A la recherche de l'endroit idéal pour la loge.

Aller en bas 
Etelion
Pair du Royaume d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 951
Age : 26
Localisation : Assis au pied d'un chêne.
Rôle : Fumeur d'herbe à pipe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Hobbit
- -: 39
- -:

Lun 13 Sep 2010 - 12:08
Tell, Daix et Etelion étaient maintenant dehors tous les trois. Le hobbit avait rabattu son capuchon sur sa tête. S'il pouvait passer pour un enfant, c'était tout aussi bien. Il cacha ses dagues à l'arrière de sa ceinture, cachée elle-même par sa longue cape verte. Un enfant avec un arsenal sur lui, cela aurait paru à coup sûr étrange...

Ils se dirigèrent vers une ruelle sombre. Ils devaient à tous prix éviter les regards des gardes qui faisaient des rondes régulieres dans les rues. S'ils arrêtaient le hobbit et l'assassin, cela pourrait poser problème. Quant à Tell, ça n'en poserait sûrement aucun. Il avait une bonne tête, du genre à éviter tous les contrôles. Etelion aussi, s'il avait été à taille humaine. Ou alors, il fallait continuer à jouer le rôle de l'enfant, mais ses traits le trahiraient probablement. Daix, lui, était trop sombre et éveillerait les soupçons. Même si un assassin devait savoir se mêler à la foule, et même si lui, savait peut-être le faire, il n'y avait pas assez de monde dans les rues, en ce jour triste de par son temps: les nuages gris foncés couvraient le ciel, la pluie serait là d'une minute à l'autre.

Etelion lança aux deux Passeurs d'Etoiles:

- Il est temps d'y aller. Daix, nous commencerons par les lieux que tu as trouvé. Tell, ce sera ton tour ensuite. De par le temps qu'il passe dans la cité, il aura sûrement trouvé l'endroit idéal. Enfin, il faut l'esperer. Et le trouver, ce n'est pas tout. Je vous rappelle que rien n'est acquis... M'enfin, j'imagine que vous en êtes conscients, l'un comme l'autre. Allons-y.

Sur ces mots, le hobbit laissa passer Daix devant et attendit que ce-dernier se mette à avancer dans la direction de l'endroit le plus approprié pour établir la loge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r27.imgfast.net/users/3215/16/77/31/avatars/911-61.jpg
Daix
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 22
Localisation : Vieille-Tombe.
Rôle : Assassin

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Lun 13 Sep 2010 - 18:49
Daix prit la tête du petit groupe sans dire un mot et s'avança dans un pas rapide dans les rues de Minas Thirit, en direction du premier endroit qu'il avait décidé de montrer au hobbit. Il n'y avait personne dehors, le ciel était triste. Noir, maussade, pluvieux. Comme lui. Tant mieux. Il n'y aura personne pour les déranger. Les gardes n'allaient pas jusqu'à l'endroit où il conduisait ses compagnons. Disons que c'était des coins a éviter, et où la plupart des lois ne servaient, de tout façon, plus a rien. Le quartier de son enfance. Celui de son adolescence. Et celui de sa maturité. Toute sa vie, presque. Qu'il aurait quitté a tout moment, si il en avait eu l'occasion. Malheureusement, c'était aussi l'endroit le plus propice pour s'établir, être discret. Car là-bas, personne ne parlait, et personne ne s'occupait des affaires des autres. Car personne ne voulait mourir un peu trop prématurément.

L'assassin ne pensait pas que c'était un endroit parfait pour un hobbit. Mais Etelion semblait assez courageux, et assez grand intérieurement pour ne pas se laisser intimider par les regards en biais qu'il allait surement recevoir. Les gens n'était pas pas habitué de voir des petites personnes a Minas Thirit, surtout dans les bas-fond de la citée. Ils avançaient surement vers ces quartiers, et ils y furent bientôt, quand Daix remarqua un homme, d'une vingtaine d'année, assez grand, qui aurait passer inaperçut dans la foule, mais pas dans la rue vide. L'assassin fit semblant de ne pas l'avoir vu, et commença simplement a prendre de légers détour, qui ne menait nul part, il fit des demi-tours fréquemment. Il continua ainsi pendant cinq bonnes minutes, tournant en rond, sentant les regards intrigués de ses coéquipier derrière. Il ne s'en souciait pas.
L'homme les suivait toujours.
Il les suivait a bonne distance, prudemment, pas assez pour échapper à Daix.
Ce dernier commença par accélérer encore vivement le pas, a prendre de plus en plus de détour, emmenant même les passeurs d'étoiles qui le suivait dans des endroit très très peu connut, de petit passage, malsain. Celui-leur permit de semer leur poursuivant, au moins pour un instant. Cela leur permit aussi de se retrouver devant un des endroits, que Daix avait prévut de montrer à Etelion après. Une petite batisse, sans caractéristique particulière perdu au milieux d'autre maison comme elle, que Daix savait aussi abandonnée. Personne ne venait ici, et un silence pesant régnait. C'était un endroit parfait, l'intérieur de la batisse était assez grand - c'était en réalité une ancienne auberge-, mais le fait qu'elle soit si isolé rendrait suspect le fait que de plus en plus de gens enprennent cette rue. Daix s'assura que la personne qui les avait suivit n'était plus là, devant les regards étonnés de ses compagnons, puis revint vers la porte de la batisse.

- Dites, vous avez beaucoup d'ennemis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etelion
Pair du Royaume d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 951
Age : 26
Localisation : Assis au pied d'un chêne.
Rôle : Fumeur d'herbe à pipe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Hobbit
- -: 39
- -:

Mar 14 Sep 2010 - 12:03
Depuis que Daix avait pris la tête du petit groupe, le rythme de marche avait accéléré. Visiblement, quelque chose n'allait pas. Ou alors, n'était-ce que par simple mesure de sécurité que l'assassin faisait des demi-tours, empruntait des petites ruelles, et trottinait à certains moments. Autant dire que pour les petites jambes du hobbit, emmitouflé dans sa longue cape de voyage, c'était un vrai sport. Heureusement pour lui, il était physiquement prêt pour une multitude d'épreuves. En combat, il misait avant tout sur son endurance, sa rapidité et son agilité. Deux de ces trois qualités étaient testées à ce moment. Au bout d'une dizaine de minutes, Daix s'arrêta devant un batiment, jetant des coups d'oeil de chaque côté de la petite ruelle dans laquelle il se trouvait.

L'édifice était on ne peut plus neutre, perdu au milieu de ses semblables. Gris, simple, sur deux étages. L'ancienne auberge était plus large que le reste des maisons qui se trouvaient autour, mais de la même hauteur. Le lieu était caché derrière plusieurs autres ruelles du même genre. La discretion serait assurée... tant que les Passeurs d'Etoiles n'arriveraient pas ici en nombre. Ce qui, malheureusement, pourrait être le cas lors de certaines missions ou de coup dur. Alors que le kuduk avait entrouvert la porte et admiré la taille plus que satisfaisante de la bâtisse, Daix lui posa une question.

- Dites, vous avez beaucoup d'ennemis ?
- Un certain nombre, répondit le semi-homme à voix basse. Le problème, c'est que leur identité reste dans l'ombre. Vous faites allusion à l'homme qui nous suivait depuis tout à l'heure ? Je ne l'ai remarqué que quand vous avez acceleré le pas subitement. Vous êtes vifs et avez de bon réflexes, c'est une bonne chose. D'aprés la discretion de notre poursuivant, je dirai que c'est un amateur dans ce métier. Nous ne craindrons rien de lui tant qu'il ne verra pas l'endroit où nous atterirons au final. Celui-ci aurait pu être interessant, mais il y a trop de fenetres au rez-de-chaussée à mon goût, et l'endroit n'est pas idéal. Parmi les Passeurs, il y aura probablement des personnes de haut rang. Les entrainer dans un coin si malfamé ne serait pas une bonne idée, même pour la discretion. Laquelle serait, soit dit en passant, entravée par les allers-retours des Passeurs. Continuons.
- J'ai trouvé un endroit non loin d'ici, dit Tell d'une voix monotone. Rue plus fréquentée, mais le batiment est tout aussi pourvu de fenetres au rez de chaussée. De même, il est moins grand, mais il vaut le coup d'oeil.
- Allons-y.

Tell prit, à son tour, la tête de la marche. Au bout d'environ cinq minutes de marche, en prenant certains précautions pour ne pas recroiser l'homme qui les suivait plus tôt, les trois Passeurs arrivèrent en face d'un nouveau batiment. Cette fois, moins haut et moins large. Une maison comme une autre. Tell entra en premier, poussant la porte en bois. Une fois tout le monde à l'intérieur, il exposa les bons et mauvais points.

- Il y a deux portes lourdes, devant - celle ci - et derrière, un second passage donnant sur une rue parallèle et moins fréquentée. Pour alterner les entrées et les sorties, ça pourrait être une bonne chose. Malheureusement pour nous, le bois du sol au premier étage est de mauvaise qualité, et à cause de son âge probable, il risque de craquer si trop de monde monte en même temps.
- Effectivement, ce n'est qu'un détail mais ça pourrait poser des problèmes. Je vais être trés éxigent pour l'endroit de la création de la loge. Je vous rappele ce que serait l'idéal: deux portes lourdes comme ici, une donnant sur une rue principale, l'autre sur une rue secondaire peu fréquentée. Un bâtiment peu voyant, inintéressant de l'extérieur, gris et sale - de l'extérieur seulement ! Deux étages au dessus du rez-de-chaussée, un pour un dortoir, l'autre partagé en une salle de confort et une de réunion stratégique. Le Rez-de-chaussée servirait d'accueil, de cuisine, et de salle à manger. Pas plus de deux fenetres donnant sur la grande rue, avec volets renforcés métalliques. Ca, nous pourrons l'installer nous-mêmes. Chaque porte à l'intérieur du bâtiment devra être épaisse, solide, et renforcée avec du métal. Finalement, il faudrait des sorties de secours discrètes. Une sur le toît, une autre sous-terraine, par exemple, seraient idéales. Je vous suis, maintenant, en ésperant que quelque chose répondre à mes attentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r27.imgfast.net/users/3215/16/77/31/avatars/911-61.jpg
Daix
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 22
Localisation : Vieille-Tombe.
Rôle : Assassin

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Jeu 16 Sep 2010 - 21:46
- Je connais un endroit qui correspond a peu de chose prêt a ce que vous recherchez. C'est une ancienne cachette de mon ancien employeur, qui s'en servait comme vous allez le faire : il formait des assassins, les logeaient... Je le sais parce que je suis resté 5 ans en prison là-bas, j'ai put analysé l'endroit. C'est assez grand, peu de fenêtre, deux étages, se trouvant dans une rue assez fréquenté par toute sorte de personne, aussi bien noble que pauvre. Les Passeurs passeront inaperçues. Je sais aussi que nous ne serons pas gêné par mon ancien employeur puisqu'il ne va jamais au même endroit... malheureusement. Nous pouvons y jeter un coup. Il n'y aura personne dans les rues de toute façon, et il me semble que nous avons bel et bien semer notre poursuivant, puisqu'il met impossible de l'entendre ni de le voir, ce qui veut dire qu'il n'est plus là. Allons-y.

Daix reprit la tête du groupe, marchant un peu plus lentement que tout a l'heure, pour faire moins de bruit, pour mieux pouvoir entendre. Car l'affirmation qu'il avait donné sur leur poursuivant n'était peut être vrai. L'assassin soupçonnait ce dernier de jouer double jeu, et d'être beaucoup plus doué pour pister discrètement les gens que lui-même. Daix comprenait parfaitement la technique, si technique il y avait, que cet homme pouvait utilisé pour les endormir dans des espoirs et pour faire leur baisser leurs gardes : faire exprès de se faire voir, de passer pour un débutant, un amateur, pour embrouiller leurs esprits et leur faire croire qu'ils avaient réussit a le semer car il ne pouvait plus le voir, ni l'entendre. C'était une technique souvent utilisé dans l'espionnage. Et Daix le savait bien. Il redoubla donc de vigilence.

Il crut, a plusieurs reprises, entendre des bruits de pas, et une lointaine respiration, mais le son s'évaporait a chaque fois dans la nuit noir et silencieuse. Le bruit que faisait la légère pluie qui tombait n'arrangeait pas les choses. Une sorte de brume peu épaisse s'était même formée, qui réduisait encore la visibilité. Tout était propice a une embuscade, et le temps était idéal pour quelqu'un qui voulait ne pas se faire voir. Malgré tout, ils arrivèrent a la grande demeure que Daix avait décrit, sans qu'il n'ait put attraper, ni voir personne. La haute stature du petit manoir imposant, ravivant de vives douleurs dans son esprit, le coupa a toute ses interrogations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etelion
Pair du Royaume d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 951
Age : 26
Localisation : Assis au pied d'un chêne.
Rôle : Fumeur d'herbe à pipe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Hobbit
- -: 39
- -:

Ven 17 Sep 2010 - 14:28
Tout comme Daix l'avait décrit, il s'agissait d'une bâtisse de deux étages, sans compter le rez-de-chaussée. Elle aurait pu paraître bourgeoise si elle n'avait pas été si grise, avec si peu de fenêtres. En réalité, tout le monde aurait pu prendre cet endroit pour une maison close... Sombre mais pas délabré, grand mais pas suspect... C'était, à coup sûr, l'endroit rêvé pour installer la loge des Passeurs d'Etoile. Pour en avoir le coeur net, ils devaient rentrer à l'intérieur et faire un tour du propriétaire.
En voyant Daix se retourner plusieurs fois, regardant attentivement chaque côté de la rue ainsi que les toits, le kuduk comprit directement que l'homme qui les avait suivi quelques dizaines de minutes plus tôt avait probablement repris la filature.

- Daix. Faites le tour du paté de maison, trouvez moi celui qui nous suit, si quelqu'un nous suit vraiment. Si vous le trouvez que vous n'arrivez pas à l'attraper, je ne vous en tiendrai pas rigueur. Dans ce cas, soyez capable de me faire une description parfaite de cet homme. Si vous y arrivez, bandez lui les yeux, attachez lui les bras, et amenez le à l'intérieur en passant par la porte de derrière. En esperant qu'il y en ai une.

Sur ces mots, le hobbit tourna les talons, suivit de prés par Tell, et se dirigea vers la grande porte d'entrée. Lorsqu'il la poussa, un long grincement assez désagréable se fit entendre et ils arrivèrent dans un grand hall haut de plafond. Sur le côté, collé au mur droit, un escalier en pierre blanche donnait sur le premier étage. Au fond du hall, il y avait plusieurs portes. Aprés une courte inspection, une d'entre elle donnait sur un grand salon, une autre sur la cuisine, de taille moyenne, une autre encore sur un bureau, et une dernière sur une petite chambre.

Au premier étage, une grande salle, qui pourrait être aménagée en dortoir, et d'autres chambres sur le côté, ainsi qu'un nouveau salon, légèrement plus petit que celui du bas, relié à une bibliothèque vide de livres. Dans le salon, une cheminée en pierre blanche, grisée par le temps et la fumée. Au fond du couloir, un autre escalier, de moitié plus petit que celui du rez-de-chaussée, en pierre, lui aussi. Le dernier étage était découpé en deux grandes salles, séparées par un petit couloir. L'une des deux salles était pourvue d'une longue table. Cela pourrait faire office de salle de réunion. La seconde salle était une grande bibliothèque, vide elle-aussi, hormis quelques livres ayant été oubliés sur le sol. Cette salle pourrait être réaménagée.

Etelion redescendit au rez-de-chaussée et y découvrir une porte, cachée sous l'escalier. Il l'ouvrit difficilement, elle était aussi lourde que celle de l'entrée. Elle donnait directement sur un sous-sol. Le hobbit se prépara une torche et une dizaine de minutes plus tard, il descendait l'escalier de pierre noire. Le sous-sol était une série de quelques couloirs peu étroits et humides. Des portes donnaient sur ce qui pouvait servir de cachots. Tout au fond, un long couloir, plus étroit encore que les précédents, donnant sur l'extérieur à travers une porte au sol extremement bien camouflée. Le kuduk revint sur ses pas et dit à Tell:

- C'est parfait. Une sortie par en bas, une par les toits, deux portes - devant et derrière, des portes lourdes devant et derrière. Apparemment, l'ancien propriétaire était un bourgeois, bien dans son petit confort. Largement assez de salles pour nous établir tranquillement. Bref, il faut trouver le propriétaire et lui acheter au prix fort, afin que personne ne vienne nous déranger. Il y a de nombreux aménagements à faire, ici. Et nous en aurons pour un moment. Surtout à trois... Tell, c'est toi qui iras acheter cette grande maison. Il faut mieux que personne ne voit Daix, dans son intérêt, et moi, un hobbit, ça paraitrait beaucoup trop étrange. D'ailleurs, en parlant de Daix, où en est-il à ton avis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r27.imgfast.net/users/3215/16/77/31/avatars/911-61.jpg
Daix
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 22
Localisation : Vieille-Tombe.
Rôle : Assassin

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Ven 17 Sep 2010 - 18:37
L'assassin fit demi tour sans un mot. Il s'aventura dans une petite rue, perpendiculaire à celle où se trouvait Etelion et Tell. Si une personne les espionnait, il n'y avait que sur les toîts qu'elle pourrait les voir, la rue n'offrant pas assez de cachette, même avec le temps brumeux. Et Daix savait que les petites rues peu fréquentées offraient toute des moyens d'accès faciles aux toîts. Et Daix savait aussi que cette même petite rue permettait d'accèder a d'autres ruelles, parrallèles a la principale, et où se trouvaient les portes d'accès arrières aux maisons qui en possédaient. Il aggripa un interstice et se hissa sur le toît de la maison voisine au "petit manoir". Il savait qu'il ne verrait pas l'espion directement, si espion il y avait, car ce dernier avait dut se rendre compte que sa couverture était foutue.
Daix devrait donc ruser.
Il se déplaca discrétement, et d'un bond, se retrouva de l'autre coté de la ruelle menant aux portes de derrière, ce qui le fit arriver sur la maison se trouvant derrière. Il essaya de perçé le brouillard en direction du toît de la grande bâtisse; mais impossible de voir quoi que ce soit. Il s'avança doucement, accroupit, tout près du bord. Assez près du vide pour tomber a la moindre bourrasque. Il plissa les yeux, encore.
Quelque chose lui disait qu'il ne cherchait pas rien. Il y avait quelqu'un. Il en était certain. C'est cette détermination qui le fit tenir sur le bord sans bouger pendant deux minutes, quand la réalité sous forme de coup de vent revint a lui. Il se rattrapa de justesse, évitant la chute, se remit en position et...
Là. Une forme. Plus sombre que le brouillard grisâtre. Une tache noir sur un tissu gris foncés. Il ne l'aurait jamais remarqué si la silhouette n'aurait pas bougé. Apparemment, l'homme s'apprêtait a partir et ne semblait pas avoir remarqué Daix. Ce dernier fit demi tour pour prendre son élan, et sauta par dessus la ruelle, pour atterrir sur le toit inégal de ce qui pourrait être la première loge. Il retomba un peu trop bruyamment a son goût, avec un léger bruit qui ne semblait pas avoir échappé a l'espion. Celui-ci se retourna vivement et vit Daix, a une dizaine de mètre. Il accéléra alors, mais les pierres glissantes et la faible visibilité le fit trébucher et l'assassin fut sur lui en quelque seconde. Il lui tordit le bras droit qui tentait l'envoyer à terre, ce qui arracha un gros de douleur a son adversaire et il cessa presque de débattre pendant un temps qui permit a l'assassin qui pris le dessus. Daix attacha les mains de l'espion avec un petit bout de corde qu'il avait dans sa poche et le prit au cou pour l'immobiliser. Il entreprit ensuite lui bander les yeux et de le bayoner.
" Il faudra bien que ça tienne..."
Après l'avoir lever, il poussa l'homme vers le bord du toit inégale, coté ruelle. Il le poussa dans le vide, et l'espion tomba lourdement sur le sol, avec un cri de douleur. "Évidement, une chute non contrôlé de cinq mètres fait toujours mal. J'espère qu'il a au moins une jambe pétée." C'était surement le cas. Cinq mètres, même en pouvant contrôle sa chute, c'était toujours dangereux. C'est pour cela que Daix ne prit, lui, aucun risque, et descendit plus doucement en se rattrapant au dernier moment a une pierre qui dépassait légèrement, puis il se laissa doucement tomber.

Ils rentrèrent par la porte de derrière, que Daix avait du crocheter. Il guidait son prisonnier, qui n'était apparemment pas fait pour le combat ni pour ce genre d'escalade, boitait méchamment, et chaque pas, il laissa un cri s'échappait de sa bouche, qu'il essayait de rendre discret, peut être pour garder un peu d'honneur. Ils retrouvèrent Etelion et Tell qui était en train d'explorer la maison, au détour d'un couloir.

- Dites les gars, j'ai trouvé notre admirateur secret. J'espère que vous n'en aurez pas besoin pour faire la course. Je suis pas sur qu'il arriverait a gagner contre un canard. Sauf si vous lui laissez au moins cinq cent mètres d'avance, et encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etelion
Pair du Royaume d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 951
Age : 26
Localisation : Assis au pied d'un chêne.
Rôle : Fumeur d'herbe à pipe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Hobbit
- -: 39
- -:

Sam 18 Sep 2010 - 22:12
Aprés la visite, Tell et Etelion discutaient, assis sur des chaises en mauvais état dans la cuisine, de tous les travaux qu'ils devraient refaire à l'intérieur. Le rez-de-chaussée ne devait pas être trop luxueux, et même assez vide. En tout cas, de l'extérieur, puisqu'il était possible de voir lorsque quelqu'un entrait par la porte de devant. Chaque détail comptait, et il ne fallait rien oublier. Cet endroit serait la première loge créée à Minas Tirith, et elle se devait, de ce fait, d'être sans faille. En haut, comme prévu, ils réaménageraient les pièces en dortoirs, chambres, salles de réunion et de détente, ainsi qu'une bibliothèque. D'autres travaux, plus basiques, devaient être faits, eux aussi. Par exemple, il était nécessaire de changer les portes, pour des portes plus lourdes, de mieux camoufler la sortie du sous-sol et celle du toit, de renforcer les fenêtres et tout point visible et facilement atteignable de l'extérieur.

Une courte dizaine de minute aprés que le groupe se soit divisé en deux, le hobbit et le messager d'un côté, l'assassin de l'autre, un bruit de porte se fit entendre. Prés de la cuisine se trouvait la porte donnant sur l'arrière du bâtiment et sur les petites ruelles secondaires. D'un bond, Etelion était dans le couloir faisant face à la porte, Tell à ses côtés. N'importe qui pouvait surgir de cette porte. Par chance, c'est un visage connu qu'ils aperçurent dans l'ombre du couloir. Daix était revenu, poussant un homme de moyenne stature, brun, aux cheveux mi-longs et sales. Aprés avoir refermé la porte derrière lui, l'assassin dit au hobbit:

- Dites les gars, j'ai trouvé notre admirateur secret. J'espère que vous n'en aurez pas besoin pour faire la course. Je suis pas sur qu'il arriverait a gagner contre un canard. Sauf si vous lui laissez au moins cinq cent mètres d'avance, et encore.
- Efficace. Tu nous seras encore bien plus utile que ce que je pensais. C'est une bonne chose. Tu peux aller flâner si tu le souhaites, ou rester ici. Ah, apparemment tu l'as amoché... Comprenant en retard l'humour de l'assassin, Etelion sourit et continua à parler d'une voix sèche pour ne pas trahir sa décontraction devant l'homme. Bon, à ton tour... Tu as deux solutions. Soit tu nous parles avec une grande chance de rester en vie, soit tu ne nous parles pas. Et là, tu auras mal. Et tu mourras, bien sûr. Bon, dis le nous franchement. Qui es-tu ? Pourquoi nous suivais-tu, et pour qui travailles-tu ? Etant donné le peu de temps qu'il a fallu à mon ami ici présent pour t'attrapper et te mettre dans un état pareil, j'imagine que tu n'as pas l'habitude de faire ça... Ou alors, tu es simplement mauvais. Dans un cas comme dans l'autre, tu n'es pas dangereux pour nous. Mais nous, nous le sommes pour toi. Alors, des réponses.

Sur ces derniers mots, le hobbit enleva le gros morceau de tissu enfoncé dans la bouche du captif. L'homme resta muet. Le semi-homme ne parla pas, ne le menaça pas davantage. Sous la pression du silence, le brun parla enfin, la voix légèrement tremblotante. Pour sûr, ce n'était pas un professionnel... Loin de là.

- Je... Je m'appelle Yorilas, je suis mercenaire... On m'a donné pour mission de suivre le meneur de ce groupe...
- Qui t'a donné cette mission ?
- Je peux pas vous l'dire... S'il l'apprenait, ça en serait fini de moi...
- Et crois-tu que la situation est tellement différente maintenant ? Si tu réponds à nos questions, tu auras le temps de t'organiser et de fuir la ville. Si tu ne le fais pas, tu finiras ta triste vie ici, sur ces dalles.

En réalité, Etelion ne savait s'il aurait le temps de ne parcourir que la moitié de la rue principale qui descendait vers la porte. Si ses employeurs étaient aussi sévères qu'il le prétendait, et s'il n'étaient pas des amateurs, contrairement à lui, il était fort probable que sa vie se finisse dans les murs de la cité blanche. Peu importait.

- Je ne sais pas son nom... Mais je sais que ce n'est pas en rapport avec le garçon, ni même avec l'autre dans sa cape de voyage. C'est l'assassin. On m'a dit qu'il avait à voir avec des certaines choses, et qu'il fallait le retrouver... Je devais juste le suivre et connaitre sa cachette. Je vous jure, je sais pas qui c'est, celui qui m'a embauché. Deux hommes m'ont rencontré un soir dans une auberge... Ils connaissaient ma réputation de mercenaire, et m'ont payé pour cette mission... J'ai reçu deux mille pièces d'or, vous imaginez !? Et ce n'était que la moitié de mon dû... J'ai foncé tête baissé... Mais je ne vous veux rien.
- Où deviez-vous retrouver ces hommes une fois votre contrat terminé ?
- Dans une auberge, dans les quartiers à quelques rues d'ici, j'avais jusqu'à ce soir, à la nuit tombée.
- Bien, merci.

Le hobbit frappa l'homme à la jambe, pour qu'il soit à sa taille, lequel lacha un cri, cause de la blessure provoquée par la course poursuite, et le refrappa avec le pommeau d'une de ses dagues, sur le haut du crâne. Assomé, il tomba à terre.

- Bon, on devrait en avoir pour deux heures de tranquillité. Il est pas bien adroit, ni intelligent, mais il parait robuste. Daix, tu connaitrais, toi, quelqu'un qui t'en voudrait ? Ou qui te rechercherait ? Je ne pense pas qu'il mentait, et je ne vois pas l'Ordre de la Couronne de Fer nous envoyer un novice alors qu'ils ont sous la main des hommes compétents... En plus, ses dirigeants ne sont pas assez idiots pour donner rendez-vous à un moment et un lieu précis... Quant à la maison, elle me semble idéale. Et si j'ai bien compris, vous n'avez rien trouvé de mieux. C'est en tout cas ce que me disait Tell tout à l'heure. Daix, peut-être..? Bien que ça me parait réellement difficile de trouver plus intéressant que celle-ci... Ah, au fait Daix, si jamais vous voulez que l'on aille au rendez-vous... De toute façon, nous serons bien forcé de le faire. En espérant que tout cela ne soit pas prévu par ses employeurs... Sans quoi, nous nous jeterions dans la gueule du loup comme le feraient des enfants devant une belle fleur. qu'en pensez-vous !?

Le hobbit posait une avalanche de questions, pour s'assurer des réponses de l'assassin. Même s'il avait confiance en lui, tout le monde avait des secrets, et il était possible que les siens nuisent à la loge. Il fallait en être bien sûr. Le kuduk attendit donc les réponses qu'il attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r27.imgfast.net/users/3215/16/77/31/avatars/911-61.jpg
Daix
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 22
Localisation : Vieille-Tombe.
Rôle : Assassin

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Dim 19 Sep 2010 - 21:48
Daix s'était tut. Les révélations qu'avait donné le mercenaire avait médusé l'assassin. Celui-ci avait de suite comprit de quoi il en retournait. Il avait de suite comprit qui pouvait être l'employeur du mercenaire. C'était évident. De tout façon, Daix n'avait que des ennemis, mais des ennemis qui ne le connaissait pas.
Sauf un.

- Si c'est un piège ? Évidemment que c'en est un. Et je sais qui l'a préparer. C'est une affaire qui me concerne... enfin, normalement. Le fait qu'on ait essayé de nous espionner, alors qu'on cherchait un endroit où s'installer n'est pas anodin. Je pense, non, je suis certain, que la personne en question s'appelle Chôbag. C'est un criminel important, devenu noble, sans aucune pitié et qui emplois des gens qui lui ressemblent pour assassiner les gens qui l'incommodent. J'ai fait partit des gens qui l'ont aidé, maintenant je suis sa cible, depuis un... léger soucis, qu'on a eu, lui et moi. Il ne dit jamais pourquoi on doit tuer pour lui, il ne dévoile pas les raisons des meurtres qu'il commet indirectement. Mais c'est quelqu'un d'ambitieux. Très ambitieux, si vous voyez ce que je veux dire. S'allier avec un groupuscule de personne pour avoir plus de pouvoir ne m'étonnerait pas de sa part. Et La Couronne de Fer pourrait être un bon allier pour lui. Cet homme que nous avons capturer, nous a été livré. Bien sur il ne le sait pas. Mais Chôbag savait qu'on aller réussir a le prendre, et a le faire parler. Malheureusement, il ne sait rien d'intéressant sauf... un lieu de rendez-vous. Je vous rassure, Chôbag non plus n'aurait jamais un lieu et un moment précis... il aime les énigmes, les lieux flous, les rencontres a la sauvette. Regarder ce qu'il nous envoi. Une autre énigme. Car il sait pertinemment que nous découvrirons son statagème, il me connait trop bien. Et il sait aussi que nous n'avons d'autre choix que de foncer tête baissé. Car si il a fait ça, c'est qu'il a un message a faire passer, quelque chose a nous dire. A vous de voir ce qu'il convient de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etelion
Pair du Royaume d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 951
Age : 26
Localisation : Assis au pied d'un chêne.
Rôle : Fumeur d'herbe à pipe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Hobbit
- -: 39
- -:

Mer 22 Sep 2010 - 17:18
Les différents points de l'exposé de Daix quant à Chôbag, cet homme mystérieux engageant des assassins, étaient resté ancrés dans la tête du semi-homme. D'aprés ses dires, ce dénommé Chôbag - un nom bien étrange - avait à coup sûr envoyé l'espion amateur dans le seul but qu'il nous communique une information paraissant crédible. Le hobbit aurait dû s'en douter... Un rendez-vous, à en endroit précis, à une date précise... Se rendre au rendez-vous, c'était se jeter dans la gueule du loup, et se faire emprisonner, ou tuer... Qui sait lequel des deux est le pire. Tout tournait trés vite dans l'esprit d'Etelion. Qu'est-ce que l'ordre de la couronne de fer viendrait-elle faire là ? Non, c'était plutôt logique. Minas Tirith, la grande et majestueuse cité blanche, capitale du Gondor. S'il fallait attaquer quelque part pour marquer les mémoires, c'était bien là et pas ailleurs. Mais l'OCF n'oserait peut-être pas... Pas tout de suite. Quoi qu'il pouvait en être, l'ordre devait obligatoirement, dans une étape de sa prise de pouvoir, s'imicer dans la vie gondorienne. Et pour cela, il fallait des contacts. Chôbag, qui avait visiblement la main longue, semblait être la personne idéale.

- Nous irons. Il nous reste bien quatre heures avant le coucher du soleil. Reposons-nous. Je veux savoir ce que ce Chôbag nous veut et si, oui ou non, il travaille avec l'Ordre. Il nous faut établir un plan rapidement. Daix, c'est vous qui irez discuter avec lui. Je sais qu'il vous en veut à mort, mais je me vois mal me présenter, et il faut mieux éviter qu'il ne voit Tell, puisque c'est lui qui sera censé acheter cette demeure. Donc, Daix, si vous n'y voyez aucun inconvénient... Ce sera à vous de jouer d'ici quelques heures. Si vous sentez le danger, voyez quelque chose qui vous parait étrange, vous ferez ce signe. Accompagnant les mots, Etelion pinça sa chemise juste au dessus des hanches. Un mouvement discret, auquel il ferait attention. Vous resterez dans la salle principale de l'auberge. Tell ira se restaurer dans cette auberge, comme un client quelconque, mais gardera un oeil sur vous. Vous n'entrerez pas en même temps. De même, vous ne sortirez pas par la même porte d'ici. Sait-on jamais. Visiblement, on va devoir renforcer les fenêtres et les portes plus tôt que prévu. Moi, je vous accompagnerai discrètement. Je vous couvrirai s'il se passe quelque chose de... disons, d'embarassant. Si vous avez quelque chose à dire, faites-le, ensuite nous partirons à l'auberge et ferons comme nous l'avons dit.

En attendant les possibles remarques de Daix et du messager, Etelion alla ramasser ses affaires. Dagues cachées sous sa cape, arbalète au poignet, il était prêt. Tell s'était lui aussi préparé et ne dit pas un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r27.imgfast.net/users/3215/16/77/31/avatars/911-61.jpg
Daix
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 22
Localisation : Vieille-Tombe.
Rôle : Assassin

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Lun 27 Sep 2010 - 21:04
Daix eut une petite moue négative. Etelion ignorait bien trop de chose sur Chôbag, cela se voyait.

- Bon. Écoutez. Le danger, dans cette auberge sera permanent. Partout. Partout, partout, partout. Les clients n'en seront pas vraiment. Le barman même sera payé. Ce sera un piège parfait. Sans aucune échappatoire. J'ai étudier des années Chôbag. Je sais comment il procède. Je sais ce qu'il fera. Mais il n'essayera pas de nous tuer. Sinon il l'aurait déjà fait. Non, il attend quelque chose de nous. De moi. Il ne doit pas vous voir, Etelion. Et encore moins Tell. De tout façon il ne pourra tout simplement pas ce faire passer pour un simple client. Il n'y en aura pas. Je pense qu'il aura un moyen de...

Daix s'interrompit. Un déclic s'était produit. Il comprit alors.

- Lenay...

Chôbag détenait l'elfe. C'était évident. Comment il avait su, Daix n'en savait rien. Personne ne savait rien de sa relation avec Lenay... La lettre, la peur... tout avait été calculé. Tout avait été fait pour l'assassin commettes une erreur, au moment où Chôbag lui annoncerait qu'il avait un "moyen de pression" comme celui-ci. Il en était certain. Et Daix ne voulait pour rien au monde risquer la vie de Lenay a cause de sa colère ou d'une erreur.
Oh, non.
Ca, c'était sur.

- Etelion... Vous devrez rester ici. Tell aussi. C'est un ordre. Si je peux me permettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etelion
Pair du Royaume d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 951
Age : 26
Localisation : Assis au pied d'un chêne.
Rôle : Fumeur d'herbe à pipe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Hobbit
- -: 39
- -:

Sam 2 Oct 2010 - 13:09
[Désolé du retard, j'ai pas géré ce coup là Sad J'éspere que tu me pardonneras ! *supplie*]


Daix expliqua le trés probable piège préparé par ce Chôbag dans l'auberge où avait été fixé le rendez-vous avec l'espion de dernière catégorie. En effet, il n'y aurait pas la moindre échappatoire. Même à trois, ce serait réellement difficile de s'en sortir. Mais pas impossible. C'est en tout cas ce que pensait le hobbit. Lui-même s'était sorti de situations bien délicates, et toujours entier. La preuve était son corps: peu de marques de combat, alors qu'il en avait mené beaucoup. Ici-même, dans la majestueuse cité blanche, alors que des elfes renégats venaient s'emparer du palentir. Une sale histoire. Tout à coup, Le regard de l'assassin changea, passant de la certitude à quelque chose qui ressemblait à de la peur. Mais pas de la peur pour quelqu'un, non, pas du tout. De la peur pour une personne...

- Lenay...

L'homme ne continua pas. Pendant plusieurs longues secondes, il ne rajouta pas un mot. Visiblement, il réfléchissait à cette personne. Homme ou femme, il n'en savait rien. Ce qui était sûr, c'est que c'était quelqu'un d'apparemment important pour lui. Aussi rapidement que la fois précédente, son regard changea. Cette fois, la détermination se lisait aisément dans ses yeux. Et à ce moment précis, Etelion craignait que l'assassin ne fasse une bêtise. Ce-dernier annonça, d'une voix solennelle:

- Etelion... Vous devrez rester ici. Tell aussi. C'est un ordre. Si je peux me permettre.

Pesant bien ces mots, le kuduk répondit. L'heure était grave. Daix voulait se jeter dans la gueule du loup. Sauf que, pour la loge des Passeurs d'Etoiles de Minas Tirith, cet homme était essentiel de par ses connaissances et son talent certain, tout comme l'était Tell et comme il l'était lui-même.

- Visiblement, ce ou cette Lenay est quelqu'un d'important à vos yeux. Je ne vois pas comment vous refuser cela. Cependant, Tell vous suivra par les toits, jusqu'à ce que vous arriviez à l'auberge. Et jusqu'à ce que vous en ressortiez. Passé deux heures, il viendra me voir. J'espere que ce temps vous sera suffisant.
- Ne vous inquietez pas pour moi
, répondit le concerné, je sais me montrer discret quand il le faut. C'est aussi ça, être messager. J'ai des capacités que vous n'imagineriez pas. Quoi que vous direz, je vous suivrai. C'est comme ça.
- Bien, Tell. Moi, je resterai ici. J'ai des plans à faire.


Sur ces mots, Etelion sortit d'une de ses bourses un crayon de mine, qu'il tailla rapidement avec une de ses dagues, et un morceau de papier légèrement taché. Il s'en alla vers la cuisine et commença à faire ce qui pourrait être l'état des lieux. Beaucoup de choses étaient à refaire. Premièrement, pour le côté sécuritaire, ensuite pour le côté pratique, et finalement pour le côté esthétique - à ne pas négliger. Des invités de marque pourraient se présenter à leur porte. L'accueil devait être à la hauteur. Le travail de la Loge était avant tout diplomatique, et chaque impression était bonne à prendre. Surtout lorsqu'elle se révelait être positive. Tell alla directement au dernier étage et se hissa sur le toit. Daix, quand à lui, devrait sortir pas la porte de derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r27.imgfast.net/users/3215/16/77/31/avatars/911-61.jpg
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A la recherche d'un endroit calme [libre]
» [RECHERCHE] Femme pour mariage
» 6 mois sans gouvernement
» The dream collapse - Jillou
» RECHERCHE FA JUSQU'A FIN AOUT POUR PETIT CHIEN 64

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Minas Tirith et Gondor - :: Les Ruelles du Premier Cercle-
Sauter vers: