Un chariot en approche

Aller en bas 
Omar Baligh Wahid El'Abib
Marchand d'Esclaves
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 32

~ GRIMOIRE ~
- -: Haradrim
- -: Fin de la trentaine
- -:

Lun 2 Mar 2009 - 15:44
La nuit tombait sur la cité blanche.

Comme tous les soirs, les gardes de la grande porte s’apprêtaient à fermer pour la nuit la principale entrée de la capitale du Gondor. Mais ce soir là, un chariot approchait. Ce chariot d’aspect fragile ne semblait pas capable de parcourir de grandes distances. Il était composé d’un léger plateau de bois, porté par deux larges roues ferrées. Une bâche défraîchie, qui avait certainement vu passer les années, protégeait les marchandises qui se trouvaient à l’intérieur. Le chariot était tirés par un cheval de trait qui avait lui aussi vu passer un certain nombre d’années. La lenteur du chariot, ainsi que les craquements du bois du plateau, trahissaient le poids des marchandises, pourtant la brave bête ne semblait nullement souffrir de la tâche : elle avançait inlassablement en direction de la grande porte, d’un pas sur et régulier.

Aux rênes était assis un homme basané, portant une épaisse moustache, et vêtu d’une légère veste de tissu jaunâtre et d’un pantalon bouffant de même facture. Ce dernier était retenu par une ceinture de tissu rouge, dessinant fidèlement les contours du ventre rebondi de l’homme. De chaque coté de la croupe de l’animal dépassait ses babouches d’aspect excentrique : rouges vif et or… Le genre d’atours que devait porter un homme désireux de se faire remarquer. Enfin au sommet de son crane dégarni trônait fièrement un (ridicule) petit fez également rouge vif brodé de fils dorés.

Cet homme avait tout l’air d’un marchand originaire des régions du sud. Mais à sa droite était assis un homme qui était tout son contraire…

Son passager était vêtu d’une longue robe sombre, et une capuche tout aussi sombre dissimulait ses traits. Sa frêle silhouette voûtée trahissait qu’il s’agissait d’un homme d’un certain age. Il se tenait comme recroquevillé au coté du marchand. Cet homme avait un aspect étrange, mais ne semblait pas inquiétant.

Le chariot était à présent à quelques mètres de la porte et de ses gardes. Le marchand ralenti l’allure, attendant la réaction des gardes en une heure aussi avancée…


Dernière édition par Omar Baligh Wahid El'Abib le Lun 2 Mar 2009 - 23:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méphisto
Administrateur Principal
Administrateur Principal
avatar

Nombre de messages : 3189
Localisation : Minas Tirith, la Cité Blanche
Rôle : Souverain de Minas Tirith et de Gondor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de noble lignée. Descendant d'Elessar.
- -: Age où force et sagesse se côtoient
- -:

Lun 2 Mar 2009 - 16:33
Les gardes avaient remarqué le chariot depuis le haut des remparts et avaient noté qu'il n'avançait guère vite. Une fois à hauteur des lourdes portes de la Cité Blanche, la garnison de nuit lui fit signe de s'arrêter. Même dans l'obscurité de l'heure avancée, les Gondoriens restaient bien visibles de par leur lourde armure blanche. Alors que certains commençaient à faire le tour de la charette, d'autres sortaient encore d'une petite salle non loin des portes.

L'un d'eux, probablement l'officier, s'approcha calmement et salua les nouveaux venus.

"Holà Etrangers ! Vous semblez épuisés. Quelles raisons vous amènent ici à cette heure tardive ? J'ai des ordres : nous devons contrôler tout nouveau venu après la tombée de la nuit.. Que transportez-vous là ?"

Le ton était sec mais nullement méprisant. La Garnison entourait à présent les nouveaux arrivants et l'Officier de Gondor attendit une réponse en recoiffant ses cheveux de lassitude. Alentours, la Cité semblait endormie, et à part les gardes de nuit, il ne devait probablement pas y avoir quelqu'un dehors à cette heure-ci.


"Tout ce qu'il nous reste à penser, c'est décider que faire du temps qui nous est donné .."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omar Baligh Wahid El'Abib
Marchand d'Esclaves
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 32

~ GRIMOIRE ~
- -: Haradrim
- -: Fin de la trentaine
- -:

Lun 2 Mar 2009 - 23:31
Le marchand bedonnant, à l'approche des gardes, avait accroché les rênes à l'une des ferrures du chariot pour immobiliser le cheval. Lorsque l'officier prit la parole, l'homme au fez se mis debout et esquissa une aimable courbette. Il répondit ensuite à l'officier, avec un accent Haradrim à couper au couteau :

« Bonsoir messire... Tout d'abord veuillez excuser mon ignorance, c'est ma première visite à la cité blanche, je ne sais trop par quel titre m'adresser à votre personne... Je m'appelle Ackmed Azi, humble marchand d'Umbar, et voici mon compagnon de route... dont... heu... Je ne connais pas le nom... Je l'ai trouvé titubant sur le bord de la route reliant la cité au port, et je me suis dis qu'il ne valait mieux pas laisser un homme de cet age seul dans la nuit... Mais il n'est guère causant, je ne crois même pas avoir réussi à lui tirer un merci... »

L'homme encapuchonné à son coté n'avait pas bougé d'un seul pouce, comme tétanisé. On aurait pu croire qu'il tentait de passer inaperçue. Le gros marchand repris :

« Je viens à la majestueuse cité de Minas Tirith pour affaires. J'ai payé une petite fortune pour faire embarquer cette charrette et ce cheval à Umbar, et je compte bien écouler tous mes stocks avant la fin du mois pour faire quelques bénéfices. Je transporte diverses marchandises de mon pays : poissons exotiques, viandes à kebab, quelques tissus légers et affriolants mais également des plantes médicinales du désert. Pour tout vous avouer, je compte également repartir avec quelques marchandises Gondorienne pour les revendre à mon retour dans le sud... Principalement des herbes et des plantes introuvables sous le climat du désert... Je n'ai absolument rien à cacher, je vous en pris inspectez mes caisses. »

Au moment ou les gardes commençaient à repousser la bâche pour inspecter le contenu de quelques caisses sélectionnées au hasard, le marchand fit un petit signe discret de la main, intimant à l'officier d'approcher... Comme s'il voulait s'entretenir avec lui d'un sujet délicat qu'il ne voulait pas aborder à haute voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méphisto
Administrateur Principal
Administrateur Principal
avatar

Nombre de messages : 3189
Localisation : Minas Tirith, la Cité Blanche
Rôle : Souverain de Minas Tirith et de Gondor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de noble lignée. Descendant d'Elessar.
- -: Age où force et sagesse se côtoient
- -:

Ven 6 Mar 2009 - 16:45
Alors que les gardes relevaient la bâche et inspectaient la cargaison du haradrim, l'officier, lui, n'avait pas manqué le signe du voyageur. Pas rassuré mais confiant en la supériorité de ses hommes, il s'approcha lentement et fixa de son regard l'étranger.

"J'ai comme l'impression que vous avez quelque chose à me dire, mon gars. Alors faites vite, et pas de baratin, ça ne marchera pas !"

Il pausa sa main sur la charette comme pour se détendre, ou examiner la texture du bois. Non loin, les Soldats de Gondor fouillaient toujours les marchandises pendant que d'autres fumaient à proximité de la salle de garde en s'esclaffant en voyant l'état du vieillard. Ils riaient en pariant dans combien de minutes la vie du vieux s'éteindrait. L'un d'eux murmura:

"Le pauvre .. Comment un fossile comme lui a-t-il put faire un tel trajet ?"

L'officier avait entendu, mais toute son attention se portait sur le haradrim.


"Tout ce qu'il nous reste à penser, c'est décider que faire du temps qui nous est donné .."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omar Baligh Wahid El'Abib
Marchand d'Esclaves
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 32

~ GRIMOIRE ~
- -: Haradrim
- -: Fin de la trentaine
- -:

Dim 8 Mar 2009 - 19:28
Le marchand au fez se pencha légèrement vers l'officier de la garde pour que ses murmures parviennent à son oreille, et uniquement à la sienne :

"Messire, je ne peux garder ce vieillard avec moi plus longtemps ! Lorsque je l'ai aidé à monter dans ma charette, j'ai pu apercevoir son visage sous sa capuche... Cet homme a été attaqué ! Il a le visage tout amoché ! Je... Je ne veux pas qu'il m'attire des ennuis ! Je me demande après coup si j'ai bien fais de l'ammener ici... Vous, vous ne pouvez pas faire quelque chose ? M'en débarasser messire ? Je ne veux pas être accusé à tord de quoi que ce soit !"
On pouvait lire dans les yeux de l'Haradrim comme une sorte de peur, peut-être tout simplement de la superstition.

Le vieillard assis à coté était toujours tremblottant, les jambes ramenées contre son torse, dans une position presque foetal... Soit il tremblait de froid, soit il tremblait de peur...Pourtant ce début de nuit n'était pas hivernal. A plusieurs reprises, durant la tirade du marchand, il avait baraguiné des mots incompréhensible de sa voix rauque et chuchottante...


Dernière édition par Omar Baligh Wahid El'Abib le Mar 24 Mar 2009 - 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méphisto
Administrateur Principal
Administrateur Principal
avatar

Nombre de messages : 3189
Localisation : Minas Tirith, la Cité Blanche
Rôle : Souverain de Minas Tirith et de Gondor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de noble lignée. Descendant d'Elessar.
- -: Age où force et sagesse se côtoient
- -:

Ven 13 Mar 2009 - 13:43
L'Officier fronça un sourcil en regardant plus attentivement le vieillard. Il n'avait pas fait immédiatemment attention, mais l'homme était vraiment sans un sale état et le Gondorien sentait en lui une once de culpabilité de ne pas avoir accorder plus d'attention à l'homme.
Se retournant, il appela deux hommes de sa garnison à qui il ordonna d'aller chercher une converture et de faire chauffer un bol de soupe.
Après quoi, tandis que les soldats en finissaient avec l'inspection des marchandises, il s'approcha personellement du vieillard et le questionna amicalement:

"Vieil homme .. Vous n'arretez pas de trembler depuis tôut à l'heure .. Que vous est-il est arrivé ? Vous êtes vous fait attaqué ? Je suis un soldat de Gondor, et vous êtes à Minas Tirith. Personne ne viendra vous faire de mal ici, et les Gondoriens sont de bonnes gens .. Racontez-moi tout .."

Mais le Gondorien ne pouvait s'empecher d'avoir de la peine pour le vieil homme, et la couverture ne tarda pas à arriver. Une soupe chaude les attendait dans la salle de garde ..


"Tout ce qu'il nous reste à penser, c'est décider que faire du temps qui nous est donné .."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omar Baligh Wahid El'Abib
Marchand d'Esclaves
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 32

~ GRIMOIRE ~
- -: Haradrim
- -: Fin de la trentaine
- -:

Mar 24 Mar 2009 - 20:37
Alors qu'il avait adressé la parole au vieillard, s'approchant de lui pour tenter de voir ses blessures, le capitaine de la garde avait inconsciemment relâché sa garde. A chaque pas qui le conduisait vers le vieil homme, ce dernier semblait de plus en plus agité et ses tremblements étaient de plus en plus incontrôlables. Ce ne pouvait être le froid qui l'avait mis dans cet état... Peut-être la peur ?

Lorsque le capitaine ne fut plus qu'a deux pas de l'homme, après avoir contourné la bête attelée à la charrette, tout se passa si rapidement qu'il n'eut le temps de réagir :

Le vieillard se jeta sur lui, du haut du banc de la charrette, et s'agrippa fermement à ses épaules. L'homme n'était pas lourd, mais la surprise et la vitesse du choc firent tomber l'officier à la renverse, sa tête rencontrant le pavé de la route dans sa chute.

Les témoins de la scène lâchèrent un hoquet de surprise. Ackmed le marchand, fit même un bond de stupeur qui lui fit perdre l'équilibre. Il tomba du banc de la charrette et fini lourdement sa course sur le pavé, du coté opposé cheval. Malgré le comique de la scène tous les yeux étaient rivés sur le vieillard et le capitaine.

L'officier était sonné par le choc de sa tête contre le sol, mais il n'en restait pas moins un homme d'expérience qui avait vu plus qu'une bataille. Malgré la surprise il avait eu le temps de se rendre compte que le vieil homme n'était pas armé, sa réaction était pour le moins surprenante.

Le vieillard, durant la chute, s'était mis à hurler d'une voix stridente et déformée par la peur :

"Non, ne me tuez pas ! Ne me tuez pas ! Je ne veux pas mourir ! Je ne veux pas mourir ! "

La capuche avait glissée, révélant son visage contusionné : son œil gauche était gonflé, son arcade sourcilière encore suintante d'un sang à demi coagulé. Divers hématomes sombres dévoraient ses traits, mais le plus répugnant restait son nez cassé, dont le orifices étaient bouchés par des croutes sanguinolentes.

La stupeur passée, les réactions ne se firent pas attendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méphisto
Administrateur Principal
Administrateur Principal
avatar

Nombre de messages : 3189
Localisation : Minas Tirith, la Cité Blanche
Rôle : Souverain de Minas Tirith et de Gondor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de noble lignée. Descendant d'Elessar.
- -: Age où force et sagesse se côtoient
- -:

Jeu 16 Avr 2009 - 23:01
( Mr.Red )


Tandis que l'officier se relevait le plus rapidement possible, la main fermement cramponnée sur la garde de son épée, ses hommes n'avaient pas fait dans la dentelle. Effrayés par l'état du vieillard et ce qu'il cachait, ils essayèrent de le mettre à terre sans néanmoins le toucher .. Le vieil homme était en piteux état, mais les Gondoriens n'étaient pas duppes : Quelque chose de louche se tramait derrière tout ça.

Finallement, un garde mit son genoux dans la jambe du vieillard qui craqua et l'homme se retrouva la face contre le pavé à son tour, en gémissant d'une douleur conjuguée à sa peur. Des pas se rapprochèrent et l'Officier de la garnison de nuit était de nouveau face à lui, pendant que deux de ses hommes maintenant l'étranger étendu par terre. S'échangeant des regards inquièts, les gardes ne savaient que faire.
Bien décidé à ne pas remuer la Cité en cette heure ci tardive, l'Officier déclara :

"Vieil Homme, vous êtes salement amoché .. Et pour ne rien arranger à votre cas, vous m'avez délibérement étendu sur le sol. néanmoins votre histoire m'intéresse .. Je sens que vous nous cachez des choses, voyez-vous. Déjà que le petit matin est bien avancé .. soit ! Emmenez le au Cachot, dans une bonne cellule, il passera la nuit en sécurité. Je crains que quelqu'un ou quelque chose le terrorise .."

Deux gardes l'emmèrent donc en direction des gêoles mais l'officier, lui, se retourna vers le marchand, grimaçant.

"Et vous, veuillez me suivre ! J'attends que vous m'expliquiez où et dans quelles circonstances vous l'avez trouvé .."

Le cri d'un coq se fit entendre derrière l'enceinte de la Cité. Déjà, le matin approchait ..


"Tout ce qu'il nous reste à penser, c'est décider que faire du temps qui nous est donné .."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omar Baligh Wahid El'Abib
Marchand d'Esclaves
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 32

~ GRIMOIRE ~
- -: Haradrim
- -: Fin de la trentaine
- -:

Ven 17 Avr 2009 - 20:46
L'officier, les veines encore gonflées d'adrénaline, s'était retourné et avait crié en direction du chariot, là ou était tombé le marchand au moment de l'attaque du vieillard, mais personne ne lui répondit...

Le marchand avec disparu, seul le fez rouge était visible sur le pavé. Le vieillard, cessa un instant de gémir, et s'exclama :

"Pas ma faute, je vous en prie, c'est pas faute, je veux pas finir en prison !"

Voyant lui aussi que le marchand avait disparu, sa langue se délia :

"C'est lui ! c'est lui qui m'a attaqué ! Ce n'est pas un marchand ! C'est MON chariot, MES marchandises !"

Le vieillard se mis à sanglotter, le tension dans son corps semblait tout doucement disparaitre, comme s'il se remettait des evenements de la nuit :

"Il m'a sauté dessus, cassé le nez, et m'a dit de faire tout ce qu'il me disait, sinon il me tuait ! Vous comprenez ?! J'ai une femme, sept enfants, ils comptent sur mon retour, si je meurs ici, ils mourront de faim la bas..."

Le vieillard parlait rapidement, il avait du mal à reprendre son souffle

"Il m'a... m'a dit de vous sauter dessus, pour faire diversion... Je n'en sais pas plus, je ne le connais pas, je ne sais pas pourquoi il fait tout ca ! Je vous en prie, liberez moi !"

La diversion avait fonctionnée... Il y avait à présent un gros marchand de type Haradrim qui devait courir les ruelles de la ville basse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méphisto
Administrateur Principal
Administrateur Principal
avatar

Nombre de messages : 3189
Localisation : Minas Tirith, la Cité Blanche
Rôle : Souverain de Minas Tirith et de Gondor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de noble lignée. Descendant d'Elessar.
- -: Age où force et sagesse se côtoient
- -:

Sam 18 Avr 2009 - 14:53
Le Capitaine se mordit les lèvres, et se retint de mettre son poingt dans la figure du vieil homme. Au sein de la garnison de nuit, c'était la consternation. Jamais, parmi les soldats, quelqu'un n'avait connu une aussi ridicule fuite. Ridicule, pour eux, bien entendu. Tous avaient le visage blâfard et il fallu que l'officier se mette en colère :

"PAR LES VALARS !! VOUS ALLEZ ME REGARDEZ COMME CA ENCORE LONGTEMPS ?! RETROUVEZ MOI CE SALE MARCHAND ! ET VOUS DEUX, VOUS M'EMMENEZ CE VIEILLARD CROUPIR AU FOND D'UNE GEOLE POUR CETTE NUIT EN ATTENDANT D'ETRE INTERROGE !!"

Le Capitaine perdait son sang-froid, tandis que deux jeunes gardes relevaient le vieillard et l'emmenaient en prison. Une cloche d'alarme fut actionnée, et plusieurs gardes apprirent des premiers ce qu'il s'était passé. Bref, à cette heure-ci, il était bien rare de voir autant de va-et-vient de la garnison qui s'était mise à la recherche du marchand haradrim, où qu'il se cache.


"Tout ce qu'il nous reste à penser, c'est décider que faire du temps qui nous est donné .."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omar Baligh Wahid El'Abib
Marchand d'Esclaves
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 32

~ GRIMOIRE ~
- -: Haradrim
- -: Fin de la trentaine
- -:

Sam 18 Avr 2009 - 18:47
Aux ordres du capitaine, le veillard fondit en sanglot... Qu'avait-il fait ? Pourquoi était-ce tombé sur lui ? Il ne méritait pas tout cela...

Ses épaules se voutèrent, et il décida de ne plus prononcer un seul mot. Il avait besoin de calme pour faire le tri dans sa tête et comprendre ce qui venait de se passer...

C'est donc sans résister qu'il se laissa guider par les gardes en direction des geoles, sachant parfaitement que cet interrogatoire risquait d'être peu agréable...

Il avait mal partout, au visage, au genou, et le stress permanant l'avait completement rendu amorphe. Avec dépit, il remis sa vie entre les mains du destin, n'ayant aucune idée de ce qui allait se passer dans les heures suivantes.

Il avait surtout envie de dormir et de manger quelque chose de chaud...


[Suite avec la fuite d'Ackmed :
Un intru dans les ruelles ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un chariot en approche
» photos du chariot de guerre ( juste monté )
» tutorial chariot de guerre sur base de land raider
» Besoin d'aide pour mon chariot de guerre.
» WIP Chariot de guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Minas Tirith et Gondor - :: Les Ruelles du Premier Cercle-
Sauter vers: