Campement de guerre.

Aller en bas 
Azaghâl Dur-Ecu
Garde de Khazad
Garde de Khazad
avatar

Nombre de messages : 70
Localisation : Khazad-Dûm
Rôle : Garde de Khazad

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain
- -: 99 années
- -:

Ven 16 Mar 2012 - 1:38

Alastor Edge a bien choisit l'endroit de son quartier général. Trouvant le premier village de Dun qu'il avait trouvé trop exposé, il chercha alors avec quelqu'un des habitants les plus expérimentés un endroit plus propice à ses ambitions. Il trouva ce lieu rapidement, à quelques centaines de mètres des Monts Brumeux s'élevait une colline verdoyante avec tout autour des plaines fertiles et étendues. Cela procurait à la fois un champ de vision immense prévenant toute attaque, mais cette position surélevé était également parfaite pour une défense. Tout cela était également très ironique car Edoras avait été batit selon les mêmes principes. Cette pensée provoqua un sourire malsain sur le visage d'Alastor qui disparut aussi rapidement qu'il était venu mais qui ne manqua pas d'effrayer quelques peu ses hommes.

Ainsi donc commença la construction de ce campement fortifiée, situé à quelques miles au nord de l'Isengard du côté ouest des Monts Brumeux. Des palissades furent mises en place ainsi qu'une sale d'armes, une armurerie, mais également un marché, servant surtout de lieux de revente des pillages, cela pourrait peut être intéressé quelques voyageurs malsains.

Le campement fleurissa rapidement et chaque jour, au moins un nouveau guerrier faisant son entrée pour le moment, comme quoi, encore maintenant dans le pays de Dun, l'appel de la guerre, du carnage, et du pillage était le plus fort.

Alastor se retrouva ainsi donc à la tête d'une petite compagnie d'une centaine d'hommes, sans compter les quelques femmes et enfants vivants avec eux dans le campement mais qui n'était pas nombreux. Et cela ne faisait que commencer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azaghâl Dur-Ecu
Garde de Khazad
Garde de Khazad
avatar

Nombre de messages : 70
Localisation : Khazad-Dûm
Rôle : Garde de Khazad

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain
- -: 99 années
- -:

Mar 27 Mar 2012 - 16:17


Le camp prenait forme petit à petit. La forge venait d'être finit permettant donc dorénavant de pouvoir fournir un meilleur stock d'armes et d'armure aux guerriers, c'était une bonne nouvelle. Une écurie avait également été faite à l'entrée du camp, même si pour l'instant il n'y avait pas de quoi remplir convenablement ce lieu, mais ça, ça serait surement l'objectif d'une prochaine attaque. Mais actuellement, c'est la défense qui préoccupait le plus Alastor, il avait fait élevé une muraille de bois tout autour de sa garnison, même si pour l'instant elle ne faisait pas encore tout le tour, elle avançait quand même rapidement. Enfin, aussi vite que possible, effectivement, ramené les troncs d'arbres jusqu'ici n'était pas chose aisé, mais les hommes étaient tous plein de bonnes volontés et tout cela avançait de façon rapide et efficace. Il avait également commencé à repérer des emplacements de tour de guet, placé toutes à 200 mètres au moins de la place forte permettant ainsi de prévenir toutes tentatives d'attaques. C'était assez étonnant d'ailleurs de voir les Guerriers presque étonnés par chaque idée du Gondorien, après tout, c'était des guerriers fait pour l'attaque, le pillage, mais la défense n'était pas vraiment leur façon de vivre, mais ils trouvaient ces "innovations" vraiment intéressantes et utiles, et ils obéissaient sans sourciller. Heureusement d'ailleurs, mais peut être qu'un jour, cela se passera autrement... Enfin l'ancien Vagabond verrait bien ce jour là.

Il se dirigea vers la Maison du Repos, c'était ainsi qu'était appelé la grande demeure bâti au sommet de la colline, tentant de faire une copie totalement ratée du chateau de Meduseld, mais elle tenait quand même bien debout et même si sa beauté était loin d'égaler la magnificence de la demeure du Roi du Rohan, elle était quand même solide et semblait puissante, mais surtout, en la voyant, on respirait alors quelque chose de malsain et de maléfique. Quelques peintures recouvrées ces murs, souvent assez primitives, symbolisant divers carnages, tout cela n'aidant pas à se sentir à l'aise, du moins, quand on fait parti du bien. Ici la Maison du Repos était un symbole de puissance et de grandeur pour les Guerriers de Dun.
Alastor franchit les grandes portes de l'entrée et demanda que l'on fase quérir ses deux chefs de guerre, Frùr et Jayra, deux puissants guerriers de Dun dont la force n'avait rien à envier à personne, chacun d'entre eux dépasser Alastor d'une tête facilement, mais ils lui étaient fidèles, heureusement pour lui d'ailleurs. Attendant leur arrivée à une table placé au milieu de la pièce, il examina une carte se trouvant dessus sur laquelle se trouvait le territoire du Rohan. Pour le moment, il ne pouvait attaquer que vers l'ancien Isengard et se repliait, il ne possédait pas une force suffisante pour faire plus, mais il espérait que bientôt, il pourrait pousser plus loin, mais pour cela, il lui fallait facilement décupler son nombre de guerriers. A son dernier recensement, il avait réussit à atteindre les deux cents hommes, mais ce n'était qu'une petite force de frappe, rien de bien inquiétant pour un Royaume comme le Rohan. A vrai dire, le succès qu'il avait trouvé au début auprès des hommes de Dun marqué maintenant un temps d'arrêt, les autres chefs de villages attendant sans doute de meilleur résultat, voir peut être la tête de quelqu'un pour se laisser convaincre à le rejoindre. C'était assez agaçant mais Alastor n'avait pas le choix, défier un ou deux chefs de village de plus n'était pas un problème, mais une centaine, c'était autre chose, certains d'entre eux était aussi fort que ses lieutenants, et d'autres bien plus habile que lui au maniement de l'épée ou de la hache, il lui fallait s'entrainer...

Frùr et Jayra arrivèrent, passant la même porte que le Gondorien l'avait fait et se dirigeant vers lui, le salut rapidement en s'inclinant avant de se mettre près de la table et de l'écouter:


"Ce soir nous repartirons attaquer un village du Rohan, près de celui que nous avons rasé dernièrement, mais cette fois, j'aurais besoin de prisonniers et de chevaux, il faudra en ramener un maximum. Et comme la dernière fois, pas un bruit, pas un murmure, je veux le calme plat. Compris?"

Les deux géants acquiescèrent sans dire mot, comme si ils respectaient déjà les ordres de Edge. C'était assez burlesque à vrai dire, et si ce dernier avait encore le coeur à rire, il aurait surement esquisser un sourire, mais les choses avaient changé, et lui aussi.

"Bon, allez prévenir les hommes, nous partons bientot, j'ai encore quelque chose à faire, vous pouvez sortir, j'arrive tout de suite."

Toujours sans un mot, et après avoir de nouveau saluer leur chef, les deux lieutenants quittèrent la Maison du Repos et commencèrent à beugler leurs ordres à leurs hommes.
Alastor resta près de la table, sans mot dire pendant un moment, semblant l'étudier pendant un petit moment, puis, un semblant de sourire se dessina sur son visage, et il sembla parler tout seul, même si ce n'était pas le cas:


"Tu peux sortir de l'ombre maintenant Katarina, il est temps qu'on se parle tous les deux, je ne t'ai pas fait venir pour rien."

Se retournant vers un coin de la pièce, il attendit une réponse de la part de celle qui se trouvait cachée dans un recoin de la demeure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina Du Couteau
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 6

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine
- -: 19 ans
- -:

Mar 27 Mar 2012 - 22:40
[center]Alastor avait déjà commencé à bâtir son armée. À vrai dire, de qualifier ce troupeau d’hommes d’armée était plus une hyperbole. Avec un compte bien rapide, mais précis, Katarina estimait près de deux cents hommes prêts à verser leur sang pour leur grand dirigeant. Un sourire se dessina sur les lèvres de Katarina. Deux cents hommes ne valaient même pas la force d’une simple jeune fille. Est-ce que simple était le mot approprié? J’en doute, mais pour les habitants de ce fort construit sur cette colline, l’identité de l’assassine était loin d’être celle d’une meurtrière nommée L’Ange Noir.

Katarina se déplaçait d’une façon souple et silencieuse. Elle passa près des quelques gardes sans attirer leur attention. Bien sûr, c’était parce qu’ils n’avaient même pas remarqué la présence de cette tueuse. Un petit commentaire traversa sa tête sans pourtant le mentionner à voix haute :

- C’est bien trop facile…

Facilement et habilement, Katarina entra dans ce ‘’château’’. La Chambre de Repos se caractérisait loin d’un vrai château. Elle ressemblait seulement à un bâtiment qui semblait plus immense et plus fortifié que les autres infrastructures. L’assassine ne voulait pas attirer l’attention des gardes, donc elle emprunta un chemin plus dynamique et court : la fenêtre. Elle utilisa le petit couteau accroché sur sa ceinture et la glissa dans la craque. Avec un mouvement vertical, elle réussit facilement à débarrer la fenêtre. Grâce à son intuition, la fenêtre la mena directement au dessus de la table dont Alastor utilisait fréquemment pour discuter avec ses hommes. D’un saut, elle atterrit juste à côté de celle-ci. Aucune blessure, Katarina se dirigea vers un coin noir comme si rien ne s’est passé.

Plutôt dans la journée, Alastor l’avait demandée de venir faire un petit tour chez lui dans le but de discuter de ses plans futurs. Une fois cachée sous l’ombre du mur dont la lumière n’était pas capable d’atteindre, Katarina attendit.

Seulement quelques minutes plus tard, un homme entra dans la salle. Sans doute, avec cet habit extravagant et cette atmosphère diabolique, il était question d’Alastor. Depuis leur dernière rencontre, l’homme a légèrement changé. Il semblait inquiet ou plutôt déçu. Cela n’étonnait pas Katarina. Avec une force militaire misérable, comment pouvait-il accomplir ses plans et ses vœux? Il faut aussi comprendre que les plans d’Alastor ne représentaient pas des tâches faciles. Katarina pouvait vous le confirmer grâce à son expérience.

Quelques minutes plus tard, deux hommes entrèrent. Katarina reconnut aussitôt les deux visages. Frùr et Jayra se présentèrent devant leur grand maître. Le temps semblait très précieux. En effet, sans perdre un seul instant, Alastor partagea son plan de la soirée. Très intéressant comme plan, mais comment détruire un village avec une force de deux cents personnes? Les deux commandants paraissaient émus, mais en réalité ils démontraient leur signe de respect face aux ordres du dirigeant. Katarina estima qu’elle allait avoir un peu d’amusement ce soir. À passer des jours et des jours sans rien faire, la jeune fille commençait à en avoir assez de cette routine. Les deux hommes partirent à la suite de leurs ordres. Alastor déclara soudainement :

"Tu peux sortir de l'ombre maintenant Katarina, il est temps qu'on se parle tous les deux, je ne t'ai pas fait venir pour rien."


Un sourire se dessina sur les lèvres de Katarina. Apparemment, une simple technique de bas niveau n’était pas suffisante pour se camoufler de cet homme. Quoique, Katarina ne s’en doutait pas de ce résultat. Il serait beaucoup trop facile de tuer Alastor sinon.

Une paire d’iris de couleur bleuâtre surgit de la noirceur. Cette soudaine apparition était suivie d’une longue chevelure argentée qui semblait illuminer toute la pièce avec son reflet. Bizarrement, lorsque Katarina se cache, ses cheveux ne la trahissaient pas. Effectivement, assez bizarre, mais il y a une réponse à tout. Il n’était juste pas le temps de dévoiler aussitôt ce secret ou plutôt cette technique. À ce moment précis, on pouvait observer clairement le corps séduisant de Katarina dans la pièce. D’un ton confiant, la jeune fille déclara à son tour :

- Tu m’as trouvée. J’espère que tu m’as convoquée pour une raison. Et cette fois, j’espère que tu ne vas pas manquer d’originalité dans tes explications.

Impatiente, la jeune assassine attendait les ordres d’Alastor.[/
center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azaghâl Dur-Ecu
Garde de Khazad
Garde de Khazad
avatar

Nombre de messages : 70
Localisation : Khazad-Dûm
Rôle : Garde de Khazad

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain
- -: 99 années
- -:

Jeu 29 Mar 2012 - 1:29


Le pouvoir des femmes est quand même une chose incroyable, non c'est vrai, quand on se retrouve en face d'une très jolie jeune Demoiselle et qu'on est un homme normalement constitué, on ne peut s’empêcher généralement de rester bouche bée pendant un laps de temps plus ou moins court. Ce laps de temps dépendant de deux choses généralement, la capacité d'adaptation de l'homme, et bien sur la beauté de la jeune femme. Heureusement pour le Gondorien, il arrivait très rapidement à s'adapter a à peu près tout et n'importe quoi, et vu la beauté de la femme qui venait de sortir de l'ombre, je vous laisse imaginer à quel point Alastor est capable de s’acclimater aux situations.
A noter d'ailleurs que la beauté de cette meurtrière lui rappela une autre jeune femme qu'il avait connu par le passé, pendant une petite seconde, un semblant de sentiment sembla surgir à la surface, mais il fut très vite balayer d'un large coup d'énergie maléfique.

Alastor écouta la réplique de son homme de main, à moins que femme de main corresponde mieux à la jeune Gondorienne? Difficile à dire car elle pourrait sans doute se débarrasser de quelqu'un comme Frùr sans trop de problème alors pour une personne qui est soit-disant du sexe opposé, c'était assez dur de vraiment déterminer d'ou elle tirait sa force et son adresse. Toujours est-il qu'elle semblait agacer par sa dernière mission, il est vrai que l'homme en rouge lui avait demandé de tuer un chef d'un village du pays de Dun pas très loin de son campement, cela permettait à Alastor de récupérer les hommes de cet hameau sans prendre de risques, mais surtout il avait put ainsi juger des capacités de l'assassine qui était tout à fait honorable et même presque impressionnante pour une personne aussi jeune.
Le chef de clan, car c'est ce qu'il était devenu, souria doucement, un sourire assez malsain, et détourna enfin son regard de Katarina. Oui il avait beau avoir une belle capacité d'adaptation, il n'avait pas détourner le regard de cette beauté fatale pour autant. Il lui dit alors, de sa voix grave et profonde:


"Non ne t'inquiètes pas, cette fois-ci, tu auras un défi plus intéressant à relever."

Se tournant vers la carte se trouvant toujours sur la table, il s'appuya de ses deux mains dessus, baissant sa tête comme pour mieux observer chaque recoin du Rohan. Il resta ainsi sans rien dire pendant quelques secondes, puis, d'un mouvement de l'épaule, il invita la jeune femme à s'approcher.

"Je suppose que tu as entendu la conversation que j'ai eut avec mes lieutenants? On en a déjà parlé quelques peu toi et moi, tu connais mes plans mieux que quiconque dans cette ville."

Il leva ses yeux vers elle pendant quelques instants, un regard lourd et perçant semblant jaillir de sa vision comme-ci il voulait bien lui faire comprendre qu'il avait confiance en elle, mais que si elle répétait ce qu'il lui avait dit au sujet de ses futures actions, leur partenariat prendrait fin en même temps que sa lame transpercerait son coeur.

Sa main se leva alors et il pointa son doigt sur un endroit de la carte, tout en parlant:


"Ici se trouve l'Ouestfold, la région que j'attaque comme tu le sais, seulement avec une troupe aussi faible, je ne pourrais longtemps jouer les pillages sans prendre trop de risque. Le Rohan va réagir, et cela commencera déjà avec les actions du Seigneur de cette région.
Son nom est Eoil, un puissant Seigneur comme tu t'en doutes, qui possède une garde personnelle qui s'élève à une trentaine de gardes selon mes sources. Ses soldats ne sont pas des tendres, à vrai dire, si ils n'étaient pas autour de leur Seigneur, ils seraient surement en prison ou mort à leur qu'il est. Mais bon, je ne pense pas qu'ils te poseront un gros problème.
"

Il bougea alors de sa place, alla un peu dans un des coins sombre de la pièce, attrapa une chaise qu'il approcha de la table et il s'assit dessus. Se plaçant de façon confortable, les coudes sur les accoudoirs, les mains se rejoignant sous son menton, et une jambe posée sur l'autre, il regarda la jeune femme dans les yeux, cherchant à la jaugée peut être, ou alors c'était pour une toute autre raison. Il reprit alors:

"Comme tu l'as sans doute compris, ta cible est Eoil, il doit absolument mourir, mais j'y mets deux conditions dont l'une des deux ne va pas te plaire.
Tout d'abord, tu dois le tuer avec une arme Rohirrim, ce n'est pas grand chose, et peut être que personne n'y pensera, mais j'aimerais que certaines personnes pensent qu'il a été tué par un autre Rohirrim. Il y a pas mal de tension dans leur pays en ce moment, et il faut profiter de ça. Seulement, le fait est que si l'on veut qu'ils croient cela, il va falloir ne laisser aucun indice. Tu vas devoir laisser de côté ton petit rituel pour ce meurtre au sujet de ta plume noire...
"

Le regard d'Alastor sembla se faire plus.. doux, étrange sensation, comme ci il essayait d'amadouer encore plus la Demoiselle sur ce second point, c'était assez étrange, mais elle comprendrait surement, après tout, elle était la personne qui le connaissait le mieux depuis son retour des Monts Brumeux.
Néanmoins, le jeune homme s'attendait quand même à une réaction de Katarina, ou peut être des questions de sa part, à voir, il attendrait, il avait le temps. Et puis, il y avait quelque chose qui faisait qu'il supportait plutôt très bien sa compagne, de là à dire qu'être en présence de la jeune femme lui faisait plaisir, il n'y avait qu'un pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katarina Du Couteau
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 6

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine
- -: 19 ans
- -:

Jeu 29 Mar 2012 - 2:38
La vie d’une femme n’était pas facile. Une femme ne représentait que des objets. Des objets de détente, de désir et de sexualité. La femme n’occupait pas une place énorme parmi les hommes dans ce monde cruel où règne l’injustice. C’était pour cette raison que Katarina avait décidé de s’enfuir de son destin. De s’échapper de ce cauchemar qui la hantait sans arrêt dès son jeune âge. Sa mère l’avait pourtant enseignée un million de fois que la femme devrait faire plaisir à l’homme. La femme devait servir son époux le mieux qu’elle pouvait. Après tout, rien n’était plus mal aperçu qu’une femme qui traitait mal son mari. La jeune assassine ne voulait surtout pas cette vie. Cette vie ridicule, cette vie honteuse qui la rendrait folle très rapidement. C’était pour cette unique raison que Katarina avait décidé de partager l’unique destin d’une lame : de tuer. Elle voulait que les gens reconnaissent la capacité des femmes. Elle en avait assez de cette injustice qui semblait séparer le monde en deux : celui des homes et celui des femmes. Elle an avait assez de ces préjugés qui rendaient les femmes moins importantes que les hommes. Si des revendications paraissaient inutiles, elle ne voyait pas autres solutions que prendre des armes et défendre nos idéologies.

Apparemment, cette fois, le travail qui se présenta devant Katarina serait plus difficile. La jeune assassine riait à cette remarque. Il fallait vraiment être imbécile de qualifier un assassinat difficile pour Katarina. Qui ne connaissait pas encore la talentueuse Katarina dont le surnom était grandement connu dans la région? Cependant, Katarina gardait son sang froid et continua son écoute sur le restant des paroles d’Alastor. En pointant du doigt une région en particulier sur la carte, Alastor expliqua qu’il fallait tuer un Seigneur nommé Eoil. Ce supposément grand Seigneur avait le pouvoir de ruiner les plans de cet homme diabolique. Juste au moment où Katarina allait répondre par un commentaire sarcastique, Alastor expliqua enfin les conditions de cet assassinat. La première ne dérangeait pas du tout la jeune fille. L’arme ne faisait pas la différence après tout. Pour être exact, c’était la deuxième condition qui donna un petit frisson. Katarina faisait semblant de ne pas l’avoir entendu. A-t-il vraiment dit qu’elle n’avait pas le droit de pratiquer son rituel? Non non non, elle avait sûrement mal entendu. Alastor connaissait Katarina depuis longtemps. Enfin, c’était le seul qui la connaissait réellement. Le rituel de l’Ange Noir représentait comme lire la Bible pour les prêtres catholiques. C’était un symbole sacré pour la jeune assassine. Cette condition était comme d’enlever la grosse barbe blanche du père Noël. L’homme qui donnait ses ordres expliqua rapidement que c’était pour créer de la confusion et pour garder la confidentialité.

La jeune fille garda son silence pendant toute cette conversation monologuée. Elle aurait voulu répliquer, mais elle comprit immédiatement qu’Alastor désirait absolument l’accomplissement de cette mission sous ses conditions. Avec un soupir discret, la jeune assassine accepta les conditions et déclara :

« C’est toi le grand dirigeant après tout. »

En repensant à ses ordres, la femme dont la beauté était incomparable réfléchit à plusieurs questions. Si elle devait compléter cette mission avec une autre arme que la sienne, quelle méthode devait-elle utilisée? Bien sûr que toutes ses questions n’étaient pas des banalités excessives. Elle voulait avoir quand-même un peu d’informations sur le lieu dont elle devait infiltrer. Il était certain que lorsqu’on voulait tuer un grand Seigneur, il fallait quand-même prévoir des gardes et des murs fortifiés. N’oublions pas qu’Alastor avait déjà mentionné les gardes. Effectivement, les gardes ne représentaient pas un problème majeur. Le problème majeur reposait sur le fait que la demeure d’Eoil n’a pas été analysée d’une façon précise. Katarina ne pensait pas que ce petit détail allait la ralentir, mais il était préférable que son maître pouvait donner quelques indications sur le lieu avant de procéder. Elle ne demandait pas la question exactement étant donné que par orgueil, elle ne voulait pas démontrer un minime signe de faiblesse. N’oublions pas que ce détail ne représentait pas un problème. Katarina saurait se débrouiller si jamais le cas l’oblige, mais quoi de mieux de savoir par où diriger? Comme ça, on évite les costumes et les techniques d’infiltration. Sur ce, elle demanda une question tout en accompagnant cette question avec un petit sourire coquin.

« Un Seigneur eh? Pour une fois que tu me donnes une cible si intéressante, il serait triste de ne pas donner plus de détail pour l’efficacité de la mission. Par contre, il n’est certainement pas nécessaire, je suis capable de me débrouiller toute seule.»

Elle attendait une quelconque réponse de la part d’Alastor. Elle souhaitait aussi un petit signe d’affection, mais bon elle n’irait pas aussi loin. Après tout, les deux personnages étaient des tueurs, des êtres machiavéliques qui ont tous les deux vécu une période d’enfance plutôt difficile. Ils ne partageaient pas leur point de vue, mais chacun connaissait la pensée de l’autre. Malgré le court laps de temps de connaissance, les deux êtres n’avaient rien à se cacher. À vrai dire, Katarina ignorait absolument cet amour. Elle qualifiait ça comme un manque d’affection ou d’attention plutôt. Après tout, chaque être humain a besoin d’être aimé. Depuis qu’elle a déserté le camp de son père, elle ne ressentait plus l’amour dont on éprouvait pour elle. En étant trop orgueilleuse pour l’avouer, Katarina avoua à elle-même qu’elle n’avait pas besoin de cette marque d’affection. Elle était une assassine, quelqu’un qui tuait. Elle était l’Ange Noir qui terrorisait les ruelles. Un Ange Noir n’a pas besoin d’amour. Cette créature avait seulement besoin de la peur. La peur semblait la nourrir. Plus les gens avaient peur d’elle, plus Katarina était fière d’elle. La peur ne voulait pas nécessairement dire respect, mais pour Katarina, c’était la première étape de sa domination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azaghâl Dur-Ecu
Garde de Khazad
Garde de Khazad
avatar

Nombre de messages : 70
Localisation : Khazad-Dûm
Rôle : Garde de Khazad

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain
- -: 99 années
- -:

Sam 31 Mar 2012 - 17:16

Décidément cette jeune femme était surprenante, elle avait quelque chose de maléfique au fond de son regard qui attirait particulièrement l'attention, et pourtant, ça ne se voyait que si on connaissant déjà ce sentiment, celui de n'avoir pas de respect pour la vie. Mais quand on regardait la jeune personne comme cela, sans faire plus attention à cette petite lueur tapis dans l'ombre de son regard, elle avait presque un visage d'ange. Et ceci est déjà un don lorsqu'on pratique une vie normale, mais quand on est un assassin, c'est l'un des meilleurs atouts que l'on puisse avoir, oui car après tout, qui soupçonnerait une fille avec un visage pareil? Et puis il faut l'avouer, avec le corps qui va avec, quand on voit une personne pareil, ce n'est vraiment pas au danger qu'elle pourrait faire que l'on pense en premier.

Mais bref, cela était tout bonnement hors sujet, elle était là pour un contrat, c'était une professionnel déjà aguerri pour son âge qui ne fallait pas sous estimer. Alastor, quant à lui, était devenu une personne sans doute encore plus dangereuse qu'elle, mais à un autre niveau. Effectivement, Katarina tuait par contrat, rarement par envie, alors que le Gondorien était quand même devenu un grand génocideur de masse, avec pour but pour le moment de décimer le Rohan. Pour le moment.
D'ailleurs son prochain objectif était de diminuer les défenses de l'Ouestfold, comme le contrat qu'il avait lancé sur la tête du Seigneur de cette région le supposer, et il était temps de revenir sur ce sujet. L'assassine avait écouté avec attention les demandes de Edge, et comme il s'y attendait, son visage avait perdu de sa splendeur lorsqu'il lui avait demandé de ne pas signer son oeuvre, à ce moment là d'ailleurs, sans même le faire exprès, la main d'Alastor se serra, au cas ou...


"J'espère que tu comprends que ma demande n'est pas contre toi, mais dans l'unique but de déstabiliser le Rohan. Si on voit la plume de l'Ange noir, ma tentative de les monter les uns contre les autres échouera à coup sur."

Après avoir écouté attentivement les remarques de Katarina, le jeune homme eut un léger sourire qui pointa sur le coin des lèvres, il trouvait ça presque.. touchant la façon dont elle avait de demander des informations sans pour autant donner l'impressionner d'en demander. Elle était vraiment comme il l'imaginait, cela lui permettrait peut être parfois de pouvoir se jouer d'elle et de la manipuler un peu plus dans son sens.

Restant assis sur sa chaise, il la regarde encore une fois dans les yeux, et dit rapidement tout ce qu'il savait sur cette affaire:


"Je ne sais pas grand chose sur lui, je sais qu'il vient d'être promu, que c'est quelqu'un d'assez expérimenté vu que son âge approche de la cinquantaine, ou il a peut être plus. Il est actuellement à Ouestfold."

Attendant un peu avant de continuer sa phrase, il sembla reprendre son souffle tout en regardant vers la porte principale... Puis il déclara:

"Disons qu'en plus d'être peu nombreux, je suis loin d'avoir une troupe d'élite, Frùr et Jayra se démarquent du lot grâce à leur stature puissante, mais le reste, même si ce sont de bons guerriers, qu'ils apprennent vite et qu'ils obéissent bien, ce ne sont pas vraiment des hommes fait pour se diversifier dans leur activité."

Il se leva alors et se dirigea vers une des fenêtres de la Maison du Repos, regardant au dehors la ville, non.. le village qu'il avait bâti. Même si ce dernier avait poussé rapidement et offrait encore de vastes possibilités, c'était pour l'instant rien de plus qu'une petite garnison de pillards et de barbares ne cherchant pas plus loin que le bout de leur nez. Il fallait qu'Alastor corrige ça rapidement car à la première réaction des peuples libres, il sera anéanti.
Poussant un profond soupir, il s'appuya contre le mur, croisant les bras sur son torse et regarda la jeune femme, et, il ria alors fortement, un rire puissant et qui résonna de façon maléfique dans les parois de la demeure avant de déclarer:


"Regarde, tu es la personne la plus dangereuse de ce lieu, et tu ne m'appartiens même pas... Je suis sur que tu es arrivée ici sans qu'aucun d'entre eux te repère... c'est assez triste quant on y pense, mais bon, je vais régler ça, il va falloir que je m'applique vraiment sur tout ça..."

Enfin, Alastor n'était pas vraiment triste du résultat actuel, il regrettait juste que ça n'avance pas assez vite, c'est tout, mais ça allait changer, bientot, il ne fallait pas l'oublier, son plan était ficelé, il ne restait qu'une chose à faire, c'est qu'il s'accomplisse sans accroc.

"Alors dis moi Katarina, penses tu pouvoir partir dès que tu le pourras?"

Il la regarda de nouveau, mais cette fois pas dans les yeux, malgré son attrait honteusement maléfique, Alastor restait un homme, et là, il profitait de la vue il faut l'avouer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Prochaine etape de la "guerre au terrorisme", le Pakistan?
» Elections générales anticipées ou Guerre Civile
» La guerre au Proche-Orient. Sujet de piporiko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Enedwaith :: Pays de Dun-
Sauter vers: