Un nouveau départ

Aller en bas 
Aëlia
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 12

Sam 4 Juil 2009 - 23:16
Aëlia marchait en pleine nature. La journée n'avait pas été bien fructueuse aujourd'hui, elle n'avait rencontré que très peu de voyageur et avait du puiser dans ses réserves de nourriture car même les animaux se faisaient rare dans cette région déserte et pourtant verdoyante. Le vent soufflait en une douce brise et les arbres bougeaient leurs branches faisant se frotter les feuillesles unes contre les autres en un bruissement agréable à entendre. La jeune femme se mit en quête d'inspecter le bois des arbres qui se trouvaient près d'elle afin de voir si elle pourrait fabriquer un nouvel arc robuste mais fin et élégant. Aëlia effleura le tronc d'un des arbres essayant de reconnaitre de quel bois ce pouvait être à la sensation du toucher. Un bois rugueux et noueux, des feuilles d'une forme bien spéciale, nul doute qu'il s'agissait là d'un chêne. La jeune femme poursuivit alors son chemin. Le chêne était sans aucun doute un arbre résistant dont le bois pouvait être utiliser pour fabriquer des arcs bien robustes, cependant elle lui préférait le bois l'olivier ou du bouleau blancs bien plus élégants une fois transformés en arc.

Aëlia, après un petit temps de réflexion s'assit afin de faire une pause. Bien que cette journée ne fut pas bien riche en rebondissement, elle n'en était pas moins fatiguante. La jeune femme ota son capuchon de sa tête, profitant des chauds rayons du soleil. Elle tripota machinalement le bracelet de pierre bleue attaché à sa cheville droite tout en pensant à son père. Tout cela c'était pour lui qu'elle le faisait.
Jouer la commerçante d'arc, parfois même louer ses services en tant qu'archère, tout cela pour pouvoir gagner un minimum d'argent afin d'aller en ville et trouver quelqu'un de compétent qui puisse lui dire d'ou venait le fameux bracelet..

La jeune femme but un peau de l'eau de son outre en cuir et se releva afin de continuer vers le Nord. Sa longue robe bleue commençait sérieusement à la gêner dans son évolution, l'herbe au sol commançait à se faire plus dense ce qui n'était pas pour plaire à la jeune femme. Agacée, elle s'arrêta net et dégaina son épée courte avec laquelle elle coupa le bas de sa robe. Elle se regarda. Bon, elle devait l'admettre, se balader avec une robe qui n'arrivait plus qu'a mi cuisse n'était pas très correct mais c'était tout de même plus pratique que de s'accrocher dans les herbes. Aëlia rengaina sa lame et continua comme tout à l'heure en direction du Nord.

La, elle scruta l'horizon. Aucune ville aux alentours, rien et pourtant...
Elle sentait une présence, elle se sentait épiée et lentement elle commença à sortir son arc en bois d'olivier dissimulé jusqu'a présent sous sa cape. Elle regarda autour d'elle à l'affut de n'importe quel bruit, ou mouvement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nidnama
Intendant de Lothlórien - Maître Guérisseur
avatar

Nombre de messages : 803
Age : 26
Localisation : Ailleurs sans doute puisque tu ne me vois pas...
Rôle : Guérisseur, Elnaith de la maison de la harpe (et accessoirement Elaïne)

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 172 ans
- -:

Mar 7 Juil 2009 - 1:11


Voilà combien de jours voilà combien de nuit voilà combien de temps qu’elle avait été prise ? Elle n’en avait plus la moindre idée… En tout cas depuis ce jours elle allait vers le sud sous le fouet de ses tortionnaires. Pour avoir essayer trois fois de se faire la malle elle avait bien vite compris que cela ne servirait a rien…

Dire qu’elle était condamnée a marcher aurais été faux. Dire qu’on la traitait mal l’aurais aussi été. Simplement… Elle ne pouvait pas s’esquiver. Elle ne pouvait pas s’échapper. Elle était emmenée en un lieu inconnu pour un office inconnu…

C’était la pause de la mi-journée. C’était une journée tout a fait ordinaire. Les dix gardes et le couple qui la gardait prisonnière n’était pas particulièrement tendu… Mais finalement tout bascula. Quelqu’un approchait. A chaque fois c’était toute une histoire. Comme s’ils craignaient que le moindre voyageur les rencontre… Nombreux étaient d’ailleurs ceux qui avaient simplement rendu l’âme pour être passé au mauvais moment au mauvais endroit.

Mais cette fois ci les discutions étaient différentes :

- C’est une femme. On en fait quoi ?

- Comment ? Elle est jolie ?

- Plutôt belle…

- Ca peux toujours faire ça de plus non ? Comme ça on sera encore mieux vus par le Neleg…

- Pas faux… Et on a interrêt a arriver avec de quoi l’amadouer… Voir débarquer deux Cameriers sur son district alors qu’on vient de celui d’un des ses plus fervents rivaux…

- On la prend ?

- On la prend.

Ensuite les choses changèrent beaucoup de d’habitude : la femme partit en arrière… Jusqu'à présent ce n’était encore jamais arrivé. Les deux… "Cameriers" étaient toujours restés pour la surveiller…

***



Une femme surgit des fourrés derrière la voyageuse. Elle semblait paniquée. La moitié de son visage était couvert de rouge… D’une voix haletante elle s’adressa a la jeune femme qu’elle venaitt de trouver sur son chemin :

- Par pitié… Aidez moi… Fuir… Bandits… Trop… Nombreux…

Elle désigna, paniquée la direction dont elle venait…


La nuit qui soigne et guérit…
La folie qui m’accompagne…
Et jamais ne m’a trahit…


"Champagne, Jaques Higelin"

Mellon Elencύ tir du
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlia
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 12

Mar 7 Juil 2009 - 22:09
Aëlia sursauta alors et pointa son arc en direction du bruit qui s'échappait semblait il de l'intérieur des arbres. Alors qu'elle s'apprêtait à décocher une flèche, une femme, le visage rouge, les vêtements déchirés et la mine terrifiée se précipita vers Aëlia en la suppliant de l'aider car il y avait des bandits. En vérité Aëlia n'avait pas vraiment compris ce qu'elle disait, mais elle avait en revanche parfaitement compris qu'elle était en danger.

Aëlia entraina la pauvre femme un peu plus loin et dit:

Cachez vous là et attendez moi, ne vous inquiétez pas.

Elle laissa là la femme apeurée derrière un buisson et s'avança en direction des arbres. Elle haussa un sourcil avant de se demander ce qui arrivait à la pauvre femme. Poursuivie par des bandits? Et pourquoi des bandits lui en voudraient ils?

Aëlia, repoussa quelques boucles rebelles de sa chevelure avant de s'agenouiller l'arc pointé dans la direction dont venait l'inconnue. Ainsi elle ne manquerait pas la première personne qui arriverait mais avant elle aurait bien voulut savoir ce que ces hommes voulaient.

Peu de temps après, du mouvement se fit à travers les arbres, et trois hommes armés et de haute taille arrivèrent en trombe.
Aëlia pointa son arc en direction du premier qui arriva et ordonna d'une voix autoritaire aux deux autres:

Refaites un seul pas, et il est mort en moins de deux secondes.

Les trois hommes la scrutèrent étrangement mais ne bougèrent pas. Aëlia, fière de son petit acte d'autorité en profita pour les observer. Trois hommes bruns, la peau bronzée. L'un d'eux avait une mine renfrognée et le regard fier, il était surement le chef. Aëlia se redressa et sans les quitter des yeux poursuivit:

Bien maintenant dîtes moi ce que vous faites ici et pourquoi vous courez comme cela.

Elle resta là, aux aguets, méfiante prête à décocher la flèche si l'un des trois tentait le moindre geste suspect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nidnama
Intendant de Lothlórien - Maître Guérisseur
avatar

Nombre de messages : 803
Age : 26
Localisation : Ailleurs sans doute puisque tu ne me vois pas...
Rôle : Guérisseur, Elnaith de la maison de la harpe (et accessoirement Elaïne)

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 172 ans
- -:

Jeu 9 Juil 2009 - 0:29


Gentille petite… Elle s’offrait sur un plateau d’argent. Un arc contre trois hommes. Il n’y avait pas besoin de réfléchir bien longtemps pour connaître l’issue du combat… L’homme a l’air hautain haussa les sourcils en voyant l’arme pointée sur lui… Et pencha la tête sur le côté en murmurant :

- Vous pensez avoir une chance de vous en sortir grâce a votre jouet ?
Posez donc ça… C’est ce qui vaudra le mieux pour vous…


Mais dans le même temps, dans le dos de la voyageuses des événements inattendus se déroulaient : la femme au visage en sang souriait a pleine dents en se dirigeant d’un pas décidé vers sa "sauveuse"…

Elle pausa simplement sa main sur l’épaule de l’infortunée voyageuse et lui chuchota a l’oreille :

- L’habit ne fait pas le moine tu sait ?

En un instant elle s’était placée derrière sa nouvelle victime, plaçant simplement une dague glaciale dans son dos de manière a ce que l’autre en devine clairement la présence… D’un voix plus forte elle ajouta a l’intention des trois autres :

- Désarmez là, ligotez là. Vous me ferrez une garde supplémentaire pendant une semaine pour m’avoir obligé a intervenir…

- Mais… Mais…


Un seul regard fut échanger avant que l’homme a l’air hautain ne s’incline :

- Il sera comme vous les dites Camérier.


La nuit qui soigne et guérit…
La folie qui m’accompagne…
Et jamais ne m’a trahit…


"Champagne, Jaques Higelin"

Mellon Elencύ tir du
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlia
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 12

Ven 10 Juil 2009 - 20:33
Aêlia en resta bouche bée. La jeune femme effrayée qu'elle avait vue sortir des bois il y a peu venait de ressurgir derrière son dos et s'avérait etre de mèche avec les trois hommes. Elle ordonna d'ailleurs à ses hommes de la ligoter et de la désarma, ce qu'elle fut bien obligée d'accepter puisqu'elle ne pouvait pas faire grand chose seule contre quatre. Elle était courageuse mais point stupide et tenait quand même à sa vie.

Mais tout n'était pas perdu. Les trois hommes ne semblaient pas d'accord avec la décision de la jeune femme au visage ensanglanté. Aêlia en était presque certaine vu la mine qu'ils arboraient. Aêlia après son petit temps de réflexion posa calmement son arc à terre et se releva prudemment permettant aux trois hommes de s'emparer d'elle et de commencer à ligoter. La femme la regardait quant à elle avec un air satisfait et Aêlia ne put s'empêcher de demander:

Qui êtes vous? Et pourquoi faites vous cela? Je ne vous ai rien fait de mal.

La jeune femme semblait bien se moquer d'elle et en attendant sa réponse, Aêlia tenta de parler aux trois hommes affairés à la ligotter:

Pourquoi lui obéissez vous? Après tout elle vous traite d'une assez bien mauvaise façon, vous faire faire une garde suplémentaire, ce n'est pas vous donner le plus grand respect. Réfléchissez..Si vous vous rangez de mon côtés je pourrais vous offrir beaucoup.

Elle leur adressa un sourire éblouissant. Jouer les manipulatrices, il était indéniable qu'elle était douée pour cela. Et comme elle n'avait que le moyen de persuasion pour ce sortir de la situation, elle n'avait qu'a faire avec.

Le moment venu, s'ils consentaient à l'aider bien sur, elle trouverait un moyen de se débarrasser d'eux. Elle verrait bien le moment venu. Pour le moment rien n'était gagné mais il restait encore de l'espoir..

Allons messieurs, pensez aux avantages que vous pourriez tirer en vous chargeant d'éliminer cette femme atroce. Plus de gardes imposées et vous serez libre de faire ce que vous voulez.


Elle savait qu'elle prenait des risques en faisant cela. Mais elle devait absolument sortir de cette situation. Et comme on le dit souvent, il y a toujours de l'espoir. Aêlia fixa alors les hommes le regard fier ne se laissant pas submerger par la peur de perdre à jamais sa liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nidnama
Intendant de Lothlórien - Maître Guérisseur
avatar

Nombre de messages : 803
Age : 26
Localisation : Ailleurs sans doute puisque tu ne me vois pas...
Rôle : Guérisseur, Elnaith de la maison de la harpe (et accessoirement Elaïne)

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 172 ans
- -:

Dim 12 Juil 2009 - 22:50
HRP//Tu ne t’en est sans doute pas rendu compte (tu ne le peux de toute manière pas) mais j’ai fait une erreur dans les rps précédents en utilisant le terme de Camérier a la place de celui de Canthui… Désolé ^°^//HRP





Que de belles paroles… Les soudards qui s’occupaient de ligoter le jeune femme éclatèrent littéralement de rire lorsque leur prisonnière commença son discours… Ils étaient mal traités ? Ils auraient des avantage a aider la prisonnière a s’esquiver ? Tout cela était bel et bien beau… Mais ils n’étaient pas fous. Pas fous au point de s’opposer clairement a leur supérieure… A faire de pareilles idioties, un Disciple ne survivait pas longtemps… Et de toute manière :

- La Canthui n’est pas si exigeante… Et pour ce que vous pourriez nous offrir… Je suis certain que vous serez bien heureuse de nous le donner encore et encore dans quelques jours pour quelques petits avantages…

L’homme a l’air hautain s’était exprimé de cette manière pendant qu’il restait le seul a tenir la prisonnière… Il profitait d’ailleurs au maximum de la situation… Aurait-il continué sur sa lancé ? Aurait-il poussé plus loin ses gestes de plus en plus déplacés ? Peut-être si la voix de la fausse fuyarde ne s’était pas élevée, aussi douce que ferme :

- Halte là ! Elle est destinée au sacrifice. Comme l’autre. Je doute que vous appréciez que le Camérier, là bas, apprécie beaucoup que vous ayez gouté a son cadeau avant lui non ?

L’homme retira précipitamment sa main mal placée comme s’il l’avait posé sur des braises. La femme continua :

- Quand a toi ma jolie… Tu n’a rien fait de mal… Mais tu t’est trouvée sur ma route… Et le fait est qu’un petit cadeau de plus pour l’homme chez qui je me rend ne serait pas de refus… Ha… et au fait… N’essai même pas de retourner mes hommes contre moi… Je ne suis pas assez folle pour m’entourer d’hommes dont je ne peux me débarrasser…

Ces mots ne semblaient pas du tout déranger les trois grands gaillards… Ils étaient apparemment parfaitement conscient d’être aussi faibles que des agneaux face a leur maîtresse… Et d’être facilement échangeable….

La femme approcha son visage de celui de sa captive et déposa un baiser sur ses lèvres avant d’ajouter :

- Il y a une seule chose qui te sera épargnée… Personne n’abusera de toi… Les hommes ici n’oseraient pas… Et le Camérier n’aura pas besoin de te forcer… Bien sur… Je suis certaine que certains de mes agneaux seraient prêts a être plus doux avec toi si tu est gentille… Ceci je ne te l’interdit pas… Oui… N’espère pas que je vais ma fatiguer a te garder en vie si tu est vilaine… Je trouverais bien une remplaçante sur la route au besoin…

Sans un mot de plus elle lui tourna le dos et retourna par là ou elle était arrivée. Les trois hommes suivirent le mouvement entrainant bon gré mal gré la prisonnière.


La nuit qui soigne et guérit…
La folie qui m’accompagne…
Et jamais ne m’a trahit…


"Champagne, Jaques Higelin"

Mellon Elencύ tir du
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Episode n°1 ; Un nouveau départ
» Petite Ode ○ La chanson du désespoir où la mélodie d'un nouveau départ ?
» Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]
» A l'aube d'un nouveau départ [AJ Lee]
» Besoin d'un nouveau départ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: L'Arnor-
Sauter vers: