Renouvellement d'un vieux lien de vassalité...

Aller en bas 
Matthew Glandser
Capitaine de la flotte du Gondor
Capitaine de la flotte du Gondor
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 29

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine
- -: 23 ans
- -:

Dim 15 Juin 2008 - 17:46
Le crépuscule tombait lentement sur la fière et orgueilleuse cité de Minas Tirith. Alors que l'activité dans la ville décroissait, les gardes de la cité, las d'une nouvelle journée de garde, attendaient le moment pour fermer les lourdes portes, signifiant le couvre-feu. Mais, les guetteurs en haut des murailles lâchèrent un cri et le poste de garde indolent s'anima rapidement. apparemment, une troupe armée s'approchait à vive allure des murailles et la prudence étant mère de sureté, mieux valait que les hommes soient prêts.
D'autant que la journée était lourde, sans vent, et que les armoiries de la troupe n'était pas visible, pendant de manière inerte à la hampe des lances.

Mais, au fur et à mesure que la troupe se rapprocha, la tension diminua, les hommes reconnaissant des couleurs amis, bien que rares en ville. Cette troupe en arme était celle des Von Zismagen, et si elle provoquait beaucoup de poussière, c'était que la pluie n'était pas tombée depuis un moment en ce riche été (HRP: j'espère ne pas dire de bêtises, prévenez moi si c'est le cas,je débute ici). Les cavaliers arrivèrent enfin aux splendides portes de la cité et l'officier de garde s'approcha pour remplir son office.

La troupe était composée d'une dizaine de cavaliers, tous en armures du Gondor mais frappée aux armes de la maison. Les tenues portaient sur elles la pousière du voyage tandis que les chevaux étaient couverts d'écume, signe de la longueur du trajet. Malgré tout, il se dégageait de cette troupe un sentiment de discipline et d'indifférence qui faisait froid dans le dos. Mais après tout, qu'attendre d'autre de la part de la famille centenaire des Von Zismagen dont la seule fierté était celle de porter les armes toujours et en tout lieu?

Du centre du groupe, une voix grognarde et forte s'éleva, faisant sursauter l'officier qui avait commencé à converser avec le porteur de l'étendard, habituellement le hérault de la noblesse.

"Encore un contrôle? Mais c'est une manie. Même quand j'étais simple soldat à l'armée on ne me contrôlait pas autant. Fiche et fouchtre, envoie moi **** ce fonctionnaire."

Le porte-bannière soupira et se penchant vers l'officier,il lui murmura:

"Excusez mon vieux père officier. Le voyage a beaucoup fatigué le comte Von Zismagen et ..."

"Qu'est ce que tu murmure encore graine de voyou?"

"Rien père, je lui explique simplement ce que nous faisons ici."

"Et bien dépêches toi. Plus vite on les laissera derrière, et plus vite on sera à l'auberge. Voilà deux semaines que je n'ai pas senti le corps d'une femme contre moi."

Le porte-bannière grimaça puis revint à l'officier:

"Le comte est simplement venu faire acte d'allégeance à notre souverain. Pourriez-vous nous indiquer une auberge pour la nuit et faire prévenir le responsable des audiences royales?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/
Hadhod
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3180
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Lun 16 Juin 2008 - 9:38
L'officier fronssa les sourcils lorsqu'il entendit une voix sonore et quelque peu désagréable emplir l'air doux de la fin du jour et parvenir à ses oreilles. Il avait déjà ouï un parler similaire, il y a quelques années, et au nom de Von Zismagen, le souvenir lui revint.
Son expression de méfiance passa, faisant place à un léger sourire. Décidément, le vieux comte paraissait toujours aussi bourru avec ses hommes...

"Fermez les portes! hurla l'officier aux servants de la garde... Nul ne rentrera plus aujourd'hui; il se fait tard."

Les autres s'éxécutèrent, et, après un moment d'effort, les battants de la lourde porte de Minas Tirith se refermèrent totalement, non sans bruit. L'officier se retourna ensuite vers le porte-étendard... et pour cause, il n'avait nulle envie d'affronter le visage sévère du Comte et ses paroles peu courtoises.
Si les seigneurs du Gondor voulaient d'un tel vassal, eh bien, à leur guise! Qu'il parte en vitesse et disparaisse dans les ruelles innombrables de la Cité des Rois, lui et toute sa troupe en armes. Ainsi parla-t-il au soit-disant fils de Von Zismagen:

"Vous trouverez une auberge au niveau la plus bas de la Cité, dans cette direction, à quelques minutes à dos de cheval."

Il pointa du doigt le Sud de la Cité, où les derniers rayons du soleil couchant venaient teinter de rouge le haut des tours blanches et immaculées de Minas Tirith. L'officier continua:

"C'est une auberge réputée, mais quant à savoir s'ils auront de la place pour une troupe comme vous... c'est une autre affaire."

Mais, à la demande d'audience royale, l'officier éclata d'un ricanement bruyant et fort irrespectueux. Quand il se fut calmé, il s'adressa d'une voix forte afin d'être entendu à la fois du Comte, de son fils, et de tous ses cavaliers:

"Le Roi s'en est allé! L'Intendant s'en est allé! Vous ne pourrez donc pas rencontrer Ses Altesses Méphisto et Radamanthe, sinon en faisant un voyage d'innombrables lieues vers le Nord, et vers la guerre! Il se foutraient bien de ma figure, là-haut, si j'envoyais un messager prévenir d'une demande d'audience. Les temps ne sont pas à cela. Mais allez-y, au plus haut de la Cité se trouve le Palais Royal; peut-être qu'un conseiller de quelque sorte pourra vous répondre et juger ce qu'il y a lieu de faire pour ce renouvellement de vassalité."

L'officier de la garde espérait que tous ces Von Zismagen n'allaient pas le contraindre à des débats interminables... il en avait sa dose pour cette journée, et un repos bien mérité l'attendait. La garde de nuit irait à d'autres...

Dans l'attente de la décision du Comte, et n'osant croiser le regard de ce dernier, le chef des gardes caressait machinelement et nerveusement sa barbe brune et peu fournie. Le silence qui suivit était interminable...




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Glandser
Capitaine de la flotte du Gondor
Capitaine de la flotte du Gondor
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 29

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine
- -: 23 ans
- -:

Lun 16 Juin 2008 - 18:47
Derrière les cavaliers,les lourdes portes de Minas Tirith se refermèrent,créant une forte obscurité dans la cour,la porte étant très haute et très large.Le fracas fut monumental et l'on pouvait comprendre aisément qu'il y est peu d'habitations autres que les corps de gardes aux alentours.Un tel fracas le matin et le soir en plus de l'agitation des allées et venues dans la cité suffirait à rendre fou n'importe quel honnête citoyen.

Une fois le fracas retombé,et alors que l'officier indiquait à un des fils du comte une auberge à peu près convenable,Heinrich se tourna vers un de ses hommes qui en réalité,était une femme.


"Aide moi à descendre femme,je déteste rester à l'arrêt avec un cheval.Et toi aussi fils."

Deux autres enfants du comte (mais combien en avait-il au juste?),mirent pied à terre et aidèrent leur vieux père à descendre.Si le comte détestait devoir dépendre de quelqu'un,il était bien obligé de s'abaisser à solliciter l'aide de ses enfants pour monter et descendre de cheval.Depuis ce maudit accident,sa jambe refusait de se plier.L'opération semblait délicate car le vieil homme était en armure intégrale mais la force de l'habitude en ôta tout de qu'elle pouvait avoir de disgracieux et déplaisant.Une fois les duex pieds campés au sol,sa canne au poing,le Comte lâcha un claquement de langue satisfait et contempla les façades de la cité autour de lui.

"Voyez enfants ce que les hommes ont su faire de plus beau.Une cité aux défenses parfaites et à l'architecture inégalable.S'il y en a pour vous dire que notre savoir vient des nains,riez leur bien fort a nez.Jamais un courte-queue n'est capable d'allier ainsi une telle résistance et une telle estéthique."

Le Comte cracha par terre.

"Mais dommage que ces maudits oreilles pointues soient venus se mêler de nos affaires.Quelle bêtise que des arbres dans une cité de pierre.Et puis,il n'y a rien de plus inutile que des fleurs au balcon.Est-ce peut être avec des fleurs que nos ancêtres ont accueillis les orcs?"

Les membres de l'escorte ne relevèrent pas ce discours raciste et provocateur qu'adorait le vieil homme,témoignant de leur patience infinie pour les comportements étranges du Comte.C'est à ce moment là que la voix de l'officier,légèrement moqueuse et méprisante s'éleva dans l'air du soir,annonçant au Comte qu'il avait voyagé en vain.Le silence qui suivit fut long et très très chargé.
Le porte-étendard osait à peine respirer.Bon sang,pourquoi ce maudit officier n'avait-il pas eu la décence de continuer à s'adresser à lui?Au moins,le Comte se serait-il énervé autour d'une bonne bière alors que là,il était probable que ce n'était pas ce soir que les enfants du Comte pourraient manger chaud.Effectivement,le vieux Comte,le visage dur et fermé,se dirigea de son pas claudiquant vers le garde.Mais très loin de diminuer la prestance du vieil homme,la canne qui résonnait sur les pavés et le dos droit et fier du Comte contribuait à le rendre encore plus menaçant et terrifiant qu'il n'était déjà.Quand il fut face à l'officier,le contemplant droit dans les yeux,le Comte resta silencieux un moment de plus puis cria soudainement:


"Section!Garde à vous!"


La voix était tellement chargé de conviction,de volonté et avait ce petit quelque chose qui vous rappelle le sergent instructeur que les hommes de la Porte se sentirent obliger de se redresser quelque peu.

"Je n'ai jamais compris comment être un garde de la citadelle pouvait représenter un honneur pour vous.A peine si vous avez connu la guerre et vous parlez comme si tout vous étiez dû.Remerciez les Valars de n'avoir jamais servi sous mes ordres officier,vous n'auriez pas tenu trois jours."

Crachant au pied de l'officier,le Comte se retourna vers ses enfants et leur dit:

"Soldats,direction l'auberge.Ce soir,on pourra boire quelque chose."


Le comte remonta en selle,aidé de deux de ses enfants,et sa troupe se dirigea dans la direction indiquer par l'officier.Lorsque le Comte passa à ses côtés,l'officier cru bien entendre "imbécile" mais c'était tellement léger qu'il crut avoir rêver.Enfin,désormais,les Von Zismagen avaient passé le coin de la rue et l'officier pouvait être tranquille.Si c'était le cas aujourd'hui,qu'il ne se fasse pas d'illusion,le Comte ne l'oublierait pas.Se tournant vers deux de ses fils,il leur dit:

"Henri et Helmut,vous aller me surveiller ce maudit officier.Une fois que vous saurez où il loge et son nom,vous me rejoindrez.Il ne sera aps dit qu'un maudit garde de la citadelle a manqué de respect à un Von Zismagen."

Les deux fils hochèrent la tête et laissant leur monture à leur frères et soeurs,remontèrent la rue pour accomplirent leur besogne.


HRP:Suite à l'auberge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpglordoftherings.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FINI] Un vieux lien entre deux vieux fous (pv Beren)
» [UploadHero] Les Vieux de la vieille [DVDRiP]
» Lien au vieux site
» LE PRESIDENT EST TROP VIEUX ,TROP MALADE TROP COQUIN POUR L''EXIL ET LA RETRAITE
» URGENT! TJS PERSONNE PR 7 beaux vieux minous suite décès, 67

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Minas Tirith et Gondor - :: Les Ruelles du Premier Cercle-
Sauter vers: