La Dernière Marche

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 2977
Age : 25
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

Dim 7 Sep 2008 - 14:13
Forlong, le coeur toujours lourd suite aux nouvelles tragiques, retrouva enfin le campement des hommes qui etaient auparavant sous la commande de Halbarad.
Il s'approcha d'un feu autour du quel etait assis un groupe de dunedain, apparemment des veterans. Ils ne paraissaient pas tres joyeux, apparemment eux aussi avaient entendus les nouvelles de la mort de leur capitaine.
Forlong parla, s'arretant en face des soldats:

-Salutations, dunedain. Puis je me joindre a vous?

Les hommes le regarderent, un peu etonnes. Finalement, le plus age d'entre eux, apparemment leur dirigeant, repondit:

-Sois le bienvenu parmis nous, dunadan.

Le capitaine s'asseya, puis, sentant sur lui les regards curieux des soldats, prit a nouveau la parole:

-Je me nomme Forlong Neldoreth, capitaine aux services du roi Aldarion. J'etais un ami de Halbarad Dunadan, et sa mort a remplie mon coeur de tristesse. Cependant nous sommes en guerre, et nous n'avons point le temps pour les larmes. Nous devons combattre les ennemis, venger Halbarad, et chasser les suderons de nos terres.
Le roi Aldarion m'a ordonne de prendre commandement de cette unite, et je vous menerai au combat, jusqu'a la victoire.

Les dunedain regardaient Forlong, etonnes. Ils ne s'attendaient pas que cet homme, vetu de vetements de cuir uses, pourrait etre un capitaine du roi. Le plus age des dunedain fut a nouveau celui qui repondit:

-Ainsi tu seras l'homme qui remplacera le brave Halbarad Dunadan. Je me nomme Berenghir, et je suis sergeant de l'infanterie. L'homme a ma droite se nomme Felix, il est lieutenant dans l'unite des chars.

Berenghir presenta au capitaine tous les hommes assis autour du feu, et Forlong essaya de retenir tous les noms. Lorsque la presentation prit fin, le capitaine sortit un sac de cuir remplit de vin. Il le passa a ses compagnons, disant:

-Le vin rechauffera notre chair et nos coeurs par cette nuit froide. Buvons en memoire du brave Halbarad Dunadan, et buvons pour la victoire.


Lorsque tout le monde se servit, Forlong dit a Felix:

-J'aimerai connaitre des informations concernant les chars. Quelle est leur vitesse, leur construction, la tactique que vous utilisez?


-Les chars sont une nouveaute dans notre armee, capitaine, cependant nous avons eu l'occasion de les tester plusieurs fois. Ils ont etes costruits par les elfes, donc ils sont a la fois legers et solides.
Ils ne sont naturellement pas aussi rapides qu'un cavalier au gallop, mais beaucoup plus rapide qu'un homme qui court.
Il existe plusieurs tactiques... dans des combats contre des bandes d'orcs ou de bandits, nous avons l'habitude de les encercler, les tirer dessus, puis charger de tous les cotes.
Cependant, il est impossible d'entourer une armee de plusieurs dizaines de milliers avec 250 chars. En plus, un char est beaucoup moins adapte a la charge que la cavalerie du Rohan ou de Dol Amroth. Ils sont par contre parfaits pour la poursuite. Leur construction legere leur permet de tourner tres rapidement, et les chevaux ont suivis un long entrainement, les rendant parfaitement obeissants a la voix du conducteur. Donc, je pense que notre avantage seront toutes sortes de manoueuvres, servant a provoquer et tromper l'ennemi.

Le capitaine Forlong ecoutait attentivement, gravant les informations dans sa memoire. Il devait reflechir a une tactique efficace...

La conversation entre les dunedain dura pendant des longues heures, et des liens d'amitie commencerent a se developper entre le capitaine et ses hommes.



Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Radamanthe
Emir de Harondor - Prince d'Ithilien
Emir de Harondor - Prince d'Ithilien
avatar

Nombre de messages : 3565
Localisation : Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 53 ans
- -:

Dim 7 Sep 2008 - 15:26
L'Intendant fronça les sourcils en voyant un autre nain coller une baffe à un de ceux qui venait de parler. Ils n'allaient quand même pas se mettre à se taper dessus, maintenant, se dit-il. Mais ils en restèrent et la pensée que la maldroitesse de l'autre lui valait bien cette petite réprimande lui vint à l'esprit. Il se surprit même à apprécier le fait qu'ils importe le premier nain qui avait parlé ailleurs. Il n'était certaineemnt pas en état de mener la moindre discussion...

Radamanthe écouta attentivement les paroles de celui qui venait de se présenter devant lui, enfin quelqu'un qui n'ait pas l'air incompétent... Il nota en etendant le nom de la Cité que la Roi Aldarion avait raison.

"Tronjheim... De tous les Royaumes Nains, c'est sans doute celui qui m'est le plus inconnu... Bien, j'oublierai les étranges manières de vos compagnons de route, quelle que soit la raison de leur comportement."

Il jeta un dernier aux autres nains. Comment avaient-ils pu arriver jusque-là avec de tels maladroits dans leur groupe ? C'était sans doute un miracle qu'ils ne se soient pas fourvoyés et dirigés vers Carn Dûm...

"Soyez remerciez du l'aide que vous apportez. Mais à vrai dire, je suis assez étonné... Je n'ai jamais entendu dire que les nains soient particulièrement enclins à quitter lerus domaines, surtout pour le moment... Au fait, combien êtes-vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Dim 7 Sep 2008 - 17:19

Un homme s'approcha de Manwe.

- Je suis Lunidel, capitaine de la garde Royale... Malheureusement, Aldarion ne peut vous recevoir. La bataille va bientot débuter et nous devons préparer au maximun l'affrontement...

Il affichait un sourire sincèrement désolé.

- Je pourrais vous guider, mais comme vous vous en doutez , je manque également de temps... Malgré tout je peux vous redirigez vers votre officier... Vous me semblez être un Rodeur.. Allez donc parlez au Capitaine Forlong, il vous aidera sans aucun doute à trouvez vos marque et trouvera de l'équipement si vous en avez besoin..

Sans attendre de réponse, Lunidel salua Manwe et retourna dans la tente royale.


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nidnama
Intendant de Lothlórien - Maître Guérisseur
avatar

Nombre de messages : 803
Age : 26
Localisation : Ailleurs sans doute puisque tu ne me vois pas...
Rôle : Guérisseur, Elnaith de la maison de la harpe (et accessoirement Elaïne)

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 172 ans
- -:

Dim 7 Sep 2008 - 17:36
Nidnama s’apprêtait à continuer sur sa lancée lorsque le pan de sa tente se souleva pour laisser entre Laurelin… Aussitôt il fit signe à l’un de ses assistants de récupérer Maegethir et de s’en occuper au mieux… Et sur place. Il se dirigea ensuite sans un mot vers les lames rapportées par le seigneur… Il examina les deux qui étaient à l’écart, laissant la troisième après seulement un regard… l’une d’entre elles était enduite d’un poison puissant qui aurait pu correspondre mais la forme légèrement crénelée de sa lame prouvait que l’arme n’était de toute manière pas la bonne : elle n’avait pas pu infliger cette coupure…

Laurelin, derrière lui, s’afférait au chevet de Silivrien… Le guérisseur préféra ne pas lui répondre car il savait que rien ne pourrait le soulager… Et qu’il devait à tout prix se concentrer… Il retourna à la deuxième lame, celle qui lui semblait être la bonne… Cependant une caractéristique le frappa : le tranchant était émoussé… Bien trop pour avoir fait cette blessure… Aussi se tourna-t-il vers la dernière…

C’est à cet instant qu’il sentit quelque chose effleurer son esprit… Une présence extérieure…Qui s’infiltrait en Silivrien…

Aussitôt, Nidnama se rétracta sur lui même mais il entendit bientôt Laurelin prendre la parole… Il lui répondit sur un ton glacial, plantant des yeux fulminant de la colère due au stress et à la peur dans ceux du seigneur elfe :

- Vous seriez n’importe qui d’autre vous seriez déjà allongé a terre à vous vider de votre sang es-ce clair ?!? Je sait parfaitement ce qu’il en est, soyez rassuré. Et si je perçoit ne serai-ce qu’une fois et seulement un effleurement entre vos deux esprit pendant qu’elle est inconsciente et sans que j’ai été prévenu, seule l’amitié qu’elle vous porte vous gardera un vie ! Clar ?? A présent laissez moi officier et elle sera sauve. Restez prés d’elle si vous voulez mais ne me gênez plus !!

La tirade du maître guérisseur laissa tous les aides pantois… Ils n’avaient jamais eu l’occasion d’entendre Nidnama élever la voix sous l’effet de la colère… Chose exceptionnelle et terriblement impressionnante venant d’une personne réellement capable de vous planter un poignard mortel en tout point de votre anatomie en quelques secondes…

Sans un mot de plus, Nidnama retourna au cimeterre… Plus un son ne franchisait les lèvres d’un seul aide dans la tente… Un rapide examen lui apprit que la lame était recouverte d’un poison tout à fait étonnant : il s’en était douté seulement en regardant sa teinte bleutée… Un poison mortel… Et rapide… Donc pas le bon… Par acquit de conscience, Nidnama porta la lame à ses lèvres pour goûter… Et poussa un hoquet de surprise : le poison n’était pas pur ! Le léger goût d’amande tout à fait caractéristique d’un autre poison était présent…

* Faut-il être idiot ? Mélanger ces deux poisons… S’il ne l’avait pas fait, elle serait déjà morte… Et il ne lui est pas venu à l’esprit qu’il mélangeait deux poisons opposés ? Enfin… Si on tient compte de cela… Ça correspond… Et ça explique ces spasmes… Plus qu’a préparer les antidotes… En faisant attention au dosage…

Sur ces pensées, Nidnama interpella l’un de ses aides pour qu’il lui apporte les deux antidotes… Il jeta un œil à Maegethir qui avait déjà été bandée et qu’on nourrissait… Il remercie celui qui s’occupait d’elle puis retourna à Laurelin, conscient d’avoir été un peu brusque… Mais il avait vraiment été effrayé par cette intrusion…

[i][b]- C’est bon… J’ai trouvé…[i]


La nuit qui soigne et guérit…
La folie qui m’accompagne…
Et jamais ne m’a trahit…


"Champagne, Jaques Higelin"

Mellon Elencύ tir du
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rômrhun
Ambassadeur
Ambassadeur
avatar

Nombre de messages : 277
Age : 27
Localisation : Somewhere, Over The Rainbow

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain
- -: 52 ans
- -:

Dim 7 Sep 2008 - 19:17
Je ne me laissai pas démonter par ma tentative manquer de pouvoir parler au Roi Aldarion, d'autres occasions, en des temps meilleurs probablement, se représenteraient.

Je devais donc trouver le capitaine Forlong. Je me renseignait donc auprès de différents groupes de soldats, essayant d'apprendre où il se trouvait, mais également de savoir qui il était. J'appris donc que c'était un Dunedain, ce qui faciliterait quelque peu le contact avec lui, car j'était moi-même de haute lignée. J'entendis également des murmures sur mon passage, qui disaient qu'un certain Halbarad avaient été tué au cours de je-ne-sais quelle mission, et que Forlong, son ami, avait été chargé de le remplacer à la tête d'une partie des troupes.

Malheureusement pour moi, j'arrivais dans un moment pénible, la bataille n'avait pas encore commencé, et dèjà certains capitaines des Peuples Libres étaient tombés. J'espérais que celà ne jouerait pas contre mon intégration dans les troupes, car certains sont prompts à penser que ce sont les étrangers qui apportent les ténèbres.

Je me faufilait donc entre les soldats, regroupés autour des feux, la tête basse, pensant déjà sans doute au combat à venir, ou se remémorant des lieux ou des personnes qui avaient marqués leurs vies, et qu'ils n'auraient pour beaucoup plus jamais l'occasion de revoir. Il m'est arrivé également de penser aux miens, à ma terre, mais tout celà à disparut depuis bien longtemps, et la mort ne me fait plus peur. Je ne souhaite toutefois pas mourrir trop vite, car ma quête n'est pas accomplie encore.

Finalement je le vit, aisément reconnaisable malgré la description sommaire que l'on m'en avait faite : "Un grand Homme aux cheveux blancs, vêtu de cuir." L'apercevant dans un groupe de soldats à l'air abbatu, et qui buvaient tristement, je me dirigeais vers Forlong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 2977
Age : 25
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

Dim 7 Sep 2008 - 20:28
HRP Mon Seigneur,Tar-Aldarion Anglareb, Roi d'Arnor, Duc d'Annuminàs, Duc de Fornost, Prince de Gondor,
Généralissime de l'armée d'Arnor,je tiens a vous rappeller que dix lignes minimum sont demandees sur ce forum, dans les posts RP. Et les lignes qu'occupent les images ne comptent pas! Ainsi, si vous ne vous ameliorez pas, je devrai avertir l'equipe d'administration pour qu'elle prenne des initiatives adequates!
s6 HRP

Forlong leva sa tete, en voyant une silhouette s'approcher du feu. C'etait un dunadan, les traits du visage, la couleur des cheveux, et le teint detruit par les vents du nord ne laissaient aucun doute. Le regard de l'etranger se posa sur le capitaine, et on pouvait voir que Forlong etait la personne qu'il cherchait.
Le dunadan aux cheveux blancs sourit legerement, et dit:

-Salutations, dunadan. Cherches tu quelque chose de particulier, ou juste un feu et une gorgee de vin pour te rechauffer? Dans les deux cas, soit le bienvenu parmis nous. Je me nomme Forlong Neldoreth.


Il fit un geste de son bras, invitant le dunadan a s'asseoir, lorsqu'un son clair remplit l'air froid.
C'etait le cor de l'Arnor, appellant tous les soldats au rassemblant. Les appellant a la bataille. Les appellant a affronter leur destin dans le plus grand affrontement du quatrieme age.
Les hommes se leverent rapidement, les visages serieux. Felix, le lieutenant de l'unite de chariots, et quelques uns de ses hommes, se precipiterent vers leurs quartiers, pour preparer les vehicules au combat. Le sergeant Berenghir, et les dunedain restants regarderent leur capitaine, en attendant les ordres.

Forlong dit, apres un court instant de reflexion:

-Berenghir, envoies des messagers pour rassembler tous les rangers.

Dans quinze minutes, je veux voir tout le monde ici.

Berenghir donna des ordres aux differents rangers, et bientot plus que Forlong et Manwe restaient sur place.
Le capitaine aux cheveux blancs eteigna le feu; des longues annees de vie de voyageur ont fait que c'est devenu presque un reflexe.
Ensuite il se tourna vers Manwe, et dit:

-Alors, dunadan, je t'ecoute.

HRP je sais pas si tu souhaites repondre ici ou tout de suite dans le sujet du prologue. HRP



Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Silivrien
Dame d'Elostirion
Dame d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 548
Age : 55
Localisation : Dans une des Tours ou aux alentours...
Rôle : Gardienne des Tours Blanches

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe de Fondcombe
- -: 319 ans
- -:

Dim 7 Sep 2008 - 21:48
L'état de Silivrien n'évoluait guère, ni dans un sens, ni dans l'autre. Elle était toujours aussi pâle, et passait par d'intenses accès de fièvre, qui pouvaient faire passer son corps d'une froideur mortelle à la chaleur d'une forge en quelques minutes. Malgré les préparatifs de la bataille finale, Laurelin et Nidnama la veillaient dés qu'ils en avaient la possibilité, le reste des soins étant assuré par les aides de son confrère et ami. Parmi les pensionnaires des tentes de guérison, Silivrien faisait office d'invitée de marque, un privilège dont elle se serait bien passée. Dans un de ses rares moments de conscience, elle surprit l'Elnaith de la Harpe qui, assis près d'elle, s'était vaguement assoupi, pour peu que ce terme soit vraiment approprié pour un Elfe. Elle lui posa une main tremblante sur le bras, tout en le fixant d'un regard vitreux, et lui murmura d'une voix faible et mal assurée...

-Ni...Nidnama...nous avons échoué...Ils on été suivis,...et Hal...Halbarad...il est mort...nous n'aurions jamais dû...

Soudain, ses yeux se révulsèrent, et elle plongea de nouveau dans un sommeil comateux, peuplé sans nul doute des pires cauchemars...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-passe.net
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Lun 8 Sep 2008 - 12:27
Laurelin sorti de la transe profonde dans laquelle il était plongé depuis plusieurs minutes. Il eut la sensation de sortir d'une brume opaque et froide. Ses pensées s'étaient misent à divaguées dans les méandres du labyrinthe dans lequel l'esprit de Silivrien s'était égaré. La main posée sur le front de l'Elnaith, il avait aperçut deux petits éclats de lumières, au loin, qui semblaient se battre contre des éléments contraires, comme les deux ailes d'une phalène qui chercherait à dominer des rafales d'un vent trop fort pour elles. Il progressait lentement vers les lumières, répétant d'une voix douce le nom de Silivrien. Il avait juste à joindre sa force à celle du frèle papillon de nuit et lui montrer le chemin pour revenir. Il y était presque ... Les deux petites lumières étaient toutes proches et il les voyaient distinctement à présent. C'étaient les yeux de Silivrien. Ils semblaient briller d'un éclat plus intense comme heureux de voir apparaître enfin celui qu'ils attendaient.
Brusquement, ils se ternirent, ...

Une voix venait de lui enlever de sa concentration. C'était celle de Nidnama. Il était trop tard pour tout recommencer à présent ...

Laurelin soutint le regard furieux du guérisseur sans sourciller le laissant terminer sa diatribe puis, d'une voix calme il lui répondit :

- Vous devriez garder votre sang froid Nidnama, surtout à présent ... Et cela malgré votre fatigue.
Je sais, moi aussi, exactement ce qu'il en est ... Je connais les lames soeurs mais sachez qu'aussi puissant soit le charme qui les lient, je n'ai nul besoin de cet artifice pour sentir et sonder un esprit ... Il serait peu sage et imprudent de votre part de douter de mes capacités ...


Ses yeux brillèrent l'espace d'un instant, mais il ajouta d'une voix douce :

- Il n'y a pas danger de la perdre ... En tout cas, pas pour l'instant. Le poison l'enferme dans un labyrinthe où son esprit erre sans fin. Comme un cauchemard dont on aurait du mal à se défaire. Alors, reprenez donc votre calme, ne soyez pas si présomptueux et sachez accepter l'aide qui peut vous être donnée ...

Laurelin se leva et s'inclina en direction du guérisseur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toner Ghomenar
Seigneur des Montagnes Bleues
avatar

Nombre de messages : 272
Age : 27
Localisation : Dans sa demeure...

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain
- -: 96 ans
- -:

Mer 10 Sep 2008 - 14:18
Cet homme ne connaissait donc que peu les nains... Un peu plus et Toner serait sortie des Légendes des Premiers ages... Pourquoi pas de Belegost... Enfin, il connaitrait les nains maintenant... Et en voyant Klang, ainsi que l'Ambassadeur, il n'aurait pas forcément une bonne opinion...

"En effet, monseigneur. Mon peuple est généralement peu enclin à quitter sa demeure pour aller défendre celle d'un autre. Et encore moins pour Tronjheim. Notre seigneur à privilégié durant toute son règne un renfermement de la cité pour la préserver. Nous étions en guerre contre les Gobelins, et moins l'on parlait de nos richesses, plus nous étions en sureté. "

Il repensa à toute cette époque. Celle que l'on appelé... Enfin, sa meilleur traduction serai: la Guerre des Mines...

"Mais maintenant ce temps est révolu. Notre Seigneur est vieux, et bientôt il nous quittera. La jeune génération à décider de s'ouvrir au monde et de montrer sa force. Les Gobelins nous craignent à présent dans les Montagnes. Nous allons faire goûter au reste des ennemis de notre peuple nos haches. Nous sommes donc Cinquante nains, prêt au combat. Je vais d'ailleurs me retirer pour rejoindre mes troupes. Faites moi parvenir un emplacement pour la bataille, nous serons heureux de nous y joindre..."


Puis il se retourna pour partir. Voyant l'Ambassadeur emporté au loin par deux khazads, il se retourna vers l'Intendant et lui glissa d'une voix basse:

"Il avait pour consigne de vous montrez que l'attachement des nains vous était acquis... Mais il a pris cela trop au pied de la lettre..."


Sur ceux, le Maître Hacheur tourna les talons pour préparer sa hache...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» La dernière marche.[Pv Thane.]
» Questions sur l'integration d'Haiti au marche de la CARICOM
» Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Haiti en Marche: Haiti et neo-liberalisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: L'Arnor :: Annúminas-
Sauter vers: