Arrivée de la compagnie de bois doré et de ses compagnons

Aller en bas 
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Mer 2 Juin 2010 - 22:40


Marionel ouvrait la marche. Comme tout elfe elle ne faisit qu'une avec sa monture blanche immaculée.

Néanmoins une personne observatrice put un léger tremblement de la min gauche de la rodeuse. Comme au ralenti, elle baissa le capuchon de sa tunique avec élégance.

La compagnie ne fut pas accueillie par des sourires et des cris de joie mais par des regards noirs , presque haineux. La suspicion, la peur régnaient sur Aldburg.

La population s'attelait à reconstruire les remparts et les soldats étaient sur les dents;

A peine arrivés, une dizaine de gardes royaux arrivèrent mené par le Géant Eogam



Le colosse blond stoppa sa monture devant la compagnie escorté de dix gardes royaux à l'armure etincelante. Il les accueillit de sa voix rauque

"Je suis Eogam, capitaine de la garde d'Eomer, veuillez décliner votre identité et indiquer la raison de votre venue"

Nous étions londe la célèbre hospitalité rohirrim.

Les elfes se tendirent devant le ton abrupte de l'officier. Adanael restait stoique mais scrutait chaque mouvement de sa fille;

Curieusement la compagnie de rodeurs peu habituée à être en présence dhumains sembla se reposer sur ses compagnons de voyage pour les présentation d'usage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwaihir
Agent de l'Ombre
avatar

Nombre de messages : 10
Localisation : Aldburg
Rôle : Agent de l'ombre

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 29 ans
- -:

Jeu 3 Juin 2010 - 23:42
Gwaihir sortie alors de l'écurie tenant son nouveau compagnon de route par les rênes, il était tout content de pourvoir désormais compté sur un compagnon de route pour les longs voyage dans la Terre du Milieu ! Tout heureux d'admirer la musculature de cette bête qui avait su rester face aux flammes à combattre la mort en tête a tête.

Mais de suite après avoir passé la porte Gwaihir apercevait Une dizaine de garde menée par Eogam, le chef de la garde D'Eomer, qui descendit la pente qui passait devant l'écurie jusqu'à l'entrée de la Forteresse et le jeune homme pouvait voir derrière la porte principale de la ville, un groupe d'aventurier, fatigué sûrement causé par un long voyage à travers les plaines du Riddermark, 2 hommes et 5 elfes. Quand le groupe mis pieds à terre les gardes alors mirent leurs mains sur les poignets de leurs épées en anticipant leur moindre fait et gestes. Les gens regardaient c'est étrange personne qui étaient arrivés

Eogam leva la voix en disant :"Je suis Eogam, capitaine de la garde d'Eomer, veuillez décliner votre identité et indiquer la raison de votre venue". Gwaihir entendit alors les paroles du Capitaine, du haut de la pente, qui se trouvait à 500 mètres de là.

Les hommes se cachaient derrière leurs compagnons de route pour éviter de se faire remarquer, surement des Rodeurs du Nord, des hommes qui restent cachés dans l'ombre pour éviter de se faire repérer ou reconnaitre.
Gwaihir savait que les Rodeurs étaient des hommes du Nord, venant du Arnor, peut-être pourrait-il faire connaissance avec eux pour en savoir plus sur leurs venus à Aldburg.

Le jeune homme descendit alors vers la porte pour écouter la discussion entre les Gardes Royaux et le groupe d'elfes et d'humain, pour en savoir plus sur leurs identités encore inconnues dans cette ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaël
Ménestrel
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 25
Localisation : En vagabondage lyrique...
Rôle : Répandre mes chants.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 258
- -:

Ven 4 Juin 2010 - 19:52
Ainsi qu'une peste, une maladie rongeant insidieusement les os au plus profond de leur moelle, la crainte et la méfiances s'étaient apparemment répandues en Terre du Milieu. La guerre récente avait sûrement aggravé les conditions de vie... Et je l'avais noté en écoutant le son de la voix du capitaine des Seigneurs des Chevaux qui avait parlé à notre approche. J'étais alors heureux de ne pas avoir à faire les présentations. Je doutais qu'une comptine ou qu'un lai puisse aujourd'hui servir de lettre d'introduction. Il fallait savoir faire parler les armes, ou jouer du marteau et de la faux.

***

Avant de le voir, nous avions erré au travers des plaines, suivant avec la compagnie hétéroclite une route de terre battue bien délimitée. Quelques bosquets racornis essaimaient dans les plaines, et l'on pouvait aussi apercevoir de grands arbres au tronc minces, dont les feuilles étaient chahutées par un vent léger. Puis nous étions descendus le long d'une côte à la pente douce, avant d'arriver en vue des portes d'Aldburg.

Dans le plus pur style du Rohan, elles étaient taillées dans de massifs poteaux de bois, et s'ornaient de peintures rouges, vertes, et or. Des oriflammes flottaient au sommet des deux tours flanquant les battants monumentaux des murs qui protégeaient la ville. Une impression de puissance se dégageait de cet ensemble massif. Et au milieu de ces portes entrouvertes se trouvait le colosse, accompagné de quelques soldats farouches, aux chevelures blondes et aux cuirs sombres.

« Veuillez, une fois de plus, excuser mon rôle de fardeau. »

J'avais pris la parole quelques centaines de mètres avant l'arrivée aux portes, ayant remarqué grâce à ma vision la mine farouche de l'imposant capitaine. Je ne savais que faire pour présenter notre groupe à cet individu, n'ayant jamais voyagé sur les terres des Hommes.

« Je ne suis pas rompu aux traditions de ce pays, et ne connais les traditions humaines que de par les ouvrages que j'eus l'occasion de consulter... »


Mon excuse avait-elle fait bonne impression? Je comptais sur nos camarades humains pour intervenir. Adanael aurait sûrement été trop ardent, et moi, trop hésitant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argonui
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 41

~ GRIMOIRE ~
- -: Rôdeur du Nord
- -: 19 ans
- -:

Sam 5 Juin 2010 - 17:39
Le capitaine des Seigneurs des Chevaux qui nous parler était le centre d'attention de tous les regards de notre groupe. Les humains et les elfes de la compagnie de bois doré regardaient le capitaine avec crainte. Puis, Marionel s'engagea dans la discussion, laissant Argonui seul sur son cheval.

Le cheval bougeait, il n'avait plus son maître. Argonui essaya de le contrôler, puis, il y parvenait. L'ambiance n'était pas gai, et les hommes du Rohan regardaient les nouveaux venus avec méchanceté. Quelques choses n'allaient pas bien.

Argonui ne voulu pas laisser Marionel seul devant les Rohirims, ne sachant pas leur réaction. Argonui, comme si l'air de rien, descendit de son cheval, et resta près de lui. Argonui était encore caché sous sa capuche, restant discret au moindre regard. Après l'arrivée au sol du jeune homme, les humains qui travaillaient reculèrent, se méfiant du rôdeur. Argonui savait qu'il n'était pas méchant, loin de la, mais son aspect discret fit le doute de quelques personnes.

Mais une personne différente arrivait vers la Porte d'ou les voyageurs étaient arrivé, voulant, à première vue, se mêler à la discussion. Argonui le fixa, pour voir ces faits et gestes. C'était un humain se disait le jeune homme, il n'avait pas la trentaine. L'humain approchait du groupe.

Argonui se retourna, et regarda son compagnon Jango. Il lui dit :

"L'ami, regardait cette homme la bas, il s'approche à grand pas, mieux vaut le garder en vue ..."

Argonui sentit quelques choses, sans doute l'aspect terrifiant d'Aldburg qui lui fit ce pré sentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jango
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 15

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: Entre 30 et 40 ans
- -:

Sam 5 Juin 2010 - 22:18
Lentement mais sûrement, le groupe avançait vers Aldburg dans un silence lourd. Les travailleurs civils qui s'affairaient autour de la cité fortifiée en était en partie la cause. Dès que le groupe entrait dans un certains périmètre autour d'un autochtone, ce dernier fixaient chaque membre d'un sombre et craintif. La peur se lisait dans leurs yeux et la méfiance transpirait de leur vêtements en plus grande quantité que la sueur. Devant une telle accueille, Jango ne put s'empêcher d'en parler au cavalier elfe avec qui il montait :

"Je n'aimes pas du tout ce genre de regard. Il est très mauvais pour les affaires."

Toutes ses affaires aurait-il pu ajouter. En effet, un citoyen méfiant était difficile à faire acheter ses produits et encore plus à escroquer. Bien que sachant pertinemment que Rer, son accompagnateur aux oreilles pointues, ne lui répondrait pas, Nuage Rouge semblait s'attendre à une réponse. Au lieu de ça, le silence prévalu jusqu'à l'arrivée aux portes d'Aldburg.

A peine un sabot fut-il posé dans la ville que le comité d'accueil était là. Une dizaine de soldats Rohirrim se présentèrent immédiatement. A leur tête, un colosse barbu dont la taille pouvait presque donner des complexes aux Trolls. Avec un ton typiquement militaire, il se présenta et demanda l'identité des membres de la compagnie ainsi que le motif de leur arrivée dans la citadelle. Face au protocole de sécurité Rohirrim, tous les elfes gardèrent le silence. Quant à Argonui, il avait remarqué une personne suspecte s'approchant de la porte, mais il ne semblait pas vouloir faire les présentations. Commençant à trouver la situation plus que gênante, Jango grommela quelques mots dans sa barbe fraichement rasée et décida de prendre les choses en mains. Tout d'abord, il mit pied à terre et, quand le jeune rôdeur lui fit part de ses suspicions concernant un homme encore à quelques centaines de mètres, il lui mit la main sur l'épaule et répondit :

"Faites donc l'ami, mais, avec la concentration de militaire entraîné dans les environs, je doute qu'il tente quelque chose."

Avec un sourire rassurant, l'herboriste avança ensuite en direction de Marionel et du géant. Il modifia ensuite son sourire, le rendant plus commercial. Etant habitué à vendre des poudres dans des endroits malfamés et à discuter avec des brutes épaisses, Nuage Rouge prit sur lui de faire les présentations :

"Veuillez excuser le silence de nos amis Elfes Capitaine, mais ils sont venu vous prêter main forte. Il ne s'agit ni plus, ni moins de la compagnie du bois doré dont voici leur chef, Marionel."

Afin d'être le plus clair possible, Jango montra du doigt chaque personne qu'il était entrain de présenter :

"Ensuite vous avez son vieux père, Adanael et deux de leurs soldats. Pour les autres, nos motifs sont plus où moins différents."

Il désigna alors le dernier elfe :

"Voici Anaël, ménestrel connu au sein de la communauté Elfique. Il est ici pour chercher l'inspiration."

Il se tourna ensuite vers le jeune rôdeur :

"Là, c'est Argonui, un jeune Rôdeur du Nord voyageant afin d'acquérir de l'expérience dans son métier."

Enfin, il fit face au colosse d'un air faussement décontracté et conclut les présentations par un peu de publicité :

"Quant à votre humble serviteur. Je me nomme Jango, herboriste de mon états. Si vous et vos hommes ont des corps aux pieds, des problèmes de transit ou une migraine, je pourrait vous fournir les remèdes adéquates à des prix défiant toute concurrence."

Sachant qu'il rien à craindre des autorités à Aldburg, Nuage Rouge s'était risqué à utiliser sa véritable identité. Il ne restait plus qu'à espérer que les soldats laissent entrée la compagnie, sinon leur périple aurait été vain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Dim 20 Juin 2010 - 19:17
Hrp: désolé du retard .

Rapidement le jeune arnorien fut encerclé par trois gardes . Eogam avait effectué un signe discret du plat de la main droiete et immédiatement trois jeunes rohirrims aveit intercepté le jeune Gwaihir;

Le colosse blond observait le groupe disparate , ses yeux scrutateurs semblaient essayer de transpercer l'âme des elfes et des humains.

La tension était palpable, les gardes observaient leur chef avec crispation.La situation pouvait se détériorer à tout moment.

La voix guturale d'Eoagam s'éleva péniblement dans l'air frais d'Aldburg

"Excusez cet accueil froid, mais actuellement, les étrangers sont plutôt mal venus en Aldburg, nous venons d'essuyer une attaque violente avec des assaillants parmi lesquels des....elfes"

L'air se tendit de nouveu et pour confirmer les dires du géant rohirrim, des regards noirs observaient la compagnie de Bois doré et ses camarades.

Adanael eut un mouvement de recul et une grimace de dégoût ourla ses fines lèvres.Il sembalit chercher du regard sa fille pour lui démontrer du regard qu'il avait raison depuis toujours.

Puis une voix cristalline s'éleva, Dame Farma descendait la colline menant à la porte d'entrée de la citadelle




"Eogam, laissons entrer ces voyageurs. Cela démontra à chacun que nous les rohirrims nous ne nous laissons pas gagner par la peur. Notre hospitalité doit rester"

Le regard de l'épouse de gallen était implacable, Eogam se plia à ce visage déterminé;

Farma salua chacun d'entre eux d'un signe de tête respectueuex. puis les regard de marionel et farma se croisèrent, une nouvelle tension se créa.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaël
Ménestrel
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 25
Localisation : En vagabondage lyrique...
Rôle : Répandre mes chants.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 258
- -:

Dim 20 Juin 2010 - 20:45
Tout avait l'air de se passer à merveille désormais. Un vrai conte de fées, grâce à l'intervention habile de l'herboriste. Heureusement qu'il avait procédé aux introductions. Je ne me sentais guère le coeur de me présenter à nouveau. Il faudrait désormais que je voyage avec plus de discrétion... Je n'avais été que peu prudent ces derniers jours. Je devais observer, et non prendre autant parti... Enfin.

Me tournant avec un grand sourire vers Adanael, je lui dis d'un air enjoué:

« Voyez, ami, tout s'est bien passé, ces Hommes, malgré leurs ennuis, nous ont tout de même ouvert leurs portes... »


Comme tous les peuples de cette Terre. Les ennuis n'étaient l'apanage des Hommes, mais ils le savaient très bien. Mais la tension d'Adanael flambait, déchirant la quiétude de l'air. Je pouvais sentir son énervement, tant il irradiait. Je comprenais parfaitement ce qu'il ressentait, mais ne cautionnais pas sa cause. Un tel comportement était, d'après moi, le meilleur des raccourcis pour une geôle et sa natte de paille, ou pire, pour une potence et son charmant nœud.

Je n'avais vraiment pas le talent nécessaire pour tenir en face des vaillants Rohirrims. Il leur fallait des arguments plus percutants et matériels que mes paroles de poète. Mais un grand sage n'avait-il dit que le matérialisme le plus pur se réalisait souvent dans le sens d'un idéalisme réel? Ainsi, je pouvais comprendre les aspirations de ce fier peuple.

Eogam avait évoqué une attaque sur la ville, cerclée de ses hauts murs. Cela paraissait improbable, mais, après une petite observation, minutieuse toutefois, je pus distinguer quelques traces de la bataille qu'évoquait le Rohirrim imposant. Des traces de brûlures, des zones au sol entièrement piétinées... Je pouvais ainsi comprendre les regards noirs, brûlants de haine, ou au moins de méfiance, que nous adressaient nos hôtes.

* Naelya, ne me disais-tu pas que ta musique apaisait les cœurs? Qu'elle pouvait rapprocher les individus, ou, tout du moins, rendre plus acceptable leurs erreurs passées? *


Comment se faire accepter de ces gens? Je préférais confier mon sort à Jango. Lui, saurait nous introduire. Enfin, je l'espérais. D'autre part, les tensions n'étaient pas seulement liées à la récente bataille. Leurs ramifications étaient plus profondes.

Je n'aimais guère plonger mes mains dans les problèmes enfouis. Advienne que pourra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argonui
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 41

~ GRIMOIRE ~
- -: Rôdeur du Nord
- -: 19 ans
- -:

Sam 26 Juin 2010 - 10:07
La tension s'était apaiser. La compagnie de Bois doré et ses camarades traversaient les rues de la cité, avec méfiance tout de même. Le capitaine des Seigneurs des Chevaux suivit de sa garde ouvrait le chemin à travers la cité, suivit des voyageurs.

Argonui ne regardait pas son chemin, mais il était intriguer par ce qu'avait dit le rohirim: l'attaque menée sur Aldburg était composé d'un nombre d'elfe. On ne savait pas pourquoi, et personne n'avait posé la question.
Les regards que lançais les habitants du village étais méfiants, parfois même certains évoqués de la haine. Les travailleurs donnaient toute leur peine pour reconstruire les remparts de la cité. Tout le monde était touché.

Au fur et à mesure d'avancer, Argonui vis un petit garçon, par terre, seul, maigre. La tristesse l'envouta, et le jeune homme dit à Marionel qui chevauché avec de s'arrêter. Le rôdeur descendit, et ouvrit son sac de voyage. Il sortit un morceau de chocolat qu'il donna au petit. De se geste, Eogam se retourna, et regarda le rôdeur.

Argonui remonta sur le cheval, et tout le monde repartait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jango
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 15

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: Entre 30 et 40 ans
- -:

Dim 27 Juin 2010 - 21:54
La situation était réellement tendue à l'entrée de la cité fortifié. Jango n'avait plus vu une telle atmosphère depuis sa dernière visite à Osgiliath, à l'époque où il était recherché pour des escroquerie en tout genre. Quoiqu'il y avait encore plus récent. Lors de sa première rencontre avec Argonui, Anaël et Adanael, ce dernier l'avait gratifier de plusieurs regards aussi noirs que ce des civils d'afférents à réparer les murailles d'Aldburg. Nuage Rouge avait donc l'habitude d'être dévisagé de la sorte et tenta de garder son calme le plus longtemps possible, observant la moindre réaction hostile de la part des rohirims.

Finalement, le colosse blond finit par répondre aux membres de groupe. Il s'excusa tout d'abord et expliqua que les étrangers n'étaient plus les bienvenu depuis que la forteresse était la cible d'attaques perpétrées par, en autre, des Elfes ? Étonné par cette révélation, l'herboriste aurait presque pu jeté un petit regard taquin au père de Marionel. Car ses attaques prouvaient une chose, que les oreilles pointues n'étaient pas aussi supérieur que les Hommes. Toutefois il préféra s'abstenir. Le temps n'était pas à la brimades mais à la concentration et à la prudence. Surtout après l'arrivée de la maîtresse des lieux.

Dame Farma, Jango avait entendu quelques rumeur sur la beauté et le caractère bien trempée de l'épouse du maître d'Aldburg. Quand elle se montra, Nuage Rouge baissa la tête en signe de respect. Farma ordonna alors au géant de laisser la compagnie entrer dans la citadelle, déclarant que la peur n'aurait jamais raison de l'hospitalité des Rohirims. Elle alla ensuite saluer chaque membre du groupe, Jango qu'elle arrive devant lui pour la remercier à son tour :

"Au nom de tous mes camarades, je vous remercie pour votre hospitalité. Nous saurons faire honneur à votre seigneurie."

Un peu de flatterie ne faisait jamais de mal à personne. Et puis, Jango avait une bonne réputation à entretenir dans cette ville. Alors qu'il pensait que tout allait être réglé et que le groupe n'avait plus qu'à chercher une auberge pour la nuit, le regard de la maîtresse des lieux croisa celui de Marionel. Les deux femmes se fixèrent longuement, créant une nouvelle source de tension. Il devait sûrement s'agir d'une sorte de rivalité féminine, à moins que ce soit en rapport avec le passé de l'Elfe dans la cité. Ne souhaitant pas vraiment que le face à face ne se prolonge, Nuage Rouge décida de prendre la parole :

"Euh...Ma Dame. Je suis conscient qu'il soit très impolie de ma part de formuler une telle requête, mais j'aimerai vous demander si nous pourrions être hébergé chez vos soldats. Voyez-vous, nous n'avons pas assez d'argent pour nous offrir des chambres à l'auberge. De plus, la plupart d'entre nous sommes venus offrir notre aide. Bien sûr, une petite place dans un écurie suffira."

Jango avait lancé cette phrase un peu à l'aveuglette, mais il espérait qu'elle suffirait à diminuer la tension qui grossissait entre Marionel et Farma. Dans le pire des cas, la Dame d'Aldburg refuserait catégoriquement, mais il était toujours mieux de dormir dans la rue qu'à l'extérieur de la cité. Tout ça à cause d'une vieille histoire de cœur. Discrètement, Nuage Rouge fit signe à ses compagnons, Anaël, Adanael et Argonui en particulier, d'appuyer sa demande et ainsi continuer à disperser les tensions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaël
Ménestrel
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 25
Localisation : En vagabondage lyrique...
Rôle : Répandre mes chants.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 258
- -:

Lun 28 Juin 2010 - 20:23
Malgré mes hésitations et mes peurs, je tins à porter assistance à Jango. Il semblait quémander notre aide à tous. En tant que compagnie, nous pourrions lui apporter notre support. Cet Homme était décidément perspicace. Sans disposer de sens elfiques, il avait distingué sans problèmes apparents les différends opposant Marionel l'elfe, et la maîtresse de maison des Hommes... Je mis ainsi ma harpe en évidence sur mon côté, décalant la sangle en cuir décorée d'arabesques dorées.

« Si mes Seigneurs veulent bien prêter l'oreille aux dires d'un membre de la Gente Elfique, je serai ravi de vous prouver que tous ceux d'entre nous ne sont pas opposés aux vôtres. »


Simulant une petite courbette, je m'avançai aux côtés de Jango. Ma présence aux côtés d'un Homme permettrait peut-être de faciliter la création d'une atmosphère de confiance. D'autant plus que j'étais de ceux qui apportaient tout crédit aux idéalistes... Je croyais en une possible entente, entre les peuples et avec les peuples. De quels doux rêves me berçais-je! Naelya l'avait très bien compris, et, en tentant de me montrer la réalité brute, m'avait projeté dans un monde d'errances.

« Nuage Rouge a fait montre de ses talents, c'est à moi désormais de me révéler, si mes dires peuvent plaider en notre faveur. »


Comment aborder ma présentation? Devais-je lui parler des racines de ma quête, ou bien seulement évoquer les raisons de ma présence ici? Après une réflexion poussée, j'optai pour la deuxième solution. Je n'avais encore pas assez fréquenté d'êtres humains pour tout connaître de leurs réactions...

« Pour ma part, je suis chanteur et ménéstrel de mon état. Je parcours les Terres dans le but de découvrir de nouvelles formes d'arts, de nouveaux chants. Permettez nous de vous prêter main forte, via nos chants et nos arts, et offrez nous en retour le gîte. »


Je les saluai profondément, de la manière que j'avais pu observer jusque là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argonui
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 41

~ GRIMOIRE ~
- -: Rôdeur du Nord
- -: 19 ans
- -:

Mar 29 Juin 2010 - 8:25
Argonui avait comprit ce que Jango voulait faire, il voulait calmer la tension. Tout d'abord, il lança deux ou trois questions portant sur le groupe de voyageurs, et pour distraire les regards de la maîtresse des lieux et de ceux de Marionel. Directement après ces questions, les regards se calmèrent, et les deux femmes changèrent de direction. Mais Jango n'était pas la seule source de demande, Anël, l'elfe se présenta à son tour, et fit bonne mine devant la maîtresse des lieux.

Anël avait fait le bon choix, sachant que c'est un elfe. Ce qu'avait dit le garde à l'arrivée du groupe, portait un mauvais regard sur les elfes. Argonui se rapprocha de ces deux amis, Jango et Anaël, et leur fit une tape amical sur l'épaule.

De ce geste, Argonui se mit en avant, et regarda la maîtresse. Il la regarda, il lui dit:

"Dame, je me nome Argonui, je suis un rôdeur du Nord, et je suis âgé de 19 ans. Je suis jeune comme vous le voyez, mais les compagnons qui sont avec moi ici-même, sont ma seule famille. Je vous demande un simple retour de notre arrivé ici, et nous le ferons réciproquement dans les meilleurs conditions que vous puissiez choisir."

Argonui savait que lui aussi devait se présenter, et éviter tout source de problème. Son jeune âge et son manque d'expérience avait été mis à l'épreuve, et pour le moment, le jeune homme a fait preuve de bon sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaël
Ménestrel
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 25
Localisation : En vagabondage lyrique...
Rôle : Répandre mes chants.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 258
- -:

Jeu 8 Juil 2010 - 20:02
[Gallen étant en vacances, je me suis permis de faire parler Dame Fara, ainsi qu'Eogam, et de faire avacer la scène. Si quelque chose ne va pas, n'hésitez pas à me MP!]


Fara jeta à nouveau un regard condescendant aux Compagnons de Bois Doré. Malgré la présence de Marionel, l'aide de ces individus serait salutaire pour reconstruire Aldburg, qui n'avait que trop souffert des tensions passées... Se tournant de nouveau vers l'imposant capitaine Eogam, elle lui adressa un signe de tête.

"Soit, si vos dires ne sont pas que vaines paroles, notre fier peuple vous offrira l'asile. Apportez nous votre aide, et vous serez logés. Ne faites rien, et vous serez laissés à vos ennuis!"


Ce qui, dans la bouche de la Dame de ces lieux, pouvait correspondre à un accord. Elle répondait ainsi aux demandes de Jango Nuage Rouge, l'herboriste.

~~

La Dame d'Alburg venait d'accorder les faveurs à notre petit groupe de voyageurs. Ainsi, nous pénétrâmes dans l'enceinte de la ville. Les soldats rohirrims, équipés avec soin, nous encadrèrent jusqu'aux imposants linteaux de bois de la porte de la cité, menées par Eogam et Dame Fara. Un curieux cortège de tête, à vrai dire. Un géant, tout d'acier et de cuir, aux côtés d'une jeune dame, toute de soie vêtue. Autant dire que le contraste était accusé, d'autant plus que c'était le soldat qui obéissait à la dame. Je souris, intérieurement. Ce pouvoir ne me rappelait pas que de bons souvenirs...

La petite troupe que nous formions fut guidée par les soldats à travers les ruelles de la ville, jusqu'à un ensemble de casernes de bois, au toit de chaume. Nous allions vraisemblablement être hébergés ici, comme nous l'expliquait rapidement Eogam. Puis il nous fit faire un tour rapide de la ville. Elle avait en effet souffert de nombreuses destructions. Des toits, des murs, étaient dégradés, des tonneaux et des chaises jonchaient le sol. L'herbe qui poussait entre les pavés des rues et sur le côté était brulée, de manière éparse. Autant de petites taches noires, qui pouvaient rappeler des cailloux au fond d'une mare d'eau claire: une tentative avortée de porter préjudice à un lieu quelconque...

Nous arrivâmes enfin sur une petite place, où de nombreux citoyens étaient rassemblés. Ils portaient tous un outil, et procédaient à quelques réparations. Ce lieu était apparemment le point de départ des travaux en Aldburg. Eogam nous regarda tous, puis nous indiqua du doigt une petite guérite en bois.

"Si vous tenez réellement à nous apporter assistance, je vous conseillerais d'aller voir vers ce cabanon... On tiendra compte de vos compétences et on vous assignera un poste."


Puis il prit congé. Je me tournai alors vers mes compagnons.

"Camarades. Je vais prendre part aux reconstructions quelques temps, je serais donc toujours à vos côtés durant, peut être, une semaine. Toutefois, mon art devant s'étendre, je partirai. Je ne sais encore quelle direction prendront mes pas, mais, si l'un de vous désire m'accompagner, je ne m'y opposerai pas l'heure venue."


Tout était dit. Il ne restait plus qu'à reconstruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jango
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 15

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: Entre 30 et 40 ans
- -:

Sam 10 Juil 2010 - 19:33
Finalement, l'intervention de Jango, puis de ses compagnons de voyage, s'avérèrent payante. Dame Fara, maîtresse d'Aldburg, détacha son regard de Marionel et accepta d'héberger le groupe, à condition qu'ils aident à la reconstruction de la cité fortifiée. Voyant que sa demande avait été acceptée, Nuage Rouge pencha respectueusement la tête en avant. En tant que commerçant, il connaissait les formules de politesses basiques et une simple inclinaison vers l'avant de la tête était souvent plus efficace qu'une pluie de remerciements. Enfin, dans ce cas là, il valait mieux rajouter une petite phrase :

"Nous ne vous décevrons pas Ma Dame."

Tandis que la noble repartait vers ses appartements, le géant Eogam fit signe au groupe de le suivre à l'intérieur de la ville. Silencieux, Jango regardait le décor presque apocalyptique dans lequel il était arrivé. Bien sûr, il n'avait rien à voir avec la désolation du Mordor mais certaines partie de la cité, et de ses habitants, étaient mal en point. En parlant des citoyens, la plupart s'affairait à travailler à la reconstruction, dégoulinant de fatigue et de sueur. Bref, il s'agissait de la clientèle rêvée pour l'herboriste. Rien de mieux que des ouvriers épuisés pour vendre des poudres anti-douleurs, des herbes médicinales et quelques champignons hallucinogènes. D'ailleurs, quand le colosse blond indiqua le bureau où faire part de ses compétences, Nuage Rouge se dirigea vers le cabanon déclara à la personne qui le tenait, un vieil homme au visage vérolé et amputé des deux jambes :

" Bonjour monsieur, je suis herboriste. Je peux fournir des ravitaillement de premier ordre à vos ouvriers. D'ailleurs, si vous avait besoin d'un quelconque anti-douleur, je peux vous en fournir à un prix défiant toute concurrence."

Sans dire un mot, le vieillard tenta de déchiffrer un livre. Puis, il gribouilla deux trois mots avant de montrer deux sceaux plein d'eau à Jango. Il ne fallait pas en dire plus, Nuage Rouge allait être chargé de la distribution. Il pourrait aussi en profiter pour vendre ses produits. Il prit un long bâton, le passa dans les hanses des récipient et mit le tout en équilibre sur ses épaules. Il se rendit ensuite vers Anaël qui expliquait qu'il allait partir dans une semaine pour parfaire son art. Il proposa donc aux elfes et aux hommes si l'un d'entre eux voulait l'accompagner. ne sachant pas vraiment quand il devrait quitter les lieux, Nuage Rouge répondit :

" De mon côté, je suis un voyageur dans l'âme, je ne vais sûrement pas rester très longtemps. Et je suis toujours prêt à partir. Quand vous aurez envie de quitter la ville, vous n'aurez qu'à passer me voir, j'aviserai le moment venu."


Et oui, quand on a l'habitude d'escroquer des gens, il faut toujours être prêt à quitter un lieu en urgence. Avec un simple sourire, jango regarda les Elfes et Argonui pour connaître leur réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Ven 20 Aoû 2010 - 14:04
HRP: Bonjour à tous, je reprend le rp, Jango, Gwaihir, argonui,anael, si vous soulez continuer, n'hésitez pas !!"

Les jours étaient passés, interminables. la souffrance était présente dans chaque habitataion. chaque famille avait perdu un de ses membres. L'heure était au chagrin et au reccueillement.

le capitaine Eogam fit doubler les tours de garde et tripla les sorties des eoreds afin de protéger la cité et surtout pour une démonstration de force destinée à rassurer les habitants.

Après un accueil plutôt froid, la compagnie fut acceptée. argonui et Gwaihir réalisèrent des tour de garde, leur détermination fut appréciée par les gardes rohirrim. Jango fut chargé d'épauler Dame farma dans la guérison des blessés. Anael lui resta auprès des morts , ses chants en l'honneurs des héros de la bataille d'Aldburg arrachaient des larmes perpétuelles aux femmes du Rohan.

le cas de la compagnie de Bois doré était plus compliqué, Adanael restait renfrogné, il était triste du destin de ses humains, mais Fondcomble lui manquait toujours plus.

Marionel tentait d'aider, elle essaya de se lier avec dame farma, mais celle ci troublée par la rodeuse se montrait froide.La compagnie était logée dans la caserne dans un dortoir unique.

un soir Adanael dit à sa fille

"Nous n'avons rien à faire ici Marionel, et tu le sais ce sont des affaires humaines, admet le , tu cours après des souvenirs "

Marionel resta interdite

"Non" émit elle

Adanel se leva d'un bond

"Nous partons demain, fais ton choix"

Et sans un regard le célébre rodeur alla se reposer.

A l'aube, la compagnie était prête. marionel fixait son père d'un air dur

mais c'est d'une voix mélancolique qu'elle parla

"je dois savoir Père, tu le sais"

D'un ton acerbe Adanael répondit

"Qu'il en soit ainsi, nous t'attendrons à Fondcomble"

puis comme pour adoucir ces propos Adanel embrassa le front de sa fille.

Tout en montant sur sa jument immaculée, Adanel aperçut le regard du capitaine Eogam. Un regard protecteur sur Marionel.

Le rodeur eut un sourire que Marionel ne comprit pas, elle pensa que son père se maoquait d'elle.

Puis sans un signe, la compagnie de Bois doré s'eclipsa .

Marionel resta seule un long moment sentant les regards interrogateurs sur elle. Mais elle devait voir Gallen pour savoir.

A quelques pas derrière, Eogam n'avait perdu aucune miette de la scène et se mit à plaindre l'elfe, un sentiment rare très rare chez lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée de la compagnie de bois doré et de ses compagnons
» Voyage de la compagnie de Bois doré, Argonui, Anael, Jango
» CRUCIFIX TYPE "JANSÉNISTE"
» ser Lorcan Rowan l Chevalier du bois doré.
» La compagnie Gildan ira-t-elle en Haiti ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Le Rohan :: Aldburg-
Sauter vers: