Fuir vers un avenir incertain

Aller en bas 
Aelyn
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Compagne du Vice-Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 318
Age : 27
Localisation : En Rohan
Rôle : Compagne du Vice-Roi du Riddermark - Guérisseuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine - Rohirrim
- -: 26 ans
- -:

Ven 23 Sep 2011 - 17:21
Arrivée au fameux souterrain, Aelyn cru qu’elle allait s’écrouler. La tension qui redescendait soudain, le soulagement d’être arrivée en vie après avoir frôlé de si près le danger, la peur omniprésente, l’inquiétude qui rongeait son cœur en songeant à Eofyr et Eogast, ses chers enfants, l’angoisse quant à l’état de Marionel… faillirent tous avoir raison d’elle. La pauvre femme dû s’appuyer quelques instant contre le mur de pierres froides pour éviter de s’écrouler.

Sans s’en rendre compte elle s’était mise à trembler de tous ses membres. Son cœur faisait des embardés violentes dans sa poitrine. Il fallait qu’elle se calme. Rapidement. Si elle ne réussissait pas à se maîtriser encore quelques heures, elle risquait de faire une erreur fatale pour la pauvre elfe. Si la peur prenait le dessus, s’en était fini.

La guérisseuse respira lentement, profondément. Pendant quelques longues secondes elle sembla totalement indifférente à ce qui l’entourait. Se concentrer. Vaincre la peur et l’angoisse. Triomphé de soi même. C’était la seule chose qu’elle avait à faire. La seule chose qu’elle devait faire. Progressivement, son cœur ralentit et reprit un rythme régulier. Une respiration. Ses jambes se stabilisèrent. Une respiration. Ses mains se détendirent. Ses épaules retombèrent. Une respiration. L’angoisse reflua. La peur battit en retraite dans un recoin sombre de son cerveau, toujours menaçante mais non plus dominante. Une respiration.
Enfin, la jeune femme rouvrit les yeux, aussi calme qu’on pouvait l’être en pareille situation. Maintenant elle pouvait être utile. Comme une femme forte, une Rohirrim, et non une faible demoiselle tremblotante !

Aelyn observa autour d’elle. Le long couloir de pierre, éclairé à intervalles réguliers par des torches dont la moitié étaient éteintes, semblait s’étendre à l’infini depuis le point d’entrée. Un seul chemin à suivre et, au bout du tunnel, peut-être, la liberté. Ou, du moins, la vie… et ses fils qui l’attendrait. La jeune mère résista à l’envie de courir jusqu’à en perdre son souffle. Elle voulait voir ses enfants, s’ils allaient bien, s’il ne leur était rien arrivé.

Son attention, cependant, fut détournée par un gémissement plaintif plus fort que les autres et Orwen qui la supplia de sauver l’elfe. Le Prince semblait paniqué à l’idée de voir fille d’Adanael succomber.

« Je le ferais, soyez sans crainte, seigneur Orwen. L’heure de cette femme n’est pas encore venue, et je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour que cela reste ainsi. Je vous en fais le serment ! »

Sa voix, ferme, pleine de certitudes, mais néanmoins douce et apaisante, avait pour but premier de rassurer le jeune prince. Oh, elle n’avait pas mentit. Elle était persuadée qu’elle pourrait sauver la jeune elfe. Mais il fallait avant ça que tout le monde autour d’elle en ait également la certitude. Non pas pour flatter son propre ego, mais pour lui donner le courage et la force nécessaire afin d’entreprendre ces soins complexes dans une situation si précaire.
Aelyn, bien qu’elle ne l’avouerait jamais, avait besoin d’un soutien, même si ce n’était qu’une simple pensée, pour exercer son art. Elle avait besoin de sentir qu’on lui faisait confiance. Cela apaisait son esprit.

Moins d’une minute lui suffisent pour analyser leur situation matérielle. Impossible de faire du feu et des infusions en un tel lieu. Elle compulsa dans sa mémoire toutes les recettes et les remèdes qu’elle avait patiemment appris. Il lui fallait de quoi désinfecter les plaies envenimées, soulager la douleur et la fièvre, et un somnifère. Il leur faudrait la porter s’il fallait encore avancer, marcher, même soutenue, finirait par entraîner un infection du sang ou d’autres problèmes aussi définitivement fatals.

Elle regretta un court instant que Farma et sa médecine elfique ne soient pas là pour lui prêter main forte. Penser à son amie lui remémora soudain une scène, à Aldburg. Etait-ce la veille ou des siècles auparavant ? Tout s’embrouillait. C’était le lendemain de l’attaque de la cité par les soldats à la bannière couronnée. Il y avait cet homme qui se mourrait d’une terrible infection. Elle se souvenait parfaitement avoir expliquer à l’épouse du Maréchal la composition d’un mélange de son invention pour chasser cette gangrène. Farma avait approuvée. Aelyn avait ensuite recréé ce mélange plusieurs fois. Il devait lui en rester.

« Allongez-la ici, s’il vous plait. » demanda-t-elle au prince tout en fouillant frénétiquement dans sa sacoche de guérisseuse.

Elle avait désigné un endroit sur le sol où les dalles formaient naturellement un creux idéal pour soutenir le dos de la blessée, comme un berceau. La rohirrim espérait que la fraîcheur qui se dégageait de la pierre aurait une influence bénéfique sur la fièvre de sa patiente.

« Donnez-lui de l’eau mais penchez-lui la tête en avant pour ne pas la noyer. Progressivement, par toute petite quantité. Cela fait plusieurs heures qu’elle n’a pas dû s’hydrater… avec une fièvre comme ça. Il faut remercier la solide constitution de sa noble race. Beaucoup auraient déjà succombé. »

Maintenant elle avait retrouvé toute sa confiance et donnait ses directives sans une hésitation, peu soucieuse désormais de la personne à qui elle donnait des ordres. Qu’importe que ce soit le prince ou un simple paysan, une vie était en jeu, c’était la seule chose qui importait.

La guérisseuse trouva enfin se qu’elle cherchait. Un flacon en verre épais et opaque fermé par un bouchon de cire blanche. Elle sortit également une fiole en métal ouvragé dont le bouchon représentait une tête de cheval stylisé, du pur artisanat rohirrim. Elle déboucha cette dernière et en fit couler la totalité du contenu sur la lame de sa dague. De quoi chasser le poison et désinfecter l’arme pour qu’elle accomplisse ce pour quoi elle avait été créée : aider à sauver la vie. Une fois cela fait, elle fit sauter la cire du flacon de verre. Il lui suffit de passer son nez au dessus du goulot pour s’assurer que le précieux mélange ne se soit pas gâter.

« Dégagez ses plaies ! Je vais préparer de quoi arranger cette vilaine infection avant que ce ne soit trop tard. »

Et Aelyn fit ce qu’elle avait dit. Elle prépara avec la vitesse et la dextérité de l’habitude des pansements et des compresses imbibées du liquide huileux et incolore aux parfums fleuris. Enfin elle s’approcha de la malade, à genoux, et observa les plaies avec le plus grand soin. Certaines semblaient en bonne voie de cicatrisation depuis la veille mais les autres suintaient et dégageaient l’odeur typique de l’infection. Les cachots n’avaient pas dû arranger les choses mais c’était surtout l’absence de traitement dans ce milieu insalubre qui était la cause d’un tel gâchis. Les cicatrices ne seraient pas belles, mais qui s’en souciait aux portes de la mort ?

En replongeant la main dans son sac elle sortit de nouveau plusieurs contenants, tous de tailles et de formes différentes, frappés d’un signe particulier sur chacun.
L’un était un petit coffret en bois sombre qui dégageait une odeur âcre, fermé par un simple crochet. Un autre était un modeste sachet en cuir solidement verrouillé par un nœud complexe. Il s’écrasa en touchant le sol comme s’il contenait du sable. Un troisième récipient, en fer bosselé, ne retenait son contenu qu’à l’aide d’un bout de tissu en laine. Il sembla à l’assistance qu’il était rempli de pierres. Le dernier était une toute petite boite en bois précieux, finement ciselée et fermé par deux minuscules loquets en acier. Sur le couvercle était gravé le symbole d’Elendil. Inutile de réfléchir longtemps pour en connaître le contenu : du précieux athélas.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Sam 8 Oct 2011 - 12:20
Suite: la délégation en danger

Orwen exécutait les ordres de la guérisseuse avec abnégation. Le petit prince suivait les indications avec célérité. mais aelyn pouvait apercevoir de l'angoisse dans son regard juvénile. Les gestes expérimentés et sûrs d'Aelyn étaient ponctués par des lamentations de la rodeuse elfe. elle s'gita un long instant, Marionel ressentait les souffrances de Réor et Guilota.
Puis Marionel se calma et sembla tomber dans une semie inconscience fiévreuse.Les regards d'Orwen et d'Aelyn se croisa de nouveau, le prince observa en silence avec respect le petit coffret de la rohirrim il murmura juste.

"Des onguents elfiques". Aelyn put percevoir du respect dans le ton du jeune homme.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le groupe d'Edor poursuivit son chemin sous tension. Ils percevaient le son des cris d'angoisse et des bruits mas d'armes blanches. mais guidé par l'ombrageux chevalier ils parvinrent près du tunnel. Tinomir, toujours de garde leur indiqua sa présence d'un sifflement rapide.

Le groupe toujours aux aguets , vigilant s'engouffra dans l'étroit goulet d'étranglement.Orwen se retourna brusquement la main posée sur la garde de son épée ouvragée et il découvrit avec soulagement le visage du rohirrim roux . L'hérault de Fondcome, l'œil de Fondcombe étaient présents . a son grand étonnement il vit Adanael aider Rimbold, mais il manquait hélas deux membres de la compagnie de bois doré.

Avec précaution Adanael posa le courageux garde royal contre la paroi froide du tunnel. D'un ton rapide il décla ra juste

"Cet homme a besoin de soins"

Puis le célèbre rodeur se mit au chevet de sa fille, il lui prit sa main avec douceur. danael fit un signe de respect vers Aelyn

"Merci Dame du Rohan"


Marionel ouvrit les yeux un bref instant et d'une voix faible elle réussit à prononcer quelques mots

"Ou sont Réor et Guilota ?"

D'une voix tranchante le chef de la compagnie elfe répondit

"Ils sont morts, mon enfant". mais le visage parfait elfe était à l'opposé de la fureur contenue dansles mots , les larmes ruisselaient sur les joues imberbes du uerrier.

Edor eut le cœur enchâssé de froid devant cete scène, mais ils devaient vite partir. le chevalier s'éclaircit la voix puis d'une voix étouffée mais maitrisée il interpella ses compagnons

"Mes amis, nous sommes dorénavant des fugitifs. nous devons prendre des décisions importantes. nous attendons des nouvelles de dame Ariane . mais si dans quelques instants nous n'en avons pas, nous devons partir"

Le chevalier ménagea une ause pour laisser ses paroles pénétrer les esprits.

"Personnellement je retourne dans mon château, retrouver ma famille, ot ceux qui veulent venir son les bienvenus"

sans se retourner Adanael répondit

"Je retourne à Fondcombe et j'emmène ma fille !!'

Marionel se redressa avec une grimace de douleur sur son coude gauche tat déclama

"Non je suivrai Or...". Elle retomba avec une nouvelle plainte de douleur "Wen" finit elle..

Adanael resta un instant silencieux

"Très bien , je pense que c'est une erreur et tu as prouvé que tu étais plus que motivée. Alors venge réor et guilota"

Orwen s'était relevé et il se redresa de toute sa hauteur

"Mes amis, je vais continuer la lutte contre mon père. Je vais attaquer Dunharrow ou tout du moins enlever voire séquestrer le maréchal . C'est extrêmement dangereux et je n'exigerai la présence d'aucun de vous. mais vous êtes des compagnons d'honneur et de bravoure, je sais qu'avec vous je vaincrai pour les valeurs du Rohan"

Riimbold grimaçant poursuivit

"Je suis avec vous Prince"

Edor eut un soupir de fatigue; ainsi la guerre civile était inéluctable, il eut une pensée fugace pour sa famille.

Il reprit donc

"Je persiste à croire mon prince que c'est une erreur mais je suis votre allié pour toujours; je suppose que Tinomir va vous accompagner, c'est un bon guerrier tout comme Rimbold"


Orwen resta silencieux et fit juste un signe de tête vers le chevalier.

Tous se tournèrent vers Aelyn qui s'affairait sur les blessés et les deux elfes de Fondcombe.

Un nouveau choix pour chacun de nos héros.....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelyn
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Compagne du Vice-Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 318
Age : 27
Localisation : En Rohan
Rôle : Compagne du Vice-Roi du Riddermark - Guérisseuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine - Rohirrim
- -: 26 ans
- -:

Jeu 20 Oct 2011 - 21:44
Le Prince était vraiment un excellent assistant pour la guérisseuse. Exécutant toute les consignes avec une rapidité exemplaire et poussé par l’inquiétude, il facilita grandement de travail d’Aelyn.
Celle-ci se contenta d’un doux sourire à la remarque d’Orwen avant de se concentrer totalement sur son travail. Ses mains volaient d’un récipient à l’autre, piochant ça et là les éléments nécessaires à la confection d’un cataplasme à l’odeur désagréable et d’une boisson froide et sirupeuse.
Elle nettoya chaque plaie avec grand soin et les recouvra ensuite de l’étrange mixture jaunâtre qu’elle maintint à l’aide de bandes de tissus fermement serrées.

Les gémissements de douleurs de Marionel venaient régulièrement rompre le silence affairé qui régnait désormais dans le couloir de pierres. Leurs échos résonnaient longtemps. Au loin, on distinguait de nombreux bruits d’origines incertaines qui n’étaient plus qu’un bourdonnement sourd dans les oreilles de la guérisseuse. Rien ni personne n’aurait pu la déconcentrer à cet instant, tant bien même les soldats du Tyran auraient fait irruption dans leur cachette. Plongée dans une une sorte de transe, il n’existait plus pour elle que sa patiente, ses instruments et, accessoirement, de façon floue, le prince qui l’aidait. Le sol dur et froid qui maltraitait ses genoux, les courants d’air qui traversaient violement le souterrain à intervalles irréguliers,… tout cela lui semblait appartenir à un autre endroit, un autre temps.

Aelyn venait tout juste de parvenir à faire boire la totalité de la boisson sucrée à l’elfe quand, avec la soudaineté d’un coup de sabot, un sifflement bref perça. Une grande quantité de personnes déboulèrent dans leur zone, le souffle court. Le Prince fut le premier à réagir, vif comme un éclair. La jeune humaine, elle, fut plus lente, et ne pu que regarder, étonnée, tout cet attroupement.

"Cet homme a besoin de soins"

Elle acquieça d’un signe de tête. Rimbold semblait avoir encore voulu jouer aux héros. Elle allait en faire la remarque quand l’elfe millénaire vient s’agenouiller à ses côtés à la place qu’occupait Orwen quelques instants plus tôt. Rendant son signe à Adanael avec beaucoup de modestie et de respect, elle finit par se relever sans un mot. Peut-être était-il temps de laisser le père et la fille en tête à tête…

Elle s’installa alors auprès de son nouveau patient – un peu trop régulier à son goût. Un carreau d’arbalète traversait son bras de part en part. La pointe de fer laissait s’écouler goutte à goutte le sang carmin du rohirrim. La jeune mère lui adressa une moue indéfinissable.

« La mort ne semble pas vouloir de vous, Rimbold. Par deux fois vos blessures auraient dû vous être fatales et par deux fois vous en évitez la terrible issue. Vous avez beaucoup de chance. »

Elle ne pu cependant retenir un larme car ses oreilles avaient perçu les tristes nouvelles du rôdeur elfe. Tant de morts et de tristesse. En soignant le garde royal, son cœur était en peine et son esprit, bien qu’occupé, l’assaillait de pensées terribles. Sa tête était basse et ses soupires fréquents.

Puis vint le temps des discussions capitales. Aelyn se fit plus attentive mais ne parla pas. Elle réfléchissait, la bouche hermétiquement close. Jusqu’à présent, elle n’avait pas beaucoup réfléchi. Des vies étaient en jeu et rien n’aurait pu la détourner de son but. Mais à présent, il fallait faire un choix. Un choix personnel, primordial, rapide mais lourd de conséquence. Pour s’aider à réfléchir, elle passa en revu tous les blessés et toutes les blessures, soignant ceux qui devait l’être.

Puis enfin, il ne lui fut plus possible d’attendre. Tous le monde s’était tourné vers elle, attendant une réponse quelconque. La guérisseuse prit une grande inspiration. L’impression de plonger dans une mer déchaînée l’assaillit mais elle ne se laissa pas intimider et rejeta cette désagréable sensation. Sa voix ne tremblait pas malgré ce qu’elle ressentait au fond d’elle.

« Prince. » Elle inclina la tête devant Orwen. « Je sais désormais que nous n’échapperons à cette… » sa voix se cassa mais elle poursuivit néanmoins. « … cette… guerre civil. Et voir mon pays se déchirer de la sorte… »

Il y avait l’ombre d’un sanglot dans sa voix. Elle se tu, secoua la tête avec fatalisme, les paupières fermées et reprit plus fermement. Ses yeux d’émeraude vinrent s’ancrés à ceux du prince.

« Ma fidélité vous est acquise car je crois que vous possédez les qualités nécessaire pour régner sur le Riddermark. Bien mieux que votre père ne le pourras jamais… » elle prit le temps de passer sa langue sur ses lèvres sèches avant de continuer. « Mais comprenez que je ne peux vous accompagner à Dunharrow. Ne me croyez pas lâche… mais je ne suis pas une guerrière comme Dame Marionel. Et malgré tous mes souhaits de réussite pour votre entreprise, ma présence ne serait qu’une gêne et ce n’est nullement mon désir. Cependant, je considèrerais comme un honneur de me tenir de nouveau à vos côtés dans un avenir proche. »

Elle se tourna ensuite vers les elfes rescapés. Son visage était grave et attristé.

« Seigneurs Elfes, je tiens à vous présenter toutes mes condoléances pour ceux qui ont périt et mes excuses en temps que Rohirrim pour ce que l’on vous a fait subir. »

Elle s’adressa enfin à tous. Dans sa tête, désormais, tout était clair.

« Pour ma part je repartirais dans l’Eastfold. Je dois m’assurer que mes enfants ne courent aucun danger car c’est mon devoir de mère. Ensuite, j’informerais tout ceux qui doivent l’être, et ceux qui pourront apporter de l’aide, de ce qui se passe réellement ici. Soyez certains que je ne resterais pas inactive à regarder mon pays sombrer dans le chaos ! »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Jeu 3 Nov 2011 - 23:44


Chacun écouta les propos avisés de la jeune guérisseuse. Edor fut le premier à lui répondre

"Vous avez prouvé votre bravoure Dame Aelyn du Rohan, il est normal que vous retrouviez votre famille. Sachez que si Eastfold devient périlleux, ma demeure se situe à quelques lieues plein ouest . N'hésitez pas une seule seconde , votre famille et vous même seront les bienvenus"

Puis il devinrent tous silencieux. l'attente commençait; mais que faisait donc Dame Ariane. Les réactions étaient différentes caractéristiques de chaque personnalité. Aelyn toujours à son sacerdoce était au chevet de Rimbold . les elfes étaient autour de Marionel, ils ne prononçaient aucun mots mais ils communiquaient chacun pouvait le ressentir, les paroles entre eux étaient inutiles. Edor était assis contre la paroi froide du tunnel, les yeux dans le vague. Orwen pour sa part faisait les cent pas, sujet à son impulsivité juvénile. De nouveau, comme par enchantement, les reflets des torches accrochées au mur se reflétèrent sur son visage lisse, son nez fier et aquilin se dessina, et il sembla auréolé d'un halo de lumière presque....royale

Le robuste Tinomir vint au bout d'un long moment et déclara dans un souffle

"Toujours rien"

Edor se leva prestement et prit les décisions qui s'imposent .

"Bon nous avons déjà trop tardé. Voilà ce que nous allons faire . Nous laisserons des éléments pour Ariane pour qu'elle puisse suivre la piste"

Orwen intervient

"Non on ne peut pas....."

Edor le coupa

"Prince, nous devons bouger. Immobiles nous sommes trop exposés"

Repris à l'orde Orwen se mordit la joue, serra les poings et regarda un bref instant le sol puis il releva dignement la tête et d'une voix maitrisée il répondit

"Vous avez raison seigneur Edor"

-----------------------------------------------------------------------------------------------

La petite troupe avança dans le tunnel. Rimbold découvrit l'efficacité des onguents elfiques. Certes il ne pouvait pas courir mais il pouvait marcher, un exploit en soi au regard des blessures infligées.Marionel était soutenue par son père.

Il sortirent enfin du chemin sous le château d'or. Le noir absolu. puis des bruits inquiétants autre que la nature. Deux hommes s'avancèrent. Une embuscade??? Les guerriers du groupes valides tirèrent leurs armes. mais les deux individus portaient les anciennes armoiries du Rohan, ils avançaient avec des gestes apaisants de la main. D'un geste la main droite impérieux Edor stoppa ses compagnons.

D'une voix étouffée un des hommes s'exprima

"Prince Orwen je me nomme Eotyr, je suis capitaine d'Alburg nous avons été envoyés, par dame farma pour vous épauler dans vos actions"

Le groupe resta un long moment interdit. Edor le premier de nouveau réagit

"Très bien écartons nous d'Edoras, allons à votre campement"

La marche fut assez longue, les deux officiers leur expliquèrent que l'épouse du Champion du Rohan leur avait indiqué ce passage secret qu'elle avait elle même utilisé.Il pensait l'utiliser pour entrer dans la cité mais ils sont tombé par miracle sur les fugitifs.

Ils arrivèrent enfin au campement, deux eoreds sous le commandement du capitaine Eotyr un jeune homme un peu plus vieux d'Orwen , connu pour sa bravoure et son abanégation. A son habitude orwen fit le tour de Hommes pour les saluer.

Adanael fixa s fille un instant , une larme coula sur sa joue tout comme sur celle de Marionel . Puis il prit un cheval donné par les soldat rohirrilms puis il partit sans se retourner. Néanmoins avant de quitter les lieux il remit à Rimbold une dague elfique sans un mot .

Puis ce fut le tour d'Edor qui salua longuement ses compagnons, il leur serra la main avec affection . Puis il disparut lui aussi dans la nuit.

Tinomir, Orwen , Rimbold et Aelyn restèrent seuls près du feu.

Orwen prit la parole

"Dame Aelyn , partez vous cette nuit ou attendrez vous le petit matin, voulez vous une escorte pour vous accompagner à bon port??"




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rimbold
Garde Royal du Rohan
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 31
Localisation : En Rohan
Rôle : Garde Royal et Capitaine d'Eored en Exil

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Rohan
- -: 24 Ans
- -:

Jeu 10 Nov 2011 - 12:43
Tout c'était passé si vite… La fuite, les morts et la nuit des lances noires… Le petit groupe s'était séparé, les elfes étaient repartis à l'exception de Marionel et Adanaël avant de disparaitre dans les bois avait remis une dague à Rimbold! Il eu juste le temps de Glisser un merci en elfique… Les hommes tournaient leur regard vers Aelyn qui devait partir, et le jeune prince lui demanda si elle partirait cette nuit et si elle désirait une escorte.

Rimbold restait assis prés du feu, savourant ce petit moment sans douleurs: les onguents elfiques avaient fait merveille et ses plaies s'étaient bien refermées! Il écoutait les autres lorsqu'un bruit de trot se fit entendre, les hommes se levèrent, sur le qui-vive, quand soudain trois chevaux sortirent du sous bois. Le garde reconnut immédiatement son vieux compagnon:

-Par la lance d'Eorl! Tyrion! Ah…Vieux frère, tu m'as retrouvé!

L'étalon frottait sa tête contre son maitre, fort heureux de l'avoir près de lui, et Rimbold ne se privait pas de le papouiller tant son cheval lui avait manqué, il dévoila tout un arsenal de sensibilité et de gentillesse aux yeux des autres qui restèrent pour quelques un surpris de voir le garde d'ordinaire si austère être si chaleureux!

-Voyons ce que tu m'as rapporté, j'espère que tout ce que je t'ai laissé est là…

Le garde sortit alors deux grosse sacoche, des couvertures, et décrocha les deux boucliers des flancs du cheval, il laissa la lance et remis en ordre l'arc et les deux épées qui restait solidement attachés a la selle. Puis il se tourna vers le reste du groupe avec un des sacs:

-Voyez vous, lorsque je suis entré dans mon Eored, on se moquait de moi parce que je laissais mon cheval équipé en permanence! Mais aujourd'hui, cela paye! Voici des couvertures, j'ai aussi des armes et deux boucliers! Et si ce sac est bien le bon…Oui! Voila de la viande séchées, du pain deux barils de bière et des gourdes d'eau pleine, elle n'a que trois jour et est encore buvable!

Le Rohirrim partagea équitablement ses réserves entre tous, en commençant par dame Aelyn puis il disposa les couvertures à terre, près du feu et attacha les trois chevaux. Il fouilla encore le sac resté sur Tyrion et en tira une vielle cape de l'ancien Rohan, il la passa sur lui et jeta la cape noir au feu puis se tourna vers les autres:

-Je porte mal le noir, il ne met pas mes yeux en valeur… Sur ma barbe, plus jamais je ne porterais ces frusques sombres!

Dit-il un sourire aux lèvres. Il revint s'assoir près du feu a coté du prince…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Lun 14 Nov 2011 - 21:57


Aelyn resta un long moment silencieuse. Orwen décida pour elle. Il désigna quatre sous officiers. Et ils partirent dans la nuit fraiche vers la famille tant aimée, vers ses proches.Le petit Prince resta longtemps à fixer le groupe partir . Lui aussi, aurait tant aimé revoir ses proches; il leva les yeux un bref instant vers la nuit étoilée et lança une invective contre son père maudit. Il se reprit en se fustigeant ce n'est pas ainsi que les choses avanceraient.
D'un pas décidé il se dirigea vers son étalon ébène du Rohan. Il sortit de ses fontes le drapeau du Rohan rapiécé qu'il avait récupéré dans la demeure maudite du seigneur Jérémiah.

Sans un mot Orwen s'assit aux coté de Rimbold . Le rugueux Tinomir s'était positionné à coté du garde royal.Comme souvent la lune semblait une alliée d'Orwen . La lumière blafarde de l'astre tombait sur la silhouette juvénile du fils d'Hogorwen. Scène extraordinaire que celle d'un prince s'acharna sur un étendard miteux baignée par la lumière froide de la Lune.

Sans se départir de son sacerdoce, Orwen s'adressa aux deux rohirrims

"Tinomir, Rimbold vous avez fait preuve de bravoure et de courage. Et surtout vous portez en vous les valeurs du Rohan. Voulez vous devenir mes aides de camp"

Ne laissant pas les soldats répondre, Orwen poursuivit. Cette fois ses yeux sombres et déterminés fixaient ses compagnons

"Voici mon plan mes amis. je connais Dunharrow comme ma poche. ironie du sort mon père a été de longues années maréchal de cette place forte. je connais un chemin secret qui nous permettra de pénétrer sans encombre dans les appartement du maréchal et de le contraindre sans combat à se soumettre. Le maréchal actuel est pragmatique, il se rangera à mes arguments. Et ensuite je plaiderai ma cause face aux soldats de Dunharrow et ils n'écouteront je le sais. En êtes vous??"

Orwen redevint silencieux, fixant les braises, son plan avait des défauts, de gros défauts mais il en avait assez d'attendre, il devait agir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le grand saut, un pas vers l'avenir [PV : SEIICHI HASEGAWA]
» {fini} L'humanité marche à reculons vers l'avenir, les yeux tournés vers le passé [RoxXie]
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Le Rohan :: Edoras-
Sauter vers: