Mésaventures en Enedwaith

Aller en bas 
Anaël
Ménestrel
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 25
Localisation : En vagabondage lyrique...
Rôle : Répandre mes chants.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 258
- -:

Dim 16 Mai 2010 - 16:43
Mon voyage devait me servir pour mes chants. Eh bien, je n'étais pas déçu. Depuis maintenant quelques longues journées que je marchais, les paysages avaient défilé rapidement sous mes yeux. Des forêts sombres aux flots gris agités, le vent qui m'accompagnait depuis mon départ portait avec lui le chant d'autres lieux encore égarés. J'avais décidé avant mon départ des Havres de me diriger vers les royaumes des Hommes, et, en premier lieu, au pays de Rohan, en passant par Arnor. J'étais pour l'instant en Enedwaith. Les arbres de la lande que je traversais pour l'instant au pas de course étaient maigres et épars, semblables à des haies de hallebardes biscornues, et de bas buissons bordaient le chemin de terre battue que je parcourais.

Au dessus de ma tête, les étoiles, que j'admirais chaque nuit depuis des décennies, commençaient à briller. Retenant mes doigts, qui aspiraient à saisir la harpe, je fredonnai seulement une vieille chanson de marche, une de celles que j'avais trouvée dans un ancien recueil. Les paroles en étaient simples, mais suffisaient à donner un peu de courage à des jambes fatiguées.

« Aux voyageurs infatigables
Lorsque la fatigue prend au coeur
Plutôt que de cesser en vain
Songez aux lais des temps anciens »


Ces premiers vers suffisaient pour donner toute la couleur nécessaire à une chanson de marche. Plus j'avançais, et plus ma voix montait. J'aimais à chanter en voyageant. Mais je n'en étais pas pour le moins sur mes gardes. Ainsi, Naelya restait attachée à ma ceinture, battant ma cuisse dans son fourreau damasquiné. Malgré tout, j'espérais ne pas avoir à tirer la lame au clair de lune émergeant. Depuis le départ de ma Dame pour l'Ouest lointain, je me sentais incapable de desceller le pommeau de l'épée des Havres.

Désormais, le chemin descendait au coeur d'une combe bordée de chênes, dont les branches formaient comme un toit abritant le voyageur. Un ruisseau descendait d'une colline qui surplombait ce creux de la route, et le chemin de terre s'assombrissait, à mesure que j'avançais sous les halliers, la lumière de la lune étant de plus en plus filtrée par un feuillage épais qui, lui aussi, dansait au son de la musique du vent frais. Je décidai de m'arrêter au milieu des arbres. Le lieu était empli d'une aura poétique d'une intensité rare. Sortant un rouleau de parchemin de ma poche, je commençai à y noter quelques mots. Malheureusement, le peu d'encre qu'il me restait avait séché, me laissant sans moyens d'écrire. Dépité, je commençai à gagner la sortie des halliers.

Malheureusement, des pas se firent entendre, accompagnés de lourdes bottes et de grognements peu délicats. D'autres pas, plus distincts, aussi. Mais quoi qu'il en soit, j'avais tout intérêt à m'enfuir. Je n'avais rien entendu, tout à mon admiration, et maintenant, je devais payer le prix de mon imprudence.

Les lourdes bottes n'étaient qu'à quelques mètres, et je ne tenais pas à me battre, lame au clair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argonui
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 41

~ GRIMOIRE ~
- -: Rôdeur du Nord
- -: 19 ans
- -:

Dim 16 Mai 2010 - 17:32
Le rôdeur connaissait bien les landes, il y avait vécu depuis toute son enfance. C'était le soir, Argonui aiguisait sa lame, qui n'avait pas servit depuis quelques temps. L'homme était assit par terre, avec un petit feu entouré de pierre, et la lumière de la lune montrait toute la beauté flamboyante de son épée. Argonui n'avait jamais vu des créatures dans cette forêt, bondés de chênes, dont le bois était parfait pour faire quelques petits arcs d'entrainement. La forêt était calme, bien trop pour une nuit de pleine lune se disait-il...

Puis, Argonui entendit une musique. Intrigué, il suivit à travers les arbres le son très reposant. Mais ce n'étais pas qu'une simple musique qu'Argonui entendait, mais des petits bruits perfides ce firent entendre. Argonui sortit son épée, et se cacha derrière un arbre.
Le bruit approchait, et devenait de plus en plus terrifiant. Argonui n'avais jamais tuer une personne, mais sur ces bruits, il pense que le combat était incontournable. L'homme savait qu'il devait faire attention, quand son père était mourant, il lui avait dit de rester bien cacher dans la forêt. Argonui commença à sentir une odeur, pas celle d'un homme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jango
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 15

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: Entre 30 et 40 ans
- -:

Dim 16 Mai 2010 - 20:35
Les nuits de pleine lune, à la fois si belles et si dangereuses, avaient toujours une grande symbolique en Terre du Milieu. Beaucoup de créatures semblaient envoûté par ces nuits naturellement claire, devenant plus enragées et agressives. Accroupi en plein milieu d'une forêt de chênes, un homme en manteau rouge était sur le point de le découvrir. Bien qu'ayant traversé les landes de long en large, ce voyageur répondant au nom de Jango ne semblait pas plus se méfier qu'à son habitude. Il remuait avec minutie la végétation au pied de certains arbres centenaires, cherchant visiblement quelque chose. Il avait l'air d'être là depuis plusieurs minutes quand, finalement, il stoppa tout mouvement. Il venait de découvrir un petit champignon dont la couleur blanche permettait à quelques rayons lunaire ayant percé l'épaisse couche de feuillage de se refléter dessus. Ravi de sa trouvaille, Nuage Rouge essaya de la ramasser délicatement jusqu'au moment où des bruits étranges et réguliers résonnèrent au loin.

Reconnaissant le son d'une marche brutale venant dans sa direction. Jango prit arracha le champion, le fourra dans une poche de son manteau et prit ses jambes à son cou. Habitué à entrer dans des territoire interdit, le voyageur savait qu'au moindre suspect se rapprochant de sa position, la fuite était souvent la meilleure solution. Alors qu'il courrait à travers les bois, entendant les bruits se rapprocher malgré sa course effrénée, un nouveau son l'interpeller. En fait d'un son, il s'agissait plus d'une mélodie chantée par quelqu'un. Nuage Rouge décida alors de se diriger vers la source de cette chanson, pensant tombé sur un groupe de voyageurs assez nombreux pour faire peur à ses poursuivants. Ainsi, il redoubla d'effort et finit par bondir sur un chemin en taire qui devait travers la forêt. le souffle court, il regarda à droite et à gauche, distinguant dans l'obscurité, les formes d'un être vivant bipède ainsi que le faible reflet des rayons de la lune sur une lame. Tout en reprenant sa respiration et gardant son couteau bien serré dans sa main, il observa la silhouette devant lui. Elle était bien trop grande et longiligne pour être un Orque. Tout en entendant les bruits de pas se rapprocher, Jango avait peu de temps pour savoir le chanteur était bel et bien cette être ou s'il était un ennemi. Il pensa alors qu'un allié des créatures qui le poursuivait n'était du genre à chanter aussi bien. Il prit la parole à voix basse :

"Vite, il faut se cacher."

Sur ces mots, Nuage Rouge regarda le bord du chemin et aperçue une petite haie de buisson. Sans plus attendre, il fit signe à la silhouette inconnu de le suivre et bondit derrière cette petite cachette végétale. Tandis que l'endroit commençait à sentir une odeur à la fois désagréable et familière, Jango décrocha sa faucille de sa ceinture et attendit la suite des évènements, non sans une légère appréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argonui
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 41

~ GRIMOIRE ~
- -: Rôdeur du Nord
- -: 19 ans
- -:

Dim 16 Mai 2010 - 21:05
Argonui était la, derrière cet arbre qui lui servait comme bouclier. La masse de pas approchait, mais l'homme fut distrait par un évènement à laquelle il ne s'attendait pas. Deux personnes, à l'apparence humaine, venaient de se cacher derrière un petit buisson. Argonui les regarda, mais les deux personnes ne l'avaient pas vu. Argonui sauta de tronc en tronc, restant caché de la lumière de la lune qui pourrait le faire voir, pour arriver vers ce petit buisson. Arrivé devant, le rôdeur lança discrètement:

"Messieurs ! Messieurs ! Je suis un homme, je ne fait pas partie de ce groupe de bêtes qui arrive ! Aidez moi !"

Argonui qui parlait doucement commençait à crier pour que les deux personnes le répondirent. Puis, une petite main sortit du buisson, et fit signe à Argonui de venir avec eux. Le rôdeur n'hésita pas une seconde à rejoindre ces deux inconnus, pour se mettre à l'abri le temps de quelques minutes, car il savait qu'ils avaient été vu.
Argonui, maintenant à l'abri, saluait ces deux personnes. Il sembla avoir reconnu un homme et un elfe. Le jeune homme se sentait maintenant en sécurité, à côté de deux adultes, et leur dit :

"Je m'appelle Argonui, je suis un rôdeur de l'Arnor. J'ai 19 ans."

L'elfe et l'homme le regardaient avec surprise, et Argonui reprit :

"On fera les présentations plus tard, mais il faut faire quelque chose, on a était vu ... "

Le rôdeur finit sa phrase, et empoigna avec férocité son épée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Mar 18 Mai 2010 - 0:13




L'uruk Ghorgor humait l'air de la nuit. Il ne sentait rien mais à coté de lui le vétéran Yak jubilait , il m'arrêtait pas de répéter

"chaire fraiche, elfe,.....elfe"

Ghorghor stoppa la diatribe du vieux taré d'un coup du plat d'espadon bien senti.

L'Uruk plissa de nouveau les yeux. Enfin, il allait vraiment combattre. Deux semaines qu'il avait quitté sa tribu après avoir tué le fils de cette raclure de Kitar Yum.Cette lavette avait sé s"opposer au fait que Ghorghor voualit attaquer des humains; De toute façon son paternel était aussi frileux que lui, un poltron point final.Il avait donc décidé de partir avec dix braves rejoindre le roi Baltog qui lui avaient des c..... et combattaient ces satanés nains avec rage au lieu d'attaquer des pauvres paysans.

Le grimus de la petite bande était Yak, il parait que c'était un ancien qui était un survivant de la bataille des champ de Pelennor. Quasi impossible.Mais malgré son unique oeil et sa jambe trop courte c'était un excellent éclaireur et surtout un.... chasseur hors pair.

Et cette nuit la horde était en chasse, deux semaines a circulé en catimini la peur au ventre à éviter les chevaliers en goguette prêts à les trucider. Mais là au coeur des ténbres, dans une sombre forêts , c'était eux les prédateurs.

Ghorghor hurla vers la lune, il leva haut son espadon rouillé. Yak remis de son coup sur la tempe lui intima le silence d'un geste de la main droite

"NnOUs ne sommmmmes pas seuls
" déclama til de sa voix metallique et désagréable

Immédiatement la bande constitua une ligne brisée, chacun voyant son plus proche compagnons.

Avec précision les orques couvraient le terrain, ils savaient comment faire, habitués à chasser dans les endroits escarpés.

De son poing, Ghorhghor arrêta la progression de ses guerriers

A moins de deux mètres de trois silhouettes tentant de se cacher, Deux orques reniflaient l'air.

Argonui, Jango et Anael pouvaient sentir la sueur oppressante de leurs ennemis, ils voyaient la vapeur sortir d leurs bouches sombres et leurs poitrines se soulevaient par saccades rapides sous l'effet de l'exaltation.

-------------------------------------------------------------------





Une journée en arrière.


"Que je suis las" , telles étaient les pensées d'Adanael Bois Doré, rodeur elfe renommé, sur la route le menant de Minas thirith, la Blanche vers l'antique Edoras, cité des chevaux.D'ailleurs sa monture semblait tout aussi epuisée. L'elfe pensait déjà aux victuailles qu'il allait déguster . En effet il retrouvait sa compagnie de rodeurs elfes la nuit prochaine.

Il sourit en son for intérieur, en percevant que vieillissant il appréciait de plus en plus les joies de la table et des tavernes: combattre au coté des nains devait déteindre sur sa personnalité apparemment.

Un sourire ourla ses fines lèvres. Adanael laissa son regard vagabonder. Ses sens furent ravis de découvrir une forêt. Adanael resta sur la route principale, lorque ses yeux perçants apperçurent par mracle, une trace étrange.

Intrigué, le rodeur descendit de sa monture. Accroupi, Adanael etudia l'empreinte. Aucun doute hélas, un orque . Rapidement , l'elfe lit comme dans un livre ouvert , une horde en maraude.

Il ne pouvait tolérer cet état de fait. Il retourna vers sa monture, il détacha une petite cage accrochée à sa selle. Immédiatement, un petit rouge gorge pialla en l'observant

"Chut, calme toi Vermillon"

Adanael ouvrit d'un geste rapide la petite cage de bois, Vermillon se mit sur son index et chanonna

"Ce n'est pas le moment ,Vermillon" gourmanda le rodeur

"Va chercher Marionel"


Le rouge gorge sembla observer un instant . Puis i s'envola rapidement.

Adanael caressa Soleil sa jument blanche , il lui parla calmement.Soleil se mit sous uin arbre et attendit patiemment. Puis les traits tirés, il s'enfonça dans la forêt sombre, il commença à courir, suivant les traces;

il devait agir vite pour les empêcher de nuire et surtout le rattraper avec sa compagnie sinon il na'aurait rien pour lui.

Son visage ne reflétait plus la fatigue mais la haine . Il était .....le chasseur dorénavant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaël
Ménestrel
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 25
Localisation : En vagabondage lyrique...
Rôle : Répandre mes chants.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 258
- -:

Mar 18 Mai 2010 - 20:16
Comment se sentir en sécurité avec une épée scellée et une harpe? Les orques se rapprochaient de plus en plus, et je pouvais presque les discerner, à l'aide de ma vision elfique. Si je n'avais la peur d'être repéré, j'aurais profité de cette occasion pour composer un chant sur le danger, un thème qui me passionnait. La tension de l'action, le sang qui s'accélérait, battant aux tempes du combattant à la manière de tambours de guerre hurlants... Malgré tout, j'aurais préféré ne pas entendre ces pieds ferrés fouler le sol tranquille de cette magnifique combe.

Jetant un œil aux alentours, je cherchai rapidement un arbre susceptible de m'abriter. Malheureusement, aucun d'entre eux n'était suffisamment massif pour abriter un elfe en danger. Des branches tortueuses et cassantes, fragiles comme l'un des cheveux d'une mortelle... Je n'avais plus le choix, il faudrait... Fuir, ou périr.

J'étais prêt. Mais enfin... J'entendis un bruit venant de bosquets sur ma gauche. En émergèrent soudain deux individus qui m'étaient inconnus. Ils avaient probablement entendu, eux aussi, le bruit des orques en chasse. Les saluant d'un léger signe de tête, je m'approchai d'eux. Un individu ressemblant de près à un rôdeur, et un autre portant une sorte de toge...

« Salutations! Votre arrivée est assurément salvatrice... Vous me voyez dans l'incapacité de me battre, mes talents sont dans mes vers, non dans ma lame... »


Les lourds pieds bottés frappaient désormais la terre de plus en plus fort. Ses vibrations intenses se faisaient sentir jusque dans mes jambes, et mon âme se tordait d'appréhension quant à la rencontre à venir. J'avais déjà combattu par le passé, mais cela n'avait malheureusement apporté que des déboires. La fuite de Naelya pour l'ouest.

Je n'allais pas me laisser assassiner, j'avais encore bien trop à chanter. Les mots de mon futur lai traversaient déjà mon esprit. Même dans une telle situation, je ne pouvais m'empêcher de tenter des compositions. Celle-çi était hasardeuse, et mon cœur était bien trop troublé, mais je me devais de commencer à réfléchir.

« Lorsque les nuits sont longues
Et que les vents s'enfuient
Le long des sombres rives
Et des profondes combes
Le cœur battant d'émoi
Une lame a brillé »

Les mots étaient en fait sortis de mes lèvres, légers comme un souffle vif, et mes compagnons n'en saisirent, surpris, que des bribes. Je ne pus contenir un sourire. Ils avaient un ménéstrel parmi eux.
Je choisis tout de même de décrocher le fourreau de Naelya de ma ceinture épaisse. Même si ma muse ne meurtrissait pas, elle pouvait toujours me sauver la vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argonui
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 41

~ GRIMOIRE ~
- -: Rôdeur du Nord
- -: 19 ans
- -:

Mar 18 Mai 2010 - 21:34
Argonui n'était pas tellement en sécurité, après la musique que fit l'elfe, Argonui se sentait désespéré, il pensa qu'il serai le seul à se battre. Mais de l'autre côté, l'homme qui avait une trentaine d'année, Argonui sentit qu'il n'était pas comme l'elfe. Le rôdeur le regarda, et les deux hommes s'échangèrent :

"Et bien, ca sera aux hommes de s'en charger ! "


Argonui avait parler trop fort à son compagnon, et le bruit se rapprochait. Le rôdeur leva la tête par dessus le buisson, et regarda exactement ce qu'était ces lourds pas étranges, et ces bruits perfides. De la peur, voila ce qu'Argonui découvrit en voyant la petite troupe d'uruks. Ils étaient la, cherchant et sentant la chaire humaine. Argonui comprit qu'ils allaient être découvert d'une minute à l'autre.

Le jeune homme réfléchit, encore et encore, et rien ne lui vint à l'esprit. La peur comblait son corps, mais la présence d'un plus vieux que lui le confortait. Il regarda l'homme qui était à côté, et se sentit de nouveau dans un état de recherche, et non pas de peur. Argonui sachant se débrouiller à l'épée, pensa que le meilleur moyen pour sortir de ce buisson était de se battre, mais accompagné d'un elfe musicien, et d'un homme discret, il ne savait pas quoi faire. Puis, l'heure était proche. Il fallait trouver quelque chose, un moyen de contourner la troupe, ou de s'échapper. Mais les uruks étaient trop dispersés pour s'échapper. D'un coup de tête, le rôdeur regarda l'homme, et lui dit :

"Il faut se combattre ... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jango
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 15

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: Entre 30 et 40 ans
- -:

Mar 18 Mai 2010 - 22:27
Décidément, la chance ne souriait pas à Jango en cette nuit de pleine lune. Tout d'abord, alors qu'il s'être correctement caché, voilà qu'un homme se mit à crier pour les appeler. Bref, la meilleur méthode pour se faire remarqué, même si les créatures qui arrivaient des bois devaient avoir du flaire. pendant quelques instants, Nuage Rouge fut même rassuré de voir que ce nouvel arrivant était en armure. Seulement, lorsqu'il se présenta en temps que rôdeur de dix-neuf ans, Jango eut comme un haut le cœur, et la petite phrase de l'elfe à ses côtés n'allait arranger la situation :

"Loin de moi l'idée de vous embarrasser, mais vous ne trouvez pas que le moment est mal choisi pour faire connaissance." Souffla-t-il en observant la lisère du bois."

Il les voyez, ou du moins, les nuages de condensation générés par leur souffle. Ils étaient là. Une dizaine d'Uruks armés et sûrement en quête de chair humaine encore frétillante. Et en face d'eux ils avaient un soldat inexpérimenté, un ménestrel elfe et un herboriste plus habile pour monter des escroquerie que pour se battre en infériorité numérique. Alors que cc dernier réfléchissait au meilleur moyen de fuir, l'oreille pointu décida de fredonner un petit air sûrement de sa composition. Jango le regarda alors avec des grands yeux. Comment pouvait-il chanter alors qu'à quelques mètres de là, leurs bourreaux les cherchaient ? Encore une coquetterie typiquement elfique. Tout en soupirant, Nuage Rouge ne réagit pas au chant qui était plutôt apaisant en soit, mais ne pu s'empêcher de faire une remarque à voix basse sur le sourire qui le suivit :

"Cette situation vous fait sourire ? Nous allons voir si êtes toujours aussi souriant une fois qu'ils vous auront joyeusement étripé."

Jango tourna ensuite la tête vers le jeune rôdeur, découvrant à quel point il était nerveux. Etait-ce son premier vrai combat ? Peut être bien. la peur se lisait dans ses jeunes yeux, sauf quand il fixait Nuage Rouge. Apparemment, il semblait plus sûr de lui en se sachant accompagné d'un plus vieux. Argonui finit alors par dire à Jango qu'il fallait combattre. Hélas, il avait raison, les Uruks étaient beaucoup trop rapide et endurant pour se permettre de fuir. Au fin fond de lui, Nuage était terrorisé. Il s'écorçait de ne pas le montrer, histoire de ne pas détruire l'appui moral dont le seul soldat du trio avait besoin. Tandis que les ennemis étaient de plus en plus proche, Jango prit une décision. Il se tourna vers le jeune rôdeur et lui dit, toujours doucement :

"Je vais tenter quelque chose, couvrez-moi. Et si vous voyez que c'est trop tard, fuyez en suivant le chemin mais tout en restant à couvert sous les arbres."

Sur ces mots, Nuage Rouge rangea sa faucille et enfila son couteau dans l'un de ses manches. Il prit ensuite une branche assez grande qui trainait sur le sol. Il respira un grand coup pour ce donner le plus de courage possible et sortit de la cachette. Il se dirigea ensuite vers le chemin, toujours en restant sous les arbres pour éviter les flèches. Il bomba le torse, s'appuya sur la branche comme sur un bâton et prit une mine sombre. Il avait un plan en tête. Un plan qui pourrait qui avait de faible chance de réussite, mais qui utilisé sa meilleure arme, le mensonge :

"Ne faites pas un pas de plus tas d'immondice !" Lança-t-il d'une voix grave et menaçante. "Vous allez entrer dans le nouveau territoire du grand magicien Jango le Rouge."

Espérant que les uruks auraient entendu quelques fausses rumeurs concernant Jango le Rouge, il toisa chacun de ses ennemis avec un regard supérieur, comme le ferait un vrai magicien :

"Si vous entrez sur ce chemin et osez me défier, je vous réduirez en poussière ! Craignez ma colère ! "

Nuage Rouge était totalement prit dans son rôle. Il arrivait presque à croire à ses propres mensonges. Tout en gardant un visage sévère, il mit sa main dans la petite sacoche accroché à sa ceinture et se prépara à tout mouvement hostile de la part des uruks.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Mar 18 Mai 2010 - 23:54


Les uruks avaient stoppé leur progression. Les pas précipités d'Argonui les avient alertés. Il serraient leurs armes avec force et se regardaient les uns les autres, prêts à réagir.

Puis dans l'air froid de la nuit la petite ritournelle de l'elfe monta. immédiatement Ghorghor montra d'un signe de tête apide le liu d'où venait le chant suspect. Déjà deux orques avançaient en direction de la cachette des hommes et de l'elfe.

Puis Nuage Rouge joua sa scène gandalfienne. L'uruk qui se trouvait le plus prês de lui le regarda les pupilles vides, la tête penchée, il tentait réellement de comprendre cet homme.

Les voix disgracieuses des orques s'élevèrent, Yak s'approcha de Ghorghor et lui susura à l'oreille

"Illll Parrrait que si l'onnnn mange un magicien, on Posssède ensuite ces pouvoirs"

Les Uruks ponctuèrent les propos de leur grimus en hurlant à la mort et en se frappant le poitrail avec leur lourdes armes.

Ghorghor intima de nouveau le silence de sa horde

"Nous ne sommes pas de vulgaires orques, nous sommes des braves, ne braillons pas comme des wargs à la lune"

Ses yeux devinrent des feintes il pointa la pointe de son espadon en direction de Nuage Rouge

"Je ne te crois pas, tu n'es pas un magicien , qu'espères tu, nous tranformer en pierre en nous lançant un pauvre gland ?"

Les uruks rièrent à gorge déployée à la remarque insolite de leur chef. Ghorghor hurla

"Assez!!"


tous se taisent

"On va faire un test, Magicien"
déclama l'uruk des glaçons dans sa voix brutale

"je vais te lancer un poignard si tu le détournes par la force de ta pensée je te croirai"

Joignant le geste à la parole, Ghorghor sortit un long poignard noir effilé de son avnat bars et commença consciencieusement à viser le "magicien"

---------------------------------------------------------------------------



Adanael se situait à une vingtaine de mètre de la scène, bien camouflé. Tout du moins suffisamment pour des orques, il doit avouer qu'ils n'étaient pas mauvais ceux là ils avaient un semblant d'intelligence on dirait.

Par contre les deux humains faisaient m'importe quoi. Un était aussi bruyant qu'un oliphant , l'autre jouait à faire des imitataions dignes d'une fête de village.

Adanael soupira dans la nuit froide. Le rodeur haissait les orques mais il detestait aussi l'incompétence et jusque là les deux humains méritaient de s'être laissés prendre par les Uruks.

Adanael savait ce qu'aurait dit Marionel si elle était là

Ne sois pas si dur avec les Hommes, ils sont l'avenir regarde Elessar même toi tu l'admirais.

Le problème était que tous les humains n'étaient pas Elessar hélas. Non pas qu'Adanael était anti humain mais il avait vu tellment de compagnons elfes mourir à cause de conflits causés par les humains, qu'il était rempli d'amertume . Pour résumé Adanael était assez fervent de la cause elfe.

Puis Adanael entendit le chant elfe. Il murmura juste

"Non ce n'est pas possible.....Pas lui pas ..Anael"

La triste histoire d'Anael était connue de tous les elfes. Adanael se crispa en un instant. Tout ceci changeait la donne, un elfe était en mauvaise posture.Et s'il ne s'était pas trompé ,cet elfe ne pourrait , ne voudrait pas se défendre.

Calmement il décrocha son arc et visa.

Le poignard partit de la man orque et à mi parcours il fut détourné par la flèche d'Adanael .

Ls uruks tournèrent tous la tête dans la direction d'où provenait le projectile. Mais la mort était déjà parmi eux, rapide comme le vent Adanael avait sorti ses deux cimeterres et commençait avec vivacité sa danse écarlate, deux uruks gisaient déjà , terrassés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaël
Ménestrel
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 25
Localisation : En vagabondage lyrique...
Rôle : Répandre mes chants.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 258
- -:

Mer 19 Mai 2010 - 19:33
La main sur la poignée de Naelya, je patientais, calme et tranquille. J'avais la très forte impression de m'être fait encercler. Toutefois, les deux mortels qui m'avaient rejoint étaient sûrement capables de nous défendre. Dans tous les cas, j'attendais un signe du destin, quelque chose qui me ferait faire un choix. J'avais encore du temps à passer en Terre du Milieu, j'avais encore moult chants à écrire, et autant de lais à conter que de gouttes dans un orage d'automne.

Rangeant ma harpe, je m'approchai d'un arbre proche. Posant ma main droite sur son écorce rugueuse, je jouais de manière distraite avec la sécurité de la lame. Son cuir chaud était rassurant, au creux de ma lame. J'aurais pu me défendre. Mais, à l'intérieur de moi, au plus profond de mon âme, Naelya me contemplait de l'Ouest, ses yeux perçant la brume de cette terre et parvenant jusqu'à moi, éclatante et réprobatrice. Mes compagnons avaient l'air prêts à se battre.

Le premier, un jeune rôdeur dont la fougue n'avait d'égale que sa réactivité face au danger, hurlait, excité à l'idée du combat, probablement. Je pouvais aisément le comprendre. Il y a plusieurs décennies, je cherchais comme lui l'ardeur et la peur du combat. Je voulais comme lui mesurer mon talent à celui des autres, et développer mon art d'épéiste.
Le second, un jeune Homme en toge rouge, avait réagi relativement violemment à mes chants. Comment un Mortel aurait-il pu me comprendre? Toutefois, il n'y pouvait rien, et je le comprenais parfaitement. En ce moment, j'étais un compagnon parfaitement désespérant. Il tenta d'impressionner les créatures de l'ombre, mais la malice qui sommeillait en ces dernières était trop forte, ils donnèrent la charge.

Leurs cris barbares résonnaient dans toute la combe, l'emplissant d'une violence qui m'attristait. Posant ma main sur le sol frais, je murmurai quelques paroles d'apaisement. La tension était malheureusement à son comble, et mes mots, même les plus délicats et les plus fins, ne pouvaient y remédier. Un poignard partit soudain, rapide, comme un éclair. Les orques étaient sur mes camarades. Sur mes camarades, car je n'avais tiré mon arme, malgré les crocs d'une créature, qui se rapprochaient de plus en plus de moi.

Soudain, une flèche jaillit. Un elfe, probablement: je n'avais entendu approcher personne. Bénissant l'intervention d'un tel allié, je brandis le fourreau de Naelya.

« A Elbereth, Gilthoniel, o menel palan-diriel, le nallon! »

Me jetant de côté devant l'attaque du seul orque qui s'était intéressé à moi, je lui assenai dans le visage un coup de fourreau. Je ne voulais et ne pouvais tuer, je tentais seulement de l'assourdir, le temps que mes sauveurs se débarrassent de leurs orques. Par chance, la créature était de carrure peu imposante, me laissant ainsi la possibilité de tenir. Je tentai d'esquiver ses coups, mais ne pus éviter sa lame dentelée qui, arrachant au passage un bout de mon vêtement, m'atteignit au côté...

Quelques gouttes de sang tombèrent sur le sol. Je devais encore tenir quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argonui
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 41

~ GRIMOIRE ~
- -: Rôdeur du Nord
- -: 19 ans
- -:

Mer 19 Mai 2010 - 20:24
Argonui n'avait jamais vu une telle précision dans une flèche comme celle qui venait de changer la trajectoire du malheureux poignard. Tout le monde regardait autour d'eux, cherchant d'où provenait cette mystérieuse flèche.

Tous ? Non, l'Uruk qui tenta de tuer l'humain était toujours fixé à sa proie. Il s'approcha lentement, très lentement, pour retenter à la toucher. Il était à deux mètres, et le rôdeur ne put empêcher cela. L'uruk sortit une épée tranchante, prépara son coup, et d'un bond, Argonui sauta sur l'ennemi, empêchant la bête de frapper l'homme. Les deux guerriers tombèrent par terre. Argonui qui était plus jeune et plus habile, se releva plus vite, et prit en main son épée.
L'Uruk s'était frapper la tête par terre, il faisait percevoir dans les yeux du rôdeur quelques petites douleurs. Argonui n'hésita pas une seconde, et mit son épée sur le cou de son ennemi. L'Uruk donna un coup dans la poitrine du jeune homme, qui recula. Argonui devait le tuer, avant qu'il se lève, sinon sa vie serait en péril. De plus, le reste de la troupe arrivait vers lui, et Argonui allait être entourait.

Le rôdeur mit en avant son épée, et transperça de toute sa force le torse de l'uruk, qui était en train de se relever. L'Uruk tomba, et la lame du rôdeur avait du sang. Oui, il avait bien tuer, et cela l'encouragea pour le reste du combat, mais Argonui était terrorisé, c'était la première fois qu'il tuait une personne. Mais une profonde joie d'avoir tuer pour la première fois quelqu'un, lui fit sortit une phrase de sa bouche :

"Je suis jeune, mais je sais me battre !"

Mais il devait continuer à se battre, sinon il serait tuer.
Argonui se retourna, et vit l'elfe se faire attaquer. Le rôdeur était dans le vif du combat, du sang, de la peur, mais rien ne lui faisait stopper le combat. Le jeune homme courra vers l'elfe, mais il était pas seul à courir, un Uruk le suivait, mais Argonui ne l'avait pas vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jango
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 15

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: Entre 30 et 40 ans
- -:

Mer 19 Mai 2010 - 21:18
Tandis que les Uruks ne semblaient vraiment pas avoir cru un traitre mot de Jango, ce dernier essaya de ne pas se démonter. Quand celui qui pensait être leur chef proposa l'épreuve du couteau, Nuage Rouge n'était pas du tout rassuré, mais il trouva quand même la force de leur répondre :

"Très bien, mais une telle épreuve est trop facile, je vais la corser un peu en me cachant derrière cet arbre là-bas, qu'en dites-vous ?"

Décidément, les Uruks étaient bien différents de ces crétins d'Orques. Dés qu'ils avaient envie de massacrer quelqu'un, il n'était pas du genre à écouter bien sagement les suppliques de leurs victimes. En quelques instants à peine, le couteau quitta la main de la créature maléfique et se dirigea droit sur Jango. A partir de là, Nuage Rouge se mit à espérer que de quelconques talents de magiciens lui viennent en aide et arrête la lame. Et c'était ce qu'il avait tout d'abord cru en voyant le projectile changer subitement de direction. Mais ses nouveaux furent briser dans l'œuf quand il entre aperçu une flèche se planter non loin de lui. Puis, deux ennemis tombèrent presque instantanément. Signe qu'il était l'heure pour Nuage Rouge de faire son second meilleurs sport, se cacher.

Ainsi, il bondit derrière l'arbre le plus proche en espérant que les Uruks seraient trop occupé avec l'inconnu qui était entrain de les découper en rondelles. Il aperçu ensuite Argonui se jeter sur le lanceur de couteau. Quelques instants plus tard, il l'entendit crié qu'il savait se battre et l'entrevit courir pour aller aider le ménestrel. Il était poursuivit, mais ne l'avait pas remarqué. Soudainement prit d'une once de courage, Jango décida d'aller l'aider. Il bondit hors de sa planque, tout près de l'Uruk qui poursuivait le rôdeur, et lui fracassa sa branche sur le crâne. Malheureusement, les Uruks avaient le crâne dure, et l'ennemi ne broncha même sur le coup. Comme lors des rixes de taverne, Nuage Rouge ne se décontenança pas et envoya son pied qui fait forcément mal à tout mal qui se respect, l'entre-jambe. Là encore, pas de chance, l'Uruks avait mit une coquille qui fracassa presque les orteils de l'herboriste. Avec un grand sourire sur les lèvres, la créature prit sa proie par le col et la souleva en l'air. Avant de pourfendre le pauvre Homme, l'Uruk approcha sa tête de son visage, histoire de bien voir l'ultime lueur de peur dans ses yeux. Il était temps pour Jango de passer à sa troisième botte. Après l'attaque surprise et le coup dans les bijoux de familles, le couteau dans l'oreille. profitant des quelques secondes de triomphe de son adversaire, il fit glisser sa petite lame dans sa main et l'enfonça dans l'oreille de la créature qui s'effondra instantanément.

Content de son attaque, Nuage Rouge ne vit qu'au dernier moment un second assaillant venir le percuter à grand coup d'épaule dans le ventre. Emporter par l'attaque, l'Homme et l'Uruk roulèrent dans les fougères, perdant couteau et épée. Alors qu'une douleur atroce lui torpillait l'abdomen, Jango commença un concours de coups de poings avec son ennemi. Tout en s'éloignant de la mêlée, ils s'échangèrent de violentes frappes, qui firent bien sûr plus mal à l'humain qu'à la bête. L'un des coups du monstre ouvra la lèvre de l'herboriste, un autre fit sortir du sang de son arcade sourcilière. De son côté, l'Uruk n'avait dût perdre quelques dents. D'ailleurs, quand le roulé-boulé s'arrêta, il dit avec d'une voix étrangement sifflante :

"Je feux tes poufoirs !"

"Pour foir rien du tout !"

Sur ces mots, Nuage Rouge lui porta l'un de ses coups secrets, la fourchette dans les yeux. La peau d'un Uruks avait beau être dur comme un vieux chêne, leurs yeux étaient comme ceux des Hommes, mou et gélatineux. En pliant les doigts avant de les retirés, l'herboriste avait eut l'impression d'avoir arracher un œil à son adversaire. Ne voulant s'attarder pour vérifier, Jango profita de mouvement pour se relever et reculer en titubant. En fond, il apercevait quelques mouvements furtifs venant de la mêlée. Puis, il reporta son attention sur l'Uruk, sortant par la même occasion la faucille qu'il à la ceinture. Tout en reprenant son souffle et essayant de calmer la douleur, il attendait le mouvements de son ennemi.

[HG: Je ne sais pas vraiment si j'ai le droits de faire tous ce que j'ai fait avec les uruks (en faire parler un par exemple), dites-moi si ça gène, alors je modifierai mon poste.^^]


Dernière édition par Jango le Ven 21 Mai 2010 - 1:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Jeu 20 Mai 2010 - 23:45
HRP: Pas de soucis Jango Smile



Argonui courrait à perdre haleine vers Anael. Puis il fut bousculé en pleine course. Le jeune rodeur tomba face contre terre.

Argonui serrant les dents, leva la tête en direction de la silhouette qui l'avait fit choir tel un fétu de paille. il fut la désagréable surprise de découvrir Un elfe armé de deux cimeterre qui l'avait littéralement poussé pour atteindre les deux orques menaçant Anal;

Adanael rapide comme le vent plongea sous la garde du premier uruk. D'un geste élégant, son cimterre animé d'une vie propre remonta vers le ventre ennemi. l'elfe se décala et l'uruk s'effrondra en un gazouilli horible. L'immonde compagnon leva haut une hach, Adanael bloqua cette attaque avec son cimeterre puis son autre arme transperça la gorge orque de part en part. Sans un regard vers ses ennemis, Adanael se tourna versAnael. Le rodeur elfe avait avancé de deux pas lorsque dans so dos le dernier orque vaincu tomba comme un chateau de cartes

l'elfe d'une voix mélodieuse se présenta tout e,n rengainant ses cimeterres

"Anael, je suppose, je me nomme Adanael bois doré . Je suis heureux d'avoir fait en sorte que vore lame ne sorte pas de son fourreau et votre art perdure éternellement"

Apparemment Adanael ne se pressait pas pour aider les humains , il semblait plus disposé à conserver avc son homologue elfe.

-----------------------------------------------------------------------



Argonui s'apprétait à se relever , lorqu'il sentit deux bras puissants s'emparer de ses épauler et le balancer à une bonne dizaines de mètres.

le souffle coupé, le jeune humain tourna l regard vers son nouvel assaillant, c'était l'uruk qu'il avait transpercé de part en part quelque instant plus tôt.
Ghorghor était couvert de sang, il se sentait las, ses forces l'abandonnaient rapidement.

L'uruk hurla à la mort vers la lune, il leva son espadon en direction d'Argonui

"Je vais te tuer Humain"

Et il se rua vers le jeune homme.

-------------------------------------------------------------------

Un sourire cruel apparut sur le visage rébarbatif de l'Uruk , qui sortit tout comme son chef peu avant, un long poignard effilé de son avant bras.Il tenta un coup d'estoc que Jango equiva facilement . Puis L'uruk attaqua avecla pointe. Jango plus rade s'effaça deux fois.

Le combat semblait asssez équilibré


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaël
Ménestrel
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 25
Localisation : En vagabondage lyrique...
Rôle : Répandre mes chants.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 258
- -:

Ven 21 Mai 2010 - 20:43
Je n'avais eu à résister longtemps en face de la créature sombre qui tentait de me tuer. Malgré quelques coups furieux, il n'eut le temps de me blesser plus: il fut attiré avec un de ses camarades par ce nouveau venu, que je n'avais entendu que tardivement... Louant quelque esprit d'avoir guidé les pas de tous ces individus, je jetai un œil sur le champ de bataille.

La combe avait été transformée par la violence des actions: des branches cassées gisaient aux sol, de petits buis souffraient de violentes découpes, tandis que des cadavres d'Uruks jonchaient le sol. Sur la petite dizaine présente, il n'en restait pas plus de deux ou trois, encore en démêlés avec le jeune rôdeur et l'individu en toge rouge. Ces deux-là se débrouillaient plutôt bien. Malgré mon envie de leur venir en aide, je n'avais les capacités suffisantes. Ne pouvant tirer l'épée, je devais les laisser à leur sort.

« Notre rencontre est chose heureuse, Seigneur. »

M'inclinant et saluant le nouveau venu à la manière des elfes, je me redressai vivement, et, cherchant dans mon sac un morceau de tissu que je gardais sur moi , j'ôtai ma toge bouffante, contemplant l'étendue des dégâts. Une estafilade superficielle courait le long de mon côté droit, et le sang perlait, d'un flot léger, comme les flocons des premières neiges d'hiver. Nouant rapidement le morceau de drap autour de ma taille, je me revêtis puis me retournai vers le nouveau venu, Adanael.

Ce dernier connaissait mon nom. Bien que connu aux Havres, je ne pensais pas que mon histoire était aussi connue... Elle avait sûrement fait l'objet de récits après mon départ, narrant mon aventure. Cette tendance était bien connue chez les elfes, les mélancoliques lais faisant toujours le ravissement des autres. Leur musique était un ravissement en toutes occasions, et convenaient à toutes les salles, qu'elles soient grands halls princiers ou humbles pièces de chaumières...

« Merci de m'avoir permis la préservation de ma paix. Si j'avais dû tirer l'épée, mon art en aurait souffert en conséquence. »


Il salua mes propos d'un signe de tête, mais n'avait pas l'air de se soucier du combat qui occupait les deux Hommes. Les bruits du combats étaient de plus en plus ténus, mes deux compagnons ayant l'air de se débrouiller correctement. Quant à moi, je n'étais pas en capacité d'aller leur prêter main forte. Un fourreau en bois n'aurait été d'une grande utilité, et mes mouvements étaient restreints par ma blessure, aussi je décidai d'en savoir un peu plus sur ce heureux hasard...

« Quel vent chanceux vous a-t-il porté jusqu'à moi? »

Pendant ce temps, les deux Hommes se battaient vaillement. Les regardant du coin de l'œil, je priai silencieusement Adanael de leur venir en aide. Je pensais qu'il agirait. Tous ces échanges n'avaient à peine duré le temps d'une comptine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argonui
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 41

~ GRIMOIRE ~
- -: Rôdeur du Nord
- -: 19 ans
- -:

Sam 22 Mai 2010 - 19:27
Argonui pense qu'il courra tranquillement vers l'elfe qui était en danger. Mais rapidement, un autre elfe lui fit secours. Le rôdeur, qui se doutait de rien fut bousculer violent au sol. Il tomba par terre, et perdit son épée. Le jeune homme avait était bousculer. Puis, en se relevant, deux immondes bras uruks l'attrapait et le jeta à plus de dix mètres.

Argonui avait était touché à la jambe, mais il n'y pense plus voyant l'uruk arrivé. Celui-ci était couver de sang, après que le jeune homme l'avait transpercé deux minutes plus tôt. Mais l'uruk était d'attaque, et près à tuer de la chaire humaine. Il se rua vers le jeune homme, et en essayant de le terrorisé, il lui dit :

"Je vais te tuer Humain"

Argonui voyait que son ennemi voulait le tuer, et précipitamment le rôdeur se releva, oubliant sa douleur à la jambe, bien que cela serait dur pour le combat. L'homme lui lança :

"Je t'ai transpercé une fois, et je compte bien une deuxième fois sale bête! "


L'uruk arrivait rapidement près de l'homme, Argonui mit sa main sur son fourreau pour sortir son épée, mais il n'avait pas vu que celle-ci était tombé à deux mètres de lui. Le rôdeur tremblait, ne sachant pas avec quoi se battre. La bête sauvage armé donna un fort coup d'espadon, mais le rôdeur arriva à l'esquiver facilement. Un deuxième coup en avant, qui coupa les lanières du sac de l'homme. L'uruk n'arrivait pas le transperçait, et après ce coup il sauta sur son ennemi, qui s'était glissé par terre. L'uruk marcha sur l'homme, et tomba. De se temps la, Argonui courra vers son épée, puis la récupéra.

Les deux combattants s'étaient maintenant retrouver face à face, armées.
Ils s'échangèrent quelques coups d'épées mais rien d'important qui pourrait changer la combat. Quoi que, l'uruk sembla fatigué après avoir été transpercé dans le torse, ce qui était normale. Argonui devait le fatigué encore plus, pour pouvoir le toucher. Vivement, il tourna autour de l'uruk, qui donna des coups dans le vent, et il se fatigua rapidement. L'uruk donna toute sa force dans un coup, qui ne toucha pas son adversaire : c'était le moment idéal pour le tuer. Argonui arma son arme, et d'une puissance force, il le transperça le dos. L'uruk se retourna, et le regardait dans les yeux mourant. Argonui, serra son épée, et coupa la tête de l'uruk.

Ce combat était finit, mais pas la bataille. Argonui devait récupéré de son combat, qui a était une épreuve de sa vie. Se baissant pour récupéré son sac, il senti une douleur au niveau de son épaule. L'uruk qui l'avait à peine toucher, lui avait fait une petite entaille dans l'épaule, mais Argonui supporta la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jango
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 15

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: Entre 30 et 40 ans
- -:

Sam 22 Mai 2010 - 23:14
[HRP : Merci Gallen Wink ]

Jango était debout, serrant sa faucille d'une main et massant son abdomen endolorie de l'autre. Le goût de son propre sang dans la bouche et un voile écarlate qui couvrait la moitié de son visage, il était semblait bien moins à l'aise que son adversaire. L'Uruk, bien qu'ayant perdu un œil suite à la fourchette qu'il avait reçu, avait le sourire cruel. Il était apparemment ravi de voir dans quel état il avait mit Nuage Rouge. Dégainant un poignard de son avant bras, il tenta d'embrocher son ennemi avec rage. Toutefois, à défaut d'être un grand combattant, Jango n'en était pas moins malin. Ainsi, il esquivait les coups en prenant bien soin de rester dans l'angle mort de l'Uruk.

Maintenant, il fallait être patient et attendre que la fatigue pousse le monstre à la faute. Même s'il n'était armé que d'un poignard, engager une épreuve de force avec cette bête risquerais d'endommager la faucille, dont le long manche en bois était son poing faible. Jango évita donc le plus possible les contact, voyant de temps en temps la lame effilée de son adversaire transpercée son long manteau. Puis, vint le moment fatidique. Commençant à en avoir marre de frapper dans le vide et à l'aveuglette, l'Uruk banda ses muscles et chargea, lame en avant. Seulement dans une forêt, il y a des arbres et, après une esquive in extremis de Nuage Rouge, le poignard se planta dans l'un d'entre eux. Profitant de l'occasion inespérée, Jango abattit sa lame affûtée sur le poignet du monstre, lui sectionnant la main. Devant le grognement de douleur de l'Uruk, l'herboriste se positionna en face de lui et lui dit essoufflé :

"Je vous avez pourtant prévenu que traverser le chemin vous tuerez."

Sur ces mots, il trancha la gorge de l'ennemi, tâchant sa veste avec le sang noir des créatures du mal. Alors que l'adversaire tomba en se tenant se vidant de sa vie, Nuage Rouge retira le sang de sa faucille en faisant un geste sec dans le vide. Ensuite, il tenta de reprendre sa respiration en revenant vers le champs de bataille. En chemin, il vérifia que la bagarre n'avait cassé aucun de ses flacons. Une fois revenu sur le chemin, il découvrit que tout le monde avait finit de se battre. Les deux elfes discutaient entre tandis que le rôdeur contemplait son œuvre. En passant à côté de ce dernier, il fit un léger sourire et déclara :

"Rien de tel qu'une petit escarmouche pour pimenter un voyage. S'agissait-il de votre première bagarre contre les Uruks ?"

Tout en attendant la réponse, Jango regardait le sol. Entre les cadavres et le sang, il espérait retrouver son couteau. Non pas qu'il avait une quelconque valeur pécuniaire ou sentimentale, mais il trouvait quand même bien plus pratique pour son travaille que les couteaux de mauvaises factures portés par les Orques. Finalement, il trouva sa petite lame, non loin de l'Uruk qu'il avait tué en lui transperçant le tympan. Avec un sourire élargit, mais pas trop à cause de la douleur, il le ramassa, le nettoya en le frottant à sa veste et le rangea à sa ceinture. Il en profita aussi pour récupérer une sacoche du décapité par Argonui. Il espérait y trouver des objets intéressant ou au mois du pain assez moisi pour aider des champignons anti-migraine à se développer. En ces périodes de crises, il valait mieux savoir recycler. Alors qu'il mit la sacoche dans l'une de ses poches, il se tourna vers les oreilles pointues et leur demanda :

"Alors messieurs, pouvons-nous savoir pourquoi deux immortels se promènent dans ces bois ?"

Même si les Elfes était revenu en terre du Milieu, il était toujours très rare d'en croiser, surtout dans tels coupes gorges en pleine nuit. D'après les rumeurs que Nuage Rouge avait entendu dans les villages voisins, un groupe de militaires Elfes était passé ici il y avait quelques jours, peut être était-il des retardataire ? Ou au moins le plus athlétiques des deux. Tout en réfléchissant à cela, Jango eut comme un pressentiment :

"Je pense que nous ne devrions pas rester ici, l'odeur de la mort peut attirer des bêtes bien plus dangereuse que les Orques."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Lun 24 Mai 2010 - 19:00



La horde orque était morte,tuée par plus fort qu'elle, elle n'avait pas pu mettre le feu dans les terres du Milieu. peut être seront ils pleuré par leur peule? Allez savoir.

--------------------------------------------------------------------

Adanael regardait uniquement Anael. le rodeur sentit la tension du ménestrel elfe

De sa voix mélodieuse, il répondit aux interrogations silencieuses

"Les humains ont agi comme des enfants inconscients, s'ils doivent mourir, ils mourront"

Quelques instants plus tard, les deux enfants arrivèrent enfin, exsangues.

Adanael entendit Jango et se tourna lentement vers lui

"Tu ne vas pas me donner des conseils, Humain, je t'ai sauvé , je te rappelle, la zone est sécurisée. la nuit nous appartient dorénavant".

Adanael eut un sourire triste en regardant Argonui

"Et toi le parleur , je t'ai entendu à au moins dix lieu, j'aurai pu te toucher avec une flèche en pleine nuit sans lune"

Le ton était brusque. puis le ton de l'elfe deveint plus calme en s'adressant à Anael

"Où te rends tu compagnon , ainsi? "


Puis une autre voix elfe s'éleva dans la nuit .Quatre elfes vétus de tuniques sombres arrivèrent silencieusement

"Adanael , tu vieillis tu ne nous as entendus"

Sourire aux lèvres, Adanael bois doré répondit à la voix cristalline

"Je t'ai entendu depuis cinq bonnes minutes Marionel"

La voix elfe féminine lui répondit

Et bien tu ne nous as pas attendu,tu t'es bien amusée"



Adanael ignorant toujours les humains se tourna vers Anael

"Voici ma compagnie, avec ma fille Marionel, et mes compagnons Tessiol et Rer"

Les elfes de la compagie de Bois doré baissèrent leur capuches afin de révéler leurs visages élégantsMarionel salua d'un signe de tête respectueux Anael. puis elle se touna vers le deux humains

"Ne sois pas grossier, Père, respecte ces humains courageux. je me présente Maroniel de Bois Doré"


"Bon"
coupa Adanael , apparemment enervé "Je propose d'accompagner le ménestrel Anael"

L
es yeux de Marionel furent remplir d'etoiles en observant Anael, elle réitera de nouveau so signe de tête respectueuex vers l'artiste.
Puis elle s'approcha de son père. Sa voix mélodieuse mais ferme, s'éleva

"Nous avions décidé d'aller à Aldburg, père souviens toi, les événements actuels l'exigent, trop de questions se posent"

Adanel eut une grimace de dégoût

"N'est ce pas plutôt pour revoir ce Mortensen ma fille ?Tu ne l'as jamais oublié depuis cinsq ans. Je vois tes nuit sans sommeil et tes moments d'absence, tu ne peux pas me tromper"

Marionel ne tiqua pas. Père et fille sembalient seuls et s'affrontaient au milieu de la forêt.
Marionel se tourna vers Anael

"Toutd'abord, Sire Anael, Puis je vous demander où vos pas doivent vous conduire?"

Puis Tessiol s'approcha vers Argonui, sortit des feuilles de son sac et les déposa sur sa blessure.
Patiente, la rodeuse attendait la réponse de maitre AnaelHRP: pour ceux qii veulent savoir le lien entre marionel et gallen, cf la fiche de Gallen Smile


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaël
Ménestrel
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 25
Localisation : En vagabondage lyrique...
Rôle : Répandre mes chants.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 258
- -:

Lun 24 Mai 2010 - 19:48
Mon coeur battait de moins en moins vite au fur et à mesure que la tension des lieux baissait. L'intervention de l'elfe avait été rapide, et efficace. Les propos tenus par Adanael me déplaisaient pour la plupart. Les Hommes n'étaient pour rien dans leur constitution différente. Certes, ils étaient moins discrets, et surtout, surtout, ils étaient mortels. Mais ils étaient pour la plupart grands et puissants. La voix de Naelya trottait dans ma tête, ces mots magiques qui pouvaient apaiser mon esprit. Je me les remémorais aujourd'hui encore.

* Apprends à être tolérant, Anael. Si tu veux que ton art s'épanouisse, la terre entière doit pour toi être source d'inspiration, et ta voix le brouillon de tes chants. *


J'avais appris. Aussi je laissai les dires d'Adanael courir dans la combe, se reflétant clairement sur les arbres sombres. Avant que je puisse décliner ma destination, des pas retentirent et une voix claire s'éleva. Une nouvelle venue, Marionel, apparemment la fille d'un de mes sauveurs, accompagnée de trois autres elfes, les compagnons d'Adanael. Je les laissai échanger quelques mots puis répondis à la question de la jeune elfe.

« Je souhaitais me rendre en Rohan, Madame. Apparemment, les pas de nombre d'entre vous s'y dirigent. »


Son ton ferme ne m'avait pas échappé, et diverses intonations dans sa voix trahissaient son désir de se rendre dans son village. Les mots du désir étaient les plus beaux qu'il puisse être donné d'entendre à n'importe quel être sur cette terre. Ils étaient doux et mélodieux, et leur douce musique appelait à elle tant de sérénades et de lais anciens!

Je jetai un oeil à tous les individus présents. Les cinq elfes allaient se rendre en Rohan, c'était certain. Je les avais entendu parler d'une ville du nom d'Aldburg. J'envisageais ce voyage comme une bonne solution. J'aurais l'occasion d'approfondir ma connaissance de l'art des Seigneurs des Chevaux et, éventuellement, de prêter main forte à quelques individus.

« Je vous accompagnerai à Aldburg. Ma destination était de prime abord Edoras, mais un détour par cette ville me semble s'imposer. »


M'inclinant rapidement en face des cinq elfes, je me tournai vers les deux humains. L'indélicatesse d'Adanael ayant été rattrapée par sa fille, je me permis de leur adresser la parole sans précautions.

« Quant à vous, qui avez participé à mon sauvetage, ferez-vous route avec nous? Malgré l'antipathie que vous suscitez chez le Seigneur Adanael, je serai ravi de vous avoir pour compagnons de route, le temps d'un conte... »


Les mots avaient été prononcés le sourire aux lèvres, tout en regardant Adanael. J'espérais bien le faire changer d'avis. Ma mission se diversifiait donc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argonui
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 41

~ GRIMOIRE ~
- -: Rôdeur du Nord
- -: 19 ans
- -:

Lun 24 Mai 2010 - 20:34
Ça y est, le combat était finit. Argonui allait rejoindre les deux elfes avec son compagnon humain. Après salutations, un elfe parlait des deux hommes. Il était apparemment méfiant avec eux, et les redressa dès qu'ils parlèrent. Argonui était coupable de manque de discrétion, qui est fort improbable vu sa race.

Puis, d'autres elfes arrivèrent. Ils était amis avec l'un des combattants, Adanael. Tous parlaient de route vers le Rohan, un endroit dont le rôdeur n'avait jamais mit les pieds. Durant la discussion, un elfe s'approchait de Argonui. Il sortit une feuille, et la mit sur son épaule. Argonui se laissa faire, et sa douleur était moins forte. Il le remercia une fois finit.

L'elfe, Anaël, avait bonne mine. Puis, durant la discussion avec les autres elfes, il se retourna vers les deux humains, et leur demandait de continuer l'aventure avec lui et le reste des elfes. Argonui, n'hésita pas une seconde, et leur dit :

" C'est avec plaisir que j'irai avec vous au Rohan ! Mais j'espère que Adanael aura meilleur impression de moi ... "

Argonui se réjouissait de poursuivre l'aventure avec eux, car les avoir vu se battre, cela mit en confiance le rôdeur. Argonui devait à présent aiguiser sa lame, qui fut amoché lors du combat. Le jeune homme prit son sac, et trouva un petit bandage, qui lui servit pour son bras, pour éviter une infection. Une fois habillé et soigné, Argonui attendait son compagnon Jango, qui allait donner une réponse à l'elfe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jango
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 15

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: Entre 30 et 40 ans
- -:

Lun 24 Mai 2010 - 22:13
La fierté, voilà un défaut propre à tous les Hommes, mais aussi aux races dites supérieurs. Il suffisait t'entendre la manière dont l'Elfe combattant sermonna Jango quand ce dernier essayait de mettre gentiment en garde ses interlocuteurs. Si les coups qu'il avait reçu à la mâchoire ne lui faisait pas autant mal, Nuage Rouge aurait serré les dents pour contenir sa colère face à un tel comportement venant de la soit-disant plus belle race ayant foulé la Terre du Milieu. Ne cherchant pas le conflit avec un être capable de le tuer d'un seul geste, l'herboriste se contenu, jusqu'à ce que l'Elfe s'en prenne à Argonui. Là, il ne pu se retenir plus longtemps et lança au soldat :

"Alors là c'est un peu fort de fromage ! Ce n'est pas Argonui qui a attiré les Orques en faisant un concert en pleine forêt, ou qui s'est mit à chanté quand ces mêmes Orques étaient tout proche, que je sache ! Mais plutôt la personne avec qui vous faites des courbettes. Ce n'est pas contre vous monsieur le ménestrel."

Malheureusement, comme il aurait pu s'en douter, l'éclaireur aux oreilles pointues s'était mit à les ignorer avant que Jango ait finit sa phrase. Ce dernier, rouge de colère et de sang séché sur sa tempe, se mordit le poing pour se calmer. Si l'elfe n'avait pas été un soldat entraîné, Nuage Rouge l'aurait sûrement roué de coups. Seulement, la fierté chez lui arrivait toujours en second position derrière la survie. Au pire, il pourrait les accompagner et voler des objets au militaire quand le moment s'en ferait sentir.

Quelques instants plus tard, d'autres oreilles pointues armés jusqu'aux dents, arrivèrent sur le chemin. A leur tête, une beauté que seule les elfes sont capable de créer. Elle discuta quelques instants avec le soldat, laissant le temps à Jango de se calmer et de découvrir qu'elle était la fille du donneur de leçon. Tout comme le ménestrel, cette "jeune" demoiselle semblait plus enclin à discuter avec les humains que son paternel. Quand elle se présenta, Nuage Rouge fit une modeste révérence en déclarant poliment :

"Ravi de rencontre Mademoiselle."

Bien sûr, il fut une nouvelle fois interrompu par le vieux grincheux qui proposa d'accompagner le fameux Anaël jusqu'à sa destination. La demoiselle parla alors de la cité fortifiée d'Aldburg. Nuage Rouge connaissait quelques soldats là-bas, des bons clients de ses aphrodisiaques et ses champignons hallucinogènes. Tandis que la conversation s'envenimait, Jango entendit parler d'un certain Mortensen. Il ne mit alors pas longtemps à comprendre le pourquoi du comment. Discrètement, il se dirigea vers l'un des elfes et lui dit, large sourire aux lèvres :

"Si j'ai bien saisit, la fille de votre chef est éprise d'un Homme. Je comprend maintenant pourquoi il est enragé après Argonui et moi."

Nuage Rouge ne pouvait cacher sa satisfaction quant à la possibilité que le fameux Adanael se retrouve beau-père d'un humain et grand père de de demis-elfes. Il regardait le chef de la compagnie Elfe avec un large sourire moqueur avant que Anaël ne demande à Argonui et lui s'il ne voulait pas les accompagner. Le jeune rôdeur accepta avec la motivation de se montrer à la auteur. Quant à Jango, il regarda successivement, Anaël, Adanael et Marionel avant de répondre :

"J'ai toujours adoré voyager avec un vieux grincheux et en plus, je quelques affaires à régler à Aldburg. Je vous accompagne !"

Toujours souriant, il n'attendait plus que le groupe se mette en route pour suivre le mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Mar 25 Mai 2010 - 23:53


Adanael regarda d'un oeil torve Jango qui lui faisait des remontrances. l'elfe s'avança vers l'humain et bien qu'il lui rendait vingt bons centimètres, il lre toisait de ses yeux violets

"Certes, Humain, mais Anael peut se promener dans les bois en chantant car il est et restera elfe, n'oubliez pas que les Terres du Milieu vous ont été Confiées......"




"Arrête père" coupa marionel, mais son ton avait été un peu trop fort, trop impétieux. Tessiol et Rer toujours silencieux se tournèrent ves la chef de leur chef. Un silence géné s'installa. la faille et le père se defièrent du regard. Puis Adanael pour la première de sa vie détourna le regard.

Il maugréa

"faites comme vous voulez " et déjà ils se dirigeait vers l'orée de la forêt pour récupérer sa jument.

Marionel prit les choses en main.

"Très bien , chacun prend un hote sur sa monture. Personellement je prensd Anael avec moi, Rer et Tessiol répartissez vous nos amis humains"

Puis les rodeurs effacèrent avec efficacité les traces de leur passage, à cette occasion Argonui fut impressioné par leur savoir faire.

Rer prit Jango sur son étalon ébéne du khand. Argonui monta avec Tessiol sur un étalon gris du Rohan. Abnael monta avec marionel sur sa jument immaculée du rohan également.Adanael toujours bougon chevauchait en arrière garde. Il partirent dans la nuit pour mettre le plus de distance avec le massacre de la nuit.

Un long voyage les attendait.


Suite dans le post des terres sauvages


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mésaventures en Enedwaith
» Enedwaith
» Sortie dans l'Enedwaith et Livre épique le mardi 2 novembre
» Aventures et mésaventures d'un barde en ville [Achevé]
» Entre alcool et mésaventures... [ PV Pénombre Craft ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: L'Arnor-
Sauter vers: