L'ordre contrattaque

Aller en bas 
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Lun 16 Avr 2012 - 23:26
L'homme était devant l'âtre il chauffait sa canne de marche en bois. Ses yeux gris fixaient les flammes pendant qu'il caressait son appui devenu inutile. Il était arrivé en simple pèlerin il y a maintenant quatre jours. Et il redevenait celui qu'il était vraiment, l'Archer de l'ordre, l'exécuteur de la couronne de fer, il était un canthui mais il était bien plus il était le tueur de la couronne de fer.

le bois sous les mains de l'homme dont l'ancien nom était Sepsis, un nom sorti de l'oubli, se déforma pour devenir un arc puissant et sombre. L'archer avait découvert ce bois précieux il y a maintenant une dizaine d'années, un bois changeant de forme selon la chaleur. Cela permettait à Sepsis de se camoufler et surtout de toujours garder près de lui son unique et seul ami: son arc. Il sortit de son sac ses flèches qu'il venait de tailler.

Enfin cette opération ,démarrée il y a plus d'un an, arrivait à son terme. L'archer eut un sourire froid et dire que les passeurs ces minables pensaient avoir mis un coup d'arrêt à l'ordre: les idiots.

le plan était parfait, corroboré par les renseignements d'un nouveau Lefnui Boros et de l'espion.

------------------------------------------------------------------------------------------------

L'Archer adorait tuer c'était la seule chose qu'il savait faire. Mais pour lui c'était presque un art, il ne se contentait pas d'un simple meurtre; il laissait une chance à sa future victime à elle de la saisir. L'archer se mettait des obstacles pour rendre son meurtre parfait.

Par exemple, là à Minas thirith, il avait suivi trois jours durant sa cible, le semi homme, le touchant presque. Sa cible la loge des passeurs, était située à un angle au bas de la cité. Il avait décidé de se situer quatre cents mètres, il avait une chance sur deux.Ce serait un exploit. Les murs blancs de Minas thirirth rendaient la luminosité particulière. Ce serait donc au crépuscule. La fenêtre de sa chambre louée permettait une ouverture d'à peine, dix mètres au bout d'une petite impasse. Il aurait tout juste deux secondes pour agir.

---------------------------------------------------------------------------------------------------

L'heure fatidique arriva, les quatre meurtres se réaliseraient au même moment.Naturellement car l'ordre l'exigeait.

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Farmir le capitaine des gardes de la Fontaine descendait les escaliers pour le mener vers le centre de la ville. Il eut une étrange sensation il se retourna et découvrit au dernier moment la flèche d'arbalète qui se figea dans son œil gauche. Le compagnon du Roi Méphisto était décédé avant de tomber sur le sol

-------------------------------------------------------------------------------------------------------


La maitre guérisseur toujours râleur sortait de la maison de la guérison. Il était convoqué au Palais. Il avançait d'un pas rapide pensant à ce qu'il ferait avec l'argent récolté lors de l'étonnante visite auprès des blessés.. Lorsqu'il fut bousculé par de enfants. Il vilipenda les garnements. L'un d'eux lui fit des gestes peu amènes. Le vieil homme jura en sa direction lui montrant le poing , il se retourna et tomba nez à nez devant deux robustes gaillards à la tunique noires , le visage recouvert d'un voile noir lui aussi. Il vit uniquement le reflet de la dague qui l'égorgea.

La dernière vision du maitre guérisseur fut un tataouage sur le poignet de son meurtrier: celui de l'OCF

----------------------------------------------------------------------------------------------------
Le sage de Minas thirith fut planté sur la porte de la bibliothèque par quatre flèches. le tireur était l'élève de l'archer, du travail propre mais un peu trop théâtral selon les critères del'Archer. Mais le message était clair il était destiné aux agents de l'Arbre Blanc. Ceux qui pensaient tout connaitre dans les terres du Milieu, ils étaient des ignorants.

--------------------------------------------------------------------------------------------------

Sepsis se positionna . Et il vit sa cible et tira . Il ferma les yeux et il sentit ce vide caractéristique. La mort. Il avait réussi. A cause de la distance, il ne pouvait pas entendre les cris de la foule, mais il avait réussi en se mettant des obstacles, le dénommé Tell était mort. Et le semi homme aurait peur c'était la véritable cible.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etelion
Pair du Royaume d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 951
Age : 26
Localisation : Assis au pied d'un chêne.
Rôle : Fumeur d'herbe à pipe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Hobbit
- -: 39
- -:

Sam 21 Avr 2012 - 16:10
    Cette semaine là, la neige tomba abondamment. Les rues de Minas Tirith devaient être pelletées toutes les heures par les gardes, aidés du reste de la population de la cité blanche. La température ne cessait pas de baisser, rares étaient les courageux qui sortaient à la nuit tombée. Certains paysans qui habitaient alors à l'extérieur des murs de la grande cité s'étaient réfugiés dans cette-dernière, craignant les loups, la famine, et évidemment le froid. Ceux qui n'avaient pas voulu quitter leurs terres avaient peu de chance de survivre, à moins de se regrouper en communautés. Cependant, il aurait été stupide de penser qu'entre les murs de la capite du Gondor, aucun danger ne demeurait. Les preuves étaient nombreuses à ce propos. Récemment, plusieurs personnalités relativement importantes de Minas Tirith étaient tombées, tués par des assassins dont l'origine était certaine pour le kuduk: l'OCF contre-attaquait. L'Ordre avait semé le trouble dans la cité, et les assassinats répétés eurent raison des esprits faibles de la population de la cité.

    Le premier à tomber fut Farmir, le Capitaine des Gardes de la Fontaine, tué d'un carreau dans la tête proche du centre de la cité. Le deuxième fut le Maître guérisseur, égorgé alors qu'il se rendait au palais. Le grand Sage de Minas Tirith fut criblé de flèches contre l'une des portes de la bibliothèque. Le quatrième et dernier assassiné n'était pas quelqu'un avec un statut important dans la ville du Gondor. A vrai dire, il s'agissait d'un inconnu pour la quasi totalité de la cité blanche. Tell, Pigeon, le messager des Passeurs d'Etoiles de la Loge de Minas Tirith et ami d'Etelion Piedvert. Cette dernière cible n'était pas là pour ajouter un malaise supplémentaire dans la cité, simplement pour déstabiliser le seul Passeur à résider actuellement dans ce qui était jadis Minas Anor. Le semi-homme savait pertinemment qu'il était une cible, à présent. Il devrait faire profil bas et, surtout, faire preuve de discrétion lors des enquêtes qu'il aurait à mener. Il était persuadé que ces attaques provenaient de l'Ordre de la Couronne de Fer, mais il lui fallait des preuves, pour permettre de convaincre certaines personnalités neutres à se prononcer en faveur des Passeurs et pour commencer la chasse à l'OCF. Le conflit deviendrait apparent pour tous, les territoires neutres devraient choisir leur camp.

    Le corps de Tell fut enterré à Rath Dinen. Etelion prit le risque d'accompagner la marche funèbre dont il était le seul participant. Dès que le rite fut fini, le semi-homme rentra par la porte arrière de la Loge. Là, il prépara des affaires discrètes. De son paquetage, il sortit son bien le plus précieux: une cape elfique offerte par Tal-Aldarion, des mois auparavant. Il s'efforça de s'habiller comme un enfant de la cité, chaussa des bottes en cuir épais. Se regardant dans un miroir, il était satisfait. Il sortit tout aussi discrètement qu'il était rentré et commença à mener l'enquête. Le kuduk se rendit sur chaque lieu des assassinats le plus discrètement possible, longeant les murs, interrogeant les passants et les habitants. Il eut de nombreux témoignages. Un adolescent, probablement âgé d'une quinzaine d'années, jurait avoir vu un tatouage noir en forme de couronne sur un avant-bras d'un des tueurs du guérisseur. Le meurtre du Sage était trop parfait pour être anodin. Quatre flèches, puissantes et précises, assez pour le planter littéralement sur la porte de la bibliothèque. Les témoins assuraient n'avoir vu personne tirer ces traits meurtriers. Il en était de même pour Tell: certains assuraient avoir vu la flèche avant qu'elle fasse mouche, sans voir d'où elle provenait. Les tueurs étaient des professionnels, et les meurtres à l'arc ne manquaient pas de rappeler le fameux Archer de l'OCF, dont il avait entendu parler en revenant de Dol Guldur.

    Les tueurs étaient donc des membres de l'Ordre sombre. Il y avait de fortes chances qu'ils soient encore dans la cité blanche, tout trajet hors de la ville étant rendu extrêmement difficile par la neige et le gel. Etelion Piedvert, Passeurs d'Etoiles et Pair du Royaume d'Arnor, devait les retrouver. Seul, c'était impossible. Malgré toute l'attention qu'il avait porté sur son apparence, rapprochée le plus possible d'un garçonnet de neuf ans, il serait aisé de découvrir son identité si on le voyait dans une taverne du bas de la cité, lieu peu fréquentable pour les adultes, alors pour un enfant... Il lui faudrait un complice, un homme de confiance. Il essaya de se rappeler des noms, des têtes rencontrées lors de son précédent séjour à Minas Tirith, il y a presque six ans de ça. Et il eut beau chercher, tous ceux qu'il avait croisé ici étaient partis ou morts, excepté Mephisto, Roi du Gondor, hélas impossible à approcher...



    [ Gallou, si tu veux poster à la suite n'hésite pas, sinon je continuerai ici en repostant Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r27.imgfast.net/users/3215/16/77/31/avatars/911-61.jpg
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Mar 1 Mai 2012 - 22:14
Sepsis regardait son reflet dans un miroir de mauvauise qualité; lorsqu'i entendit le bruit caractéristique de son messager: Un pigeon. Une trouvaille de la part de l'Orchèal lui même: une ironie , une pirouette utiliser le même système de communication que leurs ennemis: les pigeons voyageurs.

L'archer lit rapidement le message envoyé par l'Espion. Ainsi la cible enquêtait avec efficacité et utilisait un artifice: se déguiser en enfant ...... Sepsis eut un sourire sans joie, il aurait adorer s'occuper du semi homme mais c'est son élève et quatre lefnui qui auraient l'honneur d'occire un tel adversaire. Sepsis avait rendez voius avec l'histoire il allait de nouveau réaliser un crime parfait .

L'archer déforma son visage de nouveau en se creusant les joue, il était méconnaissable . Ses années de comédien ambulant lui servaient maintenant à merveille. Un souvenir fugace de sa bien aimée Rita , l'acrobate lui revient , violée et tuée par des nobliaux en Arnor: la véritable raison de son recrutement par l'OCF. Enfin c'est plutôt l'ordre qui l'avait trouvé, lui qui effectuait des contrats au plus offrant, avait été séduit par les arguments avancés par le robuste guerrier, un canthui un certain Caleb, amoureux des couchers de soleil. Il était devenu l'exécuteur des basses besognes, des tâches ingrates.Mais il croyait dur comme fer aux aspirations de l'Ordre: la force pour plus de liberté et cela passait par la mort de certains nécessairement, mais la fin justifie les moyens tel était dorénavant son crédo.

Sepsis continua une bonne heure sa transformation. Aux première lueurs du jour il était devenu un serviteur du palais de la cité blanche.

Quelques heures plus tard Sepsis déambulait dans les somptueux couloirs du Palais. C'était le problème de ses bâtisses dans lesquelles une multitude de domestiques circulent , impossible d'avoir une sécurité parfaite. De plus ce jour était spécial, c'était les enterrement de Farmir le capitaine des gardes de la Fontaine et du capitaine Nogard. Tout Minas Tirirth pleurait en écoutant le discours certainement poignant du Roy Méphisto.


L'archer donna sa chance à sa future victime. il passa obstinément deux fois devant sa chambre sans raison apparente, mais le garde de la Fontaine en faction ne l'interpella pas.

L'agent sombre passa donc une troisième fois , fit un sourire amical au garde et d'un geste d'une élégance rare sortit un stylet d'argent qui égorgea l'homme en un instant. Le garde s'effondra sans un bruit. Sepsis le traina vers un débarras.

puis il entra dans la chambre de sa cible. Des cierges étaient allumés en permanence sur ordre de Méphisto lui même . Sepsis se força à respirer, la scène était presque majestueuse de voir ce jeune homme allongé inerte.




Le prince Aleth héritier du trône du Gondor était devant lui . L'assassin s'approcha de lui d'un pas calculé.

Puis il se pencha vers le Prince. Aucune réaction. Il regarda le doux visage du jeune homme un long moment. Puis il sortit son stylet et l'enfonça d'un coup sec dans le cou gracile d'Aleth. Le jeune homme mourut sans un mot.Sepsis laissa le stylet dans la blessure béante, il était de notoriété que cette arme était celle de prédilection des agents de l'Arbre Blanc. Un peu plus de confusion ne ferait pas de mal à l'ordre au contraire.

Sepssis repartit comme il était venu.... calmement...

L'exaction fut découverte quelques plus tard lors du changement de tour de garde. Le roy Méphisto fut prévenu et si le malheur s'abattait sur le royaume du Gondor.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le pair du Royaume d'Arnor Etelion se dirigeait vers la grande bibliothèque de Minas thirith, il devait consulter des ouvrages pour l'aider sans ses investigations. Toujours sous le couvert de son déguisement de jeune enfant, le kuduk avançait dans les ruelles encombrées de la cité blanche. Puis son regard se porta par hasard ou par pressentiment sur la vitrine d'une bijouterie et là il les vit, marchant en parallèle de lui, un duo d'hommes aux tuniques marrons et à la capuches relevées, ils l'observait il en était sûr et il aperçut un peu plus loin un autre "suiveur". Le chasseur était devenu gibier. Etelion entendit les cloches de la cathédrale,les funérailles de Nogard et Farmir avaient démarré.

Comment Etelion se sortirait il de ce guet-apens.


--------------------------------------------------------------------------------------------------



Le climat de la cité blanche se dégrada. la peur enchâssa tout les cœurs. Et dans l'ombre Sepsis eut son sempiternel sourire froid ce n'était que le début ....



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méphisto
Administrateur Principal
Administrateur Principal
avatar

Nombre de messages : 3189
Localisation : Minas Tirith, la Cité Blanche
Rôle : Souverain de Minas Tirith et de Gondor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de noble lignée. Descendant d'Elessar.
- -: Age où force et sagesse se côtoient
- -:

Mer 9 Mai 2012 - 20:11
"... Ils étaient des hommes d'honneur, des hommes de Gondor. On se souviendra d'eux, comme on se souviendra de leur courage. En ce jour, tout le Royaume est à sang, car nous enterrons deux de nos héros. Puissent les Valars les accueillir, et puissent-ils trouver la Paix. Adieu, frères. "

Le Roy était resté de marbre durant le discours, mais sa voix trahissait son émotion. Ces deux hommes qu'on enterrait, il les avait connus, et plutôt bien. Surtout Nogard. Plus que deux capitaines, ils étaient des conseillers dont il avait totale confiance. Et ceux-ci se faisaient par trop rares durant ces temps de crise.. Le Souverain du Royaume s'avança vers les deux cercueils et murmura ses dernières paroles en un elfique parfait. Il y déposa également deux fleurs, et s'inclina devant les cercueils avant que ceux-ci ne commencent leur ascension vers Rath-Dinnen.. Les femmes et les enfants pleuraient, et partout le Souverain percevaient des mines tristes.

*Quels temps de malheur.. Et dire que ceux-ci sont encore pour moi..* se mit-il à penser.

Flanqué de ses gardes, il dirigeait à présent le funèbre cortège. C'est à ce moment que la pluie se mit à tomber, d'abord par petites gouttes avant de s’accroître. Maudissant tout bas la pluie, l'assemblée arriva finalement à Rath-Dinner, l'antique cimetière où les deux corps furent déposés en terre pour ne plus jamais être revus par aucun mortel. Pensant en silence à ses anciennes batailles en compagnie de Nogard, le Roi ne vit pas arriver l'estafette. En revanche, ses gardes s'interposèrent et le messager se présenta, haletant comme s'il avait remonté toute la Cité. Il n'osait regarder son Roi en face, et cela sembla un mauvais présage à Mephisto qui ne s'y trompa pas.

"Messire dit-il. J'ai fait aussi vite que j'ai pu. Votre fils.. Oh mon Seigneur, Pardonnez-moi de vous apprendre cela mais Aleth vient d'être retrouvé mort sur son lit..."

C'était comme si tout chavirait autour de lui. En une phrase, en quelques mots, cet homme avait réduit le puissant souverain de Gondor en cendres. Ses gardes le rattrapèrent alors que ses propres genoux cèdaient sous le poids de la tristesse. Nombre de gens remarquèrent la peine du Roy et comprirent que quelque chose d'infiniment grave venait de se dérouler. Le visage caché par ses mains, le Roi ne disait un mot. C'est tout juste s'il était mort. Finalement, il se releva. Son regard était vide; et son visage était aussi pâle que celui d'un mourant. En quelques secondes, son mur d'impassibilité qui pourtant faisait à merveille sa réputation venait de s'écrouler.

*L'un de mes fils est introuvable, l'autre vient de mourir. Mon Royaume saigne, et moi je dois rester droit. *

Il ressentit un besoin immense de dormir, de se coucher là, par-terre, et d'attendre quelque chose qu'il ne distinguait pas. La souffrance était par trop intense et on le raccompagna sur le champ dans ses appartements. Une fois arrivé, il avait demandé à être seul et n'avait souffler mot depuis lors. C'est tard le soir qu'il sortit de la chambre de son fils, et ses servants crurent voir un fantôme. C'est d'une voix presque inaudible qu'il leur murmura:

"30 000 pièces d'or à celui qui me ramène l'assassin. Vivant, ajouta-t-il. Vivant, oui, je le veux vivant. "

Un sourire carnassier lui déforma le visage une seconde avant que la tristesse ne reprenne son dû. Il se renferma ensuite avec son fils, et la porte claqua si fort que les servants sursautèrent.


"Tout ce qu'il nous reste à penser, c'est décider que faire du temps qui nous est donné .."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etelion
Pair du Royaume d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 951
Age : 26
Localisation : Assis au pied d'un chêne.
Rôle : Fumeur d'herbe à pipe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Hobbit
- -: 39
- -:

Ven 18 Mai 2012 - 19:35
    Sous la couverture d'un jeune enfant, le hobbit continuait ses interrogatoires. Comme d'habitude, rares étaient ceux qui avaient vu quelque chose ou, du moins, qui osaient l'avouer. En ces temps glaciaux où la mort régnait en maîtresse dans les ruelles de la cité blanche, la survie était de mise. Et quand une vague d'assassinats non revendiquée a lieu, il est compréhensible que les candidats ayant la langue bien pendue se taisent. La crainte de représailles dissuade aisément toute action, au plus grand malheur d'Etelion. Comme ci cela n'était pas assez difficile, la neige continuait de tomber et marcher devenait pour lui, du haut de son mètre vingt, une mission bien épuisante. Cependant, quelques hommes, le regard fuyant, lâchèrent des informations utiles. Plusieurs virent un tatouage noir en forme de couronne sur l'avant-bras des assassins.

    L'OCF était donc arrivée à Minas Tirith. Les assassins étaient très probablement restés dans la ville du Gondor, les quelques expéditions s'aventurant à l'extérieur de ses murs étaient des caravanes de marchands troquant de la nourriture contre divers objets aux villages voisins. Leur contenu était gardé, il était impossible d'y accéder ou de faire la route avec eux à moins d'être un marchand ou un de leurs protecteurs. Il restait donc une chance que les tueurs aient fui, mais un intuition laissa penser au kuduk que ce n'était pas le cas, que leur travail ici n'était pas fini.

    Le jeune Piedvert se dirigea, dès que ses questions furent toutes posées, avec ou sans réponse, vers la bibliothèque, là où avait été tué le Grand Sage de la cité, un homme au statut important mais inconnu du natif de Hobbitebourg. Il espérait trouver des informations sur les hommes qui avaient été assassinés. Ces meurtres avaient une signification autre que la simple volonté d'instituer une vague de terreur dans la cité. Pour Tell, il s'agissait d'un avertissement à l'intention du hobbit. L'assassinat de Farmir, le Capitaine des Gardes de la Fontaine, en était un à l'intention du Roi du Gondor. Cependant, en ce qui concernait ceux du Grand Sage et du Maître Guérisseur, Etelion avait un doute. Désorganiser la noblesse de la cité, affoler le Roi, rendre inactif le cercle des têtes pensantes de la capitale... Ou quelque chose, un lien différent. En marchant vers la bibliothèque, il fit quelques détours, s'informant des nouvelles auprès de certaines sources dont il connaissait la qualité. L'enterrement du Capitaine Farmir se ferait en même temps que celui d'un certain Nogard, lui-même capitaine.

    Il était à quelques minutes de la grande porte de la bibliothèque quand il se rendit compte qu'il était suivit. Deux hommes, qu'il aperçut par le reflet d'une vitrine. Un autre, un peu plus loin. Ils n'étaient probablement pas seuls et, même s'il avait pris ses dagues, il ne pourrait pas s'en sortir face à autant d'hommes. La bibliothèque attendrait, ses parchemins n'allaient pas s'envoler, se dit-il... Il commença les détours sans accélérer le pas. Il avait l'avantage de connaitre les recoins de la cité et, pour une des rares fois que cela lui servait, avait l'avantage de la taille. Il se faufilait dans chaque étalage de marchands encore ouverts, profitait de chaque coin de rue pour se faufiler entre les rares passants, rentrer par chaque porte ouverte. Sa course l'emmena là où il le voulut: à Rath Dinen, en même temps que le cortège dirigé par le Roi Mephisto lui-même. Etelion s'incrusta dans la petite foule attroupée, chacun étant emmitouflés dans leurs fourrures et manteaux. Il joignit le groupe des enfants, puis retourna sa cape, d'une autre couleur à l'intérieur. Il rabattit sa capuche et resta attentif lors de la cérémonie. Ses poursuivants n'osèrent pas s'approcher des gardes du Roi.

    Le jeune hobbit s'approcha de l'endroit où était ce-dernier. A la vue d'un homme s'approchant de l'homme qui dirigeait d'une main de fer le Royaume du Gondor, la mine désolée, il décala sa capuche de manière à avoir l'oreille la plus proche au contact de l'air. Les gardes ne faisaient pas attention à un si petit être, ce qui lui permis de se rapprocher un peu plus et de distinguer quelques mots.

    - ... Votre fils ... Mort sur son lit ...

    Mephisto de Gondor faillit sous le poids de son corps à ce moment là, comme si tout ce qui était autour de lui s'effondrait. Trois gardes le rattrapèrent avant qu'il ne touche le sol. L'entourage du Roi semblait avoir été anéanti. Etelion apprit plus tard que Nogard et Farmir le connaissaient bien, et qu'il avait offert une somme incroyable pour celui qui retrouvera l'assassin de son fils Aleth. La colère ne lui avait probablement pas fait penser qu'une telle annonce créerait une chasse à l'homme effroyable, et que nombre d’innocents en pâtiraient. Le hobbit croisa les doigts pour que certains de ces "chasseurs" soient tentés de trouver la bonne personne, le vrai tueur, le très probablement membre de l'Ordre.

    Après avoir parlé à plusieurs personnes travaillant dans le palais, il apprit que le tueur avait planté un stylet dans le cou et l'avait laissé tel quel. L'arme était relativement peu utilisée, et des rumeurs circulaient quant à l'utilisation de celle-ci par les espions au service de Minas Tirith, l'Arbre Blanc. Cela semblait invraisemblable, et les sources étaient floues. Il se redirigea vers la bibliothèque et chercha tout ce qu'il trouvait sur les faits des grands officiers, dont faisaient partie Farmir et Nogard. Un cercle d'historien s'était, ce jour-ci, réuni pour rédiger les biographies de ces deux hommes ainsi que des morts récents. Etelion s'approcha et écouta. Alors qu'ils parlaient du Capitaine Nogard, la discussion s'éternisa, des questions se soulevèrent.

    - Parle t-on de ses dernières investigations ?
    - Elles n'ont mené à rien, alors à quoi bon...
    - Avez-vous la moindre idée de ce qui a pu attirer autant son intérêt à la morgue ?


    Tous l'informèrent que non, cela restait un mystère. Le hobbit se posa des questions. Rien dans la vie de Farmir n'avait semblé constituer une possible gêne pour l'OCF. Pas plus pour le Maitre guérisseur et le Grand sage. Et pour Nogard, aucun autre élément n'apparaissait comme étrange. Seule cette interrogation concernant ses dernières enquêtes restait sans réponse. Alors qu'il était dans ses pensées, un militaire, proche du Capitaine, interrogea sur un tout autre sujet.

    - D'ailleurs, Kallista n'est pas venue à l'enterrement. L'un d'entre vous sait-il où elle pourrait bien se trouver ? Ça fait un moment que je ne l'ai pas vu.
    - Nogard m'avait dit qu'elle était allée chez ses grands-parents. Mais ça doit faire bien un mois. Peut-être deux.
    - A t-elle envoyé des lettres, quelque chose ?
    - Moui, il me semble. Mais cela devient difficile, avec ce temps. Venir pour l'enterrement de son père, par ce temps, c'est de la folie. Les parents de Nogard habitent au Sud, près de Linhir.


    Le reste des discussions tournèrent autour de sujets anodins, assez quelconques, comme des détails sur des campagnes menées par Nogard dans sa jeunesse. Le hobbit repartit alors que la nuit était tombée, déçu par l'absence d'information qu'il avait engrangé. En ce jour, même les plus insignifiants mots portaient pourtant une lourde histoire...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r27.imgfast.net/users/3215/16/77/31/avatars/911-61.jpg
Etelion
Pair du Royaume d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 951
Age : 26
Localisation : Assis au pied d'un chêne.
Rôle : Fumeur d'herbe à pipe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Hobbit
- -: 39
- -:

Jeu 30 Aoû 2012 - 16:16
    Le lendemain de l'enterrement des deux capitaines et de l'annonce de la mort d'Aleth, fils de Mephisto, Roi du Gondor, fut une journée calme: le vent se calma l'espace d'un après-midi, la neige s'arrêta de tomber tout aussi longtemps. Etelion, emmitouflé dans une couverture, face à un bon feu dans l'âtre de la cheminée de la Loge des Passeurs d'Etoiles de Minas Tirith, récapitulait le peu de choses qu'il avait appris, ainsi que les nouvelles dans la cité blanche. Il apprit, la veille, sur le chemin du retour, que des rumeurs sur un fantôme féminin avaient fait leur apparition récemment. Pour le hobbit, il ne s'agissait que de sottises inventées par quelque vieux fou pour avoir un regain d'intention... Même si la chose ne lui semblait pas impossible, après ce qu'il avait vécu à Dol Guldur. Il n'avait pas le temps de s'attarder sur de pareils on-dit, alors que la ville était sous la neige, dans la panique... Comme si cela lui rendait la tâche plus facile, le kuduk tenta de faire les liens entre les différents évènements à haute voix, face à sa jeune renarde, pareil à un illuminé:

    - Deux capitaines assassinés, cibles logiques pour l'Ordre... De même pour les têtes pensantes de la cité, rien de plus logique que de les éliminer pour instituer la terreur ici. Mais à quel but ? Fragiliser le royaume de Gondor ? Après la mort d'Aleth, peu de chances que Mephisto soit apte à régner. Il marqua une pause, levant les yeux vers le plafond. L'Ordre de la Couronne de Fer avait un plan, mais les liens entre les assassinats étaient inconnus au hobbit, quelque chose lui échappait. Mais quoi ? J'ai dû louper quelque chose... Les tueurs sont probablement encore en ville. Et si c'est effectivement le cas, c'est qu'ils n'ont pas fini leur mission ici. Ils sont, au maximum, une dizaine. Et il y a de fortes chances que l'un d'entre eux gère les autres, un homme plus expérimenté, un homme capable d'entrer dans les appartements royaux et d'assassiner le fils du Roi sans se faire attraper, ni même voir... Le même homme qui utilisa avec autant d'efficacité l'arme des archers...

    Un déclic se fit. Cet homme, Etelion l'avait déjà rencontré, il n'avait plus aucun doute maintenant. Il était à Dol Guldur, et ses flèches avaient fait des dégâts par leur précision. L'Archer, pion diablement efficace de l'Ordre. C'était lui qu'il fallait retrouver avant le prochain meurtre. Et pour arriver jusqu'à lui, il n'y avait qu'une solution... Trouver un de ses sbires assassins, lui faire mal, très mal, et le faire parler. Un mot suffirait au hobbit. Restait donc à trouver l'un d'eux. Et la tâche ne serait pas aisée, même si le kuduk était persuadé que ceux-ci commettraient une erreur très bientôt. L'Archer était parfait dans son rôle, son seul défaut allait peut-être être de ne pas avoir emmené avec lui des assassins de sa qualité. D'un bond, il se leva et se dirigea vers la cuisine. Tout cela lui avait donné faim, et il entamait ainsi son second repas de la journée, en milieu de matinée. Dès que la viande séchée et le vieux pain furent avalés, il s'attela à la préparation de ses affaires. Des vêtements chauds mais légers, ses dagues, une corde si besoin, et une fronde accompagnée de quelques cailloux. Ça pourrait toujours servir.

    Lorsqu'il sortit par la porte arrière de la bâtisse, ce fut avec plaisir qu'il se rendit compte que le temps se calmait. Il mit sa cape et sa capuche, et fit ses premiers pas dans la neige... avant de s'enfoncer de vingt bons centimètres, soit environ un sixième de sa taille. Heureusement pour lui, les rues alentours, plus importantes, avait été foulées par quelques aventuriers, profitant de l'éclaircie pour se ravitailler. Le semi-homme revint sur les endroits où les meurtres avaient été effectués. Des endroits généralement fréquentés, spacieux. Le Rude Hiver avait été une aubaine pour les tueurs, leur permettant d'agir sans témoin aux alentours, ou presque. Il traîna dans les rues jusqu'à rencontrer la personne qu'il attendait. Les oreilles et les yeux de Minas Tirith, toujours là où personne ne l'attendait. Jek, mendiant de huit ans, passait ses journées dans les froides artères de cet organisme vivant qu'est la capitale du Gondor. Par chance, il n'était pas encore mort à cause du froid. C'était un jeune garçon débrouillard, intelligent, et une merveilleuse source d'informations que seul lui pouvait donner. Lorsqu'Etelion arriva à sa hauteur, il enleva sa capuche pour se faire reconnaître de l'enfant. Ce-dernier le fixa, attendant un mouvement, une question.

    - J'ai quelque chose à te demander, Jek. Devant l'absence de réaction du concerné, le hobbit continua. Je cherche des hommes. Ceux qui ont tué le Grand Sage. Entre autres. Des hommes mauvais, avec un tatouage noir en forme de couronne sur le bras. J'ai besoin de toi, Jek, dis moi si tu sais quoi que ce soit à leur propos.

    L'enfant resta muet quelques secondes, jaugeant le kuduk comme si c'était la première fois qu'il avait à faire avec lui, puis retrouva sa langue, estimant l'individu de confiance.

    - J'les ai vu. P'têt'e pas tous. L'tatouage i m'dit queq'chose. Ques'tu leur veux ?
    - Simplement leur demander quelques petites choses.
    - C'est eux qu'ont tué l'fils du Roy ?
    - Je n'en sais rien. C'est probable. J'ai besoin que tu me dises si tu sais où ils sont.
    - C'pour la récompense ? Les pièces hein ?
    - Non, j'ai pas le temps pour ça. Tiens
    , ajouta Etelion en tendant vers l'enfant une bourse bourrée de pièces d'or. Tu auras de quoi survivre un moment avec ça. S'il te plait, dis moi si tu as vu, ou entendu quelque chose.

    Tout en prenant le sac, ses yeux brillèrent. Sans cet argent, il serait probablement mort à cause du froid ou de la faim. Il pourrait maintenant se nourrir et se loger à l'auberge sans problème et pendant plusieurs semaines, voire mois s'il utilisait bien ces pièces. Cette motivation sembla suffisante pour lui délier la langue.

    - Une fois y'en a un qu'j'ai suivi vers l'bas. I' r'joignait un aut' dans une p'tite baraque pourrie, juste à côté d'la forge. Tu peux pas la rater cel'la. L'est tout'vieille, avec des f'nêtres tout'blanche, même qu'la porte l'est tout'verte.
    - Merci Jek. Prends soin de toi, et cache ton argent. A bientôt.


    Si l'information était vraie, le hobbit n'aurait qu'à se cacher à proximité de ladite bâtisse en attendant qu'un d'eux s'isole et en espérant ne pas tomber sur l'Archer, lequel aurait facilement le dessus sur le hobbit. Il descendit par les ruelles les moins larges, espérant ainsi éviter l'un d'eux marcher sans y être préparé. Il savait pertinemment qu'il était une cible potentielle. Peut-être même était-il le prochain sur la liste. Arrivant dans les bas quartiers, il chercha des yeux un point de vue discret sur la forge et les alentours. Les toits de l'écurie semblaient parfaits, à quelques dizaines de mètres de là. Etelion s'y installa et se recouvrit d'une bonne couverture, puis de sa cape elfique. Il ne savait pas combien de temps il resterait là. Des heures passèrent, et l'après-midi s'écoula lentement. La nuit était proche de tomber lorsqu'enfin, la porte verte se mouva. Un homme, assez grand mais visiblement fin malgré l'épais manteau sombre qu'il portait, sortit doucement. Peu sûr de ses appuis à cause du gel, il avançait lentement, laissant le temps au hobbit de descendre de son observatoire après avoir fourré la couverture dans un sac et avoir mis la cape elfique sous sa cape de voyage. En cinq minutes, il était sur les talons de cet homme, vérifiant en permanence n'être ni suivi ni repéré. Il attendait le moment propice, l'instant où sa dague irait frapper les points sensibles du corps pour immobiliser son adversaire sans qu'il n'ait le temps de réagir.

    L'homme montait dans les quartiers de Minas Tirith aussi lentement que précédemment. Il errait comme s'il n'avait pas de but concret, regardant les rares passages dans les rues les plus importantes. Au bout de dix longues minutes, les deux individus étaient arrivés vers le centre de la cité. C'est là que l'homme choisit de bifurquer dans une ruelle minuscule, sombre et totalement vide d'être vivant. Etelion avança encore plus prudemment. Peut-être avait-il été découvert. Il se décida à contourner rapidement la ruelle pour arriver à une nouvelle, perpendiculaire à la première, afin de devancer le tueur. Comme prévu, l'homme n'accéléra pas, mais jetait des coups d'oeil de plus en plus insistants derrière lui. Le hobbit, à force de course et de chutes, réussit à arriver avant lui à la première intersection. Profitant d'un coup d'oeil en arrière de l'homme, il lui fonça dans les jambes et donna un premier coup de dague dans la manche du manteau, essayant d'apercevoir la couronne. Il aperçut, l'espace d'une demi seconde, le bout de la couronne noire tatouée sur l'avant bras de l'homme. Ce-dernier n'eut pas le temps de réagir que les deux courtes dagues que tenaient le kuduk lui tranchèrent les tendons d'Achille de chaque jambe, provoquant une vive douleur à sa victime et le faisant chuter sur ses genoux. Il enfonça ensuite l'une de ses lames dans le biceps, jusqu'à le transpercer, et finit son attaque éclair par une pointe au niveau de la cuisse. Pour éviter que l'homme hurle et attire l'attention des gardes dans la petite ruelle, il le frappa du pommeau à la tempe, l'étourdissant quelques secondes, puis lui enfonça un morceau de son manteau déchiré par la dague dans la gorge.

    - Maintenant, commença le hobbit, tu vas m'écouter sans bruit, sinon je te prie de croire que tu souffriras comme jamais tu n'as souffert. Et fais moi confiance à ce propos. Bien, les choses sont posées. Je sais qui tu es, ce que tu as fait, toi et tes confrères de l'Ordre. Je te demande simplement de coopérer. Tu m'as compris ?

    Devant le regard vide de l'homme, Etelion ne put retenir un coup de poing à la cuisse, là où la lame s'était enfoncée plus tôt.

    - Est-ce que tu m'as compris ? L'homme hocha la tête après s'être remis de la douleur. Parfait. Votre meneur... Vous avez bien un meneur ? L'homme hocha la tête à nouveau. Est-ce l'Archer ? Sais-tu s'il était à Dol Guldur ? Il ne sembla réaliser qu'à ce moment à qui il avait à faire. Il attendit avant de baisser les yeux et de d'affirmer avec un nouveau hochement. Cette réponse ne réjouit pas le hobbit, ses craintes étaient donc justifiées. Je vais t'enlever le bâillon pour que tu parles. Si tu hurles à l'aide, je t'égorgerai. Tu as compris ? Nouveau hochement de tête. D'une main, le semi-homme enleva le bout de tissu épais de la bouche de l'homme, de l'autre il tenait la pointe de sa dague collée à son cou. Dis moi ce que tu sais sur lui et sur sa prochaine cible.

    D'une voix rauque mais affaiblie, l'autre répondit.

    - Sinon quoi ? Cette réponse lui couta un nouveau coup sur la tempe et la lame commença à entamer la chair au niveau de la gorge. Stop, stop, d'accord. L'Archer, il s'appelle Sepsis. En plus de lui, on est six. Il... Se sentant mal avisé de dire cela, il hésita. La lame insistante ne lui donna d'autre choix que de continuer. Un dénommé Marach. Un jeune d'ici. Ce soir... C'est déjà trop tard pour lui, ajouta t-il en voyant le ciel sombre. J'ai rien d'autre à vous dire, on m'a rien dit d'autre.
    - Bien, on va voir s'il est vraiment trop tard.

    Sans la moindre hésitation ni avertissement, il perça la gorge de l'assassin de l'Ordre, le laissant se vider de son sang, souillant la neige pure entre les habitations. Avant Dol Guldur, il n'aurait jamais été capable de cela. Il faut croire qu'être proche de la mort peut changer un homme du tout au tout... Un hobbit, dans ce cas. Cette absence d'émotion en tuant l'homme ne le choqua pas. Il était déterminé, et avait quelqu'un à sauver. Il se mit à courir vers l'auberge, laissant le cadavre derrière lui. Après la série de morts, qui cela choquerait-il ? Après tout, il était inconnu et, dans ce monde, insignifiant de ce fait. Lorsqu'il arriva devant l'auberge, une série de cris se firent entendre, malgré la lourde porte fermée. Il avait raté sa cible, n'avait pas secouru sa victime. Cet échec était lourd pour son moral. Il apprit une seule chose, un prénom: Marach. Pourquoi ? Pourquoi un jeune garçon de Minas Tirith ? Pourquoi l'être avec le moins de valeur pour la haute société gondorienne ? Lorsqu'il rentra chez lui, il se décida, dès le lendemain, de se lancer sur cette piste. Trouver l'intérêt de ce Marach.

    La nuit fut courte. A la levée du jour, il sortit avec ses affaires habituelles plus de quoi manger. La recherche sur ce Marach pourrait être longue, s'il s'agissait réellement d'un inconnu parmi les inconnus. Il questionna dans les bas quartiers les quelques passants à l'air, évitant soigneusement le coin de la forge. Certains avaient déjà vu ce Marach. Il retourna à l'auberge et entra, cette fois-ci. Le corps n'était plus là, mais le sang n'avait pas bougé. Il s'arrêta vers le comptoir et attendit que quelqu'un arrive. Ce fut l'aubergiste qui pointa le bout de son nez le premier. Après plusieurs questions, il lui dit qu'il connaissait un peu Marach, parce qu'il traînait souvent dans les bas quartiers. Visiblement, il n'avait pas de famille, et ses seules relations, d'après l'homme, se constituaient d'une seule et unique personne: un bibliothécaire, particulièrement âgé. Après remerciement, Etelion grimpa vers la bibliothèque, déterminé à retrouver cet individu. Malheureusement, tous étaient vieux, sans exception. Après plusieurs séries de question, et malgré l'air intrigué des bibliothécaires de voir un hobbit s'enquérir d'un jeune garçon de la cité blanche, l'un d'entre eux lâcha un nom, pointant du doigt un vieil homme, lisant un parchemin sur une vieille table en bois, face à une bougie. C'est d'un pas décidé que le semi-homme se dirigea vers lui, avec la certitude qu'enfin il obtiendrait quelque chose de concret, étrangement venant de l'assassinat paraissant le plus insignifiant depuis ces derniers temps...




Dernière édition par Etelion le Ven 21 Sep 2012 - 21:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r27.imgfast.net/users/3215/16/77/31/avatars/911-61.jpg
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Jeu 6 Sep 2012 - 11:04
Les explications vaseuses des agents de l'ordre étaient rythmées par la tapotement des doigts effilés de Sepsis sur la rugueuse table de bois . Le visage blafard de l'assassin était parfois éclairé par des halos de lumière projetés par la lampe à huile trônant au centre du mobilier. Le canthui détectait la gêne , le doute voire la peur chez les agents, le kuduk était un adversaire coriace, il s'était joué d'eux . Sepsis le savait ils n'avaient aucune chance contre le pair du Royaume de l'Arnor. Mais l'Orchal avait été radical: Sepsis ne devait pas s'occupper du hobbit. Sepsis n'vait pas bronché. Deux raisons lui semblaient plausibles: Une rumeur courrait , le puissant maitre de l'Ordre aurait le pouvoir de lire l'avenir: aurait il vu un drame si l'Archer tuait le frèle Etelion? Ou alors et Sepsis croyait plus à cette initiative:un des nelegs soucieux de la montée d'un simple canthui voulait l'empêcher de progresser dans la hiérarchi de l'OCF: tuer le fils du roy Méphisto et un des opposants les plus éminents cela faisait beaucoup. Sepsis hausa mentalement les épaules, ces considérations l'exaspéraient, se venger des puissants et tuer avec élégance voilà ses aspirations.Toujours silencieux , il fixa un bref instant son élève: le splendide lannister au cheveux blonds, avec son sourire arrogant, un fils d'un petit baron du fin fond de l'Arnor: prétention, egoisme dirigeaient sa vie, son absence de compassion en faisait un agent efficace et surtout il était bon dans son domaine: le meurtre quoique trop théatral selon les critères de Sepsis: la mort du sage de la Cité blanche en était la preuve, cloué sur sa porte: ridicule .....

Le regard de l'assassin tomba sur le traité de sciences naturelles écrit en Kandéen qu'il lisait avant cette réunion inutile. L'archer fut satisfait il pouvait penser dans une langue et lire dans une autre: une information interessante.Il sentit de la frustation en repensant à son dernier meurtre le jeune Marach, il avait choisi un lieu public donc difficile: une auberge, une méthode le poison et il vait remarqué que Marach prenait régulièrement deux boissons: du jus de raisin ou un verre de lait. Sepsis avait laissé une chance à sa victime, il avait jeté son dévolu sur le jus de raisin. Et Sepsis eut de nouveau de la chance mais à son niveau la chance rime avec talent.Le jeune homme s"effondra avec des hurlements de douleur .Or,ce breuvage incolore devait tuer la personne avec douceur et surtout plusieurs heures après ingestion. Sepsis se promit d'executer son fournisseur, il y avaut longtemps qu'il voulait tester sa poudre explosive, ce serait l'occasion.

D'une voix tranchante il coupa

"Cessez vos jérémiades !!"

Les trois agents déglutissent ,morts de peur. Calmement il se leva de son siège. Lannister ne se départissait pas de son sourire narquois sempiternel.

Sepsis avança il passa entre ses hommes. Ils tremblèrent...... Il le sentit.

Il se dirigea vers Lannister, il posa une main amicale sur l'épaule droite de son disciple

Il lui dit alors

"Tu étais leur chef et je n'entends pas tes excuses"

Lannister ne sourit plus il balbutia

"Oui...mais ...."

Et la main de Sepsis jaillit , il brisa la nuque du jeune homme

Les agents reculèrent, les yeux exhorbités

Sans un regard pour son ancien élève, L'archer déclara

"Je suis dur mais juste. Il a echoué, il a payé. Mais rappelez vous toujours, j'aimais cet homme. Tuez le hobbit"

Les agents sortirent sans demander leur reste et sans un regard pour le cadavre encore chaud. Ils echouerait, Sepsis le savait mais il lui donnerait du temps et une diversion , c'est juste ce qu'il voulait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radamanthe
Emir de Harondor - Prince d'Ithilien
Emir de Harondor - Prince d'Ithilien
avatar

Nombre de messages : 3567
Localisation : Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 53 ans
- -:

Jeu 6 Sep 2012 - 13:07

Encore un assassinat... La liste devenait sinistrement longue, ne put s'empêcher de noter la jeune femme tandis qu'elle se précipitait vers le bas de la Cité. En plus de la victime d'aujourd'hui, on comptait déjà Nogard, Farmir, le Prince, le Sage, le Maître-Guérisseur... Neige ne pu s'empêcher de frissonner en songeant qu'à peut de choses près elle avait bien failli se retrouver sur cette liste elle aussi. Il s'en était fallu de très peu... Elle gardait des séquelles de cette sinistre rencontre sur un toit de la Cité. Son allure était moins souple que d'habitude et son bras gauche encore endolori restait bien calé dans une écharpe, gênant ses mouvements. Mais elle en avait assez de rester enfermée dans une chambre gardée jour et nuit. Il lui fallait retrouver le terrain, d'autant plus qu'avec Gilgamesh volatilisé dans la nature, le commandement était sensé lui revenir. Neige arriva bien vite à l'auberge vidée de ses clients, mis à part un cadavre étendu au sol, entouré de quelques miliciens et d'un agent de l'Arbre qui était déjà là. Stork, un bâtard plus prétentieux qu'efficace. Les bons agents venaient à manquer...

"Poison, assurément." fit celui-ci. "La victime s'est effondrée en poussant des cris de douleurs sans que quiconque se soit approché d'elle. Pas de suspect, personne n'a rien vu. Pourtant, un mort-vivant dans une auberge, ça aurait du attirer l'attention.." Il prononça cette dernière phrase avec un sourire narquois. Neige ne répliqua pas à la pique. Nombreux étaient ceux qui l'avait prise pour folle quand elle avait dit avoir été attaquée par une sorte de cadavre ambulant. Pourtant elle l'avait bien vu de ses yeux... Stork reprit : "De toute façon, je ne pense pas que ce soit lié à notre vague de meurtres. Regarde le visage de notre victime."

Neige se pencha pour observer le faciès du cadavre. Sous les traits de douleur particulièrement marqué, elle distinguait un jeune garçon... qu'elle n'avait jamais vu auparavant.

"Qui est-ce ?"

"C'est bien ça qui cloche... Un illustre inconnu, tout le contraire des victimes de marque qu'on a eu jusqu'à présent. Ce jeune garçon louait une chambre depuis quelques jours. Un certain Marak, d'après le patron. Pas de nom de famille, aucune information. Pour moi c'est une tout autre affaire."

Neige acquiesça. Ce jeune homme ne représentait assurément pas une cible critique pour l'équilibre de la Cité et malgré le mode opératoire particulier, c'était sans doute un règlement de compte quelconque. La milice suffirait à retrouver l'entourage de ce Marak. Et pourtant... Marak... ce nom ne lui était pas étranger... Marach... elle l'avait déjà entendu... La jeune femme laissa Stork sans se priver de l'envoyer sur les roses quand il lui demanda où elle allait. Elle se dirigeait vers le Palais.
Quelques minutes plus tard, elle était dans le bureau de Gilgamesh, là où seuls quelques uns des plus haut-gradés pouvaient entrer. Elle feuilletait les dossiers soigneusement classés pour enfin tomber sur ce qu'elle cherchait. Elle ne s'était pas trompé. Marach était dans les fichiers de l'Arbre Blanc !
Agent responsable : Nathanael. Neige tiqua. Nath' faisait partie des agents les mieux côtés. Si c'était lui qui était sur l'affaire, ce Marach devait avoir une importance certaine !

Dans la partie Contacts, on apprenait qu'il n'avait pas de famille à Minas Tirith. Plusieurs noms avaient été étrangement barrés, de sorte qu'il n'en reste plus qu'un : professeur Irvine. Les noms barrés étaient quasi illisible, seul un, vraisemblablement le dernier à avoir été rayé, laissait entrevoir les lettres ...ard. Nogard ? Etait-il possible que ...? Mais ce n'était pas le plus étonnant.
Ordre de mission : ultra confidentiel.
Ce gamin inconnu était dans les fichiers les plus secrets du Service. Ce n'était définitivement pas une cible quelconque. Neige irait voir ce Irvine, en espérant qu'elle ne le retrouve pas transpercé de trois flèches...

----

La bibliothèque, dédale de couloirs et d'étagères remplies de bouquins de tous genres. L’endroit rêvé pour un crime discret, et c'était justement là que le dénommé Irvine passait tout son temps. Logique pour un professeur. Neige se tenait sur ses gardes. Si le vieil homme était une cible potentielle, un assassin était peut-être déjà sur place. S'il n'était pas trop tard déjà...

"Irvine ? Tient c'est marrant, vous la deuxième personne a demander après lui aujourd'hui. Tenez, il vient d'entrer dans la salle de lecture là-bas avec son autre visiteur."

Le sang de Neige ne fit qu'un tour. Un autre visiteur ? Vite, pourvu qu'il ne soit pas trop tard. Elle tenait enfin une piste sérieuse, elle ne voulait pas la voir s'envoler. L'espionne se précipita vers la salle en question, son long poignard déjà en main, prêt à servir en cas de besoin. Déjà elle entendait la voix chevrotante du vieil érudit derrière la porte.

"... certain Marach ? Attendez... oui oui, en effet, je connais bien un certain Marach. Mais si vous pouviez m'expl'..."

Vite ! Neige ouvrit la porte à la volée, prêtre à frapper, quel que soit ce qu'elle trouverait de l'autre côté, empoisonneur, archer, cadavre ou autre. Mais s'il y avait une chose à laquelle elle ne s'attendait pas, c'était bien à un hobbit. Aussi bien ce dernier que le vieil homme se retournèrent, surpris tout autant que Neige. A part eux, la salle était vide. Un hobbit... sûrement cela ne représentait pas une menace.. il n'avait pas d'arme en main en tout cas... Et si le visiteur n'avait en fait rien d'un assassin ?

"Officier Neige, Arbre Blanc. Il n'y a rien à craindre. J'ai quelques questions à vous poser, professeur, à propos d'une affaire de meurtre. Mais d'abord j'ai quelques questions à vous poser, maître Hobbit. Pourquoi venez-vous poser des questions à mon témoin à propos de ma victime ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etelion
Pair du Royaume d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 951
Age : 26
Localisation : Assis au pied d'un chêne.
Rôle : Fumeur d'herbe à pipe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Hobbit
- -: 39
- -:

Sam 22 Sep 2012 - 19:24
    Lorsque le hobbit arriva vers le vieil homme, ce-dernier ne lui manifesta aucune attention. Non pas parce que la compagnie du semi-homme lui semblait inintéressante voire gênante, mais simplement par inattention. A vrai dire, peu nombreux sont les hommes se rendant compte de la présence d'un petit bout d'être vivant d'à peine plus d'un mètre vingt, surtout lorsque celui-ci est éclairé par la faible lumière d'une unique bougie entre des rangées hautes de plusieurs mètres de livres et manuscrits. Etelion observa quelques secondes l'ancien avant de se racler la gorge pour dévoiler sa présence. Les yeux du professeur bougèrent aussi lentement que sa tête pivota d'un quart de tour sur la droite. Il jaugea d'abord le kuduk et, lorsqu'il comprit qu'il ne s'agissait pas d'un enfant mais d'une race des peuples libres peu courante dans les régions humaines, un sourire s'étendit sur son visage et c'est avec un plaisir non feint qu'il tendit sa main vers le hobbit, tout en prononçant ces mots:

    - Eh bien, un véritable hobbit dans la bibliothèque de Minas Tirith, voilà quelque chose de peu commun, ma foi. Je me présente, Irvine, professeur et bibliothécaire à mes heures perdues.
    - Enchanté, Professeur Irvine. Je m'appelle Etelion Piedvert, répondit l'autre en s'avançant et en serrant la main qui lui était tendue.
    - Tout le plaisir est pour moi, Maître hobbit. Que puis-je bien faire pour vous, qui vaille la peine que vous vous déplaciez jusqu'à moi ?
    - J'aimerais vous parler d'un certain Marach. Je crois que vous le connaissiez bien. En tout cas, mieux que n'importe qui d'autre...
    - Un certain Marach ? Attendez... oui oui, en effet, je connais bien un certain Marach. Mais si vous pouviez m'expliquer en quoi il vous intéresse...

    Le vieil homme n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'une jeune femme avec le bras en écharpe arriva en trombe dans la pièce qui débouchait de la grande salle. Elle regarda alternativement les deux personnes qui lui faisaient face, puis s'arrêta sur le kuduk, pendant que celui-ci glissa doucement la main opposée à la nouvelle arrivante sous sa cape et saisit une de ses dagues. Ni l'une ni l'autre ne bougèrent avant que la dernière parle, alors que son visage se détendait petit à petit.

    - Officier Neige, Arbre Blanc. Il n'y a rien à craindre. J'ai quelques questions à vous poser, professeur, à propos d'une affaire de meurtre. Mais d'abord j'ai quelques questions à vous poser, maître Hobbit. Pourquoi venez-vous poser des questions à mon témoin à propos de ma victime ?

    En entendant ce dernier mot, Irvine ouvra grand les yeux. Il comprenait la raison pour laquelle Marach avait fait parler de lui... Il était mort. Témoin, victime, cela ne pouvait être autre chose. Ce fut à son tour de regarder les deux nouveaux venus. La nouvelle l'avait blessé. Marach était pour lui un élève intelligent, et il savait qu'il n'avait personne d'autre que lui. Etelion vit le regard du vieil homme, un regard attristé par une mort trop brusque. Il attendit quelques secondes avant de répondre.

    - Etelion Piedvert, Pair du Royaume d'Arnor et défenseur des Peuples Libres.

    Que fallait-il faire, à présent ? Expliquer la vérité ? La cacher ? Il se décida à jouer cartes sur table. Il pouvait espérer qu'elle partagerait ses informations, si, bien sûr, elle en avait...

    - Bien des choses se passent, ces-derniers temps. A Minas Tirith aussi bien que dans le reste des royaumes. Un Ordre, l'Ordre de la Couronne de Fer, veut installer son règne. Mais ça, j'imagine que ce n'est pas un secret pour vous, n'est-ce pas ? J'ai mené mon enquête sur les meurtres récents ici. Deux m'ont paru particulièrement intéressants: celui du Capitaine Nogard, et celui du dénommé Marach. Je n'ai pas la raison de ce dernier, c'est pourquoi je suis ici. J'ai la conviction qu'il existe un lien entre ces deux assassinats. Et vous, pour quoi êtes-vous ici, si je peux me permettre ?

    Dès qu'elle eut répondu, Etelion se tourna vers Irvine. Le choc était passé, et l'homme semblait avoir retrouvé ses esprits.

    - Professeur, est-ce que vous auriez une idée à ce propos ? Pourquoi Marach ? Je veux dire, il ne s'agissait que d'un gamin... Que savez-vous sur lui ? Quel lien pouvait-il bien avoir avec les autres victimes ? Avec Nogard ?

    Le hobbit attendait une réponse. Il lui fallait une réponse, il s'agissait de sa seule et unique piste, et il était persuadé qu'une information de taille allait être au bout de cette discussion... Mais laquelle ?



    Hrp: Voilà, j'ai fait ça un peu rapidement donc c'est assez court, désolé ! Je te laisse faire les réponses ! :Hrp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r27.imgfast.net/users/3215/16/77/31/avatars/911-61.jpg
Radamanthe
Emir de Harondor - Prince d'Ithilien
Emir de Harondor - Prince d'Ithilien
avatar

Nombre de messages : 3567
Localisation : Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 53 ans
- -:

Dim 30 Sep 2012 - 16:33

L'oeil alerte de Neige capta un regard d'effroi sur le visage du vieil homme lorsqu'elle parla de meurtre. Manifestement, ce dernier n'avait pas encore été mis au courant par son premier visiteur. En fait, peut-être le hobbit n'en savait-il rien lui-même. Mais pourquoi parler de Marach alors ? L'autre solution était bien sûr qu'il n'avait aucun intérêt à mentionner un meurtre... pour ne pas effrayer le vieil homme, ce qui le rendait à nouveau suspect... Et pourtant... Lorsque le Hobbit déclina son identité, l'espionne du bien se rendre compte qu'elle n'avait pas affaire à n'importe qui. Pair du Royaume était un titre qui n'était pas accordé à la légère et pour qu'un hobbit ait été élevé à ce rang, cela montrait bien son importance. Ce que Etelion lui exposa ensuite laissa l'espionne sans voix. Il était aussi bien informé qu'elle, si pas plus ! L'Ordre de la Couronne de Fer, bien sûr, ils laissaient leur signe partout, sans pour autant laisser d'indice par la même occasion... et ses informations sur cette organisation étrange et meurtrière étaient très peu étendues... Il n'y avait même pas de preuve formelle qu'ils soient responsables de la dernière vague de meurtres. Le lien entre Marach et le Capitaine Nogard ? Ça par exemple, c'était justement ce que laissait penser les lignes effacées du dossier du jeune garçon ! Comment le hobbit pouvait-il être arrivé à cette conclusion ?

"Pair du Royaume d'Arnor ? Je vous ai sous-estimé Maître Hobbit... Je suis ici pour les même raisons que vous... La Couronne de Fer.. en effet, j'ai des informations, des bribes d'informations. Ils ont fait un carnage dans la Cité, et ont vraisemblablement recommencé en ciblant des personnalités, cette fois. Uniquement des figures importantes, sauf une... Un certain Marach, assassiné aujourd'hui même. Certaines informations propres au service font en effet état d'un possible lien entre ce Marach et le capitaine Nogard. D'où ma présence ici. Ce qui m'intrigue, c'est comment vous, vous avez trouvé la seule personne, d'après nos dossiers, capable de donner des informations sur ce jeune homme. Vous me paraissez beaucoup trop bien informé sur cet Ordre..."

Neige s'arrêta un instant afin de réfléchir. Elle tenait enfin une piste sérieuse, à la fois sur le meurtre sur l'organisation derrière cela. Mais elle était convaincue que nombre des réponses qu'elle cherchait étaient détenues par le hobbit. Il lui fallait absolument savoir d'où venaient ses révélations. L'espionne soupira. La situation était assez suspecte pour arrêter et faire subir un interrogatoire au hobbit. Cependant, celui-ci était Pair d'Arnor... L'immunité dont disposait cette caste ne s'appliquait bien certes pas au Gondor, mais une telle arrestation risquait de créer un incident diplomatique signifiant. Il lui paraissait plus judicieux de ne pas s'opposer au hobbit mais plutôt de s'en faire un allié...

"Mais je crois que cela peut attendre. Je compte sur vous pour ne pas laisser mes questions sans réponses par après, maître Etelion, mais puisque nous sommes arrivés au même point, je pense que les réponses du professeur Irvine sont les plus importantes pour le moment..."

"Professeur, est-ce que vous auriez une idée à ce propos ? Pourquoi Marach ? Je veux dire, il ne s'agissait que d'un gamin... Que savez-vous sur lui ? Quel lien pouvait-il bien avoir avec les autres victimes ? Avec Nogard ?"

Neige approuva les questions d'un signe de tête. Elle n'avait pour le moment rien n'a y rajouter. Irvine resta un instant pantois. C'était beaucoup d'informations à assimiler en même temps pour son vieux cerveau, et beaucoup de questions simultanées aussi. Il se décida à commencer par le dernier point.

"J'ai peur de vous décevoir, mes bons sires, mais il n'y a à ma connaissance aucun lien entre ce pauvre Marach et le capitaine Romuald Nogard. Tout au plus se sont-ils rencontrés quelques fois. Cependant, il connaissait très bien sa fille Kalista Nogard. Ils ont fréquenté mes classes en même temps et étaient très proches... A ce pauvre Marach, je n'en reviens pas ce que vous me dites là. Vraiment, c'était un garçon sans histoire. Il était orphelin, le pauvre, un des rares survivants du village de Greenstock. Moi et mes collègues avons assuré la plus grande partie de son éducation. A sa majorité, il s'est engagé dans l'armée, et je n'ai plus eu beaucoup de nouvelles. C'était un garçon tout à fait ordinaire, assez dissipé mais sans histoire. Bien sûr il connaissait la fille du capitaine et à ma connaissance, avec leurs autres camarades, ils formaient un petit groupe très soudés. Je les ai toujours soupçonnés de souvent faire le mur la nuit, mais je n'ai jamais vraiment cherché à savoir quelles bêtises ils pouvaient bien faire... Mais rien de grave, ce n'était que des enfants, bien entendu."

Irvine s'arrêta. Il lui fallait un peu de temps pour digérer le choc, surtout que raconter tout cela faisait remonter moult souvenirs dans son esprit, ce qui lui était pénible vu les circonstances. Mais il voyait bien que ce qu'il disait n'avait pas l'air d'apporter les réponses attendues par les deux enquêteurs. Tout au plus le lien entre Marach et Kalista était intéressant, mais bien moins que l'aurait été un rapport avec feu son capitaine de père. Et aucune escapade nocturne ne pouvait être la raison d'un meurtre des années plus tard.

"Je n'ai pas l'impression de vous servir à grand chose, malheureusement, et croyez-moi, je le regrette, car je désire plus que tout voir le coupable puni pour ce meurtre odieux... Ceci dit, j'ai écouté vos explications mutuelles, et je pense avoir déjà entendu les enfants parler de Couronne de Fer."

Neige et Etelion ,qui commençaient à désespérer, se redressèrent d'un bon. Enfin quelque chose d'intéressant.

"Bien sûr, à l'époque, j'ai pensé qu'ils révisaient simplement mes leçons sur Morgoth mais j'ai toujours eu le sentiment que c'était lié à leur dernière aventure. Ils avaient tous l'air incroyablement fatigués et m'avaient, la veille posé mille questions sur Rath Dinen et sur le nacre. J'ai la conviction qu'ils avaient été au cimetière faire Eru sait quoi. Cette fois, bien sûr, je leur avais signifié qu'ils ne devaient plus aller là-bas, car ce n'était pas un terrain de jeu mais de respect... Ils m'avaient répondu en coeur qu'ils n'y mettraient plus les pieds, et certainement pas près de la statue d'Anarion. Je n'avais bien sûr à l'époque pas fait de rapprochement avec leurs paroles, mais je préfère que vous sachiez que cette référence à la Couronne de Fer a eu lieu après leur escapade au cimetière..."

Rath Dinen, du nacre, la statue d'Anarion... cela ne menait nul part... Et pourtant, c'était leur seule piste. Rath Dinen... Neige repensa à son agression et aux vieilles histoires du temps de la guerre de l'Anneau. Les marais des morts, les habitants de Dunharrow... certaines créatures sortaient de l'ordinaire. Et si Rath Dinen était la clé ? L'espionne remercia la vieil homme et lui présenta ses condoléances, puis entraîna le hobbit avec elle.

"Certaines hum... évènements récents me laissent penser que le cimetière a des secrets à nous révéler. Nous devrions aller à Rath Dinen. Et en chemin, vous devriez me révéler ce que vous savez..."

[Désole pour le retard :s ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Mer 26 Déc 2012 - 15:36
A son habitude, Sepsis caressait presque amoureusement son arc. Il était assis à coté de l'âtre de son petit logement loué depuis uen petite semaine. Par la fenêtre l'archer de l'Ordre aperceveit les flocons qui tombait sur la fière cité blanche. Mais Sepsis savait que lui le petit arnorien avait touché le coeur de ce royaume si puissant.

le maitre guérisseur, Tell,le capitaine des gardes de la Fonatine, le petit Marach et le prince Aleth: mentalement l'agent éniumérait la liste de ses victimes, toutes mortes avec élégance. Sa mission était un succés. La peur régnait dans tout Minas Thirirth. Et aujourd'hui il s'apprétait à tuer Etelion Piedvert pair de l'Arnor et accéssoirement passeur aoinsi qu'une espionne de l'Arbre Blanc la jeune Neige, Sepsis connaissait sa véritable identité mais il respectait trop ses adversaires, son indicatif suffirait. Sepsis réfléchissait à l'arme qu'il alalit utiliser, il penchait pour l'arbalète, il étauit de notoriété qu'etelion était un fin specialiste de cette arme.....C'était décidé.Le semi homme et la jeune femme avançaient vite dans leur enquête... Il devait être stoppés.

Un pigeon vint se poser sur son balcon, un message de l'Ordre. Refrenant son impatience Sepsis se leva calmement , défit la bague et lit avec lenteur le message. Il vait été ecrit de la main même de l'Orchal, sa mission était terminée à Minas Thirith, quelqu'un d'autre s'occuperait de la Mangouste, il n'était pas indiqué qui, un autre agent infiltré??? Peut être que l'agent Neige faisait partie de l'Ordre? Ou Etelion? Allez savoir....

Mais la ligne suivante fut un délice pour les yeux de Sepsis, il était promu au regard de ses derniers succès, il était un neleg dorénavant. Enfin .L'archer ne put réprimer un fugace sourire..... ET l'Orchal lui donnait une autre mission.... Le regard de Sepsis devint sévère, cette mission ne serait pas simple....L'archer jeta le papier dans le foyer et reprit ses vieux vétements de voyage. Il réunit ses comparses et les empoisonna avec une mixture de sa fabrication.... Il n'était pas satisfait du gôût mais son efficacité était impresionnante....

Quelques heures plus tard, un voyageur aux traits bien commun,s aidé d'un bâton de marche de qualité médiocre sortait de la cité blanche sans un regard des gardes de faction. Après une vingtaine de minutes ,Sepsis se retourna vers la cité majestueuse acrcrohé à son promontoire rocheux.

Le neleg nouvellement promu eut un léger sourire et poursuivit sa route. A Osgilliath il acheterait un cheval et foncerait vers le lieu de son rendez vous....

Il avait hâte d'y être et de se confronter enfin au.....Fantôme


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ordre contrattaque
» Ordre de Mission
» Barack Obama : Une victoire programmée par le Nouvel Ordre Mondial ?
» Réintégration de Fanmi Lavalas dans la course: l'ordre est formel
» Ordre repêchage 2011 + loterie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Minas Tirith et Gondor - :: Les Ruelles du Premier Cercle-
Sauter vers: