Le Fléau d'Antioch

Aller en bas 
Aznuc
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 23 ans
- -:

Dim 16 Aoû 2009 - 22:16
Aznuc avait longtemps rôdé dans l'Arnor traquant tous les ennemis qui se présentaient. Chaque incursions du mal dans ces terres le répugnait et il ne lâchait pas sa proie jusqu'à ce qu'elle gis, inerte, à ses pieds. Ses pas l'avaient mené à divers endroits, tous plus beaux les uns que les autres à ses yeux mais néanmoins dangereux. Durant ces trois longues années d'errance, il connaissait assez bien l'Arnor pour savoir y vivre sans danger. Son apprentissage chez les Elfes et les Rôdeurs put se justifier à plusieurs reprises et Aznuc remercia Elminir et Arméor. Puis les soirs il pensait à eux, en fumant sa longue pipe, et ses compagnons lui manquaient. Par moment, son envie lui disait qu'il fallait rejoindre Fondcombe pour toujours, mais il se résigna à abandonner la vie qu'il avait désormais. Il avait eu vent de l'Armée Unifiée, mais jamais il ne la rejoignit, préférant faire sa propre guerre.

Cette année, il se tint souvent dans les Hauts du Nord, voulant les traverser pour rejoindre les Rôdeurs dans les Collines d'Evendim et retrouver Arméor. Mais chaque fois, il repoussa cette idée car il sut que l'ennemi ne lui laisserait jamais le temps de se reposer parmi les siens. Alors il resta dans les Hauts, ne dormant jamais au même endroit la nuit et se déplaçant furtivement la journée.

Et un jour, il sentit qu'une présence le suivait car où qu'il allait il se savait poursuivis et cette sensation était désagréable. Jamais un Orque ne pourrait traquer aussi bien et alors il se méfia, doutant d'un quelconque assassin ou autre...
Alors il se cacha et attendit. Peu après, une ombre discrète apparut au haut d'une colline et Aznuc fronça les sourcils. Il n'avait pas la vue des Elfes, mais cette ombre se déplaçait avec adresse, savant regarder là ou il fallait. Et il remontait ses pas jusqu'à lui. Alors, au moment où Aznuc banda son arc, ses yeux s'écarquillèrent et il rangea son arme. Il sortit de sa cachette et s'écria :

- Arméor ! Mon ami ! Mais que fais-tu donc ici ? Voilà que tu me suivais depuis quelques jours et je ne savais pas que c'était toi. Ah ! Que je suis content de te revoir ! Mais raconte moi donc ce qui t'as amené.

Et pendant qu'il parlait, il se dirigeait vers Arméor le sourire au lèvre et alors les deux amis se retrouvèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arméor
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 9

~ GRIMOIRE ~
- -: humain
- -: 23 ans
- -:

Dim 16 Aoû 2009 - 23:06
Arméor se tenait en haut de la colline attendant la venue de son ami qu’il avait suivi depuis plus de deux jours. Il lui dit :

-Je te retrouve enfin mon ami ! Cela fait des jours que je te cherchai et tu te montre enfin. J’ai eu vent de tes nouvelles par quelques compagnons que tu rodais dans les Hauts du Nord non loin de nous. J’ai donc décidé de venir te chercher pour le plaisir de revoir mon viel ami.

Arméor vit le sourir qui se dessinait au coin de la bouche d’Aznuc, il lui rendit son sourir et lui dit :

-Je vois que me revoir te fait plaisir mon cher Aznuc. La solitude dans ces monts t’ont rapellé à quel point tu tenais à moi ou serait-ce le sentiment d’être arraché à ces hauteurs qui te font sourir tel un lapin devant une carotte ?

Il s’arrêta un instant et contempla Aznuc des pieds à la tête.

-Oh ! J’oubliais mes bonnes manières. Veux-tu un bout de pain ? Il m’en reste dans ma sacoche et je supose qu’il y longtemps que tu n’as pas rempli ta panse avec un plat consistant. Je sais que ceci n’est pas grand chose mais j’espère qu’il te plaira.

Il ouvrit sa sacoche et lui sortit un bout de pain, certe qui n’était pas frai mais un bout de pain quand même ! Aznuc le prit volontiers et Arméor lui tint ces mots :

-Depuis combien de temps vis tu dans ces hauteurs ? Pourquoi n’as tu pas voulu me rejoindre moi et les autre Rôdeur aux Collines d’Evendim ? Tu n’étais pourtant pas très loin.

Il vit Aznuc regarder vers les Hauts du Nord qui se situés derrière Arméor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aznuc
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 23 ans
- -:

Dim 16 Aoû 2009 - 23:44
- Un bout de pain ne serait pas de refus ! répondit Aznuc.

Et pendant qu'il mangeait, Arméor lui posait des questions et une fois qu'Aznuc eut fini, il porta le regard vers les Hauts du Nord et dit :

- Je suis resté ici pendant plusieurs mois. Hélas, les jours passent vite et je n'ai jamais trouvé le courage de te rejoindre. J'avais peur que vous ayez changés d'endroit et tu sais bien que je n'aime guère vivre longtemps quelque part. Or je savais que si je te rejoignais, je resterais avec vous autres car une vie solitaire n'est pas toujours joyeuse. Et je pensais de même pour Fondcombe. Alors je restais ici, dans l'indécision. Mais si ton destin est de rejoindre le mien ici même, alors je m'y plie. Désormais, j'espère aller où que tu ailles mais promets moi de ne jamais t'attarder longtemps car je préfère voyager.

Il marqua et une pause et continua :

- Mais vois ! L'entraînement que tu m'as donné a porté ses fruits. Et bien que je fus élevé par des Elfes avant, je n'en suis devenu que plus fort d'esprit. Mon bras a abattu nombre d'Orques et d'Hommes mauvais ! En restant ici durant ces longs mois, je n'ai fait que protéger ces Hauts et désormais, rares sont les Orques qui passent ici. Si nous restons ensemble nous pouvons faire notre guerre, comme cette armée qui s'est réunie à Annuminas !

Et le coeur en liesse, il s'interrompit et regarda son ami.

- Je parle, mais tu ne m'as pas dis pourquoi tu as voulu me revoir mon vieil ami. Mon cœur est heureux en te voyant ici, mais dis-moi, n'es-tu pas venu pour me faire revenir auprès des Rôdeurs ? Car si c'est le cas, alors je te dirais que nous devrions nous séparer une fois de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arméor
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 9

~ GRIMOIRE ~
- -: humain
- -: 23 ans
- -:

Lun 17 Aoû 2009 - 0:26
-Certe nous manquons cruellement d’effectif depuis quelque temps, certains nous ont quitté voulant changer de statut, d’autre sont mort et pire encore ! Nous avons perdu la trace de certains de nos compagnons alors qu’ils effectuaient une quêteet nous n’avons point retrouvés leur corps. Je sais que certains veulent ton retour parmis nous mais nous savons que tu prefères agir seul pour le bien de tous.

Il s’arrêta un instant, voyant que Aznuc le regardait attentivement, écoutant la moindre de ses parole. Puis il reprit :

-Mais moi je ne souhaite pas ton retour parmis nous car tes actes se sont avérés plus talentueux lorsque tu agissais seul. Et selon Malacres, le dirigeant de notre groupe de Rôdeur, il serait plus judicieux que je me joigne à toi. Quand il a ouï que tu étais dans les Hauts du Nords, il m’a de suite anoncé que je devais te rejoindre en me donnant pour seul directive de t’aider dans ta quête. Je suis donc directement parti te rejoindre car tel est ma destiné selon Malacres.


Il se tût, mit sa capuche et releva le bout de tissu bleu nui qui revouvrait sa bouche. Il sortit ses dagues d’un geste vive, ferma sa sacoche contenant les derniers morceaux de pain, scruta le ciel et l’horizon et se tourna enfin vers Aznuc. Il lui lanca d’une voix remplie de joie :

-Prêt à partir mon compagnon ? Nous avons de grandes choses à accomplir ici ! Alors ne tardons pas à nous remplir la panse surtout en terrain decouvert !

Ils quittèrent donc cette colline pour retourner dans fourrés où Aznuc s’était caché plus tôt et ils disparurent tel un fantôme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aznuc
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 23 ans
- -:

Mar 18 Aoû 2009 - 23:36
Aznuc et Arméor partirent des Hauts du Nord et se dirigèrent vers le Sud. Il marchèrent ainsi pendant tout le jour et plus ils avancèrent, plus Aznuc se sentait mal à l'aise et il dit :

- Sens-tu ? Je sens comme quelque chose d'inhabituelle. Plusieurs fois je suis passé ici, mais jamais je n'ai ressenti ce que je ressens maintenant. Il y a comme quelque chose de mauvais qui est passé ici. Je pressens un quelconque plan du Mal. Empressons-nous de quitter ce lieu, il ne me dit plus rien !

Et comme ils se remirent en route, Aznuc s'arrêta.

- Regarde là ! Des traces de pas ! Celles d'un Elfe. Il a le pas léger et il se dirige vers l'Est. Suivons-le ! Peut-être saura-t-il ce qui se passe ici.

Et alors, ils suivirent les traces, s'arrêtant quelque fois pour la retrouver, quand ils s'étaient trop éloignés. Les Hauts du Nord étaient maintenant loin derrière eux, bien qu'ils étaient encore visibles. Et quand le soleil projeta des ombres rouges, et que la nuit arriva, ils se reposèrent, car ils ne s'étaient pas arrêtés depuis le matin. Aznuc mangea des baies et Arméor partagea son eau. Ensuite, ils discutèrent et Aznuc voulut avoir plus de nouvelles des Collines d'Evendim. Ensuite, ils se levèrent et Aznuc dit :

- Le soleil se couche et il sera difficile de suivre l'Elfe dans le noir. Alors que nous parlions, nous n'avions pas vu le temps passé. Allons ! Restons ici pour la nuit. Je vais allumer un feu assez grand pour nous réchauffer mais assez petit pour qu'aucun mal traînant dans les environs ne vienne.

Et alors, quelque temps après, ils dormirent mais non d'un sommeil profond.

Arméor se réveilla le premier et leva Aznuc. Le soleil n'était pas encore levé mais il était temps de partir. Ils repartirent suivre les traces de pas. Elles allaient droit vers l'Est et jamais ils ne trouvèrent des traces de repos. De plus, les pas de l'Elfe semblaient montrer qu'il était pressé et Aznuc eut le sentiment que ça n'était pas rien.
Et au détour d'un chemin, les pas s'arrêtaient net.

- Il se sentait suivi ! Regarde ! A partir de là, il les a effacées. Maintenant, nous n'avons plus aucune chance de le retrouver. Cet Elfe peut se trouver n'importe où, que ce soit loin devant ou juste en train de nous écouter. En espérant que cet Elfe soit de notre côté.

Comme il parlait, une silhouette émergea des buissons à leur droite et par réflexe, les deux Rôdeurs dégainèrent leurs épées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aërinhion
Soldat Elfe
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Localisation : Champs du Pelennor
Rôle : Etudiant

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 126
- -:

Mer 19 Aoû 2009 - 4:05
Cela faisait des mois qu'Aërinhion avait quitté le camp des elfes de la Forêt Noire , exactement depuis que les elfes rebelles avait eu la bonne idée d'attaquer celui-ci , et en avait payé le prix.

Aërinhion se retrouvît en Arnor , une belle région de la Terre du Milieu , fort dangereuse néanmoins depuis sa chute il y a de des années de cela. Depuis deux semaines , il sentait un mal dans la région de Forlong. Le sommeil d'Aërinhion était troublé. Il voyait dans son sommeil un village , une bête , des cadavres , dans un cadre de flammes. Aërinhion n'arrivait plus à dormir , et pour en avoir le cœur net , il décida de partir à la recherche de ce village.

Après deux jours de marche rapide , Aërinhion arriva dans une clairière à quelques lieux de Forlong , il y avait quelque chose d'anormal , des flammes , à l'Est , à même pas une lieu de cette clairière . Aërinhion se dirigea vers les flammes en courant . Plus il se rapprochait du lieu de l'incendie , plus il entendait des cris , certains humains , et d'autres complètement inhumains , à la limite du bestial.

Une horreur , la vision qu'avait Aërinhion se produisait devant lui , un village , encore fumant , des corps calcinés , lacérés , mutilés . au moment ou Aërinhion leva les yeux , et vue une bête , ou du moins , une ombre au loin . Tout ce qu'il voyait, il s'en souviendrait , une bête longue de 4 mètres de long , de 2 à 3 mètres de hauteurs à vu d'œil , des crocs dignes des plus grands carnivores , des griffes longues et acérées aux pattes , et une queue courte , mais pointu en son extrémité. La bête se dirigeait vers les Monts Brumeux , au loin . L'elfe se dirigeait vers l'un des corps gisant au sol , il constata qu'il n'était pas encore mort , mais gravement blessé , il se baissa pour s'approcher de lui et entendit ces quelques mots , prononcé à bout de souffle:

-"Ôtez cette horreur de la surface de la Terre , et lavez l'Honneur de nos familles ... Je vous en pr..."

Il donna son dernier souffle , et Aërinhion , plus déterminé que jamais , se mit en chasse de la bête.

Après une longue journée de marche , l'elfe , exténué , décida d'établir son campement pour la nuit , il s'allongea à même le sol , se nourrit brièvement de quelques racines trouvés dans les bois , et s'endormit tout aussi vite.

L'elfe , intrigué par un bruit de métal , se leva pour sécuriser les alentours . Il s'empara de son épée , fit une dizaine de mètres avant de remarquer deux Hommes , probablement des Rôdeurs à leur vêtements.
L'elfe , se mit immédiatement à couvert dans un buisson. Observa quelques minutes les deux Rôdeurs , puis décida d'aller à leur rencontre.
Les deux Hommes dégainèrent leurs épées et les pointèrent vers l'elfe au moment ou celui-ci sortit du buisson.

-"Rôdeurs , n'ayez crainte , je suis à la recherche d'une bête qui a détruit un village entier , et exterminé ces habitants . Pour laver l'affront fait à ces villageois , je la poursuis depuis l'aube."

Aussitôt , l'elfe rangea l'épée dans son fourneau comme signe de bonne volonté , et s'approcha amicalement des deux Hommes .

-"Je suis Aërinhion , j'ai combattu aux cotés du Gondor , et des elfes de la Forêt Noire , quand le Mal menaçait nos Terres".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arméor
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 9

~ GRIMOIRE ~
- -: humain
- -: 23 ans
- -:

Mer 19 Aoû 2009 - 11:23
A la vue de l’elfe, Aznuc rengea son arme, il fut suivit par Arméor, l’elfe semblait amical, n’étant point en ce lieu pour chercher la violience avec les deux hommes. Aznuc était émerveillé de voir un elfe dans ce pays, Arméor vit le visage d’Aznuc et dit:

-Et bien mon ami en voilà une tête que tu nous dévoiles ici. Je ne pensais pas que la simple vue d’un elfe dans ses contrées te rendrait si…

Il réfléchit une minute ou deux puis reprit :

-J’oubliais ! Je me présente, je me nomme Arméor Trakaor fils d’Alacris Trakaor et voici mon compagnon Aznuc Eltar. Nous sommes des Rôdeur du Nord, nous te traquons depuis quelque temps car rare sont les elfes qui s’aventurent seuls ici. Mais je vois que notre furtivité est à retravaillée étant donné que vous nous aviez repéré depuis quelques heures.

Arméor se tut, il maudissait les pintes dont Aznuc, Malacres et lui même se délectaient et qui avaient contribué à leur non serieux durant certaines séances d’apprentissage chez les Rôdeurs…

-Vous dîtes vous nommer Aërinhion et que vous voyagez en ces terres à la recherche d’une créature qui terrorise des villageois, pouvez-vous nous en dire plus sur cette chose qui est l’objet de votre voyage en Arnor ?

Les trois individus mirent près d’un chêne centenaire, à l’abri de toutes escarmouches avec n’importe quel gueux quel qu’il soit. Aërinhion se mit alors à leur conter son histoire, son arriver ici, en Arnor. Mais ce qui intriguait le plus les deux Rôdeurs fut le moment où l’elfe leur parla de la bête…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aërinhion
Soldat Elfe
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Localisation : Champs du Pelennor
Rôle : Etudiant

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 126
- -:

Mer 19 Aoû 2009 - 13:27
Aërinhion fût enchanté d'un accueil aussi sympathique de la part des deux Rôdeurs . Il accepta avec plaisir l'invitation des deux Hommes à ce joindre à eux pour discuter. Après un moment de présentation de tous , Aërinhion fût interpellé par une question d'Armëor , il voulait savoir le motif qui avait poussé l'elfe à venir en Arnor.

-" Après la grande bataille contre les Haradrims aux champs du Pelennor , il y a des années de cela , l'horreur de la bataille , et du massacre de nombre de soldats proches me força à me retirer durant quelque temps. Quelque mois après cette décision , de passage dans la Forêt Noire , je retrouvais nombre de mes amis d'enfance , dont nombre de soldats et de seigneurs Elfes, ils m'expliquèrent brièvement qu'ils étaient en proie à un conflit face à des elfes rebelles , quelques minutes après ces retrouvailles , le camp fût attaqué et là encore , je vis nombre d'elfes mourir sous mes yeux. "

L'elfe reprit son souffle et continua.

-" Après ce deuxième massacre , je décidais d'explorer cette belle Terre du Milieu , et de vivre en Ermite. Mais la encore , de passage en Arnor , près d'ici , je fus assailli par nombre de cauchemars ... de visions chaotique . Je vis un village en feu , des cadavres et une bête."

L'elfe , voyant l'intérêt grandissant dans les yeux des deux Rôdeurs , reprit rapidement son souffle et termina:

-" Interpellé par ces cauchemars , je décidais de rechercher ce village , ce qui fût le cas deux jours plus tard . Il s'avérait que mes cauchemars disaient vrai , le village fût entièrement brulé et pas un villageois ne survécut. J'ai juste pût voir une bête au loin , assez grande , avec des griffes , de grands crocs et une longue queue. Je m'attelle à retrouver cette bête depuis ce matin. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aznuc
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 23 ans
- -:

Mer 19 Aoû 2009 - 14:24
Et alors que l'Elfe eut fini, Aznuc se tourna vers Arméor.

- Hélas ! Moi aussi j'ai eut vent de cette chose. Alors que je résidais dans les Hauts du Nord, j'entendais des discussions de fermiers qui avaient pour sujet un malheur qui s'abattait sur Antioch. D'abord je n'y prêtais pas attention. Mais maintenant voilà que cet Elfe confirme leurs dires.

Et il regarda Aërinhion.

- Ainsi tu as vu les derniers jours d'Antioch. J'ai déjà traversé ce village par le passé et ses habitants furent parmi les personnes les plus aimables de ces terres.

Il leva la tête et son regard se porta sur l'Est.

- Et voilà que maintenant je sais ce qui avait provoqué mon mal-être en sortant des Hauts. La bête était passé par là et sa vilénie est telle que je l'ai senti. Voilà un grand mal qui s'abat encore sur l'Arnor. Je pensais pouvoir me reposer avec toi Arméor, maintenant qu'on se retrouve, mais comme je le savais, le Mal ne me laissera aucun répit. Jamais je n'ai accepté la souillure de ces terres sur lesquelles je suis né et je ne l'accepte toujours pas !

Puis il se retourna vers l'Elfe.

- Maintenant, nous allons faire route avec toi si cela ne te dérange pas. Jamais tu ne pourras retrouver la bête sans nous et nous-même nous avons besoin de toi. Faisons équipe. Tu connais la direction qu'a prise la bête, je connais bien l'Arnor et Arméor est un excellent pisteur. Avec nous trois, la bête ne connaitra aucun répit. Qu'elle nous craigne dès ce jour, le Fléau d'Antioch, car nous serons son propre fléau !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arméor
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 9

~ GRIMOIRE ~
- -: humain
- -: 23 ans
- -:

Jeu 20 Aoû 2009 - 12:04
Arméor mis sa capuche, se retourna vers Aznuc et son nouveau compagnon d’aventure, Aërinhion, puis il leurs dit :

-Je comprens donc enfin les raisons de Malacres de m’envoyer vers toi Aznuc…

Il se remémora toutes les choses qu’il avait accomplies durant sa courte vie de Rôdeur et se rendit compte qu’il n’avait jamais combattu de créature autre que les orques ou les gobelins. Combattre un démon permetterais à un homme comme Arméor de pouvoir prouver sa valeur en tant que Rôdeur. C’était un de ses rêves, pouvoir un jour rentrer chez lui, dans son village et raconter ses exploits au personne qu’il l’avait élevé durant son enfance. Mais la personne qu’il voulait le plus impressionner était son père qui lui avait fait devenir l’homme qu’Arméor était aujourd’hui, un Rôdeur du Nord…

-Partons frères d’armes ! Partons vers l’Est, Antioch et son fléau nous attendent. De plus le soleil ne va pas tarder à se coucher et je ne veux pas que nous nous fasions prendre dans ce bourbier.

Il cueilla quelque baies qu’il mit dans son sac, jeta le pain qu’il avait depuis plusieur jour et qui était devenu aussi dure qu’une plaque de fer forgée par un nain. Le soleil faisait éclairer de ses derniers rayons la vaste plaine qui s’étendait vers l’Est, vers les Monts Brumeux…

Ils se mirent en marche tout les trois en direction de l’Est, en direstion du Fléau !


Dernière édition par Arméor le Ven 21 Aoû 2009 - 20:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aërinhion
Soldat Elfe
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Localisation : Champs du Pelennor
Rôle : Etudiant

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 126
- -:

Jeu 20 Aoû 2009 - 16:21
Aërinhion acquiesca d'un hochement de tête , puis s'exclama :

-" Je comptais y aller seul , mais l'aide de deux Rôdeurs n'ait pas de refus dans ces contrées hostiles en ces temps-ci. ".

Arméor fît signe à l'elfe de se diriger vers l'Est.

Au bout d'une demi-lieue de marche , l'elfe vît une chose au loin dans la forêt, il sentait aussi une mauvaise aura autour de celle-ci. La forme de l'ombre au loin lui rappelait la bête d'Antioch, Aërinhion fît un signe de halte aux deux Rôdeurs :

- "Stop! il me semble que la bête est devant nous , au loin. Je la distingue parmis les arbres."

L'elfe eut à peine terminé sa phrase qu'une dizaine de d'orcs sortirent des bois , directement dans le dos de l'elfe. Aërinhion fût tellement happé par l'ombre au loin qu'il ne vit rien arriver. Aznuc , par réflexe , sorti une dague et la lança sur l'orc le plus proche de l'elfe , la dague se logea dans la gorge de l'assaillant , et le tua sur le coup. Arméor cria aussitôt:

-" Au combat ! Voici notre première échauffement du jour. "

Bien évidemment , Arméor , tout en appelant au combat , décapitait tout naturellement deux orcs venant sur lui. Aërinhion, interpellé par Arméor , dégaina son épée et la planta avec maladresse dans le bas du ventre d'un orc se dirigeant sur lui. L'escarmouche dura un bref instant avant que les combats ne cessèrent. Tout le monde était sain et sauf , malgré une entaille sur le bras d'Aërinhion. L'elfe , pris d'une note d'humour , s'exprima avec le sourire :

-" Il faudra un jour que j'aprenne à me défendre seul ! , merci pour cette dague salvatrice Aznuc. " ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aznuc
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 23 ans
- -:

Jeu 20 Aoû 2009 - 22:01
Aznuc rangea son épée et acquiesça d'un signe de tête. Sa cape était déchirée à certains endroits et il se dit qu'il devrait la recoudre une fois que toute cette affaire sera finie.
Ensemble, ils fouillèrent les cadavres puants des Orques mais n'y trouvèrent rien d'intéressant.

- C'est bien la première fois que je vois une troupe d'Orques seul aussi loin des Landes d'Etten. Que faisaient-ils là ? dit Aznuc en fronçant les sourcils. Méfions-nous. La nuit tombe, mais nous marcherons encore un peu, il ne faudrait pas dormir ici.

Il regarda Aërinhion.

- Tu dis avoir vu la bête devant nous. Tu marcheras devant pour vérifier qu'elle ne fasse pas demi-tour ou qu'elle change d'itinéraire. Arméor et moi surveilleront les alentours. Ce n'est pas une coïncidence si des Orques se trouvaient là. Je ne crois pas qu'il y en ait d'autres mais faites attention. Ces Orques-là ne se sont pas fait repérés avant de nous attaquer, ils sont donc d'une espèce rusée.

Et ils repartirent sous le soleil couchant. Aërinhion partait en avant, scrutant l'horizon de ses yeux d'Elfe. Arméor se tenait derrière lui à quelques mètres vers sa gauche et Aznuc tenait l'arrière vers la droite. Ils avancèrent ainsi et quand ils arrivèrent à la limite des Landes d'Etten, la lune était déjà haute et ils s'arrêtèrent et Aznuc décida de mettre en place un tour de garde.

- Ici dans ces contrées nous sommes à découvert et ce côté-ci de l'Arnor est plus dangereux car les cités sont loin au Sud et à l'Ouest. Aussi nous n'allumerons pas de feu, pour ne prendre aucun risques, la lumière de la lune est assez forte pour y voir clair. Je monterais la garde en premier, puis Arméor me remplacera. Toi Aërinhion, tu as besoin de repos pour que cette blessure au bras guérisse vite car nous aurons sûrement besoin de toutes nos forces pour combattre ce qui nous attend. Les Monts Brumeux, nous pourrons les apercevoir au loin une fois le soleil levé. Nous les atteindrons demain soir, si tout se passe bien et que rien ne nous ralentit. Une fois là-bas, il faudra trouver la caverne de cette bête. Sur ce point, je compte sur toi Arméor. Tu t'es toujours révélé un pisteur sans pareil. Mais maintenant, l'heure est au repos !

Après avoir parlé, Aznuc s'éloigna de plusieurs mètres. Il s'agenouilla sur un gros rocher et de là, il avait une vue plongeante sur les landes. Mais ses yeux d'Homme ne lui permettait pas d'y voir précisément. Alors il resta là, attentif aux moindres bruits. Il entendit Arméor et Aërinhion parler pendant un bref instant, puis ils s'endormirent.

Le lendemain matin, Arméor réveilla Aznuc avant l'aube. Aërinhion était déjà levé et sa blessure cicatrisait. Aznuc mangea quelques baies qu'Arméor avait cueillit. Alors, ils regardèrent l'Est et virent les Monts Brumeux surplombant une lande déserte et sèche, se dressant tels des pics menaçants. Un vent froid se leva et Aznuc en eut des frissons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arméor
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 9

~ GRIMOIRE ~
- -: humain
- -: 23 ans
- -:

Sam 22 Aoû 2009 - 13:05
-Est ce la peur qui te fit trembler ainsi mon ami ou alors ce vent glaciale ? –dit Arméor- Ces montagnes qui s’élèvent au pied des Landes d’Etten doivent être le refuge de maintes crétures et abominations des temps anciens. Restons le plus discret et le plus prudent possible mes frères car un orque peut en cacher une dizaine… Et ces orques rencontrés hier sont sans aucun doute des pisteurs voir même des éclaireurs et je ne veux point mourir par la lames d’un de ces gueux des enfers.

Ils levèrent alors le camp et se mirent à marcher dans une terre hostile en direction des mon brumeux. Ils étaient le plus rapide possible, les plus discrets également, avant de lever le camp ils avaient pris soin de sangler solidement leurs équipements pour éviter le bruit des claquements à chacun de leurs pas. Ils avaient gardé leur formation pour traverser ces terres sombres. Il n’y rien, pas un bruit, même le vent s’était tû, rien ne bougé, RIEN !

-Cet étrangement calme… même trops calme –fit remarquer Arméor- cela n’annonce rien qui vaille…

Soudain un son horible se fit entendre des Monts Brumeux qui s’étendaient au loin, un son tellement horible que les orques et autre créature avaient pris peur et avaient surement fuient ce lieu. Ce son rapellait à Arméor le son des hurlements des victimes des orques… Mais ce son n’était pas humain, ni elfique et surement pas le cri d’un nain. Arméor trembla et dit :

-Vous avez entendu ?

Ses compagnons acquéçèrent.

-Je n’ai rien entendu de telle, on dirait la mort lorsqu’elle arrache la vie aux victimes du mal…-Arméor tremblait toujours autant- Peut être un troll ou un géant des montagnes ?

Arméor de peur dégaina ses dagues, le son était continue, toujours aussi strident, toujours aussi horrible et soudain il se tû… Ils regardèrent autour d’eux, mais il n’y avait rien, comme si le temps s’était arrétait, tout était figé… Un nuage noir veant des montagnes envahit le ciel, il se déplacait à une vitesse folle. Les trois frères d’arme décidèrent de se cacher sous un énorme en attendant que ce nuages passe.
Aërinhion, tendit l’oreille, le nuage n’était autre que des oiseaux, mais il y avait quelque chose qui n’allait pas, ce n’était pas une seul race d’oiseau mais plusieurs comme si ils tentaient tous de fuir les montagnes. La nuée passa et ils sortirent de leur cachette, pour scruter les montagnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aznuc
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 23 ans
- -:

Dim 23 Aoû 2009 - 0:35
Aznuc comprit d'où venait le cri mais sur le coup il ne voulut pas l'admettre. Ainsi la bête serait-elle, que même les oiseaux s'enfuient à sa vue. Aznuc regarda Aërinhion. Il regardait les montagnes et son regard s'assombrissait et son visage pâlit.

- Que vois-tu ? s'enquit Aznuc.

Mais l'Elfe ne répondit pas et Aznuc se sentit troublé. Jamais il n'avait affronté une chose qui inquiétait un Elfe. Et il en vint à penser à Elminir et se demanda si il pourrait le revoir un jour. Car cette traque le mettait mal à l'aise de jour en jour et il ne savait pas si il en sortira indemne. Mais il se promit que quand cette affaire sera résolue, il irait faire un tour à Imladris.

Voilà que le midi était arrivé et ils trainaient toujours dans les landes désertiques. Ils avaient changés de formation ; Arméor était passé devant, pistant les traces de la bête, à sa droite était Aërinhion qui ne cessait de regarder au loin et enfin, quelques mètres derrière, Aznuc surveillait les environs. Ils ne s'étaient pas arrêtés et avaient mangés en marchant les dernières baies d'Arméor et les quelques rares racines qu'ils trouvèrent. Et quand le milieu de l'après-midi arriva, Aërinhion s'arrêta soudain. Les deux Rôdeurs firent de même. Des grognements s'entendirent au loin. Des Orques. Ils n'étaient que dix, tout au plus.

- Mais des Orques ne se déplacent pas en plein jour ! s'exclama Arméor.

- Non, regarde là-haut. Des nuages noirs arrivent droits sur nous, il doit les couvrir de la lumière. Le vent se lève et un orage se prépare. Il se dirige à pleine vitesse dans notre direction. Il sera au-dessus de nous bien avant que les Orques ne nous atteignent, dit Aznuc.

Il réfléchit un moment puis dit :

- Nous ne pourrons éviter les Orques, il n'y a aucun endroit où se cacher. Attendons-les là. Ils ne doivent pas s'attendre à voir deux Rôdeurs et un Elfe ensemble dans ces contrées.

Ils attendirent donc. Le nuage fut bientôt sur eux, les recouvrant d'une noirceur étouffante et la pluie tomba drue. Les bruits abominables des Orques se rapprochèrent de plus en plus. Maintenant, Aznuc put distinguer leurs silhouettes immondes se déplacer vulgairement vers eux. Et une fois qu'ils furent assez près, un Orque cria :

- Ils sont là !

Aussitôt ils poussèrent des cris et foncèrent. Aznuc dégaina son arc et il vit ses deux compagnons sortirent leurs épées. Aznuc compta quinze Orques, plus laids les uns que les autres et il en tua trois avant qu'Arméor et Aërinhion se jetèrent dans la ligne ennemie. A eux deux ils en tuèrent cinq mais les Orques commençaient à les encercler. Alors, Aznuc jeta son arc et dégaina son épée. Il courut vers la mêlée et tua trois autres Orques. Aërinhion en tua deux de plus et Arméor acheva les deux derniers. Mais quand il allait terrasser le dernier, Aznuc le retint :

- Attends ! Il nous doit des réponses !

Et il s'avança vers l'Orque à terre et lui trancha les mains pour qu'il ne puisse plus prendre son arme. Il mit un genoux sur sa poitrine et lui dit :

- Vous avez semblé vouloir nous chercher. Qui t'envoies ? Réponds vil créature !

- Kaarsch... Urk... Pathétiques Hommes du Nord.

Aznuc lui décocha un coup de poing, cassant quelques dents.

- Réponds ou je prendrais soin de te tuer lentement pour que tu sentes chaque douleur.

- Burk... Kaarsch... La Bête vous dévorera tous... Héhéhé... Karsch karsch... Elle vous a senti et vous dévorera !

- Est-ce donc la bête qui t'envoie ?

- La Bête voie tout, la Bête sent tout, la Bête mange tout... Urk... Même les Orques des montagnes la craignent et lui obéissent. Elle vous mangera avant de manger l'Arnor tout entière !

- Que dis-tu là ? L'Arnor est en ce moment-même l'hôte de l'Armée Unifiée. Ta bête ne pourra pas même l'approcher sans y laisser la vie. Qu'elle retourne donc croupir dans les ténèbres et les flammes de Mandos ! Et toi avec !

Et il se leva et cloua l'Orque au sol à l'aide de son épée. La créature poussa un bruit guttural et mourut. Aznuc rengaina son épée, alla chercher son arc et revint auprès de ses compagnons. Ils empilèrent les cadavres des Orques et les laissèrent là. La pluie tombait toujours et des éclairs se voyait au haut des Monts Brumeux. Dès cette nuit, ils seront là-bas. Alors il dit :

- Et bien les amis, voilà que nous nous sommes attaqués à plus gros que nous. Allons tuer cette bête, allons protéger l'Arnor et déjouer les plans du Mal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nidnama
Intendant de Lothlórien - Maître Guérisseur
avatar

Nombre de messages : 803
Age : 26
Localisation : Ailleurs sans doute puisque tu ne me vois pas...
Rôle : Guérisseur, Elnaith de la maison de la harpe (et accessoirement Elaïne)

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 172 ans
- -:

Jeu 27 Aoû 2009 - 0:26
Au loin retenti un hurlement…. Au loin retentirent deux hurlements… Au loin retentirent quatre hurlements… Huit… Une multitude de cris annonciateurs de mort. Des hurlements montants… Le hurlement de Wargs… La nuit était a présent avancée… Et elle résonnait des cris de morts de bêtes sanguinaires… Combien étaient-elles ? L’écho se prêtait-il au jeu ? Gonflant leur nombre ? Il était tout bonnement impossible de le savoir… Que faisaient-ils ici ? Ils ne pouvaient être la bête… Non… Car la bête était seule… La bête était unique… D’autres de ses serviteurs ? Peut-être… Peut-être pas…

En tout cas les cris des chasseurs annonçaient leur arrivée. Le gibier se terrerait. Les dormeurs cauchemarderaient… Les voyageurs trembleraient…

***

Les voyageurs en avaient fini avec les orques… Ils étaient pas tout a fait négligeables. Ils l’étaient même si peu que les monstrueux loups étaient venus là pour eux… Ils annonçaient le début de la traque… Mais lorsqu’elle débuterais plus aucun son ne se ferais plus entendre. Ce serait une course contre la mort.

Une course dont les bipèdes n’avaient presque aucune chance de rechaper… Mais qui sait… Les miracles peuvent exister…

[Donc vous avez une meute de wargs pour jouer avec vous… Un total de dix… N’oubliez pas ce ces bestioles font deux fois la taille d’un loup normal]


La nuit qui soigne et guérit…
La folie qui m’accompagne…
Et jamais ne m’a trahit…


"Champagne, Jaques Higelin"

Mellon Elencύ tir du
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aznuc
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 23 ans
- -:

Dim 30 Aoû 2009 - 18:11
A peine Aznuc avait fini sa phrase que des cris se firent entendre.

- Des Wargs, déclara Aërinhion.

Ces Orques n'étaient donc pas seul...

- Vite fuyons !

Ils firent demi-tour et coururent. Cette fois-ci, les chances de survie étaient minimes. Peut-être qu'ils n'en réchapperaient pas. Les Wargs les rattraperaient c'était certain. Il fallait trouver une solution et vite.
Il vit un grand arbre sur le côté et ils y grimpèrent. L'Elfe se tenait le plus haut et les Rôdeurs étaient plus bas, leurs arcs bandés, une flèche déjà encochée.
Quelques instants plus tard, les Wargs furent sur eux. Aznuc et Arméor décochèrent plusieurs flèches et deux Wargs furent touchés et un autre fut blessé. Les loups les ayant repérés, poussèrent des hurlements et se jetèrent sur l'arbre mais en vain. Leur corps étant trop lourds, ils ne purent se hisser et ne faisaient que retomber. Par prudence, les deux Rôdeurs voulurent monter plus haut et un Warg morda la cheville d'Aznuc. Arméor le tua et aida son ami à grimper.
En bas, les Wargs s'éloignèrent jusqu'à être hors de vue.

- Que font-ils ? Ils fuient ?

- Non pas. Ils vont revenir, ils n'auront de cesse que lorsque nous serons tous morts. Il faut partir.

- Mais tu es blessé Aznuc, dit Arméor, il faudrait te soigner avant de reprendre la route
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Fléau d'Antioch

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: L'Arnor-
Sauter vers: