Chez les Lossoths

Aller en bas 
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 889
Age : 27
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Mer 13 Juil 2011 - 8:47

Aux limites septentrionales de l’Arnor, le petit peuple du seigneur Forod s’est établi sur les berges de la Baie Glaciale depuis quelques hivers. Ici le vent n’a porté jusqu’à présent aucun présage de guerre. La seule animosité rencontrée est celle des loups et des ours. L’Arnor est un nom de légende que les étrangers portent autour du coup comme une pierre : les Lossoths sont des hommes libres. Le nom du roi actuel est connu des chefs seuls ; hommes, femmes et enfants n’ont que faire des instances politiques supérieures et des querelles intestines de petits seigneurs de guerre vaniteux. L’air que l’on respire dans le grand Nord est sain et pure, il vivifie les membres et l’esprit et pousse les hommes à la générosité. Là où rien ne germe seule la bonté peut faire grandir un homme.

Un groupe de chasseur était parti depuis quelques jours à la poursuite d’un petit troupeau d’élans. L’hiver était arrivé comme un traître cette année et n’avait pas cessé de faire mauvaise figure. Deux hommes étaient morts en voulant traverser la glace où elle était d’habitude la plus épaisse. Le sol s’était fendu et avait disparu sous leurs pieds comme une ombre blanche. Un enfant avait développé une maladie qui l’avait rendu aveugle et un autre se plaignait de voire de moins en moins bien. Si ce mal se répandait parmi son peuple, Farod ne donnait pas cher de leur pérennité. La nature ne connaît par la miséricorde. Le petit seigneur du Nord espèrait revoir rapidement les charriots couverts de viande. Il mangeait depuis quelques jours une affreuse bouillie composée d’algues et de mousse que lui préparait sa fille – une piètre cuisinière. Mais pouvait-on houspiller une enfant qui se démenait pour tenir une maison où sa mère était absente ? La pauvre femme était morte deux hivers plus tôt, emportée par la maladie. Le Chaman n’avait rien pu faire.

Farod étendait son regard sur des landes nues et désertes. A l’Ouest une petite forêt leur fournissait le bois nécessaire pour leur pitance et pour réchauffer leurs muscles engourdis et leur chaire transie. Au Nord les vagues leur apportaient les ambrins salés de la mer de Forochel – mais les poissons ne viennent pas à pieds et la pêche était une tâche lourde qui incombait aux hommes les plus téméraires. Le soleil pointait à peine au dessus des Montagnes Bleues. Il quitterait bientôt cette terre avant de reparaître le jour suivant. Les femmes s’activaient dans les abris de glace : couture, tannage, éducation des jeunes enfants, surveillance des vieillards séniles qui toussent et crachent leurs derniers soupirs.

Il était le seul à posséder une chaumine où le bois était pris par la glace chaque hiver. Lorsque les conditions étaient beaucoup trop rudes, les plus faibles avaient droit de gîte dans une grande pièce commune qui servait aussi d’entrepôt pour les marchandises étrangères. Nul âtre grandiose ne reposait contre le mur. Seul au milieu de la salle un feu brûlait pour réchauffer les cœurs.

Les armes de son fils étaient déposées dans un coin de la pièce à côté de sa paillasse : butin de guerre. Ce gaillard avait parcouru un bout de chemin jusqu’à Annuminas un jour pour entreprendre une carrière de soldat régulier. Les horreurs de la guerre des autres l’avaient fait rapidement rentrer au pays natal. Un maigre pécule et quelques pièces d’armures avaient été les seuls souvenirs qu’il avait bien voulu partager avec sa famille : une cotte de maille et un casque de métal qu’aucun ours n’avait encore réussi à briser. Le bouclier symbolique de la maison était exposé sur un mur, accroché à un vieux clou rouillé qu’il faudrait changer bientôt. Un ours blanc et une empreinte de la bête étaient peints sur cette arme de défense.

Un cor sonna dans le lointain. Les hommes n’allaient pas tarder à revenir. Farod soupira de soulagement. Son peuple serrait nourri les prochains jours et il ne verrait, il l’espérait, aucun enfant dépérir sous sa responsabilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 889
Age : 27
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Mer 20 Juil 2011 - 8:49

Les chasseurs du clan de Farod revenaient épuisés et las. La chasse avait été plus longue que prévue et les élans moins nombreux. En revanche son homme de main lui signala la présence de rôdeurs dans les parages. Des inconnus. Ils avaient croisé quelques Lossoths d’autres camps sédentaires plus à l’Est qui les avaient avertis. L’hiver ne serait plus seul à leur tenir compagnie. Farod n’aimait pas les imprévus ni les importuns. Il accueillait aimablement les solitaires et les voyageurs, mais non pas les vaniteux et les roublards, ni les voleurs. La méfiance et la crainte prirent une grande place en son cœur. Mais la lueur de la sagesse brisa l’obscurité du doute et une idée lui vint à l’esprit. Il appela à lui le plus grand des chasseurs.

- Garrock.

Quelques ordres lui furent murmurés à l’oreille tandis que les premiers élans étaient ôtés des charriots pour être distribués aux différentes familles du clan. Le tumulte et la joie des femmes de voir rentrer victuailles et maris dissimulèrent ses propos à toute oreille indiscrète. Son fils lui jeta un regard interrogateur mais il fit signe qu’il n’était pas temps de tenir une séance de concertation. Il saurait plus tard.

Garrock quitta le village avec sa lance de chasse. Il n’avait ni femme, ni enfant. Personne ne prêterait vraiment attention à son départ. Il prit la piste qu’ils avaient empruntée avec les charriots à patins et se dirigea vers le Nord-est. La bise soufflait drue et soulevait la neige devant ses pas. Des tourbillons blancs se formaient ça et là, comme si la terre respirait par sursauts. La marche n’était pas aisée, même pour un Lossoth. Il prit une partie de la nuit à trouver la piste qu’il cherchait. Une ombre, un silence. La patte d’un animal avait effleuré la surface gelée du sol. Un loup. Il n’y prêta guère attention. Les loups étaient plus nombreux que les hommes dans cette contrée. Quelques kilomètres plus loin il retrouva les traces d’un homme qui n’étaient pas de la Baie de Forochel. Un étranger. Les traces de ses pas étaient plus lourdes que celles des hommes du Nord. Moins cependant qu’un rustre du Sud. Il suivit quelques heures les souvenir du passage de l’inconnu.

Il retrouva l’étranger en début de matinée. Un rôdeur contemplatif. L’homme portait la main à son visage pour se protéger du soleil rasant. Une piètre protection, mais c’était assez pour ne pas finir aveugle. Le loup fut plus rapide que son maître. Garrock demeura immobile, la morsure canine ne pouvait être plus douloureuse que celle du froid…

- Bienvenue en ces terres, étranger…

Il avait une vois gutturale et portant fort. Il ne se sentait pas le maître de son discours cependant.

- J’ai suivi tes traces depuis la nuit dernière. Tu portes peu de vivres et nos terres ne sont guère hospitalières pour qui vit et demeure seul. Ta présence en ces lieux pourrait être de bon augure pour mon peuple. Si le cœur t’en dit, une place auprès d’un feu et de la viande d’élan t’attendent au clan de Farod.

Le loup continuait de lui tourner autour. Il se prit à imaginer que l’animal pourrait oser lever la patte sur lui … cette pensée lui fit esquisser un sourire maladroit qui traversa son visage buriné par le vent et le froid. Il ne savait pas ce que Farod avait à l’esprit, mais il n’était pas dans ses habitudes d’inviter le premier venu à partager sa chaumine. Surtout que d’autres rôdaient alentours.

- Es-tu vraiment seul ? Hormis le loup je veux dire…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Erondil
Éclaireur
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 20

~ GRIMOIRE ~
- -:
- -:
- -:

Mer 20 Juil 2011 - 11:30
Le roi du Gondor a envoyé Erondil aux limites septentrionales de l’Arnor, pour savoir se qui se passait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erondil
Éclaireur
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 20

~ GRIMOIRE ~
- -:
- -:
- -:

Mer 20 Juil 2011 - 12:22
Ayant quitté les montagnes bleus, Erondil décida se dirigé en premier lieu vers un petit village très isolé. Ce village, il l'avait repéré lors de son voyage pour les montagnes bleus mais il n'y avait pas fait halte.
le seul problème c'est...* je suis perdu.. Bien sur cela aurait été un miracle si le rôdeur avait réussi a sortir des forêt du premier coup..

Le rôdeur décida alors de s'arrêter et de grimper à un arbre pour se repéré... Ce qu'il voyait? Rien de plus que des arbres, des arbres et encore.. des arbres. Derrière lui ce dressai la grande montagne qu'il venait de quitté quelques jours plutôt. La raison étant qu'on lui avait ordonné de partir vers Les Terres Gelés du nord...

Il espérait secrètement y trouvé des orcs.
Les jours devenait de plus en plus glacial, et plus Erondil avançait plus il se demandait si il n'arrivait pas a sa destination; puis la nuit arriva et il monta sur un arbre heureusement pour lui il avait apporter une couverture en tissu. Le lendemain Erondil descendit de l'arbre et en descendant le sol craquait sous ses pieds, il se mit en route...

Là il comptait fouillé les alentours à la recherche d'indices, de traces, ou d'une quelconque chose pouvant l'aidé dans ses recherches.
Il marcha encore et encore, il sortit enfin de cette immense forêt et aperçu au loin la neige, la glace et le blanc immaculé du Grand Nord. Puis par le plus grand des hasard il vit une biche pas très loin alors Erondil sortit une flèche et son arc et un instant la bêtes était raide morte sur le sol gelée.

Une heure plus tard il se remit en route. Vers la fin de la journée, la baie fut en vu malheureusement la lueur du soleil fut vite remplacé par l'obscurité de la nuit étoilé. Seule la lueur pâle de la lune éclairait le désert blanc. Il passa une nuit froide et désagréable dans un arbre avec le vent, celui-ci soufflant encore et toujours.

Le lendemain il se réveilla et mangea un repas plus que frugale.. il devrait s'en contenté. Il arriva finalement a destination.. la Baie de Forochel..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erondil
Éclaireur
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 20

~ GRIMOIRE ~
- -:
- -:
- -:

Mer 20 Juil 2011 - 14:34
Avant de quitter le Gondor pour aller aux limites septentrionales de l’Arnor, Erondil partit avec quelques vivres pour le voyage. Après deux jours de marche Erondil arriva dans une forêt qu'il ne connaissait pas. Il monta sur un arbre pour se reposer, deux heures plus tard il se réveilla et descendit de l'arbre pour lui cette forêt était bizarre parce qu'il y avaient des arbres des rochers et plein d'autres choses que l'on trouve dans une forêt normale mais celle-ci n'avait quelque chose qu'Erondil ressenti aussitôt.

Cela faisait maintenant quatre jours qu'Erondil marchait dans la forêt sans arriver a sa destination et deux jours qu'il n'avait pas mangé, mais à ce moment la il avait du gibier alors il sortit une flèche de son carquois et il tira en plein dans le gosier, Erondil était fier de lui cela faisait une journée qu'il n'avait pas mangé. C'était maintenant le soir et Erondil s'était rassasié, il alla dormir. Le lendemain alors qu'il avançait-il senti quelque chose qu'il n'avait pas senti depuis longtemps c'était la fraicheur et plus il avançait plus il sentait la fraicheur sur son corps et la neige. Après trois heures de marche Erondil arriva finalement à la baie de Forochel...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celarith Nydaem
Rôdeur
Rôdeur
avatar

Nombre de messages : 110
Age : 23
Localisation : Dans la fôret
Rôle : Rôdeur

~ GRIMOIRE ~
- -: Dùnadan ,semi elfe
- -: 27 ans
- -:

Mer 20 Juil 2011 - 20:02
Nydaem et OeilDeNuit marchaient encore lorsque le soleil se leva, la lumière vive reflété sur la neige blanche l'ébloui * si je ne me protège pas de ces terres, se seront ces terres qui me tueront..* . Il n'avait pas pensé à effacé ses traces, à quoi bon? Qui pourrait habité dans des terres aussi hostiles? Mais pourtant.. il avait comme l'étrange impression d'être suivi. Il n'y fit guère attention cependant son loup agissait bizarrement, il reniflait l'air et faisait des vas-et-viens de plus en plus régulier. Soudain, OeilDeNuit bondit en arrière, Nydaem qui était ébloui ne vit d'abord pas pourquoi il avait réagi ainsi... sa vue s'habitua peu à peu et il pu entrapercevoir une silhouette massive, puis les détails se précisèrent et il pu voir un homme, habillé chaudement tout en étant pas trop encombré. Ce dernier portai une lance et quelque cicatrice le marquai au visage, OeilDeNuit avait senti le danger et s'était précipité sur lui en le jetant au sol. A présent, l'homme gisait au sol, sur ses gardes mais n'osant pas trop bougé car le loup lui tournait autour.

- Bienvenue en ces terres, étranger…

Il avait une vois gutturale et portant fort. Il n'avait pas l'air très sur de ses mots mais... était néanmoins à peu près sur de lui. Nydaem le regarda plus attentivement, dans les yeux et l’incitant à continué..

-Parle guerrier, OeilDeNuit ne fera rien tant que tu ne me menacera pas, comment m'as tu trouvé et explique les raisons qui t'on poussé à me suivre.

- J’ai suivi tes traces depuis la nuit dernière. Tu portes peu de vivres et nos terres ne sont guère hospitalières pour qui vit et demeure seul. Ta présence en ces lieux pourrait être de bon augure pour mon peuple. Si le cœur t’en dit, une place auprès d’un feu et de la viande d’élan t’attendent au clan de Farod.

OeilDeNuit continuait de lui tourner autour de l'homme étendu au sol. Le rôdeur vit une lueur de crainte brillé un instant seulement dans les yeux de cet homme, il savait que si il bougeai ce serait la fin. OeilDeNuit n'était pas seulement massif, il était rapide et puissant. Un sourire maladroit s'afficha sur les lèvres du guerrier, il avait l'air pensif. * A quoi peut-il bien pensé dans une situation comme celle-ci.. Est-il fou ou alors.. *
-Quelqu'un t'a-t-il envoyé me cherché?

L'homme ne répondit pas, que cachait-il? A présent, l'esprit de Celarith tournait à vive allure, il regardait dans toutes les directions, cherchait chaque détails qui aurait pu trahir la présence d'autre vie autour d'eux. SOn regard revint à l'homme quand ce dernier lui demanda

- Es-tu vraiment seul ? Hormis le loup je veux dire…

-C'est exacte, je suis seul avec mon loup personne d'autre ne m'accompagne et cela vaut bien mieux comme ça. OeilDeNuit est mon compagnon depuis un moment déjà et il m'as sauvé la vie bien des fois. Comme tu as pu le constaté par toi, il est très agile et rapide et surtout très sensible à la présence d'autre personne.
Et toi, qui es-tu? Que fais-tu sur ces terres gelées loin de ton peuple? Es-tu seul ici avec moi ou est-ce une embuscade? Raconte moi tout cela et pourquoi tu m'as suivi exactement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 889
Age : 27
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Ven 22 Juil 2011 - 12:04
HRP – Celarith : J’apprécie tes prises d’initiative dans le RP, cependant, sache qu’il n’est pas très convenable de faire jouer les PJ ou PNJ des autres joueurs, qui plus est des MJ. L’homme que j’interprète est massif et coutumier des animaux sauvages … je crains qu’un loup ne soit pas suffisant à le jeter au sol. En soit, ici, tu n’es guère en position de force. Je ne te demande pas d’éditer ton message cette fois, mais fais attention à ne pas modifier le comportement ou les paroles des autres joueurs à ton avantage.

RP:

- Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

Garrock maugréa à part lui et se releva tant bien que mal dans la neige. Le loup lui donnait le tournis. Et l’étranger se croyait maître d’un domaine que même les Valars avaient déserté depuis longtemps. La vanité avait toujours été plus féroce que le froid ou la faim en ces lieux. L’animal continuait ses allées et venues en reniflant l’air de temps à autre. L’animal sentait sans doute l’odeur de sang des élans qu’il avait abattu et dépecé le jour précédent. Cette pensée lui rappela qu’il n’avait pas mangé depuis de longues heures. L’estomac du rôdeur fit échos à ses propres gargouillements.

- Farod t’attend. Mon nom est Garrock … Je suis chasseur parmi les Lossoths.

Il ne dit pas un mot de plus. Il avait préparé longtemps à l’avance le discours qu’il tiendrait à cet étranger lors de leur rencontre. Mais à présent qu’il le questionnait il ne savait quoi répondre. Il était peu loquace de coutume, préférant la chasse aux grands discours et les gestes à la verve. Il ne savait d’ailleurs guère lui-même pourquoi il avait suivi ce rôdeur aux gestes vifs. Lorsque Farod demandait qu’une tâche soit exécutée chacun s’appliquait à la réaliser avec soin sans se poser de questions. Ils n’étaient ni soumis ni forcés. Mais ils avaient une confiance aveugle en cet homme-guide qu’était le chef de clan.

- Farod veut te voir, c’est tout ce que je sais. Nous ne sommes ni fourbes ni voleurs. Tu dois être un bien jeune rôdeur pour laisser tes pas te porter jusqu’ici…

Il avait croisé nombre de jeunes aventuriers, souvent prétentieux, jamais très méchants. Ils avaient dans les yeux le reflet de l’or et des joyaux cachés. Les légendes allaient bon train sur les richesses que dissimulait la couverture de neige et de glace. Les hommes solitaires plus expérimentés étaient plus rares. Un peu plus fous aussi. Car tout rôdeur qui parcoure les terres du Nord sait que le froid est le pire des ennemis. Les hommes qui venaient dans le Grand Nord avaient toujours une raison secrète à l’esprit.

- Tu peux ne pas me suivre mais je crois que c’est important… surtout pour mon peuple.

Ces derniers mots s’étaient perdus en un murmure rauque. Il tenait à son clan plus qu’à n’importe quoi d’autre au monde. Un Lossoth seul était un Lossoth mort. Si Farod estimait nécessaire qu’une aide extérieure leur porte secours alors la maladie des enfants devait être sérieuse. Est-ce que cet étranger était médecin ou quelque chose dans ce genre ? Il n’en avait pas l’air. Mais Farod devait avoir ses raisons. Comme toujours…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Celarith Nydaem
Rôdeur
Rôdeur
avatar

Nombre de messages : 110
Age : 23
Localisation : Dans la fôret
Rôle : Rôdeur

~ GRIMOIRE ~
- -: Dùnadan ,semi elfe
- -: 27 ans
- -:

Ven 22 Juil 2011 - 12:59
HRP: excuse moi, j'ai mal interprété ton Rp :/. Comme tu ne me le demandes pas, je ne modifierai pas le texte précédent mais je veillerai à ne pas refaire l'erreur. Je débute dans le Rp donc soit indulgent^^ Je peux reprendre les "dialogues" que tu écris pour y répondre je pense? Au quel cas j'éditerai ce post. /HRP


Nydaem regarda l'homme se relevé et attendit qu'il continue. Pendant ce laps de temps, le rôdeur observa le guerrier de plus près et s'aperçu que, contrairement à lui-même, l'homme savait se qu'il faisait. Il avait surement reçu des ordres et il les appliquait c'était surement tout... Le ventre du chasseur gronda et celui du rôdeur suivi le même mouvement, il avait faim tout les deux.

-Farod t'attend. Mon nom est Garrock... Je suis chasseur parmi les Lossoths.

L'homme n'en dit guère plus sur lui ou sur quoi que ce soit d'autre. Les Lossoths.. je n'ai jamais entendu parler de cette "tribu".. Quel peut bien être ce peuple qui vit dans des terres si hostiles ? La neige, les tempêtes, les animaux féroces qui vivent en se terre ne sont-elles pas assez dissuasives? Nydaem devait réfléchir, bien réfléchir mais il avait peu de temps.. le froid et la faim n'attendent pas. Tout comme la mort. Il devait prendre sa décision, suivre cette homme et peut-être obtenir refuge et nourriture chez son peuple tout en étant étranger à leurs uses et coutumes ou.. resté ici dans le froid, seul avec OeilDeNuit.

-Farod veut te voir, c'est tout ce que je sais. Nous ne sommes ni fourbes ni voleurs. Tu dois être un bien Jeune Rôdeur pour laisser tes pas te porter jusqu'ici..

Farod par-ci, Farod par-là. Il n'avait que ce nom à la bouche, qui cella peut-il être? Un homme important sans aucun doute. Mais il était temps d'agir pas de discuté.

-Je ne porte le titre de "rôdeur" que depuis peu c'est exacte, mais je chasse depuis mon enfance et je sais me faire discret. Ma foi.. ces terres me paraissait trop hostiles pour être habité, malgré les animaux sauvages qui auraient pu suivre mes traces, à quoi bon... Maintenant je comprend mieux. Plus jamais de traces, où que se soit.

Nydaem aurait du faire attention.. les nains habitent bien des montagnes suffoquantes de chaleur, alors pourquoi des terres gelées ne seraient pas habitées... Plus jamais d'erreur ou cela lui coûterait probablement la vie. Il n'avait pas pensé à s'équipé de fourrure ni autres protections contre le froid et cela aussi lui en coûtait.. Soit..

-Tu peux ne pas me suivre mais je crois que c'est important... surtout pour mon peuple.

L'homme avait murmuré les derniers mots de sa phrase, il n'avait entendu que les bribes "importants" et "peuples". Nydaem avait prit sa décision, il suivrait ce guerrier. Après tout, il vaut mieux être en groupes dans des terres comme celle-ci. Et quelque chose lui disait que cette histoire était loin d'être fini.. Il penserait à sa vengeance plus tard, il avait tout son temps.

-Très bien, je vous suis. Je pense pouvoir vous faire confiance et puis.. dans ces terres désolées, ai-je le choix quand un homme qui y vit me propose de le suivre? Je ne pense pas.

Sur ces mots, Celarith attendit que l'homme montre le chemin et le suivi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Jeu 28 Juil 2011 - 0:36

"... des blessures si profondes, qu'elles se sont emparés de vous."

Herald referma ses parchemins anciens et les rangea dans sa besace. Son lointain cousin du côté de sa soeur, épouse du frère de la tante à sa grand-mère paternelle avait autrefois contribué à une prestigieuse quête. Aujourd'hui, lui, Herald Gamegie avait voulu en faire de même : courir à l'aventure, combattre de viles créatures et voir son nom dans de superbes livres. Mais rien de tout cela ne s'était produit depuis son départ de Cul-de-sac. Rien. Enfin si, il avait aidé un fermier à réparer sa roue de charrette, sauvé la poule d'une jeune fille et fait garrot à un chien errant blessé. Ne vivrait-il donc jamais d'aventures fantastiques ? Était-il destiné à sauver de pauvres vieillards et de petites enfants ? Ne pourrait-il jamais s'élever au-dessus de cela ?

Le hobbit avait alors erré des jours et des nuits, des semaines, peut-être des mois ? Il avait cessé de compter. Il avait marché, logeant parfois chez des grandes gens et le plus souvent à la belle étoile. Qu'il pleuve, qu'il vente ou que le soleil tape sur son crâne comme un marteau contre une enclume, Herald Gamegie continuait d'avancer sas réel but. Il faisait de plus en plus froid. L'hiver était rude, le kuduk n'en avait jamais connu d'aussi terrible. Mais de surcroît, il avançait de plus en plus loin dans le Nord. Ses pas l'y avaient conduit presque inconsciemment. Peut-être n'avait-il pas sa place au sud et dans le grand conflit qui se profilait à l'horizon.

Il avait atteint la Baie de Forochel et pensait s'être définitivement perdu. Lorsqu'au loin, il aperçut des formes se dessiner. Le vent glacial accompagné de neige l'obligèrent à couvrir son visage tout comme le reste de son petit corps. Il était gelé et s'il ne trouvait pas un abri, qui sait ce qu'il adviendrait de lui ? Herald trouva la force nécessaire pour continuer d'avancer vers ces formes et bientôt, il reconnut des habitations ! Que l'Ancien soit loué ! Un bon lit et une soupe chaude !

En tout cas, il l'espérait. Il était à peine arrivé aux portes du village, qu'il tomba à terre, évanoui à cause du froid.




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 889
Age : 27
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Jeu 28 Juil 2011 - 8:33
HRP : C’est entendu. Pour les dialogues il n’y a aucun soucis, c’est même mieux pour comprendre la logique de la discussion.




- J’ai reconnu ta piste parce que je connais la neige. Nos pas s’effaceront avec le vent. Seuls les animaux sauvages et les Grandes Esprits sauront alors où nous nous trouvons.

Sur ces mots Garrock tourna le dos au jeune rôdeur. Il ne revint pas sur ses pas. Nydaem lui avait fait faire des détours. L’étranger avait vagabondé ici et là sans connaître la contrée. Il existait un chemin plus rapide et plus court pour regagner le clan de Farod. Garrock marchait en tête, parlant peu. Il suivit la lisière d’un petit bois malmené par l’hiver et frappé par les tempêtes successives. Les branches brisées formaient des dessins étranges dans la neige. Les cimes des arbres ployaient sous la force des bourrasques et il était parfois difficile d’avancer droit devant soi. Ils marchèrent ainsi toute la matinée et une partie de l’après midi. Le vent se calma lorsque le soleil passa au zénith. Garrock ne s’arrêta que pour découper dans un morceau de bois une lame d’écorce percée de deux fentes étroites. Il tendit ce masque insolite à Nydaem.

- Mets-le sur tes yeux. Ca te protégera du soleil et de la lumière du manteau de glace.

Garrock posa lui-même sur son visage un masque semblable. Le champ de vision était considérablement réduit mais il n’avait plus à plisser les yeux pour se cacher de la lumière blanche diffusée par la neige.

Ils gagnèrent le village des Lossoths en milieu d’après-midi. De loin les igloos étaient invisibles à l’œil étranger ; malformations chaotiques formées par le souffle du vent. La tempête avait repoussé la neige sur la face sud des habitations et elles ressemblaient à d’immenses gouttes d’eau modelées dans la poudreuse. Personne ne vint accueillir et embrasser les nouveaux-venus. Tous avaient une tâche à accomplir et elle ne méritait pas que l’on s’attarde à quelques curiosités. Deux enfants vinrent néanmoins les saluer et les suivirent jusque devant la seule chaumine faite de bois. Garrock souleva la lourde peau d’ours qui couvrait l’entrée et pénétra dans une pièce que baignait une douce chaleur. Un feu crachotait dans un coin de la masure, à même le sol. Le chasseur invita Nydaem à le suivre.

- Farod est là. Il t’attend.

Un homme âgé aux cheveux blancs les regarda se soustraire à la morsure de la bise. Sa barbe recouvrait sa poitrine nue et s’entremêlait à quelques colliers de cuir où pendaient des plumes et des dents. Il observa longuement Nydaem avant de prendre la parole. Il avait l’air grave et semblait préoccupé. Quand il parla il le fit néanmoins après avoir largement sourit au jeune rôdeur.

- Soit le bienvenu parmi les Lossoths étranger. Je me nomme Farod, mais Garrock a déjà du te le dire. Je suis chef de clan. Tu rôdes sur les terres de nos ancêtres depuis quelques temps. Ton ventre sonne aussi creux que ta tête mais ton bras est fort et tu as l’œil vif.

Farod parlait d’une voix calme mais plein d’intonations. Il s’adressait à Nydaem avec l’air malicieux des anciens mais ses mots n’étaient pas pour le blesser.

- Prend le temps de te restaurer, je t’en dirai plus par la suite. Il est un autre … homme qui erre en ses lieux. Mon fils l’a sorti de sous la neige. Une heure ou deux de plus et il n’aurait fait plus qu’un avec ce monde de glace. Tu pourras poser des questions et obtenir des réponses pendant le repas.

Farod se retourna et passa par une petite ouverture qui donnait sur un espace clôt et sombre. Une lampe à huile fournissait une lumière sale. Deux hommes étaient assis en tailleur autour de ce qui semblait être un petit chaudron. Une odeur de graisse et de viande s’en échappaient et venaient frapper directement l’estomac des affamés.

Garrock s’assit à côté d’un homme encore plus grand que lui. A côté une forme plus ramassée s’acharnait à dépouiller un os de la chair tendre et cuite d’élan qui y restait accrochée – un semi-homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Celarith Nydaem
Rôdeur
Rôdeur
avatar

Nombre de messages : 110
Age : 23
Localisation : Dans la fôret
Rôle : Rôdeur

~ GRIMOIRE ~
- -: Dùnadan ,semi elfe
- -: 27 ans
- -:

Jeu 28 Juil 2011 - 18:50
-J’ai reconnu ta piste parce que je connais la neige. Nos pas s’effaceront avec le vent. Seuls les animaux sauvages et les Grandes Esprits sauront alors où nous nous trouvons.

-Je comprend mieux à présent... enfin, allons-y.

Sur ses derniers mots, le guerrier avait déjà commencé a marché, sans regardé en arrière. Garrock prit un chemin que Nydaem n'avait pas emprunté, en faite il ne l'avait jamais remarqué... cette homme connaissait vraiment très bien ces contrés. Malgré les couches de neiges et des glaces successives ils avançaient, longtemps jusqu'au moment au le zénith vint éclairer la plaine blanche, à se moment la lumière reflété était insupportable. L'homme s’arrêta un instant et tendit un masque étrange avec seulement deux fente taillé sans finesse qui pourrait servir pour les yeux.

-Mets-le sur tes yeux. Ca te protégera du soleil et de la lumière du manteau de glace.

Nydaem le plaça aussitôt devant ses yeux. Bien sur la vision était grandement réduite mais il pouvait à présent voir sans trop de difficulté. Le rôdeur se demandait combien de temps encore allait passé avant d'arrivé a destination, il ne voyait au loin que des endroit sur élevé par-ci par-là. Mais bizarrement, celle-ci avaient l'air de formé un tout. Il comprit alors qu'ils avaient atteint le village. Des personnes travaillaient ci et là, seuls deux enfants vinrent les accueillirent. Puis il entrèrent dans un igloo, maison créé surement par leur peuple car formé de glace. A l'intérieur, la chaleur était conservé, un feu régnait un milieu.

-Farod est là. Il t'attend.

Nydaem aperçu alors un homme un peu plus loin, sa barbe longue cachai son torse. Malgré son âge très avancé, cette homme inspirait le respect et la force. Malgré cela, en se moment, cette homme avait l'air mal, triste, et surtout préoccupé. Pourtant, avant de parlé il lui sourit longuement.

-Soit le bienvenu parmi les Lossoths étranger. Je me nomme Farod, mais Garrock a déjà du te le dire. Je suis chef de clan. Tu rôdes sur les terres de nos ancêtres depuis quelques temps. Ton ventre sonne aussi creux que ta tête mais ton bras est fort et tu as l’œil vif.

-je vous remercie de votre accueille grand chef. C'est exacte, Farod m'as parlé de vous, vous lui aviez demandé de m'amené jusqu'à vous.

-Prend le temps de te restaurer, je t’en dirai plus par la suite. Il est un autre … homme qui erre en ses lieux. Mon fils l’a sorti de sous la neige. Une heure ou deux de plus et il n’aurait fait plus qu’un avec ce monde de glace. Tu pourras poser des questions et obtenir des réponses pendant le repas.

Farod se retourna et passa par une petite ouverture qui donnait sur un espace clôt et sombre. Une lampe à huile fournissait une lumière sale. Deux hommes étaient assis en tailleur autour de ce qui semblait être un petit chaudron. Une odeur de graisse et de viande s’en échappaient et cette odeur frappa aussitôt les sens du rôdeur et des autres affamés . Son ventre gronda encore et il se senti gêné mais d'autres grondèrent..* il n'était pas le seul a avoir faim*

Garrock s'était installé a côté d'un homme encore plus imposant que lui et au sol gisait quelque chose, humain mais petit tout en étant adulte mais très maigre. C'était un hobbit.

-un semi-homme? Ici? Mais que se passe-t-il?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Mer 3 Aoû 2011 - 17:34

"Et donc mon paternel a fait sauter la charrette du vieil oncle Philibert avec une lampe à huile et un silex ! La grimace du vieux était pas belle à voir !"

Herald semblait avoir parfaitement récupéré de son petit séjour dans la neige, en effet il tenait un long monologue depuis maintenant plusieurs minutes au Lossoth assis à ses côtés qui avait quelques difficultés à suivre le fil de son récit. On l'avait extirpé quelques heures plus tôt de son manteau blanc neigeux et on l'avait emmené -ou plutôt trimbalé- jusqu'au village où il avait pu se réchauffer autour d'un bon feu. Une fois réveillé, le hobbit avait pu constater qu'un morceau de viande plus que conséquent lui avait été apporté. Depuis plusieurs minutes, il s'évertuait donc à manger cette nourriture qu'il n'avait pas l'habitude de déguster. Difficile à mâcher mais plutôt savoureux selon le fils Gamegie, il renouvellerait l'expérience.

Bientôt deux nouveaux individus entrèrent dans la pièce peu éclairée. Le premier était vieux mais il en émanait une aura très noble. Peut-être était-ce le chef ? Le second sembla bien plus familier au kuduk. Il avait tout d'un rôdeur du Nord et il paraissait loin de chez lui. Herald leur sourit chaleureusement. Quel peuple formidable et si hospitalier pensa le hobbit, ils offraient le repas à deux voyageurs perdus, loin de chez eux.

Ne voulant pas paraître impoli envers leurs hôtes, Herald entama la conversation avant même qu'un silence embarrassant n'apparaisse.

"Je vous remercie pour m'avoir sauver du froid, messieurs. Je crois bien m'être égaré un peu trop loin de chez moi. Mais apparemment, je ne suis pas le seul dans ce cas ! S'adressant à Celarith, vous êtes un rôdeur n'est-ce pas ?"

Puis se mettant un peu plus à l'aise, le hobbit commença à sortir une pipe magnifiquement ouvragée.

"Puis-je fumer ?"




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 889
Age : 27
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Lun 8 Aoû 2011 - 9:35
MP : Celarith n’hésite pas à prendre quelques initiatives en matière de descriptions…



Farod inclina profondément la tête pour signifier au semi-homme qu’il pouvait fumer. Il n’avait pas senti l’odeur du tabac depuis de longues années. Tandis que les premiers échanges avaient lieu entre les étrangers il s’installa auprès du feu, les jambes croisées. Après avoir servi, ou resservi, ses invités inopinés il prit la parole pour répondre aux différentes interrogations qui pouvaient submerger leur esprit.

- Les esprits n’ouvrent pas la route sous les pas des hommes par hasard. Je ne sais quelles convictions vous ont menées jusqu’à nous mais il faut plus que de la simple curiosité pour parcourir la Baie de Forochel. Quoi qu’on en dise …

Il posa un regard amusé sur la petite créature pour le moins extraordinaire qui s’agitait devant ses yeux. Il n’en avait jamais vu de tel auparavant et il l’avait d’abord pris pour un enfant. S’agissait-il réellement d’un adulte ? Il se posait toujours la question.

- Le froid peut geler les membres et brouiller les pensées mais jamais il ne brise le courage d’un chasseur Lossoth. Mais il règne une magie funeste sur ces terres qui détruit notre clan jour après jour et contre laquelle nous ne pouvons rien. Je pense que les esprits vous ont mené jusqu’ici pour nous aider à chasser ce maléfice. Nous sommes trop peu nombreux pour quitter le village plus d’une journée en délaissant femmes et enfants. La mort est fourbe et cruelle en ces terres.

Alors que Farod parlait le plus grand des hommes se leva et sortit de la petite salle sombre. Il penchait la tête pour ne pas toucher le plafond. Il revint quelques minutes plus tard en tenant dans chacune de ses larges mains les bras faibles de deux enfants. Devant les flammes il lâcha son emprise mais les petits revinrent vers lui en tâtonnant dans le noir et s’accrochèrent à ses poignets avec désespoir. Il les aida à s’asseoir sur le sol. Farod reprit la parole.

- Voici mon fils, Piotr. Ces enfants sont aveugles, ou en train de le devenir…

Sa voix s’étrangla un moment dans sa gorge. Malgré son statut de chef de clan et les responsabilités qui pesaient sur ses épaules il ne pouvait contenir son émotion en l’instant. Les Lossoths n’étaient pas hommes à se voiler la face lorsqu’ils exprimaient leur sentiment, qu’il s’agisse de colère ou de tristesse. Réprimer les fluctuations de l’âme dans un pays ciselé dans la glace aurait conduit n’importe quel humain à la haine ou à la folie.

- Il y a longtemps de cela, j’étais encore enfant, un magicien a foulé nos terres. Il était plein de ressentiments et la malveillance brillait dans son regard. Nous l’avons néanmoins accueilli et nourri plusieurs jours durant. Une nuit il a abusé d’une femme et a tenté de s’emparer de son jeune enfant. Nous l’avons chassé à l’aurore en lui ordonnant de ne jamais revenir sur notre territoire. Il nous a maudit et a juré de se venger… Il a prononcé d’étranges paroles…

Farod se perdit un moment dans de troublants souvenirs et revint à lui après avoir arraché son regard au pouvoir captivant des flammes. Mais ce fut Garrock qui prit la parole avant que le chef de clan ne bouge les lèvres.

- Lorsque la lune bravera le soleil à la lumière du jour l’obscurité s’emparera du monde. Les étoiles étincèleront d’une lueur funèbre et la nuit emportera avec elle la flamme qui anime votre peuple.

Les enfants se blottirent plus encore contre Piotr, la peur agitait leurs membres. Le fils de Farod continua de raconter l’histoire de son peuple en faisant asseoir les petits sur ses cuisses et en les serrant contre lui.

- Il y a quelques mois la nuit est venue en plein jour. Le soleil a été mangé par un cercle noir et les étoiles ont tremblé dans le ciel. Quelques jours plus tard Lou a commencé à perdre la vue. Son frère connaît le même mal depuis le début du Rude Hiver. Nous sommes maudits …

Le feu crépita brusquement et une buche éclata dans le noir comme en écho aux paroles des Lossoths. Farod ne laissa pas le silence peser sur les hommes et étreindre leur cœur.

- Nous ne pouvons lutter seuls contre le magicien noir. Mais si tous nos enfants perdent la vue alors ils mourront tous car ils ne pourront plus voir ni le gibier ni les pièges de la glace. Nous avons besoin de votre aide pour retrouver le sorcier et défaire le maléfice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Celarith Nydaem
Rôdeur
Rôdeur
avatar

Nombre de messages : 110
Age : 23
Localisation : Dans la fôret
Rôle : Rôdeur

~ GRIMOIRE ~
- -: Dùnadan ,semi elfe
- -: 27 ans
- -:

Lun 8 Aoû 2011 - 17:39
HRP[ Hum... Par exemple? détaillé les alentours? Les gens et leur réaction?]HRP

Celarith et le petit rassemblement commencèrent à mangé. Le semi-homme lui posa une question brève: Était-il un rôdeur.

-C'est exacte. Et vous je suppose que vous êtes un semi-homme, un hobbit de la compté il me semble. Quel est votre nom? Pourquoi un peuple aussi calme et paisible viendrai s'aventurer dans de tel région?!

Mais le rôdeur se tut lorsque le chef de la tribu vint s'installé près du feu crépitant. Ainsi, à la lumière des flammes, son visage creuser par la vieillesse et les intempéries de ces régions apparaissaient encore plus nettement. Ce dernier servi certains convives et en resservi d'autres. Tout d'un coup, il prit la parole.

-Les esprits n’ouvrent pas la route sous les pas des hommes par hasard. Je ne sais quelles convictions vous ont menées jusqu’à nous mais il faut plus que de la simple curiosité pour parcourir la Baie de Forochel. Quoi qu’on en dise …

Ses paroles étaient étranges, mais cela était exacte. Personne de censé ne viendrai en ces terres pour "visité". Mais il se tut cependant sur ses motivations à lui.
Il regarda un moment le hobbit qui, malgré sa petite taille paraissaient reprendre une apparence normale, plus vigoureuse et plus coloré que le pâle linge blanc qu'il était il y à peu. Pendant les réflexions de Celarith, le chef continua à parlé.

-Le froid peut geler les membres et brouiller les pensées mais jamais il ne brise le courage d’un chasseur Lossoth. Mais il règne une magie funeste sur ces terres qui détruit notre clan jour après jour et contre laquelle nous ne pouvons rien. Je pense que les esprits vous ont mené jusqu’ici pour nous aider à chasser ce maléfice. Nous sommes trop peu nombreux pour quitter le village plus d’une journée en délaissant femmes et enfants. La mort est fourbe et cruelle en ces terres.

Alors que le chef parlait, un homme entra avec 2 jeunes enfants. Ils bougeaient de façon incertaine comme saoul ou alors... aveugle? Ils avaient l'air effrayés et se raccrochaient a l'homme qui les avait amené.

-Je vous l'accord, ce n'est surement pas par hasard que nous sommes ici, que se soit le jeune hobbit que voici tout comme moi. Me concernant ce n'est pas que le courage.. mais vous le découvrirez peut-être un jour, le moment venu. Quand à votre "magie" j'aimerai essayé de comprendre, je m'excuse donc d'avoir prit la parole et vous laisse continué.

Nydaem était intrigué... Une magie funeste? Cela était bizarre. La magie n'était pas donné a tout le monde, et les gens la possédant était tous de puissant magicien.

-Voici mon fils, Piotr. Ces enfants sont aveugles, ou en train de le devenir…

Même en étant de grand chef ou de grand guerriers, les gens ayant vécu dans de telles circonstances ne peuvent être indifférent et le chef s'étrangla sur les derniers mots de sa phrase. Alors les enfants étaient peut-être déjà aveugle..

-Il y a longtemps de cela, j’étais encore enfant, un magicien a foulé nos terres. Il était plein de ressentiments et la malveillance brillait dans son regard. Nous l’avons néanmoins accueilli et nourri plusieurs jours durant. Une nuit il a abusé d’une femme et a tenté de s’emparer de son jeune enfant. Nous l’avons chassé à l’aurore en lui ordonnant de ne jamais revenir sur notre territoire. Il nous a maudit et a juré de se venger… Il a prononcé d’étranges paroles…

Cependant, le vieux guerrier ne termina pas sa phrase et réfléchit un long moment lorsqu'alors son fils prit la parole.


-Lorsque la lune bravera le soleil à la lumière du jour l’obscurité s’emparera du monde. Les étoiles étincèleront d’une lueur funèbre et la nuit emportera avec elle la flamme qui anime votre peuple.

Voila d'étrange paroles.. Une incantation maudite? Sur les mots du fils du vénéré chef, le visage de tout les Lossoths s'assombrirent et les enfants se jetaient contre Piotr comme sous les jupes de leurs mères . On dirait que cette malédiction n'était pas fictive... Il n'avait pourtant pas remarqué beaucoup de blessé... Qu'était-il arrivé? Déjà, tout les membres avaient l'air déprimé, refusant un sort inévitable. Et pourtant...

-Il y a quelques mois la nuit est venue en plein jour. Le soleil a été mangé par un cercle noir et les étoiles ont tremblé dans le ciel. Quelques jours plus tard Lou a commencé à perdre la vue. Son frère connaît le même mal depuis le début du Rude Hiver. Nous sommes maudits...

Piotr arrêta de parlé après ces derniers mots. Tous sans exception étaient torturer par la douleur de cette chose. Surement agit-il en voyant cela, le chef Lossoths reprit la parole un cours instant.

-Nous ne pouvons lutter seuls contre le magicien noir. Mais si tous nos enfants perdent la vue alors ils mourront tous car ils ne pourront plus voir ni le gibier ni les pièges de la glace. Nous avons besoin de votre aide pour retrouver le sorcier et défaire le maléfice.

Demandé de l'aide à des étrangers... Ce magicien ténébreux était donc si terrible? Au vu de leurs dire, les enfants devenaient aveugles, les gens tombaient malade. Même les valeureux guerriers ne pouvaient lutté contre les maladies. Nydaem ne réfléchit pas à deux fois.

-J'accepte de vous aidé sans hésitation! Je n'étais pas venu sur ces terres pour cela, mais je ne peux rester indifférent dans des circonstances pareilles. Je suis dès maintenant à votre service vénéré chef.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Mer 24 Aoû 2011 - 0:14

"Oh pardonnez moi ! Mon nom est Herald Gamegie de Cul-de-Sac ! À vrai dire, mon besoin d'aventure dépasse de beaucoup celui de mes compatriotes. J'ai grandi en m'enivrant d'histoires fabuleuses..."

Puis celui qui semblait être le chef des Lossoths prit la parole, parlant d'un sombre mal qui touchait leur tribu et d'un magicien qui était apparemment derrière tout cela. Cette histoire donna froid dans le dos au jeune hobbit et il inspira un bon coup dans sa pipe de châtaigner. L'odeur de tabac envahit bientôt la pièce ce qui était loin de déplaire à Herald, cette herbe lui avait toujours permis de se sentir mieux. Par quel sortilège ? Il ne le savait pas.

Ainsi Farod leur demandait leur aide à lui et au rôdeur pour défaire ce sorcier maléfique. Il ne semblait pas plaisanter en proposant au semi-homme de les aider. Considérer un hobbit comme une personne à part entière était si rare. Son côté kuduk lui hurlait de refuser, de s'enfuir et de revenir au smial familial pour être à l'abri et au chaud. Son côté aventurier lui intimait quant à lui d'accepter, de vivre sa première véritable aventure et aider ces pauvres gens. Alors qu'il était enfoncé dans ses pensées, le rôdeur accepta sans tarder la demande du vieux chef. Cet homme était courageux, pensa Herald. Allait-il laisser ce dunedain combattre seul ?

"Je viens aussi ! Quoiqu'il en soit, vous avez besoin de gens intelligents pour ce genre de quête... chose."

Le hobbit sentit sa gorge se nouer en entendant ses propres paroles. Par les poils frisés des orteils de la tante Grimelda, avait-il du sang Touque dans les veines ? Cette question le hantait presque autant que le fait de devoir affronter un magicien aux terribles pouvoirs.




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 889
Age : 27
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Jeu 25 Aoû 2011 - 8:55
HRP : Oui, tout à fait. Mais ton RP est bien, pas de quoi s’inquiéter ^^


Farod soupira longuement. Il releva légèrement les yeux et croisa le regard de son fils. L’atmosphère sembla soudainement devenir moins morose. Une lueur d’espoir se ranima dans la petite pièce sombre. Les flammes du foyer dessinaient des arabesques sur les murs, arrachant à l’ombre des lambeaux de lumière. Le chef de clan se redressa et prit de nouveau la parole.

- La nuit sera courte, aussi bien pour les grandes personnes que pour les petites gens. Soyez prêt avant l’aurore. Le soleil est plus paresseux ici qu’au Sud et il ne se montrera pas longtemps avant midi. Vous pouvez demeurer ici pour le reste de la nuit. Nous nous reverrons demain.

Il avait parlé d’une voix calme et posée, sans précipitation. Le vieil homme se leva et passa derrière une grande peau tirée sur quatre tiges de bois de pin. Séparation vétuste pour diviser la pièce. Sans un mot Garrock et Piotr se levèrent et désignèrent une paillasse assez large pour que le hobbit et l’étranger puissent se coucher non loin du feu. Piotr ramena les petits à leur mère et revint s’installer dans la pièce avec les deux aventuriers. Il avait rapporté une grande peau d’ours qu’il déroula sur le sol pour s’y coucher. Il souhaita une nuit paisible aux deux hommes et ferma les yeux.

Dehors le vent battait la glace des igloos de ses violentes bourrasques. Le froid du Nord ensevelissait le monde des Lossoths et les cristaux de glace renvoyaient aux étoiles le reflet de leur éclat.

***

- Levez-vous, il est temps.

Piotr secouait doucement le hobbit pour le sortir du sommeil de plomb dans lequel il avait sombré quelques heures auparavant. Le jeune rôdeur avait été plus prompt à se mettre debout. Farod attisait le feu en remuant les braises rougeoyantes. Une petite flamme naquit fébrilement et vint lécher la main du vieil homme. Une faible lueur ranima les ombres dans la pièce. Des bols furent rapidement distribués dans lesquels fumait une soupe chaude et épaisse. Un morceau de viande d’élan fut donné à chacun. Farod ne parlait pas, Piotr n’en disait pas plus. Les deux hommes semblaient tendus. Puis vint le moment du départ.

- J’espère que vous avez de bons yeux. Le bois est rare en ces terres et nous n’avons pas de torches. Vous suivrez Piotr sous la lune jusqu’à ce que le soleil éclaire votre chemin. Deux jours vous suffiront pour gagner Jä-Rannit. Trouvez là-bas Istelle. Elle vous mènera au sorcier … Faites attention à ses mots doux et à ses conseils. Elle sait distiller la vérité autant que le mensonge dans l’esprit des hommes. Gardez-vous bien de lui faire entièrement confiance. Ensuite, seuls les esprits sauront ce qu’il adviendra de vous. Fils, prend garde.

Piotr et Farod se mirent face à face. Ils se saisirent mutuellement la tête et firent se toucher leur front. Ils restèrent un moment à communier ainsi. Farod rompit le contact et tendit à Piotr un large sac de cuir où se trouvaient les vivres pour les jours à venir. Le vieil homme salua encore une fois les deux étrangers puis retourna s’abriter à l’intérieur.

Piotr partit devant pour mener la marche. Il avait avec lui une grande lance ornée de dents de divers prédateurs et un bouclier de bois sur lequel était peint un ours blanc. Il ceignait une épée courte et portait une légère cotte de maille, vestiges de son service dans l’armée arnorienne.
Ils marchèrent tout le jour face au vent, obligés de courber l’échine face aux rafales successives. La neige formait des vagues sur la mer de glace qui s’étendait à perte de vue. Le soleil ne parvint jamais à fendre le lourd manteau de nuages qui pesait au dessus de leur tête. Ils continuèrent d’avancer bien après que la nuit ne soit revenue. Lorsqu’ils s’arrêtèrent Piotr creusa un abri derrière un amoncellement de roches et de glace et construisit des parois de neige dans l’obscurité pour les protéger de la morsure de la bise.

Dans la nuit le vent diminua. Les nuages s’entrechoquèrent et la neige commença à tomber alors qu’ils repartaient pour gagner la ville indiquée par Farod. Le jour était un mur terne et opaque de cendres grises. Ils avançaient dans un demi-jour plein de menaces. Le sol était inégal et la progression fastidieuse. Seules quelques collines sur lesquels étaient perchées un ou deux buissons rabougris rompaient la monotonie du paysage. Le hobbit peinait plus que les deux hommes car la neige lui montait souvent plus haut que le ventre. Piotr et Celarith se relayaient pour ouvrir la marche et tasser la neige en un sentier éphémère. Mais les jeunes gens tenaient bon.

Ils virent les premières lueurs d’une maison tard dans la soirée. Une lanterne fébrile qui grinçait au sommet d’une hampe en métal. Chaque maison possédait son lumignon devant la porte d’entrée. Piotr s’essaya à quelques explications

- Ces lanternes éloignent les mauvais esprits et guident les âmes perdues. Plus loin il doit y avoir une taverne. On demandera où trouver Istelle. Les gens doivent savoir …

Piotr continua d’avancer dans le noir mais il avait laissé sa phrase en suspend. Il n’était pas certain que les gens sachent qui étaient la femme et encore moins où ils pouvaient la trouver. Ils franchirent néanmoins les portes d’une taverne bondée de grands hommes bruns et de femmes aux charmes plus attrayants les uns que les autres. Piotr se crispa. Il n’aimait pas la ville et ses exhalaisons de promesses putrides. Un maigrichon au nez crochu les héla et les invita à s’asseoir à sa table où restaient les dernières places assises.

- Hola mes petits amis … où allez-vous donc comme ça ? Toi le Lossoth, que fais-tu si loin de ton clan ? Tu trimballes derrière toi un enfant et un maraudeur… y aurait pas de l’or dans l’air ?

Le maigrichon les invita à boire une pinte en échange de quelques explications. Piotr demeura évasif avant de demander où ils pourraient trouver une dénommée Istelle.

- Ha la garce ! Vous la raterez pas. Elle habite à la sortie de la ville, à l’Est. Une chaumine avec des crânes qui pendent d’un peu partout au dessus des portes et des fenêtres. Je vous retiens pas …

L’homme quitta la table et disparut rapidement parmi la foule, l’air effrayé. Piotr regarda ses compagnons. Tout cela ne promettait rien de bon. Ils durent se résoudre néanmoins à quitter la taverne bondée pour retrouver Istelle. Le devoir devait être plus fort que la peur et les superstitions.

- Celarith, je vous laisserai aller voir la femme. Moi je ne sais pas bien manier les mots. Vous irez avec Herald pour expliquer la chose. Je vous attendrai dehors. Nous les Lossoths normalement on est déjà pas vraiment les bienvenus dans les villes, alors si en plus elle est un peu folle … Enfin vous comprenez.

De toute sa hauteur Piotr portait sur son visage un air de petit garçon apeuré et meurtri. Au fond de lui-même il était effrayé par cette magie qu’il ne comprenait pas et contre laquelle il ne pouvait lutter avec ses armes. Il planta son regard dans celui du hobbit pour tenter de le convaincre tandis qu’une porte s’ouvrait sur une pièce aux parfums envoutants. Une voix féminine traversa la nuit et invita les hommes à entrer.

- Par ici mes trésors… par ici …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Celarith Nydaem
Rôdeur
Rôdeur
avatar

Nombre de messages : 110
Age : 23
Localisation : Dans la fôret
Rôle : Rôdeur

~ GRIMOIRE ~
- -: Dùnadan ,semi elfe
- -: 27 ans
- -:

Mer 7 Sep 2011 - 18:01
Farod se détendit après les paroles des 2 étrangers que nous étions. il se tut pendant un moment puis dit

-La nuit sera courte, aussi bien pour les grandes personnes que pour les petites gens. Soyez prêt avant l’aurore. Le soleil est plus paresseux ici qu’au Sud et il ne se montrera pas longtemps avant midi. Vous pouvez demeurer ici pour le reste de la nuit. Nous nous reverrons demain.

Enfin un endroit au chaud pour dormir! Il était peu être temps... D'ailleurs OeilDeNuit avait l'air d'aimer l'idée. Quoi de plus normale?
Le chef du village les quitta et passa par un passage en peau de bête. Piotr et l'autre Lossoths se levèrent également et emmena le rôdeur et le semi homme près d'un feu où se trouvaient deux paillasses installé a leur intentions *nous dormirons confortablement..*

-Très bien, merci beaucoup je vais me reposé dès maintenant donc je vous souhaites bonne nuit.

Piotr parti avec les enfants et revient un peu plus tard avec une grandes peau qui leur servirai de couverture, celle-ci conservai d'ailleurs très bien la chaleur.


Le lendemain




Le rôdeur se réveilla facilement, étant habitué par son métier, toute les heures était bonne pour lui.

-Levez-vous, il est temps.

Quand Piotr vint les cherchez, Celarith était debout tandis que le semi-homme dormait comme un loir. Il représentait bien son peuple... Le guerrier secouai le hobbit mais celui-ci refusai de se réveillé. Tandis que près du Rôdeur, Farod essayai de ravivé les flammes du feu mourant. Enfin, des braises se mirent à rougir et à faire des reflets de flammes sur les peaux .Ils mangèrent de l'élan ainsi qu'une soupe. Le repas était tout de même bon.

Avant de partir ces paroles furent prononcés:

-J’espère que vous avez de bons yeux. Le bois est rare en ces terres et nous n’avons pas de torches. Vous suivrez Piotr sous la lune jusqu’à ce que le soleil éclaire votre chemin. Deux jours vous suffiront pour gagner Jä-Rannit. Trouvez là-bas Istelle. Elle vous mènera au sorcier … Faites attention à ses mots doux et à ses conseils. Elle sait distiller la vérité autant que le mensonge dans l’esprit des hommes. Gardez-vous bien de lui faire entièrement confiance. Ensuite, seuls les esprits sauront ce qu’il adviendra de vous. Fils, prend garde.


*Rien de bon à entendre...* Farod et sont fils firent un rituelle, surement une façon de leur porter chance et un adieu cérémonial. Cela dura un bon moment puis ils se mirent en route sur les terres enneigés et hostiles. Farod avait emporté une cottes de mailles qui paraissait sortir tout droit d'un soldat Arnorien, une lance ornées de dents, surement des trophées arracher au bêtes tué, ainsi qu'un grand bouclier avec un ours blanc peins dessus. Il emportèrent également un sac regroupant tout les vivre disponible pour le voyage. Le rôdeur ne remarqua que plus tard que le Guerrier Lossoth portait également une épée courte *mais d'où tient-il toute ses armes?* Ils continuèrent de marché encore et encore, luttant contre le froid et les morsures du vent qui les meurtrissaient. Malgré la longue marche, pas un seulement le soleil ne puits être aperçu pour le petit groupe. Quand enfin ils s’arrêtèrent tout le monde étaient déjà fatigué. Piotr, aidé d'autre Lossoths érigèrent un abri dans les rocher avec des parois de glaces et de neiges.

Celarith dormit peu cette nuit la, couché contre OeilDeNuit qui, malgré son pelage épais, tremblotait. Nydaem s'appuya contre lui et le prit dans ses bras, le loup quand à lui enfoui son museau sous les bras de son maître.

Le temps ne s'était toujours pas améliorer lorsqu'ils repartir. Leur destination paraissait bien loin dans se monde blanc où même le temps avait l'air gelé. Le terrain accidenté n’arrangeait d'ailleurs pas la chose, le hobbit avait du mal a suivre avec ses courtes jambes mais il tenait bon. Nydaem était dans la lune lorsque Piotr lui demanda de le relayé en tête de colonne pour dégagé le chemin, bien sur il se dépêcha de remonté le groupe et se mit à tassé la neiges sur les côtés pour aider les suivants. Le lossoth et lui-même se relayèrent encore quelque fois avant d'apercevoir la ville au loin éclairé par des lanternes dispersé sur chaque maisons.

-Ces lanternes éloignent les mauvais esprits et guident les âmes perdues. Plus loin il doit y avoir une taverne. On demandera où trouver Istelle. Les gens doivent savoir …


La ville était vraiment austères, ils avancèrent néanmoins dans ce village, arrivé près d'une taverne, le groupe entra. En entrant, Nydaem aperçu Piotr qui plissait le nez *il ne doit pas beaucoup appréciez l'endroit...*

Le serveur, enfin surement se qu'il était leur parla de loin:

-Hola mes petits amis … où allez-vous donc comme ça ? Toi le Lossoth, que fais-tu si loin de ton clan ? Tu trimballes derrière toi un enfant et un maraudeur… y aurait pas de l’or dans l’air?

Le garçon vint leur donné une table et leur offrir une pinte contre quelque explication, que bien sur Piotr ne donna pas heureusement, il écarta le sujet. Mais il garda l’essentiel en demandant où nous pourrions trouvez Istelle.

La réponse du jeune homme surpris quelque peu Nydaem.

-Ha la garce ! Vous la raterez pas. Elle habite à la sortie de la ville, à l’Est. Une chaumine avec des crânes qui pendent d’un peu partout au dessus des portes et des fenêtres. Je vous retiens pas...


Il dit ceci et s'enfuit, comme apeuré qu'un démon soit à ses trousses.

Sa description de la maison fit froid dans le dos, qui pouvait bien être cette femme?
Ils restèrent la quelque minute puis sortir et se dirigèrent vers le lieu que le serveur leur avait indiqué.

La maison avait l'air encore plus effrayante que la description faite. Arrivé presque tout près, Piotr lui souffla quelque mots:

-Celarith, je vous laisserai aller voir la femme. Moi je ne sais pas bien manier les mots. Vous irez avec Herald pour expliquer la chose. Je vous attendrai dehors. Nous les Lossoths normalement on est déjà pas vraiment les bienvenus dans les villes, alors si en plus elle est un peu folle … Enfin vous comprenez.


Ses paroles le surprirent quelques peu, les Lossoths? Mal aimé? Une...folle? Ça ne serai pas de la tarte...
Et depuis ses paroles, Piotr avait l'air traumatisé, pourquoi se fière guerrier avait-il peur? Et de quoi? La magie était rare en se monde, les quelques personne à la manier était craint mais pour la plupart, respecter. Quel genre de magie maniai cette femme obscure? Soudain la porte s'ouvrit et une voix se fit entendre

- Par ici mes trésors… par ici...

Tous entrèrent mais Piotr était encore plus terrifié, , la pièce était sombre, au milieu brulai un feu mais d'une couleur et d'une aura bizarre. Il n'était pas orange ou rouge, il était plutôt vert et mystiques.

Nydaem parla alors, comme Piotr lui avait demandé.

-Bonsoir madame...nous venons pour...

Mais il n'eut pas le temps de finir

-Bonsoir messieurs, je sais se qui vous amène. Vous êtes ici pour la malédiction, et surtout savoir où se terre le magicien.

-Mais...comment savez-vous cela?..
Nydaem était en état de choque. Voyait-elle dans le futur?

-Non jeune rôdeur, je ne lis pas le futur. Mais je n'ai pas la réputation que me donne les gens pour rien.

Abasourdi, Nydaem resta bouche-bée. Il comprenait pourquoi Piotr avait peur d'elle, son apparence de femme fragile n'était qu'une façade, elle pouvait savoir à l'avance se qu'elle voulait et, à son avis ce n'était pas tout.

-Nous sommes fatigué de notre long voyage jusqu'à vous mais... nous devons partir au plus tôt, c'est peu être impolis de ma part mais... Pourriez-vous nous guidé jusqu'à lui dès l'aube?

C'est vrai, la malédiction, elle, n'attendait pas. Ils devaient se débarrassé de se terrible sorcier. En espérant qu'ils soient de taille, eux, à l'affronter...

/HRP/ je ne sais pas trop comment continué, je devrai nous faire partir dès l'aube ou au contraire faire durer la conversation? /HRP/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Sam 15 Oct 2011 - 0:46

Le réveil avait été plus que dur pour Herald. Et pire encore, il se réveilla dans le froid. Il s'était emmitouflé dans sa chaude couverture en peau de... en peau d'animal qu'il n'arrivait pas à reconnaître d'ailleurs. Les hommes du Nord étaient déjà tous levés et préparés apparemment, même le jeune rôdeur s'était mis sur ses jambes en un rien de temps. Le hobbit, quant à lui, n'avait vraiment pas envie d'abandonner sa fourrure pour lutter contre cette brise glaciale et ce sol pas moins froid. Il claquait déjà des dents au bout de deux minutes. La journée serait longue. Mais pourquoi diable ses pas l'avaient-ils amenés dans cette contrée éloignée de toute chaleur ?

Rapidement, Celarith, Piotr et Herald se mirent en route pour leur périple. Le chemin était difficile et le hobbit avait du mal à progresser dans la neige, ses pieds étaient constamment trempés. Son nez gelé, ses lèvres gercées et ses dents qui claquaient montraient parfaitement comment le semi-homme n'appréciait pas ce temps.

Après plusieurs heures de marche, les trois compagnons suivis du loup du rôdeur arrivèrent à un hameau où plusieurs maisons semblaient habiter de la vie. Piotr les conduisit dans ce qui semblait être une taverne. Un homme les invita à boire à sa table. Il était tout simplement laid et son odeur persuada Herald de ne pas accorder sa confiance à cet homme répugnant. Toutefois, celui-ci indiqua tout de même au Lossoth, l'endroit où ils pourraient trouver la fameuse Istelle. Puis il disparût dans la salle, apeuré.

Les trois compères décidèrent donc de s'y rendre directement, n'attendant pas le lendemain. Piotr affirma au rôdeur qu'il préférait rester à l'extérieur plutôt que d'entrer chez cette femme. Était-elle si terrifiante ?

"Par ici mes trésors… par ici …" murmura une voix féminine et infiniment agréable.

Irréversiblement, Celarith et Herald firent quelques pas vers la maisonnée de la 'sorcière'. Puis ils finirent par entrer. La décoration était plutôt étrange avec plein de babioles et d’artéfacts servant à des choses que le hobbit n'osait même pas imaginer. Mais il y faisait chaud ; ce fut la première chose qu'il avait constaté à vrai dire et il apprécia cette sensation de réchauffement dans chaque parcelle de son petit corps. Le rôdeur avait déjà commencé à parler à cette Istelle, aussi belle qu’envoûtante. Allait-elle répondre à leur requête ou leur faire des choses terribles ?

Istelle fit alors quelques pas vers les deux aventuriers. Son regard était hypnotique et son maquillage fort prononcé rendait son visage d'ange plus sombre encore. Sous sa cape couleur feuille, le fils Gamegie tenait fermement sa dague. Si elle voulait lui brûler les yeux et lui faire cracher des limaces, elle devrait d'abord supporter une courte lame entre les cotes. Le hobbit resta cependant immobile, aux côtés de Celarith qui tout comme lui attendait une réponse de la sorcière.

Herald frissonna à nouveau mais ce n'était pas à cause du froid.


[Celarith, évite de trop faire parler les autres pnjs, là y'a pas de problème mais bon, je préfère rappeler Wink]




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 889
Age : 27
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Lun 31 Oct 2011 - 20:10
Une ombre voilait le visage de la femme. Etait-elle jeune, vieille ? Sa voix était douce et le parfum qui imprégnait l’atmosphère était enivrant. Le feu aux flammes étranges les enveloppait d’une chaleur réconfortante. Dehors le vent tambourinait contre les volets de bois et le crépitement du feu sur les bûches rappelaient aux compagnons que cette masure était un lieu de repos et de protection. De petits cylindres de bois tintaient doucement sur une poutre, animés par un souffle impalpable. Des bibelots occupaient des étagères au ventre alourdi, des coquilles de noix reposaient dans une coupe de verre sur une petite table basse, des liasses de papier se succédaient sur un sol de pierre. Les murs retenaient des tableaux qui semblaient chercher à s’extraire de leur support tant ils tanguaient, des toiles rouges et pourpres habillaient des fauteuils et des chaises et un petit chaudron ronflait sur les braises d’où émanait l’odeur d’une pièce de viande bouillie. Dans ce pays austère cette cabane respirait l’abondance.

Piotr était resté sur le pas de la porte, quoi qu’il n’osât pas porter la main à la garde de son épée. Il demeurait vigilant mais quelque chose l’empêchait de se montrer ouvertement hostile et alerte. Il se contenta de regarder les deux aventuriers s’avancer avec prudence parmi le dédale d’objets entreposés dans un si petit espace. De crânes il n’y en avait nulle part entre les murs. Mais dans l’angle des fenêtres, à l’extérieur, de petits squelettes blafards étaient visibles – ossatures de petits rats, tibia de castor ou de loutre des neiges, quelques dents de loups et d’ours … mais nuls restes humains. Leur avait-on menti, cette femme était-elle aussi dangereuse que sa réputation l'annonçait ? Piotr ressentit un frisson lorsque de nouveau la voix battit l’air de sa tonalité. Elle savait … Les grands esprits l’habitaient et elle pouvait leur parler, il n’y avait pas d’autres explications. La raison ne pouvait trouver refuge en cette demeure.

- Il n’est aucune arme qui puisse lutter contre la peur … Ni lame, ni magie ne pourront vous délivrer de ce mal.

Elle porta un regard insistant sur Herald dont le bras tremblait malgré lui sous sa petite cape.

- Mais il vous faudra pourtant vous en défaire avant de vous aventurer plus avant. Savez-vous seulement quelles épreuves vous allez affronter ?

Tous se murèrent dans le silence.

- Votre imagination seule ne suffirait pas à vous faire percevoir les silhouettes de la souffrance et de la peine qui borderont la route que vous emprunterez.

Et tandis qu’elle prononçait ses paroles, elle s’avança vers le hobbit et le rôdeur. La lumière découvrit son visage aux nobles traits dissimulés sous l’opacité d’un maquillage de mauvais goût. Sous ses yeux les traits noirs qui auraient du souligner la douceur de son regard lui donnaient un air las et fatigué, la vieillissant de nombreuses années encore non écoulées. De larges boucles gigotaient au bout de ses lobes et s’agitaient en tout sens lorsqu’elle prenait la parole, orchestrant un désastreux bruit de métal agaçant. Elle replia ses bras contre elle, laissant apparaître un instant des ongles mal entretenus et peinturlurés du vert kaki au noir de jais. Ses cheveux rougeoyaient dans le noir et ne parvenaient pas à prendre une couleur définitive.


- Et vous exigez de moi que je vous ouvre les portes de cette route ? Sots que vous êtes, benêts de basse fausse aux pieds poilus et au nez crochu ! Petit écervelé vermoulu, jeune bouc entêté, navets du Sud …

Elle continua un moment à cracher des insultes qui n’avaient ni queue ni tête et qui s’adressaient autant au hobbit qu’à Celarith. Puis elle cessa soudainement de chanter des noms d’oiseaux et pointa un doigt sale et tordu vers Piotr.

- Toi là-bas ! C’est ton père et ton clan tout entier qui portez le mal ! Votre souffrance ne fait que commencer, vos enfants deviennent aveugles n’est-ce pas ? Soyez heureux qu’ils ne soient pas tous déjà morts …

Elle eut un rire nerveux qui fit froid dans le dos. Piotr se raidit mais ne répondit pas. Qu’y avait-il à dire ? Il ressentit une vague de honte le submerger. Une petite voix dans sa tête cherchait à lui faire comprendre qu’il avait commis une faute qu’il devait expier en subissant le mauvais sort qui affaiblissait son peuple. Pourquoi se battre contre une force contre laquelle il ne pouvait lutter ?

Celarith et Harald pouvaient eux aussi entendre le faible murmure qui leur susurrait de repartir chez eux. Le froid les prendrait et les tuerait. Et lorsque le froid ne faisait pas son office tout un tas d’autres créatures sauraient se charger d’eux. Et même s’ils parvenaient à trouver l’illustre sorcier ? Comment feraient-ils pour en venir à bout ? « Que peut une aussi petite chose contre une magie toute puissante ? Ce n’est pas un temps à se geler les poils des pieds dehors… L’herbe verte de ton pays avait une plus jolie couleur. Et jamais ton ventre ne grondait contre la faim… »
« Et toi rôdeur, crois-tu que la gloire couvrira ton cadavre ? Mourir seul n’apporte aucun honneur. Tu défends les causes perdues, mais la tienne ne vaut pas bien mieux. Courir après des fantômes, cela ne ramène pas les morts… »

Piotr commençait à transpirer et sentait en lui une panique irrésistible le gagner. Qu’en était-il des autres ? Etait-ce un leur ou la réalité que leur faisait miroiter Istelle ? Son peuple méritait-il vraiment qu’il se batte pour lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chez les Lossoths
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Retour chez soi (suite de moment de détente) [PV : Calypso]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Autres Contrées :: La Baie de Forochel-
Sauter vers: