison, ou du bureau du Capitaine pour finir ensuite en prison... enfin dans les deux cas son sort finissait par être le même, bon nombre de secrets pouriraient dans un cachot... et le grand capitaine récolterait tous les honneurs, comme à l'habitude.

Mais, aussi mauvaise que la situation puisse paraître pour nos deux investigateurs, Eodroc partit d'un grand rire, réjouis mais non moqueur, à la fin du discours du gardien des eaux:

"Vous essayez de me monter contre mon capitaine Ralya?! Mais que croyez-vous que j'ai sussuré à l'oreille du garde qui partit en dernier? Vous pensez vraiment que j'ai vidé une bonne partie de ma bourse pour son silence?"

Son rire passa, et, devant les yeux interrogateurs de Ralya, l'ancien garde éclaira ses paroles de quelques explications...

"Vous avez toujours, mon ami, détesté la garde et son capitaine plus que tout autre tête. Et pour cette personne, je commence à ressentir la même haiune que vous, si cela est possible. Alors... un marchand libéré et manipulé par nos soins... un capitaine rendu coupable... le bon Eodroc prend sa place et ne saura oublier l'aide de son camarade investigateur... maître des docks, cela vous conviendrait-il?"

Réfléchissant, le gardien du port sortit deux verres et une bouteille de liqueur.

"Trois quarts! fit Eodroc"

Leurs verres furent emplis d'un liquide fort et de teinte indéfinissable, peut-être un marronpeu soutenu...

Ils trinquèrent.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une Entrevue tendue...
» Anons (Entrevue avec Amaral Duclona - Radio Optimum)
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» demande d' entrevue avec Monseigneur Bushiro
» L'agneau et le Loup, Entrevue Secrète [PV Karin x Keisuke : Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Les Royaumes Orientaux :: Rhûn :: Albyor :: La Ville Sombre-
Sauter vers: