[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique !

Aller en bas 
Omar Baligh Wahid El'Abib
Marchand d'Esclaves
Omar Baligh Wahid El'Abib

Nombre de messages : 91
Age : 34

~ GRIMOIRE ~
- -: Haradrim
- -: Fin de la trentaine
- -:

[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! Empty
[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! EmptyJeu 1 Déc 2011 - 23:16
[HRP] Inspiré par Nathanael, je fais également un post regroupant les divers PNJ réccurents liés à Omar Baligh Wahid El'Abib... Dit le Magnifique ! [/HRP]


[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! Shionn10

Prénom & Nom : Shannah El'Abib

Age : 14 ans

Race : Humaine - Orpheline originaire d'Umbar

Rôle : Femme (depuis bientôt un an) d'Omar Baligh Wahid El'Abib

Lieu de résidence : La villa El'Abib en plein coeur du quartier marchand d'Umbar, la cité des pirates.

Traits physiques : Shannah est une jolie petite fille dont la féminité s'épanouie de jour en jour. Déjà ses courbes naissantes laissent imaginer la beauté plantureuse qu'elle sera dans quelques années. Elle mesure 1m60 pour une quarantaine de kilos... Elle parait si frèle aux cotés de l'imposant Omar. Ses cheveux, d'un noir jais, très longs, tombent dans le désordre le plus total sur ses délicates épaules juvéniles. Elle a la peau mate, typique des gens de la région. Ses yeux, noisettes, irradient d'une rare intensité pour une adolescente de cet age : on y lit un improbable mélange d'innocence et de gravité, héritage de son passé douloureux qui lui marquera l'esprit à jamais.

Caractère : Shannah n'est ni plus ni moins qu'une jeune fille de quatorze ans. Elle est pleine de vie et de cette énergie inépuissable que possèdent les enfants... Il n'est pas rare de la voir courrir d'un bout à l'autre de la villa, plongée dans ses jeux imaginaires. Malgré cela, Shannah sait faire preuve d'une grande maturité pour son age... Elle comprend les choses de la vie, tout particulièrement la mort, qu'elle cotoya très jeune... Trop jeune... Mais depuis qu'Omar prend soin d'elle, elle ne cesse de rayonner un peu plus chaque jour, heureuse d'avoir à la fois retrouvée une famille et un être cher qui cède à tous ses caprices... Et oui, Omar se comporte autant comme un père attentionné qu'un mari désireux de contenter sa bien aimée... Il ne sait que trop rarement lui dire "non", et la petite friponne n'hésite pas un seul instant à en profiter... C'est d'ailleurs comme cela qu'elle a pu adopter son petit chat...

Omar s'emporte souvent lorqu'elle traine dans ses jambes la journée... Surtout lorsqu'il est avec un client... Mais elle sait qu'il ne lui portera jamais la main dessus, et que ces cris cachent une tendresse qu'Omar n'oserait révèler quiconque... Elle adore l'agacer de la sorte : c'est dans ces moments que ses yeux pétillent le plus de malice...

Pour une raison inconnu, elle éprouve une jalousie maladive pour Agathe, l'une des esclaves d'Omar...

Particularité : Elle possède un chat de gouttière, une femelle, au pelage gris foncé... Qu'elle a sournoisement appelée "Omarichoute"... Ce nom fait bouillir Omar de rage à chaque fois qu'il l'entend... Mais Shannah semble tellement heureuse lorqu'elle joue avec son petit compagnon, que le marchand s'est résigné à s'en séparer... Cette gamine à toujours le dernier mot !

Histoire et rencontre avec Omar :

Rencontre avec Omar

Omar emmena Shannah dans un unique but : vendre cette jolie petite fille (encore vierge) à prix d'or ! Il pouvait en tirer le triple de ses autres esclaves ! Les enfants de cette fraicheur étaient rare sur le marché ! Mais, bien malgré lui, il dut rapidement reconnaitre qu'il s'attachait à cette petite fille de huit ans, haute comme trois pomme... Et le jour ou un individu louche débarqua pour l'acheter, Omar se retrouva incapable de la vendre : il refusa. Dès lors, il retira Shannah de la vente... Il la pris sous son aile comme l'aurait fait n'importe quel père. Il la nourissait, l'éduquait, lui apprenait les rudiments du commerce... Rapidement elle sut compter, et aida Omar à remplir ses carnets de comptes. Il réalisa aussi que son petit minois ne manquait pas de faire frémir même ses plus rustres clients. Elle savait tout aussi bien attendrir et rendre plus dociles les esclaves récalcitrants.

Elle l'appellait "Gentil monsieur Omar", ce qui ne manquait pas de le faire rager... Mais au fond de lui il aimait bien ce sobriquet. Omar, depuis sa plus inconfortable enfance, avait grandit dans la crainte et le rejet de son père... Avoir une famille... ils étaient tout deux à la recherche d'un être cher, à qui ils pouvaient faire confiance, à qui ils pouvaient parler...

Les années passant, leurs liens ont évolués... Elle devenait femme, et Omar n'était pas réellement son père. Cet amour paternel se muait en un autre : Un amour réservé aux amants. Timide mais sure de ce qu'elle désirait, elle fit rapidement comprendre à Omar ses intentions... Ce dernier ne résista pas aux avances maladroite de la jeune demoiselle en fleur.

Malgré son aspect sévère, Omar fut un amant doux et attentionné... Trop peut-être, puisque son attitude cultiva les derniers défauts enfantins de la fillette. Mais pour ne pas nuir à sa réputation de marchand honnête, qui ne profite pas de ses marchandises, Omar décida d'officialiser leur relation.

C'était il y a peut-être un an...

Chose que Shannah ignore, Omar fut à deux doigts échanger la fillette alors agée de 8 ans contre des renseignements sur un mystérieux maitre chanteur. Ce dernier avait envoyé un assassin à la villa el'abib dans l'espoir de se débarrasser du marchand, heureusement sans succès. L'espion engagé, un certain Marade, devait enquêter et découvrir l'identité du commanditaire, en échange de la jeune fille... Mais il disparu de la circulation... Il n'y eut plus d'assassins non plus... Une coïncidence ?


Dernière édition par Omar Baligh Wahid El'Abib le Sam 3 Déc 2011 - 22:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omar Baligh Wahid El'Abib
Marchand d'Esclaves
Omar Baligh Wahid El'Abib

Nombre de messages : 91
Age : 34

~ GRIMOIRE ~
- -: Haradrim
- -: Fin de la trentaine
- -:

[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! Empty
[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! EmptyVen 2 Déc 2011 - 20:35
[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! Sinbadbybrentjs

Prénom & Nom : Kelden "Démembreur" Assan

Age : Environ 35 ans

Race : Humain - Originaire du Khand

Rôle : Garde du corps d'Omar Baligh Wahid El'Abib

Lieu de résidence : La villa El'Abib en plein coeur du quartier marchand d'Umbar, la cité des pirates.

Traits physiques : Kelden est un ancien gladiateur, et il en porte toutes les marques. Il est grand, les épaules larges, la carrure impressionnante. Son corps est bardé de cicatrices de toutes formes et toutes tailles, vestiges de ses joutes passées. Mais la plus impressionnante de ses balafres défigure le sommet de son crane... Ce qui explique qu'il porte en permanance un turban. Ses cheveux sont noirs et très denses, excepté autour de cette cicatrice où sa peau est à nue.

Son teint est mate, mais ses traits tirent sur l'Oriental... Peut-être ses parents avaient-ils des origines Rhûniennes... Mais ça, il ne le saura jamais...

Caractère : Un mot pourrait décrire le caractère de Kelden : Inexpressif. Son visage et sa gestuelles ne laissent rien paraitre... Même lorsqu'il doit mettre sa vie en danger pour protéger son maitre, Omar, ses traits ne montrent ni colère, ni rage. Kelden n'éprouve que peu d'envies et de désirs. Il ne regarde pas les femmes (ni les hommes d'ailleurs), n'accepte pas l'alcool, et ne mange que pour se nourrir... La journée, il suit Omar dans ses déplacements, toujours un pas derrière lui, sans jamais faire le moindre geste inutile. Le nuit, il veille sur les balcons, et ne dort que quelques heures, par intervalles d'une dizaine de minutes.

Décrit comme cela, Kelden peu paraitre fort étrange, comme imperméable au monde qui l'entoure, enfermé dans son propre corps qui ne ressent rien... Mais ce n'est pas un impression : il est comme cela... Il est comme cela depuis la terrible blessure qui mit fin à sa carrière d'esclave-gladiateur, celle qui lui fendit le crâne comme une pastèque trop mûre. Son esprit ne s'en est jamais vraiment remis...

Compétences : Kelden n'est pas un fin bretteur... Il est juste une brute épaisse, à la force herculéenne, qui manie le sabre comme personne... Il a tout du boucher qui aurait fait carrière dans un arène sous les cris galvanisants des spectateurs assoiffés de sang. Même sa terrible blessure au crâne n'a pas égratigné ses talents... Alors que tout le monde l'annonçait mourant, il a survécu, en s'accrochant à ce qu'il aimait le plus : se battre. Kelden est également habile à l'arc, sans être un tireur exceptionnel. Disons simplement qu'il faut y réfléchir à deux fois avant de tenter la débandade lorsque Kelden vous tient en joue, du haut de l'un des balcons de la Villa El'Abib.

Particularité : Kelden a "perdu" la faculté de parler.

Possessions : Kelden ne possède presque rien. De sa vie passée de gladiateur il n'a conservé que son sabre. Il garde dans ses effets personnels un pantalon, une chemise grossière, un turban, un arc de qualité médiocre et quelques flèches. Là s'arrête la liste des biens qu'il possède : tout le reste appartient à Omar, qui lui échange contre ses bons et loyaux services. De toute façon, Kelden n'a besoin de rien d'autre.

Histoire et rencontre avec Omar :

Kelden est né dans un des quartiers pauvres de Kryam, la plus grande cité Khandéenne. De ses parents, il n'en a conservé que de vagues souvenirs, des impressions, des images dénuées de sens. Aussi loin qu'il puisse s'en souvenir avec précision, il était seul : Un enfant orphelin laissé à lui même dans les rues sales et dangereuses. Car il était sur d'une chose : ses parents avaient été tués, avec une violence rare... Cela l'avait marqué même si sa mémoire lui interdisait toute réminiscence. Depuis il vivait dans la rue, avec une bande de jeunes comme lui. Il mendait, volait, chapardait. Il ne reculait devant aucun méfait s'il lui permettait de mettre la main sur quelques pièces ou sur un morceau de pain.

Mais un soir, alors qu'il sortait de l'adolescence, il commit une erreur : celle de sous estimer sa victime... Ou tout du moins, la personne qui protégeait sa victime. La rude vie de la rue lui avait forgé l'esprit et le corps. Il était élancé, rapide, et surtout bouillant de rage envers les plus riches. Un soir, il tomba nez à nez avec l'un de ces personnage qui ne sortait jamais sans un garde du corps... Un gros type, bien gras, gavé du malheur des autres... Il portait une bague à chaque doigts, des bracelets aux bras, des boucles d'oreilles, des colliers précieux... Il ne put résister... Il lui sauta dessus, espérant jouer de sa vitesse et de son effet de surprise pour lui subtiliser sa bourse pleine à en craquer.

Mais c'était sans compter sur les sens aigusés du garde du corps, un grand type au teint aussi noir que la nuit. Ce dernier s'interposa. Il était impressionnant, mais l'esprit de Kelden était trop embrumé par l'adrénaline pour mesurer ce qu'il risquait. L'homme l'attrapa en vol, et le fit tomber à la renverse. Sonné, mais toujours plein de rage, Kelden se revela et fonça de nouveau tête baissée... Cette fois le garde du corps lui aggripa le bras dans l'espoir de le lui briser... Mais Kelden était une véritable anguille, il gigotait, rendait les coups... coups de pieds, de poings, de dents... L'art du combat de rue... Le pugilat dura quelques minutes, moins de cinq. Finalement Kelden encaissa un mauvais coup au visage, et tomba, inconscient. L'homme qui l'avait terrassé dégaina alors son sabre, prêt à l'achever. Mais son maitre fit un geste et lui ordonna :

"Il suffit ! Attache le, on le ramène ! Il sait se défendre, et n'hésite pas à porter les premiers coups... Il ferait un excellent gladiateur avec un peu d'entrainement aux armes..."

L'homme s'executa.

Les dix années suivantes furent les plus belles, les plus intenses et les plus excitantes de sa vie. Il enchainait les combats d'arène... Il couchait en moyenne avec trois femmes différentes chaque jour... Pour la plupart de riches matrônes qui étaient prête à dépenser une fortune pour se faire saillir par un puissant et fougeux gladiateur dans la force de l'age. Il était un esclave, mais cela n'avait aucune importance... Tant qu'il faisait gagner de l'argent à son maitre, ce dernier le traitait d'égal à égal... Son maitre : il portait le nom de Barka Kel'Abib. Il avait un neveux au nom stupide et impossible à retenir en entier... Un certain Omar Baligh Wahid El'Abib. Ils devaient avoir à peut prêt le même age. Mais Omar était l'exact opposé de Kelden : grassouillet, réservé, timide avec les femmes. Cet Omar venait rendre visite à son oncle de temps en temps, depuis sa lointaine région du Harad. Il ne savait rien de plus et il s'en foutait... Seul le combat comptait.

Il était doué, trés doué. Sans pour autant rester invaincu, il sut éviter les blessures fatales... On le surnommait le "Démembreur"... Parce qu'il aimait jouer avec ses adversaires... Il commençait toujours par leur briser un bras, puis une jambe, puis l'autre bras, avant de les achever sous les hourras de la foule en délire. Chaque combat le faisait gagner en assurance... Mais aussi en arrogance... Si bien qu'un jour, alors qu'il avait totalement sous estimé son jeune adversaire, il reçu une terrible blessure à la tête : un coup de masse d'une violence rare.

Son crane fut fendu de son sourcil gauche à sa nuque. Une blessure fut immédiatement jugée mortelle. Mais le Démembreur tenait trop à sa vie de joute pour se laisser mourir de la sorte. Il survécu, mais les conséquences furent tragiques... Il garda bien des séquelles psychologiques : perte de la parole, perte des emotions... Il était devenu de marbre, ne désirant plus rien, même pas retourner dans l'arène. Constatant cela, Barka le jugea inutile, et ordonna qu'on le tue... Il n'avait pas l'intention de dépenser le moindre centime pour un handicapé mental !

Mais Omar, présent ce jour là, proposa à son Oncle de le racheter... Son père venait de mourir, et il espérait pouvoir relancer le commerce à Umbar... Il lui fallait un garde du corps, un type imposant, qui savait se battre, et qui n'allait pas déflorer ses eslaves vierges lorsqu'il aurait le dos tourné... Kelden était parfait ! Ce dernier, bien que muet et émotionellement détruit, conservait ses facultés de reflexion... Et le choix fut vite fait : Rester pour mourir, ou bien partir avec Omar. Il n'hésita pas une seule seconde. Omar venait de lui sauver la vie, il avait une dette envers lui...

Kelden sauva Omar plus d'une dizaine de fois... Cette dette était depuis longtemps remboursée. Mais à aucun moment il ne fomenta le moindre plan pour s'échapper... Il était bien : nourri, logé... Sa vie brutale l'avait usée avant l'heure et il ne désirait plus qu'une chose : le calme. Omar le traitait correctement... Il aurait été stupide, dans son état, de partir à l'aventure... Il avait tout interet à rester, à accomplir son devoir, et à profiter de sa retraite bien méritée...


Dernière édition par Omar Baligh Wahid El'Abib le Sam 3 Déc 2011 - 22:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omar Baligh Wahid El'Abib
Marchand d'Esclaves
Omar Baligh Wahid El'Abib

Nombre de messages : 91
Age : 34

~ GRIMOIRE ~
- -: Haradrim
- -: Fin de la trentaine
- -:

[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! Empty
[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! EmptySam 3 Déc 2011 - 22:05
[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! Fatblo12

Prénom & Nom : Barka Kel'Abib

Age : Fin de la cinquantaine

Race : Humain - Khandéen

Rôle : "Oncle" d'Omar Baligh Wahid El'Abib - Propriétaire d'esclaves gladiateurs qu'il fait concourir dans l'arène de Kryam.

Lieu de résidence : Quartier riche de Kryam

Particularités : Barka n'est pas au sens usuel l'oncle d'Omar. Le lien familial les unissant est beaucoup plus éloigné. D'après les dires de Barka, toute la famille serait originaire du Khand, et cela ferait seulement quelques centaines d'années que toute une branche (les El'Abib) aurait décidée de tenter sa chance au Harad. Cependant, Omar considère Barka comme le père qu'il aurait aimé avoir. Il lui a appris tous les rudiments de l'esclavage, il est son mentor. C'est pour cela qu'il l'appelle "Mon Oncle".

Barka paye des pillards locaux pour kidnapper de jeunes nomades du désert sans fin afin d'en faire des esclaves gladiateurs. Tant que ces esclaves lui rapportent de l'argent, il les considère quasiment comme des hommes libres. S'ils échouent ou se blessent grièvement, il s'en débarasse sans ménagement... Il est arrivé en de rares occasions qu'il affranchisse un gladiateur particulièrement méritant... Mais ce ne fut jamais par bonté de coeur, ce genre d'action généreuse n'avait d'autre but que de regonfler le moral des autres et leur laisser croire à un éventuel affranchissement s'ils se surpassaient au combat...

Traits physiques : Barka est un colosse... Il est grand et énorme... Plus d'un 1m90 pour prêt de 150kilos... A coté de lui, n'importe qui semble ridiculement petit, même Omar ! Tout est sombre chez lui : ses yeux, ses cheveux, sa barbe... Malgré son poids impressionnant, Barka n'est pas du genre à lambiner ou à dormir toute la journée... Il évite les heures de fortes chaleurs, mais aime bien sortir en ville au petit matin, ou tard le soir. Il aime pavaner et étaler ses richesses, surtout devant les crève-la-faims des quartiers pauvres... De temps en temps il monte également à dos de chameau, afin de participer à l'un des raids qu'il organise, s'octroyant ainsi de l'avantage de choisir lui même ses futurs gladiateurs. Seulement, ses chameaux ne font pas long feu... Après l'avoir porté deux ou trois fois, ils se rompent généralement le dos. Il assiste également en personne à tous les combats engageant ses gladiateurs.

Mais depuis quelques années maintenant, la vieillesse gagne de plus en plus Barka. Il se fatigue plus vite, sort de moins en moins, ne participe presque plus aux raids de ses pillards... Certains disent qu'il vit ses dernières années, et que son poids aura bientôt raison de son coeur épuisé... Même s'il lui montre le plus sincère des respects, Omar espère qu'il pourrait ainsi hériter très prochainement de ses biens... Et oui, Barka n'a pas d'enfants, ni de neveux proches...

Caractère : Barka possède un très sale caractère... Il est arrogant, pédant, grossier, irritable. Il n'hésite pas à mentir, tricher, voler, tuer si cela lui permet de gagner quelque chose... Barka n'a que peu de considération pour ses semblables. Il juge la plupart des hommes comme lui étant inférieur... Pour lui les esclaves ne sont pas différents des meubles qui décorent sa maison. Il en dispose à sa convenance, et n'hésite pas à en éxécuter quelques uns pour d'obscures raisons dont il ne se justifie jamais. Barka possèdent en permanance une dizaines d'esclaves femelles qui doivent lui obéir au doigt et à l'oeil sous peine de sévères corrections. S'il n'a pas officiellement d'enfant, et il n'en veut surtout pas : trop insupportables. De toutes les concubines qu'il a eu, seules une poignée ont osées lui annoncer leur grossesse... Avant de périr dans divers "accidents" tragiques, comme une malencontreuse chute d'escaliers. Les autres, plus malines, s'enfuyaient généralement avant que la rondeur de leur ventre ne les trahissent. Celles là, il ne les retenaient même pas...

La seule personne non esclave qu'il autorise à séjourner dans sa demeure est Omar. Barka n'aime pas Omar, il le tolére, rien de plus. Il a vu quelque chose en Omar, et le considère comme la personne la "moins pire" pour lui succéder... Ce qui est un incroyable compliment dans sa bouche.

Compétences : Barka est imposant et très intimidant. Il joue de ses traits physiques et de son caractère pour développer une puissante force de persuation. Peu de gens osent ouvertement lui dire non, yeux dans les yeux. Et pour ce qu'il n'arrive pas à obtenir en claquant des doigts, il use de sa petite fortune pour les acquérir.

Point faible : Barka possède un énorme point faible : son amour des paris. Il aime risquer des sommes colossales. Il mise toujours sur ses gladiateurs... Ceux qui lui font remporter de belles sommes ont le privilège de pouvoir vivre jusqu'au prochain combat... Pour les autres, la récompense est plus "expéditive". Mais comme Barka a un don pour juger des hommes, il dégote en général de bons combattants et arrive à conserver une belle fortune.

Possessions : Barka possède une immense demeure dont la plus de la moitée est aménagée pour ses esclaves femelles, ses gladiateurs et ses gardes du corps. Il dispose d'une poignée d'eunuque qui assurent "l'entretien" de ses esclaves favorites : elles doivent rester fraiches et présentables à toutes heures de la journée et de la nuit, pour que Barka puisse en disposer selon son bon plaisir. Les autres, celles dont il s'est lassé, sont à la disposition de ses gladiateurs, qui vivent pour la plupart dans ses murs. Les plus incontrolables sont parqués dans le sous-sol de l'arène.

Barka est fou des bijoux en or, incrustés de pierres précieuses. Il porte une bague à chaque doigt, des bracelets à chaque poignet, des bouclies d'oreilles, des chaines et des colliers...

Histoire et rencontre avec Omar :

Barka a presque tout hérité de son père, lui même un riche possesseur d'esclaves gladiateurs. C'est une spécialité de la famille, depuis plus de quinze générations. Ainsi Barka beigne dans ce milieu depuis sa plus tendre enfance, ce qui explique sa grande connaissance de cette discipline.

Mais son passé ne nous interesse pas vraiment... Ce qui est important c'est sa rencontre avec Omar :

A l'époque, Omar vivait à Umbar, sous l'égide d'un père alcoolique et très violent. Croyant son fils stupide et feignant, il décida de lui donner la pire correction de sa vie : l'envoyer chez son plus terrible "Oncle" : Barka Kel'Abib... Ce dernier allait lui mener la vie dure, et s'il ne le brisait pas, il en ferait un homme, un vrai. Omar connaissait parfaitement la réputation diabolique de cet homme, et il refusa net.

C'est ainsi qu'il se retrouva attaché, séquestré, dans une charette, à destination de la lointaine Khand.

Les premières semaines dans la demeure de son oncle furent infernales. Le colosse ne le supportait pas... Rien que de le savoir à proximté, il devenait fou de rage. Barka n'était pas violent avec Omar, ses gardes du corps se chargaient de la sale besogne. Omar était adolescent, mais il se sentait redevenir gamin, apeuré, affolé à chaque fois qu'il entendait le pas lourd de son oncle approcher.

Pourtant, Omar respectait Barka : il était loin d'être un idiot et connaissait toutes les ficelles du métier. Il gagait de l'argent avec tant de facilité... Omar avait tout à apprendre de lui et de ses méthodes ! Ainsi, le jeune homme fit son possible pour rester dans le sillage de son oncle, sans jamais se retrouver dans ses pattes. Il percévéra... Et s'il y a une chose que respecte Barka, c'est bien la persévérence.

Omar ne se décourageait pas. Finalement une sorte de tolérence naquit dans le coeur du colosse. Barka se décida même à lui enseigner quelques combines. Le petit était malin, il comprenait très vite. Même si cette pensée le dégoutait, lorsqu'il regardait Omar, il avait l'impression de s'observer lui, plus jeune.
Omar revint faire plusieurs séjours dans la demeure de son Oncle. Plus le temps passait, plus les deux hommes se respectaient mutuellement. Omar avait des idées novatrices. Barka avait un flair inimitable.
Toutefois, à cause de l'attitude de son père, Omar détestait la violence gratuite et les abus faits aux esclaves femelles. Ce fut les deux seules choses qu'il refusa d'apprendre de son oncle...
Aujourd'hui, Barka commerce régulièrement avec Omar. Les nomades qu'il capture, et qu'il ne juge pas aptes à guerroyer dans l'arène, il les vend à des prix défiants toute concurrence à son neveux. Ce dernier réalise de grosses marges sur ces marchandises exotiques, que demander de plus ?!


Dernière édition par Omar Baligh Wahid El'Abib le Mar 10 Jan 2012 - 8:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omar Baligh Wahid El'Abib
Marchand d'Esclaves
Omar Baligh Wahid El'Abib

Nombre de messages : 91
Age : 34

~ GRIMOIRE ~
- -: Haradrim
- -: Fin de la trentaine
- -:

[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! Empty
[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! EmptyDim 4 Déc 2011 - 20:03
[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! 0129cb10


Nom : Les Tuniques Rouges - Dirigées par Absan "Chacal Rouge" Ich-Tavar

Race : Humains - Variags pour la plupart

Rôle : Groupe de pillards du désert sans fin - Principaux fournisseurs d'esclaves d'Omar Baligh Wahid El'Abib

Lieu de résidence : Les Tuniques Rouges sont mobiles. Ils posent leur camps temporaires dans de petites oasis, ou dans d'antiques ruines à demi ensevelies. Ils ne quittent que rarement le désert sans fin.

Particularité : Les Tuniques Rouges doivent leur nom à la couleur qu'ils arborent lors de leurs raids. Par soucis de mobilité, chaque membre dispose d'une cheval ou d'un chameau, tous volés évidemment.

Description : Les Tuniques Rouges sont peu nombreux. La taille de leur bande varie sans cesse, mais ils ne dépassent que rarement la quinzaine d'hommes. Ils privilégient la mobilité et la vitesse au nombre et à la force de frappe. Chaque membre doit subvenir à ses propres besoins : pour cela, il doit veiller sur ses possessions : armes, protections, nourriture. Lors des raids, l'or est partagé équitablement entre les membres, pour ce qui est du reste, c'est premier arrivé, premier servi.

Pour cette raison, il est difficile, à l'exception de la couleur rouge, de trouver une constante entre tous les membres. Certains montent des chevaux, d'autres des chameaux. Certains arborent un sabre à la ceinture, d'autres se battent à la lance, ou à l'arc.

Ils passent la majeure partie de l'année à parcourir le désert sans fin, pour attaquer, capturer et dépouiller la multitudes de tribus nomades qui y vivent. Les hommes et les femmes qu'ils capturent sont ensuite revendus comme esclaves à leurs clients.

Mode opératoire et habitudes : Certains traiteraient les Tuniques Rouges de lâches, d'autres d'opportunistes. Une chose est sure : ils n'attaquent jamais de face, en pleine journée. Ils privilégient toujours les actions rapides, sournoise, alors que le soleil se lève à peine, et que les hommes et femmes qu'ils visent sortent à peine de leurs paisibles sommeils.

Les Tuniques rouges passent la majeure partie de l'année à parcourir le désert. Mais régulièrement ils retournent à Kryam, une fois par mois peut-être, pour y dépenser l'intégralité de leur butin. Lors de ces soirées de débauche, l'alcool coule à flots, et les prostituées s'enchainent. C'est aussi l'occasion de passer du bon temps en regardant quelques combats de gladiateurs, et en misant de belles sommes.

Les Tuniques Rouges s'attaquent quasi-exclusivement aux nomades du désert. Mais à de rares occasions, lorsque la faim ou le manque d'or se fait sentir, il n'hésite pas à piller une caravane commerciale... Mais cela reste peu fréquent... Le Chacal Rouge est suffisamment intelligent pour garder profil bas. Même les échanges qu'ils réalisent avec leurs clients ont lieu en plein désert, loin des regards indiscrets.

Quelques fois, lorsque le client veut le privilège de choisir lui-même ses prises, Absan autorise un étranger à les suivre. C'est par exemple le cas de Barka Kel'Abib, qui n'hésite pas à dépenser de grosses sommes pour jouir cet avantage.

Hiérarchie : Associer les mots "Hiérachie" et "Tunique Rouges" c'est réaliser un oxymore. Ils ont un chef : Asban Ich-Tavar, surnommé le "Chacal Rouge". Pour le reste, c'est l'anarchie la plus totale. Chaque membre est responsable de lui même, et peut faire ce que bon lui semble... Tant que cela ne brise pas la règle fondamentale : Ne jamais nuire au groupe, ou à l'un de ses membres.

Le Chacal Rouge est un homme charismatique et autoritaire. Il sait diriger ses hommes, et n'éprouve aucun mal à se faire respecter. Il est le ciment du groupe. S'il devait lui arriver malheur, les Tuniques Rouges disparaitraient. Il est un homme prudent. S'attaquer aux nomades est un plan excellent : qui irait s'inquiéter du destin de quelques sauvages des dunes ? De plus ils font de très robustes esclaves, qu'il peut revendre à prix d'or...

De l'or, les Tuniques Rouges en gagnent suffisamment pour tuer dans l'oeuf la plupart des frictions internes. Tant que chacun y trouve son compte, le groupe reste soudé... Pendant les quelques périodes de vaches maigres, il n'est pas rare de voir l'un des membres disparaitre en pleine nuit... Les retours réguliers à Kryam sont aussi l'occasion de recruter de nouveaux membres, parmi les jeunes des rues avides de combats et d'argent.

Liens avec Omar Baligh Wahid El'Abib : Omar est l'un des principaux clients des Tuniques Rouges. Au début, Absan n'avait aucune confiance en Omar : Pourquoi devait-il commercer avec un type aussi éloigné ? Il est vrai que Umbar n'est pas la porte d'a coté... Mais, aussi grâce aux garanties financières de Barka Kel'Abib avec qui il travaille régulièrement, le Chacal Rouge accepta plusieurs contracts, qui furent très juteux. Omar achète à bon prix.

Cette distance arrange Omar : plus ses marchandises viennent de loin, moins on lui pose de questions et plus elles sont faciles à revendre.

Au final, un lien commercial fort naquit entre les deux hommes. Absan fournit Omar sur demande. Ce dernier envoie un pigeon voyageur lorsque ses stocks commencent à baisser. Absan organise le raid, capture quelques nomades qu'il enferme dans de grandes cages montées sur des charrettes. A l'aide de pots de vins judicieusement versés, il intègre ses charrettes aux caravanes qui relient régulièrement le Harad au Khand.
Absan fait escorter ses marchandises de deux hommes, deux gars en qui il a confiance, qui n'irront pas disparaitre avec le payement du gros marchand. En général, il n'y a pas de problèmes... Les esclaves étant dépouillés de tous biens, ils n'attirent que peu l'attention des bandits de grands chemins.

Depuis quelques temps, face aux demandes insistantes d'Omar souhaitant des spécimens Orques, les Tuniques Rouges ont réalisés une dizaine de raids à la frontière montagneuse séparant le Khand du Sud Mordor. Ils y ont dépouillés quelques tribus d'Orques, et de minuscules villages Khandéens. Mais le coeur des opération des Tuniques Rouges est, et restera, le désert sans fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omar Baligh Wahid El'Abib
Marchand d'Esclaves
Omar Baligh Wahid El'Abib

Nombre de messages : 91
Age : 34

~ GRIMOIRE ~
- -: Haradrim
- -: Fin de la trentaine
- -:

[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! Empty
[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! EmptyLun 5 Déc 2011 - 22:29
[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! Zolm_t11

Prénom & Nom : Azziz El'Abib

Age : Tout juste la vingtaine

Race : Humain - Haradrim - Né à Umbar


Rôle : "Cousin" d'Omar Baligh Wahid El'Abib

Lieu de résidence : Une cabane miteuse dans le quartier des docks.

Traits physiques : De prime abord, il est impossible pour un inconnu de deviner le lien de parenté unissant Azziz et Omar tant les deux hommes sont physiquement aux antipodes. Alors qu'Omar est de taille moyenne, et d'une corpulence plus que respectable (pour rester poli)... Azziz et petit et très mince... Sa face de fouine inspire la méfiance plutôt que la confiance... Sa silhouette est vouée, son pas, tout comme son timbre de voix, est hésitant. Son teint de peau tire très largement sur le maladif.

Leur seul point commun réside dans la couleur de leurs yeux : d'un bleu crystallin, si rare dans les populations Haradrims.

Caractère : Si Omar devait décrire Azziz, il dirait ceci : "Azziz, c'est pas une lumière !". Tout est dit. D'intelligence plus que médiore, ce jeune homme ne possède aucune qualité pouvant rivaliser avec son gros cousin. Il est fourbe, menteur, tricheur... Et lâche... Très lâche. Avant d'être embauché par Omar, il vivait en fouillant les poubelles du port... Il n'était même pas capable de monter de petites arnaques, où de jouer au coupe-bourses...
Azziz n'a aucune ambition. Le fait d'avoir véçu dans la pauvreté lui a appris un crédo : vivre au jour le jour. Il ne pense jamais à avenir, et préfère jouir pleinement des plaisirs du présent.

Particularité : Azziz n'est pas un garçon comme les autres... Si vous voyez ce que je veux dire... Secretement, il bien plus attiré par les hommes que par les femmes... Mais ça, son cousin l'ignore, tout comme le reste du monde...

Histoire et rencontre avec Omar : Encore une fois, et c'est une habitude chez les El'Abib, Azziz n'est pas au sens propre du terme le cousin d'Omar... Leurs liens de parenté sont plus éloignés.

Azziz El'Abib descend d'une autre branche de la famille qui a perdue toutes ses possessions et sa fortune une centaine d'année auparavant, lors de la dernière invasion gondorienne. A l'époque, ils tenaient tout un réseau de maisons "de plaisirs", localisées dans toutes les villes portuaires, de Umbar au Harondor. Seulement, ces salauds de Gondorien, cette bande de psychorigides, ne voyaient pas ce commerce de charme d'un bon oeil... Les El'Abib proposaient pourtant des produits du terroir puisques les filles étaient toutes natives de la région ! Un à un les lupanars disparurent, et avec eux s'enclencha le déclin de cette branche de la famille.

Azziz était le fils unique de Jasmina El'Abib, morte quelques années plus tôt de la petite vérole. Ironie de l'histoire : Les proxénètes étaient devenus les prostituées. Au décès de sa mère, Azziz repris le flambeau familial, et vendit son corps aux marins imbibés d'alcool de passage. Les autres El'Abib ne lui donnèrent pas un centimes, car il n'était même pas envisageable d'aider un tel incapable ! Leur ancètre commun était parti de rien ! Il avait cas en faire de même...

Mais l'année dernière sa vie changea, il eut une opportunité qu'il ne put refuser. Omar se retrouva face à une cas de conscience : il venait de racheter l'entrepot juxtaposant sa villa. Seulement... Avec toutes ces nouvelles marchandises, il ne pouvait être à la fois au four et au moulin... S'il partait faire des emplettes, remplir ses carnets de comptes, ou boire un godet de thé avec un ami ou un client... Il devait fermer la boutique ! Situation intolérable ! A chaque minute fermée c'était autant de pièces d'or qui n'entreraient jamais dans sa bourse...

Alors Omar pris une décision : il lui fallait confier le marché aux esclaves à une personne de confiance... Mais où trouver une personne de confiance ? Omar ne faisait, par nature, confiance à personne !

Il proposa le poste à Azziz, qui accepta sans hésiter. Ce gamin était un abruti fini... Même s'il ne lui faisait absolument pas confiance, il était trop stupide pour le prendre au dépourvu. Aux moqueries, Omar répondit :

"Mais il est parfait pour ce poste ! Il n'a rien d'autre, il accepte de travailler pour un salaire de misère que même mes esclaves refuseraient ! De plus, je laisse toujours trainer quelques pièces d'or sous le comptoir... Ainsi, il croit être plus malin que moi en les subtilisant sans que je ne m'en rendent compte... Du coup, il se flatte tout seul l'égo, et il ne lui vient même pas à l'esprit de me doubler en arnaquant mes clients avec des prix gonflés pour empocher la différence ! Quel imbécile ! J'ai honte de dire que le même sang coule dans nos veines ! Les maladies honteuses ont depuis longtemps ravagées le cerveau de cette branche de la famille..."

Mais comme Azziz ne pouvait se débrouiller seul, Omar fit preuve de son génie : il proposa à une poignée d'esclaves de travailler pour lui... En échange de leur liberté... S'il trimaient gratuitement cinq années durant, en respectant les règles, alors il les affranchiraient. Comme ils portaient tous au cou un collier d'acier, il ne leur était de toute façon pas permis de fuir... N'importe qui pouvait les identifier et les reconduire à Omar. Etrangement, certains firent preuve d'un zèle inespéré...

Pourtant Omar ignorait toujours une chose... L'une des raisons pour laquelle Azziz ne bronchait pas, et lui obéissait comme un petit chien... Sans le vouloir, Omar lui fournissait une quantité presque inépuissable de beaux esclaves masculins dont il pouvait abuser à loisir. Si son cousin avait su, il lui aurait botté le cul jusqu'à lui faire remonter le coccys à la base du crâne... Parce que, chez Omar, une règle était sacrée : Il ne fallait pas toucher à la marchandise !!!

Omar, méfiant, avait vérifié l'état de ses esclaves femelles les premiers jours... Evidemment il n'avait constaté aucun sévice... Et comme il ne lui est jamais venu à l'idée de vérifier les jeunes hommes à la peau ébène, il ne se doute toujours de rien !

Finalement, cette situation arrange tout le monde... Sauf les esclaves mâles maltraités, qui préfèrent ne rien dire, de peur des conséquences...



[HRP : Dernier PNJ... Pour le moment... Wink ]


Dernière édition par Omar Baligh Wahid El'Abib le Jeu 9 Fév 2012 - 22:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omar Baligh Wahid El'Abib
Marchand d'Esclaves
Omar Baligh Wahid El'Abib

Nombre de messages : 91
Age : 34

~ GRIMOIRE ~
- -: Haradrim
- -: Fin de la trentaine
- -:

[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! Empty
[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! EmptyLun 12 Déc 2011 - 19:47
S'il vous prenait un jour l'envie de fouiller dans les affaires d'Omar, vous risqueriez de tomber sur l'une de ses cartes commerciales, entreposée entre deux livres de comptes bondés de chiffres incompréhensibles au commun des mortels...

CARTE COMMERCIALE D'OMAR BALIGH WAHID EL'ABIB

Spoiler:
 



Carte reprise du forum "Contexte" : http://jeuderoles.forumactif.com/t4632-carte-du-harad

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omar Baligh Wahid El'Abib
Marchand d'Esclaves
Omar Baligh Wahid El'Abib

Nombre de messages : 91
Age : 34

~ GRIMOIRE ~
- -: Haradrim
- -: Fin de la trentaine
- -:

[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! Empty
[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! EmptyDim 8 Jan 2012 - 20:47
[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! Ebf32f10

Prénom & Nom : Archibald Batelier

Age : La cinquantaine

Race : Semi-homme, Pieds-Velus

Rôle : Ancien esclave d'Omar - Actuellement possession de Krage, le contrebandier

Lieu de résidence : Là où voyage son maitre

Phrase favorite (et reccurente) : "Salut ! C'est quand qu'on mange ?!"

Traits physiques : Archibald, du haut de son respectable mètre dix, ressemble plus à une barrique équipée de quatre membres boudinnés, qu'à un humonoide. Même pour un hobbit, il parait potelé, ventripotent et peu leste. Sur sa tête ronde, au visage grossier et rubicon, trône une chevelure brune et grasse, laissée depuis trop longtemps à l'abandon. Ses cheveux, mi long, cascades sur les rondeurs de son visage dans la plus grandes anarchie, formant des mèches et épis rebelles dardant en tout sens, couverts de pellicules et de noeuds. D'où son surnom lorsqu'il était plus jeune : "Tête de noeud".

Ses yeux sont également brun, mais plus clair que sa pilosité. Ils sont petits et rond, très espacés, lui donnant constamment l'air d'un ahuri, d'un débile profond, ou d'autiste. Cette impression est renforcée par rigidité de ses traits : Archibald semble la plupart du temps insensible aux évènements, comme hermétique au monde qui l'entoure... Ni ses yeux, ni son visage ne trahissent alors la moindre émotion.

Tout chez lui semble boudinné, gros et disgracieux. Même sa démarche, vascillante, donne l'impression qu'il risque de tomber sur le coté, et de rouler, à chacun de ses pas. Pourtant Archibald est bien moins maladroit que cette première impression laisse penser. Comme beaucoup de hobbit, il sait être agile de ses dix doigts, et est capable de se dissimuler avec une étonnante aisance, dans les environnements naturels.

Enfin, ses pieds sont large, long et très velus. Il possède un bonne endurance pour son poids, au dessus de la moyenne, et est capable de parcourir de très longues distances, s'il s'économise en marchant avec mesure.

Caractère : Archibald est ce que l'on appelle, pour rester poli et courtois, un simplet. Il possède des facultés intellectuelles assez limitées. Lorsqu'il est repus, qu'il vient d'ingurgiter jusqu'à deux fois son poids en nourriture en tout genre, il est capable de suivre une conversion, de répondre aux questions, et même de faire quelques traits d'humour plutôt sympatiques. Dans ces moments, il passe pour un petit bout-en-train, bien qu'un peu niais et crédule, avec qui on pourrait avoir envie de passer quelques instants, à boire une bière supplémentaire, ou à fumer le contenu d'une pipe ou deux.

Mais Archibald possède un véritable problème avec la nourriture : il en est obsédé. Dès que les denrées manques, et qu'il se trouve dans l'incapacité de se remplir le bide, son caractère vire du tout au tout. Il devient impatient, incapable de comprendre ce qu'on lui dit, ce qu'on veut qu'il fasse, il peut même se montrer agressif. Dans ces moments, il perd toute envie d'interagir avec le monde qui l'entoure, et son esprit se focalise totalement sur un unique objectif : trouver de la nourriture, quelqu'en soit les conséquences, pour lui et les gens qui l'accompagnent.

A cause de ce caractère bipolaire, Archibal est plutôt solitaire, les gens ne s'attachent pas à lui, tout comme il ne s'interesse pas à eux. Mais cela ne veut pas dire qu'il est sauvage ou associal, non, il apprécie la présence humaine et préfère les villes aux campagnes dépeuplées, où la nourriture est bien moins facile à trouver.

Toutefois, il reste facile à manipuler : il suffit de lui promettre un bon repas... Alors il fera tout ce qu'on lui demandera.
Autre détail, qui a son importance, Archibald a été traumatisé par sa jeunesse, où il fut le bouc émissaire d'un père violent, et la risée de tout un village. Conséquence : il ne supporte pas les cris, surtout ceux tournés vers sa personne. Lorsqu'il se retrouve dans un environnement trop bruillant, le sang monte à ses joues, ses yeux sortent de leurs orbite et il devient extrèmement violent. Les spécialistes parleraient certainement de "crises de démence", ou de "folie meutrière". Lorsque cela arrive, il se jette sur ce qu'il juge l'origine des cris... Et le massacre, litteralement. Une fois le calme revenu, inconscient de la gravité de ses gestes, il tourne les talons et retourne, aussi doux qu'un agneau, à ses occupations...

En résumé, Archibald affectionne deux choses : la nourriture et le calme...


Particularité : Archibald est un excellent cuisinier, pour peu qu'il dispose de quelques matériels, et que l'envie lui prend de préparer quelque chose de plus sofistiqué.

Le semi-homme est aussi particulièrement vulnérable au mal des chevaux : ce malaise que l'on peut ressentir à dos d'équidés, balancé au rythme des pas de l'animal, et qui donne nausées et maux de coeur, suivis généralement d'une irresistible envie de vomir tout ce qu'on a mangé depuis deux jours. Archibald prétent que tous les Bateliers de sexe masculin le subissent, c'est une maladie héréditaire.

Enfin, particularité la plus intéressante, Archibald est ce qu'on pourrait appeler un "as" du crochetage. Aucune serrure ne sait lui résister. Que ce soit avec une épingle, deux clous, ou du fil de fer, il saura vous faire entrer et sortir en moins de temps qu'il ne le faut pour dire : "Archibald, fait moi entrer ou sortir". Ce talent n'est partant pas inné : il a demandé au semi-homme des années et des années d'apprentissage, sur les serrures des cadenas que sa mère posait sur la porte du garde-manger, dans l'espoir de maintenir son vorace de fils loin des denrées alimentaires... Comme quoi, la faim justifie les moyens...

Histoire et rencontre avec Omar :

Archibald naquit, il y a une cinquantaine d'année, dans un tout petit village du pays de Bree, dénommé Bord-de-l'eau. Ce village, situé à quelques lieux seulement de la ville de Bree, restait très isolé, entre collines, forêts et profondes rivières. Mais cela n'empêchait ni quelques échanges commerciaux, ni d'offrir l'hospitalité aux rares voyageurs de toutes races.
Comme leur nom l'indiquait, la famille Batelier avait pour fonction, dans ce petite havre de paix, d'entretenir et de manipuler le bac qui servait à rejoindre l'autre rive, où passait la route plus fréquentée menant à Bree. Cette famille, nombreuse, aux multiples oncles et tantes, avait très mauvaise réputation dans le village. En effet beaucoup de hobbit avaient peur de l'eau, ou tout de moins, de naviguer dessus. Les Bateliers étaient considérés comme des fous et des idiots... Personne ne s'étonna du niveau intellectuel d'Archibald, qui, pour eux, n'était que l'expression de l'hérédité de cette famille de détraqués.

Le père Batelier aigri par ces années de moqueries et de non considération, était un homme impatient et violent. Il n'allait pas jusqu'à battre ses enfants... Mais la sévérité de ses corrections alimentait d'autant plus sa mauvaise réputation. Archibald, le dernier, le simplet, fut le bouc émissaire. Ses deux frères et sa soeur, sachant sa crédulité, ne rataient aucune occasion pour le faire accuser à leur place.

La mère Batelier était plus douce, plus aimante de son dernier enfant. Mais bien vite, découvrant l'obsession d'Archibald pour la nourriture, elle dut prendre des mesures draconiennes, et faire mettre des cadenas et des verrous à tous les placards et garde-mangers. Biensur, le jeune hobbit n'en devenait que plus insupportable, incitant son père à le cogner de plus en plus... Un cercle vicieux sans fin, puisque, à la limite de la pauvreté, la famille ne pouvait contenter les appetits gargantuesques du petit bonhomme.

Hors de la maison, Archibald devenait l'idiot du village, la risée des habitants, qui se moquaient de lui ouvertement, et qui laissaient les plus jeunes lui jeter des pierres et des fruits trop mûrs.

Bref, une jeunesse comme on s'en passerait bien, et qui n'aida pas au développement de l'esprit retardé du Hobbit.
Ainsi, dès qu'il en eut l'idée et le courage, Archibald quitta son village natal, avec pour seuls bagages un baluchon rempli de nourriture. Il gagna ainsi le ville de Bree, où il séjourna quelques années, à faire la plonge dans une auberge en échange d'un salaire uniquement composé des restes de la journée.

Puis, un matin, une idée folle naquit dans son esprit limité... Une idée qui bientôt allait gagner l'intégralité de ses pensées : faire le tour du monde, à la découverte de toutes les cultures de la terre du milieu, et surtout, de leur spécialités culinaires.

Ni une, ni deux, le soir même il quitta Bree et entama un long périple vers le Sud, aux multiples détours... Et c'est ainsi, que presque dix ans plus tard, il embarqua à bord d'un navire de pirates, qui n'hésitèrent pas à le vendre contre monnaie sonnante et trébuchante afin de prolonger leurs plaisirs aux tavernes et aux maisons closes d'Umbar.
Il fut racheté par Omar qui ignorant tout des facultés intellectuelles et des déviances de sa nouvelle marchandise. Le gros marchand s'employa à l'alimenter du mieux qu'il pouvait, afin de conserver son bon caractère, et de conserver une maigre chance de le vendre rapidement à un client crédule.

Bien traité, Archibald imagina alors qu'Omar n'était autre qu'un Aubergiste qui lui offrait le séjour dans son établissement. Très heureux d'être l'objet de tant de générosité, le semi-homme resta plutôt tranquille, ne forcant aucune serrure dans la villa, et se concentra uniquement sur son objectif : gouter toutes les spécialités culinaires du Harad, si gentillement offertes par le gros Omar...

<Sujet terminé> Puis, un bon mois plus tard, un étrange personnage entra dans la boutique d'Omar, un contrebandier dénommé Krage, qui avait pour ordre de récupérer le Hobbit, afin d'accomplir une mission "secrète"... Evidemment, Omar lui ceda avec plaisir.

<Sujet en cours> Mais Archibald, incapable de comprendre ce qu'il se passait, cru qu'Omar avait payé cet homme pour lui servir de guide et lui faire visiter le nord du Harad, une région appellée Harondor... C'est ainsi qu'ils arrivèrent à Djahar'Mok, où les troubles politiques allaient sévèrement mettre l'appetit du hobbit à l'épreuve...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! Empty
[PNJ's] Les PNJ's d'Omar le Magnifique ! Empty
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hamlet Thèmes et Variations
» Les chroniques du Fennec
» FLOCON MAGNIFIQUE BICHON M 1 AN URGENT FOURRIERE 62
» Heather Ciabattino Stanam Williams
» Rp avec le travelot de service~? Par le seul, l'unique, le magnifique : Zeyros

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Communauté - :: Registres :: Créer Vos Personnages-
Sauter vers: