L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
Forlong

Nombre de messages : 3024
Age : 27
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyMar 28 Sep 2010 - 22:34
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Paladin m-8

Le général Galahdan descendait d'un pas distingué l'escalier menant de la Citadelle vers la Cité. Un léger sourire était apparu sur ses lèvres fines, n'enlevant cependant rien au sérieux de ce personnage. Une armure argentée recouvrait sa poitrine, une cape pourpre attachée à ses épaules disparaissait dans son dos. Sa lame, une épée de bel ouvrage venant des forges de Gondolin, pendait à sa ceinture.

Galahdan était un des personnages les plus influents à Gar Thulion en ce moment. Excellent stratège et guerrier puissant, il avait l'ardeur pour forcer ses confrères à agir. Et ce matin, il avait gagné. Il avait mit fin aux songes mélancoliques des elfes de Gar Thulion, à leurs réflexions sur l'immortalité. Ses arguments étaient simples. La paix ne durera pas éternellement. Nos ennemis finiront par nous trouver. Qu'ils soient humains, orcs, ou d'une autre race, ils découvriront et s'attaqueront à notre cité cachée. Comme ils le firent avec tant d'autres repères antiques, dont Gondolin.

Lorsque cela arrivera, il faudra se battre. Nous avons besoin de guerriers, de vétérans. Pas des philosophes. Nos jeunes soldats ont besoin d'apprendre l'art de la guerre en pratique.

Ainsi, un appel sera lancé. Des courriers seront envoyés dans la Forêt Noire, à Fondcombe, à Lothlorien, aux Havres Gris. Faisant appel à des jeunes capitaines et guerriers de se joindre à la lutte. Une expédition qui partira dans les terres froides, voisines de l'Arnor. Tuer des ennemis antiques, qui avaient à nouveau monté en puissance. Les gobelins.

La main de Galahdan se serra sur le pommeau de son épée...l'acier antique brillera à nouveau en présence de gobelins.

***

Des messagers partirent le jour même vers les cités elfiques...l'appel était lancé.

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Boutei12
Voici l'une des 7 bouteilles d'Alioth ! Sur l'étiquette, on peut y lire ceci :

Galahdan va se rallier à l'Ordre de la Couronne de Fer.

Sur le bouchon de liège, vous parvenez à lire...

Wpjdj wfojs m'ijwfs, uvfvs ef qbvwsft hfot.


L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Signtest11_1

Membre des Orange Brothers aka The Good Cop


Dernière édition par Forlong le Jeu 7 Oct 2010 - 19:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tara Tylanhnem
Capitaine de la Garde
Tara Tylanhnem

Nombre de messages : 13
Age : 26
Localisation : Partout à la fois...
Rôle : Guerrier Elfe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Cent douze années standard.
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyMer 29 Sep 2010 - 15:31
Le vent soufflait légèrement sur le visage de Tara. Le soleil commençait à apparaitre à l’Est. L’elfe plissa les yeux, elle venait de passer quarante huit heures dehors. Elle était en chasse. Après un groupe de gobelin. Tara jeta un regard rapide autour d’elle, puis elle se laissa tomber du haut d’un arbre. Elle atterrit souplement avec grâce. La jeune femme avait suivit la trace de ses proies sur plusieurs centaines de kilomètres.

Tara s’accroupit et posa son regard sur le sol, sa main s’enfonça légèrement dans le sol, la trace des gobelins était récente, très récente. Elle se releva, et se mis à écouter, le bruissement léger des arbres. Les oiseaux habituellement très bavards ne chantaient plus. Tara posa délicatement sa main sur la paume de son épée. Un craquement qui aurait été imperceptible pour un être autre qu’un elfe, fit battre son cœur légèrement plus vite. Tara dégaina Dar’ à une vitesse folle, prête à découper le fou qui oserait s’approcher. Mais la jeune elfe se retrouva nez à nez avec un gros loup. Le chien blanc ne semblait pas lui porter grand intérêt . Il la regarda quelque secondes avant de disparaitre dans la forêt.

La jeune femme rangea son épée, il fallait l’admettre. Elle venait de perdre la trace des gobelins. Prudemment elle fit demi tour, elle avait du chemin à faire. Très vite la jeune femme passa d’un pas rapide, à un pas de course. A cette vitesse elle serait à Foncombe dans la soirée. Le retour se passa sans encombres. Elle arriva devant la grande ville elfe en fin de soirée, la garde patrouillait. Elle fit une halte pour saluer ses hommes, puis elle se dirigea vers la caserne.

Un coursier la rattrapa avant qu’elle ne pénètre dans la structure. Il s’inclina respectueusement devant Tara, et lui tendit un parchemin. Il provenait de la cité de Gar Thulion. Elle remercia le coursier qui disparut aussi rapidement qu’il était arrivé. La jeune femme rentra dans la caserne pour se changer, elle retira ses armes et son armure, et prit grande application à se laver. Une fois sortie elle se rhabilla et déplia le parchemin. Un appel pour porter le combat contre les armées gobelin, et l‘appel venait du général Galahdan. La jeune elfe rangea le parchemin, dans sa ceinture. Elle attacha son épée sur son coté gauche, remis son carquois ainsi que son arc, d’un geste fluide elle fit glisser ses couteaux de combat dans leurs rangements.

Elle sortie en trombe de la caserne, elle attrapa un garde de la patrouille pour lui signaler qu’elle serait absente pour une durée indéterminée. Tara passa par l’écurie, elle sella un cheval. Un de ceux que l’on voit dans les films. Tout blanc, tout beau. La jeune femme l’enfourcha et l’animal partie au galop, rapidement la cité elfe fut hors de vue. Elle dut voyager deux jours et deux nuits. Au lever du soleil elle arriva à la cité de Gar Thulion. Des elfes l’accueillirent à son arrivée, et prirent son cheval pour l’emmener au écuries. Tara interpella l’un des elfes pour lui demander ou se trouvait le général. L’elfe lui indiqua ou elle pourrait trouver le général. Elle se dirigea vers l’endroit indiquer. Galahdan était là.


-Général Galahdan, s’inclina-t-elle, je suis le capitaine Tara Tylanhnem. Elle étudia le général quelques secondes puis continua son discourt. Je suis venue répondre à votre appel. Pour porter la guerre contre les gobelins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calion Palantir
Elnaith de la Maison du Roi - Premier Nez
Elnaith de la Maison du Roi - Premier Nez
Calion Palantir

Nombre de messages : 506
Age : 24
Localisation : Imladris
Rôle : Régent d'Imladris/Elnaith de la Maison du Roi

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 7500 à peu près
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyJeu 30 Sep 2010 - 20:42
Calion s'était levé tôt ce matin, bien avant que le soleil n'envoie ses rayons sur le sol sacré de Gar Thulion. Calion prenait son petit déjeuné. Au menu, lembas et jus de fruit qu'il savourait tout particulièrement. Après ce frugal repas, il fit chauffer de l'eau, retira le peu de vêtement qui le cachait de sa nudité et plongea dans l'eau bien chaude.
"Un bon bain bien chaud ..."
Après une heure environ, l'eau était devenue froide et l'Elfe le ressenti. Il se leva , sortit de sa baignoire, et se sécha à l'aide d'une serviette et s'en enveloppa pour ne pas attraper froid pendant son voyage jusqu'à sa chambre. Arrivé à celle-ci, Calion s'approcha d'une commode et prit dans un tiroir une tunique blanche, des gants blancs, dans un autre, il s'empara de sous vêtements. Il s'habilla avec ces vêtements. Calion se retourna et ouvrit un placard et en sortit son armure, récemment achetée à la forge de Minas Tirith. En acier et en or, elle allait lui parfaitement bien. Il commença par les jambières et finit par sa ceinture où pendait Anglïr. Alors qu'il sortait de sa chambre, il se retourna et prit sur un porte manteau sa cape de la Maison du Roi. Le capitaine était prêt à partir. Il était 8 heures et alors qu'il ouvrait la porte de son domicile, il vit un homme qui allait commencer à frapper à sa porte, le poing légèrement en l'air. Il était blonc, et n'avait pas vraiment une longue chevelure. Il portait une simple armure en acier, tenait une lance et un courte épée dans son dos. Calion lui posa cette question.
"Euh ... Oui ? Soldat ? Que voulez-vous ?"
"Le général Galahdan, qui est sur la place m'envoie vous quérir, il a besoin de vous."
"De moi ?"
"Oui capitaine ... Ne cherchez pas à comprendre, on m'a ordonner de vous donner aussi ceci."
Calion saisit le manuscrit et le lit.
"Bon, je vais faire mon sac et je vais aller le voir."
Le Narmacìl rentra dans sa chambre, prit un sac de voyage et mit des vêtements de voyages. Tour d'abord, sa tunique d'hiver et des affaires tenant chaud. Sans oublier d'autres choses dont-ils aurait besoin dans n'importe quelle circonstance. Sa longue vue de 500 mètres, sa boussole d'excellente qualité, une gourde d'eau et d'autres choses. Il ôta ses gants blancs et les rangea dans le tiroir où les avait prit et choisit ses gants en cuir d'excellente qualité. il sortit d'un coffre son arc et son carquois rempli de cents flèches d'Imladris et mit tout ceci grâce à une sangle sur son dos. Pour ne pas le gêner, Calion mit Anglïr dans son dos, pour que ses mouvements soient plus amples. À sa ceinture, il décida d'y mettre sa gourde.

Oui, un voyage chez Calion Palantir, ça ne s'improvise pas.

Donc, après être sortit de chez lui et avoir fermé à clé, Calion put enfin aller en direction de la place où siégeait donc le général Galahdan. Arrivé non loin de là, Calion remarqua tout de suite l'armure brillante et la cape pourpre. La sienne était bleue mais représentait la Maison du roi. Calion s'approcha du général, baissa la tête en signe de respect et dit.

"Calion Palantir, capitaine de Gar Thulion à vos ordres général. Quelques secondes passèrent, et le capitaine rajouta quelques mots. Peut-être mon nom ne vous dis rien, alors peut-être me connaissez-vous sous le pseudonyme du Narmacìl."
Calion attendait maintenant une réponse du général.


L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  859968signaturecalion4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendal
Éclaireur
Gwendal

Nombre de messages : 8
Age : 26
Localisation : Minas Tirith
Rôle : Eclaireur de Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: єℓfє
- -: 108
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyMer 6 Oct 2010 - 22:52
Aiguiser ses lames était très important pour je jeune Gwendal, il s'attendait tôt ou tard a avoir une mission ou un service a rendre a quelqu'un. Les tranchants de ses katanas fusait dans l'aire avec un sifflement a rendre sourd quiconque l'entendais.
Après avoir usé sa pierre a aiguisé d'au moins de moitié, l'éclaireur se leva de son banc d'église et se mit a prier. Gwendal n'avait trouvé qu'une église comme refuge ces derniers temps. Le prêtre Eristoneh lui avait aménagé un coin pour se loger dans une petite salle au fond de l'église pas très loin de l'hôtel des prières. Il en était tout aussi reconnaissant au prêtre car il lui ramenais tout les jours du gibier pour se nourrir.

Après sa prière, l'elfe se releva quand il entendit la lourde porte de l'église s'ouvrir avec un grincement assourdissant. Un homme couvert d'une armure et muni dune lance marchait calmement avec des pas ordonnés sur les vieux pavés du par terre religieux. Après être arrivé a hauteur de la rangée de banc que Gwendal siégeais depuis maintenant 20 minutes, l'homme lui adresse un court discoure a l'oreille :
"Le général Galahdan, m'envoie vous donner cette lettre de rendez vous, je suis désolé de mon impolitesse mais je vous laisse et repart de se pas. Le général vous attend sur la place"
Un sourire s'esquissa sur les lèvres de Gwendal, et un clin d'œil il fit avant de préparé en vitesse ses affaires. Dans son sac : une gourde, son arc des nains,30 pièce d'or 2 flèches de lumière , 13 flèches basiques, un petit couteau de cuisine , du fromage que le prêtre lui avait tendrement préparé ainsi que ses deux katanas cordé a sa taille.
A son départ le prêtre lui glissa une fiole d'eau religieuse pour que les dieux l'accompagne lors de son voyage.

Environs 1 kilomètre séparait l'église de la place ou l'attendais le Général.
Une pensée pour ses parents lui traversa l'esprit avant d'entamé pour la première fois, une mission confié par un général. Son père serait très fière de lui si il avait été là pour assister a cette épreuve. Il s'arrêta ensuite une dizaine de minutes a la taverne qui était sur le chemin et s'enfila une bière elfique pour ensuite continuer sa route. Une trentaine de mètres plus loin un mendiant l'interpella en lui disant d'une voie d'enfant :
"Auriez vous la dignité et l'amabilité de donner une petite pièce a un pauvre comme moi?"
Gwendal, sans hésiter, lui prit la main et lui déposa 2 pièces d'or en toute douceur et lui tapa sur l'épaule.
"Bonne chance mon ami, respecte le seigneur et ta vie sera tout aussi facile et joyeuse que tes frères"

Les pas de Gwendal tamponnais les pavés de la rue. Après environs 2 minutes de marche la place ou se trouvait le Générale devenais visible a environs 50 mètres.
Une fontaine interpella l'esprit du jeune homme et lui fit penser qu'il avait oublié de remplir sa gourde, il plongea donc cette dernière dans l'eau froide et claire pour pouvoir tenir au moins deux jour sans soif.

Le générale était là, planté, imposant , attendant son néophyte pour partir en mission.
Gwendal stressait, tremblait mais ne le montrait pas pour ne pas paraitre ridicule.
"Salutation Gwendal, je t'attendais. "


Dernière édition par Gwendal le Sam 9 Oct 2010 - 12:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
Forlong

Nombre de messages : 3024
Age : 27
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyJeu 7 Oct 2010 - 20:22
HRP: Alors, Gwendal, quelques remarques, vu que c'est ton premier RP Wink L'idée des images n'est pas mauvaise en soi, tu peux la mettre en place dans tes RPs. Cependant la taille de celles que t'as utilisé est excessive, si tu veux en mettre c'est de vraiment petites. Deuxièmement, n'en mets pas trop non plus, c'est le role play qui compte, et il doit être suffisamment bon pour que ca soit l'imagination qui fait apparaitre des images dans la tête de chacun Smile Ensuite, je t'invite aussi à faire gaffe à des détails du fluff; la présence d'une église dans une cité elfique n'est pas très probable, ils ne vouent pas ce genre de culte, et il n'y a pas vraiment de mendiants dans les villes des elfes. Mais ne t'inquiètes pas, ce sont des erreurs qui peuvent arriver Wink HRP


Le général Galahdan était satisfait. Nombreux furent les elfes qui répondirent à son appel. Parmi eux, nombreux étaient les jeunes guerriers inexpérimentés, cherchant la gloire et l'excitation d'une campagne militaire. Mais d'autres aussi étaient venu; des officiers elfiques de toutes les cités, prêts à diriger les jeunes enthousiastes vers la gloire.

Un capitaine de Mithlond était venu, accompagné de cinquante piquiers, sveltes et vêtus de gris. Un autre avait voyagé de la forêt noire, suivi d'une vingtaine d'archers, moins nobles, mais tout aussi dangereux que leurs cousins des cités elfes.

Il y avait aussi le capitaine Calion de Gar Thulion, et la capitaine Tara, de Fondcombe. Ces deux officiers s'étaient approché du général pratiquement en même temps.
Ce dernier fronça ses sourcils réguliers, et répondit de sa voix d'acier:

-Capitaine Tylanhnem, bienvenue parmi nous. Malgré que vous ne nous amenez pas un régiment de Fondcombe, nous ferons bon usage de vos talents d'officier. Je vous assigne la brigade des Renards Gris. Il s'agit de cent épéistes de Gar Thulion. Vous les commanderez, et en serez responsable. Ne me décevez pas.

Le général se tourna alors vers Calion, et dit, sans changer le ton de sa voix:

-Capitaine Palantir, vous voilà donc. J'ai entendu parler de votre réputation, j'espère qu'elle correspond à la vérité. Il n'y aura pas de place pour les erreurs et l'insubordination pendant cette campagne. Je vous assigne à vous aussi une brigade, les Eclairs. Il s'agit de quatre vingt cavaliers d'élite. Faites en bon usage.

S'adressant à présent aux deux officiers, il ajouta:

-Vous ferez tous les deux parti du quartier général, donc du commandement de l'expédition. Etant égaux, vous ne répondrez qu'à moi.

Sur ces mots, le général se retourna, se vouant à d'autres tâches.

Peu de temps passa avant que Gwendal n'apparaisse. Certains furent surpris que le jeune guerrier avait le toupet de s'approcher du général lui même, mais ce dernier adressa même la parole à l'elfe. Il se rappelait de son nom. Le général Galahdan n'oubliait jamais rien.

-Gwendal, je t'assigne sous les ordres du capitaine Calion. J'espère que tu sais te servir d'un cheval. Si tu n'en as pas, adresses toi à ton nouveau supérieur, il te trouvera une monture de ce nom. Ce sera tout.

***

Quelques minutes passèrent. La place était à présent remplie. Au moins quatre cents elfes avaient répondu à l'appel du général, et étaient prêts à partir. Le général monta sur son cheval,
un noble étalon, se distinguant ainsi de la foule. Il s'adressa aux guerriers des royaumes elfiques, sa voix de fer résonnant dans les oreilles des soldats.

-Guerriers, vous avez répondu à l'appel. Vous êtes venus pour la gloire, pour l'honneur. A vous de les gagner à présent! Vous servirez sous la bannière du soleil blanc, ce sera le symbole à la fois de l'espoir, et du feu qui brûlera les serviteurs du mal que nous combattrons.

Sur ces mots, le général renfila une magnifique cape noire, ornée d'un grand soleil blanc dans le dos. Des capes semblables se trouvaient dans deux chariots; chaque guerrier de l'expédition devait s'en munir, et la porter comme uniforme.

-Nous partons à présent, les retardataires nous rejoindront pendant la route. Vers les montagnes grises, guerriers du Soleil Blanc!


Ainsi commença l'expédition vers les Montagnes Grises...le voyage serait assez long sans doute, et le moment était venu pour les guerriers et officiers de faire connaissance. Ils allaient bientôt combattre ensemble. Tuer ensemble. Peut être même mourir ensemble.


L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Signtest11_1

Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tara Tylanhnem
Capitaine de la Garde
Tara Tylanhnem

Nombre de messages : 13
Age : 26
Localisation : Partout à la fois...
Rôle : Guerrier Elfe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Cent douze années standard.
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptySam 9 Oct 2010 - 10:06
Tara avait attendu quelques heures en compagnie du général, ainsi que d’un capitaine. La jeune femme mâchouillait sa mèche de cheveux, elle était simplement impatiente. Lorsque le général jugea suffisant le nombre de troupe présente, il assigna une brigade à chaque capitaine présent. Tara tiqua un peu, lorsque le général lui fit remarquer qu’elle n’était pas venue accompagner de soldat. Elle enverrais un coursier prévenir la garnison de Foncombe un peu plus tard.

Ainsi elle se voyais affectée au Renards Gris, une centaine d’épéiste. La jeune femme s’inclina devant le général. Lorsque ce dernier se tourna vers le second capitaine. Le capitaine Palantir. La jeune femme avait déjà rapidement entendu parlé de lui. Il commanderais les forces de cavalerie. Une fois que Galahdan en eu fini avec tout le monde, Tara prit la parole.


-
Général, capitaine si vous voulez bien m’excusez, elle s’inclina devant eux et s’éclipsa.

Elle se dirigea vers l’endroit ou stationnais son groupe de combat, des qu’ils l’aperçurent la centaine d’elfes se mirent au garde à vous. Tara fit rapidement le tour des hommes et des femmes qu’elle aurait sous son commandement. Elle inclina la tête en signe de respect devant ses soldats, qui allaient probablement pour la plupart mourir dans cette bataille. La jeune femme regarda le chef du groupe et d’un geste de la main elle lui intima l’ordre de se diriger vers la grande place ou était le général. Elle suivit ses hommes jusqu’à arriver. A présent elle voyais que beaucoup d’elfes avaient répondu présent, certainement pas autant que lors des grandes guerres. Mais la menace n’était plus la même à présent.

Le général entama un discoure qui embrasa assez rapidement le sang de Tara, elle était en ébullition et elle avait hâte d’en découdre. Quand Galahdan eu fini la jeune femme se dirigea vers le chariot, ou elle attrapa une des capes. Elle posa son casque sur le chariot et enfila la cape. Une fois sur qu’elle ne tomberait pas, elle remit son casque. Puis le reste de son groupe de combat enfila tour à tour une cape. Toutes les forces elfes si mirent alors en route, la jeune femme siffla et son cheval arriva. Elle l’enfourcha et se dirigea vers la tête de la colone, plus précisément vers le capitaine Palantir. Tara s’arreta à son niveau.


-Capitaine Palantir. Elle étudia l’elfe avant de continuer. Je suis Tara Tylanhnem. Je suis enchantée de combattre aujourd’hui à vos cotés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwendal
Éclaireur
Gwendal

Nombre de messages : 8
Age : 26
Localisation : Minas Tirith
Rôle : Eclaireur de Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: єℓfє
- -: 108
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptySam 9 Oct 2010 - 13:01
Je vous en fait cadeau répondit le propriétaire de l'écurie. Je connait votre situation, votre démarche et votre sens de la loyauté a tel point que ce cheval est désormais votre.
Gwendal étai tellement heureux qu'il prit le palefrenier dans ses bras et lui glissa 20 pièces d'or et une bague qu'il avait trouvée sur un trottoir a coter de chez le joailler.
Gwendal dit alors:

"Je vous remercie du fond de mon cœur, et je vous vénère du plus profond de mon âme monsieur. Cet étalon vas me servie a point dons vous n'imaginez pas. Nous partagerons les mêmes rêves, aventures et quettes. Nous ne ferons qu'un. "

Gwendal s'en alla avec ce magnifique étalon gris nommé Arthur. Il en était déjà fier et tellement content.
Gwendal se dirigea ensuite vers Calion et ses troupes pour partir vers de nouvelles terres et s'expérimenter en matière de combat.

Calion le regardait d'un air surpris a l'arrivé de Gwendal. Ses yeux était fortement attirés par cette magnifique monture a la sel de cuir. Le jeune homme tait bel et bien prêt a partir sous les ordres de Calion.



Dernière édition par Gwendal le Sam 9 Oct 2010 - 14:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calion Palantir
Elnaith de la Maison du Roi - Premier Nez
Elnaith de la Maison du Roi - Premier Nez
Calion Palantir

Nombre de messages : 506
Age : 24
Localisation : Imladris
Rôle : Régent d'Imladris/Elnaith de la Maison du Roi

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 7500 à peu près
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptySam 9 Oct 2010 - 13:41
Calion Palantir sourit lorsque le général lui tint un discours assez menaçant en ce qui concerne sa réputation et son grade. Le général et les deux capitaines attendaient patiemment la venue d'autres représentants, guerriers, simple rôdeurs elfes. Le capitaine fut aussi surprit lorsqu'il estima le nombre de valeureux guerriers qui s'étaient présentés en la cité de Gar Thulion. À travers eux, on put constater que la race elfique ne reste pas dans ses demeures et attend de partir en Valinor mais bien qu'elle est prête à se battre et qu'elle est même impatiente d'en découdre avec l'ennemi. Serait-elle même prête à mourir pour les siens et les autres races ? Cette question avait une réponse simple : oui. Le général donna au Narmacìl l'unité de cavalerie d'élite nommée les Éclairs. Calion en avait entendu parler, il avait hâte de les voir en action ... sous son commandement.

"Général, l'unité que vous me confiez m'honore."

C'est les paroles simples et claires que le capitaine dit au général. Peu de temps après ceci, un Elfe vêtu assez pauvrement, un peu comme un rôdeur. Il avait un arc dans son dos et deux épées que Calion n'avait jamais vu. Des sortes de sabres aux lames fines mais longues. Le général mit cet Elfe sous ses ordres. Il sera donc un des cavaliers. Le capitaine mit sa main droite sur l'épaule droite de l'Elfe qui lui tournait le dos. L'Elfe se retourna. Calion lui dit.

"Ecoute soldat, j'ai besoin de savoir si tu as un cheval. Si non, dis le moi maintenant car je dois aller voir les Eclairs. Gwendal partit en direction de l'écurie. Calion le laissa partir. Il revint peu de temps après aux côtés d'un étalon blanc. Bon ben je vois que c'est bon."

Calion marcha ensuite jusqu'à l'écurie lui aussi. Dans un box siégeait Aranwë son étalon blanc. Calion le scella avec rapidité et adresse, attacha des sacs de voyage sur les cuisses du destrier. Il prit les rênes et sortit du box. Le capitaine arriva peu de temps après face aux Eclairs. Cette troupe de cavaliers d'élite. Tous étaient portaient un heaume brillant de couleur argent, et une armure intermédiaire (mi-lourde, mi-légère) étincelante. Chacun d'eux tenait un lance dans leur main droite. Une épée au fourreau et un léger arc dans leur dos. Gwendal était parmi eux. Il ne portait pas d'armure. Les cavaliers n'étaient pas sur leur monture mais à gauche de celle-ci. Calion se présenta. Calion leur ordonna de se présenter au chariot et de mettre la cape que le général souhaitait tant. Calion ôta sa cape de la Maison du Roi de Gar Thulion et la replia soigneusement et la mit dans un des sacs sur Aranwë. Calion laissa son étalon et avança jusqu'au chariot. Il prit une cape, la baisa et s'en enveloppa. Son unité et lui remontèrent sur leurs destriers. Tous écoutèrent le discours du général. Le sang du Narmacìl bouillonnait, cela faisait longtemps qu'une expédition militaire n'avait pas été entreprise. Aranwë marchait en tête avec l'étalon du général. Tous deux furent rejoints par le cheval du capitaine d'Imladris. Le capitaine se présenta au Narmacìl.

"Je suis moi même enchanté de combattre à vos côté."


L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  859968signaturecalion4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voronwë Amnel
Héraut d'Imladris
Héraut d'Imladris
Voronwë Amnel

Nombre de messages : 91
Age : 23

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Très bonne question!
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyDim 10 Oct 2010 - 15:07
Voronwë Amnel avait eut une vie chargée. Et pour causes: guerres, conflits, combats, haine, mélancolie, tristesse. Tout cela avait changé cet enfant en un guerrier, un soldat, un monstre. Sa vie était qu'un long chemin où dormaient des centaines de morts, à cause de lui. Après ses fidèles et loyaux services pendant la guerre des anneaux il avait été accueillit en héros comme tant d'autre. Et pourquoi? Pour avoir survécus, pour être le seul de son unité encore vivant! Quelle gloire à cela? Aucune!
Tant de morts, il pouvait encore voir leurs visages. Tant avaient périt sous son commandement. Etait-il pour autant un mauvais capitaine? Non! Au contraire! Il était un bon soldat et encore un meilleur supérieur. Il faisait tout avec ses hommes. Et il détestait les traitements particuliers. Même si il les commandait, ils étaient ses amis voilà pourquoi toutes ces pertes étaient si cruel pour lui. Cette haine ne cessait de grandir en lui. Il ne parlait presque plus.

Que pouvait-il faire? Fuir? Impossible, être déserteur était à l'encontre de ses croyances et de ses idéaux, cela l’aurait détruit complètement. Enfin, celui-ci rentra chez lui. Une maison vide, son père, mort de maladie pendant qu'il était partit en guerre. Ce dernier aurait pu être soigné, mais il était trop fier pour se peindre. Un grand homme... On le retrouva, mort chez lui.

C'était un des événements les plus tristes de sa longue vie. Le fils continua alors le travail de son père, mais le métier de forgeron était insupportable. Le fait de forger des armes pour des soldats partant vers la mort était pire que de les dirigeaient sois même. Cette vie était trop calme, alors il s'engagea encore une fois dans l'armée d'Imladris en tant que simple soldat et non pas le grade qui lui était dû.
Après un voyage vers les Havres il comprit. Être capitaine était mieux que de laisser faire des incompétents. Déterminer, l'ancien capitaine rentra et demanda se récupérer ce qui lui revenait de droit. Les généraux acceptèrent, ils savaient de quoi Voronwë était capable.

Le capitaine voyagé quand d'anciennes blessures se rouvrirent...
Il restait du poison orc dans sa blessure. Cela l'avait presque tué, encore. Et heureusement qu'un elfe l'accueillit! Qui était t-il? Très bonne question! C'était un capitaine de Gar Thulion, pourtant, son visage n'était pas familier au soldat. Son nom était Calion Palantir, un ancien. Ils avaient combattu cotte à cotte pendant une bataille. Ils avaient sympathisés, même si lui était soldat et que Calion était son supérieur. Ce dernier devint son héros. Dans son regard on pouvait voir sa vieillesse et sa sagesse infinie. Après être totalement guérit, l'autre lui donna un équipement. Cela le touche énormément. La seule personne lui ayant offert quelque chose était son père. Il dit avec regrets au revoir à son idole et repartit vers Imladris.


Ensuite, il fut envoyer à la citée blanche. Magnifique, ce fut le seul mot qu'il employa. Voronwë ne pu s'empêcher d'aller voir les légendaire et réputés armes de cette citée après avoir remplit sa mission. Il opta pour le meilleur arc qu'il vit, un œuvre sublime. Ainsi qu'un carquois. Il garda cependant les flèches qu'il avait acheté dans sa citée d'origine. Il garda l'épée elfique de son père et bien sur la dague que lui avait offerte Nari, son meilleur ami avant sa mort. Il était maintenant très bien équipé. Ha non! Il manquait la cape! Mais il acheta celle-ci à Fondcombre.

Quand il rentra une fois de plus, un messager lui rapporta un message venant de Gar Thulion. Il lut, enfourcha Leyn, son étalon blanc tel la neige des plus hautes montagnes et chevaucher vers sa prochaine destination.

Une fois arriver dans cette citée des plus accueillante il rejoignit les autres après avoir mit pieds à terre. Ils venaient de quitter la citée. En voyant le général, il s'inclina légèrement. Puis s'inclina encore plus bas devant le capitaine Palantir. C'était provocant mais il s'en fichait, ils avaient besoins de soldats? Il était l'un des meilleurs capitaines de cavalerie et un pisteur hors pair.

-Je suis le Capitaine Voronwë Amnel D'Imladris, se présenta t-il au général.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
Forlong

Nombre de messages : 3024
Age : 27
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyMer 13 Oct 2010 - 15:14
Comme l'avait prévu le général Galahdan, d'autres guerriers rejoignaient les rangs de l'expédition pendant le trajet. Ils avançaient rapidement. Le groupe n'était accompagné que de quelques chariots légers transportant les tentes et les provisions. Après tout, ce n'était pas une armée humaine. Les elfes savaient tenir des journées entières sur un morceau de lembas, et n'avaient pas peur du froid des Montagnes Grises.

Le général regarda longuement le nouvel arrivé, le capitaine Voronwë Amnel. Il remarqua le manque de respect que celui ci avait démontré, mais ne dit rien. Galahdan était un elfe puissant et sage, il n'allait pas s'abaisser à critiquer le capitaine devant les soldats. Mais il n'y aurait pas de grande amitié entre l'officier et le commandant de l'expédition...

De sa voix habituelle froide, le général dit:

-Bienvenue, capitaine Voronwë d'Imladris. Mieux vaut tard que jamais. Mais évitez les retards au cours de cette expédition. La discipline est la lame d'une armée, et je tiens à ce que la lame reste toujours coupante. Vous venez d'Imladris, donc je vous assignerai des hommes qui proviennent de vos terres natales. Vous commanderez un détachement des Lanciers de Fondcombe, la cavalerie lourde. Cinquante guerriers sur des étalons puissants, en armure complète, armés de lances de cavalerie, ils formeront l'avant garde de l'expédition. Vous pouvez disposer, capitaine.

Sur ces mots, le général se retourna pour s'occuper d'autres tâches.

***

Les journées passaient, semblables, l'une après l'autre. Les elfes restaient toujours aussi disciplinés, toujours aussi élégants et pleins d'une énergie calme, malgré que leurs vêtements étaient à présent recouverts d'une fine couche de poussière.

Un jour, les lointains pics des Montagnes Grises apparurent à leurs yeux. Ils continuèrent à avancer, et les montagnes grandissaient devant leurs yeux, majestueuses, imposantes. Dangereuses.

Ils s'arrêtèrent un soir glacial aux pieds des Montagnes. Malgré leur calme apparent, les guerriers étaient nerveux. Peu à peu, l'affrontement s'approchait. Peu des elfes ici présents avaient déjà combattu un gobelin, la plupart était des recrues fraiches. Et malgré le mépris que le peuple elfique éprouvait envers les peaux vertes, ce n'était pas un ennemi à sous-estimer. Ces bêtes étaient faites pour combattre, et pour tuer. Elles allaient utiliser tout moyen pour parvenir à leur but.

Lorsque le campement fut prêt, le héraut annonça les ordres.

-Dix volontaires sont demandés comme éclaireurs, ainsi qu'un capitaine pour les diriger! Les Renards Gris garderont le campement cette nuit! Les capitaines sont invités à une réunion du Quartier Général dans la tente du général Galahdan!
Pour la Gloire du Soleil Blanc!

Sur ces mots, le héraut se retira, laissant aux guerriers le temps de consommer leur repas, et de se livrer aux tâches assignées.


L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Signtest11_1

Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sighild Baldrick
Adepte des Arts Secrets
Sighild Baldrick

Nombre de messages : 235
Age : 29
Localisation : Va savoir...
Rôle : Mage/Sorcière

~ GRIMOIRE ~
- -: Semi-Elfe
- -: 115 ans (23 ans humain)
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyMer 13 Oct 2010 - 16:54
Dans la belle cité de Fondcombe, une noble dame se tenait à son balcon ; de sa magnifique voix, elle priait pour deux êtres qui lui étaient chers. Cette dernière espérait sans cesse les revoir au plus vite. Les deux personnes étaient parties depuis un an et ce manque se ressentait. Son corps voulait sentir celui de son époux contre le sien, elle voulait voir la beauté de son enfant.
Un jour, Laurelin allait accomplir son rituel quotidien. Mais avant même de prononcer un mot, ses yeux s’ouvrirent et étaient déjà remplis de larmes. Sans plus attendre, elle accourut à l’entrée de la cité elfique. Sa joie se lisait sur son visage. La belle dame avait entendu deux voix qui lui étaient familières : celles de son époux et de sa fille.
Alberick eut juste le temps de se poser au sol ; sa femme sauta immédiatement dans ses bras pour s’y loger quelques minutes. Le guerrier eut un sourire doux ; il ne montrait que très rarement ses sentiments mais il était heureux de sentir sa bien-aimée contre lui. Laurelin se retourna vers son enfant, elle gagnait en charisme et sans doute en savoir. Délicatement, Sighild vint se serrer dans les bras de sa mère. Tout comme son père ; elle n’afficha qu’un sourire doux.

Après cela ; les deux revenants furent obliger d’expliquer leurs péripéties. Le peuple elfique fut étonné en voyant ce bâton au dos du jeune elfe. Sighild conta alors ce qui lui était arrivé. La Pierre de Lune l’avait choisi et on l’avait nommé Apprenti Mage de la Cité Blanche. Cependant, elle affirma que sa loyauté envers les elfes était égale à celle des hommes. Au cours de ses explications ; le regard bleuté de Laurelin demeura fermé mais son visage montrait une certaine inquiétude : que sa fille remarqua bien entendu.
Le peuple des hommes était sans doute heureux d’avoir une force en plus dans leur rang mais il était loin de savoir l’histoire de cette Pierre. On demanda à Laurelin d’instruire sa fille, l’entretien dura deux heures.
Par la suite ; le seigneur de Fondcombe eut l’idée d’envoyer Elwing auprès de ses frères. La situation lui fut expliquée ainsi que la destination. Il était important pour elle de s’entraîner au cours d’un pèlerinage instructif : c’était le moment idéal pour cela. Laurelin et Alberick durent se séparer de leur unique enfant. Ils devaient la laisser partir mais une certaine peur les animer : celle de la perdre. Après une touchante réunion de famille ; le moment vint.

Kematari galopait au plus vite, sa maîtresse faisait attention à ce que sa monture ne soit pas trop épuisée. Elles trouvèrent une faible montagne à traverser dans les Landes d’Etton. Trois jours passèrent, Elwing pouvait voir au loin les dangereuses Montagnes Grises. Ne sachant pas exactement sa rencontre avec ses confrères, la belle avait commencé à se faire des rations de Lambas, qu’elle partagerait avec sa monture si l’herbe n’était plus présente sur ces terres.
Etant seule dans ce voyage, Sighild réfléchit énormément à ce qu’on lui avait dit au sujet de cette Pierre de Lune. Elle se souvint également qu’elle devait se présenter à Tara Tylahnem, la capitaine de la garde de Fondcombe et amie de sa mère.

Arrivant aux pieds des Montagnes Grises, la belle demoiselle se sépara de son cheval. L’endroit était trop dangereux pour Kematari, un cheval ne pourrait pas survivre dans ces escalades incessantes. Il n’y eut aucun déchirement à se quitter car les deux êtres se retrouveraient assez facilement. Elle regarda alors sa monture partir au galop puis elle se retourna vers ces montagnes et continua sa quête.

En ce lieu, le silence était Roi, il sera donc facile de retrouver les elfes et de situer les ennemis. Elwing marcha à pas de loup. Vêtue de noir, il lui serait assez simple de se faufiler sans que l’on ne la reconnaisse. Au bout de quelques heures, Sighild entendit des bruits de pas étrangers.
Un groupe de gobelins étaient en marche, ils étaient tous très bien armés. Il était évident que cette garnison allait en éclaireur vers un camp adverse. On pouvait lire dans leur regard une grande détermination à tuer. Le capitaine de ce groupe fit une halte. Il hurla aux gobelins de ne pas faire de bruits. L’un d’entre eux eut l’audace de lui répondre qu’avec cet ordre donné, les ennemis les auraient surement localisés. Le malheureux eut aussitôt la tête coupée. Le sanguinaire chef demanda alors à ses troupes s’il y avait une autre protestation. Personne ne répondit et ils reprirent la route.

Au cours de leur marche, l’un des guerriers gobelins bloqua un faible instant vers les hauteurs, il crut apercevoir quelque chose. Par peur de subir le même sort que son ami, il ne dit rien.
Cependant, ce dernier avait bien vu quelque chose. La belle Elwing était en hauteur, cachée derrière les rochers. Cette dernière continua sa route en se cachant, elle essaya de devancer ses adversaires afin de prévenir au plus vite le camp elfique. Par chance, il n’y avait pas de vent, son odeur ne serait donc pas diffusée assez vite pour qu’on la repère…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eridhril Heytar
Éclaireur
Eridhril Heytar

Nombre de messages : 13

~ GRIMOIRE ~
- -:
- -:
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyMer 13 Oct 2010 - 21:13
Une minuscule pierre roula sous mon talon, et je lâchais un bref juron en Haradrim. Mon pied décolla à peine du sol pour se tendre en arrière, tandis que je me penchais dans la même direction, le dos courbé et la jambe tendue, mes longs doigts fins comme rivés à la paroi rocheuse. Le caillou atterrit en équilibre sur la botte gondorienne que je portais, même si je détestais proprement ce modèle. Un mince soupir de soulagement s'échappa de mes lèvres, avant que je ne reprenne mon ascension, la pierre déposée sur une protubérance de granit.

Cette mission était absurde. Le capitaine qui me l'avait confiée l'avait fait sur un ton à la raillerie à peine voilée, son sourire moqueur absent de sa bouche mais étincelant dans ses yeux. J'avais reçu l'ordre de jeter un oeil au regroupement de combattants elfiques qui se préparait dans les Monts Brumeux, et de découvrir de quoi il retournait. Ce n'était pas que je n'avais pas confiance dans mes capacités à évoluer dans un tel milieu ; je pouvais aussi bien devenir un crotale des sables qu'une vipère des roches. Mais, pour être franc, approcher d'aussi près des êtres aussi étranges que les elfes ne me tentait vraiment pas.
Encore une belle corvée, dans le froid et le lointain, que je devais à mon sang brûlant du Harad. En rentrant à Minas Tirith, je jouerais une belle saloperie à mon supérieur. Laquelle, je ne savais pas encore, mais j'aurais bien trouvé le temps de mettre un terme à ce cirque.

Car c'en était un beau. J'avais déjà sept cadavres de gobelins sur les bras, et je savais pertinemment que c'était exactement le genre de traces qui menaient un éclaireur à la mort. Le rythme auquel je croisais ces créatures avait d'ailleurs sensiblement augmenté depuis hier, ce qui signifiait que l'on cherchait bien une cause à ces égorgements en règle. Pour ma défense, il fallait signaler qu'une fois qu'on en croise un dans le blanc des yeux, on ne peut que découper la chair grisâtre du gobelin, ou c'est l'alerte générale - et ces gars-là ne se baladent jamais en surface qu'en grosse concentration. Autant dire que le moindre bruit, la plus petite alarme, et c'est l'hallali.

Autant donc qu'elle soit silencieuse, et se fasse dans la constatation d'une sentinelle sauvagement abattue. Question d'effet, mais également de principes.

Soudain, j'entendis le bruit caractéristique d'un arc qui se tend - le grincement sinistre d'une arme des ténèbres. Proférant une véritable bordée d'injures, je me jetais au sol et roulais derrière un rocher, m'écorchant au passage. Un trait trop lourd, grossier, empenné de noir, vint cliqueter contre la paroi derrière moi, rebondissant en y dessinant une éraflure brillante.

- Mais je suis si mauvais que ça ? me murmurai-je à moi-même, vaguement indigné d'avoir été aussi facilement repéré - et surpris.

Je risquais un coup d'oeil dans la direction d'où était venu le tir. Je vis la tête difforme d'un gobelin qui dodelinait de derrière un éperon. Je m'adossais brutalement à mon abri, poussant un petit gémissement outré.
Mes jambes se détendirent violemment comme je jaillissais de derrière mon rocher, avant de virevolter en tendant le bras. Une lame extrêmement fine et terriblement pointue déchira l'air avant de se ficher de travers dessous la mâchoire de mon agresseur. Un filet sombre et épais ruissela en même temps qu'il basculait en arrière en poussant un gargouillement de souffrance et de frustration.

Je ne pris pas la peine d'escalader la dizaine de mètres d'un dénivelé impressionnant pour vérifier qu'il était mortellement atteint. La créature agoniserait en tapant des pieds pendant plusieurs heures avant de trouver un repos immérité, car même si ses congénères lui mettaient la main dessus, ils ne le soigneraient pas.

Quelques minutes à peine plus tard, j'aperçus une singulière procession. Mes yeux s'écarquillèrent.

Je m'étonnais moi-même du soulagement qui m'envahit en découvrant enfin ces foutus elfes. Je ne me serais jamais attendu à une telle... foule. Avec discrétion, ils progressaient au milieu des roches, en ordre et le visage fermé. Tous parés pour la guerre, prêts manifestement à faire un carnage quelque part dans les Monts Brumeux. J'eus dans l'idée que les gobelins allaient trouver en eux quelqu'un à qui parler.

Je restais dissimulé, n'osant que quelques furtifs regards, jusqu'à reconnaître le train plus protégé des officiers. L'un d'eux notamment attira mon attention, sa description collant à celle qu'on m'avait donnée. On ne m'avait pas vraiment donné de consignes particulières, certainement du fait que ma mission n'avait rien d'utile et ne visait probablement qu'à m'envoyer six pieds sous terre. Aussi étais-je plus ou moins libre de décider de la suite des évènements.
Et, franchement, je préférais repartir à Minas Tirith sans avoir à me coltiner seul toutes les saloperies que les Monts Brumeux pouvaient recéler.

Je m'assis plus confortablement contre une pierre imposante, avant de farfouiller dans une poche de tissu dissimulée quelque part entre deux couches d'étoffe. J'en tirais une longue lanière de viande que j'entrepris de mâcher consciencieusement, réfléchissant à ce que j'allais décider.
Oui, après tout, pourquoi pas...

Me coulant d'un énorme galet dans l'ombre d'une crête, je me mis à suivre l'avancée des elfes, jusqu'à ce que la nuit finisse par tomber. Là, je me blottis de mon mieux pour me garder de l'air glacial. Je surpris alors les paroles d'un elfe qui annonça, beaucoup trop fort à mon goût, certaines directives. Un mince sourire étira mes lèvres.
Profitant de l'obscurité que seuls de rares feux éloignait, je m'aventurais jusqu'à un petit rassemblement de ceux qui se croyaient apparemment des éclaireurs.

J'aimais le risque. Je vénérais la provocation. Mais, par-dessus tout, je faisais la prêche de ma propre supériorité.


- C'est ici qu'on a besoin de gars qui savent ouvrir l'oeil, pas vrai ? soufflai-je d'une voix calme et amusée à la fois.

"Oh oui, tu peux te raidir... j'ai vraiment un accent Haradrim à couper au couteau pour toi, pas vrai ?" songeai-je en notant la réaction d'un elfe.

- Je connais relativement le coin.

Fieffé menteur.

- Et les gobelins vous collent aux fesses, les enfants. J'ai déjà lâché trop de couteaux sur eux pour m'arrêter en si bon chemin, alors si vous me laissiez vous donner un coup de main ?

La tension était manifeste. Non, ils ne riaient pas, eux... Et mon coeur battait à se rompre.
Mais que cette vie était bonne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tara Tylanhnem
Capitaine de la Garde
Tara Tylanhnem

Nombre de messages : 13
Age : 26
Localisation : Partout à la fois...
Rôle : Guerrier Elfe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Cent douze années standard.
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyVen 15 Oct 2010 - 10:55
Les elfes étaient enfin arrivés a destination. Les monts brumeux. Tara descendit de sa monture et la donna à un elfe pour qu’il s’en occupe. La jeune femme se détendit quelque peu, puis marcha en direction du reste des officiers. Le voyage avait été bien silencieux, et un nouvelle homme les avaient rejoins durant leurs périple. Alors que le général donnais ses ordres Tara se proposa pour partir en éclaireur.

Elle sélectionna une dizaines d’elfes parmi les soldats qui lui avaient été affectés. En moins d’un quart d’heure ils furent tous près. D’un signe de tête la jeune femme et ses fantômes s’enfoncèrent dans la nuit. Ils marchèrent en silence, et très prudemment. Tomber dans une embuscade maintenant sa serait loin d’être cool, et Tara ne tenais pas à mourir maintenant. Elle tenais l’arc de Llilandril dans sa main prête à s’en servir au moindre signe d’activité ennemie.

Tout se passait bien, et comme à chaque fois que tout se passe bien il y a quelque chose qui vient bouleversé cette tranquillité. La patrouille des éclaireur progressaient rapidement, un mouvement. Un bruit. Tara tourna la tête rapidement, et encocha une flèche toute aussi rapidement, lorsqu’une voix se fit entendre.

Un homme se tenais là devant la patrouille. Il ne semblait pas plus effrayé que sa et pourtant, Tara remarqua quelques détailles qui prouvaient tout le contraire. Cette humain, oui c’était bien un humain avec un accent qui ne plaisait pas du tout à la jeune femme. Ce type avait l’air d’avoir une haute estime de lui-même
.

-Stupide humain, siffla l’elfe. Qu’Est-ce qui peut me prouver que tu connais si bien le coin hein ?? Tu as attirés les gobelins et maintenant tu viens te réfugier au près d’elfes parce que tu as peur pour ta propre vie. Si ses maudites créatures arrivent vraiment, je crois bien qu’il va falloir que tu défende chèrement ta peau. Tara se tourna vers ses hommes. En position de combat.

Tout les elfes se dispersèrent histoires ne pas tomber tous directement. Elle envoya aussi un éclaireur retourner au camp, avec un peu de chance, ils survivraient assez longtemps pour que les renforts arrivent.

-Aller humain, elle rangea son arc pour dégainer son épée au forme si parfaite, prépare toi à te battre.

Tara se tourna en direction d’où était arriver l’homme, des cris de gobelins commençais déjà à se faire entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voronwë Amnel
Héraut d'Imladris
Héraut d'Imladris
Voronwë Amnel

Nombre de messages : 91
Age : 23

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Très bonne question!
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptySam 16 Oct 2010 - 12:27
Comme à son habitude, Voronwë avait voyagé silencieusement. Il ne parlait jamais, même pas aux autres capitaines. Cela lui parut étrange d'avoir des soldats à ses ordre, la dernière fois c'était... il y a longtemps, il a très longtemps! Cela l'avait changé, comme si il reprenait confiance en lui. Les soldats parlaient dans son dos, certains, les plus vieux savaient qui il était, ce qu'il avait fait. Mais bien sur sa vieillesse n'était rien comparée à l'ancienneté du capitaine Palantir! Ce dernier était un grand homme, généreux, courageux mais à la fois ferme avec ses ennemis.

Le chemin était long et Voronwë distribuait de l'eau de son propre gourd à ceux qui n'en avaient pas. Il était un bon capitaine, au combat ainsi qu'en dehors. Il savait ce que c'était d'avoir un mauvais supérieur et de se battre en sachant qu'on allait mourir. Mais on ne sait par quel miracle, il a réussit à survivre! Le combat était une seconde nature chez lui et son instinct était infaillible. Un bon soldat, c'était rare, et ils étaient récompensaient à leur juste titre.
Les soldats de Fondcombre suis lui avait été attribués étaient nerveux mais le calme de leur capitaine les soulageaient un peu. Le capitaine quitta ses soldats pour aller voir le capitaine, en donnant le commandement temporaire à celui qui avait le plus haut grade après lui.

Il se plaça à coté de son supérieur. Il allait s'excuser, après tout, un soldat déconcentré est un soldat mort.

-Je souhaite m'excuser pour mon manque de respect général. Le capitaine Palantir m'a sauvé d'une mort certaine et je pensais cela normal de lui attribuer tout mon respect. Excusez ma témérité.

Après cela de fait, il rejoignit ses soldats. Il n'aimait pas s'éternisé. Enfin, ils s’arrêtèrent pour installer un campement. Ce soldat ne respectait pas la chaine de commandement et pour cause: nombres de ses amis étaient morts, tout cela parce que un de leur supérieur leur avait dit d'attaquer. Une attaque non organisé qui a conduit à leur perte. Et puis ça fessait tellement longtemps qu'il n'avait pas combattu avec d'autres soldats. C'était un solitaire, ainsi, seule sa vie était à défendre. Et cela le dispenser des ordres.

Des éclaireurs partirent, Voronwë prit le premier tour de garde en demandant à ses soldats de se reposer car la journée de demain sera très longue et épuisante. Il avait souvent combattu les gobelins, et ce n'était pas une partie de plaisir. Il aimait les tours de garde, il pouvait réfléchir, sans qu'on le dérange. Enfin, quand il n'y a pas d'ennemis.

Le capitaine changea tout de même ses habitudes pour discuter avec quelques soldats encore éveillés. Ces vaillants guerriers devaient être cinq, ou six. Pendant la discutions ils ont même réussit à arracher à sourire à leur capitaine. Quand soudain, Voronwë sentit quelqu'un approcher. Il se leva, épée à la main ses guerriers le suivirent. Le capitaine écouta attentivement, ce n'était pas un gobelin mais un elfe qui sortit de la forêt!

Sans réfléchir il fonça suivit de ses amis, se n'était pas bon du tout! Ils arrivèrent devant les éclaireurs, le capitaine défiait l'homme.

-Non! a dit autoritairement Voronwë. On ne sait pas si il y a des renforts avec lui. Le mieux c'est de l'emmener au camp, si il bouge, tirez, ordonna t-il aux soldats d'Imladris.

C'était risqué, il le savait, mais que faire d'autre?

-Je vais rester ici, au cas où on vous suivrez, je les abattrais. Allez préparer les soldats capitaine Tylanhnem et prenez le commandemant de mes guerriers

Ainsi ils retournèrent au camp, le capitaine de Fondcombre quand à lui resta dans l'obscurité omniprésente attendant gobelins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calion Palantir
Elnaith de la Maison du Roi - Premier Nez
Elnaith de la Maison du Roi - Premier Nez
Calion Palantir

Nombre de messages : 506
Age : 24
Localisation : Imladris
Rôle : Régent d'Imladris/Elnaith de la Maison du Roi

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 7500 à peu près
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyMer 20 Oct 2010 - 18:29
Partis de Gar Thulion où la civilisation régnait, la troupe elfe s'engouffrait dans les terres désolée de l'Est de l'Anduin. Mais il fallait d'abord parcourir l'Emyn Muil, ces vastes monts escarpés où se couper n'est pas un miracle mais bien une habitude. Il ne restèrent pas dans l'Emyn Muil bien longtemps. La troupe frôla les plaines de Dagorlad où se passa une des plus grande bataille que la Terre du Milieu n'est connue, puis ils arrivèrent dans la Brèche Est de Mirkwood. *Ici étaient les Ent-Femmes disaient les contes de jadis. Mais en voyant ce spectacle, on aurait jamais pu croire que des arbres avaient pris racines ici.* La distance parcourue jusqu'ici était tout de même assez grande, voilà quelques jours qu'ils étaient partis et le cœur de chaque Elfe restait pourtant sans faille et déterminé. La nourriture était la même tous les jours mais rien n'empêcherait les Elfes de continuer ce pourquoi ils sont ici.

****

Après plusieurs jours de marche, les Efes virent la cime des Ered Mithrin. Le ciel se couvrait et la fraicheur s'intensifiait dans ces terres. La troupe s'arrêta un soir glacial aux pieds des montagnes. Le général demanda 10 volontaires pour partir en éclaireur et instaura un tour de garde. Le général demanda aussi à un des capitaine de se présenter en tant que chef de ce groupe. Calion était content que le capitaine Tylanhnem se présenta, Calion n'avait vraiment pas envie de partir en éclaireur, en plus, il n'avait même pas le bon équipement. Même s'il avait prévu certains vêtements pour ce genre de mission. Le général ordonna aux deux autres capitaines de venir dans sa tente fraichement installée pour un conseil. Calion avait installé sa tente avec quelques hommes qui l'aidèrent. Quelques minutes plus tard, il amena Aranwë et l'attacha à l'un des piquets de la tente. Terendul, quant à lui était partit il y a de cela 3 jours. Il avait prit la direction du Rhûn puis il revint dans le cortège et repartit enfin pour Erebor, il n'est toujours pas revnu de son périple, mais le Narmacìl ne s'inquiétait pas, l'aigle savait très bien vivre dans la nature, et il n'avait pas besoin du capitaine pour vivre, sauf pour les quelques graines délicieuses que Calion cachait dans une poche sous son armure. Le capitaine après s'être installé, passa devant de nombreuses tentes et arriva devant celle du général. Il entra et se mit au garde à vous. Le général lui ordonna de se mettre au repos et d'avancer prêt d'une table où était une carte. Calion s'approcha et se tint en face du général. Les deux officiers étaient penchés sur cette carte. Tous deux, penseurs, se tenaient le menton et avait leur regard fixé sur cette carte. Alors que le silence était au plus fort, un Elfe entra précipitamment dans la tente, salua le général et le capitaine et dit que le groupe envoyé quelques minutes plus tôt était attaqué.


L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  859968signaturecalion4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sighild Baldrick
Adepte des Arts Secrets
Sighild Baldrick

Nombre de messages : 235
Age : 29
Localisation : Va savoir...
Rôle : Mage/Sorcière

~ GRIMOIRE ~
- -: Semi-Elfe
- -: 115 ans (23 ans humain)
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptySam 23 Oct 2010 - 17:53
Une bataille sanglante allait avoir lieu ; elle ne sera ni la première ni la dernière. Les pas des gobelins se faisaient de plus en plus pressants, ils se dirigeaient tout droit vers les éclaireurs Elfiques. Ces nobles créatures demeuraient calmes ; concentrées par ce combat sans merci. Chaque être sentait la présence de son ennemi avancer, la confrontation sera inévitable et bientôt immédiate.
En hauteur, la jeune mage continuait sa course. Elle devança rapidement ses ennemis pour analyser la situation. Neuf de ses confrères se trouvaient sur ces lieux, un autre était humain. Le nombre de gobelins étaient nettement supérieur au leur, elle ne pouvait donc pas les laisser là ; alors que sa magie pourrait certainement les aider. Manquant d’expérience, la demoiselle garda son calme et réfléchit au plus vite. Elle ne pouvait laisser ses frères mourir sous ses yeux sans ne rien faire. Sighild pensa alors à son père : celui qui l’avait initié au combat. Le chevalier lui avait enseigné ses valeurs, ce qui permit à sa fille de découvrir son destin. La jeune demi-elfe se devait de s’en souvenir, sans son instinct, l’un des êtres les plus cher à son cœur ne serait plus de ce Monde. Son regard vert se posa alors sur son bâton, la Pierre de Lune eut alors un faible reflet…Elle ne devait pas avoir peur de son destin.

Pleine de détermination, l’apprentie mage de Minas Tirith reprit sa course. Le doute n’était pas permis en cette heure, pourtant une infime partie d’elle avait peur d’échouer.
En descendant de sa « cachette », Elwing tomba sur son camp. Son parfait physique lui épargna un jet de flèches. Les éclaireurs de Fondcombe la reconnurent. L’étonnement pouvait se lire sur leur visage lorsqu’ils aperçurent ce long sceptre de bois orné de la Pierre de Lune. Mais le temps n’était pas aux explications, l’ennemi serait bientôt reconnaissable. Les elfes se remirent en position, tous tenaient leurs arcs.
Sighild se dirigea vers la première ligne de combat. Elle tomba nez à nez avec l’amie de sa mère : Tara Tylanhnem. La jeune demoiselle inclina respectueusement sa tête vers cette dame et se mit à ces côtés.
Les pas des gobelins retentissaient de plus en plus dans ses oreilles. Le combat aura lieu dans quelques minutes. La jeune mage prit alors la parole d’un ton très sérieux :


« Nos ennemis sont au nombre de trente, je pense qu’il y a une sous réserve du même nombre à quelques kilomètres de nous. Laissez-moi vous proposez ma magie pour les ralentir et permettre aux autres guerriers de nous rejoindre à temps afin leur faire face. »


A la fin de ce petit monologue, Elwing tint son bâton droit. Son regard couleur de la Nature était toujours déterminé à combattre. La Pierre de Lune quant à elle se mit à briller faiblement, concentrant ainsi son énergie pour protéger son utilisatrice face à d’éventuel projectiles. D’un geste délicat, la belle enfant sortie de son fourreau l’épée accrochée à son dos. C’est alors que les ennemis arrivèrent face aux elfes et à cet humain.

Un jet de flèches s’abattit vers les gobelins, certains moururent immédiatement, d’autres continuèrent leur marche, bien décider à faire payer la mort de leur frère. Le combat au corps à corps fut imminent. Les gobelins se mirent à courir très vite vers leurs ennemis, la haine se lisait dans leurs yeux.
La demi humaine s’avança de deux pas ; laissant derrière elle ses alliés. Sans aucune peur face à ses ennemis, elle tendit son bâton de bois vers eux ; prononçant de faibles paroles d’un langage inconnu. Ses yeux restèrent clos. Plus elle prononçait ces paroles étranges , plus la lumière de cette pierre augmentait. Autour d’elle, de petits morceaux de pierres se soulevèrent.

Les mots cessèrent, les yeux verts de Sighild s’ouvrirent ; déchainant ainsi une rafale de pierres vers ses ennemis. Leur vitesse fut si importante qu’elle transperça la première ligne adverse ; laissant à la montagne des morceaux de chairs. Certains se retrouvèrent avec une jambe en moins , d’autres furent sans bras.

Cependant, la colère des gobelins augmenta et le combat continua…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voronwë Amnel
Héraut d'Imladris
Héraut d'Imladris
Voronwë Amnel

Nombre de messages : 91
Age : 23

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Très bonne question!
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyLun 25 Oct 2010 - 10:09
Voronwë était maintenant seul, dans l'obscurité et les ténèbres. En face, une armée de gobelins cachée par la nuit. Mais il les entendait, des petits pas brisant les brindilles tombées des arbres. Il adorait la solitude, et des soldats elfes plus téméraires que lui, il voudrait bien les rencontrés! Mais c'était trop tard pour lui. Le combat était sa raison de vivre, alors le capitaine mourra l'épée à la main. Les gobelins l'entourèrent, ils étaient peu, sans doute des éclaireurs. Seule la douce lumière de la lune permettait de voir le visage de certains de ces horribles êtres.
Voronwë avait toujours aimé la poésie, il en composer à ses heures perdues. Et il ne voulait surtout pas mourir avant d'avoir inventé ces derniers vers. Alors il se mit à chanter, en tournant lentement sur lui même pour observer ces ennemis, l'épée à la main.

Serais-ce lui,
Le combat que j'ai attendus toute ma vie?
Après le Mordor et autres épreuves,
Je vais enfin pouvoir faire mes preuves.

Tout de suite après, les éclaireurs doublèrent de nombre. Maintenant il le savait, il allait mourir. Alors Voronwë continua en ces termes:

En voyant l'obscurité m'entourant,
Je termine mon épopée,
Dans les ténèbres omniprésentes,
Ainsi se dévoile à moi la vérité.

Où est passé cette douce lueur,
Qui brulait mon cœur en sa demeure?
Elle s'en est allé avec tous mes espoirs,
Ainsi j'attends ma mort plongeais dans le noir,
En voyant m'entouré le désespoir,
Je m'en vais rejoindre les Valars.

Il aurait voulut faire plus, faire mieux, mais le temps ne le lui permettait pas. Soudain, il entendit les éclaireurs. Ils combattaient plus loin. Malheureusement, la diversion du capitaine avait été vaine. Soudain, Voronwë Amnel, capitaine de cavalerie d'Imladris sentit un sentiment puissant l'envahir. Il n'avait pas ressentit cela depuis longtemps. De la colère. Il cria ce qui effraya nullement ces ennemis, en tua un d'un coup d'épée bien placée et courra en direction de ses amis. En effet, ils n'avaient pas atteint le camp, une troupe de gobelins leur barraient la route. Cela lui rappela les guerres de jadis, tous ses soldats morts au combat. Ils étaient sous sa responsabilité, mais étais-ce de sa faute? Pour lui, oui.

Il se rappela du sang elfe, étendu sur toute la plaine et ces ennemis étant toujours de ce monde. Tous ces amis morts au combat. Il revint très vite à la réalité. Le valeureux guerrier était toujours en train de courir aussi vite qu'il était possible pour lui. Et sa témérité l'emporta sur sa raison, l'elfe attaqua à lui tout seul. Ses gestes étaient puissants et rapides, la colère faisait effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
Forlong

Nombre de messages : 3024
Age : 27
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyLun 1 Nov 2010 - 3:22
HRP: Je m'excuse vraiment pour le temps que j'ai mis à vous répondre, je suis désolé de vous avoir bloqué pendant si longtemps...encore une fois, beaucoup de travail et d'autres choses à faire en dehors du role play.
Sur le sujet du RP, le combat gobelins-éclaireurs c'est ok, mais n'oubliez pas qu'il n'y a pas un gobelin derrière chaque pierre. Ils ont aussi leurs campements et leurs cavernes, donc essayez de ne pas abuser des escarmouches en groupe et solitaires contre les peaux vertes Wink HRP

La tente du général Galahdan était grande et confortable; des tabourets recouverts de fourrures entouraient une petite table, l'armure et les armes du dirigeant de l'expédition étaient exposées dans un coin. Un poêle à bois réchauffait et éclairait la tente, la rendant un bastion contre la nuit sombre et froide. Une bannière du Soleil Blanc était pendue à l'entrée. Lorsque Calion entra dans la pièce, il put y voir Galahdan et deux officiers penchés sur une carte étalée sur la table.

Le dirigeant de l'expédition invita le capitaine à se joindre à eux d'un geste de la main, et dit:

-Nous allons commencer...apparemment le capitaine Amnel n'a pas jugé nécessaire de nous rejoindre. Nous nous débrouillerons sans lui, messieurs. En ce moment, nos éclaireurs sont censés analyser la situation dans cette partie des Montagnes Grises. Je ne sais pas combien il y a des gobelins, mais d'après mes sources ils devraient avoir une base à quelques lieues d'ici. Les gobelins vivent dans des cavernes, ca ne sera pas facile de les combattre. De plus que les conditions climatiques extrêmes ne facilitent pas notre tâche; une charge de cavalerie sur un chemin montagnard étroit, pendant une tempête de neige n'est pas chose facile. Nous ne pourrons pas prendre des décisions finales avant le retour des éclaireurs, mais je pense qu'il faudrait déjà établir une stratégie de base à adapter. Allons nous définir cet endroit comme notre campement fixe, ou rester en mouvement? Et avez vous des idées de tactiques et de l'utilisation de nos différentes formations dans le combat à venir? J'écoute vos suggestions, messieurs.

Les yeux de Galahdan parcoururent les visages des officiers présents dans la tente. Les deux autres capitaines se taisaient, regardant la carte.

***

Pendant ce temps, à quelques lieues de la sortie du campement, un combat pour la mort prenait place. A l'échelle de la guerre, ce n'était qu'une petite escarmouche. Pour ceux qui y prenaient part, c'était une véritable bataille. Certains n'avaient encore jamais affronté un gobelin...
Les peaux vertes n'étaient pas très nombreuses; une patrouille ou une bande indépendante apparemment. Heureusement pour les elfes d'ailleurs, car leur petit groupe n'était pas fait pour combattre à grande échelle; bien au contraire leur but était de découvrir l'emplacement du campement ennemi, pas d'attirer leur attention.

Encore une fois, comme depuis des siècles, le calme elfique se mesura à la rage meurtrière des gobelins. Encore une fois, le prix fut lourd pour les deux cotés.

Certains elfes avaient eu le temps de sortir leurs arcs en voyant les gobelins apparaitre sur le chemin enneigé. La plupart atteignit leurs cibles, et plusieurs créatures s'effondrèrent. Deux ou trois gobelins s'écroulèrent aussi au sol sous l'effet du sort de la jeune mage, se tordant sur la neige en poussant des cris de douleur. L'effet du sort ne reposait pas spécialement dans sa puissance, mais aussi dans l'effet psychologique; les gobelins craignaient naturellement les guerriers elfes, les mages étaient pour eux quelque chose d'absolument terrifiant.

Mais les peaux vertes ne reculèrent pas. Au contraire. Ils s'étaient à présent approché suffisamment pour engendrer un combat à arme blanche. Deux jeunes elfes périrent immédiatement, transpercés par des sabres noirs. Les gobelins combattaient sans aucune élégance ni honneur, ils combattaient pour tuer. Avec beaucoup de succès.

Le combat était violent, les guerriers perdus sur un petit chemin montagnard, loin du campement. L'arrivée de Voronwë fut une surprise pour les gobelins, et la colère froid de l'elfe le rendait un guerrier redoutable. Mais il était qu'une personne. La bataille allait être ardue...il ne restait plus qu'à combattre pour la vie et espérer que le premier combat sous la bannière du Soleil Blanc ne serait pas une défaite...

La neige tombait dans la nuit, recouvrant rapidement les corps et les tâches de sang...


L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Signtest11_1

Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calion Palantir
Elnaith de la Maison du Roi - Premier Nez
Elnaith de la Maison du Roi - Premier Nez
Calion Palantir

Nombre de messages : 506
Age : 24
Localisation : Imladris
Rôle : Régent d'Imladris/Elnaith de la Maison du Roi

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 7500 à peu près
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyVen 19 Nov 2010 - 18:19
Le conseil commencé, le général voyaient les officiers elfes qui étaient parmi eux, il manquait le capitaine Amnel. Les officiers présents établissaient des stratégies, le général Galahdan demandait à ses capitaines quelle stratégie appliquée, fixe ou mobile ? Les autres capitaines avaient l'air pensifs, c'était aussi le cas de l'officier Palantir. Celui-ci pensait à une stratégie mobile tout en utilisant des positions qui permettrait aux soldats de se replier en cas de problème et de préparer des défenses. Il leva la tête et regarda les autres capitaines, puis fixa son supérieur et lui dit.
"Mon général, celui-là leva la tête et regarda le capitaine qui l'interpellait, je suggère une tactique de ..." Il fut tout à coup coupé par un éclaireur qui revenait légèrement essoufflé par la course qu'il venait de faire. Il demanda la permission au général de parler. Son supérieur lui accorda.
"Général, nous sommes attaqués plus loin, nous avons besoin de renfort ... Le capitaine Amnel est seul face à cette horde."
Calion, sur l'ordre de Galahdan enfourcha Aranwë et celui-ci commença à galoper si vite, que personne ne pu le rattraper. Le Narmacìl sauta à terre et dégaina Anglïr. Il claqua sa main contre la cuisse gauche d'Aranwë qui repartit au camp. Le capitaine Palantir se tint au côté du capitaine Amnel et fonda sur l'ennemi, Calion savait parfaitement que c'était du suicide, mais pour sauver cet elfe et les autres soldats présents, il ferait tout. Ils étaient deux capitaines et une dizaine d'autres Elfes, mais leur vaillance, leur force et leur agilité dépassait largement celle d'une cionquantaine d'Elfes réunis. Les Gobelins fonçaient sur les Elfes qui paraient et tranchaient courageusement ces créatures verdâtres. Les deux vaillants officiers ne cédaient pas sous les coups. Un Gobelin portant deux lames très bien affûtées apparemment sauta sur le capitaine Palantir qui l'évita mais l'une des lames du Gobelin le toucha ou toucha plutôt son armure, légèrement rayée maintenant. Calion se mit accroupi et à ce moment des flèches furent décochées au loin et on entendait le cri de ralliement des Elfes. Amnel se battait toujours, il n'avait certainement pas entendu ces congénères. Le Narmacìl vint aux côté du capitaine qui venait de terminer son Gobelin et lui fit voir les premiers elfes qui étaient sur les lieux. Les Gobelins se rassemblèrent, autour des deux officiers elfes, plusieurs corps qui étaient tombés sous les coups des deux elfes.



//HRP//Désolé du peu de lignes, c'est que j'ai pas eu le temps de rp avec mes cours.//HRP//


L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  859968signaturecalion4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sighild Baldrick
Adepte des Arts Secrets
Sighild Baldrick

Nombre de messages : 235
Age : 29
Localisation : Va savoir...
Rôle : Mage/Sorcière

~ GRIMOIRE ~
- -: Semi-Elfe
- -: 115 ans (23 ans humain)
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyVen 3 Déc 2010 - 13:39
Le fer se heurta à plusieurs reprises , dans un combat qui semblait sans fin. Aucun camp ne perdait espoir, tous se battirent avec courage : une volonté de victoire se lisait dans leurs yeux.
Son épée était tâchée du sang de ses adversaires, mais la magnifique lame continua malheureusement ses crimes. Sighild devait se défendre, combattre ses monstres et aider sa patrie à gagner cette bataille. Seulement, son âme ne supportait pas autant de haine, autant de sang. Pourtant, elle ne pouvait faire autrement, c’était sa vie contre celles de ces gobelins.

La belle fut une cible prioritaire pour ses adversaires : ses qualités de mage étaient dangereuses pour ces êtres ; il fallait qu’ils se débarrassent d’elle assez rapidement. Plusieurs gobelins foncèrent sur elle. Sans plus attendre, la sang mêlée fut secourue par l’amie de sa mère. Les deux dames se battirent l’une à côté de l’autre, toutes deux déterminées à sauver leur vie contre celles de leurs ennemis. Elles purent entendre leurs alliés tomber sous les coups de ces monstres : ce qui augmenta d’autant plus leur désir de vaincre.

Même si les flèches touchèrent un bon nombre d’entre eux : la marche des gobelins continua, il n’y avait que la mort qui pouvait les arrêter.

Un gobelin prit de court la jeune mage qui tomba au sol, elle se cogna légèrement la tête contre un roc. Un peu étourdie par ce coup, la demoiselle était à la merci de cette chose. Le goût du sang se sentait dans sa bouche, une sensation bien désagréable qui lui rappelait son premier combat. Cependant, il fallait agir vite, par réflexe , la belle employa la magie pour faire reculer ce gobelin : une magnifique lumière l’éblouit. Grâce à cette action, Sighild eut le temps de se redresser et de reprendre ses esprits.
Dans sa chute, la belle dame s’était ouverte la lèvre inférieure, elle essuya d’un geste vif le sang qui s’y échappa et se tint en garde face à son ennemi. Un échange de fer se fit à nouveau entendre, les coups qu’ils s’attribuèrent furent précis. Sighild gagna cet affrontement.

La neige commença à tomber, camouflant ainsi les cadavres de ce sanglant combat. Les renforts Elfiques arrivèrent alors, un soulagement se ressentit dans ce camp. Mais elle n’eut pas le temps de réfléchir d’avantage, un autre adversaire se mesura à elle. Sighild réussit à gagner ce combat.
Le corps du gobelin tomba à ses pieds ;cette bataille était terminée pour elle. Au loin, ses confrères tuèrent les derniers ennemis.

Le temps se ralentit autour de notre mage, la belle créature observa tout ce qui l’entourait. La neige tombait encore, caressant sa douche chevelure et recouvrant les cadavres ainsi que le sang de ce dur affrontement. Non, elle ne comprenait pas pourquoi les êtes de ce monde se battait au point de mourir. Elle avait vu la haine dans le regard de chacun de ses adversaires, elle avait senti cette rage dans chaque échange à l’épée.

En avançant, la belle retira de la neige d’un corps elfique. Son confrère était toujours en vie mais sa respiration était très faible. Son corps était gelé par ce froid hivernal ; un mauvais coup lui avait été attribué et l’esprit de ce malheureux était en train de rejoindre ses ancêtres. La demoiselle lui tint alors la main et posa sa seconde sur son front, elle prononça des mots anciens qu’elle-même ne comprenait pas, sans doute un mystère dont on lui avait parlé. A la fin de ses mots : son confrère lâcha sa main et partit dans le repos éternel.

Se redressant avec grâce, Elwing rangea son épée dans son fourreau. Elle prit légèrement appui sur son bâton magique et regarda ses confrères….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baltog
Roi Gobelin
Baltog

Nombre de messages : 64
Localisation : Mont Gundabad
Rôle : Roi du Mont Gundabad

~ GRIMOIRE ~
- -: Gobelin du Mont Gundabad
- -: 50 ans
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyDim 5 Déc 2010 - 22:46
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Dwarven_Warrior_by_ClearHarm

Cela faisait une semaine que Thrali errait dans ces montagnes. Il avait été envoyé par un éminent Seigneur Nain qui voulait obtenir des informations précises sur les montagnes mais surtout sur les différents lieux où les gobelins avaient élu domicile toutefois Thrali ignorait pourquoi il avait reçu une telle mission et quels étaient les desseins de son seigneur. Quoi qu'il en soit, il était là, vêtu de ses meilleures armures qu'il avait amélioré avec des doublures polaires car le temps était particulièrement rigoureux dans cette région par contre il n'avait pas touché à son casque, un ouvrage datant du Premier Âge dont la forme rappellait vaguement celle d'un crâne de dragon. Il avait une arbalète attachée à son dos composée d'acier des Monts du fer et de bois, un menuisier de Dale l'avait créée sur mesure. Il disposait de deux épées naines décorées au niveau du pommeau de deux rubis ainsi que d'une hache à deux mains qu'il préférait utilisée dans les combats en plaine. Il avait fini par s'habituer aux différents obstacles de la région à savoir le temps et les gobelins. Le guerrier Nain aimait particulièrement s'occuper de ces créatures qu'il détestait profondément c'est pour cela qu'il avait mis au point de nombreux pièges dans les montagnes lorsqu'il campait pour être sûr de dormir en toute tranquillité. La tranquillité, on ne la connaissait que peu ici, on entendait parfois les loups hurler en pleine nuit ou on devait combattre contre une petite troupe de gobelins, dans ces cas là, Thrali préférait abattre rapidement le chef pour anéantir tout espoir aux assaillants.

Alors que ce Nain continuait sa mission, il eut la surprise de voir une bataille se dérouler entre des elfes et des gobelins. Il ne comprenait pas comment les elfes faisaient pour perdre des soldats ainsi, il fallait toujours rester sur ses gardes ici de sorte qu'en cas d'embuscades on soit prêt à en abattre en grand nombre avant qu'ils n'arrivent au corps à corps. La magie utilisée par Sighild impressionna le nain, jamais il n'avait vu pareils tours et c'est ce qui le poussa à intervenir. Très vite il repéra le chef des gobelins qui était le seul à disposer d'une armure convenable et le nain prit son arbalète. Il chargea son arme et attendit le moment opportun pour abattre la créature ce qui fut le cas après qu'elle eut abattu un elfe et qu'elle criait sa victoire. "Clik". Le carreau partit tout droit dans la tête de la créature malgré le fait que le vent ait légèrement dévié sa trajectoire initiale. Thrali rangea son arbalète, prit sa hache puis se dirigea vers le lieu où les gobelins survivants se repliaient, il savait qu'ils ne devaient pas alerter les gobelins situés dans les cavernes alentours depuis lesquelles ils reviendraient harceler l'expédition elfe.

Il surprit les gobelins en pleine course et en fendit un en deux, les autres, voyant qu'ils ne pourraient passer sans avoir affaire au Naugrim tentèrent de passer par un autre chemin mais les elfes les en empêchèrent et aucun gobelin n'atteint les cavernes. Thrali s'approcha discrètement des elfes pour enfin saluer la mage elfe :

-" Thrali, à votre service et à celui de votre famille, vos talents de mage m'ont grandement impressionné, je vous soupçonne donc d'être la chef de cette expédition, si c'est le cas je ne saurais que vous conseiller de quitter vite cet endroit ainsi que de nettoyer car les gobelins pourraient être alertés par le bruit des charognards..."

Il jeta un regard noir sur les alentours, il n'aimait pas être en position découverte ainsi, surtout que les gobelins aimaient particulièrement tirer des flèches dans le dos de leurs adversaires néanmoins il préféra demeurer cordial envers son interlocutrice en poursuivant :

-"J'oublie de me présenter autrement que par mon nom, veuillez m'excuser mais cette période d'errance dans ces Montagnes m'a rendue quelque peu bourru. Je suis un soldat nain et mon seigneur est l'ancêtre d'un certain Dwalin que vous connaissez peut-être de nom, j'ai été envoyé ici pour explorer et cartographier la zone mais pourquoi, ça je ne sais pas, mon seigneur ne m'en a pas dit plus."

Il leva son regard vers l'elfe, elle paraissait blessée, Thrali se pensa très bête sur le moment de ne pas l'avoir remarquer c'est pourquoi il rectifia ses erreurs de politesse :

-"Excusez-moi mais vous saignez. Peut-être vaudrait-il mieux aller à votre camp de base, si vous en avez un."


Dernière édition par Baltog le Dim 19 Déc 2010 - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leriathed
Lieutenant Elfe
Leriathed

Nombre de messages : 29
Age : 26
Localisation : Caserne du fief du seigneur Isilo
Rôle : Servir mon seigneur

~ GRIMOIRE ~
- -: Haut Elfe Des Havres Gris
- -: 780 Ans
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyMer 8 Déc 2010 - 15:10


    Mon supérieur hiérarchique, Isilo seigneur fief de Lime Clair m'avait demandé de rejoindre l'expédition lancé par le Général Galahdan.Le but de cette expédition était de réduire les forces Gobelines grandissante présentent dans les Monts Brumeux.J'avais amené avec moi quelques dizaines de soldats parés à ce combat qui serait inévitable.J'arrivais avec énormément de retard au camp établi par le Général ainsi que tout les autres officiers déjà présent, mes hommes me suivirent de près et arrivèrent peut après moi.Sur le chemin pris pour me rendre en ce lieu j'ai découvert plusieurs dizaines de cadavres elfes, une embuscade tendue par ces horribles monstres que peuvent être les Gobelins,tous plus perfides les uns que les autres ! Mon premier reflexe fut d'aller me présenter au chef de l'expédition afin de lui signaler ma présence.Avant de rentrer dans la tente du Général Galahdan, je vis que quelques nains étaient présent, quelque chose d'assez étrange,en vus de nos relations très médiocres avec ces êtres de petites tailles.Après un bref aller-retour dans la tente du chef d'expédition je revins dans l'enceinte principale du camp afin de rencontrer les autres elfes présents dans cette troupe.Je m'assis,sur une pierre, à coté d'un petit groupe de mes confrères. Je me présentai alors à ces autres militaire.Un d'entre eux, surement le plus gradé,semblait avoir été touché lors de la bataille qui avait eu lieu peu avant mon arrivé, je m'approchais alors de lui pour connaître les détails de ce combat opposant elfes et gobelins :
    " Je suis désolé de vous abordé ainsi, mais sur le chemin j'ai rencontré nombre de cadavres, que ce soit elfes ou gobelins, j'aimerais savoir si les pertes de notre cotés sont très élevées ? "

    Il me répondit qu'un demi-centaine d'elfes avaient étaient tué lors de cet affrontement malheureuseument pour nous. Mais avec moi j'avais amenés un petit groupe de soldats assez expérimenté qui allait pouvoir remplacé ceux morts au combat. En marchant paisiblement dans le camp, je m'aperçus que mes subordonnés avaient enfin installés une tente dans le camp. J'entrai donc dans celle ci afin de pouvoir me reposer du long voyage effectué.



*Post assez court mais je me rattraperais sur les prochains*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
Forlong

Nombre de messages : 3024
Age : 27
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyMar 14 Déc 2010 - 17:50
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  20100919202815-6786de19

Le général Galahdan regarda le départ furtif de Calion en levant un sourcil; véritablement, ses officiers ne semblaient avoir aucune discipline. Cette expédition allait être importante, il fallait faire de cette génération d'elfes des guerriers dignes de la Dernière Alliance.

Le général se tourna vers les officiers restants, et dit:

-Messieurs...allons donc voir ce qui se passe là bas. Apparemment il n'y a pas moyen d'avoir une réunion calme dans ce lieu.

Sur ces mots, Galahdan revêtit son plastron doré, et attacha son épée à sa ceinture. Sa cape, ornée du symbole du Soleil Blanc, lui donnait un air encore plus glorieux. Il laissa cependant son heaume, son bouclier et ses jambières dans la tente.
Lorsqu'il sortit dehors, un jeune elfe lui amena son étalon, sur lequel il monta avec dignité. Suivi par deux officiers et deux chevaliers elfiques, il se mit à galoper dans la direction où était parti le capitaine Calion quelques minutes plus tôt.

***

Les cinq cavaliers arrivèrent sur le lieu du combat plus ou moins en même temps que Thrali le nain; ce furent eux qui bloquèrent le deuxième chemin de retraite qu'avaient pris les gobelins.
Galahdan chargea en silence, en levant son épée tel un héros du Premier Age, un véritable cauchemar aux yeux des peaux vertes. Ses compagnons le suivaient, leurs lames longues annonçant la mort imminente de leurs ennemis.

Le choc eut lieu. Le général Galahdan donna deux puissants coups de sa longue épée antique, qui brisèrent les crânes des orcs. Les monstres criaient de peur, piétinés par les sabots des chevaux, coupés en morceaux par leurs épées et lances brillantes.
Quelques uns essayèrent de s'opposer à ces guerriers puissants...et comme cela arriva si souvent dans l'histoire de la Terre du Milieu, une flèche noire tirée par un gobelin atteint sa cible. Le général Galahdan n'aurait pas du laisser ses jambières dans la tente; la flèche vint se planter profondément dans sa jambe, quelques centimètres au dessus de son genou gauche.
Il ignora la blessure, et galopa dans la direction de l'archer, l'empalant sur sa lame d'un puissant coup d'estoc.

L'escarmouche était finie. Le général regarda autour de lui; un nain, des humains, des elfes et des gobelins morts. Il fronça à nouveau ses sourcils: ces montagnes ne semblaient pas être si désertes que ca.
Galahdan entendit les dernières paroles prononcées par Thrali. Il ressentait une certaine méfiance envers ce peuple, mais il ne pouvait renier leur courage. Un cartographe...envoyé par un seigneur nain? Il lui fallait en apprendre plus.

Il éperonna délicatement son étalon, et s'approcha de Sighild et de Thrali.

-Salutations maitre nain. Il me semble que nos éclaireurs se sont fait repérer plutôt qu'avoir eux même repéré le camp ennemi. Ceci dit, notamment grâce à votre aide, tous les gobelins de ce détachement sont à présent morts.

Son regard se porta pendant un bref instant sur sa propre jambe, car il ressentit un liquide chaud couler sur sa peau. En voyant la flèche noire plantée au dessus de son genou, il la brisa avec un calme stoïcien et cacha la plaie de sa cape, l'air de rien.
Il descendit de son cheval en voyant la magicienne étourdie, le visage taché de sang. A sa façon, le général était galant.

-Madame, vous avez combattu avec courage. Veuillez faire usage de mon cheval pour revenir au campement.

Il n'y avait aucune émotion dans sa voix, juste une politesse froide; Galahdan n'accepterait aucun refus.

***

Une quinzaine de minutes plus tard, tous les éclaireurs survivants, les officiers, le nain et le lieutenant qui venait d'arriver sur place, s'étaient retrouvé dans la tente énorme du général.

Ce dernier s'était posé sur une chaise, sa plaie toujours dissimulée par sa cape. Il dit:

-Messieurs, dames. Tout ne s'est pas déroulé comme prévu, notamment à cause d'un manque de discipline flagrant et d'un manque de connaissance du terrain. Qu'il en soit ainsi; cependant nous sommes à présent à découvert. Nous savons toujours pas où se trouve le campement principal des gobelins, et selon toute probabilité ils savent que nous sommes ici. Je ne vois qu'un seul choix. Une attaque rapide et puissante, afin de les écraser avant qu'ils ne puissent s'écraser. Maitre nain, j'aimerais savoir plus sur votre quête ici, et vous demander si vous pouvez nous fournir des informations sur le lieu du campement gobelin.

Il tourna son regard vers les autres personnes présentes, et ajouta:

-Quant à vous, j'aimerais savoir si vous avez des remarques quelconques sur ce plan, et en combien de temps vous serez disponibles, ainsi que vos soldats, pour partir au combat.




L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Signtest11_1

Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voronwë Amnel
Héraut d'Imladris
Héraut d'Imladris
Voronwë Amnel

Nombre de messages : 91
Age : 23

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: Très bonne question!
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyMar 14 Déc 2010 - 21:30
Le capitaine Voronwë Amnel d'Imladris se retourna et enfonça son épée dans la crane de son ennemi. D'un simple geste, il trancha la gorge d'un autre, puis courra en direction d'un de ses frère d'arme et para un coup en lui sauvant la vie. Cet assaillant fut plus coriace que les autres, mais il parvint tout de même à désarmer le gobelin et lui enfonçant sa lame dans le cœur.

Il continua de combattre sans arrêt, ni repos. Depuis longtemps il était soldat, sa vie n'avait plus aucune importance maintenant. La neige continuée de tomber. Le capitaine regarda autour de lui et avança vers un autre de ses ennemis. Il fut prit de vitesse par une autre elfe qui abattit la peau verte d'un coup.

-Capitaine Calion, le salua t-il d'un geste de tête.

Voronwë n'eut pas le temps de souffler qu'un autre l'attaqua. Avec élégance, il le décapita. A l'instar d'un lâche, un gobelin arriva derrière Calion, un dague en main. Encore une fois, Voronwë désarma son adversaire, prit la dague et la lança sur l'archer qui le visé. La flèche dévia en frôlant son oreille rougis par le froid intense. Quelques secondes plus tard ce fut son ami qui le sauva en lui épargnant un coup d'épée.

C'est à ce moment précis qu'il découvrit avec joie que le capitaine Calion Palentir n'était pas venu seul, les renforts étaient arrivés. Ce le déconcentra du combat, par instinct de guerrier, il se baissa, évitant une flèche qui lui écorcha la joue. Puis un autre l'attaqua au couteau, il roula en boule et l'assailli. Avant de tomber, mort, il réussit tout de même à blessé l'elfe au bras, heureusement, au bras gauche. Il pouvait donc encore porter son épée.

Dès que le dernier gobelin fut abattu, les officier se réunirent autour du général. Voronwë écouta ses ordre sans broncher, il n'avait pas confiance en le nain. Un nain, dans les montagnes, ce n'était pas surprenant, mais un nain seul dans un lieu hostile, près d'une armée gibeline, c'était assez étrange. Ses yeux se posèrent enfin sur la magnifique femme qui les accompagnaient. Le général lui offrit un cheval pour qu'elle reparte au campement. Du sang coulait sur sa sublime tunique argenté, mais il ne s'en soucia pas.

-Je pars en éclaireur, annonça t-il.

Il voulait vérifier lui même si le nain disait vrai, si les indications se révélés fausse, il aurait une conversation mouvementé avec le nain solitaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sighild Baldrick
Adepte des Arts Secrets
Sighild Baldrick

Nombre de messages : 235
Age : 29
Localisation : Va savoir...
Rôle : Mage/Sorcière

~ GRIMOIRE ~
- -: Semi-Elfe
- -: 115 ans (23 ans humain)
- -:

L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  EmptyVen 17 Déc 2010 - 10:56
Tout était flou. Ce mauvais coup avait étourdi Sighild, c’était la première fois que la jeune elfe ressentait ce genre de chose. Sans qu’elle ne s’en rende compte, un petit homme arriva vers elle et lui parla. La belle demoiselle suivit ce long monologue, une fois cela fait, elle le regarda droit dans les yeux et lui afficha un sourire amicale :

« Vos paroles sont flatteuses monsieur Thrali mais je ne pourrais quitter cette montagne car tout comme vous on m’a envoyé en ces lieux. »


Elle essuya d’un geste délicat le sang qui coulait de sa lèvre et ferma les yeux un instant, des vertiges la prirent. Ewling décida de se maintenir avec son bâton, elle allait proposer à ce nain ce la suivre mais un général elfique prit de l’avance sur elle.
La sang mêlée observa son confrère, malgré ses vertiges, elle put entendre le bruit d’une flèche que l’on craque, cet elfe semblait blessé. C’est alors qu’il vint s’adresser à elle, par galanterie, il lui proposa son cheval pour le retour au camp. La belle s’inclina légèrement en signe de remerciements et elle grimpa sur ce cheval. Avant de suivre les troupes, elle proposa à Thrali de grimper avec elle : son errance dans les montagnes l’avait sans doute épuisé.

Au cours du retour, Elwing pensa à tout ce qui venait de se produire. La mort de son confrère lui pesait sur le cœur, c’était la première fois qu’elle assistait de si prés à un décès, et même si elle ne le connaissait pas, cela lui faisait mal.
La neige tombait toujours, le froid gagnait du terrain. Le cheval de cet élégant capitaine suivait son maître avec douceur, ce qui permit à notre belle mage de se reposer.


Quinze minutes plus tard, les présents de la bataille se retrouvèrent tous sous une tente. Ce général prit alors la parole, proposant une stratégie immédiate envers leurs ennemis.

De son côté, assise, la belle mage fermait les yeux, de son bâton magique jaillit une faible lueur blanche, ses lèvres bougèrent légèrement : elle venait de s’administrer un sort de soin. En ouvrant son magnifique regard vert, la sang mêlée se leva et s’exprima d’un ton neutre :


« Je me joindrais à vous afin de confirmer les dires de notre ami nain. Avant de rejoindre vos éclaireurs, j’ai arpenté ces montagnes, en hauteur et j’ai aperçu les gobelins qui m’ont conduit droit à vos soldats. »


Ewling s’avança vers ce général. La belle faisait confiance à ce nain mais ce n’était peut-être pas le cas de son confrère. Quoiqu’il en soit, Sighild était déterminée à en finir avec tout ceci. La jeune demoiselle n’avait pas peur de son destin, mais elle voulait rentrer chez elle et méditer quant à tout ce qu’elle avait vu…

[HPRG : Pas glorieux...désolée :s]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
L'appel du Fer [Scénario ouvert à tout joueur elfe]  Empty
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Renard au palais. [shoraizen ouvert à tout membre]
» Fiche d'une arc-en-ciel solitaire RP's Ouvert a TOUT !
» Appel à l'insurrection.
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Scénario : Attaque à la lisière de Fangorn (S.D.A)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Chez les Elfes :: Gar Thulion-
Sauter vers: