Revenant de promenade...

Aller en bas 
Invité
Invité



Sam 20 Sep 2008 - 9:20
Ce matin là, je revenais tranquillement de Hobbitebourg, quand les ennuis me sont tombés dessus. Enfin, ennuis, pour moi en tout cas! Mais commençons par le commencement. Je revenais donc de Hobbitebourg, où, après avoir fumé une bonne pipe avec mon grand ami Sacha Fierpied, j'ai été embêter la fille du fermier, une certaine Irisa Bolger. Je doit dire que à Hobbitebourg, il n'y a pas plus jolie qu'elle. Elle est toute mignonne avec ses cheveux courts, ses taches de rousseur et son petit nez en trompette. Et puis elle se fait tout le temps avoir par mes farces, ce qui en fait une victime parfaite.

Je m'étais donc bien amusé, et revenant chez moi aux alentours du déjeuner, je m'apprêtait à prendre un bon repas et à aller à la pêche, histoire de compléter une bonne journée. Malheureusement, je n'avais pas même passé le portillon de notre jardinet que la voix de ma chère mère se fit entendre.

"GAAAAAAAAAMMMMM! Viens ici tout de suite, j'ai du travail pour toi!!!!!!!!"

Vous ne vous rendez pas compte là comme ça, mais quand ma mère crie, on peut l'entendre à des kilomètres à la ronde (bon d'accord j'exagère un peu mais quand même!). Je décidais de tourner les talons et de revenir un peu plus tard, afin qu'elle m'oublie et confie le travail à quelqu'un d'autre. Et bien oui! Elle n'allait tout de même pas me gâcher mon après-midi de pêche!

Devinant mes pensées (elle devait surtout m'observer par une des fenêtres qui donnaient sur l'allée) elle s'écria une fois de plus :

"Et si tu ne viens pas maintenant, tu n'auras rien à manger!!!!!!!"

Quoi??? Comment pouvait-on être aussi cruel?? Empêcher son propre fils de manger, pour la seule raison qu'il ne veut pas faire un petit travail insignifiant? Dépité, je franchis le portillon, et traversais notre petit jardin en direction de la petite porte ronde qui constituait l'entrée de notre trou. Un fort joli petit trou, soit-dit en passant, tout à fait convenable.

"Je suis dans la cuisine!" m'indiqua ma mère.

Je traversais donc le couloir et la rejoint dans la cuisine, où elle préparait le repas du midi. Elle me tendis un gros paquet disant :

"Tu dois apporter ça à l'auberge du Dragon Vert, ce sont des cordes que ton père à fabriqué, quelqu'un en a besoin là-bas."

Je protestais :

"Je ne le ferais que si j'ai le droit de manger!"

Et toc dans les dents! Mais ma mère n'était pas née de la dernière pluie :

"Tu n'es pas en position de discuter, tant que tu n'a pas de travail, tu ne peux pas acheter à manger, et tu dois-donc faire ce que je veux pour être nourris. Si au moins tu aidait ton père à son atelier..."


"Mais Môman! J'aime pas les cordes, et ça m'intéresse pas ce boulot, quand j'en trouverais un bien, je travaillerais, mais pour l'instant..."

"Si au moins tu faisais semblant de chercher... Enfin bref, voilà un sandwich, quand tu sera arrivé au Dragon Vert, tu pourras manger à ta guise, voilà un peu d'argent."


Et c'est donc ainsi que je partis pour le Dragon Vert, la meilleure auberge de la Comté.


Dernière édition par Gam Rusalice le Mer 24 Sep 2008 - 12:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Sam 20 Sep 2008 - 14:01

Et comme tous les mercredi, alors qu'il était plus de onze heures aux pendules de la Comté, Hob Petiterrier tirait tranquillement et pensivement sur sa longue pipe en bois. Sa panse quelque peu rebondie mettait en valeur les boutons dorés de son gilet, tandis que sa cape vert clair délavée - trop courte - lui descendait comme à l'habitude jusqu'aux fesses. Elle lui venait de son petit frère, Rob, qui, turbulent et têtu, avait bien vite compris que cet atour faisait plutôt rire les autres.

Hob, lui, n'était pas du même tempérament: joyeu mais plus discret, gai mais quelque peu indifférent à l'égard des filles, il n'avait cure de ce que pouvaient penser le monde sur ses vêtements.

Il était, en vérité, l'arrière petit-fils du plus ou moins célèbre Robin Petiterrier, dont le nom fut consigné dans les derniers chapitres du Livre Rouge, gardé à présent par les Belenfant des Tours, descendants du "grand" Sam Gamegie le Brave. Ce fut en vérité un pur hasard qui mit Robin Petiterrier le shiriff sur la route de Frodon Saquet et de ses compagnons, mais puisqu'il se montra finalement fidèle, ce coup du sort valut à son nom d'être retenu. Pourtant, ses descendants, à l'image de Hob, n'était pas de riches gens, quoique ils ne furent pas pauvres non plus.

"Une autre pinte, je vous prie, demanda Hob à la serveuse."

Et pour cause, il venait de finir sa première bière - le fait qu'elle était effectivement la première n'est qu'une conjecture plus qu'hasardeuse, d'ailleurs.

Il menait une vie paisible, tranquille. Tout allait pour le mieux... De plus, la journée s'annonçait belle, le soleil brillait dans le ciel, et les douze coups de cloche n'allaient plus tarder. Cet après-midi, une partie de pêche l'attendait, aec un de ses amis, Gam Rusalice.

Du moins était-ce ce qui avait été convenu.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Sam 20 Sep 2008 - 17:39
Avant de prendre la direction du Dragon Vert, qui se situait à Près de l'Eau, à quelques miles de Hobbitebourg, je devais aller prévenir mon ami Hob, avec qui je devais avoir cette fameuse partie de pêche. Celà n'était pas du tout sur ma route principale, mais diantre! On me privait d'une agréable pêche, j'espérais avoir quand même le droit de prendre mon temps et flâner sur la route, tant que ma tâche était accomplie.

Je cheminais donc vers la maison de Hob, située à un quart d'heure de marche de la mienne. Il me fallait pour cela traverser un petit bois et le champ du Père Fierpied, dans lequel je chipais régulièrement des carottes et des champignons qui poussaient à côté des grands épis de blé, pour les grignoter au bord du petit étang situé dans le bois.

Pendant que je traversais le bois, je vis un petit écureuil sur une branche.

Tiens, me dis-je, voilà une occasion de vérifier que je n'ai pas perdu mes facultés de lancer.

En effet, le lancer de caillou est un domaine dans lequel les Hobbits sont fiers de pouvoir se considérer particulièrement doué, mais je ne m'y étais pas essayé depuis plusieurs années. Avisant un caillou sur le sentier que j'empruntais, je le ramassais. Il n'était pas idéal, un peu trop léger surement, mais c'était le seul qui n'était pas trop loin pour ne pas fatiguer ma faignantise. Je visai et lançai.

Mince, raté! Il a bougé! Il faut croire que les écureuils sont trop rapides pour qui n'a pas lancé depuis longtemps.

Je continuais donc ma route, passant au bord de l'étang où j'étais censé retrouver Hob.

Quel dommage, il faisait un temps idéal, et je suis sur que nous aurions eu de fort belles prises!

Je finis par sortir de la forêt. Il ne me restait plus que le champ à traverser avant d'atteindre la maison de mon ami.


Dernière édition par Gam Rusalice le Sam 20 Sep 2008 - 20:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Sam 20 Sep 2008 - 20:27
Je m'avançais donc dans le champ de blé du Père Fierpied. A cette époque de l'année, les épis étaient très hauts, et arrivaient bien au dessus de ma tête bouclée. Avant de s'engager dans ce dédale végétal, il fallait bien se repérer afin de ne pas s'égarer et de se retrouver complètement à l'opposé de l'endroit où l'on souhaite aller. Pour ma part, cela ne posait pas de problèmes, car j'avais pris ce chemin des dizaines de fois pour retrouver mon ami.

C'est donc confiant que j'écartais les premiers épis et que je m'avançais en direction du Sud. La Soleil brillait haut dans le ciel, et il faisait bon, rendant la ballade très agréable. J'attrapais un épi, et commençait à le mâchouiller, tout en passant ma main dans les grandes tiges de blé qui m'entouraient.

Soudain, j'entendis des grognements. Ils venaient de quelque part sur ma droite. Et ils se rapprochaient. J'entendais distinctement deux grognements différents, mais peut-être y en avait-il plus. Je n'avais pas la moindre idée de ce qu'étaient les bêtes cachés derrière ce mur doré, mais je hâtais le pas, tout en regardant dans la direction des bruits. Puis brusquement, ils apparurent...

Les chiens du Père Fierpied!!!!, hurlais-je intérieurement.

Enfin, si l'on pouvait appeler ça des chiens... Ils étaient tout simplement énormes, quatre bêtes monstrueuses dressées pour chasser les intrus du champ. Ils étaient connus pour leur férocité dans toute la région, mais n'ayant jamais eu affaire à eux, je ne m'en méfiait guère... J'aurais du...

Courant plus vite que je n'avais jamais couru, même lorsque l'épicier m'avait poursuivi lorsque je lui avait chippé un jambon, je zigzaguais afin de les semer. Ils étaient à mes trousses, mais je gagnais du terrain sur eux... Je ne ralentis pas pour autant.

Lorsque je m'arrêtais de courir, j'étais sorti du champ depuis bien longtemps, et les chiens avaient abandonné la poursuite. Mais je ne m'étais autorisé une pause qu'en arrivant devant une petite auberge que Hob avait l'habitude de fréquenter, exténués et en nage. Vérifiant mon sac je constatait que mon paquet n'avait pas souffert de toute cette action. Puis je m'assit à côté de la porte, afin de reprendre mon souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mar 23 Sep 2008 - 20:51
"Ted !"

...

"Ted !!!"

"Quoi ?"

"Y a quelqu'un devant l'auberge !"

"Et alors?"

"Sur le pas de la porte, je te dis!"

"Et alors, nom de nom ?!

"Eh ben fais le rentrer, il paraît bien encli à accepter une bière, non?"

"Bon..."

Tels étaient les discours entre Monsieur Ted, le tenancier de l'auberge de Lièvre d'Argent, et de sa femme, qui n'était pas prête à perdre un client potentiel.

Ted acquiessa, et la porte de la taverne s'ouvrit lentement, laissant apparaître la figure rougeode et jovial de l'aubergiste devant un halo de lumière jaune. L'athmosphère qui se répandait de l'intérieur était chaleureuse et acceuillante, sans doute à cause du feu de bois qui brûlait dans l'âtre et aux nombreux rires que provoquaient l'alcool.

"Entrez! fit le commerçant d'un ton bienveillant. Vous semblez assoiffé, nous avons la meilleure bière des alentours."

Cela était sans doute faux, celle du Dragon Vert offrait de plus grandes qualités gustatives. Néanmoins il est vrai que les pintes de Ted et de sa femmes passaient toujours bien.

Gam fut emmené presque de force à l'intérieur. De nombreux clients se trouvaient dans la salle commune, qui était d'ailleurs emplie de fumée. Hob, lui, n'en produisait pas moins que les autres.


Lorsqu'il aperçut un Gam tout rouge et tout soufflant se faire "happer" de l'autre côté du seuil par le bon, le jeune Petiterrier ne put s'empêcher d'esquisser un sourire, tout en retirant sa pipe de sa bouche pour inspirer et lancer à travers la pièce:

"Gam! Gam! Je suis là vieux camarade!"

L'adjectif n'avait rien de malveillant, au contraire. C'était plutôt un terme d'amis, une marque d'affection.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Mer 24 Sep 2008 - 12:18
Sans vraiment comprendre ce qui m'arrivait, je m'étais retrouvé à l'intérieur de l'auberge, quelques secondes seulement après m'y être assis. Et quelle ne fut pas ma surprise d'entendre Hob, assis dans son coin, m'appeler d'une voix quelque peu déformée par l'alcool. Ce devait faire un moment qu'il était là.

Le patron, qui me tenait toujours par le bras, entendit lui aussi mon ami, et dit :

"Tiens, c'est une de vos connaissances? Je vous en pris, asseyez vous à sa table pour prendre une bière bien fraiche, vous semblez en avoir besoin."

Et encore une fois, je me sentis tiré et me retrouvait assis en face de Hob, qui me souriait en tirant sur sa pipe.

" Et bah mon vieux, t'es dans un sacré état dis-moi! Qu'est ce qui a bien pu t'arriver, c'est ce que je me demande! Mais surtout, qu'est ce que tu fiche donc là, on était censé se retrouvé à l'étang après le déjeuner, et te voilà débarqué à l'auberge du village. Et puis, t'as l'air d'avoir couru pour venir, alors que t'es plutôt du genre à faire le mollasson, j'te connais!
Aller, raconte-moi tout!"


Toujours pas remis de mes émotions, je bus quelques gorgées de la bière que le patron m'avait apporté alors que je ne lui avait même pas confirmé que je la voulait.

Après un petit moment, je pus reprendre suffisamment mon souffle pour dire :

"Je suis passé par le champ du Père Fierpied, et ses chiens m'ont trouvé."
Revenir en haut Aller en bas
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Jeu 25 Sep 2008 - 19:36

Hob éclata de rire à la mention des chiens du fermier Fierpied. Ce rire n'avait pourtant rien de moqueur: les effets de l'alcool combinés à la petite mésaventure de Gam avaient provoqué ce rire venu du coeur.

"C'est donc ça! Eh bien je comprends ta hâte, dis donc... Tu as bien mérité quelques réconforts, après une telle frayeur!"

Il envoya sa chope, tenu fermement par son poing droit serré, heurter celle de son ami en un bruit sourd.

Les quatre bêtes du Père Fierpied étaient certes terrifiantes, pour un Hobbit qui plus est. C'étaient les principaux fléaux des alentours, et leur renommée était croissante. Peut-être pas autant agressifs et volumineux que ceux de Magotte le fermier, au temps jadis, oui mais... il y en avait un de plus.

Hob savait toutefois que ces animaux n'avaient d'autres buts que de protéger les cultures et le territoire de leur maître en chassant les intrus; mais jamais il ne faisait de mal réel, jamais il ne mordait profondément, sans quoi le jeune Petiterrier aurait moins ri. Il mordillaient quelquefois, mais rien de plus.

"Mais que diable faisais-tu dans les champs de Fierpied? On as pas l'habitude de te voir ici, à l'auberge, quoique tu sois davantage au Dragon Vert, non? Te serais-tu perdu?"

Hob souriait, mais la femme du gérant jeta un regard de biais au nouveau venu sans grande marque de sympathie. Elle ne dit pourtant mot. L'ami de Gam Rusalice, lui, continua gaiement:

"Je ne vois pour explications que les champignons, les choux et les patates de Fierpeton!"




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Ven 26 Sep 2008 - 11:36
J'avais enfin repris totalement mes esprits et mon souffle, et voilà que ce maudit Hob se moquait de moi! Ce n'était absolument pas son intention, mais frustré par cette mésaventure, c'est ce que je compris sur le moment. Je lui lançais donc un cinglant : "J'aurais bien aimé te voir à ma place gros benêt!"

Puis me calmant soudainement, comme à mon habitude, n'étant absolument pas rancunier, je décidais quand même de lui faire croire que j'étais vraiment fâché. Ça lui apprendrait à rire de Gam Rusalice nom d'une pipe (expression qui comme vous le savez prend tout son sens dans la Comté)!

"Et puis je te fais signaler que c'est toi que j'étais venu cherché, et j'ai d'ailleurs eu de la chance de tomber ici car il semblerait que Môssieur passe ses journées à l'auberge. Qu'est ce qui se serait passé si j'étais allé chez toi tu peut me dire?? Bon, alors la prochaine fois, tu éviteras de rigoler alors que c'est entièrement ta faute ce qui m'est arrivé! Tu sais très bien que je passe toujours par ce champ pour venir chez toi, et en plus tu oses croire que je venais seulement chercher des champignons! Je m'appelle pas Hob moi!" (Ce qui était vrai, pour le prénom, mais pour les champignons, il n'avait pas tort)

Ce discours était vraiment décousu, et la plupart était en partie faux, mais tout ce qui comptait était qu'il culpabilise un petit peu. On n'embête un Rusalice comme ça non mais! Mais je le redit une autre fois, je ne lui en voulais absolument pas, je le taquinais juste ce qu'il fallait pour me venger. Et puis, il s'en remettrait vite, je lui faisais ça tout le temps.

Il baissait la tête, cela marchait à merveille. Et je portai le coup final :

"Et tu rigoleras moins quand je te dirais ce pourquoi je suis venu!"


Il releva les yeux, intrigué...

"Je ne peux plus aller à la pêche cet après-midi"

Cette fois ci, ce fut à mon tour d'exploser de rire. Vous auriez du voir sa tête!!!
Revenir en haut Aller en bas
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 26 Sep 2008 - 18:56

Plusieurs clients, dont les tables se trouvaient non loin de celle des deux amis, se rirent de Hob sous cape en entendant le "gros benêt", puis retournèrent se concentrer à leurs occupations - qui ma fois ne demandaient pas tellement de concentration, consistant pour la plupart au fumage et au breuvage.

Suivit alors un long discours, une longue tirade de Gam, qui semblait, ma foi, fort frustré des railleries de son compagnon. Hob, lui, se doutait bien que tout ce cinéma n'était sans doute que du bluff, mais avec les Rusalice, on était sûr de rien. Il baissa donc la tête, au cas où, afin de ne pas provoquer une nouvelle colère - feinte ou non - de Gam.

"Bon, bon, bon, en compensation, tu pourras emmener les poissons que nous pêcherons cette après-midi." allait-il dire...

Mais juste avant qu'il eut pu ouvrir la bouche, l'autre lui annonçait avec un sourire malin l'annulation de la partie de pêche de cet après-midi. C'était vraiment la pire nouvelle de la journée, voire de la semaine ( à l'exception de la fois où son petit frère lui avait piqué et mangé ses deux choux à la crème, c'était... mardi soir). La mine de Hob était vraiment déconfite.

Le visage du Petiterrier mit quelques instants avant de reprendre son allure et sa couleur habituelle. On aurait dit que le ciel venait de lui tomber sur la tête. Il arriva enfin à articuler quelques mots:

"Mais... Mais... Qu'est-ce qu'y a? Pourquoi... Pourquoi est-ce que tu ne peux... pas venir?"

On lui aurait signalé l'invasion de la Comté par cent dragons crachant colère et flammes que cela serait revenu au même.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Ven 26 Sep 2008 - 19:09
Il n'en revenait pas et je dois dire que je rigolais franchement. Cette nouvelle devait être encore pire pour lui qu'elle ne l'avait été pour moi. La pêche est l'occupation favorite de Hob (après la bière et la Feuille de Longoulet bien sur) et j'imaginais le choc que cette annonce devait lui procurer. Je décidais de ne pas le faire attendre plus longtemps, ou plutôt un tout petit peu encore...

"Et bien figure toi que je travaille moi! Je ne passe plus mes journées à l'auberge comme certains faignants de ma connaissance..."

S'il avait été surpris par l'annulation de notre partie de pêche, ce n'était rien comparé à ce que je venais de lui dire.

"Quoi? Comment? bégaya-t-il, Toi, Gam Rusalice, tu... tu... Attend, redis-moi ça! Tu travailles????"Il était complètement abasourdi mais ce repris vite. "Non, c'est pas possible, je te connais trop bien, et j'y crois pas! T'es encore en train d'essayer de me mener en bateau!"

Ma parole, c'est qu'il devenait malin le bougre!

"Et bien, tu es en progrès, je ne te roules plus aussi facilement qu'avant! dis-je, Non, effectivement je ne travailles pas, mais j'ai quand même quelque chose à faire, même si c'est un peu contre mon gré. Figure toi que ma mère m'a demandé d'amener un paquet de corde de mon père à l'auberge du Dragon Vert, et que, accroches toi bien tu ne vas pas le croire, elle n'a pas voulu que j'ai un vrai repas avant de m'en être acquité. Bah oui, soit disant que j'ai pas d'emploi bla bla bla, alors j'ai pas le droit de discuter, et gna gna gna. Enfin bref, toujours est-il qu'il va me falloir deux bonnes heures pour aller là bas, et avec le retour, c'est foutu pour la pêche."

Et sur ce, assoiffé par ma longue tirade, je finis ma bière d'un grand coup et appelai le gérant.

"Patron, la même chose pour moi! Et aussi pour mon ami!"
Revenir en haut Aller en bas
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Sam 27 Sep 2008 - 9:35

Cette discussion tournait indéniablement vers du grand n'importe quoi... le fait que Gam ne puisse pas aller à la pêche était une chose, mais la raison de ce désistement en était un autre. Le travail! Assurément, les mots Gam et Travail n'allaient pas ensemble, et ils résonnaient encore dans la cervelle de Hob comme s'ils se battaient entre eux.

Quand le petit Rusalice finit par lui expliciter les détails de l'affaire, il fut soulagé... Gam n'était donc pas malade, ni passagèrement fou, mais plutôt était-il contreint de remplir une petite mission, qui en soit était simple, à ceci près que le Dragon Vert n'était pas vraiment proche.

"Oui, je crois bien que pour la pêche, c'est foutu! Mais que dirais-tu de prendre un bon petit repas ici avant de partir? Midi approche, et, même si la nourriture t'est refusée à la maison, il faut bien prendre quelques forces avant le trajet, non? Qu'en dis-tu? Et je pourrais t'accompagner. Ainsi notre après-midi ne serait pas perdues, et nous pourrions aller taquiner les poissons un autre jour. C'est que ça fais vraiment des lustres que je ne suis pas allé au Dragon Vert!"

Une semaine tout au plus. Mais il faut dire que l'occasion était trop belle, cette fois, surtout lorsqu'on dispose de l'excuse "J'ai dû accompagner un pauvre malheureux de mes amis dans un long trajet..."

Et puis la bière de là-bas était fameuse.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Sam 27 Sep 2008 - 15:52
"Haha, petit malin! Ce n'est pas que ton amitié pour moi qui te pousse à m'accompagner! Non non, ne fais pas l'innocent, j'ai vu ton regard s'illuminer à la simple mention du Dragon Vert! Mais cela ne me dérange pas, et je serais ravi d'avoir un compagnon sur cette longue route, enfin elle est longue pour moi. Mais tu as raison, avant un tel trajet, il faut prendre des forces. Et c'est toi qui payera, vu que je n'ai pas un sou pour le moment. Hola, tavernier! A boire et à manger! Allez!"

Le patron nous amena tout ce qu'il fallait à notre bonheur, mais avec une petite moue toutefois. Il n'avait guère apprécié la mention du Dragon Vert dans son établissement. Je le comprenais aisément, mais il n'avait pas de quoi s'offusquer, pas un des bistrots de la Comté ne tenait la comparaison avec l'auberge du Dragon.

Hob aussi faisait légèrement la moue, pensant à son portefeuille qui en prendrait un bon coup, mais son ventre se remplissant, il oublia vite. Il faut dire que nous étions gâtés : des rillettes, du saucisson, du gigot, des patates, des carottes, du ragout, des champignons, nous mangions assez pour six. Sans compter la bière qui coulait à flot. Nous passâmes une bonne heure à table, puis, après une enième part de gâteau rapidement engloutie, je me levai et enjoignis mon cher Hob à en faire de même.

"Allons mon bon gros Hob, il est temps de partir. Si nous passons notre journée à table, ce qui tu le sais ne me déplairait absolument pas, nous n'arriverons jamais au Dragon Vert! Allez, allons-y! Merci Aubergiste, ce repas fut fameux, je reviendrais soyez en sûr! A bientôt!"
Revenir en haut Aller en bas
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mar 30 Sep 2008 - 19:15

L'estomac de Hob s'emplissait tandis que son portefeuille diminuait proportionellement de volume. Ils mangèrent comme tout un régiment de... de quoi au juste? La Comté ne comtait guère de gens d'armes. Enfin il mangèrent tout leur content, sans se refuser aucun met, aucun aliment que le bon Ted leur proposait.

Ils durent cependant s'arrêter, repus et satisfaits.

"Gardons un peu de sous pour.. enfin pour là-bas... pour le Dragon."

Hob avait pris soin de prononcer les derniers mots d'une voix particulièrement basse, craignant les sautes d'humeur de la tenancière.

Finalement, Gam n'y avait pas perdu dans l'affaire: il avait mangé bien mieux et en plus grande quantité qu'il ne l'aurait fait chez lui, avec sa mère, et en plus avec l'argent d'un autre... Et oui, il servait d'avoir des amis. En tout cas, les deux Hobbits étaient prêts à affronter une longue marche jusqu'à l'auberge la plus fameuse de toute la Comté, où Gam devait porter les ficelles de son père.

Ils se mirent en chemin.

"La route se poursuit sans fin
Descendant de la porte où elle commença.
Maintenant, loin en avant, la route s'étire
Et je dois la suivre, si je le puis,
La parcourant d'un pied avide,
Jusqu'à ce qu'elle rejoigne quelque voix plus grande
Où se joignent maints chemins et maintes courses.
Et vers quel lieu, alors? Je ne saurais le dire."

Le soleil commençait sa lente descente vers l'ouest tandis que le Petiterrier récitait ces quelques vers en marchant à côté de son ami. Au bout de quelques secondes, il éclata de rire:

"J'espère que notre route à une fin. Et vers quel lieu alors? Je crois que je saurais le dire, moi! Et tant qu'il y aura une chope au bout, je la parcourrai d'un pas avide!"

[Suite au Dragon Vert]




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Ven 3 Oct 2008 - 21:15
Nous marchions, Hob et moi, sur la route menant au Dragon Vert. Il faisait beau, mais pas trop chaud, un temps idéal pour une petite promenade. L'un à côté de l'autre, chacun à ses pensées, celles de Hob vers la choppe qui l'attendait au Dragon, et moi même, un peu dans tout les sens comme à mon habitude. Je regardais les arbres le long de la route, les petits animaux, qui s'apercevant de notre présence au dernier moment, courraient se réfugier dans leur terrier respectif. Parfois nous passions près d'un ruisseau, et je m'attardais là, contemplant les remous de l'eau, et les poissons qui se mouvaient à leur aise dans cet élément liquide. Et dire que nous aurions du nous trouver au bord de l'étang, nos cannes à pêche à la main, et notre pipe à la bouche.

Me tournant vers Hob, je relançais la conversation.

"Tu as entendu parler de ce qui s'est passé à Bree? J'ai entendu dire qu'il y a eu de l'agitation là-bas mais à part ça... Toi qui fréquentes assidument toutes les auberges de la Comté, tu es forcément au courant de certaines choses, je me trompe?"

J'avais en effet rencontré un Hobbit de Bree qui traversait la Comté, mais qui trop pressé, n'avait pas voulu me dire grand chose. Cela avait eu le don d'exciter ma curiosité, et si je pouvais récolter des informations à ce sujet, je ne dirais certainement pas non.
Revenir en haut Aller en bas
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Sam 4 Oct 2008 - 14:52


Hob rit de nouveau. La compagnie de Gam rendait décidément toute chose agréable, même une longue et épuisante marche sur les sentiers battus et rebattus.

"Moi qui fréquente assidument toutes les auberges de la Comté? C'est bien vrai, maître Rusalice. Et on en entends des choses, dans les auberges, des vertes et des pas mures."

La description qu'avait fait Gam de lui-même l'avait bien amusé, mais il faut dire que ce n'était que trop vrai. Et la question de son ami au sujet des rumeurs de coin du feu le faisait tout autant rire.

"Tu sais, Gam, une trop grande qualité de la bière peut délier les langues et faire sortir bien des choses des bouches des gens. Et il n'y a souvent pas même besoin d'alcool pour faire vociférer les cancanes et les gens bizarres du Pays de Bouc, tu sais là-bas, dans l'Est. Ils ont toujours été un peu plus cinglés que la moyenne, ceux-là, et croire à leurs histoires peut apporter bien des ennuis..."

Il était en effet de notoriété publique, à Hobbitebourg et dans tout le Quartier Ouest de la Comté, que les Hobbits du Bourg de Touque et du Pays de Bouc étaient des gens mystérieux - bien qu'un peu moins que les Grandes Gens. Cela était sans doute dû à la présence de la vieille foêt non loin, pensait-on...

D'abord, ceux de l'Est, comme ont les appelaient, construisaient des embarquations pour aller sur l'eau, qu'ils nommaient barques ou bateaux. Jamais un Hobbit "normal" n'aurait été assez sot pour se genre de choses, il fallait vraiment aimer les ennuis. Et puis il y avait eu ces fameux Meriadoc et Peregrin, qui avaient, au dire de tous, amené quelque bizarrerie à Hobbitebourg, en leur temps. Et puis ce monsieur Bilbon et son neveu, qui descendait d'une lignée du Pays de Bouc...

Donner une liste exhaustive d'exemple pouvait prendre des heures. Hob commença son récit:

"Si tu y tient, je vais te raconter ce que j'ai entendu... Bree est réduite en cendres, et il n'y a plus brique sur brique dans le village!"

Cette rumeur avait bien fait rire le Petiterrier quand il l'avait entendue pour la première fois. Il stppa son discours pour voir la tête de Gam, et attendre sa réaction.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Sam 4 Oct 2008 - 21:16
Il s'arrêta après ces quelques mots, guettant ma réaction. Et je crois bien qu'elle ne fut pas celle qu'il attendait. En effet, au lieu d'être complètement ébahie et interloqué par cette nouvelle, de rester bouche bée, d'écarquiller les yeux de surprise ou je ne sais quelle autre réaction de stupeur, je fronçais les sourcils et replongeais dans mes pensées. Je n'avais pas tout dit à Hob en formulant ma question. Les rumeurs d'agitations à Bree n'étaient pas les seules dont j'avais oui-dire, et pas les plus préoccupantes non plus.

En Comté, les gens ne se préoccupent guère de ce qu'ils appellent l'Extérieur. Ils pensent tous que la Comté est à l'abri et que tout restera toujours en paix, mais ils ne savent pas que cette paix n'est du qu'à la bonne volonté des Grandes Gens. Si cette sensation de sécurité s'est quelque peu affaiblie après l'épisode de Sharcoux et le retour des Voyageurs, le "bon sens hobbit" comme on dit chez nous a bien vite repris le dessus. Je suis passioné d'histoire, et j'ai pu apprendre ce qui était arrivé à notre pays quand Saroumane avait voulu se venger en ravageant la Comté. Cela m'a fait prendre conscience que notre paix n'était que provisoire et que s'il avait un malheur au Roi de l'Arnor, elle se retrouverait en équilibre précaire.

C'est pourquoi les rumeurs de Guerre dans le Nord n'était pas pour me plaire, et si j'étais l'un des seul Hobbit à m'en inquiéter, cela n'atténuait pas mes craintes. Je décidais dans parler à Hob, qui me regardait, cherchant à comprendre ce qui me passait par la tête, et pourquoi je n'avais pas réagi à sa fantastique nouvelle.

"Ça confirme bien ce qu'on m'a dit par ailleurs. Peut-être que tu en as entendu parler dans des conversations à gauche ou à droite, et peut-être que cela t'a laissé indifférent, mais je pense qu'à toi je peux en parler. Il y a une Guerre dans le Nord, une Guerre qui se prépare ou qui est peut-être déjà en train de se dérouler. Et si cela ne t'inquiètes pas, saches qu'il vaut mieux pour nous que le Roi gagne cette Bataille, ou l'on risquerait de ne plus pouvoir boire un coup tranquillement à la taverne d'ici peu."

Je savais que si jamais mon discours le laissait indifférent, cette dernière phrase ne pourrait que le faire réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Dim 5 Oct 2008 - 14:17


Et pour ce qui était du monde extérieur, Hob ne s'en souciait guère... En vérité, le fait qu'en ce moment sa chaussette soit trouée et que cela le gêne pour la marche, ne laissait pas de place pour les autre idées d'ordre moindre, comme cette guerre dans le Nord lointain.

"Que des comérages, te dis-je, Gam! Qui t'as mis cela dans la tête? Plus de bière parce qu'un Roi étranger perd au jeu de bataille! Comment cela pourrait-il se produire?"

Il sourit, car une petite moquerie lui passait par la tête...

"C'est ta mère qui t'as dis cela non? J'ai compris! Elle ne veut plus que tu mange chez toi pour préservée ses réserves de nourriture et de boisson en vue de la catastrophe qui va arriver? Eh bien pour moi, la pire tragédie serait que nous n'ayons plus de place au Dragon Vert, et que nous devions boire notre chope debout. Et c'est ce qui va arriver si nous traînons trop en chemin!"

Il pressa le pas, invitant son ami à faire de même, avant de reprendre la discussion:

"Qu'est-ce que les Grandes Gens voudraient faire en Comté? Qu'ont-ils à faire de notre bière ou de nos smials? Leurs préoccupations vont exclusivement à l'or et au glaive, à ce qu'on dit, et nous n'avons ni de l'un ni de l'autre, hors mis nos lame pour découper les rôtis."




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Dim 5 Oct 2008 - 15:30
Je haussais les épaules. Tant pis, je serais définitivement le seul de la Comté à me préoccuper du monde. Cela ne me dérangeait pas, et je décidais de garder dorénavant mes réflexions pour moi. Heureusement, je savais comme tout bon Hobbit jouir de la vie qui se présentait à moi, et mes inquiétudes ne m'empêcheraient pas de profiter pleinement de la bière tiède qui m'attendait.

"Mon très cher Hob, tu as parfaitement raison, ce serait une véritable catastrophe que de ne pouvoir s'asseoir pour déguster notre pinte, ou plutôt nos pintes comme je nous connais. Allons, il commence à faire faim, cela fait déjà une heure que nous avons mangé. Plus vite nous arriverons, plus vite nous pourrons nous récompenser de cette longue marche."

La Guerre et les soucis de Bree m'étaient déjà sortis pour un temps de la tête, et je me mis à rêver d'une pipe bien bourrée et de bonnes tartines de confiture. Nous arriverions juste à l'heure pour le goûter.

Je pris une grande bouffée d'air, regardai des oiseaux passer devant la soleil qui brillait de milles feux, et me dis :

La vie est belle, autant en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Lun 6 Oct 2008 - 8:56

Au grand soulagement de Hob, Gam s'était finalement décidé à montrer quelque bon sens de Hobbit, et avait sans doute renoncé aux fantaisies qui lui étaient passées par la tête une minute plus tôt... pour toujours, il fallait l'espérer, mais on était sûr de rien.

Pour ne pas faire revenir les mauvaises choses dans l'esprit de Gam, pour ne pas lui faire penser de nouveau à je ne sais quel roi lontain ou guerre sans importance, il n'en reparla pas. En vérité, il n'avait ni l'envie ni l'intérêt d'en discuter avec Gam.

Aussi continua-t-il de deviser gaiement de choses et d'autres avec son ami, le Rusalice:

"Oui, nous arriverons au Dragon pour l'heure du goûter, et puisqu'il me restera quelques sous, en plus des bières, nous pourrons manger un bout. Même deux, même trois. Enfin autant qu'il sera nécessaire pour remédier à la fatigue de cette marche."

Le soleil déclinait toujours plus à l'Ouest, mais ses rayons se révélaient encore, rechauffant les deux voyageurs en combattoant l'air relativement frais de la saison. Gam et Hob marchaient à bonne allure; et le Petiterrier conaissait maintes coursières qui menaient à son auberge préférée. Aussi y arriveraient-ils peut-être un peu avant les quatre heures de l'après-midi.

"Ca n'est plus très loin à présent, murmura Hob..."




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Revenant de promenade...
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» Promenade avec minidou
» Une Promenade sous le clair de Lune [PV Evangeline + Elyane]
» Petite promenade pour se détendre (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: La Comté-
Sauter vers: