Pourquoi je tombe toujours sur des hommes ?![Dran et Kenabo]

Aller en bas 
Kryss Ganaël
Vagabonde-Créatrice de la 'Traque dans la Cité Blanche'
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 24
Localisation : sur les traces de ma soeur jumelle

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -:
- -:

Ven 2 Déc 2011 - 11:20
    Sortir de cet endroit, aller quelque part, autre part, mais plus là. Elle baissa la tête et fonça à travers les ruelles, quitta le quartier sombre où déjà tant de choses s’étaient passées. Qu’est ce que tout cela changerait dans sa vie ? Ces rencontres, ce lieu, détermineront ils le reste de sa vie, feront ils dévier son chemin, menant à la vengeance, menant à la libération de son âme, de son être. Elle avait refusé le poignard, mais maintenant, elle le regrette doucement, car jamais plu elle n’aurait le loisir de le contempler à nouveau. Du moins, elle le croyait.

    Où allait elle aller maintenant ? Elle l’ignorait. Une chose est sûre, elle avait besoin de marcher, de se changer l’esprit. Les passants la regardaient bizarrement. Ah oui, elle avait oublié un petit détail…elle avait des vêtements déchirés, et pleins de sang. Son sang…et le sang d’un autre. Bah, qu’importe après tout, elle ne les connaissaient pas, et peut être qu’elle sera laissée tranquille avec cette allure peu…engageante.

    Tourner à droite, avancer un moment, s’engouffrer à gauche. Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle cherchait. Elle risquait de se perdre, mais le faisait avec assurance.
    Sa jument l’attendait à l’auberge, dans la partie basse de la ville. Elle, au contraire, montait sans relâche. Elle se mit à courir, éviter les gens, puis accélérer, jusqu’à sentir son souffle brûler sa poitrine. Un souffle chaud, qui arrachait ses sens, ramenant un gout de sang à la bouche. Puis…le vent plaqua ses cheveux devant ses yeux.

    Choc.
    Chute.

    Elle se rattrapa de justesse au mur, se retourna vivement, pour découvrir le visage de la personne qui l’avait brusquement ramenée dans le monde des hommes. Un monde de pensées, de hasard et de déceptions. Adieu, course effrénée qui faisait sortir tout ce qu’elle avait en elle : chaleur, frustration, puissance.
    Elle releva la tête, avec un regard de défi. Elle savait, que seule face à un homme, en étant recouverte de sang, elle allait passer : soit pour une jeune femme en détresse, soit….pour une jeune femme en détresse. Et bien ? C’était un homme en face d’elle après tout.


    - Vous étiez sur mon chemin.

    Une simple constatation, mais déjà beaucoup de mépris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kenabo
Noble du Gondor
Noble du Gondor
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 24
Localisation : Je ne sais où je suis mais Dol-amroth est en mon coeur !
Rôle : Jeune noble gondorien

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunedain
- -: 22
- -:

Ven 2 Déc 2011 - 16:37
Après avoir perdu mon temps au palais, la descente vers le bas de la ville me réjouissait, je découvrais quelque chose de nouveau à chaque coin de rue et même si le contraste entre les quartiers était saisissant, le charme de la cité restait plein. Plus on s'approchait des Quartiers populaires et plus les rues étaient peuplées. Une foule hétéroclite s'agitait aux alentours de la place du marché, transportant des marchandises venues de tous les coins du royaume mais également des contrées voisines.

C'est dans cette contemplation de l'effervescence de la cité qu'un évènement innoportun se produisit: je rentrai plein fer dans une jeune fille que je n'avais pas vu, la tête dans les nuages. C'est alors qu'elle me lança


-"Vous étiez sur mon chemin !"

Certes le ton était méprisant mais je n'avais pas de temps à perdre avec une gueuse t dans un triste état ... Je cru d'abord que le sang sur ses vêtements était dû à la collision dont j'étais la cause mais j'imaginait mal la façon dont cette chute aurait pu déchirer à ce point ses vêtements. Et puis zut pour qui se prenait-elle ? Elle devait tout ignorer de mon rang mais tout de même je n'avais pas l'air du dernier des rôdeurs ...

C'est alors seulement que j'observais la jeune fille en elle même ... elle devait avoir mon âge, peut-être un peu plus âgée. Elle ressemblait à toutes ces paysannes que l'on voit au chateau les soirs d'hiver pour les grandes veillées. Ce qui me touchait le plus finalement c'était la détresse qu'exprimait son visage, une détresse comme seule peut en avoir une jeune fille désespérée. J'ai alors décidé de la questionner:


-"Je vous ai fait mal ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dran Danath
Caporal de la Garde Royale
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 22

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 27 ans
- -:

Lun 5 Déc 2011 - 21:45
Quelques rayons de soleil lui faisaient plisser les yeux. Il ne faisait pas exceptionnellement chaud, mais ces mêmes rayons lui réchauffaient le cœur. Surtout qu’en ce moment, le moral n’était pas au beau fixe. Il s’ennuyait terriblement à la Garde ? Certes il était gradé, dans un corps armé prestigieux du royaume, mais l’action n’était pas présente.

En bref, Dran « profitait » d’une journée sans travail. Il l’avait demandé la veille à son supérieur pour des raisons de santé. En effet, le jeune caporal était souffrant, sauf que personne ne connaissait le mal qui le faisait souffrir. Il avait donc eu l’autorisation d’aller voir un guérisseur ce jour-ci. Mais comme il avait la journée pour aller chez le guérisseur, il en avait même décidé de faire un tour dans la cité. Les pas de sa monture cognaient contre les pavés et le son en devenait une véritable mélodie pour Dran, mélodie accompagnée par un paysage blanc de bâtiment tous plus exigu les uns que les autres.

Passant devant des boulangeries, des forges ainsi que des armureries, les passants dans les rues parfois étroites, parfois larges ne lui permettaient pas d’avancer à sa guise, le jeune caporal décida donc d’attacher son cheval au mur d’une vieille bâtisse contre trois piécettes. Dran reprit alors son chemin et jouait des épaules pour se frayer un chemin plus facilement, mais comprenant que la foule était trop dense, il prit l’initiative de passer par une étroite ruelle où absolument personne ne s’y trouvait…

Personne ? Pourtant il venait juste d’entendre un bruit particulier ? Un choc ? Il n’en savait rien mais par contre, il était certain d’avoir entendu des voix, il ne comprit pas un mot de ce que les voix se disaient alors, de par sa curiosité piquée au vif, Danath accéléra le pas et tomba nez à nez avec deux personnes. Un homme et une femme, une femme du peuple et un noble, en vue des vêtements, tous les deux avaient l’air jeune. Le noble de taille respectable avait l’air menaçant face à la vagabonde et Dran, très attaché au fait qu’il travaillait pour la sécurité du royaume décida de s’en mêler. Il se rapprocha et les héla d’une voix forte et sèche :

Y a-t-il un problème ? Si oui, je voudrais en connaître les faits !

Face au noble, et il le savait, il aurait du être courtois et respectueux mais le malaise qui l’affectait depuis quelques jours déjà se faisait plus fort et le rendait donc plus irritable. Même si son visage restait froid et impénétrable, il poursuivit pourtant avec plus de douceur :

Veuillez excuser ma rigidité, je suis Caporal de la Garde, et s’il y a un seul problème entre vous, je préfèrerais en être informé de suite pour le régler aussi rapidement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kryss Ganaël
Vagabonde-Créatrice de la 'Traque dans la Cité Blanche'
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 24
Localisation : sur les traces de ma soeur jumelle

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -:
- -:

Ven 9 Déc 2011 - 11:30
    L’homme l’ayant bousculé était visiblement d’appartenance noble. Il lui demanda si elle avait eu mal. Ma foi, non. On va dire que comparée à la flèche dans l’épaule reçue chez les elfes, et les coups de poignards un peu partout quelques heures auparavant, cette bousculade avait eu le même effet qu’une caresse.
    Elle remarqua aussitôt le regard que l’homme lui porta. Nan, pas vraiment comme une demoiselle en détresse, plutôt…comme une clocharde venant de commettre un chapardage. Remarque, ce n’était pas vraiment mieux, mais peut être la laisserait il en paix plus facilement.

    Elle n’eut même pas le temps de répondre qu’une autre présence se fit sentir.
    Et qu’est ce que c’était ? Encore un homme, toujours des hommes, que des hommes. Kryss retint son dédain envers ses deux interlocuteurs.
    Elle poussa néanmoins un soupir qu’elle ne chercha pas à leur cacher. A quoi bon ? Ils en feraient l’interprétation que bon leur semblerait.
    Elle répondit nonchalamment avec un désintérêt visible :


    - Je courais, je l’ai pas vu, lui non plu. Bam. Et voilà.

    Elle regarda le nouvel arrivant. Un caporal de la garde. Rien que sa. Un noble, et un garde. Dans quel pétrin s’était elle mise encore ? Les hommes apportent toujours des ennuis. Oh non, elle ne le pensait pas…elle l’avait vérifié !
    Infidèles, traitres, pervers, perfides, bagarreur et hautain. Orgueilleux et séducteur, imbus de leur personne, gonflé par leur auto suffisance.
    Et bien ? C’était la vérité après tout, et elle n’avait pas encore croisé l’exception qui confirmait la règle.

    Elle dissipa ses pensées maussades et observa la situation. Avec ses vêtements déchirés, pleins de sang, et son statut de femme, le garde n’apportera pas grande considération de sa parole. Le noble pouvait la traiter de débauchée et de voleuse, et il aura immédiatement l’appréciation de son semblable.
    Que d’injustices, dans un monde où on prône l’égalité des sexes, entre autre.
    Mais c’est connu…la femme a tout pouvoir dans sa cuisine, et les hommes, partout ailleurs.

    Elle chercha une occasion de se défaire de cette situation sans créer davantage de problème, mais il était certain que le reste de l’histoire appartenait au noble, et au garde…non pas à elle. Elle regretta une fois de plus de n’avoir que son vieux poignard caché sous ses fripes.
    Elle repensa à la beauté de celui laissé derrière elle…
    Elle posa son regard d’argent sur le noble, attendant qu’il prenne la parole, qu’il confirme ses dires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kenabo
Noble du Gondor
Noble du Gondor
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 24
Localisation : Je ne sais où je suis mais Dol-amroth est en mon coeur !
Rôle : Jeune noble gondorien

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunedain
- -: 22
- -:

Ven 9 Déc 2011 - 13:27
La promptitude qu'avait eu le caporal de la garde à agir m’étonnait. La milice de la cité faisait bien son travail, même si pour cette fois ci, l'incident ne valait même pas la peine d'être relevé. C'est d'ailleurs ce que confirma la jeune fille lorsqu'elle le décrivit au garde. Je ne pouvais que être en accord avec ses dires:

-"En effet, pas de quoi en faire un roman!"

J'observais plus attentivement la jeune fille ... j'avais déjà remarqué ses yeux, angoissés, mais surtout furtifs. Ils ne cessaient d'épier la rue de gauche à droite et me dévisageaient par intermittence ainsi que le caporal. Clairement elle n'avait pas l'esprit tranquille et ce depuis longtemps. Elle semblait être de ces femmes, tentant de dissimuler leur fragilité ou en tout cas leur passé tragique. Les vêtements qu'elle portait étaient souillés de sang et elle avait l'air mal en point.

Mon éducation me dictait d'agir, même si la jeune fille n'était pas de mon rang, il fallait trouver un moyen de l'aider. J'hésitai cependant un instant ... après tout cela n'était pas mon histoire, si la collision n'avait pas eu lieu, jamais je ne me serais préoccupé de son sort ... Mais c'est conscient de mon devoir que je me tournai vers le garde et le pris à part pour lui chuchoter:


- "Ecoutez mon brave, comme vous le voyez cette jeune fille, que je ne connais point, est en piteux état. Je peux vous assurer que je n'y suis pour rien! J'aimerais l'aider mais j'ai un rendez-vous urgent avec un homme nommé Dran Danath qui pourra me servir de guide et de garde du corps dans cette ville que je méconnais. J'aimerais donc que vous vous occupiez d'elle: trouvez ce qui ne va pas et soignez la peu importe ce qu'il vous en coûtera. Vous viendrez ensuite me rejoindre à l'auberge et je vous donnerais quelque monnaie sonnante et trébuchante contre vos bons services."

Evidemment j'avais prononcé tout cela avec un tant soit peu d'autorité, espérant que le garde qui était habitué à la discipline ne perdrait pas de temps et ne me ferait pas perdre le mien. C'est pourquoi je faisais déjà mine de m'en aller, mais pas sans attendre sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Ven 13 Jan 2012 - 20:02


Un brouhaha s'éleva de l'autre coté de la rue, une colonne d'une dizaine de gardes de la cité blanche surgirent. Immédiatement le sous officier un sergent , un véritable colosse s'avança vers le trio, la mine renfrognée...

"Y'a du grabuge? Sinon circulez les chariots de nourriture ne peuvent pas passer pur se rendre sur la place du marché"

Le sergent peu amène eut un recul devant les atours de Kenabo. Puis la soldatesque s'ouvrit laissant apparaitre l'officier en charge de l'inspection le lieutenant Duncanir; vétéran de la bataille du Nord. Tous purent le reconnaitre à sa médaille souvenir de ses actes héroïques et de son immense Claymore traversant son dos.

De sa voix charriant des glaçons; 'officier interpella le caporal de la garde royale

"Alors caporal on se ballade, le ciel est beau!!"

Un ricanement accompagna cette rebuffade. Bien que n'appartenant pas aux corps ds gardes royaux, Duncanir pouvait se permettre de remettre à sa place un simple caporal; même les gardes de la Fontaine craignaient le vétéran et ses remontrances acerbes.

Les yeux bleus acier se posèrent sur Kenabo, Duncanir eut un rictus de dégout

"Ah un noble qui vient dans les bas fonds. J'espère que vous appréciez le spectacle !!"
voir les gens d'en bas
"

Ainsi était Duncanir il n'appréciait personne, pour lui tous étaient égaux à ses yeux, il haissait tout le monde. Et d'ailleurs il était suffisamment noble lui même pour provoquer en duel le nobliau....

Le lieutenant fixa un long moment Kenabo, le défiant de bouger même le petit doigt. Puis son regard froid tomba sur Kryss. Elle se rappellera toujours ces prunelles telles des billes d'argent.

Duncanir eut un ins tant de surprise . puis sa voix claqua comme un fouet.

"On l'emmené cette gueuse pour mendicité .... Lavez la et vous l’amènerez dans mon bureau"

Quatre soldats s'emparèrent de la pauvre Kryss en un instant l'emportant vers les geôles de la Cité blanche et vers d'autres aventures surement sombres.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kryss Ganaël
Vagabonde-Créatrice de la 'Traque dans la Cité Blanche'
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 24
Localisation : sur les traces de ma soeur jumelle

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -:
- -:

Mer 18 Jan 2012 - 19:24
    Kryss regarda le noble avec un certain dégout. Il la prenait pour une mendiante, une moins que rien, qui demande la pitié dans la rue ? Elle allait lui faire une remarque glaciale, mais n’en eut pas le temps. Le brouahaha semblait se muait en murmures curieux. La foule se sépara, et laissa passer un sergent qui aboya quelques ordres. S’ensuit un lieutenant. Il semblait respecté, à cause de la médaille. Allons bon, il avait tué des gens, et se croyait brave.
    Il pavanait tel un paon, et cette nouvelle rencontre ne l’enthousiasmait guère. Encore un homme, décidemment. Et jusque là…les présences masculines ne lui avaient apportés qu’ennuis. Elle regarda la scène se dérouler, impuissante, et surtout trop rapide pour qu’elle puisse réagir.
    Elle compris ce qui lui arrivait que lorsque quatre gardes s’emparèrent d’elle, et la soulevèrent de terre.


    - On l'emmené cette gueuse pour mendicité .... Lavez la et vous l’amènerez dans mon bureau

    Une…gueuse ? C’était d’elle dont il était en train de parler ? Et pour qui se prenait il ?!
    La jeune femme se débattit avec fureur, usant dents et ongles, histoire de bien marquer les gardes. Elle rouvrit sa plaie, et eut, en bonus, un coup de gourdin sur la tête pour qu’elle ne fasse plus de scandale.
    L’affaire était réglée…du moins le pensaient ils.
    Elle fut emmenée elle ne sait trop où…sa tête fut ballotée en tout sens, et elle ne pouvait que contempler le ciel gris, et les oiseaux. Elle n’avait pas les esprits clairs.
    On la jeta à moitié dans une salle sombre, avec un dallage en terre cuite sur le sol. Là, deux femmes, sans âge, l’attendaient visiblement. Elles la récupérèrent, et s’employaient déjà à la laver, dans une bassine d’eau brulante, qui fit virer sa peau à l’écarlate. Elle put de nouveau penser clairement.

    Première réaction ?
    Sa situation actuelle. Nue, dans une bassine, avec deux femmes qui la frottait partout comme s’il s’agissait d’un linge sale. Kryss se leva, en fureur, renversant la moitié de l’eau sur les pauvres femmes, manquant de peau de leur provoquer une attaque. Sa pudeur lui fit monter le rouge aux joues. Elle sortit vivement de l’eau, sans adresser un mot aux domestiques. Ses vêtements ont été brûlés entre temps, elle apercevait quelques lambeaux restant dans l’antre crépitant de la cheminée.
    Ils la prenaient véritablement pour une miséreuse…Un doute l’assaillit…et son poignard ? Elle regarda tout autour d’elle, et se fit une raison…ils ont du la lui confisquer avant son bain forcé. Elle jura, et son regard tomba sur des vêtements préparés vraisemblablement pour elle, sur une chaise, au chaud…une robe. Une…robe. Hors de question !

    Elle prit une serviette étendue à une cordelette au plafond, et fouilla le reste sans se préoccuper des deux femmes, qui se remettaient avec difficulté de leurs émotions. Elle dénicha une tunique beaucoup trop grande pour elle. L’encolure tombait négligemment sur ses épaules nues. En bas, elle trouva un pantacourt, probablement pour un jeune garçon, qu’elle enfila par dessous, et resta pieds nus. Son allure était quelque peu étrange, mais elle préférait cela à une robe, qui lui donnait l’impression d’être rabaissée au rang de femme. Ce qu’elle était…mais elle ne voulait pas l’admettre.
    Elle retraversa la salle à grands pas. Elle examina rapidement les lieux, mais elle n’avait pas de chance…la seule sortie, était la porte par laquelle elle était entrée. Quoi que…une petite fenêtre laissait passer la lumière en hauteur. Elle changea d’avis, pris une chaise, et monta dessus pour atteindre avec difficulté l’air libre. Elle commençait son escalade quand les deux femmes restées en arrière appelèrent les gardes à la rescousse.

    Pff…elle aurait du les assommer…
    Elle fut ramenée en arrière sans ménagement, et chuta lourdement sur le sol. Elle retint un cri de douleur, à cause de sa plaie ouverte dans le bas de son dos et le haut de sa cuisse.
    Ils n’étaient que deux ce coup ci…Ils la trainèrent sans plus de soucis derrière eux, et l’amena directement, chez le lieutenant croisé plus tôt.
    Elle tambourina la porte après que les gardes l’aient aimablement claquée à son nez.


    - Pourritures !

    Elle fulmina, et se retourna, ses yeux lançant des éclairs de haine.

    - Mais pour qui tu te prends ? ! Un cheef, de l’armée, et paf une femme ! Je me dois de lui venir en aiide. Mais je t' ai rien demandé !! Laisse moi partir !

    C’est seulement à la fin de sa tirade qu’elle aperçut son poignard sur le bureau du lieutenant. Cela, la calma aussitôt. Elle n’avait pas les moyens de se racheter une arme, alors elle devait partir avec celle là coûte que coûte. Elle croisa les bras et s’adossa au mur, juste à côté de la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Ven 20 Jan 2012 - 23:23

Duncanir affichait un sourire narquois derrière lequel une certaine menace se cachait. Sans un mot il ouvrit une bouteille de vin doré et se versa un verre. Il but calmement sans un mot , fixa de ses yeux bleus acier la jeune femme.


D'un ton anodin il reprit les propos de Kryss

"Tu te méprends. je ne suis pas un prince charmant de roman. Je ne suis pas là pour t'aider. Tu es ma prisonnière!!"

Puis d'un ton froid il reprit

"Honnêtement ta vie, je m'en fiche. Mais voilà tu sais comment marche le monde, c'est service contre service !! Et voilà j'aurai disons quelques personnes dont j'aimerais me débarrasser. Hélas mon rang et mon grade m'empêche de réaliser ce style de disons de Forfaiture. mais toi tu peux. Tu es un joli brin de fille mais surtout je t'ai jaugé en un instant , tu es fine mais musculeuse, tu es agile. Tu dois à coup sûr exercer la profession peu recommandable de voleuse voire d'assassin. Comme je te l'ai dit ta vie me m'intéresse pas. mais nous pouvons peut être nous entendre. Travaille pour moi sur un contrat précis."

Duncanir se leva. Il se plaça devant la fenêtre, les reflets du soleil jouaient sur son visage anguleux

"Tu demandes pourquoi tu feras ce que je te dis. premièrement par ce que j'ai ta vie entre mes mains en tant que lieutenant mais surtout il y a trois semaines j'ai vu ton sosie dans une auberge malfamée avec un bellâtre et cela je suis ûr que cela t’intéresse. Aide moi et je te donne des infos"

Puis son regard pénétrant tomba à son tour sur le poignard posé négligemment sur son bureau.

D'un ton froid il lui dit

"Tu crois que tu serais plus rapide que moi ??"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kryss Ganaël
Vagabonde-Créatrice de la 'Traque dans la Cité Blanche'
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 24
Localisation : sur les traces de ma soeur jumelle

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -:
- -:

Dim 29 Jan 2012 - 19:23
    Elle, une assassine ? Une voleuse ? Certes non, mais la comparaison était loin de la vexer, au contraire. Elle vit dans ces paroles, une possibilité, une...vocation ? Elle ne releva pas, étudiant avec minutie ses points forts et ses points faibles. Elle fixait les yeux du lieutenant, comme un défi personnel. Regard bleu, regard gris. Des volontés qui s’entrechoquent, des caractères d’acier. Elle ne s’abaisserait jamais devant un homme, quel que soit son rang. Le seul qui n’ait jamais mérité son respect était son honorable père.

    Ses longs entrainement lui revinrent en mémoire. Elle voulait lui ressembler, et devenir cavalier du Rohan. Une Rohirrim.
    Elle s’éclipsait souvent dans les champs alentours, avec un long bâton de bois. Il était au départ lourd, pour son corps de fillette, mais elle était plus que motivée. Elle le maniait avec maladresse, elle se blessait, sans pour autant pleurer. Elle relevait alors sa lourde arme improvisée et reprenait de plus belle. Au fil des mois, le poids semblait s’alléger, et les muscles de la jeune fille se dessinaient. Elle misait sur sa vitesse et sa souplesse. A quoi cela aurait il servi de se concentrer sur la force brute lorsque l’on était une fille ?

    A cette même époque, sa sœur courrait déjà après les garçons. Elle avait sa cour, et resplendissait comme un joyau au soleil. Elles étaient si différentes. Le jour et la nuit. La réussite, et la misère. A la pensée de tout ce que sa jeune sœur lui avait infligé, le regard de la jeune femme s’embrasa de haine. Il avait touché un point sensible. Un argument, qu’elle ne pouvait ignorer, même au milieu d’une centaine d’injures. Le seul argument, face auquel elle pouvait se plier.

    Elle pencha légèrement sa tête sur le côté, soudainement plus attentive à ses consignes. Un indice. Une clé, qui lui permettra d’accomplir sa vengeance. Mais…prudence. Les paroles des hommes sont perfides, et souvent traîtres, comment savoir si ses informations étaient justes ? En même temps, on ne pouvait pas deviner tout seul l’existence de sa sœur jumelle, encore moins, que cette dernière était accompagnée d’un homme. SON homme…


    - Et qu’est ce qui me garantit que tu me donneras ces infos une fois la sale besogne achevée ? Y a pas marqué pigeon ici.

    Elle désigna son front avec un regard suspect. Tout travail mérite salaire, et si elle s’en sortait vivante de cette première mission en tant qu’assassine autoproclamée, autant réclamer son dû.

    - Mon tarif dépendra, aussi, des personnes ciblées, bien entendu…

    Elle s’autorisa un bref sourire. Un sourire sauvage, sadique, et intéressé. Sur ce, le lieutenant suivit son regard, et lui proposa un défi. Un défi ? Voilà un autre mot qui sonnait étrangement bien à son oreille. Elle oublia un instant ses plaies, et se lança avec sauvagerie dans la course. Elle s’empara de la chaise au passage et l’envoya tout droit sur son adversaire, plongeant sur le côté. Elle se rétablit de justesse en attrapant le coin du bureau et attrapa à pleine main la lame du poignard, évitant ainsi sa défaite. Qu’importe, une plaie de plus ou de moins….Elle n’était pas très profonde en plus. Elle avait gagné, et avait récupéré son poignard.
    Elle se retourna, s’assit de manière provocatrice sur le bureau en faisant sauter son poignard dans le creux de sa main.


    - Place aux affaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Dim 29 Jan 2012 - 20:01


Duncanir comme un fauve tournait autour du bureau. Incroyable, elle avait été plus rapide que lui mais surtout plus vicieuse.L'officier de l'Arbre Blanc semblait faire pour la première fois cette jeune femme. Il la soupesait. Oui, elle était parfaite pour la mission qu'il allait lui confier.

D'une voix qu'il voulut sans émotion, le dunedain déclara

"Tu es rapide, petite vipère mais je pourrai te tuer d'un simple geste ne l'oubllie jamais"

Et joignant le geste à la parole;son bras jaillit, Kryss dut reculer mais déjà le lieutenant était sur elle . D'une poigne puissante il tira le bras endolori de Kryss et sa puissante main habituée à manier la claymore fut autour de son gracile cou. Il la souleva littéralement et la tête de la jeune femme claqua contre le mur poussiéreux.

Puis il la laissa tomber comme un vulgaire sac de blé

Il lui tourna le dos

"Ne l'oublie jamais, femme"

Puis il revint s'asseoir sur son confortable fauteuil

Il joua habilement avec une pomme verte avec sa main gauche , il semblait jongler avec.

D'un ton calme , il expliqua l'horrible mission

"Voilà ce que tu vas faire. Tu iras trouver la sœur d'un certain Boros, un traitre de l'Arbre blanc. Je veux que tu l'élimines"

Le lieutenant ménagea une pause et poursuivit

"En échange je te donne ton sosie, voila le marché"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kryss Ganaël
Vagabonde-Créatrice de la 'Traque dans la Cité Blanche'
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 24
Localisation : sur les traces de ma soeur jumelle

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -:
- -:

Dim 12 Fév 2012 - 20:31
    Elle avait gagné au petit défi. Elle n’avait pas pensé que cela aurait pu servir à tester ses capacités. Le mot, duel, suffisait en lui même à aiguiser ses sens et son intérêt. Elle était assise sur le bureau, avec sa dague dans sa main endolorie. Le sang coulait le long de sa jambe, sa plaie s’était rouverte. Elle avait un peu le tournis, à force de se surmener, mais il était hors de question qu’elle montre sa faiblesse, encore moins devant un homme.
    Ce dernier, mauvais joueur, s’empressa de l’étrangler. Elle fut prise par surprise, et plaquée violemment contre le mur derrière le bureau. Elle était plutôt de petite taille, il n’eut aucun mal à faire décoller ses pieds du sol. Son regard lança des éclairs, l’air lui manqua.

    Il l’a relâcha avec dédain, et elle ne put éviter la lourde chute qui lui soutira un gémissement de douleur. Il dut traduire cette intervention sonore par une marque de soumission. Il se trompait lourdement. Kryss préférerait cent fois mourir dans d’atroces souffrances que de se plier devant un homme. Elle voulut répliquer, attaquer, mais l’air lui manquait et elle se sentit chancelante. C’est avec honte et amertume qu’elle acquiesa à ses consignes.

    Jamais, jamais elle ne sera sous l’autorité d’un homme. Encore moins un homme de cet espèce. Imbu, sur de lui, persuadé de sa force. Tout chez lui, lui donnait la nausée. Mais elle refoula son envie pour une raison, et une seule….Lehaly.
    Sa sœur était la seule raison, pour laquelle elle pouvait passer cet affront, aussi scandaleux soit il. Il n’y avait que sa vengeance qui pouvait passer avant son orgueil.
    Elle cacha ses tremblements, et sortit de la pièce sans un regard pour lui. Elle avait compris qu’elle ne pourrait tirer aucune garantie de sa part. Une mission, pour une information. Illusoire, aléatoire, abstrait. Mais elle n’avait pas d’autre choix.


    - Elle sera morte avant l’aube.

    Lança t elle avec une voix enrouée, juste avant de sortir de la pièce. Les gardes la regardèrent bizarrement.
    Elle redressa ses épaules, les défia du regard et sortit dans la rue, où ses investigations pouvaient commencer….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Mar 14 Fév 2012 - 13:17




Impassible Duncanir observait la jeune femme.Il lui semblait voir les engrenages de son cerveau tourner à plein régime.

Toujours assis dans son fautueil, il découpait maintenant une pomme avec sa dague mais son regard d'acier ne la quittait pas.


Sa voix s'éleva de nouveau, âpre

"Cette femme habite dans les bas fonds de la cité blanche. Elle se nomme Enora. Je ne veux pas savoir la manière dont tu agiras. Ainsi si on m'interogge, je me pourrais pas réveler ce qui j'ignore"

Le lieutenant eut un sourire carnassier, il poursuivit néanmoins

"Les garanties mais tu n'en as aucune, ma petite. La seule chose que je peux t'indiquer c'est que si tu refuses , tu croupiras en geôle le reste de tes jours"

D'un geste désinvolte il la congédia, il engloutit un quartier de pomme sans la regarder, il lança juste au moment où elle quittait le bureau

"Reviens demain soir"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi c'est toujours à moi qu'arrive ce genre de choses? (demande de RP)
» [Théorie] Pourquoi Sacha a-t-il toujours 10 ans ?
» Pourquoi faut-il toujours séparer le gâteau avec l'opposition?
» Quand les sentiments prennent le pas sur la raison [Armando, Véronica] [12/03/42]
» Colton&Louane | on tombe toujours sur les meilleurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Minas Tirith et Gondor - :: Les Ruelles du Premier Cercle-
Sauter vers: