RPG SEIGNEUR DES ANNEAUX - LE JEU DE RÔLE SEIGNEUR DES ANNEAUX N°1 !
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un pieux enterrement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale


Nombre de messages : 1111
Age : 23
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Mar 24 Nov 2009 - 20:01

Erco n'était pas dupe, il avait senti que Gallen préparait quelques choses. A présent il savait quoi. ce qu'il faisait était audacieux, arrogant, mais surtout dangereux. Pour vivre défier un roi comme Hogorwen n'était pas une chose à faire. Il y avait de fortes chances que le champion du Rohan finisse au bout du corde à la fin de la journée, avec tous ceux qui partagent ses convictions. le Seigneur d'Esgaroth, malgré son refus de prendre position, savait qu'il aurait fait comme Gallen. L'on ne peut violer des traditions ancestrales du jour au lendemain sans crie gare.
Et donc lorsqu'il vint vers Laurelin et lui, leur demander de veiller sur son épouse, Erco acquiesça avec un sourire résigné :

-N’aie crainte, je la protégerais…

Il lui toucha l’épaule et lu dit silencieuse qu’il aurait fait pareil, et que s’il avait besoin d’un appui La ville du Lac apporterait son aide, aussi maigre soit-elle. Puis, il tourna le dos à la scène qui se déroulait, Khaladrad et Alarthor le suivirent. Les deux savaient très bien ce que leur maître allait faire, et ce que cela impliquait pour eux. Les risques pouvaient être grands, mais leur Seigneur avait promis de protéger une personne et il la veillera sur elle le temps nécessaire.
Le chef des Espions, ayant une plus grande stature qu’Erco passa devant et ouvrit un passage dans la foule médusée. Personne ne semblait les voir passer, trop préoccuper par ce qui se passait entre Hogorwen et Gallen. Lorsqu’ils furent sortit de la foule, ils accélèrent le pas, aucun garde ne tenta de les arrêter pour la même raisons que les civils, de plus Erco ayant repris la tête, et avec son regard et sa démarche, ne laissait aucun doute sur ce qu’il était prêt à faire pour passer.
Il dit à Khaldrad, toute en courant :

-Tu vas aller chercher le personnage de hier soir, test-le pour être sûr qu’il aie les capacités nécessaires. Tu le garderas avec toi jusqu’à ton retour à Esgaroth. Tu resteras ici donc encore un moment, Alarthor et moi je ne sais, mais on sera vite fixé. Quoiqu’il en soit, j’ai une tante, Ioras, trouve-là et convainc-là d’être notre informatrice à Edoras, si elle refuse assure-toi qu’elle ne parlera pas de toi à quiconque….Tu as carte blanche…Si elle refuse tourne-toi vers mon cousin. Il se nomme Ereion, il était un garde royal la dernière fois que je l’ai rencontré…On garde contacte par oiseau de toute manière…Bonne chance mon ami !


Le trio se sépara en duo, l’un partit vers le centre d’Edoras, vers la taverne, les deux autres vers le château d’or avec une tâche bien ardue à remplir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amadeo du Rohan
Lieutenant de régiment Rohirrim
Lieutenant de régiment Rohirrim


Nombre de messages : 264
Age : 22
Localisation : Aldburg ~ Rohan
Rôle : Rôdeur - Lieutenant de la Cohorte de l'Est

~ GRIMOIRE ~
- -: Demi-Elfe
- -: 40
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Mar 24 Nov 2009 - 21:11

Mes cinq hommes étaient à présent alignés et au repos devant moi. Je ramena mes mains derrière mon dos puis parla d'un voix claire et forte :

"Amis du Rohan. Je viens tout droit de l'Angmar et je suis fourbu. Je viens d'arriver il y a à peine trois ou quatre heures et j'ai déjà fais pas mal d'experience. Un cerain Hogorwen a apparement prit la tête du royaume, et il a des...comment dire, un autre point de vue que ce cher Gallen. Alors une première question : de quel côté êtes-vous ?"

A peine une seconde plus tard, mes hommes répondirent tous en coeur :

"Celui de Gallen Mortensen, capitaine !"

Je leur fis signe de la tête, comme un prof ferait après une exellente réponse de la part de son élève. Je leur ordonna alors de retourner à leur occupations et appela à part le sergent. Je m'assis en face du feu avec lui, et commença mon interrogatoire :

"C'est quoi ce bordel ici ? As-tu une idée de ce qui attent le champion du roi ? Existe-t-il un moyen de lui venir en aide ?"

Zatan réfélchis longuement, perdu dans ses pensées. Ses yeux gris reflètaient les flammes rougoyantes. Après un moment de réléxion raisonnable, il répondit :

"Et bien on peut dire que vous arriver au mauvais moment. Hogorwen a prit la tête du royaume suite à la mort du roi, et il a...comment dire...changer certaines règles. Et cela ne plait pas trop à Gallen, qui préfère le respect des traditions. Bref, il y a une véritable guerre pseudo-politique qui risque de coûter la mort à plus d'un. Le Rohan est atteint de la gangraine, capitaine, il pourrit de l'intérieur. Pour Gallen, il finira peut-être au cachot si il a de la chance, sinon je crain que d'ici peut il face rire Hogorwen en dansant au bout d'une corde...Pour l'instant, je ne vois pas comment nous pourrions l'aider car je ne connais pas les intention du roi, mais je cherche. J'envois Ivan en éclaireur-espion si vous voulez, il pourrait nous ramener des informations intéressantes..."

Je lui fit part de mon accord via un bref signe de tête. Il se leva alors, alla murmurer quelques mots dans le creux de l'oreille d'Ivan qui frotta ensuite ses mains, enfila sa cape, cacha ses dagues sous celle-ci puis s'éclipsa hors du logis...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc


Nombre de messages : 606
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Mar 24 Nov 2009 - 22:12

L'émotion avait serré bien des coeurs aujourd'hui. La fin d'une Grande Dame, la fin d'un Grand Roi, et le règne déjà tyrannique d'un autre, l'ombre sur le Rohan. Alors que Nârwel perçait le voile d'eau qui fleurissait dans le ciel des Terres du Milieu, le Champion, Gardien de Rohan semblait devoir s'opposer à cet ancien Maréchal impatient de s'asseoir dans la salle du Château d'Or.

Ayant pu brièvement discuter avec ce dernier, Nârwel pouvait y reconnaître le fils spirituel de Theonor. Fidèle aux valeurs qui avaient faites et façonné les terres de Théoden, Gallen Mortensen était aux yeux de tous, plus digne de confiance que Horgowen, fraîchement Roi de Rohan.

Quand les fer furent mis à nu, les délégations reculèrent de quelques pas. Les Garde de Gondor se tendirent, et bientôt il n'eut plus que le caporal tenant l'étendard d'Arwen qui ne craignait d'avoir à sortir sa lame. D'un regard, Nârwel vis les Gardes de la Fontaine entouré le Roi Mephisto et l'Intendant.

"Rien à craindre de ce côté là." murmura t-il pour lui même.

A peine avait t-il dit cela, que Daren s'avança, comme pour se ranger derrière le Champion de Rohan, ce qui semblait le plus juste. Nârwel le retint, lui interdisant ne serais-ce qu'un pas de plus.

"Du calme Lieutenant. Ne risquons pas un incident diplomatique."

Les deux hommes s'avancèrent dans la foule, et bientôt il se trouvèrent à l'avant de celle-ci, ce faufilant entre un groupe de Rohirrim au visage sombre et tendu. Au milieu de ceux-ci, une jeune homme dont les traits entretenait une certaine ressemblance avec ceux d'Horgorwen retint brièvement l'attention de l'agent de l'Arbre Blanc. Mais il l'oublia bien vite parmis la foule. Daren et Nârwel passèrent entre les délégation des Havres, d'Esgaroth et de Gondor.

Alors que les deux hommes se tenaient derrière les Gardes de Gondor qui faisait le cordon de sécurité entre Tar-Aldarion et le drame qui déchirait les Rohirrims, Nârwel se tourna doucement vers l'Intendant Radamanthe, son seul supérieur hormis la royale personne du maître d'Andùril.

Devait t-il se joindre à Mortensen, comme son coeur le lui chuchotait? Ou Gondor allait t-il simplement être spectateur impuissant?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loreline
Voyageur


Nombre de messages : 29
Age : 35
Localisation : Rohan ~ Edoras
Rôle : Voyageuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim d'apparence elfique
- -: 20 ans
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Mar 24 Nov 2009 - 22:50

"Amadeo du Rohan, Capitaine rohirrim pour vous servir,...que puis-je faire pour vous ?"

Après avoir rapidement congédié le garde avec lequel Loreline avait bien du mal à communiquer correctement, ce nouvel arrivant en armure s'adressa à la jeune femme d'une voix polie. Était-ce le "chef" dont le garde avait fait mention quelques minutes au préalable ?
Non contente de trouver quelqu'un qui accepterait peut être de comprendre qu'il était tout simplement impossible qu'elle abandonne son cheval, Loreline esquissa un sourire tout en lui répondant.

"Bonjour capitaine Amadeo ! J'essayais de faire comprendre à votre soldat qu'il était inconcevable que je laisse Naa tout seul dans une écurie inconnue, auprès de chevaux inco..."

Elle n'eut guère le loisir de finir sa phrase. L'agitation grandissante avait visiblement retenu l'attention du capitaine qui, après s'être platement excusé, se retira sans attendre.
Que voilà une rencontre plutôt rapide se dit-elle...

Et bien souhait, puisque plus personne ne semblait opposer de résistance, elle mit pied à terre et s'avança vers la foule dont s'élevait un chant commun mélodieux mais terriblement triste. Naa la suivait de près, sans selle ni bride, il n'en avait guère besoin.
L'assistance ne semblait pas s'offusquer de la présence de son compagnon. Ce qui était tout à fait logique. Le Rohan sans chevaux ne serait pas le Rohan !

Loreline s'arrêta à quelques pas d'un petit groupe de personne encapuchonnée. Devant l'expression qu'arboraient leurs visages, il ne faisait que peu de doute que la scène à laquelle ils assistaient leur déplaisait. S'appuyant contre l'encolure puissante de l'étalon blanc, Loreline écouta avec grande attention le discours de l'homme qui semblait être le fameux Hogorwen dont le garde lui avait parlé peu de temps auparavant.

Sans trop en comprendre la raison, un simple ressenti, la jeune femme n'éprouvait pas vraiment d'amitié à l'égard de celui qui était visiblement le nouveau roi du Rohan. Restait à savoir pourquoi... Thénéor venait apparemment de succomber et il ne faisait plus de doute quant au fait que cet enterrement était bel et bien le sien... Encore une fois, un sentiment jusqu'à lors inconnu s'empara de la jeune femme. La tristesse.
Elle ne connaissait pas le roi, bien sûr, mais tout son village semblait lui porter une grande affection. Elle avait de la peine, imaginant très clairement ce qu'ils ressentiraient lorsqu'ils apprendraient la nouvelle...

« Gallen Mortensen ; lieutenant des gardes royaux, champion du Rohan, vous êtes aux arrêts, vous avez désobéi à un de mes ordres, maréchaux emparez vous de lui »

Encore une fois la puissante et antipathique voix du nouveau monarque s'éleva dans le ciel.
Cherchant des yeux le fameux Gallen dont il était question, Loreline ne tarda pas à l'apercevoir. Qu'avait fait ce pauvre malheureux pour être ainsi mis aux arrêts sans la moindre possibilité de s'exprimer...?

Elle n'eut cependant pas le loisir de se poser la question plus profondément car Naa commençait à avoir un comportement bizarre. Alors que trois personnes vêtues de sombres tenues passaient près deux, l'étalon poussa doucement mais fermement Loreline vers le petit groupe qui se trouvait sur sa gauche et qui n'avait pas bougé depuis son arrivée.
Manquant de percuter le troisième qui avançait le pas alors que les trois se séparaient et passait près d'elle pile au même moment. Loreline se retourna vers Naa en fronçant les sourcils.

"Qu'est ce qu'il te prend ? J'aurais pu lui rentrer dedans ! Tu parles d'une circonstance pour entamer une discussion paisible toi !"

Mais heureusement pour elle, le groupe avait disparu. N'y prenant donc plus garde, elle reposa ses prunelles claires sur son compagnon de toujours. Naa ne semblait même pas l'avoir entendue. Il fixait un point sans sourciller, d'un regard profond que Loreline ne lui avait que peu souvent vu. Tournant les yeux pour essayer de comprendre ce qui le rendait ainsi, elle aperçu le groupe de cinq personnes encapuchonnées. Naa semblait fixer celui qui se trouvait comme au centre de cette compagnie.

"Naa ça suffit ! Mais qu'est ce qu'il te prend à la fin ?!"

L'étalon venait une fois encore de la pousser du museau vers ces étranges personnages.
Loreline ne comprenait vraiment pas pourquoi il était aussi buté. Il semblait souhaiter qu'elle leur parle, cela été évident... Mais pour dire quoi ? Et son regard doré pénétrant qui ne quittait pas le centre de cette assemblée de fortune... Pourquoi...?

La troisième fut la bonne. Naa poussa une nouvelle fois Loreline dont le front percuta l'épaule de l'un des hommes.

"Je suis vraiment désolée !" S'empressa t'elle de dire à Hilma.

"Je ne sais pas ce qui lui prend, il est sûrement un peu nerveux... C'est la première fois que nous venons dans une ville comme celle-ci..."

Bien loin d'avoir un comportement nerveux ou anxieux, l'animal était d'un calme aussi plat qu'un ciel sans nuages, se contentant de fixer calmement Orwen.

Loreline lui flatta l'encolure en grimaçant.

"Tu pourrais au moins avoir l'air un peu stressé. Histoire que je ne passe pas pour une débile profonde d'office ?" Murmura t'elle entre ses dents à l'oreille de Naa.

Essayant de changer de sujet au plus vite, la jeune elfe, femme, enfin Loreline, esquissa un sourire poli vers les cinq hommes avant de reposer son regard bleuté sur le conseiller du prince.

"Auriez-vous la gentillesse de m'expliquer ce qu'il se passe ici ? Je suis complètement perdue ! Je croyais venir dans la cité du roi Thénéor et je me retrouve avec un Hogorwen foncièrement antipathique !"

Loin de se dire qu'elle devrait peut être tenir sa langue, ne sachant pas à qui elle s'adressait, Loreline fixa, à l'instar de son cheval, Hilma et Orwen d'un regard serein.


Dernière édition par Loreline le Mer 25 Nov 2009 - 0:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amadeo du Rohan
Lieutenant de régiment Rohirrim
Lieutenant de régiment Rohirrim


Nombre de messages : 264
Age : 22
Localisation : Aldburg ~ Rohan
Rôle : Rôdeur - Lieutenant de la Cohorte de l'Est

~ GRIMOIRE ~
- -: Demi-Elfe
- -: 40
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Mar 24 Nov 2009 - 23:05

Alors que je croquait à pleine dent dans une pomme bien verte, je me rappela de la jeune femme aux allures elfiques que j'avais dû laisser seule pour aller voir ce qui se passait chez Gallen. Ce n'était pas ainsi que devait agir un capitaine du Rohan, et c'est pourquoi je me leva d'un bond, m'équipa de Braandäl puis me dirigea vers la sortie. Le caporal Eodil me cria ;

"Hé capitaine ! Où allez vous donc de si bon coeur !?"

"Faire mes excuses à une jolie femme que j'ai croiser de la rue il y a peu"
Je prononça cette réponse sur le même ton jovial et moqueur que le vieux caporal.

Une fois dehors, j'allongea encore le pas, esperant ne pas avoir perdu sa trace. Heureusement, mes talents de rôdeur ainsi que de bons yeux m'aidèrent à la repérer facilement.
Elle était toujours avec son cheval, mais cette fois pas dessus mais à côter. Je me dirigea vers elle et lorsque je fus juste derrière, je lui dit :

"Re-bonjour jolie demoiselle. Il me semble que vous avez réussi à garder votre cheval ; fort bien. Veuillez m'excuser de vous avoir ainsi laisser là tanto mais nous avons fort à faire pour l'instant. que puis-je faire pour m'excuser ? Demandez ce que vous voudrez."

Malgré ma connaissance des femmes, je ne pus m'empêcher de réaliser mon tique habituel lorsque je parlais ainsi à une belle inconnue : me gratter la paume de la main gauche. Le stress ? Pfff, ridicule, vraiment !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim


Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Mer 25 Nov 2009 - 0:26

Gallen était au milieu de ses hommes, les bars ballants. Eogam le géant blond faisait bouclier de son corps; Qu'avait il fait , il provoquait la révolte dans son pays.

Etait ce la bonne solution?

Son regard croisa celui de son beau père, le capitaine des gardes royaux Thorin celui qui l'avait pris sous son aile il y a cinq ans déjà.

Et le robuste capitaine eut une réaction qui surprit Gallen , il le gifla violemment.


Thorin lui hurla aux oreilles, tel un sergent instructeur

"Lieutenant réagissez sinon le sang rohirrim coulera à flot sous peu"


Comme émergeant d'un rêve, Gallen secoua le tête de gauche à droite et embrassa la scène qui se déroulait devant lui.

les escortes des maréchaux s'avançaient vers les gardes royaux. et il vit et entendait Hogorwen haranguer les délégations étrangères.

Celles-ci étaient immobiles, attendant certainement quel parti prendre.

Les yeux bleux aciers du champion du rohan, croisèrent les yeux presque aveugles dorénavant de Thorin.

Gallen savait ce qu'il devait faire, il ramassa avec calme kaya et sa main gauche .

Il sera damné à vie, son âme pourrirait à jamais, car ce qu'il s'apprêtait à faire aller contre ses valeurs.


Les yeux fermés , Gallen leva haut Kaya, un goût de nausée dans la bouche et beugla


"Moi Gallen Mortensen champion du Rohan, en appelle aux jugement des armes. j'accuse..."

Gallen ménagea une pause, son regard croisa le doux visage des elfes marins.

Hogorwen de bafouer les traditions rohirrims et en tant que champion du Rohan demande réparation de ces blasphèmes par les armes"

De nouveau, tous regardèrent ce fou de gallen. Hogorwen eut un sourire malsain, ce soladt était vraiment ridicule.

Puis , la voix de Thorin s'éleva dans la tourmente, telle une tempête impétueuse.

"Je suis avec Toi Gallen "


Hogorwen rit devant ce discours ridicule. Il cria

"Emparez vous de ce minable"



Mais nul ne bougea, effrayés devant la volonté de fer de gallen , immobile les pieds ancrés dans le sol, tel un argonaute, défenseur de sa Nation.

Hogorwen de nouveau balbutia, il touran de nouveau sa tête en toit sens


"Rois des terres du milieu , vous n'allez pas laisser un gueux insulter un de vos semblables, aidez moi à le faire taire. en m'insultant il vous insulte tous. et je ne m'abaisserai pas à combattre un simple lieutenant pour des pacotilles. Je suis le roi du Rohan"

Un silence de mort régna un long moment.

Puis des "Gallen" montèrent dans le ciel , pas des cris de joie, mais une mélodie légère chantait par un peuple en attente d'un événement important.

Qu'allaient faire les souverains des autres contrées de la terres du Milieu?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor


Nombre de messages : 2966
Age : 25
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

MessageSujet: suite   Mer 25 Nov 2009 - 2:10



Hilma se retourna, etonne, pour decouvrir devant lui une charmante demoiselle accompagnee d'un etalon blanc. Il fronca ses sourcils blancs, quelque peu surpris de voir cette jeune femme si remplie de vie et de curiosite...elle se detachait du contexte. D'un cote il y avait l'enterrement du roi Theneor, l'incident entre le Roi et le Champion Royal pouvant mener a chaque moment a un bain de sang, la presence illegale du prince Orwen a l'enterrement...de l'autre, cette jeune femme souriante et bavarde, et sa "conversation" avec son etalon pouvant sembler presque comique...

Le vieux conseiller resta mefiant envers la semi-elfe. Il s'appreta a repondre, mais ce fut Orwen qui prit la parole:

-C'est un magnifique cheval que vous avez la, mademoiselle! Une monture digne de sa maitresse. C'est un moment tragique pour le Rohan...l'etalon du roi Theneor a trebuche, causant sa mort...et le marechal Hogorwen est monte sur le trone du Chateau d'Or.
Ceci ne plait pas a tout le monde, l'homme qui vient de defier le roi est Gallen Mortensen, le Champion Royal...un personnage important a Edoras.A votre place je ferais gaffe mademoiselle. Si jamais un combat a lieu, restez pres de nous, nous vous protegerons.

Le prince n'avait pas enleve sa capuche, et ses traits etaient toujours dissimules par le tissu gris. Sa voix etait agreable et virile; il appreciait la jeune demoiselle. Orwen avait toujours eu un faible pour les femmes, et Loreline etait a peu pres de son age, son origine mixte lui ajoutant encore du charme. Quelque chose dans la facon ouverte de parler de la jeune femme, ou peut etre dans le fait qu'elle considerait Edoras comme une veritable metropole, fit sourire le jeune prince.

Hilma se retourna, et foudroya son prince du regard...ce dernier n'avait rien devoile sur sa personne, mais il manquait de prudence...le son de sa voix ou une chose dite en trop pourrait mener a la decouverte de son identite...peut etre meme a sa mort.

Cependant avant que le vieux conseiller ne puisse dire quoi que ce soit, les voix de Gallen Mortensen et du Roi Hogorwen devinrent encore plus fortes, et des chuchotements nerveux se firent entendre dans la foule...

Ce fut a ce moment qu'Amadeo apparut devant eux, s'adressant a Loreline. Hilma le regarda avec mefiance; cet homme etait vetu d'un uniforme de rohirrim, et semblait etre un officier, malgre son jeune age.
Il leur fallait eviter tout contact avec les militaires du Rohan; il etait tres dur de definir qui etait de quel cote en ce moment...et meme les partisans du Champion Royal n'etaient pas necessairement des amis du jeune prince.

Les cinq rohirrims encapuchonnes resterent silencieux, semblant ignorer le capitaine Amadeo, mais leurs mains etaient sur les pommeaux de leurs armes.

_________________

Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Finrodel
Maître de la Tour de la Clé d'Or
Maître de la Tour de la Clé d'Or


Nombre de messages : 48
Localisation : Mithlond -Elostirion-
Rôle : Cärmallen Beraid Herdir

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 7848 ans
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Mer 25 Nov 2009 - 7:35

L’homme encapuchonné s’était lentement déplacé pour suivre le cortège funèbre tout en restant le plus loin possible de la cérémonie, mais avec la pluie grisâtre qui ne semblait pas prête à s’apaiser Finrodel n’eut d’autre choix que d’avancer d’une bonne centaine de mètres pour voir à nouveau la cérémonie. Il se trouvait alors à peine à 20 mètre derrière les derniers rangs de villageois. Les choses étaient devenues un peu moins ennuyeuses depuis que certain Gallen s’opposait ouvertement au nouveau suzerain du Rohan. Les nobles de la Terre du Milieu étaient serrés de toutes part, tout comme les hommes du Rohan qui ne savaient qui soutenir entre le roi du Riddermark et cet homme noble de cœur. Les pressions diplomatiques étaient énormes, de nombreuses vies étaient mises sur le fil de simple mot que pourrait prononcer une personne influente en cet instant. C’est sans doute pourquoi personne n’osait parler. Tous étaient toutefois très attentifs, les militaires resserraient la garde, les diplomates, eux, se creusaient la tête pour trouver une issue. Ha la politique! Finrodel en avait déjà mal au cœur.

Il aurait dû se soucier de se qui se déroulait, les délégations de Fondcombe et des Havres étaient présentent aux funérailles et étaient donc directement impliquées dans ce conflit politique. N’aurait-il pas dû agir à titre de diplomate? Sans doute, mais il ne voyait pas en quoi ces éphémères humains avaient de l’importance sur le peuple elfique. Qu’ils se combattent si tel était leur souhait, on n’en serait pas au premier conflit entre humains… Mais soudain, l’idée que de nombreuses vies elfiques pouvaient être menacées par ce conflit si jamais une délégation décidait de prêter main forte à l’un des deux partis atteignit l’esprit de Finrodel. Ne perdant pas un instant, il se jeta en avant, poussant des coudes toutes personnes ne lui laissant pas un espace suffisant pour progresser. Un murmure de désapprobation et même de colère s’élevait sur son passage, les gens déjà tendus pourraient subitement décider de s’en prendre à lui. Pourtant, il ne ralenti pas, cherchant autant que possible à atteindre l’une des deux délégations.

Il atteignit finalement, au prix de quelques contusions, les rangs des Havres Gris. Nombreuses furent les lames elfiques qui se pointèrent vers lui, avant que le capitaine de la garde ne le reconnaisse et commande le repos. L’ambassadeur se jeta en avant et se posa juste derrière Silivrien et Laurelin à qui il n’adressa même pas un mot, le temps pressait trop. Maintenant qu’il avait rejoint les elfes, il pouvait prétendre parler en leur nom et être entendu :

Gallen Mortensen a fait appel au jugement des armes, il en a le droit par le rang de champion du Rohan qui lui a été conféré par Feu Thénéor. Le jugement suit les lois et vous faites les lois en Rohan Roi Hogorwen, alors cela ne pourra mener qu’à votre victoire. Que Mandos, plus grand de tout les juges, mette fin à se litige.

Il parla rapidement pour être certain que la plupart des gens n’ai pas le temps de voir clairement qui avait parlé, qu’ils sachent simplement que cela venait des elfes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amadeo du Rohan
Lieutenant de régiment Rohirrim
Lieutenant de régiment Rohirrim


Nombre de messages : 264
Age : 22
Localisation : Aldburg ~ Rohan
Rôle : Rôdeur - Lieutenant de la Cohorte de l'Est

~ GRIMOIRE ~
- -: Demi-Elfe
- -: 40
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Mer 25 Nov 2009 - 16:27

En attendant la réponse de la jeune femme, Amadeo porta son attention sur les hommes encapuchonés avec celle-ci avant qu'il n'arrive. Ils semblaient s'être figés dès qu' il était arrivé.

De toute évidence, et il ne fallait pas être un cerveau pour le remarquer, ils ne lui faisaient pas confiance. D'ailleurs, les yeux habiles du rôdeur me permis de voir que plusieurs avaient discretement poser leur main sur le pommeau de leur épée.

Je ne voulais ni paraître supect ni déclencher un combat. Je tapai alors sur l'épaule de l'homme qui était à côté de moi et n'attendit pas qu'il se retourne pour lui parler :

"Excusez-moi mon bon monsieur mais il voudrait mieux que vous enleviez ce capuchon, de même pour vos copains. Il se fait que vous paraissez plus ou moins suspect ainsi, on pourrait vous prendre pour...des espions par exemple. Hogorwen en a déjà pendu pour moins que ça. si vous avez besoin de quoi que ce soit, vous pouvez me demander, et si vous ne savez pas où dormir ce soir, je vous offre le couvert et le logis pour la nuit. Mais en fait, qui êtes-vous et d'où venez-vous ?"

Pendant qu'il parlait, le capitaine du Rohan prenait garde que personne d'autre mis à part la jeune femme n'entendait la conversation. Un grand aigle retenu aussi durant un court instant l'attention de l'ancien rôdeur. C'était son animal favoris...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loreline
Voyageur


Nombre de messages : 29
Age : 35
Localisation : Rohan ~ Edoras
Rôle : Voyageuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim d'apparence elfique
- -: 20 ans
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Mer 25 Nov 2009 - 22:12

Le vieil homme que Loreline avait percuté grâce à la gentille bourrade de son compagnon, fronça les sourcils lorsqu'il posa son regard sur elle.
Voilà... Il était contrarié !
Repoussant quelques mèches blanches qui avaient eu le mauvais goût de barrer sa vision, Loreline jeta un regard de biais à son cheval. Un regard assez désapprobateur.

"Je ne me suis pas faite un copain à cause de toi... Merci Naa !"
Lâcha t'elle entre ses dents.

Mais, fidèle à son comportement habituel, le cheval se contenta de frotter affectueusement son museau contre sa joue. Il n'était pas inquiet et ce geste amical, quoi qu'un tantinet humide, n'avait d'autre but que de la rassurer.
Semblant conforter son compagnon dans l'attitude paisible qu'il avait auprès de ces cinq étranges personnes, le plus jeune d'entre eux, celui que l'étalon pénétrait du regard avec une certaine insistance, s'exprima avant que le vieil homme n'en ait eu le temps.

-C'est un magnifique cheval que vous avez la, mademoiselle! Une monture digne de sa maitresse.

Le visage de Loreline s'éclaira d'un immense sourire.
Elle était toujours ravie que l'on reconnaisse la beauté de son ami. Cette fierté était, d'après elle, non pas prétentieuse mais justifiée. L'allure de l'étalon était au delà de la perfection. Chacun de ses pas semblait suspendu dans les airs et la pureté de sa robe avait de quoi provoquer l'admiration de tous.

"Je vous remercie ! C'est vrai qu'il est magnifique..." Dit-elle en jetant un regard tendre vers son cheval.

C'était la première fois qu'on lui faisait un tel compliment à elle... Gênée, la jeune elfe ne savait trop comment réagir... Elle se contenta d'esquisser un nouveau sourire.

C'est un moment tragique pour le Rohan...l'etalon du roi Theneor a trebuche, causant sa mort...et le marechal Hogorwen est monte sur le trone du Chateau d'Or.
Ceci ne plait pas a tout le monde, l'homme qui vient de defier le roi est Gallen Mortensen, le Champion Royal...un personnage important a Edoras.


Les yeux de Loreline s'agrandirent démesurément devant ses déclarations.

"Un cheval du Rohan... trébucher...? Trébucher jusqu'à causer la mort d'un homme, qui plus est d'un roi ???!"

Sans le vouloir elle avait haussé le ton sur ses derniers mots.
Il était clair que ces faits étaient tout bonnement inconcevables pour elle. Visiblement elle ne croyait pas une seule seconde qu'une telle chose soit possible.
Mais bien loin de se douter de toutes les intrigues, complots, combats qui pouvaient rôder dans un endroit comme celui-ci, et entourer sans vergogne les puissances du Rohan, aucune autre hypothèse ne lui vint à l'esprit. Elle restait, sans forcément imaginer une autre raison à ce décès, dans l'optique que ça ne pouvait être ce qui avait entraîné la mort de feu le roi.

Ainsi le jeune homme venait de lui faire une rapide mais précise description de la situation actuelle. Voici donc que ce fameux Gallen était un champion du Rohan... Bien que peu coutumière à ce genre de chose, Loreline imaginait parfaitement, ou peut être pas mais du moins assez clairement, ce qu'une telle fonction pouvait entraîner de charges.
En tous cas cette nouvelle tête couronnée ne plaisait pas à tout le monde... Les gens qui les entouraient semblaient partagés. Certains fulminaient, montrant le nouveau roi du poing, d'autres paraissaient plutôt enclin à le suivre contre Gallen.

A votre place je ferais gaffe mademoiselle. Si jamais un combat a lieu, restez pres de nous, nous vous protegerons.

Haussant les sourcils, Loreline fixa Orwen quelques secondes sans mot dire. Pas vraiment habituée à une telle agitation, il était difficile pour elle d'imaginer qu'un combat désorganisé puisse prendre place alors que cette commémoration n'était faite que pour rendre un hommage mérité à un mort.

"Je vous remercie... Je ne suis pas très habituée... enfin, plutôt je n'ai jamais assisté à un combat de ma vie. Je ne sais pas trop quelles conséquences cela pourrait entraîner"

Il ne lui vint même pas à l'esprit de demander pourquoi il la protègerait alors qu'il ne la connaissait pas. A vrai dire Loreline partait du principe qu'il ne fallait pas refuser d'aider qui que ce soit à partir du moment où la raison était juste.

"Re-bonjour jolie demoiselle. Il me semble que vous avez réussi à garder votre cheval ; fort bien. Veuillez m'excuser de vous avoir ainsi laisser là tanto mais nous avons fort à faire pour l'instant. que puis-je faire pour m'excuser ? Demandez ce que vous voudrez."

Loreline tourna les yeux vers l'endroit d'où venait la voix et reconnu le capitaine à la rencontre éclair.
Elle esquissa un sourire tout en flattant l'encolure de l'étalon.

"Effectivement ! De toutes façons il n'aurait pas été envisageable de le laisser où que ce soit sans moi."

Loin de remarquer l'agitation frémissant sous les capes du groupe à qui elle parlait, elle constata tout de même que le visage d'Hilma s'était encore plus refermé que lorsqu'Orwen lui avait adressé la parole.

Gallen Mortensen a fait appel au jugement des armes, il en a le droit par le rang de champion du Rohan qui lui a été conféré par Feu Thénéor. Le jugement suit les lois et vous faites les lois en Rohan Roi Hogorwen, alors cela ne pourra mener qu’à votre victoire. Que Mandos, plus grand de tout les juges, mette fin à se litige.


Elle s'apprêtait à répondre au capitaine visiblement pressé de se faire pardonner, lorsqu'une voix douce s'éleva de l'avant de l'assemblée.
D'un bond Loreline se percha sur le dos de son cheval, dépassant les plus hautes statures sans problème et chercha des yeux celui qui venait de s'exprimer ainsi. Impossible de le repérer... Elle avait beau mettre sa main en visière et le chercher des yeux, rien ne permettait d'affirmer de quel côté il se trouvait... Déçue, Loreline aurait voulu connaître le visage de celui qui venait de rabattre le caquet du roi d'une façon extrêmement polie, ce qui rendait l'action d'autant plus incroyable.
Mais non...

Elle s'apprêtait à descendre de Naa lorsqu'elle aperçut un groupe d'elfes.

"Des elfes !!!!"
Lança t-elle gaiement en levant les bras au ciel ce qui manqua de lui occasionner une belle chute.

Visiblement elle était ravie. On aurait dit que c'était la première fois qu'elle en voyait ce qui, pour les personnes qui l'entouraient, pouvait paraître assez bizarre...

Elle fut ramenée à la réalité par la voix du capitaine Amadeo qui s'éleva une fois de plus.

"Excusez-moi mon bon monsieur mais il voudrait mieux que vous enleviez ce capuchon, de même pour vos copains. Il se fait que vous paraissez plus ou moins suspect ainsi, on pourrait vous prendre pour...des espions par exemple. Hogorwen en a déjà pendu pour moins que ça. si vous avez besoin de quoi que ce soit, vous pouvez me demander, et si vous ne savez pas où dormir ce soir, je vous offre le couvert et le logis pour la nuit. Mais en fait, qui êtes-vous et d'où venez-vous ?"

Elle descendit du dos de son cheval et se campa devant le chevalier en posant ses mains sur ses hanches. Son regard s'illuminait d'une lueur assez inhabituelle et un sourire se dessinait peu à peu sur ses lèvres.
Naa, sachant pertinemment ce qui lui trottait dans l'esprit, hennit bruyamment. Un hennissement qu'on aurait pu prendre... pour un rire.

"Si je puis me permettre Capitaine. En tant que protecteur vous vous devez d'être équitable et de suivre la justice il est vrai ? Alors dans cet optique, vous devriez également prodiguer ce bon conseil à cet homme là bas."

Elle désigna de l'index une personne encapuchonnée à quelques pas du groupe.

"Celui-ci également"

Un autre un peu plus loin cette fois-ci.

"La demoiselle au fond et l'homme qui lui tient la taille. Le groupe près des marches, les trois personnes près du pot de fleur bleu, ah et une grande partie des elfes qui sont également encapuchonnés."

Et sur ces mots elle lui adressa un signe de la main, ressemblant à un "aurevoir", en lui disant dans un sourire :

"A toute à l'heure Capitaine, bon courage !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor


Nombre de messages : 1743
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Mer 25 Nov 2009 - 23:54

Instinctivement les Gardes de la rose avaient sortis leurs épées. D'un geste vif, Aldarion leur fit signe de rengainer. Il s'avança devant la foule le regard dur.

" Dans quoi sommes nous tombés ? N'en avez vous pas assez de vous ridiculisez ainsi Rohirrims ?"

Tous les regards se tournèrent vers le Roi d'Arnor dont le ton autoritaire ne semblait pas souffrir de répartie.

" De quel droit prenez vous ainsi votre Seigneur à parti Lieutenant Mortenssen ? Croyez vous que nous allons vous laisser risquer la vie d'un Roi pour de vulgaires histoires de protocole ?"

Hogorwen afficha un sourire mauvais, qui ne devait pas rester longtemps fixé sur son visage.

" Et vous "Roi" Hogorwen qui n'avez pas encore été couronné... N'avez vous d'autre image à afficher de votre royaume que cette vulgaire mascarade ? Depuis quand laisse t'on une Reine être enterrée sans hommage ? Comportez vous comme un Roi... justice, honneur et équité."


Aucun des deux ne semblait rattraper l'autre et Aldarion voulait leur en faire prendre conscience. Ils ne s'aimaient pas mais ils avaient un royaume à faire tourner... Ils allaient devoir faire des efforts.


-4

_________________
Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amadeo du Rohan
Lieutenant de régiment Rohirrim
Lieutenant de régiment Rohirrim


Nombre de messages : 264
Age : 22
Localisation : Aldburg ~ Rohan
Rôle : Rôdeur - Lieutenant de la Cohorte de l'Est

~ GRIMOIRE ~
- -: Demi-Elfe
- -: 40
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Mer 25 Nov 2009 - 23:57

Le jeune capitaine regarda médusé la femme partir avec sa jument. Elle venait de lui clouer le bec comme personne auparavant ne l'avait fait, ou n'avait oser le faire. Et c'est pourquoi il ne pu laisser s'achapper un rire nerveux, qui attira l'attention de plusieurs de ses voisins.

"Heu,...excusez-moi, c'est... à force de trop travailler ! Oui c'est ça, c'est une over-dose de travail ! Bon bha je vais me reposer alors. Au revoir !"

L'excuse bidon avait peu de chance de marcher, mais au moins elle fui fournissait un prétexte pour s'éclipser. Mais avant, il mit un papier froissé dans la main de l'homme encapuchonné avec qui il avait parler il y a quelques minutes. Sur ce papier il était écrit :

"A 21h00 au logis en face de la forge au toit de pierre. Important."

Amadeo sortit ensuite de la foule et marcha à bon pas vers le logis de son éored, en face de la forge au toit de pierre. Mais sur le chemin, il fût interpellé par un garde :

"Capitaine, aidez-moi je vous prie ! Cette femme est révoltée de ne pas pouvoir assisiter à la cérémonie !"

En face du garde se dressait en effet un femme de forte corpulence au teint rouge tomate. La capitaine s'avança, fit face à la femme en question et dit à haute voix :

"Article 22 du décret 19 : les femmes ne sont pas autorisé à visionner les cérémonie de ce genre."

Après cet article fantaisiste inventé de toutes pièces, car Amadeo n'avait jamais lu les lois du Rohan, l'ancien rôdeur partit à grands pas vers son gîte. Arrivé là-bas, il entra en trombe dans la pièce, mais s'arrêta net à la vue de son soldat Ivan coucher par terre sur un tapis de paille, le bras droit et la jambe gauche ensenglentés. Zatan et Eodil étaient à son chevet tandis que Gorius taillait un bout de bois. Le sergent devina la question de son officer et dit :

"Blessé dans un combat contre les gardes de Meduseld. En esperant qu'ils n'aient pas découvert tout notre plan. Erco est sûrement encore là-bas, il combattait les gardes lui-aussi."

Amadeo vu alors dans sa tête repasser le moment où Gallen avait demander à Erco et un autre ( il ne se rappelait plus qui était le deuxième ) de protéger sa femme.
Amadeo fit alors volte-face et sortit comme un bolide de course du bâtiment, courrant en direction du château d'or.


Dernière édition par Amadeo du Rohan le Jeu 26 Nov 2009 - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hogorwen
Voyageur


Nombre de messages : 10

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -:
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Jeu 26 Nov 2009 - 0:00

La situation était bloquée. Les compatriotes étaient face à face. Une bataille est toujours terrible mais un combat fratricide c’est pire.

Hogorwen regardait furax Gallen immobile tel une statue . Il serrait fermement.son épée gigantesque noire.

Il restait muet, seul son regard parlait, ses yux semblaient lancer des poignard vers le champion du Rohan.

Et le drame arriva

Une voix claire s’éleva de la délégation elfe, une voix élégante calme et néanmoins ferme, prenant position pour le lieutenant des gardes royaux.

Hogorwen tourna la tête vers les elfes marins ;

Son visage reflétait une fureur extrême , il était l’incarnation de la fureur, sa bouche était déformée par une grimace qui aurait paru comique en des circonstances moins tristes.

La voix du roi du Rohan était à peine plus haute qu’un murmure


« Ainsi ils ont tous contre moi »

Hogorwen hurla à tue tête

« Vous êtes tous contre moi, vous voulez me voler, ma contrée, mon Rohan , ma Terre, je vous maudis tous »

Il leva haut son épée, ses pupilles n’étaient plus que des petites têtes d’épingle noires

Et cria

« Nul ne pourra partir du Rohan sans mon autorisation, nul ne quittera Edoras sans mon consentement »

Hogorwen bomba le torse et souffla dans son cor.

Un vacarme terrible retentit et une immense troupe de cavaliers d Roahn arriva, deux des Eored des marches de l’intérieur sous le commandement du maréchal Eriksson , fidèle du nouveau souverain.400 cavaliers armés venaient d’arriver tel un tourbillon.

La situation s’envenimait dangereusement, le nouveau roi avait une force armée énorme, le double de l’ensemble des escortes des délégations étrangères et des gardes royaux fidèles à Gallen.

Eriksson en militaire avisé, fit encerclé la foule par ses cavaliers du Rohan.

Maintenant un sourire satisfait était accroché au visage du colosse rohirrim. Il ressemblait à un chat jouant avec une souris.

La stupeur se ressentait parmi les délégations présentes.


Gallen n’en revenait pas. Il baissa la tête.Il avait perdu, il pensait que Hogorwen n’irait pas jusqu’à menacer avec son armée.

J’ai fait une erreur, je vais me rendre.

Le champion du Rohan, éleva la voix

« Roi Hogorwen , ne faites pas couler le sang ,je me rends »

le caporal Eogam , le capitaine Thorin et le sergent Eother stoppèrent Gallen

« Non Lieutenant ne faites pas cela »

Mais déjà le lieutenant s’avançait vers son adversaire.

Hélas est ce une lueur , un reflet malheureux, l’inexpérience d’un cavalier fidèle de Hogorwen , mais tous entendirent un arc se bandait et le bruit caractéristique d’une corde qui se détend ;

Puis un bruit mat

Le capitaine Thorin s’effrondra, la première victime de ce conflit larvé/.

Gallen bondit vers son beau père, il le soutint, mais la vie déjà se retirait, du sang rouge sombre s’écoula de la bouche de vaillant guerrier

« Mou…..rir désarmé, quel déshonneur »

Gallen allongea son capitaine

Il essaya de stopper l’hémorragie, il entendit juste la voix lasse de Thorin ;

« Cesse Gallen , tu ne sais donc jamais quand c’est fini »
Thorin eut un soubresaut, un hoquet


Sa main gauche se serra sur l’épaule gauche du champion du Roahn

« prends soin de ma fille, Ga…..llen, et bats …..toi……pour le Rohan »


Thorin n’était plus. Gallen reposa la dépouille du capiataine des gardes royaux sur sa terre natale, la terre humide du Rohan.

Gallen se leva, il ne pleurait pas, il n’avait aucune réaction.

Puis un cri primal sortit de sa gorge, il hurla face au vent

« Thorin »

Ses alliers reculèrent face à la fureur de ce cri. Hogorwen lui même parut un instant ébranlé.

Gallen ramassa ses armes rapidement

Il cria vers le roi du Rohan

« La mort de ce soldat est une des plus grande perte du Rohan et c’est votre folie Hogorwen qui est responsable de ce drame. Je ne léverai pas mon arme contre vous en tant que roi du rohan mais je ne me rendrai pas car quelqu’un doit défendre les traditions du rohan en souvenir de Dame Cella, Thénéor et Thorin, je serai cet homme»

« A toi de choisir roi du Rohan »


Gallen se tourna vers ses hommes

« Ma décision est prise, je mourrai aujourd’hui puisque je ne lèverai pas la main sur mon roi mais j’emmènerai avec moi plus d’un traître.Je ne peux vous imposer de me suivre »

Eoagm répondit de sa voix dure et tonitruante

« On est avec vous Lieutenant, Thorin nous a tous formés. »

Les gardes royaux le visage fermé dégainèrent de nouveau , prêts au combat.Hogorwen était aux abois, il ne comprenait pas cet acharnement, pour se calmer il trancha la gorge du jeune soldat responsable de la mort du capitaine Thorin d'un coup d'épée précis.

Il eut plusieurs respirations rapides t il cria à ses hommes

« Ne touchez pas aux délégations, mais écrasez moi cette chianli »

Les gardes royaux resserrèrent les rangs.

Le maréchal Eriksson avait un sourire mauvais, enfin il allait corriger ce prétentieux de Gallen, il l’avait toujours hai ce fanfaron.Trop facile de l’achever à cheval il voulait le voir périr au sol ce présomptueux avec ses minables, histoire de montrer qui était le plus fort.

Il leva la main droite et une centaine de cavaliers descendèrent de montures et s’avançèrent vers le groupe de gardes royaux. eriksson gardait trois cent cavaliers en reserve histoire de faire durer le plaisir.

Gallen allait périr, il le savait, mais pas sans combattre

Il hurla

« Pour le Rohan, retirer votre emblème blasphématoires, Amis, pour ne pas nous entretuer dans ce combat insipide »

Le cavaliers aux emblèmes sombres passèrent sans un regard pour les délégations et se ruèrent vers leurs frères ennemis.

Que décideraient les délégations ??

Hrp: si vous combattez, faire un post assez précis de vos actions et j'ouvrirai de toute façon un post pour cette bataille

Hrp: Ton Eored Amadeo n'a pas vu les renforts et est trop loin pour intervenir avant la fin. Au plaisir. Gallen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etelion
Pair du Royaume d'Arnor


Nombre de messages : 951
Age : 25
Localisation : Assis au pied d'un chêne.
Rôle : Fumeur d'herbe à pipe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Hobbit
- -: 39
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Jeu 26 Nov 2009 - 1:06

Le hobbit était arrivé en même temps que l'ensemble de la délégation du Royaume d'Arnor, suivant son Roi de prés. Il était là depuis le début des "hostilités", et resta bouche bée par la bêtise humaine dont faisaient preuves ces deux hommes. A un enterrement, cérémonie des plus sacrés, le nouveau roi du Rohan et le champion du Rohan avaient bel et bien osé se toiser, s'humilier l'un et l'autre. Et par-dessus tout, ils étaient en train de déshonorer le défunt roi du Rohan Thénéor. Bien qu'Etelion ne l'ait pas connu, cela fit monter en lui un étrange colère.

D'un côté, Hogorwen semblait être un âne, sans aucune conscience des limites à ne pas franchir pour garder le contrôle de son royaume. De l'autre côté, ce Gallen, qui a tout de même le titre - des plus honorifiques - de champion, s'annonce comme étant le défenseur des anciennes valeurs, du respect des traditions ... Quel respect existe t-il à ce moment même ? Ils bafouent ce respect en achevant plus tôt que prévu la cérémonie, et transforme ce qui devrait être un moment de tristesse et d'excuses en un moment de conflit naissant. Le semi-homme était surement trop jeune pour comprendre cela ... Ou alors il avait compris le fondement même du pouvoir dans certains royaumes. La stupidité ...

Il n'avait jusqu'à aujourd'hui pas une bonne estime du peuple rohirrim, mais pas une mauvaise non plus. Là, la balance avait malheureusement penché d'un côté. Pour avoir visité le Gondor, bien evidemment l'Arnor, et même le Harad, il s'apercevait que ces rohirrims pouvaient se comporter comme des hommes d'honneurs et de confiance, mais aussi et surtout comme des êtres bornés et sauvages.

Le kuduk était resté en retrait lors du début de la cérémonie, à une dizaine de mètre derrière le Roi Aldarion, son escorte et la majeure partie de la délégation. Quand l'heure des armes se sentaient dans l'air, quand l'éléctricité materialisée par la haine de ces hommes apparut dans leurs voix, Etelion mit chacune de ses mains à l'intérieur de sa cape, agrippée à deux de ses dagues. Si le sang devait couler, il devait faire en sorte que ce soit celui des rohirrims et pas celui du Roi, ou d'un autre arnoréen. l'idéal était bien sûr qu'aucune goutte de sang ne touche le sol.

Aprés quelques minutes d'atmosphere pleine de tension, ils passèrent à l'acte. Ils, c'est les dresseurs de chevaux. La capuche rabattue sur la tête du hobbit ne lui permettait pas de voir clairement. Ajoutez à cela tous ces hommes, plus ou moins grands - mais tous grands vu d'en bas ... -, et le point de vue se revelait être l'inverse. Etre en retrait ne lui servait pas à grand chose à cet instant. Seul le bruit venait jusqu'à lui. Personne ne parlait, si ce n'est quelques mots du Roi d'Arnor, à tel point que le simple son d'un arc qui tire sa flèche arriva à l'oreille d'Etelion. Quelques cris, un bruit de lame. Le semi-homme restait observateur en voyant que son Roi avait demandé à ses propres gardes de remettre chaque épée dans son fourreau, il décida donc de ne pas bouger, mais laissa ses doigts au contact de ses petites - mais destructrices - lames.

_________________

| Le bavardage est l'écume de l'eau, l'action est une goutte d'or . |



- Invité, je t'attends au coeur de la Comté ! Là où la viande est la plus tendre et où l'herbe à pipe est la plus savoureuse !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r27.imgfast.net/users/3215/16/77/31/avatars/911-61.jpg
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor


Nombre de messages : 2966
Age : 25
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

MessageSujet: suite   Ven 27 Nov 2009 - 0:42



Le prince ne dit rien lorsque Loreline enonca son point de vue sur un cheval du Rohan qui trebuche...il se contenta de lancer un regard enigmatique a la semi-elfe.

Il repondit a la deuxieme remarque de la jeune femme:

-Si jamais un combat a lieu...un duel dans une foule peut avoir des consequences terribles; la panique, les pertes civiles...mes compagnons et moi sommes des guerriers, nous saurons quoi faire.

En verite, Orwen n'avait jamais participe a une bataille, meme si il etait un bretteur assez talentueux. mais il eprouvait un desir etrange de plaire a cette jeune femme, et de la proteger... Cependant ses compagnons etaient vraiment de combattants de qualite, et de veterans de nombreuses guerres.

***

Hilma retint son souffle lorsqu'Amadeo arriva...il leur demandait d'enlever leurs capuches. Le vieux conseiller ne savait pas quoi faire; il n'y avait pas moyen de tuer discretement l'officier, sans engendrer le chaos et la panique. Obeir aurait comme effet une grande possibilite de decouverte de l'identite du jeune prince...et desobeir pourrait mener a des graves ennuis. Il s'appreta a parler, mais ce fut Loreline qui repondit a sa place.
Le vieil homme resta bouche bee en entendant le recit de la semi-elfe...elle venait de renvoyer un officier d'une facon intelligente et humiliante, sans pour autant creer de conflit, et evitant la decouverte de l'identite du jeune prince. Un sourire apparut sur les levres fines du vieux rohirrim...

***

Le bruit de centaines de sabots, des lames sorties de fourreaux, des cris...
Tellement de choses se deroulerent en quelques secondes. Une fleche transperca l'air, et vint se planter dans la poitrine du capitaine...et puis les hommes du Champion Royal sortirent leurs propres lames, s'appretant a combattre jusqu'a la mort.
La reaction des gardes d'Orwen fut rapide; en quelques instants, Orwen, ainsi que Loreline et son cheval, furent entoures d'un cercle etroit par les quatre rohirrims, qui sortirent leurs lames, prets a defendre leur prince.
Cette action passa inapercue dans le chaos general qui regnait autour d'eux...
Orwen avait lui aussi degaine sa lame, se mettant a cote de la demoiselle, mais Hilma lui jetta un regard qui lui disait de rester calme.

_________________

Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loreline
Voyageur


Nombre de messages : 29
Age : 35
Localisation : Rohan ~ Edoras
Rôle : Voyageuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim d'apparence elfique
- -: 20 ans
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Ven 27 Nov 2009 - 1:38

-Si jamais un combat a lieu...un duel dans une foule peut avoir des consequences terribles; la panique, les pertes civiles...mes compagnons et moi sommes des guerriers, nous saurons quoi faire.

Ainsi les choses se dérouleraient comme ça…
Bien loin d’imaginer quelles pouvaient être les conséquences qu’entrainerait une bataille dans un lieu comme celui-ci et avec le nombre de personnes présentes, Loreline commençait à entrevoir quelle tragédie cela pourrait être grâce aux explications patientes du prince.
Elle parut consternée. Son regard se voila et elle fixa Orwen de longues secondes sans mot dire.
Etrangère à ce type de situation, la demoiselle à la chevelure neigeuse avait l’impression de pénétrer un nouveau monde. Une terre de violence, de cris, de contestations, de tristesse.
Elle n’avait jamais considéré son pays de la sorte et il lui était vraiment pénible d’imaginer que de telles choses puissent avoir cure dans le monde.
Bien sûr, elle savait que rien n’était ni tout blanc, ni tout noir. Mais delà à commettre de tels parjures en pleine cérémonie de deuil… C’était inconcevable !

Ainsi ils étaient tous guerriers… Ils devaient donc savoir comment réagir dans ce genre de situations. Mais…

« …Pourquoi… ? Pourquoi faites vous la guerre… ? A quoi cela sert-il… ? »
Demanda t’elle à demi mot.

Une question qui pouvait paraître bien puérile et qui, en définitive, l’était. Mais comment une jeune femme, n’ayant en tout et pour tout qu’à gérer les éventuels menus problèmes qui pouvaient survenir de la forêt de Fangorn et qui, pour les plus graves, se présentaient comme une invasion de sanglier à travers les cultures du village, comment pourrait-elle comprendre quoi que ce soit aux affres de la guerre ?

« Ah mais je ne me suis pas présentée ! »
S’exclama-t-elle tout à coup.

« Je m’appelle Loreline et voici Naa »
Dit-elle en grattant la fine fourrure blanche entre les yeux de l’étalon.

Lorsqu’elle eut présenté son cheval, celui-ci eut un comportement qui fit s’agrandir les yeux de Loreline. Il plongea son regard d’or d’abord longuement dans celui d’Hilma puis dans celui d’Orwen et inclina la tête très bas, comme s’il… faisait la révérence.

« Naa… Tu… »

Visiblement ce comportement n’était pas dans ses habitudes, à en croire l’expression de Loreline.

" Dans quoi sommes nous tombés ? N'en avez vous pas assez de vous ridiculisez ainsi Rohirrims ?"

Une voix forte pénétra la foule agitée et eut le don de permettre qu’un lourd silence s’installe au sein de l’assistance.

" De quel droit prenez vous ainsi votre Seigneur à parti Lieutenant Mortenssen ? Croyez vous que nous allons vous laisser risquer la vie d'un Roi pour de vulgaires histoires de protocole ? Et vous "Roi" Hogorwen qui n'avez pas encore été couronné... N'avez vous d'autre image à afficher de votre royaume que cette vulgaire mascarade ? Depuis quand laisse t'on une Reine être enterrée sans hommage ? Comportez vous comme un Roi... justice, honneur et équité."

Loreline chercha des yeux l’homme qui venait de s’exprimer d’une voix pleine de reproches. Elle ne le vit pas. Comme la fois précédente le propriétaire était invisible… Mais ce n’était pas la même voix que précédemment.

« Qui est-ce ? » Demanda Loreline visiblement très impressionnée par cette intervention.

Il ne manquait pas de cran. En quelques phrases il venait de démonter et le roi et le champion du Rohan. Ce devait être un personnage important ou un pauvre fou pour oser proférer de telles choses sans sourciller et avec tant d’assurance…

Puis il y eut cette demande, plutôt un ordre en définitive, émanant du jeune capitaine Rohirrim Amadeo. Après lui avoir indiqué les différentes personnes qui portaient également des capuches et qu’il se devrait d’aller trouver pour faire preuve de l’équité dont tout bon soldat devrait être empreint, le capitaine détala comme un lapin.

"Heu,...excusez-moi, c'est... à force de trop travailler ! Oui c'est ça, c'est une over-dose de travail ! Bon bha je vais me reposer alors. Au revoir !"

Il tourna les talons et fila.
Loreline éclata d’un rire cristallin en le suivant des yeux. Visiblement satisfaite de sa tirade, elle se frotta les mains comme quelqu’un qui aurait accompli un labeur dont il serait fier.

« Et voilà qui est fait ! » Dit-elle en riant.

Hilma eut un sourire qui n’échappa pas à la jeune elfe. Encore plus satisfaite, elle avait quand même réussi l’exploit de lui décrocher un sourire, elle se retourna vers Naa en brandissant le pouce de la victoire tout en lui adressant un clin d’œil. Complice, l’étalon colla son museau contre son front en un baiser bruyant et mouillé.

« Vous êtes tous contre moi, vous voulez me voler, ma contrée, mon Rohan , ma Terre, je vous maudis tous »

Loreline se retourna d’un bond vers le roi visiblement excédé… Non… hors de lui, il était comme fou. Ses yeux grands ouverts étaient terrifiants… Sa voix roque et forte lui donnait la chair de poule.

« Nul ne pourra partir du Rohan sans mon autorisation, nul ne quittera Edoras sans mon consentement »

Etait-il devenu fou ? Allait-il réellement retenir chaque personne présente… Chaque homme, femme, ah non elles n’avaient pas le droit d’être présentes c’est vrai…, chaque elfe, chaque nain… tous ceux qui avaient parcouru un si long chemin pour rendre hommage au défunt roi et, visiblement, à la défunte reine… ???

« Il est complètement fou… » Lâcha Loreline à demi mot, le teint livide.

Soudain un terrible tremblement résonna partout dans la cité. Un broua poussiéreux envahit peu à peu les lieux alors que le bruit de sabots se rapprochait dans un vacarme assourdissant.
Loreline tourna brusquement la tête vers Naa.

« Combien sont-ils ??? Cent ? »

L’étalon s’ébroua et secoua violemment la tête de droite à gauche, sa longue crinière suivant l’impulsion de son mouvement.

« Quoi… 200 ? »

De nouveau Naa secoua la tête, ses oreilles se couchèrent rapidement vers l’arrière et ses babines se retroussèrent. Cet aspect lui donnait un air menaçant assez terrifiant…
L’étalon sentait le danger et le montrait d’une façon assez explicite.

« Plus… ?! »

Elle jeta un regard vers Orwen et sa garde. Elle fut très étonnée de constater qu’il avait pris place à ses côtés et que les personnes avec lesquelles il était et qui n’avaient dit mot depuis le début, les avaient entourés, formant un cercle étroit et protecteur autour d’eux.
Elle ne les avait même pas vu se déplacer…

« Roi Hogorwen , ne faites pas couler le sang ,je me rends »

Le champion Gallen parla haut et fort. Une tentative d’arrêter les visibles hostilités qu’avait engendré Hogorwen. Mais Loreline ne comprit pas ce qu’il se passa par la suite.
La population résidente ou invitée commençait à paniquer. Les gens se mettaient à courir en tous sens, affolés.

« La mort de ce soldat est une des plus grande perte du Rohan et c’est votre folie Hogorwen qui est responsable de ce drame. Je ne léverai pas mon arme contre vous en tant que roi du rohan mais je ne me rendrai pas car quelqu’un doit défendre les traditions du rohan en souvenir de Dame Cella, Thénéor et Thorin, je serai cet homme»

De nouveau la voix de Gallen résonna dans le silence qui s’était tout à coup installé. Cette situation était totalement surréaliste… Un vacarme incroyable, la seconde d’après le silence le plus morne qui soit.
Il y avait eu un mort… Pourquoi… Pourquoi les hommes ne peuvent-ils s’empêcher de s’entretuer de la sorte… Pouvoir, puissance, possessions… Loreline était si loin de tout ça.

Sentant le prince auprès d’elle, elle tourna un regard blême où se lisait l’incompréhension. Elle baissa les yeux vers l’arme que venait de dégainer Orwen.
Instinctivement, sa main se leva et vérifia que Naa était bien à ses côtés. Précaution assez inutile car l’étalon avait le poitrail étroitement collé contre le dos de Loreline. Ses yeux dorés perçaient tous ceux qui passaient trop près à son goût et ses oreilles couchées en arrière avaient déjà dissuadé plus d’une personne de s’approcher trop près du petit groupe.

« Avez-vous des chevaux à portée ? » Murmura-t-elle en bougeant à peine les lèvres.

Elle avait beau connaître cette situation pour la première fois, il n’en était pas moins que Loreline sentait clairement que les choses s’annonçaient de plus en plus mal.

« Si les choses tournent mal vous et votre vieil ami pourriez monter avec moi sur le dos de Naa. Il est capable de distancer n'importe quelle autre cheval. Enfin... en théorie... » Continua-t-elle de chuchoter.

Elle jeta un regard en coin à l’étalon qui cligna rapidement des paupières.

« Il n’y voit pas d’objection » Confirma t’elle d’une voix douce dans un demi sourire.

« Mais nous ne laisserons pas vos amis ici. » Déclara t-elle en saisissant l’épaisse crinière blanche de son ami.

« Quelles sont vos options ? »

Peut être refuseraient-ils de partir si les choses s’envenimaient à outrance. Après tout ils étaient guerriers… Loreline resterait tant qu’elle le pourrait, mais si Naa venait à courir le moindre danger, il passerait avant tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor


Nombre de messages : 1743
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Ven 27 Nov 2009 - 19:32

Dire qu'Aldarion avait prévu le coup était un peu excessif. Mais il avait ressenti depuis bien longtemps qu'une tension malsaine régnait au Rohan. Il en avait discuté avec son Oncle et ils étaient convenu de prendre une petite mesure au cas où cela dégénèrerait.
Il se tourna vers le Capitaine Rousnou.

" On retourne les capes Capitaine."

Dans un même temps il fit un petit signe à Radamanthe qui se trouvait de l'autre côté de la place. Et ce furent bientôt une centaine de gardes du corps qui retournèrent leurs capes pour enfiler le côté inverse, blanc comme neige. Le signe de la paix. Imaginer ne fut ce que toucher un seul des hommes de ces deux armées aurait semblé un crime bien plus grave que n'importe quel autre. Les cavaliers d'Hogorwen stoppèrent net leur mouvement, interdits.
Rompus aux méthodes de combat et de manoeuvre, les troupes formèrent un large cercle, une sorte de cordon et s'approchèrent du centre de la foule. Hogorwen qui avait eu la bêtise de rester au centre avec sa garde rapprochée était encerclé.
Aldarion fit un pas au centre du cercle et s'adressa à la garde d'Hogorwen.

" Je vous conseille très fortement de jeter vos armes immédiatement."

Le ton autoritaire du Roi d'Arnor et la présence de l'Elite armée du Royaume réunifié eurent rapidement raison de leur réticence et ils jetèrent leurs armes au sol. Tous sauf Hogorwen.

" Vous aussi Seigneur Hogorwen..."

Le regard d'Aldarion était noir, et la neutralité de son ton valait toutes les élévations de voix. Ce n'était même plus de la colère, mais une absence totale de considération.
Hogorwen s'exécuta de mauvais coeur.
Aldarion s'approcha alors juste tout près d'Hogorwen et lui parla directement à l'oreille.

" Ce qui s'est passé aujourd'hui est inadmissible. Vous avez menacer les membres les plus importants et les plus sacrés de tous vos alliés. Vous avez fait couler le sang un jour de deuil... vous avez briser tous les pactes de non agression de nos peuples. "

Le Roi fit une petite pause tandis qu'Hogorwen assimilait les paroles et leurs conséquences.

" Mais vous avez une chance... Nous n'avons aucune autre solution pour vous remplacer à la tête du Rohan... Il va vous falloir faire des concessions , concernant Gallen et votre fils, pour pouvoir rester en place..."

Hogorwen ne disait toujours rien, il se rendait compte du bourbier dans lequel il s'était enfoncé. Il pouvait s'opposer dans sa ville aux délégations des différents royaumes... Mais sur le long terme il n'avait aucune chance de tenir face à une alliance de tous les peuples. Il restait des guerriers et des chefs terribles or de sa ville, et il ne serait pas de taille à les affronter en même temps.

" Rappelez vos hommes et faites leur rendre les armes. Le Seigneur Mortensen en fera de même... et jusqu'à ce que nous trouvions un compromis les troupes des délégations s'occuperont de la milice. "

Hogorwen était coincé, il n'avait pas le choix. Il acquiésa.
Aldarion se tourna alors vers la foule et cria avec force le nom de Gallen.

" Gallen Mortensen ! Venez ici ! "

Conduit par quelques gardes d'Arnor, le lieutenant s'approcha au centre.
Aldarion vint lui parler comme à Hogorwen.

" Vous allez désarmer vos hommes, si je vois un seul garde royal armé dans les rues d'Edoras je vous fait pendre. Nous nous occuperons de la milice avec les autres délégations. Rejoignez nous dans une heure au palais d'Edoras. "

Aldarion monta sur une grosse pierre. Les cavaliers étaient désormais pied à terre et rendaient leurs armes à des Elfes qui semblaient avoir pris les choses en main.

" Peuple du Rohan ! Et vous responsables des délégations ! Nous venons d'assister à un évènement terrible et sinistre. Face à une telle situation, il est nécessaire de désarmer les belligérant jusqu'à ce qu'une solution ne soit trouvée à ce conflit ridicule ! Je donne rendez vous aux responsables des délégations dans une heure au palais d'Edoras pour enclencher un processus de paix."

Les réactions furent diverses dans la foule, mais il n'en avait cure, la paix importait plus.

_________________
Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim


Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Ven 27 Nov 2009 - 20:54

Gallen étonnament parut soulagé par l'intervention du roi Aldarion; le champion du roahn avait joué un jeu dangereux comme souvent les hommes au bord du précipice qui pense ne plus avoir de solutions possibles; il avait déclenché une cascade de violence incontrolable;

le roi d'arnaor avait réussi le tour de force de dstopper l'hallali, il sauvait le royaume du rohan;

En cet instant gallen aurait voulu qu'Aldarion soit roi de sa contrée.

le champion du Rohan fut tancé sévérement par tar Aldarion, mais il n'en avait cure, enfin une solution semblait possible pour son peuple ,et sa contrée.

gallen eut juste un regard Hogorwen qui lui sembalit furax, désemparé, ses troupes se retiraient la mine basse.

d'un geste de la main, le lieutenant des gardes royaux intima l'ordre à ses hommes de rengainer les épées; ce fut fait rapidement. d'une certaine manière ils avaient gagné, Hogorwen avait été désavoué en public.

Puis le reagrd bleu azur de Gallen tomba sur Thorin et une vague de desespoir monta en lui, il se sentait responsable et il l'était.

Calmement aidé par trois gardes royaux il porta le capitaine thorin vers Méduseld, sans un mot en silence. les gardes roayux traversèrent la foule, d'un pas décidé, le visage fermé, habillés de leur tristesse et de leurs remords. Dans une heure se déciderait l'avenir rohirrim

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amadeo du Rohan
Lieutenant de régiment Rohirrim
Lieutenant de régiment Rohirrim


Nombre de messages : 264
Age : 22
Localisation : Aldburg ~ Rohan
Rôle : Rôdeur - Lieutenant de la Cohorte de l'Est

~ GRIMOIRE ~
- -: Demi-Elfe
- -: 40
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Ven 27 Nov 2009 - 21:33

Amadeo, alerté par les cris et les hurlements, cria à ses hommes de s'équiper.
Ils enfilèrent donc leurs armures, leurs casques et accrochent leur bouclier derrière leur dos via une lannière en cuire renforcée.
Ensuite, ils rangèrent leurs épéés dans leur fourreau, mis à part Gorius qui lui possédait une hache et qui l'attacha à sa ceinture.
Prêt, ils se rendirent à l'arrière du bâtiment dans la partie de l'écurie et scellèrent leurs chevaux.
Le sergent Zatan me présenta mon nouvel étalon, un cheval blanc qui avait beaucoup d'allure, et me murmura à l'oreille :

"Ca risque de chauffer capitaine, et j'voudrais pas que mes hommes risquent leur vie pour le comte d'un roi habiter par une folie incontrôlable. Si ça se passe mal, nous quitterons Edoras et irons chercher refuge au Gondor. Serez-vous des nôtres dans ce cas-là ?"

Je pris le temps de choisir soigneusement chaque mot que j'allais prononcer :

"Un capitaine ne peut quitter ainsi la capitale de se patrie sans en mourir de honte. Si cela se passe mal, vous avez le droit de quitter la ville, je ne considérerais pas cela comme une désertion, mais je ne partirais pas avec vous. Le Rohan est en crise et je ne peux l'abandonner sans regrets, et mon père se retournerait dans sa tombe si il apprenait un tel acte de ma part."

Le sergent acquiesca de la tête puis, sans un mot, il se dirigea vers son cheval. La troupe de six cavaliers que nous étions cavala ensuite à un train d'enfer jusqu'au lieu de l'incident.
Arriver là, on vit Hogorwen jeter les armes, entouré par les armées de l'alliance.
Les chevaux s'arrêtèrent net et je vis le caporal Eodil et Gorius échanger un regard inquiet tandis que le sergent siffla entre ses dents :

On est dans la merde les mecs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme


Nombre de messages : 1571
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Sam 28 Nov 2009 - 0:24

Vraiment stupéfiant la vitesse à laquelle, une situation peut devenir incroyablement tendue et bien que la tension était palpable jusque là, qui aurait pu croire qu'une rixe pouvait se produire à l'occasion d'un enterrement, d'autant plus à celui d'un Roi ? La situation du Rohan semblait des plus déplorables et Sirion s'en était bien rendu compte comme tous ceux présents ce jour-là.

Tar-Aldarion l'avait senti et avait réagi en conséquence, un homme était mort et l'incident était sur le point de se transformer en carnage, avec tous les grands dirigeants des Peuples Libres au milieu. Mais le Royaume Réunifié avait pris les choses en mains, comme s'ils avaient prévu cette éventualité. Sirion, lui, n'avait pas de cape "à deux faces" comme les soldats et s'était donc contenter de dégainer son arbalète, déjà armée et de vérifier si nul n'allait s'en prendre au Roi d'Arnor. Après tout, ses paroles n'étaient guère agréables à entendre pour Hogorwen et il aurait suffit d'un partisan du Despote un peu trop téméraire pour mettre en danger la vie d'Aldarion.

Le Fantôme veillait donc au grain et s'assurait de la sécurité du neveu de Méphisto.

La situation tendait à se calmer, les esprits semblaient se reprendre peu à peu mais à présent, les délégations allaient devoir tirer ces tiraillements au clair et établir des règles stricts tel un Maître remettant à sa place son élève après qu'il ait fait une bêtise. La comparaison était amusante. Pourtant nul ne riait. Le corps du Rohirrim gisant sur le sol rendait la scène dramatique.

Ce passage de pouvoir faisait décidément beaucoup parler de lui et nul ne souciait plus de rien en dehors d'ici. Qui aurait pu croire ce qui se tramait en ce moment-même ?

_________________


« Œil pour œil, dent pour dent. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale


Nombre de messages : 1111
Age : 23
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Sam 28 Nov 2009 - 10:00

Un Cavalier se pointa à l'horizon, il chevauchait à vive allure. Lorsqu'il fut plus proche l'on put deviner un arc dans son dos. Ses habits étaient frappés avec le blason de la Cité du Lac, mais de loin personne ne put remarquer le signe.
Erco talonna encore sa monture, voilà bien dix minutes qu'il avait quitté Medusald. Le groupe suspect pouvait déjà être hors d'Edoras.
Lorsqu'il entra dans la foule, les gens s'écartèrent, sans coin ils se seraient fait renverser. Il vit la barrière de cape blanche, il ne savait pas ce que c'était, mais des hommes se faisaient désarmer, des cavaliers du Rohan. En voyant Tar-Aldarion sur une pierre, il devina que le Roi d'Arnor avait prit les choses en main. Lorsque le Seigneur voulut passer le cordon de sécurité, il se fit arrêter par un garde:

-Personne ne passe!

Le Maître de la ville du lac ravala un sourire du haut de son cheval. Il chercha des yeux Sirion qui était l'homme qui lui permettrait de parler à Mephisto, le père de l'enfant.
Il aperçut le fantôme et lui cria:

-Sirion!!! Fait moi donc entrée, c'est primordial!!!!

Il ne voulait pas crier haut et fort que le fils du Roi du Gondor se faisait enlever. Cette information ne concernait que certaines personnes, et non tout le peuple mâle rohirrime. Il était sûr que l'ancien mercenaire allait ordonner qu'il puisse passer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme


Nombre de messages : 1571
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Sam 28 Nov 2009 - 15:00

Au milieu des gardes, des nobles et seigneurs, Sirion entendit soudain son nom dans son dos, une voix familière lui rappelant de vieux souvenirs. Le Fantôme tourna la tête et remarqua alors la présence d'un cavalier non loin de lui. Erco Skaline. Son visage semblait marqué et du sang s'écoulait sur ses tempes, le chevalier se serait-il lui aussi battu ?

Sans attendre, Sirion se rapprocha et ordonna aux soldats vêtus de blanc de le laisser passer. L'Agent rangea son arbalète, un visage familier dans cette situation était toujours agréable. Mais en voyant l'expression d'Erco, l'ancien mercenaire ne préféra pas lui sourire, il se passait quelque chose...

"Qu'y a-t-il Erco ? Que t'est il arrivé pour que tu te retrouves dans cet état ?"

Le Fantôme s'étonnait de voir son ami avec plusieurs blessures, bien que superficielles. Et où étaient Alarthor et son bras droit ? Seraient-ils ... Non impossible. Sirion trépignait d'impatience à connaître ce qui amenait Erco à être si pressé.

_________________


« Œil pour œil, dent pour dent. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale


Nombre de messages : 1111
Age : 23
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Sam 28 Nov 2009 - 17:47

Le Seigneur Skaline sauta de sa selle, sans même tendre sa bride à un soldat ou autre. Il grimaça en amortissant le saut, mais il se mit redressa fièrement. Il essuya son visage avec sa manche. Le sang coulait encore. L'arcade était l'un des endroits qui saigne le plus, et ce défunt Eoezar l'avait loupé de peu. Si la lame avait été, ne serais-ce, qu'une seconde plus rapide ce serait lui, Erco, qui giserait sur les escaliers du palais. Il fit un pas de plus et regarda autour de lui, avant de se retourner vers Sirion et de répondra à sa question:

-On a essayé de m'arrêter, mais ce n'est pas la raison de ma venue...

Il se rapprocha encore plus du Fantôme et lui chuchota dans l'oreille avec gravité:

-On a enlevé le fils de Mephisto, j'ai croisé ses ravisseurs dans les couloirs....Mais dans l'état ou j'étais j'ai préféré venir prévenir son père, ainsi que les autres seigneurs...Ou est le Roi du Gondor? Il faut que je lui parle...Toi rassemble déjà tes meilleurs hommes. On risque de devoir partir précipitamment.

Il se tut et attendit la réponse de son ami. S'ils allaient vite, ils auraient une chance de les rattraper. Le seul problème était que les chevaux avaient été interdis à l'enterrement...Il faudra donc en prendre aux cavaliers que l'on désarmait en ce moment. Ces bêtes étaient fourbues après une courte charge...
Si la poursuite avait lieu, elle sera inégal et quasiment perdue d'avance, mais qui ne tente rien n'a rien....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amadeo du Rohan
Lieutenant de régiment Rohirrim
Lieutenant de régiment Rohirrim


Nombre de messages : 264
Age : 22
Localisation : Aldburg ~ Rohan
Rôle : Rôdeur - Lieutenant de la Cohorte de l'Est

~ GRIMOIRE ~
- -: Demi-Elfe
- -: 40
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Sam 28 Nov 2009 - 19:56

[color=green]Plusieurs soldats venaient déjà vers nous pour nous faire mettre pied à terre. D'un geste de la main, je commanda à mes hommes de faire demi-tour et de galoper jusqu'à la porte.
On descendis alors les ruelles à un train d'enfer, soulevant derrière nous tantôt un nuage de poussière, tantôt une tempête de graviers.
On arriva après un bon moment de galop devant le porte, où quatre hommes étaient postés.
L'un d'eux, un sergent au ventre généreux, se leva du tonneau sur lequel il était assis et dit de sa grosse voix :

"Halte cavaliers. Personne ne peux quitter la cité de la sorte. Veuiller attendre encore quelques heures s'il vous plait."

Voyant que je fulminait de rage devant l'officier arrogant, le sergent Zatan prit les choses en mains. Il s'avança :

"Holà gros bonhomme, tu nous ouvre les porte où toi et tes hommes allez être transformé en paté pour chien !"

Le barbu ne sus encaisser l'insulte. Il serra le pommeau de son épée et cria à ses trois hommes de se lever.

"Fils de chienne, tu n'as donc pas entendu ce que j'ai dit à ton supérieur ?!! Décampez d'ici !!"

Je rappela mon sergent puis lui chuchota quelque chose à l'oreille, quelque chose qui lui fit sourire. Mais le barbu continuait à vociférer :

"Et pas de chuchotements ! Retournez près de notre bon roi Hogorwen, bande de cavaliers incapables ! Vous bafouez l'honneur de notre patrie !"

Et cette phrase là, c'est Zatan qui ne sus l'encaisser, lui qui a un sens de l'honneur énorme et qui adore sa patrie. Il cria de rage, fit faire demi-tour à sonc cheval puis chargea les quatres gardes. Le sergent barbu cria avant de voir l'autre sergent lui sauter dessus et le couvrir de coups de poings. Les trois autres gardes se précipitèrent pour saisir Zatan, mais Gorius, Eodil et Ivan firent barrage.
La situation s'enflamma alors, et les huits hommes se roulaient dans la poussière, faisant couler le sang à coup de poings violents.
C'est alors que je poussa un hurlement, et les huits hommes firent pause dans leur combat.

"Vous êtes ridicules ! Allons sergent, rappelez vos hommes et ouvrez nous la porte, je ne veux pas d'une bastonnade. Nous y serions tous perdants !"



Dernière édition par Amadeo du Rohan le Sam 28 Nov 2009 - 20:21, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme


Nombre de messages : 1571
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Sam 28 Nov 2009 - 19:57

Sirion tendit l'oreille lorsque son ami voulut lui chuchoter quelques paroles. Les mots qu'il entendit dépassaient de loin ce qu'il imaginait. L'Héritier de Gondor avait été enlevé. Le Fantôme plongea son regard dans celui d'Erco, un instant son visage resta sans réaction puis il réagit enfin.

"Tu es blessé, vas prévenir le Roi tu es un Comte, il t'écoutera, demande-lui des renforts, j'en aurai bien besoin, lui chuchota-t-il.

Mes meilleurs hommes sont déjà là : moi et mon arbalète. Je suis venu seul avec Aldarion et ses hommes, mais j'aurais peut-etre dû ramener mon frère... Vers où sont-ils partis ?"

Le Chevalier le lui indiqua sans trop de détails, les retrouver serait compliqué. Ne préférant pas s'éterniser, il serra la main de Skaline. Ils se comprirent aussitôt. Sans rien attendre d'autre, Sirion Ibn-Lahad s'engouffra parmi la foule, poussant sans ménage quiconque se mettait sur sa route, une fois sorti du cortège, le Fantôme courut aussi vite qu'il le put.

Non loin, il avait attaché Flûte son étalon pour prévenir une situation dans laquelle il devrait partir vite : il avait bien fait.
Il monta sur sa selle promptement et partit au galop vers Meduseld, peut-être y'avait-il encore un espoir de les rattrapper.

_________________


« Œil pour œil, dent pour dent. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un pieux enterrement   Aujourd'hui à 13:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Un pieux enterrement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un pieux enterrement
» Enterrement de notre Anaïs...
» L'enterrement d'un roi (Rp pour tous)
» ? L'ENTERREMENT DU ROI EDOUARD VI
» Chanson des Escargots qui vont à l'enterrement [poème]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: *~ Le Rohan ~* :: *~ Edoras ~*-
Sauter vers: