Sale nuit pour Dunlinde et Rimbold

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Mar 28 Juin 2011 - 21:39
La cavalière du Rohan Dunlinde et le garde royal Rimbold foncèrent donc vers les portes principales de la capitale du Rohan. Ils étaient suivi de près par Hérold qui soufflait comme un boeuf, il n'arrêtait pas de faire des allers retours cette nuit, il était éreinté, Mias en bon gade royal il ne le montrait pas.

Ils descendirent avec vivacité la pente douce qui menait aux portes ancestrales de la ville d'Edoras. Ils ne purent pas profité du panorama comme il le méritait, la lune baignait de sa lumière blafarde les plaines du Riddermark. les jeunes gens se concentraient sur leur souffle court et leurs pensées allaient vers l'étrange compagnie de bois dorée récemment arrivée.

Ils débouchèrent enfin sur les fameuses portes. Rimbold eut surement un pincement au coeur: ce n'était pas la délégation tant attendue.




Gael Forêtvertes caressait avec nervosité ses froufrous à ses manches. Il devait rentrer dans la capitale rohirrim, son commerce en dépendait. La débâcle de l'armée gondorienne à Assabia avait été un désastre pour l'hobbit marchand, un soldat qui a connu la défaite ne fait pas un bon client. Gael toujours bien renseigné savait que l'heure des changements s'annonçait au Rohan et donc des bonnes affaires.

L'hobbit vit arrivé Rimbold. Immédiatement il l'interpella

"Mon ami c'est donc vous messire Rimbold, celui que je dois convaincre pour rentrer dans cette splendide cité. Laissez moi tout d'abord me présenter, Gael Forêtvertes , maitre marchand de mon état, le plus célèbre des Terres du Milieu"


Sans attendre de réponses, le kuduk sauta de la charrette et sortit une étoffe de soie. Il la présenta à Dunhere

"Voyez gente Dame la qualité de ce tissu"

Gael aperçut un peu tard, le regard circonspect de ses acolytes, sa démarche commerciale semblait avoir des lacunes apparemment.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rimbold
Garde Royal du Rohan
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 31
Localisation : En Rohan
Rôle : Garde Royal et Capitaine d'Eored en Exil

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Rohan
- -: 24 Ans
- -:

Mer 29 Juin 2011 - 0:35
La compagnie de Bois Doré était à peine installée qu’Hérold déboucha dans le couloir en trombe ! D’autres c’étaient présenter à la porte durant l’absence du garde et de la cavalière. Rimbold se précipita au dehors, dans l’espoir qu’il s’agisse de la délégation revenant d’Alburg. Si tel était le cas, il serait dans la mouise, Edor aurait remarqué l’absence du comité d’accueil ! Les deux compagnons dévalèrent la pente du château d’or, et traversèrent la basse ville à toute allure, talonner par Hérold qui, essoufflé par temps d’aller retour, chancelait d’épuisement. Arriver à la porte, Rimbold s’arrêta net, Dulinde ne s’attendant pas à ca lui rentra dedans…

-Que…Qu’est ce que c’est que ca ?

Devant eux, trois individus. Un homme, un viellard, et… .. Un hobbit ? Oui, un semi-homme de la comté ! Rimbold eut un léger tic nerveux.

Pensée : ° Non mais c’est pas vrais ! Ce… C’est pas possible ! Mais qu’est ce que c’est que ce foutoir ? Par les Valars, je n’ai pas assez donné, voila qu’un nabot et sa clique se présente à moi maintenant ! Non de…c’est un coup à sortir l’épée pour rien ca !?°

Le semi-homme en question paraissait assez nerveux. Il triturait énergiquement les dentelles de ses manches… Merëld et Hérold remarquèrent la légère veine en train de gonflée sur la tempe de leur ami, en effet, Rimbold commençait à saturer. A peine l’eut il aperçu, que le hobbit sauta de sa charrette et s’adressa au garde :

-Mon ami, c'est donc vous messire Rimbold, celui que je dois convaincre pour rentrer dans cette splendide cité. Laissez moi tout d'abord me présenter, Gael Forêtvertes , maitre marchand de mon état, le plus célèbre des Terres du Milieu !

Sans même attendre une éventuelle réponse, il farfouilla dans sa charrette et en sortit une large étoffe de soie qu’il présenta à Dùnlinde :

- Voyez, gente dame, la qualité de ce tissu !

Le semi-homme n’eut pas le temps de tendre la soie à la cavalière que le garde l’arrangea d’une voix caverneuse et visiblement énervée :

-Premièrement, je ne suis en aucun cas votre… « ami » ! Deuxièmement nous n’avons absolument pas besoin d’un marchand ambulant flanqué de sa carriole remplit d’immondice de médiocre qualité ! J’attends une importante délégation sous peut et je n’ai pas de temps a vous consacre, ni a vous, ni a vos deux compagnons

Rimbold se faisait sauvage et agressif, le garde à bout de nerfs haussa encore le ton…

-Il est en plus de ca hors de question que j’ouvre la porte à trois inconnus en pleine nuit par ces temps troublés ! Etant garde Royal du Rohan de mon… « état », je vous prierais donc poliment de tourner bride, vous, vos amis et vos babioles et de repasser dans deux ou trois jours, voir jamais si cela vous est possible ! Ou je peux aussi donner l’ordre aux sentinelles de vous foutre dehors proprement avec en souvenir deux ou trois trous de lances et quelques pointe de flèches bien placées ! messieurs, adieux !

Rimbold resta planté au sol, main sur la garde de l’épée, attendant que le hobbit face demi tour…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Mer 6 Juil 2011 - 10:18


Gael Forêtvertes regardait , éberlué Rimbold cracher sa haine envers lui. il ne comprenait pas en quoi il méritait les foudres du garde royal. Il recula tremblant, il laissa dans ce mouvement de peur tomber la soie précieuse.

Mais..... enfin......Messire.... je ne comprends pas ....je......suis.....un honnête Marchand....Si vous.... Avez des .....problèmes, on peut attendre demain , l'ouverture des Portes d'Edoras.

Herold s'approcha de son ami Rimbold, il posa une main ferme sur son poignet

"Par les valars, Rim, qu'est ce qui t'arrive, tu es instable. Calme toi. Gael Forêtvertes est connu dans toutes les terres du Milieu. Nous les connaissons . Rappelle toi quand nous étions jeunes, ils venaient sur la place principale d'Edoras. Laisse les au moins camper à l'extérieur"

Les trois marchands scrutaient la peur au ventre le garde royal impétueux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taorin
Capitaine des Chiens du Désert
Capitaine des Chiens du Désert
avatar

Nombre de messages : 466
Age : 23
Localisation : Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain (Haradrim)
- -: 36 ans
- -:

Mer 6 Juil 2011 - 14:04
Quatre longues journées à attendre sur le palier de l'auberge, au milieu des poux et autres parasites infestant les habits de la mendiante. Quatre longues nuits pendant lesquelles elle devait rester dehors, dans le froid, pendant que les autres prenaient du bon temps à l'intérieur de la taverne. Les mains au-dessus du feu, sans doute.

Mais aujourd'hui était le grand jour. Ils allaient enfin pouvoir exécuter leur mission. Lena tâta discrètement les armes cachées entre ses loques puantes : trois couteaux de lancer parfaitement aiguisées et facilement accessibles, une cordelette de soie d'une solidité à toute épreuve, et la dague d'acier noir, glissée dans son fourreau entre ses seins. Tout était prêt. La délégation devait arriver d'un moment à l'autre, sans doute lorsque le ciel commencerait à s'éclaircir légèrement à l'approche de l'aube.

Nellen, Erthyr et Eorar étaient à leurs postes. Leur contact en ville les avait bien aidé en leur trouvant plusieurs petites chambres miteuses le long de la rue principale, où la délégation devrait passer. Les arbalètes étaient huilées, les carreaux prêts à faire pleuvoir la mort. L'attelage harnaché attendait dans une ruelle sombre et sale. Nellen, le cocher, vérifiait ses armes, dissimulées à divers endroits du chariot.

Lena se renfonça dans l'ombre du porche de l'auberge, se fondant dans les ténèbres. Ils ne se doutaient de rien, les sots ! Souriant, Lena fit passer le temps en rêvant aux richesses qui seraient à elle une fois son rôle terminé...


500£+850£ pour le maître d'armes
Capitaine des Chiens du Désert et Seigneur (Pirate) d'Umbar.
"Memento mori"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rimbold
Garde Royal du Rohan
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 31
Localisation : En Rohan
Rôle : Garde Royal et Capitaine d'Eored en Exil

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Rohan
- -: 24 Ans
- -:

Mer 6 Juil 2011 - 16:07
Après s'être fait stopper par son ami, Rimbold sentit la pression retomber lentement, ses yeux se firent plus doux , et sa voix plus calme. Pourquoi s'était il énervé sur ce marchand? Il n'en savait rien! le pauvre n'était en aucun cas responsable de cette sale nuit. Il s'avanca avec une mine désolée, et ramassa l'étoffe de soie qui s'étalait par terre, la réenroula, et la tendit au Hobbit:

-Pardonne moi, marchand! La nuit a été rude... Nous attendons des gents importants, et le destin semble vouloir s'acharner sur nous! Après les débàts voltages envers des elfes, je vois venir des cormmerciaux...

Il se mit à rire avec un sourire crispé.

-Vous ne camperez pas dehors, les nuits sont fraiches. Allez au petit hautel à gauche de la première grande ruelle, et prenez y un repas, vous le mettrez à mon nom, en répararation de mon incalifiable conduite! Allez maintenant, et bonne fin de nuit!

Il donna l'ordre aux sentinelles de laisser passer la caravane, puis se tourna vers Hérold:

-Merci mon ami! je crois que cette attente m'affecte plus qu'autre chose!

Alors que son regard se faisait lointaint, il se détendit, et parut l'espace d'un instant hors de son corp. Se fut Merëld qui le tira de sa "transe"...

-Ami! Qu'as tu? Hey, Rimbold? Ho! Sa ne va pas?

-Hum...? Si! Je réflechissait, voilà tout!

-Et a quoi, si ce n'est pas indiscret?

Le garde marqua un temps de pause, puis son regard se fit grave.

-Nous n'avons pas été assez prudent! Nous gardons la porte, et le chateau d'or est surveiller.

-Oui, et alors?

-Et alors, ce n'est pas suffisant! Avec tout les gents qui sont entrés dans la cité ces derniers jours, il est fort probable que les risques encourus est doublés! Voir triplés!

-Pardonne moi, mais je ne te suis pas, là!

-J'admet avoir moi meme quelques difficultés à comprendre...

-Ayez un peu d'imagination! Projetez vous dans le futur, au moment precis ou nous escortons la délégation au chateau... Une ruelle envahi par la foule, acclamant le chevalier! Et là...VLAN! Un assassinat, ou encore un soulèvement! Ont y a pas penser!

-Effectivement, nous avons omits ce detail.

L'aube se levait maintenant. Les premiers habitant commencaient leurs tâches quotidiennes, les chevaux trotaient aux cotés de leurs maîtres, les femmes puisaient l'eau, et jouaient avec les enfants...

-trés bien! Nous allons faire les choses en grand! Merëld, par où doit passer la délégation?

-Par la grande rue principale, Pourquoi?

...Monseigneur! Nuage de poussière à l'horizon!...

-Par les Valàrs! C'est peut-être la délégation! Sentinelle, à combien de temps sont ils des portes?

...Une heure, environ, messire...

-Trés bien, pas une minute à perdre! Hérold, cours à notre salle, et ramène moi dix volontaires, Merëld, rassemble les sentinelles! Allez, dépechez vous!

les deux gardes royaux s'enpresserent de remplir leur tâche, et en moin de cinq minutes, une bonne vingtaine d'hommes furent rassembler aux portes.

- Parfait, voici ce que nous allons faire! Dùnlinde, tu reste ici au cas ou il arriveraient plus tôt que prevu! le reste vient avec moi... Nous allons vider la rue principale! Fouillez tout, je ne veut personne entre ici et le chateaux! mettez les dans la grandes salle commune, ou sur la place du marché, et surveillez les étroitement! l'erreur nous est interdite! En avant!

ce fut alors un ballet d'armures et de claquements, Rimbold, en homme sage, avait rassembler les civils et leur expliqu'a pourquoi ont les "chassaient" ainsi de leurs maisons! Nombres de voix s'elevèrent, mais il se refusa à les ecouter, toute la rue principale et les maisons, hautel, et diverses chambres miteuse qui la longeait furent bientot vider entierement de leurs habitants! Beaucoup étaient revoltés à la vue de la garde, même si ceux ci y allaient avec douceur et gentillesse! Ne voulant pas terrorisé la populasse. Les marchands, les bourgeois, même les mendiants furent deplacés. A part quelques réfractaires, dont une mandiantes terrée sous le porche d'un hautel. Soudain, la voix grave de Rimbold s'éleva dans la cité:

-Confisquez les armes, fouillez toutes les maisons de la rue, et prenez les ruelles! il ne faut pas âmes qui vivent aux alentour! fouillez les charriots, et rassemblez tout les étrangers dans la grande ruelle du fond de la ville! allez, hatez vous!

En une heure, les rues et maisons étaient pratiquement vider. le majorité de la population etait concentrer sur la place du marché à gauche de la ville, ou dans la grande salle des fetes en contrebas, le garde regarda alors autours de lui, et lanca de nouveaux ordres:

-je veux une rangée compacte de gardes de chaque cotés de la rue, de la porte au chateaux, postez des archers aux fenêtres des habitations, et sur les toits, ainsi que sur les murs et la portes! renforcez encore la surveillances des civiles!

Une haie de boucliers longeait les deux cotés de la rue principale, appuyer par une multitude d'archers prêts à faire pleuvoir leur traits sur un quelquonque insurgé! Les lances, les épées, les gonfanons et dagues des soldats attendaient patiemment l'apparition d'un eventuel assassin, enfin bref, un homme, aussi fou soit il, ne se risquerait pas à passer! Tout était presque prêt lorsqu'une voix retentit

...Ils arrivent!...

Rimbold se precipita aux portes, et se posta en plein milieux de l'ouverture, main sur le glaive, entouré de ses amis! Etait ce la délégation tant attendue? .....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Jeu 7 Juil 2011 - 14:00


Eolil descendait la douce pente qui menait aux portes d'Edoras. Il s'essuayait energétiquement le nez sanguinolant . Il avait le goût du sang dans la bouche. La petite troupe menée par son chef, déboucha d'un pas martial sur l'avenue principale et découvrit avec stupeur une haie d'honneur. mais destinée à qui?

Des habitants interpellaient la cohorte

"On m'a tiré du lit ce ne sont pas des manières"

"Encore les gardes royaux il faut toujours qu'ils fassent les malins, je parie que c'est du Flan comme toujours"

"En plus on nous a confisqué nos armes, on a le droit de se défendre non??"

"On a du travail , cela va être long??"


Eolil fixa de son regard ténébreux le ejuen homme qui venait de s'exprimer. le jeune homme recula dans la foule apeuré

"Qui est le responsable de tout cela " articula le sergent

"Euh.... c'est votre collègue...RIM...Rimbold je crois qu'il s'appelle. Il est devant...les...les portes..."

"Ok on y va les gars".
Le détachement se rendit au pas de course vers les portes de la Capitale


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Eofir le capitaine des gardes royaux écoutait abasourdi, le rapport réalisé par un des jeunes gardes sur la nuit de Rimbold.

L'officier commenta juste

"Et bien il n'a pas chômé"

Puis il caressa sa barbe grisonnante

"Oh et puis il est grand, il est responsable du secret de sa mission, qu'il se débrouille, j'ai d'autres chats à fouetter"

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Gael Forêtvertes devait vendre son stock de soie. Il aperçut les sergent et ses hommes descendre vers les portes de la capitale. Il l'interpella

"Monseigneur pour votre dame !!"

Eolil bouscula le Kuduk avec brusquerie

"pas le temps pour les saltimbanques" murmura t il juste


---------------------------------------------------------------------------------------------------

Le détachement arriva enfin devant les portes. La dizaine d'hommes aux armoiries sombres avaient dégainé.

Eolil chercha du reagard Rimbold. Lorsqu'il l'aperçut enfin, il cria

"Qu'est ce que tu fabriques Rimbold?? Pourquoi ces gens attendent une délégation que moi sergent j'ignore la venue.Explique toi et vite"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rimbold
Garde Royal du Rohan
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 31
Localisation : En Rohan
Rôle : Garde Royal et Capitaine d'Eored en Exil

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Rohan
- -: 24 Ans
- -:

Jeu 7 Juil 2011 - 22:37
Dans une armée, en général, on dénote une certaine rivalitée entre exploitants, et exploités! le cas fut flagrant ici:

Alors que tout était fin prêt, la sentinelle signala que le nuage de poussière se raprochait. Rimbold attendait, fiché au sol et main sur la garde de son glaive. C'est alors qu'il entendit une voix aigue et désagrable! Voir rauque par moment. Il se retourna et vit Eolil, ce jeune sergent de la garde avait été promu il y a peu, et s'était surement fait pistonné, ce qui pour Rimbold ne présentait aucun intért dut au grade! Ce jeune sergent s'était déjà fait un bon nombre d'énnemis dans la ville, et les quelques dix homme qui composait sa "bande" ne trainait qu'avec lui soit pour le prestige, soit par la peur!

-Qu'est ce que tu fabriques Rimbold?? Pourquoi ces gens attendent une délégation dont moi sergent, j'ignore la venue.Explique toi et vite!

Le Garde fit volte-face, et s'avanca vers le sergent. il frappa son torse de la main pour le saluer, et lui expliqua la raison de se remue menage:

-Je suis désolé sergent, mais je ne suis pas autorisé à vous réveler la raison de ma presence ici! si vous desirez des explications, allez en quérir auprès du capitaine Eofir. Libre à lui de vous réveler le pourquoi de tout ceci!

Puis le garde salua poliment le sergent, et retourna à sa tache, impertubable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Ven 8 Juil 2011 - 21:08


Rimbold tourna le dos à son supérieur. mais il ne put faire que quelques mètres. Eolil lui fit faire un rapide demi tour et lui hurla dessus

"Pour qui tu te prends fier à bras? Tu crois que je vais me déplacer pour aller voir le capitaine Eofir et le déranger pour rien. Toi et tes deux trains savates qu'est ce que vous fabriquez? J'exige une réponse, soldat .Et pourquioi empêches tu la population de vaquer à ses occupations. REPONDS!!"

Eolil était vraiment effrayant, il était presque hystérique, tous les regards se tournaient vers les deux gardes royaux. Un silence de plomb était tombé.De plus le sang continuait de couler sur son visage, lui créant réellement un masque monstrueux presque fanatique.

Les compagnons du sergent s'étaient rapprochés, toujours l'arme à la main. Un des sbires d'une voix trainante interrompit son supérieur

"Là bas on dirait un nuage de poussière, il ya un groupe qui arrive, c'est peut être eux qu'ils attendent les minables"

Eolil se tourna vers la direction indiquée par son comparse, il fixa les yeux à demi fermés les palines du Riddermark. Puis de nouveau il vilipenda Rimbold

"Qui arrive ??"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rimbold
Garde Royal du Rohan
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 31
Localisation : En Rohan
Rôle : Garde Royal et Capitaine d'Eored en Exil

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Rohan
- -: 24 Ans
- -:

Sam 9 Juil 2011 - 0:21
C'en était trop! Après tout ce qu'il avait enduré cette nuit, voila que cet Abruti d'Eolil accompagné de ses sbires venait l'embeter...

-Tu le sauras bien assez tot!

Sa voix se fit cinglante, il n'aimait pas le sergent, et c'était surement réciproque! il s'avanca vers lui et plongea son regard dans le siens. Tout ceux qui connaissaient Rimbold savaient qu'il ne fallait pas lui manquer de respect! d'ailleur pourquoi en manquer puisque le garde lui, était toujours très recpectueux? Seul Eolil sortait de ce cercle.

-Je ne reçois d'ordre que du capitaine pour cette mission! De plus, sa ne me viendrais pas à l'esprit d'obéir à un sergent pistonné qui ne mérite pas son grade, et de surcrois à un lâche qui a besoin de dix hommes pour frapper un civil sans armes!

Le sergent écarquilla les yeux, et se renfrogna. ses hommes semblaient prêt à attaquer

-Oh, je vois! Tu te demandes comment cette pitoyable histoire est parvenue à mes oreilles? Tu es peut être sergent, mais moi, j'ai beaucoup d'amis... Alors que toi, tu n'as qu'une coure composée d'hommes appeurés! Les civils qui t'on vu, toi et tes "amis" sont outragés par ta conduite! tu renvois une bien piètre image de la garde, et le peuple gronde déjà!

Eolil fulminait, lui et ses hommes semblaient sur le point d'égorgé vif le garde... à cette vue, celui ci ésquissa un sourire et enchaina de plus bel:

-Que vas-tu faire? Me tuer? Parfait, cela t'enfoncera encore plus, au grand contentement de plusieurs personnes ici! Je me demande comment réagira Eofir quand Graham et les civils que tu as agresser iront se plaindre à lui? Ce serait dommage que tes galons tombe si tôt tu ne crois pas?

Rimbold lui tourna le dos et commenca à marcher vers la porte. Alors qu'il avancait, il lui lanca:

-Si tu as l'intention de nier les faits de cette nuit, nettoie ton visage! La vue du sang ne plaiderait pas en ta faveur!

Puis, il se retourna lentement, et finit par lui dire sur un ton froid et rageux:

-Ha! et ... autre chose! Ne t'avise plus jamais d'insulter mes amis! Ton grade ne te donne en aucun cas le droit de mépriser les autres!

.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 2967
Age : 25
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

Mar 12 Juil 2011 - 2:35
L'arrivée des voyageurs se fit discrètement et sous le couvert de la nuit. Leur retour n'avait rien de glorieux, et leur compagnie, grotesquement amincie et ayant souffert plusieurs blessures, traversa les portes de la capitale dans un silence fatigué et pesant. Oui...la mission qu'avait été confiée au noble chevalier Edor il y a une quinzaine de jours à présent par son roi s'avéra être un échec. Le prince Orwen, qu'ils devaient ramener jusqu'à son père, avait fuit avec un groupe de guerriers dont l’allégeance officieuse appartenait à Aldburg. Plusieurs hommes, parmi eux le commandant Eovis, avaient péri dans l'escarmouche qui précéda la fuite. Un seul des assaillants avait été capturé; une femme elfique, Marionel. Elle était gravement blessée, et plusieurs des rohirrims enragés désiraient l'achever. Cependant les ordres du chevalier roux les en empêchèrent, et la perspective de goûter à son épée à deux mains refroidissait même les plus agressifs. La mission fut un échec. Le roi ne serait pas satisfait...


Mais ce ne fut pas le roi qui accueillit les voyageurs sur les marches de pierre menant vers le Château d'Or. Ribaldi, un petit homme peu impressionnant, vêtu d'une tunique longue plutôt que d'une tenue rohirrime habituelle, vint à l'encontre d'Edor et lui annonça:

-Le roi Hogorwen est en voyage diplomatique, mon seigneur...il ne pourra pas vous accueillir. Pendant son absence je tenterai de m'assurer de votre confort dans le Château d'Or. Les appartements d'Eowyn seront mis à votre disposition...J'appellerai aussi des gardes pour qu'ils escortent votre prisonnière dans une cellule...


-Non.- La fatigue et une note encore plus sombre se firent entendre dans la voix d'Edor lorsqu'il répondit au petit homme. Sa voix grave, accentuée par sa posture imposante, contrastait fortement avec la taille modeste de Ribaldi et la douceur de ses paroles.-La dame a besoin de soins, et du moins jusqu'à ce qu'elle récupère les forces elle sera traitée comme une invitée et non une prisonnière. Préparez lui une chambre aussi. Il nous faudra voir un guérisseur digne de ce nom...les talents de dame Melwyn dans ce domaine sont très réputés, me semble t'il. Nous devrons la réveiller en cette heure matinale.

-Etes vous sûr que c'est sage, mon seigneur...? - La voix serviable de Ribaldi n'eut aucun effet sur le chevalier roux, qui, prenant dans sa main les rênes de la monture sur laquelle se trouvait Marionel, à moitié consciente, se dirigea vers les appartements de la guérisseuse rohirrime...



Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taorin
Capitaine des Chiens du Désert
Capitaine des Chiens du Désert
avatar

Nombre de messages : 466
Age : 23
Localisation : Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain (Haradrim)
- -: 36 ans
- -:

Mar 12 Juil 2011 - 15:41
Lena était restée enfoncée sous le porche lorsque les gardes royaux avaient vidés la rue principale. Seraient-ils au courant de leur présence ? Impossible. Personne, si ce n’est leur supérieur, n’avait eu connaissance de leur mission. Leur contact n’avait que reçu l’ordre de les faire pénétrer dans la cité. Lena se leva lorsque les gardes s’approchèrent d’elle, lui demandant brutalement de partir, et jeta un regard derrière elle, en direction de la fenêtre où devait se trouver Eorar. Normalement, les gardes ne perceraient pas son déguisement, et ne verraient pas ses armes. Mais les gardes venaient de confirmer les soupçons de Lena : la colonne arriverait bien en cette fin de nuit.

Lena retrouva Eroar et Erthyr dans la cohue et leur adressa un discret signe de tête. Il fallait changer les plans. Communiquant par signes, les trois individus décidèrent de se rapprocher au maximum de la grande rue tout en restant mêlés à la foule de pauvres habitants tirés de leur sommeil par des soldats froids et parfois brutaux. Personne ne les remarqua, même si plusieurs rohirrims s’écartèrent de Lena, ses vêtements puants et crasseux les faisant plisser le nez.

Arrivée à quelques pas seulement des gardes, Lena aperçut brièvement Nellen dans la foule, à une dizaine de mètres, mais le visage familier disparut rapidement dans la marée humaine. Tant pis. Il serait bien assez tôt mis au courant. Lena tenta ensuite de discerner la grande rue, en vain : les gardes les avaient coincés trop loin, et les empêchaient d’approcher. La jeune femme fit alors demi-tour, et s’extirpa de la foule, Eroar et Erthyr non loin derrière elle. Ils s’éloignèrent, puis, au détour d’une ruelle, s’enfoncèrent dans l’ombre, et tinrent conseil.

« Il faut s’approcher de la rue principale. On ne doit pas le laisser pénétrer dans le palais. » dit Lena. « Il faut passer par les toits, les archers ne nous verront pas si on reste dissimulés dans les ombres. » Les deux hommes hochèrent la tête, la laissant ensuite continuer : « Il faut retrouver Nellen. Je peux m’en charger. Quand à vous, retrouvez vos arbalètes. Rendez-vous ici dans dix minutes. »

Lena s’écarta ensuite et retourna dans la foule, s’y déplaçant rapidement. Elle retourna à l’endroit où elle avait aperçu Nellen, en vain. Mais où était-il donc passé ? Elle sursauta lorsqu’une main s’abattit sur son épaule, et se retourna si vivement que plusieurs habitants lui jetèrent des regards étonnés : Nellen ! Enfin ! Il la regardait d’un air grave derrière sa barbe fournie. Elle se pencha vers lui, et lui glissa à l’oreille : « Va chercher ton matériel, et retrouve nous au coin de la rue du Sabot, dans cinq minutes. »

*** *** *** *** ***

Les quatre individus se jetèrent un dernier regard à travers les ténèbres épaisses, puis escaladèrent les murs de la ruelle. Ils arrivèrent rapidement sur les toits de chaume, et se dépêchèrent de se cacher derrière une cheminée. Ils avaient pu récupérer une arbalète, celle d’Erthyr. Insuffisant, mais ils feraient avec. Par chance, seul un archer montait la garde dans le secteur, les autres se trouvaient à plus d’une quarantaine de mètres. Lena fit un signe à ses compagnons, sortit la cordelette de soie, et s’approcha discrètement de sa victime, qui n’était qu’à une dizaine de mètres de la cheminée. L’homme tenta de se débattre lorsqu’il sentit la corde contre son cou, mais Lena, un genou contre son échine, le maintint au sol en silence. Une fois qu’il eut cessé de bouger, la jeune femme relâcha ses muscles, dégagea la corde, et, sans un regard sur sa victime, fit signe à ses compagnons de la rejoindre autour du cadavre.

Nellen ramassa l’arc et prit trois flèches dans le carquois du garde avant d’imiter ses collègues et de ramper vers le bord du toit, qui donnait sur la grande rue. Le déploiement de force était assez impressionnant, et aurait déjà fait reculer bon nombre d’assassins en puissance, mais pas ceux-là. Ils observèrent avec attention les rangées de gardes en contrebas, les quelques archers postés sur les toits, assez loin d’eux, et se concentrèrent ensuite sur la colonne visiblement en mauvais état qui venait de passer les portes d’Edoras : ils étaient à peine plus d’une dizaine d’hommes fatigués, certains même blessés. Du gâteau, se dit Lena, sans tous ces gardes.

La jeune femme sentit Nellen et Erthyr tendre leurs armes et viser la colonne, attendant un ordre de Lena pour lâcher leurs traits mortels sur les rohirrims. Mais tirer ici et maintenant serait du suicide : bien que ne craignant pas de mourir, autant l’éviter si possible. Les quatre assassins décidèrent donc d’attendre, et d’observer la progression de la petite colonne vers Meduseld.

Lena s’apprêtait à donner l’ordre de tirer sur Edor, qui parlait à un serviteur du palais, lorsque le chef de la colonne fit demi-tour, tirant un cheval avec une étrange cargaison. La jeune tueuse regarda sa cible s’enfoncer dans la ville, disparaissant à son regard. Elle se leva, le plus discrètement possible malgré son excitation, et s’élança sur les toits, le dos courbés, ses compagnons sur les talons. Un archer, là, devant elle ! Le garde les avait repéré, et encochait déjà une flèche, mais le couteau de la jeune femme le frappa à la gorge, et il s’écroula bruyamment sur le chaume. Lena regarda autour d’elle tout en avançant vers le cadavre : aucun autre archer aux alentours. Tant mieux, l’alerte n’avait pas encore était donnée.

Approchant de la rue où s’était engouffré Edor, Lena se baissa davantage, et ralentit. S’approchant avec précaution du bord, elle jeta un regard en contrebas : le capitaine rohirrim avançait, tirant un cheval par les rênes, un corps jeté en travers de l’échine de l’équidé. Derrière lui, à une petite dizaine de mètres, cinq hommes suivaient, visiblement exténués, mais fidèles à leur poste. Ils seraient faciles à éliminer, se dit la jeune femme. Accompagnée de Nellen, Eroar et d’Erthyr, Lena suivit la progression de sa cible jusqu’à ce qu’il s’arrête devant une porte de bois ouvragée. Un panneau indiquait la résidence d’un guérisseur. Sans doute pour le corps.

Edor frappa lourdement à la porte, demandant à une certaine Melwyn d’ouvrir. Vite, pas un instant à perdre ! S’il rentrait, l’abattre serait beaucoup plus difficile. Lena jeta un regard à Nellen, et hocha la tête. Ce dernier se leva, rapidement imité par Erthyr, et tira sur les gardes qui suivaient Edor. Deux hommes tombèrent, soit morts, soit trop grièvement blessés pour appeler à l’aide. Lena se jeta ensuite du toit, imitée par Eroar, pendant que les deux autres hommes rechargeaient. La chute, bien que relativement courte comparée à d’autres qu’avait accomplie Lena, lui coupa le souffle, et lui fit perdre de précieuses secondes, laissant à Edor le temps de dégainer et de foncer sur elle. Lena esquiva aisément le coup de taille du capitaine rohirrim, plongeant sous sa garde, puis dégaina sa dague et se jeta sur lui, tentant de le frapper aux jambes ou aux bras. Edor recula sous la violence de l’assaut, appelant à l’aide. Y voyant une marque de faiblesse, Lena accéléra encore ses assauts, jusqu’à finir par toucher le rohirrim à la jambe gauche, juste assez profondément pour lui faire ressentir une douleur cuisante, mais pas assez pour l’handicaper réellement.

De son côté, Eroar s’était jeté sur les trois gardes restants, compensant leur supériorité numérique par une sauvagerie rarement vue par des soldats de métiers. Erthyr et Nellen descendaient eux aussi pour l’empêcher d’être submergé, leurs armes de tir n’étant plus utiles dans ce combat au corps à corps.

Le fracas du combat alerterait rapidement les gardes royaux. Lena devait en finir. Elle se glissa sous la lourde lame à deux mains d’Edor, mais fut stoppée par le point protégé par des mailles du capitaine rohirrim qui s’écrasa contre sa joue, l’envoyant bouler à quelques pas. La jeune femme se releva, essuyant de sa main gauche le sang qui coulait de ses lèvres éclatées, puis se jeta de nouveau dans le combat, la rage au cœur…


500£+850£ pour le maître d'armes
Capitaine des Chiens du Désert et Seigneur (Pirate) d'Umbar.
"Memento mori"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Mar 12 Juil 2011 - 21:01
La plus longue nuit et surtout la plus dangereuse nuit de Rimbold. La tension entre le agrde royal et le sergent Eolil atteignait son paroxysme, lorsque la délagation arriva enfin. la troupe était exsangue. le seigneur Edor toujours aussi charismatique semblait préoccupé, à ses coté le gigantesque et craint Sando. Rimbold remarqua une elfe étendue sur le selle du chevalier Rohirrim mais également des cavaliers du Rohan bien mal au point avec des cadavres dans un petit chariot.

Au moment où Rimbold s'apprêtait à s'acquitter de la mission confiée par son capitaine; il s'éclaircit la voix lorsque Ribaldi arriva, le conseiller personnel d'Hogorwen. Le petit homme tout rabougri accompagné par la garde personnelle du récent souverain du Rohan.Il prit la parole sans ambages avant que Rimbold ne put réagir. Comme dans un rêve le brave garde royal assiste à la fin de sa mission. Comment était ce possible ? Rimbold commençait à entrevoir un stratagème fourbe. La délégation devait se retirer dans les appartements de la célèbre Dame Eowyn. Une prison dorée??


Roihaldi rapidement ordonna à Rimbold , ses amis et à Eolil et son détachement d'escorter le seigneur Edor chez la guérisseuse reconnue Elwyn. Sur le chemin , Rimbold put entendre les conversations étouffées entre Sando et ses comparses; Eolil souriait en faisant de fréquents clins d'œil vers le géant. Le garde royal sentit également le poids des regards des personnes qu'il avait rassemblés pour la haie d'honneur. La stupeur dominait dans la capitale du Rohan.

Le claquement des étendards ondulant par le fait du vent puissant du Riddermark ponctuait la marche lente du défilé funeste. Edor néanmoins drapé dans sa dignité habituelle avançait , noble comme les rois de jadis.

Il arrivèrent près de la maisonnée de la guérisseuse Elwyn. Et de nouveau les événements se déchainèrent devant les yeux du jeune garde royal. Le soleil au loin déchirait les derniers de la nuit au loin, en cette aurore rouge sang.

Eolil s'était laissé glissé vers le chariot. Puis le visage recouvert de sangdu sergent se transforma en un masque de chagrin, il avait découvert son frère l'infame Eovis, étendu la tête fracassée. Le jeune rohirrim hurla. Son cri était une plainte qui étreignait les coeurs les plus endurcis .

Profitant de cette diversion, l'attaque fulgurante, puissante et cruelle tomba.Rimbold qui suivait le chevalier ne comprit pas toute suite, une forme svelte voire féline fonça et renversa Edor. Rimbold perçut la voix du seigneur qui demandait de l'iade. Puis il ente ndit des traits , herold tomba la gorge transpercée, les yeux révulsés.Puis le jeune rohirrim reconnut le bruit caractéristique des combats. Il était le plus proche d'Edor il devait agir, mais le chevalier peut être le meilleur bretteur du Rohan sembalit submergé. l'enfer sembalit s'être emparé d'Edoras de cette ruelle pourtant si calme.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rimbold
Garde Royal du Rohan
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 31
Localisation : En Rohan
Rôle : Garde Royal et Capitaine d'Eored en Exil

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Rohan
- -: 24 Ans
- -:

Mar 12 Juil 2011 - 21:55
Tout c'était passé trés vite, des flèches s'étaient abattues du ciel et cette femme semblait vouloir attenter à la vie d'Edor.Rimbold se precipita au secour de son frère d'arme...Trop tard! Le trait avait fait son oeuvre, et le sang d'Hérold rougissait le chemin de terre battue. Le garde tomba à genoux et pleura. Lorsqu'il entendit Edor appeller à l'aide, il se resaisit et se leva d'un bon:

-GARDES! SUR LES TOITS! ALERTE!

Bon nombre des sentinelles de la haie d'honneur, non loin entendirent l'appel, et commencèrent à gagner les cîmes des habitations, là il furent confronté à deux assassins hord pairs! Plus bas, Rimbold décrocha son cor de sa ceinture et souffla à plein poumon dedans, puis il dégaina son épée et leva son bouclier, il en donna un grand coup a l'assaillante du chevalier...

-MA VIE POUR LE ROHAN !!!

~~~~~~~~~~~~~~~~

Aux portes, Merëld et les gardes finissaient de tout remettre en ordre, lorsque un son retentit dans la ville. Merëld se retourna, saisit d'effroie.

-Rimbold! Gardes, avec moi, hatez vous! Il faut les secourir, allez!!!

~~~~~~~~~~~~~~~~~

Erod et Rimbold étaient côte à côte et avaient du mal à se débarrasser de cette femelle enragée...

-Sergent! Venez nous aidé, vite...

Le mauvais sergent était abattu par la mort de son frère et semblait ailleur.

-EOLIL! PAR TOUT LES FEUX DES ENFERS! REMUE TOI!

Rimbold avait suffisament hurlé pour que le sergent daigne levé légerement la tête, sans plus! Lorsque tout semblait perdu et que l'assassin reprenait vigueur, Merëld arriva en renfort avec quatre gardes et deux sentinelles

Les hommes encerclaient maintenant la donzelle... Alors que celle-ci se rua sur Edor, l'arme au poing, Rimbold, par reflexe, fit rempard de son corp!

Ses yeux s'écarquillèrent, et sa bouche s'entrouvit...
Son bouclier tomba, il lacha son glaive...
Il tomba à genoux et roula dans la poussière...
La main sur sa blessure n'empechait pas le sang de se déverser abondement. La lame avait traverser le ventre de part en part, en transpercant l'estomac et une partie du foie...
Il se remit sur le coté, et ramassa son épée! Même à terre, il se battait encore, donnant de grand coups lorsqu'il le pouvait...
Un deuxieme coup d'estoc vint lui ouvrir l'avant bras droit, il laissa tombé son épée, mais dans la souffrance, ne renoncant pas, il pris son bouclier et para les coups vifs de l'assassin, protegeant son capitaine de la fureur de leur adversaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taorin
Capitaine des Chiens du Désert
Capitaine des Chiens du Désert
avatar

Nombre de messages : 466
Age : 23
Localisation : Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain (Haradrim)
- -: 36 ans
- -:

Mer 13 Juil 2011 - 11:57
Lena sentit avec satisfaction sa lame s’enfoncer dans le ventre du garde royal. Ce dernier tenta de continuer à se battre, mais la jeune femme le blessa de nouveau, lui faisant lâcher son arme. Elle était comme folle : ces gardes l’empêchaient de tuer Edor ! Elle ne pouvait échouer, pas si près du but !

Elle esquiva un coup maladroit, et en profita pour entailler la main qui tenait l’épée. Le garde dût lâcher son arme, mais riposta d’un coup de bouclier : Lena fut projeté à quelques pas, le nez réduit en bouillie. Les gardes en profitèrent pour faire écran entre la tueuse et leur capitaine. Enfer et damnation ! Lena recula de quelques pas, jetant un coup d’œil autour d’elle : Eroar était mort, transpercé par une lance rohirrime, mais Nellen et Erthyr tenaient toujours bon contre les gardes en surnombre, empêchant à d’autres renforts d’arriver.

Lena recula encore, et, brusquement, sortit un couteau de lancer caché dans sa botte : la lame toucha le garde déjà blessé à la gorge, le tuant sur le coup. Sitôt son couteau lancé, elle s’élança sur les trois soldats rohirrims encore aptes au combat. Si elle les tuait assez rapidement, elle aurait sans doute le temps d’achever Edor. Le premier homme leva son bouclier juste à temps, déviant sa dague, et lui asséna un violent coup du revers de son poing armé. Lena l’absorba en partie en se décalant, mais la violence du choc lui obscurcit la vue une demi-seconde durant. Les deux autres rohirrims, la voyant en difficulté, en profitèrent pour tenter de la larder de coups, mais elle esquiva et dévia les lames qui fondaient sur elle : Lena s’accroupit vivement sur sa jambe gauche pendant que de la droite, elle fauchait les jambes des soldats, qui, peu habitués à ces techniques de combat de rue, vacillèrent. Se relevant, la dague pointée vers le haut, Lena se jeta sur le garde le plus mal en point, et lui transperça la mâchoire d’un coup sec avant de reculer prestement. Le cadavre s’abattit lourdement sur le sol, éclaboussant la terre de sang.

« On décroche, ils arrivent en masse ! » entendit Lena. Sans doute des renforts, pesta-t-elle. Elle recula, la dague pointée vers les gardes dans une attitude menaçante. Ces derniers rechignaient à l’attaquer, conscients que la moindre erreur de leur part les verraient finir découpés comme une vulgaire pièce de viande. La tueuse en profita pour jeter un regard à ses compagnons : ils se battaient seuls contre une dizaine de gardes, visiblement enragés. Nellen agitait son épée, dans l’espoir de faire suffisamment reculer ses assaillants pour pouvoir prendre la tangente alors qu’Erthyr se condamnait pour sauver ses compagnons, se jetant dans la mêlée sans prendre la peine de se protéger, en cherchant juste à entraîner un maximum de gardes avec lui dans la mort.

Lena sortit un nouveau couteau de la main gauche, et avança vers les deux gardes qui protégeaient de leurs corps Edor. Il fallait les occuper pour que Nellen puisse fuir. Sans trop s’exposer, Lena les fit reculer, libérant ainsi un passage pour Nellen. Ce dernier, remarquant un espace libre, en profita pour prendre ses jambes à son coup. Dès qu’il l’eut dépassé, Lena l’imita, courant à perdre haleine dans les rues encore enténébrées de la capitale du Rohan, après un dernier regard pour Erthyr…


500£+850£ pour le maître d'armes
Capitaine des Chiens du Désert et Seigneur (Pirate) d'Umbar.
"Memento mori"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelyn
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Compagne du Vice-Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 317
Age : 26
Localisation : En Rohan
Rôle : Compagne du Vice-Roi du Riddermark - Guérisseuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine - Rohirrim
- -: 26 ans
- -:

Ven 15 Juil 2011 - 18:48
La lourde porte en bois de la maison de la guérisseuse s’ouvrit en coup de vent. Deux femmes en sortirent presque instantanément. Devant elles, se jouait le dernier acte du combat. L’un des attaquants s’était jeté sur les soldats. Une action suicidaire pour couvrir ses compagnons en fuite. Il y avait des cris et des exhortations dans les deux camps. Le sang se glissait entre les joins des pavés de la ruelle, courant le long de la pente jusqu’aux pieds des jeunes femmes. La terre, sur les bords de la route, se transformait en boue rougeâtre.
Face à un tel spectacle, la guérisseuse fut prise d’un violent tremblement…

Aelyn étendit le bras, aussi vive qu’un chat, pour stopper la lancée d’Ariane. Surtout, ne pas foncer tête baissée !
Une grande inspiration éclaircit son esprit. Elle compta mentalement les blessés graves, les morts, ceux dont on ne savait s’ils faisaient partie de l’un ou de l’autre de ces groupes et les blessés les plus légers. Deux blessés l’inquiétaient plus que tout. L’un, un garde royal du Rohan, gisait à terre, le ventre transpercé, et continuait à s’agiter, accélérant l’hémorragie. L’autre était une jeune femme, du moins d’après ce qu’elle pouvait en voir, sans doute la patiente pour laquelle les soldats étaient venus à la porte d’Elwyn. Elle était étendue sur le dos d’un cheval et semblait inconsciente…
Son regard se porta vers les toits et les rues adjacentes. Windhelm, son père, dans nombres de ses récits avait souligné le poids stratégique que pouvait avoir un positionnement en hauteur lors d’une embuscade par exemple. Une fois certaine qu’elles ne se mettraient pas en danger inutilement, Aelyn laissa retomber son bras.

« Allons-y ! »

Elle s’élança. Hésita. Lequel des deux plus gravement blessés déplacer en premier ? Il ne lui fallu pas plus de deux regards pour se décider. La femme ! Elle fit signe à Ariane de venir l’aider. Pourtant, ses yeux revenaient constamment sur le soldat à terre. Mais elle ne pouvait rien faire dans l’immédiat. Si les deux femmes le déplaçaient seules elles risquaient d’aggraver fortement ses blessures. Or, les assaillants ayant pris la fuite, l’agitation des rohirrim autour de Rimbold était telle qu’elles auraient perdue un temps précieux à le dégager. Mais il fallait faire vite. Très vite. Sinon le garde serait plus mort que vif au passage du seuil de la maisonnée. Elle s’étonnait d’ailleurs qu’il n’ait pas encore été vaincu par l’inconscience.

Avec l’aide de la jeune éleveuse de chevaux, elle fit descendre la blessée du destrier. Quand elle pu enfin voir son visage… Une elfe ! Sa peau était d’une pâleur inquiétante mais ses joues rougies par la fièvre l’étaient tout autant. Elle présentait de profondes plaies autour desquelles le sang avait coagulé anarchiquement. Aelyn grimaça. Elle tourna son regard vers Ariane.

« Essayons de ne pas trop la changer de position. Si les plaies se remettent à saigner je crains qu’une hémorragie ne l’achève. »

Puis les deux femmes prirent, aussi rapidement que leur fardeau le leur permettait, le chemin vers l’intérieur de la chaumière de la guérisseuse d’Edoras. En passant de nouveau la porte, Aelyn cria d’une voix déformée par l’urgence.

« Tante Elwyn ! Descends, il y a des blessés ! Vite ! »

On entendit la cavalcade d’Elwyn qui revint au rez-de-chaussée à la hâte, une sacoche dans chaque main.

« Par tous les Mearas du Riddermark ! » s’exclama la plus âgées des quatre femmes « Celle-là ne vient pas du combat de là dehors ! Depuis combien de temps est-elle dans cet état ?!... Pas le temps de l’emmener dans l’autre pièce ! Posez-la sur la table, je m’en charge ! »

Elda lâcha enfin Eoras pour enlever bols, gâteaux et autres restes de nourriture qui trônaient sur la table. A la place, elle étala à la hâte une épaisse nappe dont les auréoles et les tâches rosées dévoilaient son utilisation répétitive à des fins médicales. Ariane et Aelyn y déposèrent donc la jeune elfe mal en point.

« Mais, ma tante, un soldat semble terriblement blessé également… Où allons nous pouvoir le déposer ? Je crois qu’il va nécessiter de le recoudre en urgence ! »

Elwyn se mordit les lèvres, réfléchissant à toute allure tandis que sa nièce trépignait d’une jambe à l’autre, supportant difficilement ce temps d’attente. Soudain, Elwyn tourna les yeux vers un coin de la pièce où une table longue mais peu large courrait le long du mur. Elle était encombrée dans toute sa longueur de flacons, vaisselles, morceaux de bois sculptés,… et en son centre trônait un bouquet de fleurs dans un vase.

« Il faudra que ça fasse l’affaire ! » décréta la guérisseuse d’Edoras. « Elda et moi allons la débarrasser et la déplacer à côté de celle-là le temps que vous reveniez avec l’autre blessé. Les moins gravement touchés se contenteront des chaises et des bancs. Maintenant allez ! Si cet homme a besoin de soins rapides ne le laissez pas dehors ! »

Sur quoi elle lança la propre sacoche de guérisseuse d’Aelyn à sa légitime propriétaire. Celle-ci attrapa la besace au vol alors qu’elle se précipitait de nouveau à l’extérieur. Bousculant plusieurs soldats, elle se fraya un passage jusqu’au garde éventré.

« Mais poussez-vous donc ! Je suis guérisseuse ! »

Elle s’agenouilla à son côté. Il fallait avant tout s’enquérir de son état avant de le déplacer.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane
Eleveuse de Chevaux
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 26
Localisation : A Edoras, proche écuries
Rôle : Éleveuse de chevaux

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine (Rohan)
- -: 20 ans
- -:

Sam 16 Juil 2011 - 1:09

Spoiler:
 

~~~~~~~~~~~~
    Ariane regardait la scène au dessus de l'épaule d'Aelyn. L'odeur du sang lui donna la nausée. Les pavées s'était coloré, de la boue rougeâtre ruisselait à ses pieds. Son cœur s'affola. Elle cherchait du regard les survivants, essayant de chercher un moyen intelligent d'agir. Les blessés étaient nombreux... Ariane ne repérait pas tout de suite les morts et se focalisait sur ceux qui bougeait le plus ou était encore conscient. Elle pacourait la scène des yeux de manière rapide et son regard se s'arrêta sur la demoiselle blessée sur le cheval. Une elf vue ses oreilles. Elle fit un pas en avant pour aller vers elle mais Aelyn l'empêcha d'avancer. Ariane obéit calmement, reprenant doucement son sang froid. Elle se concentra et réfléchissait calmement. Son souffle ralentisait. L'adrénaline de l'instant augmentait doucement mais l'attente était nécessaire.
      « Allons-y ! »

    Ariane suivit Aelyn et compris immédiatement qu'elle allait s'occuper de la demoiselle à cheval. Elle calma le cheval apeuré par les évènement malgré les œillères qu'il portait. Etrangement, le destrier n'avait pas pris la fuite. C'était remarquable même pour un étalon entraîner... Peut-être avait t'il défendu l'elf qu'il portait sur le dos après tout, tout était possible! Ariane attrapa la demoiselle avec l'aide d'Aelyn et l'emporta à l'intérieur.

      « Essayons de ne pas trop la changer de position. Si les plaies se remettent à saigner je crains qu’une hémorragie ne l’achève. »


    Ariane acquiesça de la tète et fit très attention à la demoiselle et là où elle posait ses pieds histoires de ne pas glisser sur tout ce sang. Elle resta concentré sur ce qu'elle faisait jusqu'a ce qu'elle passe la porte de la maisonnette des guérisseuses. Eoras était debout et fit un mouvement brusque lorsque les demoiselles arrivèrent, mais il se stoppa bien vite lors que la voix d'Aelyn retentit dans toute la chaumière. Celle-ci appelait la tente, celle-ci se précipita dans les escaliers sans perdre un instant descendant le nécessaire de soin appartenant apparemment à Aelyn. Ariane commença la manœuvre lorsque la nappe épaisse fut en place. Elle poussa un souffle de soulagement une fois la demoiselle installer sur la table.
      « Mais, ma tante, un soldat semble terriblement blessé également… Où allons nous pouvoir le déposer ? Je crois qu’il va nécessiter de le recoudre en urgence ! »

    A cette phrase Ariane resta silencieuse, regardant la pièce en cherchant une solution. Puis elle suivit le regard d'Elwyn vers une table encombrée. Celle-ci proposa de la débarrasser avec Elda pour la rendre utilisable mais elle était que peu large et ne serai peut être pas pratique. Elle chercha rapidement une solution et ajouta

      -Si vous terminez de débarrasser la table avant que l'on. Comme la demoiselle et pas très épaisse. Le mieux serai de mettre l'elf sur cette table et le rohirrim sur la plus grande. Ses blessures sont nettement plus profonde et pas encore sèche que celle de la jeune demoiselle...


    Ariane parti de nouveau à l'extérieur en direction de Rimbold à la suite d'Aelyn qui se fit un chemin dans la foule de personne autour du rohirim. Ses blessures étaient profondes et saignaient abondamment. Ariane paniqua.
      -Il ne supportera pas d'être déplacer! Il va falloir lui faire les premier soin ici!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dùnlinde
Cavalière du Rohan
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 22
Localisation : Edoras
Rôle : Cavalière d'Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 18 ans
- -:

Mer 20 Juil 2011 - 0:18
Jamais, au grand jamais, Dùnlinde n'aurait pensé que cela se finirait ainsi. Elle avait assisté en peu de temps à des évènements qu'elle n'avait pas eu le temps de comprendre et c'est quelque peu hébétée qu'elle s'appuyait sur son épée, au milieu des blessés et des cadavres, haletante. La jeune fille n'avait même pas eu le temps de comprendre qu'une embuscade avait eu lieu que déjà elle était assaillie par des ennemis. Sans réfléchir, elle frappait dans le tas avec l'ardeur qui lui avait valu le surnom de "feu follet" lors de sa formation. Elle avait perdu Rimbold, elle ne reconnaissait plus aucun visage familier, tout n'étais que violence et chaos.

Et puis d'un coup ce fut fini. Son dernier assaillant tomba mort à ses pieds. Dùnlinde ne prit même pas le soin de laver sa lame. Des blessés gémissaient au sol et des cadavres jonchaient les pavés. La jeune fille jeta un regard hagard autour d'elle et vit des guérisseuses arriver, emmenant les blessés, s'occupant d'une jeune femme qui semblait être elfe et plutôt mal en point. Par miracle, Dùnlinde n'avait que quelques blessures superficielles.

Mais que diable se passait-il à Edoras ?! Qui étaient toutes ces personnes à qui la jeune fille avait eu affaire durant sa mission ? Les pensées se bousculaient dans sa tête, elle ne comprenait plus rien à rien. Chancelante, elle s'assit, s'appuyant sur son épée ruisselante. Elle avait participé à son premier véritable combat, elle avait risqué sa vie pour le Rohan et avait versé du sang pour sa patrie. Mais sans Rimbold à ses côtés, la jeune fille était complètement perdue. Jusque là, elle l'avait suivi bien sagement, suivant ses ordres et le voilà qui avait disparu...

La jeune cavalière resta quelques instants songeuse puis se releva. Elle balaya une nouvelle fois ce qui était devenu un champ de bataille du regard. Combien de fois Edoras avait-elle vu ses pavés souillés du sang de ses protecteurs ? Des gens s'agitaient maintenant, tenant des brancards sur lesquels gémissaient à l'unisson des gardes semblables à Dùnlinde, des gardes dont elle connaissait parfois le nom. La jeune Cavalière remarqua soudain un attroupement à quelques mètres d'elle. Des personnes regardaient au sol vraisemblablement un blessé, tandis qu'une guérisseuse s'affairait devant. Dùnlinde se précipita vers le blessé et fut frappée d'horreur lorsqu'elle reconnut Rimbold, le visage défiguré par la douleur, respirant avec peine.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Mer 20 Juil 2011 - 21:47
Rimbold souffrait d'une hémorragie interne. Il cracha même du sang presque noir. Sa tête retomba sur le sol pavé. Puis il aperçut deux superbes visages féminins sur lui. Etait il mort? Est ce l'accueil dans l'autre monde?

Non elle inspectaient ses blessures. Le garde royal malgré son courage grimaçait. Son regard aperçut son épée inerte à quelues mètres de lui.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les litières de fortune étaient prêtes. Elwyn était penchée sur Marionel, concentrée à l'extrême. Une ombre passa. L'elfe murmurait, elle délirait, ses blessures s'étaient rouvertes et elle saignait abondamment.

Elwyn inquiète cria

"Aelyn , viens vite, je n'y arriverai pas seule"


-------------------------------------------------------------------------------------------------

Edor, le visage blanc et boitillant entra dans la mansarde. Même en cet instant, le chevalier rohirrim restait noble et fier.

Il s'avança vers l'elfe allongée et déclara calmement à Elwyn

"Vous devez la sauver Elwyn"


Edor était connu dans tout le Rohan et sa voix triste était plus qu'une requête


--------------------------------------------------------------------------------------------------

La bataille continuait dans la rue. Une bonne quinzaine de braves soldats du Rohan gisaient , assassinés. La ruelle était devenu un véritable ruisseau de sang.

Un assassin cruel comme un fauve fauchait les rohirrims comme un paysan fauche les blés. Eolil s'était repris et avait chargé avec ses hommes. Mais quatre des siens avaient été au tapis. Mereld arriva aux coté du sergent après avoir occis un autre assaillant avec une lance , son arme de prédilection.

Erthyr engagea les deux hommes , il tourna sur lui même, ses deux mains armées de dagues effilées. Il prit le fer d'Eolil et passa sous la garde de l'ami de Rimbold. Mereld ne fut pas assez rapide et s'effondra la gorge tranchée, il était mort avant d'atteindre le sol de sa terre natale.

Erthyr pressa Eolil. Deux autres gardes arrivèrent.Erthyr les exécuta de deux coups d'estoc d'une élégance presque elfique.

Puis Maitre Graham intervint dans le combat, même sans armes Graham était un danger. Il lança le plat de sa main vers la face de l'assassin. Il évita la réplique d'Erthyr en s'effaçant. Eolil essaya d'en profiter en effectuant un puissant coup d'estoc qui fut paré par l'agile adversaire . mais le maitre d'arme de son oeil exercé avait vu Dunlindé venir sur la gauche, La cavalière du rohan avait suivi le mouvement.

Graham fit une diversion, en lançant de nouveau sa main gauche, Dunlindé n'hesita pas, tranchant la tête d'Erthyr, mort bien loin de son pays mais pour une somme d'argent qui aurait pu acheter son village natal, voir dix villages.


Comme toujours un silence s'abattit sur les lieux du combat. Graham s'avança vers Dunlindé et le sergent Eolil


"La femme , elle est partie par la ruelle , vite poursuivez la. Moi je vais contourner par la rue de la jument pour lui couper la route. Il faut l'interroger sur ses motivations"

Graham ramassa une épée, regarda un bref instant la cavalière du Rohan et lui murmura juste


"Attention à toi"



Et il s'élança vers l'angle de la rue.

Eolil le sang inondant toujours son visage, observa un instant Dunlindé. Il regard autour de lui, ses comparses étaient morts. Une rage folle s'empara de lui. Et après un rapide signe de tête vers la cavalière du Rohan.

L'arrogant sergent s'engagea dans la rue emprunté quelques minutes auparavant par une tueuse implacable.

----------------------------------------------------------------------------------------------------

Dès le début des combat , Sando s'était caché sous une porte. Courageux mais pas téméraire ,le géant. Et se faire tuer pour sauver ce prétentieux d'Edor :le patriotisme avait des limites.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dùnlinde
Cavalière du Rohan
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 22
Localisation : Edoras
Rôle : Cavalière d'Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 18 ans
- -:

Dim 24 Juil 2011 - 13:52
Des guérisseuses étaient en train de s'occuper de Rimbold, mal en point. Dùnlinde s'était inquiétée pour son chef mais ses pensées maintenant étaient redevenues purement pragmatiques. De son sang froid naturel, la jeune cavalière hocha légèrement la tête en direction de Graham et s'engagea avec Eolil dans la ruelle empruntée par la meurtrière. Le sergent était fou de rage, cela se voyait, et Dùnlinde ne donnait pas cher de la peau de la fuyarde s'ils la retrouvaient.

Eolil et Dùnlinde couraient côte à côte et arrivèrent bientôt à la fin de la rue. La jeune cavalière perçut un mouvement sur sa droite, l'éclat d'une dague : cela était suffisant. "A droite !" lanca-t-elle à Eolil, oubliant que celui-ci était son supérieur. Le maître d'armes avait correctement prévu son plan, la meurtrière se dirigeait dans la direction prévue mais Graham arriverait-il à temps pour lui couper la route ?

Quelques badauds avaient réussi, dans l'agitation, à regagner leurs maisons et échoppes et protégeaient de leurs marchandises la course effrénée d'Eolil et Dùnlinde. Arrivés au bout de la rue, tous pointèrent du doigt vers la gauche : les deux gardes s'empressèrent dans cette direction. Dùnlinde poussa un soupir de soulagement lorsqu'elle reconnut maître Graham, barrant la route à une jeune femme qui essayait déjà de faire chemin arrière. Les deux gardes sortirent leurs armes. La jeune cavalière sentit qu'il n'était pas à elle de s'adresser à la fuyarde, bien qu'elle en mourût d'envie.

[HRP : suite de la course-poursuite dans "Course-poursuite sur les toits"]



Dernière édition par Dùnlinde le Mar 26 Juil 2011 - 15:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelyn
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Compagne du Vice-Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 317
Age : 26
Localisation : En Rohan
Rôle : Compagne du Vice-Roi du Riddermark - Guérisseuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine - Rohirrim
- -: 26 ans
- -:

Mar 26 Juil 2011 - 14:15
Occultant l’agitation extérieure, la guérisseuse examina son patient. Les blessures du garde étaient très sérieuses et Aelyn s’en inquiéta. Le foie semblait touché et saigné abondement. Elle craignait également que l’estomac ne fût ouvert et que les sucs gastriques ne mettent pas longtemps à se répandre dans l’organisme. L’abdomen du blessé, plus dur que la normal l’informa que l’hémorragie était aussi bien interne qu’externe. Du sang noirâtre coulait de la commissure de ses lèvres alors qu’il était pris de quintes de toux déchirantes, l’affaiblissant un peu plus. Cependant, par un miracle aussi inattendu que salutaire, ni l'aorte abdominale ni la veine cave inférieur n’avaient été touchées. Le cas échéant aurait condamné le courageux rohirrim en quelques minutes seulement, sans qu’elle puisse rien y faire. Sans doute pouvait-il être considéré comme chanceux malgré son état…

« Tenez bon surtout… Ne vous endormez pas ! » l’encouragea-t-elle d’une voix douce.

Il avait besoin de soin très rapidement. Elle commença à extirper de son sac de longues bandes de tissus mais l’appel de sa tante la stoppa un instant.

"Aelyn, viens vite, je n'y arriverai pas seule !"

La guérisseuse émit un gémissement entre la frustration et la panique. Si Elwyn ne pouvait gérer la jeune elfe seule et qu’elle-même ne pouvait pas s’occuper du rohirrim, l’un des deux patients allaient mourir. Et cela était inenvisageable. Elle se le refusait !

Prenant à peine le temps de réfléchir, Aelyn saisit assez violement l’épaule d’Ariane, accroupit à ses côtés.

« Vous y connaissez-vous un peu en soins ? » interrogea-t-elle, pressée par l’urgence.

La surprise passa d’abord sur le visage de l’éleveuse mais, dès qu’Aelyn détecta le premier signe acquiescement, celle-ci la relâcha immédiatement. Elle fini d’extraire le tissu de son sac et le plaça d’autorité dans les mains l’autre jeune femme. Elle parla très vite.

« Placez ça dans sa blessure, des deux côtés, ça jugulera un peu l’hémorragie et absorbera le sang qui ne sort pas. Inutile de s’occuper de ses blessures mineures, bandez lui juste sommairement le bras pour éviter qu’il ne perde plus de sang encore. Débarrassez-le de son armure et de son casque, coupez les liens avec ça » Elle attrapa la dague qui pendait à son côté et la plaça au dessus de la pile de tissus. « …et ne faites pas dans le détail. Une armure n’est rien face à la vie d’un homme. » elle s’interrompit un instant pour reprendre son souffle avant de continuer, plus rapide encore « Quand ce sera fait, mettez-le sur plusieurs boucliers et faites-le porter à l’intérieur par les plus valide qui sont ici. Bougez-le le moins possible, le moindre choc pourrait le tuer… » elle finit en se levant « Et continuez à lui parler surtout. Toujours ! Il ne doit surtout pas tomber dans l’inconscience avant d’être à l’intérieur. »

Puis, sans plus attendre, Aelyn se précipita dans la chaumière de sa tante… juste à temps pour entendre la supplique d’Edor. Cette simple phrase suffit à faire comprendre à la jeune femme l’importance de l’elfe blessée. En quoi elle était importante, ça elle l’ignorait. Mais de sa vie ou de sa mort dépendrait beaucoup de choses, elle en était intimement persuadée. Sa tante acquieça de la tête sans rien dire. Elle pouvait faire de son mieux pour sauver sa patiente mais sa guérison ne dépendrait que de celle-ci.

L’intérieur de la maisonnée était en effervescence. Près de la cheminée, Elda expliquait à Eoras la température à laquelle devait être l’eau dans les deux récipients qui chauffaient au dessus du feu. Le maître-palefrenier, ne pouvant se déplacer avec efficacité en raison de ses côtes fêlées, avait été désigné pour surveiller le feu et ce qui s’y trouvait à proximité. Elwyn engagea Edor à transporter la grande bassine d’eau chaude entre les deux tables.
Ses deux garçons, malgré les recommandations, étaient descendus prêter main forte. Ils étaient habitués au sang et aux sales blessures. Plus d’un fois, à Aldburg, on lui avait amené un paysan ou un soldat salement amoché sans se soucier de la présence de ses enfants à ses côtés… Mais Aelyn n’aimait pas qu’ils voient ça. Efficacement, Eogast recouvrait le sol de sable, autour des paillasses de fortune, pour éviter que les guérisseuses ne glissent sur le sang frais qui ne manquerait pas de maculer leur périmètre d’action. Eofyr, les bras chargés d’instruments, faisaient des aller et retour entre la salle de soin d’Elwyn et la salle principale de la maison transformée en salle d’opération d’urgence.

« Je suis là Tante Elwyn ! Elda, il va bientôt y avoir un autre patient, il fait une hémorragie interne et son estomac est perforé. Tu nettoieras sa plaie des deux côtés avec la jeune femme, il faut que je puisse voir ce que je ferais le plus possible ! Tout le sang qu’il a déjà perdu risque de réduire ma visibilité ! »

La jeune femme d’Aldburg se dirigea donc d’un pas rapide vers sa tante et l’elfe allongée. Certaines de ses plaies saignaient de nouveau abondement. Peut-être cela aurait été une bonne chose si la situation l’avait permit car le sang ferait s’écouler les agents infectieux dont la longue chevauchée avait dû permettre l’installation. Elwyn lui fit un récapitulatif des blessures de Marionel tandis que sa nièce se lavait rapidement les mains, puis elle prit la parole en se mettant à l’ouvrage à l’aide d’aiguilles et de fils médicaux. La jeune immortelle étant dans une profonde inconscience, il était inutile de perdre de précieuses secondes à la plonger dans un sommeil artificiel.

« Je ligature les vaisseaux des plaies qui sont de mon côté, je n’aurais qu’à me retourner pour m’occuper du garde. J’ai une minute tout au plus, voir deux, ce sera suffisant ! » décréta-t-elle, comme pour se persuader elle-même. « Tu n’auras pas besoin de moi pour recoudre les muscles et la peau n’est-ce pas ? »

« Je m’en débrouillerais à ce moment-là, ne t’inquiètes pas. » la rassura sa tante. « Il va falloir gratter une partie de la chair infectée je le crains… »

L’expérience conjuguée des deux guérisseuses et leur capacité à travailler efficacement de concert firent des merveilles. Le résultat fut rapide et propre. Les dangereux saignements stoppèrent progressivement. Juste à temps car les soldats passèrent enfin la porte. Rimbold, pâle comme une statue de cire, était allongé sur un brancard de fortune. Elda se précipita pour aider à l’installer sur la plus large des tables, et, un linge propre dans chaque main, expliqua la procédure à Ariane.

Aelyn sentit ses genoux trembler. La fatigue du voyage, de la nuit avancée et le contrecoup de tous les évènements qui s’étaient succédés commencèrent à se faire sentir. Ce n’était pourtant pas le moment de lâcher. La vie d’un homme était entre ses mains maintenant. Elle s’appuya lourdement contre le bord du meuble qui soutenait l’elfe et inspira un grand coup. L’odeur du sang et des huiles essentielles désinfectantes qui avaient été mélangée à l’eau lui emplirent les narines. Elle finit sa dernière ligature, coupa le dernier fil et vérifia la propreté de la dernière plaie avant de laisser les rênes à sa tante. Elwyn entreprit donc de rassembler les chairs ensemble avec précision. Marionel était hors de danger pour le moment. Le temps venu, quand plus personne ne sera en danger de mort imminente dans la bâtisse, les deux guérisseuses s’occuperaient des détails de sa guérison. Pour l’instant, elle était allongée inconsciente sur un vieux drap tâché et, malgré la fièvre, la vie revenait en elle peu à peu. Quelques couleurs revinrent sur son front et ses lèvres. Elwyn, sans quitter son travail des yeux, s'adressa à Edor :

« Elle va vivre. »

La plus jeune des guérisseuses se tourna alors vers son second patient. Le sable crissa sous ses pieds. La nuit était loin d’être finie…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 2967
Age : 25
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

Mar 2 Aoû 2011 - 1:36
Un véritable massacre...les images des silhouettes noires des assaillants, des lames brillant dans la nuit, des blessés criant à l'aide et des cadavres baignés dans des flaques de sang remplissaient la tête d'Edor. Le chevalier roux était fatigué et confus. Un assaut pareil dans les rues d'Edoras...? Et il semblait en être la cible principale...tous ces gardes étaient morts à cause de lui, et ce brave guerrier qui s'était élancé pour parer le coup d'une lame ennemie avec son propre corps...pourquoi quelqu'un cherchait-il sa mort? Il était trop épuisé pour y penser...et sa jambe, bien que blessée légèrement, lui causait une douleur brûlante à chaque mouvement.

Les guérisseuses semblaient faire tout dans leur pouvoir pour sauver Marionel...il ne savait pas lui même pourquoi il tenait tellement à la vie de l'elfe. Mais il avait fait une promesse muette à Orwen de s'occuper d'elle, et il ne pouvait pas voir une femme mourir ainsi. Edor se résigna aux tâches de routine, telles que porter des bassines remplies d'eau et des chiffons propres afin d'aider les guérisseuses. Il avait besoin de sommeil, et ses paupières étaient sèches comme si quelqu'un lui avait lancé une poignée de sable dans les yeux. Mais il ne pouvait pas dormir lorsque ces braves femmes luttaient en la défense des blessés contre l'adversaire le plus terrible des tous: la Mort.


Il aida Ariane et trois autres gardes à transporter Rimbold sur des boucliers, une opération qui se déroula heureusement sans grands problèmes; chaque choc aurait pu s'avérer fatal pour le garde royal.

Lorsqu'Edor pénétra à nouveau dans la pièce, son regard se posa sur Elwyn, qui travaillait sans une seconde de repos. Lorsqu'elle lui annonça la bonne nouvelle, sans même le regarder, il sentit ses jambes se plier sous le poids du soulagement. Elle allait vivre...ils étaient donc arrivés à temps. Pourvu que les guérisseuses réussissent aussi à sauver le jeune Rohirrim.

A présent, avec une si grande partie de son inquiétude disparue du moins pour l'instant, il ressentit toute la force de sa fatigue. Il alla dans une pièce sur le côté de la demeure d'Elwyn, sachant qu'il ne pouvait aider les femmes; Rimbold avait besoin de soins complexes et risqués, pas des mains épaisses et plus habituées à l'épée qu'à l'aiguille du chevalier roux.

Il se posa dans un fauteuil modeste dans cette chambre isolée, et ferma pendant un court instant les yeux...il ne fallut qu'un instant avant qu'une voix glaciale ne se fasse entendre derrière son dos:

-Où est ma fille...Marionel...où est-elle?! Qu'as tu fait d'elle?! Parles, chien humain, avant que je te brise la nuque.

Adanael, le père de l'elfe blessée, avait quitté ses quartiers dans le Palais pendant la nuit, en suivant les bruits du combat. Il s'était faufilé dans la pièce par la fenêtre, reconnaissant Edor en tant que dirigeant de l'expédition pendant laquelle sa fille fut capturée et blessée.

Edor se leva avec une agilité surprenante, et fit face à l'elfe puissant. Les deux mâles se regardaient à présent froidement, leurs muscles impressionnants tendus, leurs lèvres tordues dans des grimaces de colère.

-Ne me parles pas sur ce ton, elfe...même ma patience a des limites, et saches qu'elle a été testée des nombreuses fois au cours de ces dernières journées...

***



La porte de la maison où Dunlinde se trouvait actuellement s'ouvrit brusquement, et elle put apercevoir le capitaine de la garde Eofir, suivi de quatre hommes armés des lances et de boucliers. Il lui dit froidement:

-C'est pas le moment de consommer une collation, Dunlinde! Debout! Je viens de recevoir un rapport sur les évènements devant la maison de la guérisseuse Elwyn, et je compte éclaircir cette situation...vous irez avec moi. C'est un ordre.

Ne laissant pas d'autre choix à la cavalière que de suivre lui et ses hommes, en abandonnant la famille rohirrime, il se mit à marcher vers l'endroit de l'escarmouche sanglante.


Ils arrivèrent sur place juste au moment où la voix de l'elfe Adanael se fit entendre, un cri de rage à peine contenu:

-Où est ma fille?!

Les gardes entrèrent dans la maison, découvrant les guérisseuses, Rimbold blessé sur la table, ainsi qu'Edor et Adanael qui venaient d'apparaitre dans la pièce principale, ce dernier ayant sorti un poignard elfique.

Eofir dit de sa voix désagréable:

-Gardes! Emparez vous de l'elfe!

Les quatre hommes qui suivaient le capitaine entourèrent aussitôt Adanael, qui, seul et armé seulement d'un poignard, n'avait aucune chance contre les longues lances des guerriers Rohirrims. La voix du capitaine Eofir se fit presque moqueuse:

-Hah...enragé comme une bête sauvage! Tu sors une lame contre un dignitaire du Rohan, elfe? Fais gaffe à ce que tu fais...toute cette violence, cette haine en toi...on se demande si tu n'étais pas responsable de l'attaque de cette nuit...Dunlinde! Escortez l'elfe Adanael vers ses quartiers avec les autres gardes.

Il ajouta, en dialecte Rohirrim:

-Et une fois arrivés, barricadez les portes des chambres de la délégation elfique, et placez des hommes à l'extérieur. Vous voyez bien qu'ils sont dangereux...

Adanael lança un regard furieux vers Dunlinde, et dit:

-Tu vas me mener comme un bouc à l'abattoir, femme?! Vous payerez pour cet affront!

Edor quant à lui restait en place, le visage pâle, les bras croisés sur sa poitrine. Il se méfiait de l'elfe, et ne l'appréciait guère. Ce dernier était agressif, enragé et dangereux. Mais il n'aimait pas non plus la tournure que les évènements avaient pris...une délégation elfique allait être emprisonnée? Le sang coula à nouveau de la blessure sur sa jambe, qu'il venait de rouvrir dans sa brève confrontation contre l'elfe Adanael.

Quelque part dans l'autre chambre, Marionel murmura, fiévreuse:

-Père...


HRP: Désolé pour le temps de réponse...j'espère que mon RP est clair, mais vu que beaucoup de choses se passent dedans, n'hésitez pas à me mper si vous avez des questions. HRP



Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rimbold
Garde Royal du Rohan
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 31
Localisation : En Rohan
Rôle : Garde Royal et Capitaine d'Eored en Exil

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Rohan
- -: 24 Ans
- -:

Mar 2 Aoû 2011 - 13:54
°Ou suis je?°

Rimbold se trouvait dans un grand prêt, ou de superbes chevaux paissaient tranquillement. Plus loin, de petite chaumières lâchaient dans le ciel de minces filets de fumée. Il ne fallu pas longtemps à l'homme pour reconnaitre l'endroit.

°Mais...C'est chez moi? C'est mon village!°

Il avança et vit au loin deux personnes. Un homme d'un age avancé, et une femme...

-Père! Mère...

C'est à ce moment précis qu'il rouvrit les yeux. sa vue était flou, il distinguait un certain nombre de personne pencher sur lui, puis il se sentit soulever et la lumière du jour s’effaça pour laisser celle des bougies. Il souffrait affreusement, et une horrible odeur de sang et d'onguent de soins lui montait au nez. Tout lui revint en quelque secondes... La délégation, l'escorte, l'assassin! ses frères tomber au combat! Il se souvenait s’être jeter sur cette femme....

-Ne vous endormez pas! Restez éveiller!

Il se trouvait chez la guérisseuse, et en un coup d’œil, il vit qu'il n’était pas le seul blesse!

-Ou est Edor? il va bien? Mais! Laissez mon armure tranquille! je ne vous permet pas! je dois voir Eofir! je...

Il n'eut pas le temps de faire un pas, qu'il s’écroula de tout son poids...

HRP: un bléssé n'a pas grand chose a dire XD! HRP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dùnlinde
Cavalière du Rohan
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 22
Localisation : Edoras
Rôle : Cavalière d'Edoras

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 18 ans
- -:

Mer 3 Aoû 2011 - 10:59
Dùnlinde n'avait pas vraiment fait attention au ton glacial d'Eofir lorsqu'il l'avait délogée de la maison perquisitionnée : après tout, c'était ainsi généralement qu'on lui adressait la parole à l'Armée... La jeune cavalière eut une pensée pour la famille qui ne verrait probablement jamais ses dégâts remboursés et emboîta le pas aux gardes. Ils se dirigèrent là où les guérisseuses s'occupaient des nombreux blessés. Dùnlinde aperçut d'abord Rimbold, elle fut soulagée de le voir moins pâle et... sanguinolent que sur le champ de bataille. Mais un cri avait percé et son attention se reporta sur un elfe qui s'égosillait, demandant où était sa fille et menaçant de sa lame les guerriers Rohirrims.

Eofir réagit immédiatement, demandant aux gardes de s'emparer de l'elfe et lui jetant quelques paroles désagréables. Dùnlinde fut chargée de la lourde tâche de raccompagner l'elfe furieux vers ses quartiers. Comme notre jeune Cavalière avait l'esprit quelque peu vif, elle crut comprendre que la fille en question de l'elfe qu'ils avaient arrêté était la femme blessée sur le champ de bataille, autour de laquelle toutes les guérisseuses s'étaient empressées. La douleur d'un père inquiet devait être atroce. L'elfe lui lança une parole cinglante à laquelle Dùnlinde se contenta de répondre :

-Je vous en prie, monsieur, tâchez de vous calmer. Si vous êtes le bouc mené à l'abattoir, je ne suis que le berger forcé par la nécessité. Maintenant, suivez-moi.

La compagnie se dirigea vers les quartiers des elfes. Dùnlinde avait reçu l'ordre de les barricader. Elle réfléchit aux paroles de son supérieur : se pouvait-il que ce soit en effet ce père désespéré qui aie ordonné l'attaque ? La jeune cavalière néanmoins donnait peu de crédit à la parole d'Eofir, en majeure partie (nous l'avouerons) à cause du désagréable comportement que celui-ci avait envers elle. Dùnlinde ne pouvait qu'exécuter les ordres et calmement, elle posta des hommes devant les appartements elfiques et enjoignit une nouvelle fois à l'elfe de reprendre ses esprits. La jeune fille jugea bon de rester postée devant les portes des chambres jusqu'à ce qu'elle soit sûre que tout était dans l'ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Mer 3 Aoû 2011 - 22:17
Eolil était furieux, il passait une sale nuit, la plupart de ses "amis étaient mort, tués par des assassins à la solde de on ne sait qui, il avait perdu la trace de ces dangereux tueurs et en plus Dunlinde la cavalière du rohan avait été bien meilleure que lui dans la poursuite. lui le sergent avait dégoupillé sousz l'effort et en plus il souffrait bde vertige , il n'avait pas pu suivre la guerrière. Et se retrouver là chez la vieille Elwyn cette mégère pleurnicharde. Son nez se rappela à son mauvais souvenir . A ce moment son regard noir renontra celui du maitre Palfrenier Eoras auteur du coup mesquin. Eolil eut un sourire mielleux, il savait être patient, il l'aurait cet avorton.

il observa Aelyn courir dans tous les sens, il admirait la beauté de la jeune femme. Elle aurait été au goût de son frère Eovis. La douleur revint, le cadavre mutilé de son frère.

Le sergent se leva, il chercha du regard Edor, le chevalier semblait perdu dans ses pensées après l'attaque d'un sale elfe.Eolil passa près de la couche de Rimbold, il stoppa et lui hurla à l'oreille droite

"Debout Comédien, moi aussi je suis blessé, Fainéant"

Et pour illustrer son propos il appuya de son poing gauche sur la blessure du garde royal qui répondit d'un gémissement.Eolil se retira devant les vociférations des bonnes femmes.

Puis il sourit intéreurement, cela faisait du bien.Tout en se rendant vers Edor, il chercha le maitre d'armes Graham, invisible , ce vieux rat devait être reparti dans ce taudis qu'il appelle maison, bon débarras !!

Le jeune rohirrim se campa devant le chevalier roux , les poings sur les hanches

"Edor, j'EXIGE de savoir qui a tué mon frère !!"


------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Adanael lançait des regards furieux vers ses gardes.

Il hurla vers Dunlinde

"Et séparer un père de sa fille c'est humain !! Si il arrive malheur à ma fille, je vous arracherai le coeur avec les dents jeune fille. Donner ou suivre des ordres sera du pareil au même vous paierez tous; Edoras succombera sous mon courroux"

C'est dans une ambiance tendue qu'ils arrivèrent aux appartement occupés par la délégation de Fondcombe.L'heure ne fut pas aux retrouvailles . Reor reprimanda Adanael et demanda à Dulindé

"Dame du Rohan, si Marionel est présente, nous avons autorité par les eigneur de Fondcombe, Maitre Sombre Chêne de la protéger. Vous pourrez nous ramener ici après que nous nous soyons assurés qu'elle ne craint rien"

Les gardes scellèrent néanmoins les portes et Dunlinde entendit Reor, le plus sage des rôdeurs murmurait

"Vous faites une erreur"

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------




Eofyr avait été mandé Ribaldi. Le viel homme tout rabrougi aux vétements sombre accomapgné de la garde d'honneur d'Hogorwen arriva en la demeure d'Elwyn. Il écouta patiemment les rapports des gardes royaux, il ferma personnellement les yeux des morts.

Il s'arrêta devant Roimbold , lui prit la main

"Courage vous êtes un héros"

et vers Aelyn

'Faites tout Madame pour sauver cet homme"
Il alla au chevet de Marionel

"Quelle tragédie. Nos relations avec Fondcombe risquent d'en pâtir. Capitaine Eofyr mettait aux arrêt cette rodeuse mais avec élégance

Puis il s'avança vers Edor. Il était derrière Eolil qui ne l'avait pas entendu arriver

"Cessez Eolil, votre frère était une ordure, tout Edoras le sait"
Eoli se tourna et déglutit en apercevant Ribaldi

"Mais Seig..."

"Cessez j'ai dit, vous importunez le seigneur Edor, enquêtez plutôt sur ces assassins"
Eolil be bougea pas abasourdi

"Maintenant", la voix de Ribaldi claqua comme un fouet

Ribaldi s'assoit à coté d'Edor et le questionne sur les derniers évenements. Le veiel homme ponctuait ses phrases de signbes de tête invitant Edor à poursuivre.

D'une voix calme et tempérée

"Bien je pense que cette elfe merite un procés. Histoire de ne pas provoquer la colère des elfes et nosu sommes des gens d'honneur. Ainsi chacun pourra s'exprimer. Qu'en pensez vous Edor??"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane
Eleveuse de Chevaux
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 26
Localisation : A Edoras, proche écuries
Rôle : Éleveuse de chevaux

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine (Rohan)
- -: 20 ans
- -:

Jeu 4 Aoû 2011 - 12:01
    Ariane suivait la jeune guérisseuse en espérant l'aider du mieux qu'elle pouvait. Dans des instant pareil, toutes aides étaient toujours les bienvenues. Mais plus sa allait, plus la tension montait. Aelyn s'approcha de Rimbold pour l'examiner, il était à l'agonie, foie et estomac perforés, diverses hémorragies... Ariane craignait le pire...

      « Tenez bon surtout… Ne vous endormez pas ! »

    Aelyn sorti des bandes de son sac et s'apprêtait à panser la plus grande des plaies, mais une voix retenti de l'intérieur de la chaumière. C'était Elwyn qui réclamait l'aide de sa nièce. Ariane remarqua l'expression de désarrois sur le visage d'Aelyn... Elle devait pensé que si sa tente avait besoin d'elle s'était parce que la jeune elfe devait être plus mal que ce qu'elle pensait. Le rohirrim devra attendre malgré son état.

      « Vous y connaissez-vous un peu en soins ? »

    Elle regarda Aelyn avec des yeux qui trahissait sa peur et son anxiété. Mais elle prit une grande inspiration et lui répondit sincèrement:

      -Les rudiments, ma mère était guérisseuse!

    Elle attrapa les bandages. Elle affirma ensuite qu'elle l'empêcherai de mourir... Au moins le temps qu'Aelyn ne revienne s'occuper de lui mais qu'elle avait besoin d'être guidé tout de même...
    Aelyn lança rapidement quelques instruction et la jeune éleveuse les écouta et commença à s'occuper du blesser, énumérant à voix haute ce qu'elle faisait pour attirer l'attention du garde.
    Elle plaça la bande des deux côtés de sa blessure pour juguler l'hémorragie et absorber le sang. Elle lui banda soigneusement le bras pour évité qu'il ne perde plus de sang, elle lui retira son casque, puis son armure, utilisant la dague qu'Aelyn lui avait laisser. Elle lui retira tout les parties métalliques qui le couvrait, jambier et bas d'armure comprises. Cela fait, le jeune Rohirim fut déplacer à l'intérieur sur des boucliers par les hommes encore présent. Le transport se fut sans trop de secousse, rien n'avait aggravé ses blessures plus que de raison.

      -Ne vous endormez pas! Restez éveiller!

    La jeune éleveuse restait aux côtés du garde royal, une fois à l'intérieur, elle s'installa près de lui et commença à le nettoyer avec un chiffon imbibé qu'Elda lui avait apporté. A deux, elles s'occupaient seulement des blessures jusqu'à ce que la voix du rohirim se fasse entendre. Ariane eu un léger frison suivit d'un pincement au cœur.


      -Ou est Edor? il va bien? Mais! Laissez mon armure tranquille! je ne vous permet pas! je dois voir Eofir! je...

      *Rim...bold...?* -Edor est parmi nous, il aide les guérisseuse, il est blessé. Vous n'avez plus d'armure et avec vos blessures, vous ne devait pas bouger. Eofir viendra à vous, ne vous inquiétez pas... Restez tranquille!

    Ariane continuait sa besogne avec Elda tout en continuant d'échanger des paroles avec le garde. Tout en cherchant au fond de sa mémoire quelques souvenir de l'homme... Mais elle ne pouvait pas lui en parler... Son cœur battait rapidement dans sa poitrine... Il était mal en point et avait beaucoup de vielles cicatrices sur le corps... Ce n'était pas la première fois... Et tout lui semblait clair... Elle s'occupait de lui tendrement... Le jeune blessé était près à subir des intervenions, toutes les plaies étaient nettoyées, il était temps de commencer à désinfecter certaines plaies.

      "Debout Comédien, moi aussi je suis blessé, Fainéant"

    Eolil... Ariane l'avait presque oublié celui là... Elle masqua un coup de pied dans le talon d'Achille du sergent et grommela quelques mots pour qu'il sorte de la chaumière. Bien vite, les autres femmes de la pièce firent de même et Ribaldi ne se garda pas de le remettre à sa place. Et elle écouta ses dires avec un larges sourire sur les lèvres. Son geste envers les morts et les blessés la toucha. Elle appréciait déjà cet homme.
    Aeyn était encore en train de recoudre Marionel. Lorsqu'un Elfe fit irruption dans la pièce adjacente, calmé par Edor qui était parti se reposer. Ariane ne comprenait pas tout, mais la jeune elfe devait être sauvée. Au moment ou l'intru apparut dans la pièce principale des gardes entrèrent pour l'emmener au châteaux d'or. C'était à ne rien y comprendre... Ceci dit, Ariane ne pouvait pas y faire attention, il fallait sauvé le garde et comme rien n'avait perturbé les blessés, il ne fallait pas se déconcentrer... C'est un peu plus tard qu'Aelyn se retourna vers les deux jeunes filles et Elda échangea sa place avec la guérisseuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sale nuit pour Dunlinde et Rimbold
» le jour fait semblant de se lever. mais c’est la nuit pour toujours. et je suis la seule à le savoir.
» Une nuit pour oublier l'ennui
» Je meurs chaque nuit pour ressusciter chaque matin. | Pépé Flan
» Première nuit pour beaucoup de choses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Le Rohan :: Edoras-
Sauter vers: