Enquête

Aller en bas 
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 889
Age : 27
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Sam 30 Jan 2010 - 11:08
Il s’était esquivé discrètement de la Vieille Bâtisse. Ces deux nouvelles missions l’emplissaient de doutes et les questions se multipliaient en son esprit sans qu’il puisse rien y faire. Il déambulait à présent depuis plusieurs heures dans les rues de la Cité Blanche. Il n’avait fait que réfléchir jusqu’à présent, mais il lui faudrait agir rapidement avant que toute possibilité de retrouver une des jeunes personnes ne disparaisse. Il avait pour coutume de retrouver des documents, d’usurper des parchemins secrets et d’importance variable. Retrouver des garçons en pleine possession de leurs moyens, discrets ou non, mais vagabondant sans arrêt était une autre paire de manches.

Son professionnalisme lui faisait quelque peu défaut depuis le début de la matinée. Cependant il se consolait en pensant qu’agir immédiatement lui aurait porté préjudice. « Ne peuvent-ils pas les attacher ou les enfermer ces jeunes gens aux mœurs trop dissolues ? »
Il soupira longuement, exaspéré par la teneur de ses recherches qu’il n’avait pas encore réellement entreprises.

Il s’était dirigé machinalement vers le haut de la Cité. Gilgamesh avait parlé de Marach et Hirlon puis ajouté que l’un deux avait essayé d’entrer dans la milice. Quant au blondinet présomptueux des Griffes il s’était volatilisé sur la Place du Marché. Il pourrait faire d’une pierre deux coups en errant quelques temps dans les étages supérieurs. Toujours est-il qu’il scrutait le visage des gens avec beaucoup d’attention. Mais ces observations n’avaient rien donné. Il ne connaissait pas de traits distinctifs qui eussent pu l’aider à identifier sans doute aucun les jeunes hommes. Seules de maigres affirmations et une description rapide étaient à sa disposition.

Les allées et venues croissaient à mesure qu’il se rapprochait des étales et des petits magasins. L’œil étranger aurait toujours l’impression que la disposition des marchands et de leurs comptoirs éphémères était aléatoire et le fruit du hasard. Cependant une personne coutumière du marché savait qu’un ordre intrinsèque régnait et que chaque chose avait une place bien particulière. D’ailleurs il était courant qu’un vendeur de bibelots soit chassé par ses proches voisins parce qu’il empiétait sur le territoire d’une guilde ou d’une autre organisation. Quant aux marchands de passages, voyageur ou charlatan de premier renom, ils avaient eux aussi un espace réservé qu’ils découvraient souvent après s’être fait bouté à plusieurs reprises hors des territoires déjà acquis.

Il commença par sillonner les allées formées par les étales adjacents. Il avait pris soin de se vêtir le plus communément possible pour ne pas attirer l’attention. Il avait même délaissé son bâton de berger, appui favoris et arme de secours dans les situations les plus contraignantes.
Il circula d’abord entre les étales de fruits et de légumes vendus quotidiennement. Certains devaient avoir plus de mal que d’autres à se fournir en produits frais car bien des végétaux avaient déjà tout du repas déjà digéré. L’odeur de certains fruits lui fit détourner la tête. Les approvisionnements s’étaient faits plus rares et plus coûteux à cause de la terreur engrangée par les actes de Balthazar le Noir. Des récoltes avaient été détruites par ses troupes de guerriers sanguinaires. Même la viande et les poissons avaient disparu de certaines tables et les poissonniers se disputaient la prééminence de leur produit : « Comment ça, il est pas frais mon poisson ? … »

Il s’éloigna des aliments pourrissant pour retrouver les vendeurs de bibelots et de petites armes. Il avait lu, puis noté par lui-même, que les Griffes portaient un brassard gris au bras. Il chercha des yeux quelque personne qui put l’avoir, mais rien. Il avait omis de demander à quel endroit du marché se situait la boutique du jeune homme. Mais le disparu avait du être rapidement remplacé. Il voyait mal les Griffes délaisser quelque chose qui leur appartint au premier venu.

Il continua une bonne vingtaine de minutes à errer sur le marché en quête d’indices quelconques. Il avait repéré deux personnes portant l’insigne des Griffes. Ils occupaient le poste apparent de vendeur mais il les soupçonna d’être ici pour une toute autre affaire. Rien de suspect n’attira son attention dans l’immédiat.


Dernière édition par Nathanael le Dim 31 Jan 2010 - 7:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Silence
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 1209
Age : 31

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 42 ans
- -:

Sam 30 Jan 2010 - 12:04
Un croassement insolent attira l'attention de l'espion qui, cherchant d'un regard distrait, ne sut découvrir l'emplacement exacte de l'oiseau de malheur. De son nouveau point de vue, il pu remarquer que les Griffes qu'il avait repéré plus tôt étaient en pleine discussion avec des miliciens. Les mercenaires avaient beau avoir abandonnés leurs brassards grisâtres, l'œil attentif de Nathanael avait enregistré leurs visages.

Alors qu'il jugeait l'humeur des protagonistes -visiblement en une séance interrogative- un nouveau croassement perça le brouhaha général du marché, un peu plus à gauche de l'espion. Personne d'autre ne faisait attention à ce bruit particulier, mais Nathanael, comme la plupart des autres habitants des bas quartiers, avaient pris l'habitude d'associer les crébains et leurs cousins aux mercenaires, don le toit de leur repaire était étrangement infesté.

La place était pleine à craquée, les odeurs diverses se mélangeant, les émotions étaientes mixtes selon l'endroit où l'on se tenait, parfois c'était l'odeur du crottin de cheval qui vous montait aux narines, associé à des articles à la fraicheur douteuse, tandis qu'à d'autres endroits, les épices et de pâte encore chaude exaltait vos sens.

L'endroit, réellement chaotique, n'aidait pas les recherches de l'espion. Sa présence était la plupart du temps prise en compte par les vendeurs qui tentaient de l'attirer avec des offres soit-disant exclusives. A son étonnement d'ailleurs, un trio de suderons richement vêtues semblaient aux prises avec vendeur de liqueurs, les deux parties tout aussi actifs, l'étranger était visiblement très à l'aise avec ce genre d'endroit, bien que son approche n'était pas forcément aussi éfficace dut aux différents culturelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 889
Age : 27
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Dim 31 Jan 2010 - 8:07
Il s’était détourné un moment pour étudier des armes sur une table accompagnées de petits bijoux aux formes étranges. Puis il avait tourné les yeux vers l’origine supposée d’un bruit désagréable ; un oiseau – mais il ne parvint pas à le voir. Son esprit s’égara quelques secondes, et lorsqu’il tourna la tête en direction des Griffes qu’il avait identifiés il crut qu’ils avaient disparu eux aussi. Ses yeux firent très rapidement l’examen de tous les visages proches de l’étale et il finit par retrouver les traits des hommes de main de la Guilde. Son cœur ralentit et il se calma après cette surprise momentanée. Il se sermonna face à son manque d’attention.

Un petit groupe s’était formé aux côtés des deux Griffes. Il fronça les sourcils sans prendre la peine d’avancer. Sans quoi il pourrait se faire remarquer. Il resta à distance raisonnable pour pouvoir mieux observer ce qui se tramait et identifier rapidement les protagonistes. Les miliciens exposaient nonchalamment leur arme bien qu’ils ne s’en servissent pas. Ils avaient pris l’habitude depuis quelques temps de manifester leur supériorité en exposant leur argument le plus fort : l’épée. Il détacha une nouvelle fois son regard des Griffes et des miliciens pour questionner le marchand qui le regardait dans l’attente d’une demande particulière. Son œil se mit à briller lorsque Nathanael se mit à parler, mais il fut rapidement déçu par sa demande :

- Savez-vous si ces deux marchands ont commis quelques fautes ? Ou bien la milice intervient-elle plus régulièrement ces temps derniers sur la place du marché ?
- Savez m’sieur, si les miliciens trainent dans le coin, c’est qu’y a grabuge dans l’air. Mais vous occupez pas de ces deux là, s’en sortiront comme les autres en glissant des pièces dans les bonnes mains.
- Corrompus ?


Le marchand retint un sourire et passa lentement sa langue sur ses lèvres en plongeant son regard dans celui de Nathanael.

- Z’êtes jamais venu par ici vous hein ? Ca grouille de choses pas nettes sur le marché. Faut bien que le commerce tourne, même quant’y a pus rien à vendre.

Les dires du marchand confirmaient ce qu’il pensait. Il était toujours plus aisé de se faire passer pour quelqu’un de naïf quand on voulait obtenir des informations sincères de la part de quelqu’un. Il savait qu’il n’avait plus les traits d’un jeune homme candide, mais il savait assez se faire passer pour un personnage simple et faussement admiratif devant l’état de décrépitude du genre humain.

Il détacha son regard du marchand s’apprêtant à passer au stade plus avancé de l’échange : interroger les attentes du client. Il se détourna pour chercher une nouvelle fois des yeux le croassement si désagréable. L’oiseau n’était pas à proximité des Griffes mais il semblait s’être déplacé quelque peu. A moins qu’il n’y ait eu plusieurs oiseaux. Se déplaçaient-ils toujours avec les membres des Griffes ? Ou bien aujourd’hui servaient-ils une autre volonté ? La guilde se servait-elle réellement d’ailleurs de ces animaux noirs ou subissait-elle leur présence ? Car alors ces oiseaux de malheur pouvaient très bien être le relais d’observations mal attentionnées.

Il salua le marchand pour lui signifier que la conversation était terminée. Il se dirigea plus en avant vers le groupe de milicien qui interrogeait encore les membres des Griffes. La conversation commençait à se prolonger et il trouvait fort étrange que des soldats de la milice officielle s’acharnent sur deux personnes en particulier. D’autant plus que ces gardes là devaient savoir, ou au moins soupçonner, que les Griffes d’Ammoth agissaient en partie pour le compte de l’Arbre Blanc. Les informations données par l’Innocent et Etreinte refirent surface : « Son nom est Ostor, fils du soldat Turher et de la dame Ivrineth ». Le gamin avait-il conservé des contacts avec l’ancien groupe de son père ? Ou s’agissait-il simplement d’un règlement de compte de bas étage ? Il soupira en pensant que la milice s’occupait beaucoup trop d’affaires qui ne la concernaient pas. Cependant il ne pouvait intervenir directement sans perdre du même coup sa couverture et plus simplement, son poste. Ceux qui travaillaient pour le Service de l’Arbre Blanc n’étaient pas connus de l’armée officielle.

Il s’approcha d’une jeune femme qui vendait de nombreux bijoux et beaucoup de bibelots dans lesquels reposaient, d’après elles, des herbes magiques qui aidaient à la guérison, à la fertilité des femmes, au courage des hommes et à tout un tas d’autres inepties. Il se refusa à acheter quoi que ce soit d’inutile. La femme refusa de lui adresser la parole. Il consentit finalement à lui acheter une pierre d’ambre génératrice de bonnes ondes et captatrice des énergies naturelles. De son côté, elle accepta de délier sa langue de mécréante.

- Depuis combien de temps la milice rôde-t-elle autour de ces étales ?

Elle le gratifia d’un regard digne d’un merlan frit.

- Depuis que le marché aux pucelles a rouvert …

Elle s’esclaffa dans un rire tonitruant qui laissa apparaître des dents manquantes au milieu d’autres jaunies. Tout ce qui restait de jeunesse disparut en cet instant et il réprima l’envie de lui assener une gifle pour l’audace de son intervention.

- Tes petits gars sont pas nets chéri. Jamais les mêmes qui trainent derrière les comptoirs. Des objets qu’Eru lui-même répugnerait à utiliser … Ils portent le mouchoir gris, tu sais ce que ça veut dire chéri ? Alors va pas mettre ta belle gueule dans un trou d’où qu’elle pourra pas ressortir ! Pas étonnant que la milice traîne dans leurs pattes. Le seul petit gars sympa est parti.
- Tu parles du blondinet qui t’aguichait pour une beauté que t’as perdu depuis belle lurette ? Le petit minot parti, t’as perdu ton miroir aux alouettes


Sans hausser la voix, il se fit plus hargneux. La femme ne répliqua pas brusquement et décida d’omettre l’offense qui lui était faite.

- Le minot avait plus de répartie au bec que d’atouts dans les frusques chéri. Mais il avait trop de tendances douteuses … les gens qui viennent là sont pas nets je t’ai dit. Il a dut lui arriver une histoire depuis que le capuchon est passé.

Il regarda sa main tendue devant elle comme une mendiante. La garce osait lui quémander des sous pour les informations qu’elle venait de lui donner. Elle murmura quelques mots :

- Pars sans payer chéri et t’auras aux trousses des chiens puants plus féroces que des wargs.

Il n’obtiendrait rien de plus d’elle aujourd’hui. Il lui jeta à la figure quelques pièces et partit en jurant et en maugréant. Il se promit de revenir plus tard pour lui faire payer son insolence. Il ne pouvait agir en conséquence dès à présent sans quoi il attirerait trop l’attention.

Il quitta la jeune femme et continua son chemin, passant à proximité de la milice et des hommes des Griffes. Il s’arrêta une dizaine de mètres plus loin en surveillant le regard trop curieux de la catin qui venait de l’alléger d’une vingtaine de pièces. Mais elle l’avait déjà oublié et s’essayait à vendre ses objets de pacotilles à deux juvéniles en leur octroyant une vue plongeante sur son décolleté.

Ne restait plus pour lui qu’à découvrir qui était ce « capuchon » et s’il existait vraiment …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Silence
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 1209
Age : 31

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 42 ans
- -:

Mar 9 Fév 2010 - 18:25
- ... Vos prix sont assez détestables, de ce que j'ai entendu dire...

- Si vous vous fiez à Brân le gros, cette déclaration est aussi peu crédible que les menaces de votre collègue !

- Comment te permets tu, vaurien ? Veux tu voir mon chef en tête à tête, car c'est de lui que viens notre ordre. Et jusque là, vos réponses n'étaient pas franchement satisfaisantes...

- Votre aide non plus, si je puis me permettre !

- Tais toi donc, insolent et répond à nos questions !

- Si vous cessiez de changer de sujet... Votre recommandations sonnent creuses à nos oreilles, nous avons le même employeur et il est le seul à pouvoir nous donner des ordres. Et c'est uniquement par respect pour le Roy que je ne vous fais pas ravaler vos paroles... C'était NOUS qui étions venus demander de votre aide et c'est VOUS qui avez l'insolence de fouiner dans nos affaires !!


Un bras vint enlacer la griffe qui avait clos le sujet, du moins pour l'instant. Car les visages bien que refroidies des miliciens par cette dernière rhétorique n'avaient toujours pas de réponse à leur interrogations et il était rare qu'ils repartent bredouilles.

Une fois calmé par son compagnon, la Griffe reprit la parole d'un ton plus mesuré.

- Votre accusation est sans fondement. Notre camarade est absent, c'est un prétexte bien trop facile pour vous que de nous mettre tout les vols sur le dos. J'imagine d'ailleurs que vos sources ne proviennent que des ragots d'autres vendeurs... Revenez vers nous avec des preuves et non des menaces. Qu'importe que vous nous surveillez, ce n'est même pas quelque chose de nouveau...

La discussion continua quelques minutes encore sur ce ton, sans pour autant apporter le moindre indice aux oreilles attentives de Nathanael.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 889
Age : 27
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Ven 12 Fév 2010 - 14:34
Patience et négligence. Il tardait à agir et la situation semblait s’immobiliser tout autour de lui. Un nouveau croassement de crébain lui parvint, lointain, et se diffusant dans l’air comme un écho dans une caverne profonde. Il regarda alentour et distingua l’œil inquisiteur de la vendeuse, mécréante. Il se sentait observé alors que personne ne semblait faire attention à lui. Syndrome de l’espion qui se sent perpétuellement suivi ou surveillé. Il remarqua les Suderons devant lesquels il était passé tout à l’heure sans leur prêter une attention particulière. Mais questionner d’autres étrangers ne lui servirait à rien.

Il ne fit plus de détours parmi les étales. Il se dirigea vers le comptoir des Griffes. Un sentiment d’appréhension le gagna alors même que le courage lui revenait. Peur et excitation. Il fit mine de s’interposer comme si de rien n’était entre deux miliciens à l’air nerveux dont les mains reposaient respectivement sur la garde de leur épée. Le troisième militaire, grossier, d’allure vulgaire et très largement négligée ne lui jeta qu’un regard plein de dédain. Il ne lui rendit pas son regard, les yeux rivés sur un panel d’objets qui accapara son attention le temps de la réflexion, avant celui de la parole. Puis une lumière se raviva dans ses yeux et il se lança … c’était toujours le pas le plus difficile, le premier, dont le reste des évènements dépendrait en fin de compte.

Il prit un ton dégagé, l’air de rien. Mi figue, mi raisin. Il laissait toutes les possibilités entrées en l’esprit de ses interlocuteurs. Le doute avait toujours été son outil le plus productif.

- Excusez-moi messieurs, je recherche un ami à moi. Il porte une grande cape et un « capuchon ». Il a du passer ici il y a deux ou trois jours maintenant et quitter les lieux avec quelqu’un de chez vous.

Il s’adressait à la Griffe qui lui faisait face sans tourner les yeux vers les miliciens, il n’aimait guère cette espèce d’hommes de Minas Tirith, une race à part selon lui. Il avait mimé la forme d’un capuchon au dessus de sa tête avec les deux mains comme si le milicien n’était pas susceptible de reconnaître un tel vêtement. Il espérait à présent que la vendeuse ne lui avait pas vendu une information erronée pour le simple plaisir de le voir se faire traîner dans la boue.

Il lança un regard appuyé à la Griffe, signe qu’il attendait son soutien mais qui pouvait passer pour un manque d’esprit de sa part, comme le regard perdu de l’homme niais. Il avait les mains posées à présent devant lui sur l’étale contre laquelle il s’appuyait fermement et qu’il faisait pencher dangereusement. Il aimait à prendre cet air un peu « ballot », air pour lequel il n’avait pas beaucoup d’effort à fournir en vérité …

- C’est pas que j’tiens particulièrement à lui voyez, mais il y a deux ou trois piécettes de mes poches qui ont glissé dans les siennes sans qu’il ne m’est véritablement prévenu… et je voudrais lui suggérer de me les rendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 889
Age : 27
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Mar 9 Mar 2010 - 13:25
La Griffe resta stoïque et muette d’abord. Les miliciens quant à eux se rapprochaient de lui très lentement, minutieusement, formant progressivement comme un étau. Celui qui semblait être le chef s’était redressé pendant que Nathanael parlait et le toisait du regard comme on regarde une bête avant de se décider à l’acheter. Ni pitié, ni compassion dans ces yeux globuleux.

- Tiens, tiens, tiens … le hasard fait bien les choses l’ami. Nous sommes nous aussi à la recherche d’un voleur, du plus bas étage qui soit.

Nathanael observa subrepticement la lueur dans l’œil de la Griffe changer en un battement de cil : colère et mépris avaient été lisibles. Il ne savait pas très bien de quel côté faire pencher la balance. S’il rejetait les accusations, fondées ou non peu lui importait, du mercenaire, il risquait fort de se mettre dans une mauvaise posture. D’un autre point de vue il ne vouait aucune forme de sentiment à l’égard de cette espèce particulière d’hommes et il était engagé par les Griffes … et par les Services internes de l’Arbre Blanc. Un dualisme à toute épreuve !
« Dans quelles embrouilles es-tu encore allé mettre le nez Nathanael ? »
Il se ressaisit rapidement pour prendre de nouveau la parole.

- Détrompez-vous soldat. Je ne cherche pas un voleur, mais un emprunteur un peu trop zélé. Il n’y a pas mort d’homme … enfin je l’espère. Ces derniers temps il semble ne pas emprunter que des pièces.

Sur ces mots il glissa un coup d’œil vers la Griffe pour essayer de lui faire saisir le message. Le mercenaire ne lui laissa pas le temps de reprendre son souffle et il continua sur sa lancée.

- Vous jouez sur les mots citoyen mais ces deux types de personne sont la même vermine à nos yeux. Un seul lieu pourrait leur être bénéfique : le cachot et pfuit ! Plus d’ennuis et plus d’embrouilles. D’ailleurs c’est pas toujours où qu’on croit qu’ils se cachent qu’ils sont ces arnaqueurs de premier ordre … pas vrai l’vendeur ?

Il eut juste le réflexe de se reculer et de s’esquiver rapidement avant que la Griffe ne s’élance en avant pour cogner d’une belle droite le mercenaire trop hardi. L’autre Griffe s’était au même moment jetée sur son camarade pour le retenir et les mercenaires reculèrent tous les trois en même temps, prêts à dégainer avant de partir à rire. Le vilain aux yeux de merlans fris bouillonnait intérieurement mais ne fit aucun geste pour aggraver la situation. Seul résonna son rire gras et tonitruant.

- Vla tit pas qu’il essaierait de nous coller une rouste l’espiègle ?

Puis il redevint soudain très sérieux et la colère tremblait dans sa voix.


- Essaie encore une fois de t’interposer entre nous et notre but sale rat et je t’assure que je trouverai le moyen de te coller au trou pour le restant de ta misérable vie.


De façon tout aussi inattendue il fit un signe à ses comparses et s’éloigna de l’étale des Griffes après avoir pris soin de renverser d’un revers de main quelques uns des objets qui se trouvaient exposés.

Nathanael prit soin d’analyser la situation et se pencha pour aider la Griffe à ramasser un bibelot qui avait roulé jusqu’à ses pieds. Il reposa l’objet sur la table devant lui.

- Coriaces les soldats de nos jours !

Il prononça ces mots sans pourtant prendre la peine d’avoir une intonation comique. Il s’agissait simplement d’un constat, rien de plus. Il n’y avait rien à dire de toute façon. Les mercenaires tenaient la Cité entre leurs mains … du moins les parties de la Cité qu’ils fréquentaient car les Bas-Etages n’étaient que peu fréquentés par la milice.

La Griffe s’était tue depuis son intervention et ne disait toujours rien jusqu’à ce que Nathanael repose l’objet sur la table.

- Ils ne méritent pas même le nom de soldat.

Il ne répondit pas. Il haussa simplement les sourcils et soupira comme un signe d’acquiescement. Il ne laissa pas pour autant un instant de répit à la Griffe et s’engagea immédiatement sur le terrain qui le concernait plus directement. Sa voix se fit plus basse, ses gestes plus discret, et pour l’occasion, il reprit tout son sérieux.

- Je suis à la recherche de votre ami. Le jeune vendeur disparu depuis deux jours…

Il laissa ses mots faire leur effet mais reprit presque dans la foulée.

- Connaissez-vous quelqu’un, ou du moins, l’avez-vous déjà vu errer, portant capuchon noir et longue cape ? Plusieurs personnes s’engagent à admettre que c’est la dernière « forme » qui soit passée devant votre étale avant que le garçon disparaisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Silence
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 1209
Age : 31

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 42 ans
- -:

Jeu 18 Mar 2010 - 17:37
Les caramades de l’interlocuteur direct à l’espion s’échangèrent un regard lourd de sens. Mais la griffe qui lui faisait face ne broncha pas un instant, s’interdisant toute réponse tandis qu’il évaluait l’attitude du comédien. Peut être avaient ils justement à faire a la personne même qu’ils recherchaient, tout était possible. L’analyse du mercenaire ne dura pas bien longtemps, quelques secondes tout au plus. D’un ton franchement familier qui contrastait avec sa réflexion minutieuse, la Griffe se permit enfin de répondre :

- Qui sorte du commun, non. Les capuches sont à la mode parmis les coupes gorges amateurs de la cîté. Et bien qu’on les connaissent pour la plus part, aucunes nouvelles têtes ne furent identifiées… L’apparat est un bien maigre indice. Et le dit personnage que vous recherchez, s’il existait vraiment au moment des faits était sûrement…

Le mercenaire fit une pause, tiraillé un instant par une nouvelle réflexion.

- … sûrement déguisé. Oui. Il y a plusieurs nouvelles têtes en ville qui pourraient coller avec cette description. Quelques marchands et contrebandiers, don la profession serait sûrement une couverture, deux voyageurs ainsi qu’une étrange bande de nouvelles recrues de nos amis de la Milice… L'on pourrait vous donnez quelques descriptions sur l'un ou l'autre, si vous considérez cela pertinent pour votre enquête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 889
Age : 27
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Ven 26 Mar 2010 - 6:22
Il ne prit que peu de temps pour fournir une réponse claire. Sa réflexion était déjà toute faite, et ce depuis sont départ du refuge des Griffes.

- Il me serait plus facile d’identifier quiconque si j’avais ne serait-ce qu’un indice concernant les motivations de l’enleveur. Vos supérieurs semblent surpris par la disparition soudaine de ce gamin. Vous le fréquentiez plus souvent qu’eux-mêmes : n’avait-il pas engagé commerce peu sûr ces derniers temps ?

Il se retourna un moment pour jeter un regard noir à la vieille sorcière qui lui avait allégée sa bourse quelques instants plus tôt. Il sentait son regard la pourchasser depuis le départ des mercenaires et il se demandait si elle n’en savait pas plus qu’elle n’avait bien voulu le lui dire.

- Sans ces informations il me faudra tâtonner dans le noir comme un aveugle. Votre aide me sera des plus utiles si vous pouvez me fournir quelques détails sur les nouveaux-venus dont vous me parlez.

Il toisa la Griffe longuement : tout semblait dans cette Guilde respirer la méfiance et la distance que ce soit envers les personnes extérieures, mais même au sein des différents groupes de mercenaires. Ce qu’il avait lu de la Guilde avant la disparition de leur chef ne correspondait plus tout à fait à ce qu’elle était actuellement : un groupe en déliquescence ? C’était sans doute pour cela qu’ils s’affolaient d’une moindre disparition.
Cependant tant que le mobile demeurait un point d’interrogation il ne pouvait identifier contre qui réellement s’adressait l’attaque : contre le mioche, contre toute la Guilde, comme un avertissement ? Ou peut-être encore s’agissait-il d’un ancien militaire qui se vengeait d’un acte du père disparu. Il y avait tellement de possibilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Silence
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 1209
Age : 31

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 42 ans
- -:

Ven 26 Mar 2010 - 12:28
Acquiescent sur les faits, tout aussi troubles pour les mercenaires que pour l’espion, la Griffe laissa un autre camarade prendre la relève dans la discussion. Celui-ci parlait autant par mots que les gestes :

- Cette dernière semaine, nous avons remarqué un duo de roublards, inspectant à tour de rôles les différents étals, celui qui passe le moins souvent à l’acte et qui assure les arrières de son collègue partage un style vestimentaire avec le profil recherché. Outre un gout très prononcé pour l’argent facile, leur motivation est floue. Il y aussi un passant assez nouveau, qui n’est pas un citoyen, qui vient inspecter régulièrement l’endroit, plus pour passer le temps qu’autre chose, il préfère dépenser son argent à l’auberge. On dirait qu’il attend quelque chose ou quelqu’un, s’il était le coupable, à moins de chercher d’autres ‘victimes’ il ne repasserait sûrement pas, surtout pas devant nous. Une connaissance nous à laissé comprendre qu’il était contrebandier. Il y a une bande de marchands orientaux actuellement en ville, qui ont recrutés quelques mercenaires locaux don un personnage s’associerait au profil recherché. Il y a eut quelques nouvelles recrues chez la Milice ses dernières semaines, mais ils sont assignées à des tâches ingrates, on ne les voit pas dans nos secteurs d’activités, mais quand ils rentrent chez eux le soir, l’un d’eux qui fait des rondes prêt des écuries semble apprécié le style vestimentaire recherché. L’autre recrue ayant les mêmes goûts garde les bureaux de la milice et semble à une chambre à l’auberge, si je me rappel bien. Il y a un nouveau marchand de tissus qui semble assez farouche et adepte des manteaux à capuches qui rôde aussi dans le coin, en essayant de vendre ses produits ou s’imposer comme fournisseur, il ne fait pas très bonne impression actuellement, c’est surtout par son manque de charisme que l’on a entendu parlé de lui.

Le premier interlocuteur de Nathanael reprit ensuite la parole.

- Vous savez, nous avons tout aussi peu de pistes que vous. Notre camarade cherchait rarement des ennuis et n’avaient pas d’ennemis. Bien sur, quelques autres gosses de son âge ne l’appréciaient pas trop, mais l’on a déjà fait le tour de ceux là… Ne traînez pas trop devant notre étal, les miliciens sont plus ou moins au courant de cette affaire et nous tiennent à l’œil, ils sont toujours craintifs d’une diversion de notre part, ils commencent à apprendre de leurs erreurs cette bande de limaces… Tenez, prenez une de nos cordes, j’y glisses quelques pièces pour simuler une transaction… Si vous avez d’autres questions, revenez dans une heure au minimum, l’un de nous ira vers vous spontanément, sans que vous ayez besoin de venir jusqu’ici…

Un peu plus loin, la sorcière hochait la tête, étrangement satisfaite ou du moins enthousiaste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une commission d’enquête et de contrôle interne à la BRH du Cap-Haitien.
» Enquête Archéologique (libre)
» L'île noyée... une enquête de Jack Norm...
» L'enquête sur la double nationalité de Michel Martelly
» besoin d'aventure ? d'enquête policière ?...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Minas Tirith et Gondor - :: Minas Tirith - Autres Quartiers :: Le Quartier Marchand-
Sauter vers: