La fuite du tyran

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Lun 8 Juin 2009 - 18:59
Le retournement de situation élimina tout grief envers Sirion, autant de la part de Kivan que de Baradur. Les sept hommes se tenaient à présent sur le haut balcon de pierre, endroit secret que bien peu avaient vu jusque là. Mais il est vrai que son emplacement et son exposition permettaient une bien grande dissimulation: car il donnait au Nord, vers l'arrière du château, sur les prés et les taillis, sur les ruisseaux et les rochers, loin de tout passage. De plus, sur le bord de cette étroite corniche s'élevait un parapet d'environ un mètre de haut, de texture et de couleur semblable au reste des murs de la forteresse, tant et si bien que, même en plein jour, un observateur un peu trop curieux n'aurait quasiment pas su discerner le décrochement dans le mur d'enceinte.

Kivan s'empara de la torche. L'objet avait dû être lâché malencontreusement dans la récente fuite des fugitifs, car il gisait à terre, répandant sa lumière révélatrice mais ayant noirci les dalles blanches à cet endroit. Bien entendu, en temps normal, nulle lumière ne se faisait voir en cet endroit, de peur d'en révéler l'existence.

Le capitaine des masques regarda à droite, puis devant lui. Le parapet empêchait le passage dans les deux directions, et au-delà, il n'y avait que le vide et l'obscurité qui l'emplissait. A sa gauche, par contre, il entrevit un escalier dont les marches semblaient descendre vers l'Ouest. Il avait été ménagé dans la longueur du large mur d'enceinte du château, tel un tunnel.

C'était la seule issue possible, et Kivan eut tôt fait de s'y engouffrer, suivi par Baradur, tandis que les hommes à la Flèche fermaient la marche. Il n'y avait guère de place dans cet étroit corridor: un seul homme pouvait y passer de front, mais il devait encore se baisser pour ne pas se cogner la tête au plafond. Là encore, l'existence de ce passage était inconnue de beaucoup, car, de jour ou de nuit, la seul endroit d'où on pouvait le voir et l'emprunter était le balcon. Car celui qui marchait à l'intérieur parcourait toute la muraille Nord sur sa longueur, d'Est en Ouest. A sa gauche, de l'autre côté de la paroi, se trouvait la cour intérieure du château, et à sa droite, également séparé par le mur, l'air pur de l'extérieur.

Or donc la compagnie continuait-elle sa route, se dépêchant autant que faire se peut dans ce raide escalier.

"Regardez bien où vous mettez les pieds, Kivan, conseilla Baradur, je redoute un piège!"

Le premier devait certes faire très attention, car il n'avait pas trente-six trajets possibles; ainsi tout piège toucherait pratiquement à tout les coups sans une vigilance constante: trou menant aux oubliettes, pieux sur le sol, ficelle actionnant un mécanisme... le Comte ne devait certes pas manquer d'idées.

Fort heureusement, les rebelles avancèrent pendant un bon moment sans rien rencontrer de dangereux.

"Si mon intuition est bonne, cet escalier ne va pas tarder à plonger dans le sol."


E
t les intuitions du Capitaine semblaient bonnes: les murs de pierres lisses firent bientôt place à des parois creusées grossièrement dans la terre, de grosses poutres soutenaient des dalles plates qui tenaient lieu de plafond. Ils étaient passés en dessous du niveau du sol.

A partir de cet endroit, l'escalier prit fin, et le tunnel continua, sans monter ni descendre, obliquant très légèrement vers la droite. Ils pouvaient à présent courir plus aisément, mais ne devaient pas oublier la prudence pour autant.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 24
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Mar 9 Juin 2009 - 21:33
Erco pesta en pénétrant dans ce tunnel si petit, en cas de combat c’était du suicide, il suffisait de lâcher la corde de son arc pour faire un tir parfait. De plus étant un chevalier, il préférait les grands espaces car cela permet une plus grande maniabilité de son arme et de ses mouvements. Il s’engouffra juste derrière Sirion qui était lui-même derrière Baradur. En tête Kivan, arme prête à braver toute éventualité.
Ils avancèrent à moitié courber durant plusieurs minutes. Le chevalier Skaline entendit Baradur mettre en garde Kivan contre les pièges. Et même s’il n’était pas en premier, le rohirrim fit attention ou il mettait ses pieds, un accident est si vite arrivé…..
Lentement le sol commença à obliquer vers le bas et bientôt les parois de pierre firent place à un tunnel creusé sans le moindre raffinement. Il devait sûrement avoir été construit à la va vite, c’était en tut cas l’impression qu’avait Erco qui poussa un léger soupir en se rendant compte que les parois s’écartaient un peu, ce qui permettait une course plus aisée. Soudain, il se demanda ou ce tunnel pouvait bien mener, car il devait bien rejoindre une quelconque sortie…
Le commando évoluait toujours dans ce tunnel et aucune sortie ou tournant ne se faisait voir. Aux yeux d’Erco, rien ne prouvait, à part la logique, que le Conte était passé par là. Il demanda donc, à ses compagnons :

-Vous pensez que ça mène ou ce foutu tunnel ?...

Il fit encore quelques pas, puis proposa sans grande conviction :

-Sa mène peut-être à la taverne…..le Repos Eternel…D’après ce que j’ai compris, notre Conte est avare….Et il y a de l’argent dans les caves de cette auberrge….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Jeu 11 Juin 2009 - 9:07
"Il est avare, répondit lentement Baradur, mais pas au point de risquer sa vie pour un coffre d'or, d'autant plus qu'il sait à présent que l'auberge du Repos Éternel n'est plus très sûre. Le Comte préfère emmagasiner des richesses en restant tranquillement dans sa chambre, en faisant agir ses subalternes et en martyrisant la population. Ça ne lui est plus possible désormais."

C'était bien vrai. Son château était investi par ses ennemis, sa ville était envahie et sa population commençait à se soulever: le tyran n'avait ni le temps ni l'envie de rejoindre les caves de l'auberge, aussi dorées soit-elles. De plus, il avait eu vent du vol du coffre, bien qu'il ne connût pas Sirion, et il avait deviné, en son cœur, que les gardes de l'Ordre de la Flèche Noire y étaient pour quelque chose.

"Non, je pense que ce passage est une sortie de secours vers l'extérieure de la ville, connue pratiquement de lui seul, et aménagé précisément pour ce type de situation. Pressons le pas si nous ne voulons pas débuter une vaine poursuite dans la campagne environnante!"


Kivan augmenta donc son allure, et les autres suivirent. Ils arrivèrent à un tournant, le passèrent, et ceux qui étaient dans les premiers furent témoins d'une scène pour le moins inattendue:



Glemyr, l'éternel conseiller du Comte, était assis, dos contre la paroi du tunnel, le visage grave mais non apeuré, une flaque de sang émanant de son thorax et se répandant sous lui. Lorsqu'il vit arriver la compagnie, son expression demeura impassible, mais il leur parla en ces mots:

"Vous trouverez le Comte non loin d'ici, et si vous vous hâtez, vous pourrez le rattraper, car il est diminué: je l'ai blessé de mon propre couteau, et je ne le regrette pas, bien que cette action m'ait sans doute coûté ma vie. Un Elfe de Mirkwood est avec lui."


Dans la flaque de sang, on pouvait en effet discerner une petite lame, longue d'une dizaine de centimètres. Alors pourquoi Glemyr avait-il fait cela, pourquoi s'était-il retourné contre son Maître? Ultime repentir ou simple volonté de sauver sa peau, entendant les pas précipités des poursuivants derrière eux...

Il n'était pas l'heure de poser des questions.

[Hrp: Je vous laisse rattraper le Comte et l'Elfe, et Baradur décidera de leur sort. ]




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 26
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Ven 12 Juin 2009 - 15:29
En effet, le plus important était de rattrapper ce Comte et d'en finir une bonne fois pour toutes. C'est ce que se dit Sirion lorsque le vieillard leur adressa ces mots. Lorsque Glemyr leur dit qu'ils étaient proches du Comte, Baradur eut un regain d'énergie et l'on pouvait lire sa détermination dans ses yeux. Cet homme, ce capitaine inspirait le respect, l'estime de Sirion à son égard était grande et l'aura qu'il dégageait aurait motivé plus d'un homme.

Le mercenaire quittant son point de vue externe de la scène se glissa derrière Baradur et posa sa main sur son épaule. Sirion lui dit alors :

- Je vous suis, capitaine Baradur. Le Comte est à vous, rattrapons-le avant qu'il ne soit trop tard.

Baradur jeta un regard à Sirion et acquieça du chef, il se mit alors en route en courant suivi de prêt par Sirion et son arbalète chargée. Derrière eux suivaient tout le reste du groupe dont Skaline et Kivan.

Finalement après plusieurs minutes de course effrénée, la Compagnie dut stopper son avancée. Le groupe était arrivé aux égouts de la ville et un petit cours d'eau le traversait. Tous purent voir que l'eau n'était pas bien profonde mais suffisante pour y naviguer.
Naviguer...justement, il y avait une petite embarcation accrochée au bord du cours d'eau. Sur les côtés du petit ruisseau, l'on pouvait marcher aisément, deux hommes pouvaient s'y mettre côte-à-cote. C'est alors que Kivan de ses yeux perçants cria :

- Là-bas, ils sont là-bas !

Tous les regards se tournèrent du côté vers lequel s'écoulait l'eau : une barque de taille modeste progressait petit à petit et s'apprettait à prendre un virage à droite.

- Vite on va les perdre ! cria Sirion. Il faut que certains les suivent avec cette barque et que d'autres continuent à pied ! Je reste sur la terre ferme pour ma part.

Le Khandéen était prêt à partir, mais qu'en était-il des autres ?




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 24
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Ven 12 Juin 2009 - 16:13
Erco suivit le groupe, juste derrière Kivan. L'aire était humide et une puanteur envahissait les lieux. Cela ne pouvait dire qu'une seul chose: il y avait des égouts à proximité et un couloir devait les reliés à cette pièce....
Ces suppositions furent vite vérifiées. Ils rejoignaient bien les égouts de la ville. Malgré la faible profondeur du canal, un petit bateau pouvait espérer y voguer, voguer pour ressortir sur le lac d'Esgaroth, c'était logique. D'ou l'impérative de rattraper le compte, car s'il atteignait les grand eaux, il serait libre, à moins d'un miracle.
Alors que Kivan criait et que Sirion proposait un plan, Erco s'élança en avant sans prévenir. Il n'avait plus de temps à perdre. Il jeta un regard derrière pour voir Sirion le suivre. il ne put voir si Kivan et Baradur prenait à la barque ou les suivaient à pieds.
Ses pieds pataugeaient à moitiés dans la boue. Il pouvait sentir ses bottes être traversée par ce liquide terreux mélangé à d'autre flux. Tout en courant, il rengaina Amdir quasiment à l'aveuglette. Il y a quelques années, jamais il n'aurait put le faire, mais à force de devoir se battre et de voyager à cheval le coup était venu. Il sortit son arc et une flèche. Si jamais le Conte arrivait quand même à atteindre le lac, il faudra bien le tuer, ou du moins le blesser encore plus...Un homme ne va jamais bien loin avec un flèche à travers la jambe ou un bras.
La barque disparut derrière le tournant, et le chevalier Skaline pria pour que ce ne soit pas la sortis....Surtout parce qu'il devra faire feu et qu'il risquait de tuer leur cible, ce qu'il ne voulait pas ne serais-ce que pour permettre à Baradur de le tuer, ou parce que toute homme mérite de vivre enfermé ou pas....

Soudain, le rohirrim dut mal poser son pied ou le poser sur quelques choses de glissant car il s'étala de tout son long au milieu du canal. Instinctivement, il roula sur lui même, flèche en avant, prêt au combat. Lorsqu'il se rendit compte que ce n'était rien, il se releva sans attendre et pesta. le voilà tout plein de boue. Ce Conte devenait de plus en plus énervant.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 12 Juin 2009 - 18:06
Il n'y avait pas une seconde à perdre...

Kivan encocha également une flèche à son arc d'if et courut à la suite du chevalier Erco. Baradur et Seodoc avaient, quant à eux, de suite pensé à la barque vide et s'y étaient rués. Puis, chacun s'étant emparé d'une rame, ils pagayèrent tant bien que mal, et le plus fort possible, pour tenter de rattraper leurs cibles.

G
alarïn et Yrudïn étaient, quant à eux, restés sur le sol ferme et pierreux en compagnie de Sirion, pour parer à tout renfort des alliés du Comte qui les auraient suivis, ce qui était toutefois fort improbable.

L'embarcation du Capitaine de la Flèche Noire eut tôt fait de revenir sur Skaline et Kivan puis de les doubler. Car il était bien plus aisé d'évoluer sur l'eau, bien au sec sur le bois du canot, que de patauger dans cette eau verdâtre, puante et au fond vaseux. Les deux hommes entendaient des clapotis devant eux, signe que leurs proies n'étaient plus très éloignées... ils pouvaient même apercevoir, lorsque la voie était rectiligne, une barque du même type que la leur, avec à l'arrière une homme recroquevillé, dont on ne voyait que les cheveux bruns et la cape pourpre. A l'avant se trouvait un grand Elfe à la chevelure blonde, porteur d'une cape bleu nuit et de vêtements bleu clair à dorures: il tenait en main les deux rames et faisait avancer à lui seul le canot.

C'était sans doute pour cette raison que les fugitifs perdaient du terrain: petit à petit, les poursuiveurs rattrapaient les poursuivis... Soudain, un rayon de lune apparut tout au bout de la galerie, environ à cent mètres. Au-delà, ce devait être le lac.

Voyant que le destin de la quête ne tenait plus qu'à un fil, Baradur et Seodoc pagayèrent de toutes leurs forces, afin que tout n'ait pas été fait en vain. Les deux barques n'étaient plus séparées que d'une trentaine de mètres...

Ils ramèrent encore, oubliant leurs muscles douloureux...

Vingt mètres...

Ils y étaient presque, pourtant la sortie se rapprochait à vue d'œil.

Dix mètres...

Un ultime et incroyable effort arracha un cri de douleur à Baradur. Les deux embarcations se rencontrèrent et leurs coques s'entrechoquèrent, tandis que le capitaine et son chevaliers sautaient en avant. Ils s'agrippèrent au canot du Comte et le firent basculer: le tyran et son acolyte goutèrent l'eau infecte des égouts.

Ils se relevèrent, de l'eau jusqu'aux haches. Le Comte plaquait sa main droite contre son foie, d'où ruisselait du sang. Avant qu'ils n'aient pu faire quoi que ce soit, les deux membres de l'ordre dégainèrent leurs lames pour tenir leur adversaire en joug, puis attendirent la venue d'Erco et de Kivan et de leurs armes à distance si persuasives.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 26
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Lun 15 Juin 2009 - 14:42
Avec Yrulin et Galarïn, le Fantôme courut le plus vite possible et bientôt ils arrivèrent là où les deux barques s'étaient entrechoquées. Le Comte était à terre, une main sur son bas-ventre, et le visage recouvert en partie de boue. Son regard était rempli de peur et de douleur, il observait la lame de Baradur qui se reflétait à la lueur de la lune sur ses joues blanches.

La tension qu'éprouvaient les "Rebelles" diminuait légèrement avec l'aboutissement de leur quête. Ils avaient finalement réussi à mettre la main sur ce tyran et maintenant, c'était à Baradur de régler le problème. Sirion n'en revenait toujours pas, il avait aidé tous ces hommes et sans jamais penser à l'argent qu'il y gagnerait. Il avait agi par instinct, non par cupidité. Le Khandéen avait changé durant ces dernières semaines, il n'était plus aussi impartial qu'avant et la mort de Himling y était pour quelque chose.

Les reproches des autres l'avaient fait avoir honte de lui-même, jamais auparavant cela ne serait arrivé. Pour la première fois de sa vie, il regrettait d'avoir tué. Quoiqu'il en fût, cette affaire n'était pas encore close entièrement, qu'allait-il advenir du Comte et de son entourage ? Baradur allait-il tous les exécuter ? Les libérer ? Les emprisonner ? S'il les faisait tuer, il deviendrait pire qu'eux mais il ne pouvait pas non plus le libérer car le Comte resterait toujours une menace...

Sirion s'approcha un peu plus en avant vers le Comte, Baradur et Seodoc ainsi que de l'elfe complice du tyran. Regardant le Comte, il dit alors :

- Alors voilà celui qui a causé tant de maux à Esgaroth ? Il me parait bien faible à présent, aurais-tu peur Despote ?

Se tournant vers Baradur et Kivan, il leur adressa ces mots :

- Bon, que fait-on maintenant ? Et l'elfe, on en fait quoi ?




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mar 16 Juin 2009 - 9:46

Le Comte déchu leva les yeux vers celui qui lui parlait, et observa son visage avec attention: et lorsqu'il vit ce curieux regard dissymétrique, il sut à qui il avait affaire, et devina par la même occasion le sort de son ancien ami, Himling. Mais peu lui importait à présent le destin de ses camarades ou conseiller, seule sa petite personne avait de l'importance, en cet instant.

"Vous êtes sans doute Sirion, le mercenaire, n'ai-je pas raison? Ainsi, le noble Baradur se paie les services de ceux qui ne connaissent rien à cette affaire, rien à Esgaroth, et ne répondent qu'à l'appel de l'argent. Je vois... tous sont venus ici pour les pièces d'or qui pulullent en mes coffres... tous ont été asservis par le capitaine de la Flèche Noire, afin de servir ses desseins."

Les sept personnes assemblées autour des fugitifs observaient la scène avec attention, écoutant sans en perdre une miette les paroles de cet homme qui fut Comte, mais qui à présent ressemblait plus à un rat crotté.

"Et croyez-vous que le Capitaine se révélera être un meilleur chef que moi? Croyez-vous qu'il sera plus tendre avec la population, plus bon avec les faibles? Car pour faire un réel profit, il faut être dur, il faut mener les hommes d'une main de fer, tous ceux qui recherchent le pouvoir vous le diront... et Baradur est de ceux-ci, même s'il fait passer son action pour juste et légitime."

O
n aurait pu croire qu'en cet instant, une colère irrésistible se serait emparée du chef de l'Ordre, mais il n'en fut rien, il resta impassible, et son visage affichait la même expression de dégoût que juste avant. Le despote continua son récit venimeux:

"Même vous, Kivan, même vos Masques ont été soudoyés pour une cause idiote. Moi qui vous croyait libre comme le vent, par monts et par vaux, voilà que pour une poignée d'or et une pincée d'argent vous servez et faites mourir vos hommes pour celui qui vous a tant haï pendant dans années, celui qui vous a chassé comme des bêtes sauvages. J'ai apporté à Esgaroth la richesse, la gloirrgl..."

L'épée de Baradur venait de passer en travers de la gorge de l'ancien Comte d'Esgaroth, lui empêchant de terminer sa phrase. Son corps tomba, inanimé, dans l'eau immode des égouts, séparée de sa tête.

"Assez de ces mensonges, il a essayé de nous diviser pour sauver sa peau, il a échoué! A présent, Elfe de la Forêt Noire, vous qui nous avez dénoncé pour préserver vos accordss commerciaux, vous allez retourner voir votre Seigneur Angrod et lui direz qu'Esgaroth est à présent libérée de son tyran! Quand à celui qui vient de tomber, nous le laisserons ici: il a vécu dans l'or, il reposera dans la boue. Il ne mérite pas plus."




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 24
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Mar 16 Juin 2009 - 13:06
Erco écouta le discours du Comte. C'était un discours désespéré que seul un homme blessé et traînant dans le boue peut dire. Son but était assez visible, essayer de retourner les alliés de Baradur contre ce dernier. Ce maudit Comte tentait de semer le doute dans leurs esprit, mais, peut-être, contrairement sa ses compagnons Erco ne se battait pas pour l'argent ou la gloire, mais bien pour la liberté. De plus, bien qu'il connaisse très peu le capitaine de la Flèche Noir, il ne pouvait croire qu'un tel homme serait comme le dit le Conte...De toute façon si le capitaine chevalier ne changeait rien, le rohirrim ferai en sorte de remonter une prise de pouvoir. Lorsqu'il commençait quelques choses, il le faisait comme il le faut.
Soudain, Baradur, d'un geste leste et précis, enfonça son épée en travers de la gorge du Comte. Il expliqua bientôt son geste. Le chevalier Skaline ne dit rien et regarda le corps inerte du tyran s'écrouler dans un dernier spams. Il toucha la boue sans un bruit et il ne bougea plus. Il allait rester ici jusqu'à la fin des temps, tel était le sort réservé à ce cadavre inerte.
Erco Skaline se tourna alors vers l'elfe, dans ses yeux se lisaient une sorte de tristesse:

-Maître elfe, j'avais avant une grande estime de votre peuple, je suis navré de la voir descendre encore plus bas que ces égouts-là....Je ne saurais qu'appuyer le Capitaine Baradur...Mais, moi, j'espère ne jamais vous recroisez car si cela devait arriver, je ne répond de rien....Partez à présent...Vous ne valez pas plus que ce félon.

Il désigna de son arc le Comte. Il releva les yeux et fixa l'elfe. Sa main gauche tenait fermement sa flèche et était prêt à l'encocher et tirer, même si l'on disait que les elfes étaient les meilleurs archers, lui avait vu et enduré assez de chose pour espérer rivaliser avec cette elfe....même s'il devait en perdre la vie....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mar 16 Juin 2009 - 13:28

Baradur garda longtemps par devers-lui les dernières paroles du Comte. Des mensonges... certes, car lui-même ne souhaitait pas abattre un tyran pour instaurer une nouvelle tyrannie, lui-même pensait que gloire d'Esgaroth et bonheur de la population pouvaient être conciliés. Mais n'y avait-il pas un brin de vérité? Les Masques auraient-ils servi le Comte s'il avait eu l'opportunité de les acheter, de leur offrir davantage de richesses? Seul ce chevalier Skaline semblait désintéressé. Pour le cas Sirion, c'était plus compliqué: un curieux changement semblait avoir fait son œuvre entre le moment où il l'avait rencontré dans les cachots et l'instant présent.

M
ais le Capitaine de la Flèche Noire souhaitait ne plus penser à ces choses-là. Leur but était atteint, à présent il fallait rebrousser chemin et voir ce qu'il en était de la situation dans la ville et au château.

E
n barque ou à pied, ils firent le chemin inverse de l'aller, suivant à distance respectable l'Elfe, qui avait lâché les armes et semblait obéir à leurs volontés... Il en aurait, des choses à dire à son seigneur, alors mieux valait ne pas contrarier ces rebelles, d'autant plus qu'il ne pouvait espérer rivaliser à un contre sept. Au bout de quelques minutes, ses pas ne s'entendirent plus, et il disparut dans les ténèbres ne la nuit, tel une ombre, pour ne plus être vu à Esgaroth de longtemps.

Le groupe retrouva le passage souterrain et quitta sans regret les égouts. En chemin, les compagnons passèrent de nouveau devant Glemyr, le conseiller déchu, qui, bien qu'en piteux état, pouvait s'en sortir à condition d'une intervention d'un guérisseur.

"Seodoc, Galarïn. Portez Glemyr au château. Il était moins mauvais que le Comte, et sans lui le despote nous aurait peut-être échappé. Il a droit à un procès en place publique."




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 24
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Jeu 18 Juin 2009 - 10:21
Le retour se passa plutôt bien, du moins pour Erco, même s'il était trempé et qu'il souhaitait une seul chose: dormir quelques heures, avant de finir sa mission première: restituer la bague d'Alorn à sa famille, ainsi que son épée. Ça allait sans doute être l'un des pires moment de sa vie, annoncé à une femme que son mari est mort. Il n'avait encore jamais du faire un tel chose....Le rohirrim se rendit vite compte que l'elfe s'était enfui sans laisser la moindre trace de son passage. C'était une attitude de longue oreille, apparaître et disparaître comme une ombre. De le savoir envoler, rassura Erco qui craignait un quelconque coup fourré de la part de cet elfe des forêts Noires.
Le groupe repassa devant Glemyr qui gisait dans son propre sang. Il était appuyé mollement contre la parois. Il ressemblait à une île au milieu d'une mer vermeille. Il était certes en mauvaise état, mais pouvait vivre s'il recevait au plus vite les soins d'un guérisseur. Deux des chevaliers de la Flèche Noir s'occupèrent de le porter jusqu'au château.
Le chevalier Skaline ne dit rien, il regardait la blancheur du conseiller. Il aimerait bien connaître les motivation de cet individu à s'être rebeller contre son maître qu'il sert depuis bien longtemps. Une soudaine prise de conscience et la volonté de se racheter. Le simple but de se faire passer pour un rebelle et espérer survivre à cette prise de pouvoir. Une vengeance car un tel Comte a dû se faire pas mal d'ennemi, dont le plus dangereux Baradur...Mais Erco était quasiment sûr de ne jamais connaître la vrais réponse, car si Glemyr survit, il dira que c'était réparer le mal qu'il a laissé vivre....Et dans un sens c'était juste....
La nuit risquait d'être encore longue....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Jeu 18 Juin 2009 - 11:52
Les sept compagnons et le conseiller qu'ils portaient remontèrent vers le petit balcon blanc où ils se trouvaient tout à l'heure. Pourtant, beaucoup de choses avaient changé depuis lors: le Comte n'était plus, et Baradur pouvait prétendre au grade le plus haut d'Esgaroth.

Mais le Capitaine de la Flèche Noire ne pensait pas encore aux futurs honneurs; son esprit en était à l'instant présent et aux priorités.

"Que deux d'entre vous redescendent dans les geôles du château pour libérer les trois membre de l'Ordre encore enfermés: Erelion, Rhor, et Efelrûth."

Pendant ce temps, tous les autres se rendirent au rez-de-chaussez pour voir où en était la situation. Et quelle ne fut pas leur surprise et leur chagrin de voir Xzar et Montaron, les deux Masques, penchés sur le corps gisant de Reor...

"Avant que les renforts et la population n'arrivent dans la cour, la porte a finalement cédé, et il a été transpercé d'un trait. Juste avant que nous prenions le contrôle de la situation."

Baradur ne pleura pas. Pas encore. Mais sa tristesse était grande. Il passa par l'ouverture à présent béante et observa la foule rassemblée dans la cour: les Masques, diminués en nombre, tenaient prisonniers les soldats d'Esgaroth qui avaient déposé les armes, et dégageaient les lieux des cadavres de ceux qui avaient résisté jusqu'à la mort.

Une partie de la population était arrivée avec des fourches et des faux, des marteaux et des couteaux, sous l'action des trois Nain, Frehïn, Fréor, et Bèledin, qui se pressaient à la porte pour prendre des nouvelles. Leur mission n'avait pas été facile, mais à force de volonté, ils l'avaient mené à bien. Cela n'avait toutefois servi à rien, car l'avenir d'Esgaroth ne s'était pas joué à l'extérieur, mais bien dans les égouts de la ville, loin de l'agitation.

"Habitants d'Esgaroth, d'importants évènements se sont déroulés cette nuit, et vous en saurez plus demain matin. Pour l'instant, retournez à vos demeures!"


L
a plupart exécutèrent les ordres san rien comprendre de la situation, et seuls quelques civils curieux restèrent là pour regarder et glaner quelque information. La lune, elle, veillait toujours dans les cieux entre les nuages, insensibles aux joies et aux malheurs du monde."




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 24
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Lun 22 Juin 2009 - 11:30
Alors qu'ils descendaient de la chambre de l'ancien Comte, Baradur se tourna vers le groupe et demanda à deux d'entre eux de redescendre dans les geôles pour libérer les derniers chevaliers encore prisonnier. Erco répliqua sans hésiter:

-Je m'en occupe.

Il se tourna vers Yrudïn dit l'Ancien et lui dit:

-Viens! Baradur, c'est vous qui avez les clés....

Le capitaine se tourna vers le rohirrim et lui lança le trousseau, avant de s'éloigner avec le reste du groupe d'un bon pas. Il fallait espérer qu'ils arriveraient assez tôt pour arrêter les affrontement dehors, mais il ne pouvait savoir que Reor était tombé percé par une flèche...
Le chevalier de la Flèhe Noir et le Chevalier Skaline courraient à travers les couloirs. Ils étaient tout deux pressés de libérer ces nobles compagnons. Pour le premier pour sauver ses amis et pour le second pour aider.
L'humidité se fit bientôt sentir, les geôles approchaient. Le duo débouchèrent bientôt dans la vaste salle ou était enfermé trois hommes. Ce fut Yrudïn qui trouva en premier Erelion. Erco lui lança le trousseau, continuant ses recherches. Il trouva un cellule portant une croix, il regarda à travers les barreaux et aperçu un manteau blanc. Cela devait être Rhor. Yrudïn vint bientôt accompagné d'un inconnu qui se présenta sous le nom d'Erelion.
Cinq minutes plus tard, ils étaient au complet et commençaient à remonter. Les trois nouveaux grimpaient quatre à quatre pressé de s'informer de la situation. les deux autres aussi, mais leurs mouvements étaient plus lasses, surtout Erco...
La nuit touchait à sa fin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Lun 22 Juin 2009 - 13:53
La Compagnie de la Flèche Noire se trouvait à présent, au complet, dehors, dans la cour du château... enfin, pas tout à fait complet: il manquait Reor, bien sûr, à présent recouvert d'un drap blanc. Mais lui ne reviendrait pas, plus jamais il ne contemplerait le lac d'Esgaroth et la rivière courante. Il était mort, et l'Ordre comptait à présent huit hommes, sept et un capitaine.

A côté d'eux, les trois Nains conversaient en leurs langues, et Kivan s'entretenait avec ses plus proches compagnons parmi les Masques, prenant des nouvelles de la bataille qu'il avait manqué. Une dizaine au moins de ces mercenaires avait péri durant la nuit, et dix encore étaient blessés plus ou moins gravement. Mais ces pertes avaient été nécessaires. Nécessaires pour mettre fin au règne sans partage du Comte; nécessaires pour protéger la population qui s'était soulevé et avait couru, mal équipée, jusqu'à la forteresse; nécessaires enfin à briser cette inimitié qui les tenaient éloignés d'Esgaroth depuis si longtemps.

Les survivants portaient les corps à l'intérieur, dans la grande salle du château, et soignaient les blessés. Les derniers curieux parmi la population avaient regagné leurs logis, mais pour peu de temps seulement: car une rumeur circula qu'une cérémonie se déroulerait dans la matinée, afin de clarifier la situation et de faire des annonces officielles devant tous les habitants de la ville du Lac.

Baradur, lui, était à présent introuvable. D'aucuns disaient qu'il s'était retiré dans une haute pièce avec Seodoc, mais nul ne savait pour quelles raisons et où exactement. La seule chose qui était sûre, c'est qu'il y avait du changement en perspective...

[HRP: Suite ICI.]




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La fuite du tyran
» Les mémoires d'un tyran
» Haïti : fuite des cerveaux la plus élevée au monde
» Fuite glaciale
» Pourquoi Napoleon 1er est considéré comme un tyran ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Le Rhovanion :: Royaume de Dale :: Esgaroth-
Sauter vers: