Allons vers l'aventure!

Aller en bas 
Meshlan Argawaen
Soldat Elfe
avatar

Nombre de messages : 10
Localisation : Quelque part dans la Forêt Noire.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 341 ans
- -:

Dim 18 Mar 2012 - 2:07
Je vêtis ma tenue de guerrière et entrouvrit la porte. Juste avant que mon pied rejoigne le sol extérieur, mon père me saisit le bras: «Mais où vas-tu?» Je lui avait caché que j'avais acquis le métier de Soldat, malgré son interdiction de m'approcher de n'importe quelle violence. J'ai l'âme d'une guerrière et je me devais de devenir un Soldat, malgré que je sois une femme. Étonnamment, il ont accepté, peut-être qu'ils manquaient de guerriers? Je croyais que cela aurait été très mal vu. Je me devais de lui avouer: « Je, je...», lançais-je, incapable de prononcer quelque chose.

-Mais qu'est-ce qu'il y a?, me dit-il.
-Je suis...
-Qu'est-ce que tu es?
-Un Soldat, père.
-QUOI?!?!?

Mon père s'évanouit. Comme d'habitude. J'ai fermé la porte pour éviter de laisser le froid pénétrer la maison. Je l'ai couché dans son lit pour qu'il se rétablisse bien. Bien emmitouflé dans ses draps, les yeux fermés, il restait immobile. J'ai décidé de lui laisser une note sur la table basse du salon:

''Père,

Je suis désolée. Je suis bel et bien un Soldat. Je sais que tu m'avais dit de m'éloigner de la violence, mais j'ai l'impression d'être mieux en Soldat qu'en Ménestrel. Tu m'avais pourtant partagé ton désir que je continue la tradition de la famille, mais je me sens mal à l'aise dans ce domaine.

Après tout, tu ne peux plus rien y faire, je suis déjà partie. Je reste quand même dans la Forêt Noire, ne t'inquiète pas. J'ai le droit partir, j'ai 341 ans! Je n'ai quand même pas 90 ans! J'ai beaucoup d'expériences de vie et il est temps que nous nous séparons. Nous allons peut-être nous croiser.

Avec l'argent gagné grâce à mon métier de Soldat, je m'arrangerai pour trouver une auberge où passer la nuit... Peut-être même que je me trouverai une maison ou j'habiterai avec un de mes amis... Bref, nous nous reverrons.

Je dois te laisser. Au revoir,
Meshlan Argawaen''


J'ouvris la porte et je posai mon pied dans l'herbe fraîche. Je ne la sentis pas parce que je portais mes bottes noires. Cela fait du bien de se sentir libre!

J'ai marché à pied plusieurs jours lorsque je suis arrivée à un petit village. Je n'ai pas su le nom, mais il avait l'air assez pauvre et beaucoup de voyageurs y passaient la nuit. Tout le monde me regardait d'un air bizarre, moi et mon armure. Beaucoup de questions sur moi et mon métier ont été posés dans les alentours. J'espère y rencontrer quelqu'un qui pourra m'y guider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trombellin
Marchand Itinérant
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 32
Localisation : Nulle part et partout à la fois
Rôle : Marchand Itinérant

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: Vieux
- -:

Mar 27 Mar 2012 - 22:33
Après ses péripéthies dans la cité blanche, le vieillard avait décidé de remonter vers le nord, en direction de l'Arnor, où il trouvait les gens plus posés, plus calmes... Et surtout plus facile à arnaquer ! Les gondoriens devaient avoir des ancètres communs avec les suderons : ils était capable de tant de discernement, comme s'ils connaissaient déjà tous ses tours et ses techniques de vente... Les gens du nord étaient, quant à eux... tellement prévisibles...

Mais le voyage jusqu'en ces contrées froides était très long... Plusieurs semaines. Ses vieux os supportaient de moins en moins les longs trajets, et Trombellin devait souvent faire des arrêts. A vrai dire, tant mieux : cela lui permettait de refourger sa camelote dans tous les villages et les hameaux. En plus de ses marchandises et potions douteuses, il revendait les rumeurs les plus farfelues... Par expérience, il savait que les mensonges les plus gros étaient toujours ceux qui trouvaient le plus d'oreilles attentives.

Quelques jours plus tôt, le vieillard avait stoppé sa roulotte dans un minuscule patelin, habité de moins d'une centaine d'ames... Un village de pêcheurs sur les bords d'une large rivière dont il avait déjà oublié le nom. Ce village comptait également quelques bucherons, ce qui n'était pas étonnant aussi proche des régions boisées réputées pour leurs autochtones elfiques. Bref, lors de sa dernière halte, il avait pu faire acquisition de quelques poissons bien frais, qu'il s'était empressé de saler pour les converser. Bien plus au nord, il ferait passer ces prises pour des saumons de la baie de Belfalas.. D'autant qu'il avait bien pris soin d'acheter quelques tissus typiquement gondorien pour prouver son passage récent dans cette partie de la terre du milieu... Il allait les revendre quinze fois leur prix d'achat... Et il en avait trois tonneaux complets ! Il ne restait plus qu'à trouver une histoire pour attirer les curieux... héhéhé....

La tête pleine d'idées, Trombellin débarqua dans un nouveau village, dont le nom ne l'interessait même pas. Perdu aux abords de la foret noire, il n'avait rien de particulier à lui offrir... Si ce n'était quelques campagnards en quête d'histoires et d'aventures... Dans ces régions plus que reculées, les informations s'échangaient à prix d'or... Pas forcément contre de l'argent, mais bien souvent contre des denrées alimentaires indispensables aux longs voyages. Pourtant la route qu'il empruntait n'était pas déserte loin de là, ce qui expliquait les quelques auberges qui avaient poussées ci et là, comme de grosses moisissures...

Arrivé sur la grand place, Trombellin stoppa son vieux cheval tout en lui lançant quelques insultes relative à son arrière train criblé de mouches. Sur son épaule, invisible de tous, une petite grenouille fantomatique fit son apparition. Elle lui souffla à l'oreille :

Spoiler:
 

"Hein?!"

Spoiler:
 

"Très drôle..."

Spoiler:
 

Trombellin tourna vivement la tête, pour découvrir, qui approchait lentement du lieu le plus animé du village - un doux euphémisme - une jeune femme bardée d'une armure de cuir apparement de bonne facture. Effectivement, elle ne semblait pas dans son élément. Le vieillard n'avait plus une bonne vue... Mais même sans celle-ci, la silhouette - et les regards médusés des pouilleux du coin - laissait deviner une beauté inhabituelle. Trombella tenta d'abord de l'imaginer nue, mais n'y parvenant - tant sa dernière conquête féminine remontait à loin - il décida de l'accoster... Juste pour le plaisir des yeux... Et peut-être celui de ses bourses : celles ou l'on mettait les pièces d'or, pas leurs autres... Evidemment - ces dernières n'avaient plus rien de fonctionnelles... Bref, passons.

Avant toute chose, jouant de ses cordelettes, il déplia l'un des cotés de sa roulotte, transformant son moyen de locomotion en une boutique de fortune. Sur ses étales, il avait disposé un véritable capharnaüm de vieilleries, de babioles et de fioles aux couleurs aux odeurs plus que douteuses. Tel était son fond de commerce. Puis, surveillant du regard la jeune femme, il lança à la foule de curieux :

"Bonjour belles demoiselles, grandes dames et nobles messieurs ! Je suis Trombellin, marchand itinérant ! Tout ce dont vous n'avez jamais rêvé se trouve dans ma boutique ! Approchez donc ! Dites moi ce qui vous ferait le plus plaisir ! Un beau vêtement ? Une nourriture d'excellence ? Des produits exotiques : suderons, gondoriens, rohirrims, hobbits... J'ai de tout ! Vous voulez des rumeurs ? Celles qui concernent les rois et les grands de ce monde ? Des informations sur les guerres et les conflits ? Je sais tout ce qui se passe partout en terre du milieu, vous n'avez qu'à demander ! J'ai également des pouvoirs de guerrisseurs... Expliquez moi les maux qui vous étreignent, et je confectionnerai - sous vos yeux - une position curative ! Efficacé mainte fois prouvée..."

Enfin il interpella la jeune femme :

"Et vous jeune demoiselle, que désirez vous le plus ? Je suis persuadé que je saurai vous satisfaire... N'ayez pas peur, approchez !"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meshlan Argawaen
Soldat Elfe
avatar

Nombre de messages : 10
Localisation : Quelque part dans la Forêt Noire.

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 341 ans
- -:

Mer 28 Mar 2012 - 0:22
Attirée par cette voix étrange, j'ai tourné brusquement la tête, me retrouvant nez à nez avec cet homme répugnant demandant d'approcher pour voir sa marchandise. Il était maigrelet, ravagé par la vieillesse. Il était vêtu d'une espèce de tunique rouge et avait une longue barbe blanche. ''Trombellin'' avait l'air de me regarder avec un regard étrange. Je pus lire immédiatement les pensées qu'il avait dans la tête à ce moment-là. Mes sourcils se sont froncés, me donnant des yeux de furie. Je crois qu'il a compris ce que cela voulait dire puisqu'on dirait qu'il a détourné son regard quelque temps.

Il me demanda de venir voir sa marchandise. J'ai fouillé dans ma bourse donnant l'air de chercher un peu d'argent, mais aussi pour lui montrer que je n'étais pas intéressée par ses babioles. Il avait l'air un peu déçu, mon plan a sûrement marché comme prévu. Tout à coup une partie de la foule se bousculèrent pour aller voir ses immondes trucs. Je me suis éloignée un instant de sa roulotte et m'assis sur un banc.

Lorsque Trombellin finit de remplir inéquitablement sa bourse de l'argent des autres et que ses clients satisfaits de leurs affaires se dispersèrent, on pourrait dire qu'il essayait de m'approcher subtilement, se disant que quelque chose n'allait pas. Je me suis levée, non-pardonnée du fâcheux incident. Je savais qu'un marchand comme lui n'était pas digne de confiance, j'en avais déjà côtoyé, je ne suis pas folle:

«Écoutez-moi, je ne suis pas intéressée par vos stupides babioles, ces gens font pitié à voir! Ils sont vidés de leur bourse pour un vieux truc pourri qu'ils auraient pu acheter cinq fois moins cher ailleurs. J'ai déjà vu des tonnes de marchands comme vous, tous sont pathétiques!», lançai-je. La foule s'approcha tranquillement et prudemment. «Ah oui, cessez s'il vous plaît de me regarder comme ça, c'est répugnant, désagréable et je sais exactement à quoi vous pensez. Je vous ordonne d'arrêter!»

Je ferrais mieux de partir avant qu'il me colle au derrière. J'ai emballé mes affaires et je fuis sans perdre une minute. Je courais à toute vitesse grâce à mes grandes jambes. En m'enfonçant dans la forêt, j'ai regardé en arrière de moi pour voir si le vieillard me suivait. «Oh non, j'ai l'impression qu'il me suit!», pensais-je. Tout à-coup, je perdis la trace du petit village, mais ce n'est pas grave je devais justement partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allons vers l'aventure!
» (libre) Vers l'aventure!
» A l'aventure compagnon je suis partie vers l'horizon ~
» petite aventure au cirque (pv nayki)
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Chez les Elfes :: Vertbois-le-Grand-
Sauter vers: