Une silhouette dans l'horizon

Aller en bas 
Caranthir Elensar
Seigneur Elfe - Ancien Conseiller de Fëanor
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Noldor
- -: 7000
- -:

Dim 26 Avr 2009 - 17:15
C'était une journée plutôt calme et banale. Le soleil était déjà haut dans le ciel et tapé moyennement fort le sol des alentours de la cité blanche. Les grandes portes de Minas Tirith était visible de loin et leur blancheur se reflétait avec panache comme les rayons du soleil sur un lac d'eau pure.

La cité était déjà très en mouvement, il était déjà au moins 10 heures du matin, les marchands bougeait partout comme tous les autres citadins d'ailleurs. La cité battait son plein et rapidement une minuscule silhouette apparaissait au loin dans l'horizon. Il s'agissait de Caranthir Elensar, notre héros !

Au dessus de son cheval notre ménestrel jouait une des ses tyrades des plus ennivrante. Celle qu'il récitait parler du jour ou sa vie changea à tout jamais, ce triste jour où tous ses amis, sa famille, son peuple fut exterminé en quelques jours.

Caranthir était maintenant devant la grande porte. Deux gardes étaient aux extrémités de la prote, la lance à la main et arrêtés les passants pour les contrôler. Caranthir descendit de son cheval quand il fût à proximité d'eux, le luth à la main.


cheval

-"Halte là" dit un des gardes

-"Bonjour...Je vagabonde et raconte tout autour de moi les histoires épiques que j'ai entendu, voulez vous que je vous en narre une d'elles?" dit Caranthir avec un léger sourire.

Une goutte de sueur glissa le long de la tempe du garde.


-"Non non c'est bon passez!!"

Le garde n'avait même pas prit la peine de regarder sous la cape de notre elfe et ainsi voir tout l'atirail qu'il transporté en plus de son luth. L'un des gardes remarqua justement cette erreur et le dit à son camarade mais celui-ci rétorqua qu'il n'avait vraiment pas la tête à entendre une de ces vieilles chanson de troubadour ennuyante à mourir.

C'est ainsi que Caranthir entra à Mina Tirith sans aucun problème. Il pu maintenant voir les ruelles bondées de monde en perpetuel mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurelin
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
Seigneur des Havres Gris - Maître d'Elostirion
avatar

Nombre de messages : 1299
Localisation : dans la lune, comme d'hab ...
Rôle : Seigneur d'Elostirion, gardien des trois tours Blanches d'Emyn Beraid.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Fin 1er age
- -:

Dim 26 Avr 2009 - 18:36
Le second garde regardait avec regrets l'étranger au luth s'éloigner après que son collègue ait refusé un interrogatoire plus poussé. La situation à Minas Tirith était suffisamment critique. Des bandits à tout les coins de rue, des voleurs, des assassins, des évènements étranges ...

- Bon sang, y me plaisait pas celui là !!! Il avait pas une tête de conteur, et encore moins de chanteur de rue ... T'aurais dû me laisser l'interroger un peu plus, c'est pas parce qu'on se ballade avec un luth qu'on a rien à se reprocher !!!!

Le collègue ne prit même pas la peine de répondre et s'éclipsa pour reprendre sa place de l'autre côté de la porte. L'autre, furieux, continua alors par un monologue :

- J'en ai marre de bosser avec ce feignant ! Si Nogard apprenait qu'on laisse rentrer n'importe qui dans sa cité ! Décidément, depuis que le Roi et l'Intendant son partis guerroyer dans le nord, y'a plus rien qui marche par ici !!

Il jeta un dernier regard dans la rue pour voir son inconnu au luth disparaitre au coin d'une ruelle ...

- Voilà ... Il est parti maintenant, c'est trop tard de toute façon !! Chanteur ... Mouais .... Pfffffhh .... Fin ... bon ....

Le garde cessa son monologue et reprit à son tour sa place se promettant que la prochaine personne qui ne lui plairait subirait fouille et interrogatoire poussés ! Un point c'est tout, collègue d'accord ou pas ... Non mais !!!

************************

L'inconnu lui, avait continué son chemin, divaguant semblait-il sans but dans les ruelles de la cité, jusqu'à ce qu'il arrive devant une taverne. Sur la devanture, on pouvait lire : ''La Taverne de Mazarbul'', mais le nom Mazarbul était barré et en dessous était grossièrement inscrit à même le mur : ''Nouveau propriétaire Sinik''.

Le soleil tapait fort en cette après midi. Si il voulait se restaurer un peu, c'était le moment ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caranthir Elensar
Seigneur Elfe - Ancien Conseiller de Fëanor
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Noldor
- -: 7000
- -:

Mar 19 Mai 2009 - 20:15
Caranthir Elensar était repartit de la Taverne de Mazarbul sans aucune embrouille. Au contraire il avait rencontré de nouveaux compagnons d'armes: Faliaë, Eodod, mais également Aelita. Sans savoir pourquoi il leur proposa de venir avec lui à Lossarnarch, une ville située non loin de la cité blanche. Il y avait un contact qui lui avait parler d'un riche bourgeois qui avait besoin de l'aide de valeureux guerriers pour une mission de chasse au trésor.

Les nouveaux compagnons de notre héros elfe était "ravis" de cette offre spontanée. Ils avaient donc décidés de l'accompagner dans cette "quête". Ils étaient maintenant partis se préparer. Caranthir quant à lui était allé à l'écurie chercher son cheval, avec qui il avait passé tant d'épreuves.

Il mit la selle sur le dos de "son ami", d'un geste gracieux et rapide, il s'installa sur son destrier et partit en direction de la porte. Les deux gardes de la porte avaient changer de poste et c'était maintenant 2 nouveaux gardes qui... gardaient la porte. Ceux-ci ne connaissaient pas notre ami qui pu ainsi partir de la cité sans aucun contrôle de la part de la garde de la cité qu'est Minas Tirith.

Caranthir Elensar était maintenant dehors et attendez la venue de ses compagnons pour enfin partir vers la ville commerciale qu'est Lossarnarch.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faliaë
Chasseuse de Trésors
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 25
Localisation : Là où ma lame m'attire
Rôle : Chasseuse de trésors

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldor
- -: 214 ans
- -:

Sam 23 Mai 2009 - 20:49
Faliaë quitta la boutique sans rien avoir acheter, elle était déçue de ne pas avoir eu les moyens de s'offrir la belle épée de ses rêves, elle regarda le soleil, il ne lui rester plus beaucoup de temps avant de retourner avec ses compagnons à la grande porte de la cité. Elle alla chercher son destrier à l'écurie, une belle jument à la robe isabelle doté d'une crinière d'un noir profond, une monture digne d'un elfe dont le nom elfique signifirai a peu près Crépuscule. La vue de son inséparable compagnon lui remonta le moral en lui faisant penser à toutes les aventures qui l'attendait, à ce merveilleux monde qu'elle allait découvrir. Emportant le peu d'affaire qu'elle possédait, Faliaë se mit en selle et se dirigea vers la grande porte de Minas Tirith. Elle reflechissait à sa situation, essayer d'analyser au mieux ses compagnons afin de bien les comprendres mais elle savait trop peu de choses à leur sujet pour réussir à les cerner, elle ne savait même pas la profession d'Aelita, ne connaissait que trop peu les raisons que Caranthir avait d'être dans cette taverne alors qu'il semble être un elfe sage et un grand connaisseur d'aventure en tout genre. Faliaë arriva à la porte assez rapidement, les gardes commençerent à l'interroger .

- Alors noble elfe, notre grande cité vous a t-elle plut, elle ne doit surement pas rivaliser en beauté avec les cités elfiques mais elle se défend bien, non ?

Le garde voulait commencer à discuter avec Faliaë mais celle-ci ne souhaitais qu'une chose, c'était de passer cette porte pour retouver ses compagnons à temps, elle répondit donc rapidement sans s'étendre sur le sujet afin de pouvoir sortir de la cité blanche.

-C'est une belle cité certe...pour des humains. Mais je n'ai pas le temps de débattre davantage sur la grande cité blanche, alors je vous serais grés de me laissais passer s'il vous plait.

L'autre garde répondit alors légèrement vexé par la réponse de Faliaë.

-Bon...d'accord on vous laisse passer, aprés tout on est pas payer pour faire la conversation avec les gens qui partent, même si ce sont des elfes, n'est-ce pas Roland !


Le concerné broncha contre son collègue, Faliaë s'éclipsa rapidement, la porte étant ouverte elle n'avait plus aucune raison de rester. A peine dehors elle pu distingué Caranthir Elensar et Aelita en train de discuter, elle s'approcha d'eux, ne voyant pas Eodod.

-Ravie de vous revoir, j'espère que je ne suis pas en retard, savez vous où est Eodod ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eodod Seland
Rohirrim - Lieutenant de Cavalerie
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 28
Localisation : en route pour Aldburg

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 30 ans
- -:

Mer 27 Mai 2009 - 17:05
Après s'être séparé de Faliaë, Eodod s'était dirigé vers le corps de garde pour récupérer ses affaires. En arrivant, il se dirigea vers un garde assez grand et à la peau matte.


"Bien le bonjour, monsieur. Je voudrai savoir où je dois m'adresser pour récupérer les armes que j'ai laissé ici avant de rentrer dans la ville. Pouvez-vous m'indiquer le chemin?"

Après avoir regarder d'un air méfiant Eodod, le garde répondit :

"La personne s'occupant des retraits est le sergent Delasir. Vous le trouverez juste à l'entrée, à droite."

Après avoir remercier le soldat, Eodod se dirigea vers l'endroit indiqué. Il arriva devant le sergent Delasir. Ce-dernier était un homme d'âge mur, avec un regard perçant et une balafre sur la joue.

"Bonjour sergent. Je suis Eodod Seland, cavalier du rohan. On m'a dit de m'adresser à vous pour pouvoir récupérer mes armes. Voici e tesson de terre cuite qui m'as été remis lorsque je suis passé pour déposer mes armes"

Regardant le tesson que Eodod lui tendait, le sergent fit un signe vers l'un des soldats présents. Il lui donna le tesson et le garde s'en alla. Il revint cinq minutes plus tard avec le bouclier, la lance et l'arc d'Eodod. Eodod remercia le sergent et se dirigea vers l'écurie.
Après avoir sellé Nivarod, son cheval, Eodod pris le chemin vers la grande porte de Minas Tirith. Les gardes ne firent aucune difficulté à le laisser sortir et Eodod se retrouva donc en dehors de la cité.


Voyant Caranthir Elensar, Aelita Aetil'ilan et Faliaë qui attendaient à cheval, Eodod se dirigea vers eux et attendit que Caranthir se décide à partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caranthir Elensar
Seigneur Elfe - Ancien Conseiller de Fëanor
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Noldor
- -: 7000
- -:

Jeu 28 Mai 2009 - 16:58
Caranthir Elensar était le premier dehors, il n'avait rien à faire de plus dans la cité et préféra sortir plutôt de la ville pour ne pas retomber sur un citadin identique aux deux ivrognes de la taverne de Sinik. Que ce soit Aelita, Faliaë, ou Eodod, personne qu'il avait rencontré dans la taverne et à qui il avait proposé de le rejoindre n'était arrivé devant la grande porte de la cité blanche. Il n'eut pas à attendre longtemps avant que l'un deux montre son petit bout de nez. Faliaë était sur sa jument et se trouvée maintenant juste à côté de notre ami elfe.

-Ravie de vous revoir, j'espère que je ne suis pas en retard, savez vous où est Eodod ?

Caranthir lui sourit et lui répondit avec la même voix douce qu'à la taverne.

-"Je suis également content de vous voir. Pour votre question sur le cavalier du rohan je n'en ai aucune idée, mais bon, attendons le, nous verrons bien."

Une dizaine de minute après Carnathir se retourna car il avait entendu un peu trop de bruit que la normal. La cité était très mouvementé, surtout les gardes. En se retournant il vit Eodod sur son destrier s'avancer vers eux. Il le salua de la tête, mais regarda à nouveau derrière le cavalier pour y voir des hommes de plus en plus en mouvement. (Soudain une sorte de son, comme une alarme se déclencha.) Plusieurs hommes se mirent à la tache et commencèrent à fermer les portes en rappelant les deux gardes qui se trouvaient à l'extérieur. Notre vieil elfe se retourna vers les siens et leurs dirent avec un grand calme.

-"Bon. Je pense qu'il est temps d'y aller... Qui sait Aelita nous rejoindra, mais nous ne pouvons l'attendre. Elle nous rejoindra peut être à Lossarnarch, mais je pense qu'il en faut pas que l'on s'attarde ici si nous en voulons pas d'ennuis. Allons-y!"

*J'espère qu'elle trouvera un moyen de partir de cette cité qui je pense et maintenant en quarantaine, ou du moins qu'elle n'aura pas d'ennuis.*


Sur ces mots Carnathir remit sa capuche et galopa en direction de la cité où se trouvait le bourgeois qui lui avait parler de cette "mission".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une silhouette dans l'horizon
» Petite virée dans le Canyon [libre]
» Un ado dans l'obscurité lumineuse de la nuit [libre]
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Minas Tirith et Gondor - :: Les Ruelles du Premier Cercle-
Sauter vers: