EDORAS- Les geôles

Aller en bas 
Balak
Seigneur de Guerre
Seigneur de Guerre
avatar

Nombre de messages : 368
Age : 26
Localisation : là où le destin me mène.

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 37
- -:

Jeu 24 Sep 2009 - 23:31


Une goutte tombe. Encore une. Toujours la même fréquence. Parfois interrompu par le chuintement des rats et le déplacement rapide d'un cancrelat. Ces bruits monotones sont mon quotidien depuis presque un mois. Un mois que je n'ai pas vu la lumière. Un mois que je n'ai pas combattu. A force, j'ai peur de perde un peu la forme... la forme... Ca me fairait presque rire tiens ! La forme... un mois dans un cachot sordide et j'ai que ça à penser. Imbécile sans cervelle. Crois-tu vraiment que tes qualités martiales vont te sortir de ce trou ? petit rappel, tête de piaf, c'est elles qui t'ont mises dans ce pétrin. Si tu n'avais pas tranché en deux ce bourgeois pédant, tu serais libre aujourd'hui ! Libre ? Quelle drôle d'idée, voila cinq ans que j'ignore le sens du mot liberté! Je ne sais rien de moi. D'où je viens, qui je suis, pourquoi je me bat, rien, aucun souvenir. Tout ce que je sais, c'est qu'à part dans l'art du combat, je suis un incapable.

Mon corps est taillé pour le meurtre, pour la violence. Je connais d'excellentes techniques à l'épée, je détiens un étrange pouvoir décuplant ma perception et ma vitesse qui me transforme en une impitoyable machine à tuer. Et à part ça ? Un nom. Juste un nom, et je ne suis même pas certain d'en être le propriétaire : Balak. Effectivement, quelle belle liberté. Je peux bien crever ici, ça ne changera rien à l'histoire de ce monde. On dirait que je ne suis pas né pour faire de grande chose, que mon épée ne viendra jamais à bout d'un grand Tyran ou d'un être maléfique. Je ne suis rien qu'une ombre...une Ombre...cela m'évoque...AAAH j'enrage! Je n'y arrive pas, c'est là, c'est tout près, mais cela m'est inacessible. C'est comme être devant une porte close derrière laquelle s'élève des bruits de paradis. Maudite existence, je m'y accroche sans autre espoir que voir à nouveau les rats se promener entre les murs de mon cachot.

Pourtant, ces cinq années ne furent pas vaines. J'ai travaillé, encore et encore sur mes techniques de combat. j'ai découvert un an après mon amnésie qu'autrefois je ne me battais pas à l'épée mais à la Double-lame, une arme exotique presque introuvable en Terre du Milieu. j'ai donc adapté mon style à l'épée bâtarde, et je dois avouer être assez satisfait du résultat. Elle serait vraiment fière de moi ! Elle ? Qui ? sil...silk... Non, rien de plus. En tout cas, suivant ses conseils, j'ai travaillé sans relâche, n'ayant plus d'autre but que dépasser mes limites, augmenter ma force. Au bout de deux ans, après m'être totalement adapté à mon épée, j'ai développé mon abidextrie, ainsi que ma froce musculaire. Mes coups sont désormais à la fois vifs et brutaux, violents et imparables. Et cinq années après avoir atteint la quintescence de mon art, je me retrouve dans les geôles d'Edoras comme un vulgaire pillard. Je chie sur la Destinée !

Oh, le déchet !

La lumière fut une véritable torture pour mes yeux, habitué à l'obscurité depuis plus d'un mois. Un homme en armure de maille, à l'armure frappé d'un cheval rouge, fit irruption dans la cellule.

C'est ton jour de chance, raclure : on manque d'effectif, et le Roy a besoin de bras. Tu es officiellement libéré, tes affaires te seront restitué et ton or...te seras rendu au compte goutte tant que tu travailleras pour nous.

Le soldat s'approcha du poteau et délia mes poignets meurtris. je n'eus pas un seul instant l'envie de résister, tant la faim et la fatigue me tenaillait. Je n'osais y croire : une seconde chance ? j'allais devoir travailler pour mes bourreaux ? Bah, après tout quelle importance, du moment qu'on me paye et que je puisse me battre...
Le garde m'offrit un uniforme réglementaire, une épée bâtarde et un bouclier en bon acier, avant de m'assigner à une patrouille de nuit. ils s'agissaient cependant de mercenaires, on ne me faisait pas suffisament confiance pour me laisser au sein d'une escouade Rohirrim émérite.

N'oublie pas : on a toutes tes possessions : si l'idée te viens de nous quitter, dis adieu à ton or. Si tu as besoin d'or, viens me voir, on verra ce qu'on pourra y faire. Lorsque tu viendras ici, demande le sergent Ralph. c'est compris déchet ?

J'ai hoché la tête sans même avoir compris tous ses ordres. Je reprenais du service, c'était le principal. Une rivière de sang allait bientôt traverser Edoras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avis aux Edoras
» EDORAS - LES ECURIES
» Une Cavalière dans les rues d'Edoras
» EDORAS - LA FORGE
» Rimbold, Garde Royal du Rohan...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Le Rohan :: Edoras-
Sauter vers: