Une paisible soirée glaciale

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Eldanar
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 9

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunedain
- -: 55 ans
- -:

Dim 6 Jan 2013 - 2:18
<< _ Arg … >>

Ce gémissement, aussi petit et simple était-il, reflétait bien toute la douleur et la confusion qui dévoraient Eldanar. Cet homme avait combattu maints ennemis, avait essuyé de nombreuses blessures, mais jamais avant il n’avait abandonné espoir. Là, pourtant, il se sentait, pour la première fois de sa vie, prêt à mourir. Cette douleur à la tête était si intense qu’il crut pendant un bon moment que son crâne était fracturé. Une fatigue lourde lui rendait alors la simple de tâche de respirer difficile à effectuéer. Et puis cet engourdissement qui se propageait dans ses membres … était-ce la mort qui venait le prendre peu à peu ? La vie le quittait-elle ? Alors c’était ça que ça faisait de mourir. Celui qui avait dit que c’était comme s’endormir avait tout faux, c’est plutôt comme être impuissant devant l’horreur du sort qui nous attendais, en souffrant pleinement de chaque blessure. Cela ne ressemblait pas du tout aux descriptions populaires …

Puis ce fut à ce moment qu’Eldanar reprit ses esprits. C’était comme si, aussi soudainement que cela puisse paraître, il avait reprit conscience de son existence. Les idées de mort était désormais bien lointaines, malgré le fait que le trépas n’était pas une option à omettre. Ouvrant les yeux avec difficulté, le jeune Rôdeur tenta de comprendre ce c’était passé pour qu’il soit dans un état pareil. En observant les alentours, il vit qu’il se trouvait en plein milieu d’un campement. Pas le sien, à priori. D’un coup d’œil rapide, il constata sa situation. En premier lieu, il avait sûrement dût prendre un coup sur la tête, d’où un mal crânien si vif. Le coup avait été puissant, assez pour lui faire perdre connaissance et lui faire subir un véritable supplice à son réveil. Ensuite, il devait avoir une lacération au niveau de front. Il sentait bien des filets de sang chaud couler tout au long de son visage avant de s’écraser lourdement sur la neige blanche, goutte par goutte … La neige blanche ! Mais oui ! C’était ça l’engourdissement : le froid ! Pas la vie qui quittait son enveloppe corporelle! En réalisant ce fait, tout d’un coup, comme par magie, il commença à sentir pleinement la morsure d’un froid impitoyable sur sa chair dénudée … dénudée ? Plus il constatait et plus les choses empiraient ! En effet, il se trouvait là, dépouillé de son armure, de ses armes et de ses vêtements hivernaux, ne portant comme seul protection contre ce rude hiver sans scrupule qu’une simple chemise de coton ainsi qu’un pantalon de cuir déchiré qui ne lui arrivait qu’aux chevilles. Chaque seconde qui passait était de la pure torture, tandis que ses extrémités prenaient une couleur bleutée. Si ce n’était pas ses bourreaux qui allaient le tuer, ce serait le froid qui viendrait à bout de lui. Il tenta alors de se déplacer pour tenter de comprendre exactement où il se trouvait. Erreur. En tentant de s’essuyer le front avec ses mains, il réalisa qu’il était solidement attaché à un arbre, pieds et poings liés. Devant cette découverte, le jeune Dunedain soupira d’exaspération. Il se rappelait maintenant comment il en était arrivé là …

C’était assez vague en fait. Quelques petits flash-back, tout au plus. C’était sur la Grande Route, ça il en était sûr. Il patrouillait avec ses hommes comme à l’habitude, ça aussi c’était clair. Ensuite, comme apparus de nul part, des hommes, une petite poignée de nains et un elfe les attaquèrent. Aussi soudainement que cela, sans aucune raison apparente. Croyant d'abord à une erreur, il n'eût d'autre choix que de tirer sa lame lorsque l'un de ses hommes fut abattu par des traits. La dernière chose dont il se rappelait , fut d’avoir hurlé des ordres de retraite. En couvrant la fuite des ses hommes, pour la plupart tous des recrues inexpérimentées et encore en formation, il avait dût pourfendre un ou deux ennemis tout au plus avant d’être submergé par le nombre grandement supérieur. Il se rappelait également d'un hurlement terrible puis de son second qui tombait au sol, transpercé de tout part. Puis c’était finit. C’était surprenant qu’il ne soit pas encore mort. Enfin, peu importait sa condition, pour l’instant, il fallait qu’il trouve une solution et vite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwann Roderik
Garde d’Amon Sûl
Garde d’Amon Sûl
avatar

Nombre de messages : 20
Age : 24

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 22 ans
- -:

Dim 6 Jan 2013 - 16:42
"Nous irons donc par l'Ouest et par les marais."

Ainsi ils prendraient le chemin le plus rapide mais aussi, selon ses compagnons, le plus dangereux. Le jeune homme ne connaissait pas ce passage, il n'y était jamais aller. Il suivrait donc ces des aînés sans un mot en faisait exactement ce qu'ils lui diraient de faire.
Bellas s'élança suivit du rôdeur. Le jeune homme courut derrière eux. C'était ce qu'on appelait un "bon" coureur mais face à ces deux hommes entraînés, gavé d'expérience et habitué à vadrouiller un peu partout dans le monde, il faisait pâle figure. Il faisait de son mieux pour tenir l'allure qu'imposait le grand Bellas qui bondissait à droite et à gauche avec une telle vélocité! Le rôdeur lui semblait faire une promenade de santé. Le jeune homme comprit alors à quel point il était encore un novice et qu'il avait tellement de chose à apprendre!
Après un bon moment de folle course, Bellas s’arrêta et s'accroupit. Le jeune homme l'imita ne sachant pas ce qu'il se tramait. Il fît signe aux rôdeur et au jeune homme de le rejoindre ce qu'ils firent.

" La Grande Route se trouve de l'autre côté de cette colline. Au delà de la route se trouve une grande plaine totalement à découvert sur plusieurs lieues. L'ennemi patrouille la route et si nous la traversons nous serons découverts et ils auront tôt fait de nous rejoindre avec leurs chevaux."

Face à des chevaux, il est très durs de rivaliser. Ils ont la rapidité, la puissance ce qui est un net avantage. Bellas émit un son qui obtenu un réponse quasiment instantanément.

" C'est notre guetteur... "

Bellas se leva pour aller rejoindre le guetteur quand d'autres bruits retentirent. Aussitôt le guerrier s'accroupit. Quelqu'un arrivait. De sa position, le jeune homme ne voyait pas grand chose. Il vit juste Bellas saisir son arc et une flèche prêt à lâcher un dard à tout moment.
Le jeune homme entendit un homme siffler. Il ne le voyait pas mais il savait qu'il était proche et surtout qu'il se rapprochait.
Il regarda le rôdeur d'un oeil interrogateur, il prît son arc et saisit une flèche prêt à tirer au moindre incident .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Dim 6 Jan 2013 - 17:12

Sellig chevauchait en tête sur la Grande Route de l'Est. Il faisait partie de la première patrouille. Afin de s'assurer que personne ne puisse quitter Amon Sul indemne, l'Ordre avait mis à sa disposition une grosse trentaine de cavalier expérimentés. A côté de ça, un groupe hétéroclite d'elfes, de nains et de vagabonds tenaient un petit campement sur la Grande Route de l'Est. Enfin, il avait recruté à Bree des gens de petite condition, des pleutres et des faiblards... s'ils étaient inaptes au combat, ils demeuraient des yeux acérés et Sellig les avait réparti dans un large périmètre autour de la tour. Ils avaient reçu des cors de chasse qu'ils devaient utiliser pour indiquer tout mouvement en direction d'une des deux routes.

Privée de cavalerie, la garnison d'Amon Sul ne tiendrait pas longtemps face aux cavalier de Sellig, surtout en terrain découvert. Cette stratégie lui permettait de garder la pression sur sa cible malgré des troupes en nombre limité.

Sa patrouille venait de revenir à toute allure du croisement entre la route de l'Est et la route du Nord. Quelqu'un au campement avait fait aller le cor et il s'était hâté afin de voir de quoi il retournait. Alors qu'il arrivait au niveau de l'entrée du petit camp, un nain sale et à l'air mauvais s'approcha de lui.

"C'était une fausse alerte Canthui... C'était juste une petite patrouille de rôdeurs... On en a chopé un, les autres on réussit à s'enfuir."

Sa voix était grasse et était loin du charme rocailleux des plus nobles des nains. C'était un roturier, un rustre et un mauvais bougre. Sellig ne l'aimait pas beaucoup mais il n'avait pas beaucoup de choix sur ses compagnons. Il enrageait cependant d'avoir fatigué sa monture inutilement.

" Où est t'il ?"

Le nain lui indiqua un coin un peu à l'écart de la route où un homme était attaché à un piquet de bois. Sellig mit pied à terre et confia sa monture au nain. Celui ci se dirigea avec le reste de la patrouille jusqu'aux écuries. Le second de Sellig, un elfe à l'air cruel et arrogant, le suivi tandis qu'il s'approchait de l'homme qui était assis dans la neige.

"Mauvaise posture hein ?"

Il cracha au sol un mollard digne d'un gobelin, juste à côté du rôdeur. Au même moment, un homme portant la tenue caractéristique de l'ordre entra dans le campement, provenant directement du petit bois en contrebas où il avait visiblement été se soulager.

" Si tu ne veux pas que ça devienne pire, dis moi qui tu es, d'où tu viens et ce que tu fais sur cette route..."


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Dim 6 Jan 2013 - 17:30
L'homme qui venait dans leur direction s'arrêta net face à eux, mais l'arbre derrière lequel les trois hommes étaient cachés suffisait à ne pas les faire voir. Il approcha sa main de sa ceinture. Ballas tendit un peu plus la corde de son arc, prêt à tirer. L'autre détacha sa ceinture, sortant son engin et faisant la vidange. Ballas sourit intérieurement, voilà une pause "pipi" qui aurait pu bien mal finir.
Il fit signe à ses compagnons de baisser leurs armes. L'homme termina sa besogne et fit volte face se dirigeant à nouveau en direction de la route.
Ils attendirent quelques minutes avant que Ballas ne se décide à quitte la sécurité de l'arbre. Il remonta de quelques pas en direction de la route, s'éloignant vers la droite. Il était encore à une distance suffisante que pour ne pas se faire remarquer. De nombreux sons provenait de la route, signe qu'il y avait sans doute un campement ennemi à proximité. Alors que Ballas s'accroupissait au pied d'un haut sapin, quelques branches craquèrent et un homme apparût, caché par les épines du conifère. C'était un des guetteurs d'Amon Sul. Il se cachait dans l'arbre depuis de nombreuses heures et n'était descendu que de quelques mètres afin de pouvoir parler sans crier à son camarade.

"Holà.."

Il chuchotait, Ballas lui répondit sur le même ton.

" Qu'as tu vu ?"

L'autre hésita un instant avant de poursuivre.

" De la lumière, comme un feu, peut être plus gros. Il ne bouge pas et on le voit mal de ma position. Mais la plaine et dégagé devant moi... si je le vois à cette distance et qu'il est, comme je le pense au niveau des Hauts du Sud, il doit être d'une belle taille."

Cela ne disait rien de bon à Ballas. Personne ne restait dans les Hauts et certainement pas dans une période aussi froide.

" Le feu danse, il y a de l'agitation autour."

Ballas pensait de plus en plus qu'ils avaient bien fait de partir enquêter.

"Mais il y a plus urgent..."

Le visage de Ballas se crispa, le guetteur paraissait réellement inquiet.

" Une petite troupe de rôdeur d'Arnor est passée sur la route. Ils ont croisé le campement de l'Ordre qui se trouve en contrebas sur la route. Ce fut un massacre... Cependant, ceux qui restent au camp ne sont pas les plus malins ni les meilleurs combattant. Un des rôdeurs a été fait prisonnier. Je ne sais pas ce qu'il lui arrivera si on ne le tire pas de là..."


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théseïr
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 20

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: Inconnu
- -:

Dim 6 Jan 2013 - 19:20
Il s'avançait de plus en plus près d'eux, pour s'arrêter soudainement un peu plus haut près d'un arbre. Même à cette distance, on pouvait sentir infiniment l'alcool qu'il avait ingurgité, il vida alors sa vessie.Théseïr poussa un léger soupir de soulagement, visiblement, la douceur que procurait l'hydromel avait suffisamment embrouillé l'esprit de l'individu pour qu'il ne les remarque, ouf... Sous les regards approbateurs de Ballas, il relâcha sa garde tout en gardant en ligne de mire l'ennemi, retournant vers les plaines d'où il était venu. Il est était maintenant hors de vue. Ils entendirent alors un bruit de craquement d'arbres, qu'était-ce encore ? Oh, le guetteur qu'ils attendaient. Celui ci était suspendu dans l'arbre, et semblait y être depuis un bon moment, étant donné qu'il n'avait pas vu d'autre hommes s'attarder dans le coin. Le danger hors de portée, il resta quand même à mis hauteur, au cas où d'autres hommes voudraient se soulager. Ils les saluas doucement. Lui et Ballas entamèrent alors une discussion portant sur les informations que le guetteur avaient récolté. Il semblait que les soupçons étaient bien fondés et que le feu était bien plus grand que prévu. Ils apprirent alors que le feu se situait au niveau de Hauts du Sud, là encore, l’hypothèse était bien fondée.

- Tant mieux, même si le froid qui y réside est glaciale, c'est toujours mieux que les Hauts du Nord.

Il les informa aussi que les flammes trahissait la présence d'agitation non loin. Il fallait être sur ses gardes. Mais le visage du guetteur n'était pas moins crispé après une telle confession, il y avait autre chose, quelque chose le tracassait. Il y avait apparemment quelque chose de plus alarmant que ça dans cette situation, Théseïr fixa le guetteur, attendant la révélation. Un boule invisible frappa alors le ventre du Rôdeur, il se tordit. Des rôdeurs, prient en embuscades, furent décimés. Cette révélation laissa le Rôdeur bouche-bée, il s'effondra par terre, et s'adossa contre le tronc d'arbre. Mais il y avait apparemment eu un survivant. Théseïr bondit de sa place et se rua vers le guetteur.

- Ballas, il faut lui venir en aide, je sais que je ne devrais pas le prendre à coeur mais...

Sa voix se crispa, il ne pouvait en dire plus, de toute façon, il semblait que leur chef de compagnie avait compris ce qu'il avait tenté de lui dire. Ses compagnons étaient pour lui son unique famille, il n'en avait plus eu depuis longtemps, ils l'ont accepté tels qu'il était, c'étaient devenus ses frères d'armes.

- Excusez moi, l'émotion m'a emportée, je ne voudrais pas être un fardeau. Nous continuerons la mission comme vous l'entendez, Ballas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwann Roderik
Garde d’Amon Sûl
Garde d’Amon Sûl
avatar

Nombre de messages : 20
Age : 24

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 22 ans
- -:

Dim 6 Jan 2013 - 19:45
Le jeune homme ne pouvait pas voir ce qu'il se passait devant. Un arbre obstruait son champ de vision. De plus il ne voulait pas regarder par peur de se faire découvrir. En face de lui le rôdeur avait relâché sa garde, mais pourquoi? Il regarda Ballas et crût voir une touche de satisfaction sur son visage. L'air frais de la nuit apporta alors une odeur d'urine aux narines du jeune homme. L'un de ses compagnons avaient-ils fini par se délester de son liquide par peur? Ou étais-ce lui? Par précaution il vérifia mais ce n'était pas du tout lui. Le chef de leur groupe leur fît signe de baisser leurs armes. Surpris car il avait compris qu'un ennemi rôdait pas loin, le jeune s’exécuta sans broncher. Il vit alors Ballas se relever et se diriger vers la route. Le jeune se releva à son tour tout en évitant de se faire repérer. Il vit alors un endroit fraîchement arrosé et comprit que quelqu'un s'était soulagé. Il entendit alors un craquement qui le fît sursauter. En temps normal si il y avait eut un ennemi il serait mort car il n'avait même pas dégainé une arme. Heureusement pour lui ce n'était qu'un ami...

C'était le guetteur dont Ballas avait parlé. Il était perché dans un arbre. Il s'entretenait avec Ballas. Les deux hommes chuchotaient si bas que le jeune homme n'entendit rien et dut se rapprocher.

"... e fut un massacre... Cependant, ceux qui restent au camp ne sont pas les plus malins ni les meilleurs combattant. Un des rôdeurs a été fait prisonnier. Je ne sais pas ce qu'il lui arrivera si on ne le tire pas de là..."

Ainsi donc un rôdeur était captif dans un camp. Il n'avait cependant pas entendu le début de la conversation mais devina qu'il y avait eut un combat opposant rôdeur contre l'ennemi. Le jeune homme n'avait aucune idée de ce que pouvait endurer un prisonnier et il ne voulait pas le savoir. Il espérait qu'il ne serait jamais captif. Tout cela semblait avoir toucher le rôdeur qui les accompagnait et il ne s'en cacha pas.

"Ballas, il faut lui venir en aide, je sais que je ne devrais pas le prendre à coeur mais..."

Cet homme semblait avoir beaucoup d'amour pour ses frères rôdeurs. Il toucha au plus haut point le jeune homme qui fût compatissant à son chagrin.

"Excusez moi, l'émotion m'a emportée, je ne voudrais pas être un fardeau. Nous continuerons la mission comme vous l'entendez, Ballas"

Le jeune qui était derrière lui posa une main réconfortante sur l'épaule de son compagnon. Il était d'accord avec lui, il avait pour devoir de le sortir de là! Mais c'était à Ballas d'en décider.

"Nous devons aller sauver ce rôdeur, c'est l'un des nôtres, on ne peut laisser du monde derrière nous, et il se peut que l'on trouve là bas des indices sur ce que nous cherchons!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Dim 6 Jan 2013 - 20:19
Ballas était d'accord avec ses compagnons. Il savait pourquoi le guetteur lui avait dit. Un rôdeur n'abandonnait jamais un autre rôdeur s'il en avait l'occasion. Ils devaient aider le prisonnier mais ils ne pouvaient se permettre de prendre trop de risques : la mission primait.

" Quoi qu'il arrive nous devons rester de ce côté de la route. Nous ne tiendrions pas plus de deux minutes dans la plaine face à leurs chevaux."

Le vétéran réfléchissait tout haut au meilleur moyen de tirer leur compagnon de là. Il fallait prendre tous les paramètres en compte et éviter de se trouver pris dans le même piège. L'opération devrait être rapide et discrète. Il se tourna vers le guetteur.

" Où est t'il dans le campement ?"

L'autre remonta dans l'arbre avant de redescendre.

" Il est à l'écart, de ce côté ci de la route... Ils lui ont enlevés la plupart de ses vêtements et ses armes. Tout est mis dans un tonneau à quelques mètres de lui."


Cela n'allait pas faciliter la tâche. Par le froid qui courrait, il ne servait à rien de le sauver s'ils n'avaient pas de vêtements à lui donner. La mort le prendrait tout aussi vite. Néanmoins, le fait qu'il soit un peu à l'écart de la route risquait de faciliter les choses.

" Nous devrons être rapides. L'un d'entre nous devras aller chercher ses vêtements. L'autre devra le libérer tandis que le troisième couvrira notre retraite."

Il était envisageable de s'en tirer sans trop de dommage pour peu que tout roule. Mais s'aventurer à deux dans le campement allait multiplier les risques de se faire repérer.

"Je m'occuperai d'aller chercher ses affaires. Elles sont le plus loin dans le campement. Théséïr vous sentez-vous capable d'aller libérer le rôdeur ? Et vous jeune homme, pourrez-vous nous couvrir ?"

Il pensait la répartition adéquate, le jeune garde semblait doué à l'arc et cela serait utile s'il fallait intervenir rapidement.

" Je propose de partir en premier, une fois arrivé près des vêtements, je ferai un ullulement de chouette. A ce cri, Théséïr ira libérer le rôdeur. Il lui faudrait une diversion..."

Ballas coinçait sur ce point, il fallait réussir à laisser le champ libre pour que Thésïr puisse approcher le prisonnier et le défaire de ses liens.


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldanar
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 9

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunedain
- -: 55 ans
- -:

Dim 6 Jan 2013 - 22:49
<<_Mauvaise posture hein ? >>

Ça, il pouvait bien le dire ! Eldanar redressa légèrement sa tête et aperçut son interlocuteur. Il s‘agissait d’un grand homme blond aux cheveux longs, à la barbe virile et aux épaules carrées. Son visage, bardé de cicatrices témoignait d’une longue vie de combattant et sa voix, grave et froide à la fois en aurait fait frémir plus d’un. Mais pas Eldanar. Non, le rôdeur, lui en avait assez vu pour toute une vie. Il avait vécu et expérimenté des choses que certaines personnes n’auraient même pas supporté en cauchemar. L’odeur de la sueur, du sang et de la mort le hantait toujours, tandis qu’il revoyait ces milliers de cadavres qui pourrissaient à la chaleur d’un soleil de plomb. Ce cri lancé par les hommes qui perdaient la vie et ces blessés qui, au sol, gémissaient et appelaient leur mère il ne l’oublierait jamais. Cette sensation intense de chaleur provoquée par un sang qui coule sur vos mains et que n’était même pas le sien, ces étincelles produites par les épée qui s’entrechoquent et ces bruits des cordes tendues des arcs qui se relâchent pour donner lieu à un spectacle de mort. Toutes ces choses atroces, Eldanar les avait vécu. Il avait côtoyée la mort et en avait fait une proche amie. Celle-ci ne l’effrayait plus depuis bien longtemps. Aux côtés de l’homme, se tenait également un elfe à l’air mauvais. Le jeune Dunedain en avait combattu et tué des comme lui et sa soi-disant « pureté » dû à sa race ne l’effrayait en aucun cas. Cette aura intimidante que possédaient les elfes s’est envolée en même temps que leur noblesse, leur innocence et leur crédibilité lorsque, dans un élan de folie, ils tentèrent une conquête de la Terre-du-Milieu basée sur la haine et la ségrégation raciale. Alors, tout les Peuples Libres s’étaient ligués contre eux et les avaient écrasés au seuil de la capitale gondorienne. Eldanar s’en rappelait très bien puisqu’il y avait participé lui-même. Pour simple réponse à l’homme : il ricana. Puis, en manœuvre d’offensive psychologique, celui-ci cracha juste à côté de Eldanar.

* Répugnant *, pensa-t-il.

Peu de temps après cette simple altercation, un autre homme apparu du bois. Il portait une armure aux blasons que le Dunedain n’avait jamais vu. Qui étaient ces hommes ? Que voulaient-ils ? Et, surtout, pourquoi avoir attaqué une patrouille de l’Arnor ? Savaient-ils au moins ce qu’ils venaient de faire ? En comprenaient-ils les conséquences ? Ils venaient de tuer des hommes au service de Roi et cet acte n’était pas sans pardonnable. Ils venaient de déchaîner le courroux de tout un royaume. Ils ne pouvaient être de simples brigands, ils étaient trop bien organisés et équipés pour cela. Ce devait être encore une nouvelle faction de malfrats subventionnés par un riche noble qui trouvait que sa vie manquait d’action. Si Eldanar survivait à tout cela, il se fit la promesse de les combattre tous, jusqu’à ce qu’ils soient totalement éliminés de la surface de ce monde.

<<_Si tu ne veux pas que ça devienne pire, dis moi qui tu es, d'où tu viens et ce que tu fais sur cette route ... >>

Ce fut de nouveau l’homme blond qui parla, cette fois de façon plus directe, au rôdeur. Que ça devienne pire ? Comment cela pouvait être pire ? La mort ? La mort serait une libération ! La torture ? Le froid engourdissait maintenant tellement ses membres qu’il ne sentirait rien du tout. Alors, il se contenta de rire. Pas un rire gras et grossier ou encore un petit rire nerveux, c’était là un rire bien simple, comme ceux qui lui arrivait dans lancer devant une bonne blague ou devant une imitation ridicule de l’un de ses supérieurs par ses frères d’armes. Il redressa alors la tête et regarda l’ennemi droit dans les yeux et dit sur un ton calme :

<<_Qui croyez vous être … ? Si seulement vous saviez ce que vous venez de faire … non, vous ne savez rien du tout de toute façon. À tous autant que vous êtes, je vous fait annonce : votre mort est imminente … >>

Cette dernière déclaration eût pour effet de soutirer quelques rires parmi l’assemblée maintenant grandissante autour de lui.

<<_Peut-être que ce ne sera pas moi qui aura le plaisir de vous ôter la vie. Ce sera un autre qui me vengera. Toute votre vie, vous ne serez jamais en paix. Vos visages sont maintenant bien ancrés dans mon esprit. Si je survis, je vous combattrai tous, vous et les vôtres, jusqu’à ce que vous ne soyez plus. Messieurs, vous vous êtes frottés à une puissance qui dépasse votre imagination ... >>


Dernière édition par Eldanar le Dim 6 Jan 2013 - 23:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Dim 6 Jan 2013 - 23:27

Sellig éclata d'un rire sans joie. Il n'était sans doute pas le plus convaincu des membres de l'Ordre de la Couronne de Fer, mais il avait tout à fait conscience que les choses changeaient et que la victoire était imminente. Il avait su intelligemment mettre ses talents guerriers au service des vainqueurs.

" Menaces en l'air mon jeune ami. "

Il s'approcha d'Eldanar, l'air sombre. Il ne sentait pas bon du tout, une odeur de mal lavé, de transpiration et de nourriture. Il ne devait pas avoir changé souvent ses vêtements depuis qu'il montait la garde autour d'Amon Sul.

" Tu penses sans doute que ton Roi viendra me botter les fesses ? Avec tous ses chevaliers et ses fidèles rôdeurs ? "

Il se mit alors à rire à gorge déployée, il n'avait jamais aimé Aldarion et l'Arnor en général. Il l'avait jadis cotoyé dans le Nord quand il faisait ses classes et le jeune prince avait laissé un souvenir amer à Sellig. Aldarion était jeune, beau, noble et droit... Sellig quant à lui n'était qu'un rustre sans éducation qui confondait "rôdeur" et "pilleur". Il s'en était fallu de peu pour que l'aventure tourne mal pour celui qui était par après devenu mercenaire.

" Ton Roi me semble momentanément incapable de faire quoi que ce soit pour toi... il est comme un rat dans un trou attendant que le chat parvienne à l'en déloger. Et ça viendra bien assez tôt..."

Eldanar ne pouvait pas comprendre ce que lui disait son geolier qui adorait visiblement les énigmes.

" Bientôt un nouveau Roi viendra, et c'est de fleurs qu'il me couvrira..."

Sellig ponctua sa phrase d'un sourire mauvais. L'elfe à côté de lui ne bougeait pas, impassible. Tout cela n'aidait pas beaucoup leur mission mais Sellig avait besoin d'un peu profiter de la situation. Un homme rondouillet et à l'allure peu amène s'approcha des deux hommes qui interrogeaient Eldanar.

" La bouf' est prête Quanti.."
"Canthui imbécile !"


Il leva la main tandis que l'autre se recroquevillait d'instinct.

"On arrive. Tiens moi une assiette au chaud."

Il se tourna à nouveau vers Eldanar, toujours attaché à son piquet.

" A propos de chaud..."

Il s'éloigna un peu, se dirigeant vers un petit feu sur lequel une petite marmite réchauffait. La saisissant d'une main il se dirigea à toute vitesse vers Eldanar, lui lançant un liquide chaud sur le corps. La froideur environnante ne faisait qu'accentuer la douleur tandis que l'humidité promettait bien des souffrances au rôdeur. De plus, le liquide dégageait une odeur infâme.

" Voilà de quoi réfléchir d'ici à ce que j'ai fini de manger... "

Abandonnant le rôdeur à son triste sort, Sellig s'éloigna vers l'endroit où tous ses hommes s'étaient rassemblés pour manger une infâme potée. Eldanar était prévenu : s'il s'obstinait à ne pas parler il risquait fort de passer une très mauvaise nuit.


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théseïr
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 20

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: Inconnu
- -:

Dim 6 Jan 2013 - 23:31
A son grand réconfort, ses compagnons n'ignorèrent absolument pas la demande et les préoccupations du Rôdeur, ils avaient l'air même de se sentir autant déstabilisés. La main réconfortante du jeune garde vint se poser sur l'épaule de Théseïr, celui-ci n'était peut-être pas le plus expérimenté des soldats qu'il avait connu, mais s'était un homme de valeur, et rien que ce geste le prouvait.

- Hantalë.

Ils étaient maintenant fixés, ils poursuivraient la mission tout en tentant une opération de secours au jeune rôdeur prisonnier. Mais plusieurs inconvénients amenèrent aussitôt les quatre compères à la réflexion. Tout d'abord, le rôdeur se trouvait dans le camp des soldats de l'Ordre, ce qui était déjà un lourd problème. En plus de cela, son équipement était conservé un peu plus loin qu'il n'était. Ils vinrent très vite à la problématique, comment allait-il attirer l'attention des soldats pour pouvoir porter secours à leur compagnon ? Les postes étaient déjà établis, Ballas, le chef de la confrérie, s'occuperai de l'équipement du rôdeur, Théseïr se précipiterai le délivrer, et le jeune garde couvrirait leurs arrières. La mission était risquée, déjà qu'a la base, l'accomplir ne serait pas chose aisée, mais là, ce serait un miracle que tout fonctionne à la perfection, ils n'allaient pas abandonner un frère d'armes aux mains de ces horreurs. Mais maintenant, il fallait trouver une diversion, quelque chose pour attirer leur attention...

- Et si nous provoquions un incendie ?

Il avait parlé trop vite. A cette saison, les temps est humide et les arbres ne prennent pas facilement feu, de plus, ils seraient repérés directement si celui-ci met trop de temps à se réaliser. Il fallait trouver autre chose. C'était mission impossible.

- Il faudrait que quelqu'un attire l'attention sur lui, qu'il capte leurs attentions.

Théseïr réfléchit et se rappela soudain une ruse qu'il avait utilisé avec son groupe de rôdeur, quand il était plus haut dans le Nord.

- Il faut que l'un d'entre nous, je propose, étant donné que nous trois sommes déjà affectés à une tâche, le guetteur dispose trois feux, de plus en plus écartés et loin du camp. Il devrait ensuite les allumer au fur et à mesure qu'ils se rapprochent de lui. Cela attirait forcement leurs attentions. Ils ne décamperont pas tous, mais un bon nombre je pense.

Effectivement, créer un incendie à partir d'une forêt en hiver et par ce temps est peine perdue, mais par contre, des feux de camp produisant assez de fumée pour attirer ces imbéciles hors de leur campement serait très pratique. Il guettait à présent la réaction de ses compagnons, et surtout celle de Ballas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Lun 7 Jan 2013 - 13:43
Ballas secoua la tête, l'idée n'était pas mauvaise mais il ne pouvait se permettre de compromettre le guetteur. Il devait éviter que celui ci se fasse repérer et c'était bien le risque que faisait courir le plan de Théseïr.

"Ce plan est astucieux mais... la priorité reste la sécurité d'Amon Sul. Nous ne pouvons donc pas compromettre un guetteur, même pour sauver un soldat d'Arnor."

Ces mots étaient difficiles à prononcer mais il les savait nécessaires et justes. Il appartenait à un ordre qui était habitué à ce genre de sacrifice. Il savait que sa vie aussi ne valait pas grand chose face au poids du devoir.
Alors qu'ils tentaient de réfléchir à un moyen de faire diversion, un cri retentit en provenance du camp.
Aussitôt, le guetteur remonta de quelques mètres dans l'arbre avant de redescendre.

" Je ne sais pas ce qu'ils ont fait, mais dans tous les cas je pense que votre sauvetage n'arrivera pas trop tôt. Cependant, tous les gardes sont rassemblés à l'autre extrémité du camp pour manger. Ils ne devraient pas rester des heures mais voilà peut être notre chance..."

Ballas acquiesçât. Ils n'auraient pas deux fois la même chance et il devait se dépêcher. Sans un mot de plus, il détacha son carquois ne gardant que son épée et son poignard. Il tendit l'arc et les flèches à Erwann.

" Garde les près de toi. Mon arc ne vaut certainement pas le tien mais je serais fort fâché d'avoir à m'en passer dans les aventures qui nous attendent."

Il détacha le chiffon qu'il avait noué autour de son visage et en enroula la poignée de son épée. Il sortit d'autres morceaux de tissus avec lesquels il camoufla toutes les pièces métalliques de son armure. Enfin, il saisit un peu de neige qu'il mélangea avec de la terre pour obtenir une boue sombre qu'il s'étala sur son visage balafré.

" Jeune garde... va te positionner où tu peux pour nous couvrir. Ulule quand tu es prêt. Quand je t'entendrai je me faufilerai dans le camp. Dès que j'aurais récupéré le matériel j'ululerai à mon tour. Théseïr soyez prêt à agir."

Il s'éloignait déjà du petit groupe quand un élément lui revint en mémoire.

" Quoi qu'il arrive la mission prime sur chacun de nous. Toi,"il désigna le garde, "ne te mêle pas de corps à corps s'il s'en fait un. Quitte l'endroit si ta situation est menacée et va faire ton enquête prêt des feux."


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwann Roderik
Garde d’Amon Sûl
Garde d’Amon Sûl
avatar

Nombre de messages : 20
Age : 24

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 22 ans
- -:

Lun 7 Jan 2013 - 14:31
Le jeune homme sentait l'adrénaline et la peur monter en lui. Le combat semblait approcher à grand pas. Il n'avait pas le droit à l'erreur, elle serait fatale pour le prisonnier, ses compagnons et lui-même. Ballas et le rôdeur débattait sur la stratégie à adopter. Le jeune garde d'Amon Sûl préféra ne pas intervenir et laisser ses aînés ayant de l'expérience dans ce domaine s'en occuper.

"ll faut que l'un d'entre nous, je propose, étant donné que nous trois sommes déjà affectés à une tâche, le guetteur dispose trois feux, de plus en plus écartés et loin du camp. Il devrait ensuite les allumer au fur et à mesure qu'ils se rapprochent de lui. Cela attirait forcement leurs attentions. Ils ne décamperont pas tous, mais un bon nombre je pense."

Le plan semblait correct mais le fait d'allumer des feux risquaient de compromettre cette tentative de libéré le prisonnier. En effet les gardes seraient alarmés et se douteraient de quelque chose. Il fallait trouver autre chose. D'ailleurs Ballas semblait penser la même chose.

"Ce plan est astucieux mais... la priorité reste la sécurité d'Amon Sul. Nous ne pouvons donc pas compromettre un guetteur, même pour sauver un soldat d'Arnor."

La fin de cette phrase sonna comme un marteau martelant une enclume. Il est vrai que même pour un compagnon, la sécurité du pays est plus importante. Le sacrifice d'un homme pouvait en sauver des dizaines de milliers. Mais on ne pouvait le laisser au main de l'ennemi. Un tapage se fît au camp ennemi. Le guetteur leur signala que les hommes du camps s'était rassemblé à une extrémité pour pouvoir manger et il avait raison c'était sans doute leur chance. Ballas semblait s'être décidé, on allait agir maintenant. Il se tourna vers le jeune homme qui fût légèrement surpris par ce qui suivit.

" Garde les près de toi. Mon arc ne vaut certainement pas le tien mais je serais fort fâché d'avoir à m'en passer dans les aventures qui nous attendent."

Le jeune garde le prit dans ses mains et s'inclina légèrement. Certes son arc était de grande qualité mais celui de Ballas était aussi un bel arc!

"Je te le redonnerai quand tu reviendras, il est entre de bonnes mains."

Le chef du groupe, Ballas, se barbouilla le visage de boue pour obscurcir ses traits et éviter d'être repérer. Le jeune homme lui, releva son foulard bleu marine jusqu'à son nez et mis sa capuche de la même couleurs. Il passerait ainsi inaperçu et seules ses pupilles brillant à la lueur de la lune pouvaient trahir sa présence.

" Jeune garde... va te positionner où tu peux pour nous couvrir. Ulule quand tu es prêt. Quand je t'entendrai je me faufilerai dans le camp. Dès que j'aurais récupéré le matériel j'ululerai à mon tour. Théseïr soyez prêt à agir."

Le jeune homme allait s’élancer quand Ballas lui rappela quelque chose.

" Quoi qu'il arrive la mission prime sur chacun de nous. Toi," Ballas s’adressa directement à Erwann "ne te mêle pas de corps à corps s'il s'en fait un. Quitte l'endroit si ta situation est menacée et va faire ton enquête prêt des feux."

"Bien..."

Le jeune homme parti à vive allure puis ralentit pour finalement devenir aussi furtif que possible. Il se trouva une position parfaite. Il prît son arc et planta cinq flèches dans le sol gelé. Puis il ulula...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théseïr
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 20

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: Inconnu
- -:

Lun 7 Jan 2013 - 15:22
L'idée avancé par Théseïr ne donna pas suite. En effet, ses deux compagnons avaient rejette sa proposition, l'idée de compromettre le guetteur n'était pas la bienvenue et mettait en péril la sécurité de la tour. Effectivement, en y réfléchissant bien, il était le seul point d'information entre ce qui se passe ici et Amon Sûl, il devait garder sa position. La solution vint d'elle même quand les quatre hommes entendirent un cri effroyable provenant du campement de l'Ordre, ils ne savaient ce que cela signifiait, mais certainement rien de bon. Finalement, les troupes ennemies s'étaient réunies à l'opposé de la position du captif pour casser la croûte. Opportunité qu'il ne fallait pas laisser passer, leur bonne étoile venait tout juste de leur laisser une chance.

- Très bien, saisissons nous de cette occasion.

Tout en finissant les derniers préparatifs en vitesse, les trois soldats se préparèrent comme ils le devaient. Le Rôdeur sorti alors ses poignards rangés dans son cas pour enfin se les répartir à des endroits stratégique de sa tenue, rien n'était laissé au hasard. Il sorti des bouts de tissu qu'il plaça à sa ceinture, en cas de blessure. Il était fin prêt. Sa tâche consistait à libérer le rôdeur. Ballas et le jeune homme se mirent en route pour se placer et donner le signale. Théseïr, les voyant partir prononça quelques mots.

- Anar caluva tielyanna, namarie.

Il s'élança alors un peu à l'écart du camp, à une bonne distance pour ne pas être repéré, juste assez pour rapidement venir détacher les liens du prisonnier. Il savait que tout se jouerait dans pas longtemps, le laps de temps qu'ils auraient pour accomplir le sauvetage serait mince, et les chances d'échouer importantes.

- J'espère qu'ils y arriveront, j'ai confiance en eux.

Il les guettait de loin, jusqu'à ce qu'il ne puisse plus les voir, à cause de leurs camouflage. Il fallait attendre le ululement de Ballas pour qu'il puisse intervenir, si les choses tournait mal, il ne manquerait pas d'aller leur porter secours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldanar
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 9

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunedain
- -: 55 ans
- -:

Mar 8 Jan 2013 - 22:19
<<_Menaces en l’air, mon jeune ami. >>

Menaces en l’air ? Sûrement pas. Dans un soupir d’exaspération et de déception, le Dunedain comprit que l’homme à la forte carrure n’avait guère compris ses propres actes et la portée que ceux-ci pouvaient avoir.

<<_Tu penses sans doute que ton Roi viendra me botter les fesses ? Avec tous ses chevaliers et ses fidèles rôdeurs ? >>

* Exactement *, pensa Eldanar, un petit rictus moqueur en coin.

Tandis que son agresseur éclatait d’un rire gras, le Rôdeur désespérait en voyant ses chances de survie diminuer petit à petit. L’avoir ainsi insulté n’était peut-être pas la meilleure solution, mais mieux valait mourir en homme honorable, que de vivre avec le poids de la soumission et de la honte.

<<_Ton Roi me semble momentanément incapable de faire quoi que ce soit pour toi... il est comme un rat dans un trou attendant que le chat parvienne à l'en déloger. Et ça viendra bien assez tôt ... >>

* Ça, c’est ce que tu crois, gros rustre ! *

<<_Bientôt un nouveau Roi viendra, et c'est de fleurs qu'il me couvrira ... >>

Un nouveau roi ? Quelle était cette mauvaise blague ? Il y n’y aurait qu’un seul roi auquel le peuple de l’Arnor obéirait, et c’était bien le seigneur Aldarion. Personne d’autre. Cependant, cette dernière altercation avec le bandit nordique laisse un frisson parcourir le dos du Dunedain. Quelle allait être encore cette menace ? Le brigand avait parlé d’un nouveau roi … intéressant. Alors c’était cela, leur but ? Le trône ? Croyaient-ils qu’ils allaient l’obtenir si facilement ? Ne se doutaient-ils pas que chaque homme capable de tenir une arme laisserai sa vie, plutôt que de céder ce privilège à autre que qui de droit ? Chaque citoyen du royaume préfèrerait la mort à ce déshonneur. Ils choisiraient tous de mourir debout, plutôt que de vivre à genoux. Cependant, Eldanar ne s’en faisait pas moins. Ce qu’il croyait n’être au début qu’une simple faction armée servant un seigneur peu scrupuleux, s’est avérée être une véritable coalition de peuples aux intentions lugubres. S’il survivait, Eldanar devrait parler au roi, de toute urgence.

Soudain, tandis qu’il avait totalement omis d’observer ses geôliers, une douleur atroce le ramena à la réalité. Le contact du liquide brûlant sur sa peau glacée arracha un gémissement de douleur à Eldanar. Ce choc thermique était terrible et la sensation douloureuse d’une morsure était accentuée par une température incroyablement basse. Comme pour rajouter à la souffrance, le liquide dans lequel il baignait dégageait une odeur de putréfaction. L’air était maintenant nauséabond et tandis que la sensation de brûlure passait, sa peau humidifiée ne faisait qu’être plus sensible à la caresse d’un vent froid et meurtrier …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Mer 9 Jan 2013 - 23:29
Ballas s'était faufilé sans trop de peine à travers les bois qu'il connaissait bien. Le camp de l'Ordre n'était pas bien gardé. Ils s'attendaient plus à une attaque massive qu'au passage de quelques hommes. De plus, ils pensaient que si quelqu'un tentait de quitter Amon Sul il le ferait plus probablement par le Nord.
Le camp n'était donc pas fortifié et il s'agissait plutôt d'un amas de tentes sales, de barrières pour garder les chevaux et de petits feux mal entretenus. L'ensemble était disposé de part et d'autre de la Grande Route de l'Est qui était nettement mieux entretenue depuis le retour d'un Roi à Annuminas.
Le rôdeur avait repéré le tonneau dans lequel les affaires du captif avaient été entassées. De loin il avait repéré une épée de bonne facture que l'homme risquait de vouloir récupérer. Il avait du contourner le camp par le côté opposé à celui auquel tous les hommes étaient rassemblés pour manger. Le retour allait devoir se faire par le même chemin s'il voulait éviter de se faire repérer. Ballas vérifia une dernière fois la route et s’avançât jusqu’au tonneau, slalomant entre les tentes. Sans traîner, il emballa l'arme dans les vêtements chauds du soldat d'Arnor et se prépara à faire entendre le signal à Théséïr avant d'entamer son chemin de retour.
Cependant, tandis qu'il vérifiait le chemin, il entendit un mouvement en provenance d'une tente qu'il venait d'éviter soigneusement. Mal placée, son entrée était située juste en face du piquet auquel le rôdeur était attaché. Il se déplaça de quelques pas pour mieux voir à l'intérieur.
Un homme était assis dans la tente, le regard fixé sur le captif, emmitouflé dans une lourde couverture. C'était certainement plus confortable pour monter la garde, cela avait d'ailleurs failli se révéler très efficaces et il avait fallu beaucoup de chance pour que Ballas ne se trouve jamais dans son champ de vision.
Il allait falloir adapter la mission. Ballas allait rentrer près des deux autres, leur confier les armes et trouver une solution pour s'occuper à la fois du prisonnier et de son gardien.
Alors qu'il s’apprêtait à reprendre le chemin inverse, une chouette ulula. Ce n'était pas le signal, ce n'était d'ailleurs pas un signal... c'était simplement un oiseau qui mettait à mal tout leur plan. Jamais Théséïr ne pourrait faire la distinction entre les deux et il allait aller libérer le rôdeur sans être conscient du danger. Ballas se maudit de ne pas avoir pris le temps d'étoffer son code, de mettre en place un signal pour arrêter l'opération.
C'était trop tard et il allait devoir trouver une solution très rapidement.


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théseïr
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 20

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: Inconnu
- -:

Sam 12 Jan 2013 - 22:11
Il faisait de plus en plus froid, à mesure que le temps passait. L'équipement de Théseïr avait pour usage de lui tenir chaud, mais, par ce temps, il n'était pas d'une grande utilité. Il attendait, impassible, dans le noir, le moindre signal ou mouvement brusque. Dans quelques instants, il devrait se faufiler vers le campement ennemi et libérer le rôdeur captif. Bien sûr, la tâche serait plus compliquée que l'énoncé, il faudrait se faufiler discrètement sans attirer l'attention et faire preuve d'une grande rapidité. C'était surement à sa portée, mais, dans les circonstances présentes, le doute n'était pas écarté, et les craintes non lointaines. Quelques instants après que ses amis se soient placés, il entendit le premier ululement qui devait être celui du jeune soldat, il se prépara donc à entrer en scène. Le second signal se fit plus réel, Ballas avait un don pour reproduire le son exact d'une chouette. Il se leva donc et se faufila vers l'entrée Est du campement, celui ci était désert, il pouvait entendre d'ici la joyeuse troupe se ravitaillant en boissons et nourritures de toutes sortes. Il détourna alors son attention du groupe pour se reconcentrer sur son objectif. Quelques objets obstruait sa route, mais il n'avait pas de mal à les éviter. Arrivé à un certain point, il pouvait voir le rôdeur attaché à un pilier. Il était temps, c'était le moment idéal pour opérer, mais un signe inquiétant se laissait percevoir, où était passé Ballas ? Il aurait normalement eu le temps de s'occuper des affaires du prisonnier pour revenir au point de rendez-vous. Ce changement de plan laissa perplexe le Rôdeur quelques instants. Mais dans des moments comme ceci, il faut savoir agir vite et prendre des initiatives. La mission primait, mais le détenu pouvait leur apprendre quelques renseignements sur leurs ennemis. Il s'avança donc à croupi et lentement vers son but. Le rôdeur semblait mal en point, quelques côtes brisées surement, ainsi que pas mal de blessures au visage, il avait visiblement été torturé. Il se précipita alors, tout en finesse, près du compère tout en lui murmurant quelques mots.

- Nous sommes arrivés mon frère.

Mais quelque chose d'autre attirait le regard distrait du prisonnier. Il ne s'était visiblement pas remit de ses émotions, mais c'était plus que cela. Il fixait vaguement quelque se situant en arrière plan, derrière Théseïr. Doucement, le Rôdeur se retourna et laissa apercevoir sa pire crainte. Une brute, d'une grande musculation et faisant une bonne taille, se tenait derrière lui. L'air menaçant, il avait sans doute repéré le Rôdeur dès qu'il s'était approché du captif. C'était trop tard, il pourrait à tout moment avertir ses compagnons et les trois amis finiraient dans la fosse se trouvant un peu plus loin, sans leurs têtes respectives évidemment. Il fallait réagir vite, ne pas lui laisser le temps de souffler dans son cor. Pris d'une source d'impulsivité, le Rôdeur s'élança sur sa cible en le serrant brutalement par la taille, essayant vainement de le faire tomber. L'ennemi était visiblement plus coriace que prévu, et la situation n'étant pas à son avantage, la brute retourna le Rôdeur qui atterri sur le sol. Théseïr sentait que sa respiration était bloquée, il connaissait bien cette prise. Si il ne réagissait pas rapidement, il mourrait d'étouffement. Il se frappa fort l’estomac, ce qui libéra ses poumons le laissant finalement goûter à l'air frais. Mais le mastodonte était visiblement plus rapide que le Rôdeur, il plaça alors son pied sur son torse, ce qui le maintenait à présent immobile. Il fallait trouver une solution, si ses amis n'intervenaient pas rapidement, tout espoir serait perdu, s'il ne l'était pas déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwann Roderik
Garde d’Amon Sûl
Garde d’Amon Sûl
avatar

Nombre de messages : 20
Age : 24

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 22 ans
- -:

Lun 14 Jan 2013 - 22:34
Le jeune homme avait trouvé une position parfaite. Il voyait le camp adverse à la perfection, rien ne gênait son champs de vision. Il faisait un froid glaciale, il n'aurait pas dit non pour allumer un bon feu! Mais en cet instant c'était pure folie que de faire ça. Il se frictionna les mains et souffla à l'intérieur. Ceci ne permit pas de les réchauffer mais il sentit à nouveau le sang circuler. La mission suivait son cours.
Il vît Ballas progresser. Par précaution, le jeune garda enclencha une flèche prêt à lâcher son dard à la moindre incartade.
Il jeta un coup d'oeil vers les gardes rassemblés pour manger. Ils n'étaient pas prêt de finir. Ils festoyaient et l'alcool coulait. Il se concentra à nouveau sur ses compagnons. Ballas progressait quand il s’arrêta net. Mais pourquoi? Un ululement se fît entendre. Pourquoi Ballas donnait t'il le signal alors qu'il n'était pas encore arrivé à son objectif? Quelque chose n'allait pas. Le rôdeur entama alors sa progression. Le jeune homme avait du mal à le distinguer dans pénombre mais parvint à le retrouver lorsqu'il arriva au niveau du prisonnier. Il allait le détacher quand soudain il se retourna. Un colosse s'approchait de lui. Le jeune homme n'avait jamais vu un tel monstre de toute sa vie, il était norme même de loin! Le rôdeur se jeta sur lui mais fût rapidement mit à bas. Le jeune garde avait confiance. Son compagnon était un homme fort et expérimenter. Cependant la brute, qui était assez rapide, le prit de vitesse et l’immobilisa au sol. Le jeune homme ne savait plus quoi faire. Ils étaient découvert et le plan était compromis. Il se rappela les paroles de Ballas avant de partir exécuter le plan.

" Quoi qu'il arrive la mission prime sur chacun de nous. Toi ne te mêle pas de corps à corps s'il s'en fait un. Quitte l'endroit si ta situation est menacée et va faire ton enquête prêt des feux."

Pour autant qu'il le sache il n'avait pas été découvert. Il pouvait agir. Il se releva, banda son arc et visa. Il devait faire attention à ne pas louper sa cible car sinon l'alerte serait donnée et tout espoir de libérer le prisonnier et de sauver le rôdeur s'envolerai! Il ralentit sa respiration, malgré le froid une légère goutte de sueur perla sur son front, il était stressé et remplit d'adrénaline. Puis il lâcha son dard. La corde de l'arc vibra. Le trait parti droit dans la direction de la brute et du rôdeur. Mais dans cette nuit et à cette distance, allait-il toucher sa cible? Il espérait simplement ne pas louper. La scène semblait se jouer au ralenti. Il ne savait pas s'il devait partir et accomplir la mission ou si il devait rejoindre ses amis l'arme au poing. Un tas de questions fusaient dans sa tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Mer 16 Jan 2013 - 14:35
Le garde avait assez facilement réussi à terasser Théséïr. C'était une montagne de chair et d'os fait pour la lutte. Alors qu'il maintenait son pied sur le pauvre rôdeur, il saisit le petit cor qui pendait à sa ceinture et l'approcha de sa bouche pour sonner l'alerte. Ils allaient bientôt pouvoir faire une collection de rôdeurs.
Alors qu'il s'apprêtait à sonner un sifflement précéda une douleur aigue : une flêche venait de se planter dans son bras. Il lâcha instinctivement son corps et hurla, relachant également sa pression sur Théséïr.

"AUUUUXX AAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRRgglllll...."

La brute n'avait pas eu le temps de terminer sa phrase. Derrière lui, se faufilant comme un chat, Ballas avait saisit l'occasion d'abreuver sa lame du sang ennemi. Il avait traversé le campement au pas de course et s'était approché par derrière. D'un coup vif et bien placé il avait tranché la gorge de son ennemi.

Cependant, il était arrivé trop tard, le remue ménage créé par l'affrontement, le cri du garde lorsque Erwann l'avait blessé avec sa flêche et son cri d'alerte avaient finis par réveiller l'ensemble du camp. Des cris sauvages s'élevaient de l'autre bout du campement. Des hommes se rapprochaient en hurlant l'épée au poing. Ils n'avaient que quelques minutes pour sauver la situation.

Sans prendre le temps de nettoyer son épée, Ballas glissa au sol et trancha les liens du rôdeur.Il lui tendit ses vêtement, son épée et son armure.

" Théséïr aidez le... qu'il enfile le minimum pour ne pas mourir de froid."

Il se redressa, l'arc de l'étranger à la main. Un premier homme s'approcha qui reçut pour accueil une flèche dans le ventre. Derrière Ballas, les deux rôdeurs s'agitaient, tentant de faire au mieux et au plus vite.

Un deuxième homme s'approcha qui reçut exactement le même traitement. C'étaient certainement ceux qui venaient du plus près. En effet, derrière eux, un groupe beaucoup plus conséquent s'approcha. Une flêche qui venait sans doute d'Erwann en abattit un premier. Ballas fit de même. Malgré tout, il restait encore une dizaine d'hommes l'arme au poing.

"On dégage !"

Le vétéran remit l'arc du rôdeur dans son carquois et sorti son épée. Théséïr et le prisonnier suivaient, l'arme au poing.
Ils couraient à toute vitesse vers la forêt. Régulièrement, ils entendaient un adversaire crier, touché par une flèche. Soudain alors qu'ils arrivaient près de la forêt, un groupe de deux ennemis en sorti.

"Je retiens les autres, occupez-vous de ceux là !"


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théseïr
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 20

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: Inconnu
- -:

Mer 16 Jan 2013 - 15:55
Il sentait son heure arriver, la lame du colosse frola de quelques millimètre la gorge du Rôdeur, puis la gardant fermement braqué sur Théseïr, il saisit son cor dans lequel il s'apprêtait à souffler dedans pour sonner l'alerte. Mais aucun son ne sorti de l'instrument, seulement un cri affreusement grave signalait que la brute venait d'être blessé. Il savait alors que ses compagnons avaient préféré lui porter secours que fuir. C'était très généreux de leurs parts, mais il faudrait mieux qu'un seul d'entre eux soit prisonnier, voir mort, que tout le groupe. Mais avait-il sous-estimé l’efficacité de ses amis ? Probablement étant donné que Ballas, le chef de la compagnie, s'était faufilé discrètement et rapidement derrière la masse, pour lui asséner un coup fatal porté au niveau du cou, lui ôtant la vie. Rapidement, Théseïr se dégagea et sorti l'épée de son fourreau. Si il avait été sauvé, il n'étaient pas sortis d'affaire pour autant, tout le camp avait remarqué leur présence, et ce n'était pas un, mais une vingtaine de soldats qui se ruaient vers eux arme à la main. Théseïr eu juste le temps de remercier ses camarades par un salut de la tête, et se précipita vers le captif pour le couvrir d'un minimum de ses vêtements. Mais quelques hommes, plus rapide que leurs frères, se trouvaient déjà à leur niveau. Il se retourna alors vers l'un d'eux, pour lui planter l'arme dans son coeur. Mais c'était maintenant toute la troupe qui arrivait à grands pas, et Ballas fit signe aux deux autres de fuir. Théseïr s'empara de l'épaule du prisonnier, et s'élança dans les plaines, en direction de la forêt. Heureusement, leur démarche était plus légère et plus rapide que celle de leurs poursuivants, et ils ne tardèrent pas à mettre quelques longueurs d'écarts, néanmoins facilement rattrapables.

- La forêt n'est plus très loin mes amis ! Tiens bon mon frère.

Mais à quelques mètres de leur objectif, sortir alors un groupe de deux ennemis, ils étaient encerclés.

- Ils ne tarderont pas à nous rattraper Ballas !

Il fallait donc organiser les postes, lui et le jeune garde s'occuperait du groupe des deux hommes, tandis que le chef du groupe retiendrait la troupe qui s'approchait à grand pas. Ils étaient donc décidés. Théseïr empoigna donc son épée, et commença la bataille dans laquelle il s'était engagé contre son ennemi. Les coups fusaient, tantôt il le dominait, tantôt il était dominé. A un moment, quand il vit que Ballas ne contiendrait plus le nombre d'assaillants, l'épée du Rôdeur se dirigea droit vers la gorge de l'ennemi, il avait trouvé la faille ! Un instant plus tard, la tête de la brute gisait sur le sol, il avait gagné son combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwann Roderik
Garde d’Amon Sûl
Garde d’Amon Sûl
avatar

Nombre de messages : 20
Age : 24

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 22 ans
- -:

Mer 16 Jan 2013 - 16:20
Le jeune homme avait réussi à atteindre sa cible mais quelques centimètres à coté aurait été largement mieux! Hélas il lui avait touché le bras. Son cris monta dans le ciel, il voulu sans doute appelé au secours mais ne pût terminer son appel car l'un de ses agresseurs l'acheva. Malgré tout le camp était en alerte. Les compagnons de la brute avaient entendu son hurlement de douleur et à présent ils accouraient armes aux poings prêt à venger la mort de leur ami. De sa position le jeune homme pouvait voir qu'un nombre important d'hommes convergeaient vers Ballas, le prisonnier et le rôdeur. S'ils ne se dépêchaient pas ils seraient vite fait encerclé! Les quelques premiers ennemis qui se présentèrent furent vite fait balayer par Ballas qui semblaient être un guerrier très redoutable. Le jeune homme n'était malgré tout pas en reste. Un soldat adverse s'avançait vers le groupe par derrière, il saisit une flèche, visa et décocha plus vite qu'il ne l'avait jamais fait! Sans doute l’adrénaline. De plus la flèche trouva sa cible.
Ses compagnons se dirigeaient à présent vers les bois. A leur trousse les ennemis. Bien entendu l'agilité des rôdeurs et de Ballas leur permit de distancer leur adversaires. Mais malheureusement, deux autres sortirent des bois, surement des éclaireurs revenus en toute hâte après avoir entendu le combat. Le jeune homme décida de quitter sa position qui n'était plus du tout avantageuse. L'ennemi était trop loin et il perdait de vue ses compagnons. Il décida donc de se rapprocher. Il put apercevoir que Ballas allait faire face à un des groupes et que le rôdeur faisait face quand à lui aux deux nouveaux arrivants. Il fallait agir. Même s'ils étaient de redoutable adversaires deux contre dix c'était du suicide. Tout en se rapprochant prudemment il décochait ses flèches une à une. Certaines faisaient mouche alors que d'autres manquaient leur cible.
Il pût apercevoir le rôdeur défaire l'un des adversaires qui étaient face à lui. Le jeune homme quand à lui décocha une flèche en direction du second adversaire qui se logea dans la cuisse de ce dernier. Il laissait le soin au rôdeur de l'achever. Il était aux aguets. Il entendit un sifflement passé juste à coté de sa tête. Une flèche l'avait frôler. Il n'avait pas pu voir d'où elle provenait. Une autre se fît entendre et s'il ne s'était pas baisser, il serait mort. Il regarda rapidement vers ses compagnons qui luttait. Un de leur adversaire tenta un débordement. Jouant sa vie pour celle de ses amis, le jeune homme se redressa et décocha une flèche qui atteint sa cible. Cependant, étant resté trop longtemps immobile, il était une cible parfaite, et il paya le prix. Un autre sifflement se fît entendre mais cette fois il le senti aussi. La flèche avait frôler son coté et était passé suffisamment proche pour lui entaillé le coté. La flèche resta logé dans un morceau de cuir. Le jeune homme crût à première vue qu'elle était réellement enfoncé dans son corps. Il crût qu'il allait mourir ici, mais il ne comprenait pas pourquoi il n'avait pas "mal". Il était cependant à genoux, caché, la peur au ventre. La peur que l'homme qui lui avait infligé cette blessure ne vienne l'achever. Son arc inutile dans cette situation, il dégaina son épée prêt à vendre sa vie et à être accueillit dans la plaine verdoyante comme un homme et non comme un lâche. Mais l'heure de sa mort n'était pas encore arrivé. Personne ne vint l'achever. Surement l'un de ses compagnons avait tuer son agresseur. Il ne le saurait peut être jamais. Mais pour le moment l'heure n'était pas à la réflexion mais au combat. Avant tout il voulut examiner sa blessure et il prît la décision d'extraire la flèche. Il fût soulager de voir qu'elle n'était pas enfoncer dans son corps et que son armure avait bien jouer son rôle. Il était cependant blessé et il devait soigner ça au plus vite, surtout par un tel froid...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Dim 20 Jan 2013 - 13:34
Ballas faisait de grands mouvements circulaires qui maintenait l'ennemi à distance. Il savait pertinemment qu'il ne saurait pas tenir ainsi pendant longtemps. Le froid engourdissait ses membres tandis qu'il assénait des coups de taille aux ennemis qui osaient faire un pas en avant.

Cette mésaventure contrecarrait leurs plans mais elle avait l'avantage d'un peu relâcher la pression sur Amon Sul. Soudain, une idée lui traversa l'esprit, suicidaire mais qui pouvait marcher. Changeant radicalement d'orientation il donna un coup puissant de la pointe créant une brèche sanglante dans le mur de ses ennemis. S'enfonçant dans la brèche il exécuta un tour sur lui même blessant grièvement deux autres adversaires. Il cria alors un mot dans la langue des gens du nord : Fuyez !

L'arme à la main, le vétéran se mit à courir vers l'intérieur du camp, poursuivi par ses adversaires, laissant une totale liberté à Théséïr et Eldanar. Ce dernier avait résisté avec l'énergie du désespoir à un adversaire en meilleure forme. Cependant, le rôdeur était un fameux bretteur et il parvenait peu à peu à retrouver ses sensations malgré ses courbatures et l'ankylose de ses poignets restés trop longtemps attachés.

Comprenant que sa situation se gâtait, son adversaire lui asséna un coup violent ne visant qu'à le déstabiliser avant de prendre la fuite. Ce qu'il fit dès qu'il sentit une ouverture. Il s'engouffra dans les bois, suivis par Eldanar et Théséïr. Il ne fallait certainement pas laisser un ennemi s'échapper.

Sans le savoir, le pleutre avait pris directement la direction de l'endroit où Erwann était dissimulé.

Dans le lointain, les cris ennemis se déplacèrent vers l'autre bout du camp, Ballas les attirait loin de ses compagnons et cela semblait marcher avec une grande efficacité. Soudain, une tente s'embrassa, les épées cliquetèrent et des cris sauvages retentirent. Le camp était mis sans dessus dessous. Cela affaiblirait l'ennemi et c'était bien là l'objectif de Ballas.


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwann Roderik
Garde d’Amon Sûl
Garde d’Amon Sûl
avatar

Nombre de messages : 20
Age : 24

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 22 ans
- -:

Mer 23 Jan 2013 - 21:09
My name is lincoln

Le jeune homme se releva. Il dégaina son épée prêt à en découdre. Son arc était devenu superflu dans cette situation. Un homme se présenta à lui. Le jeune homme gonflé d'adrénaline et de courage envoya son épée vers son flanc. Celui-ci le para au dernier moment et renchérit avec un coup frontale d'une rare violence suivit d'un coup de pied dans le torse du jeune homme qui tomba en arrière. Il entendit un cri horrible, un homme armé d'une hache se ruait sur lui et allait abattre son arme. Le jeune homme eut juste le temps d'esquiver ce coup. Il se releva aussi vite qu'il le put mais son premier adversaire c'était déjà rué sur lui. Le jeune homme para un coup puis le suivant et enfin contre-attaqua. Il envoya un coup dans la cheville de son adversaire qui hurla de douleur. Le métal aiguisé de sa lame avait brisé l'os. L'homme fût projeté au sol, si il n'était pas soigné au plus vite il mourrait. L'autre adversaire du jeune homme poussa un cri et appela vengeance. Il n'eut cependant pas le loisir de se venger car il fût accueilli par le poignard que lui jeta le jeune homme dans le torse. Il reprit sa course pour rejoindre ses compagnons et leur porter son soutien. Plus il se rapprochait plus il sentait une boule se former dans ses entrailles. Allait-il à la rencontre de sa propre mort. Autour de lui il y avait des cadavres de partout. Certains étaient amputés d'un membre, d'autres avaient une profonde entaille et d'autres agonisaient. Le jeune homme dans sa course ramassa une légère hache de combat qui allait surement lui servir par la suite.
Il se rapprochait de plus en plus du camp ennemi. On pouvait voir les flammes s'élever dans le ciel accompagné de cris d'horreurs ou de rages ou les deux mélangés. Il vit soudain une silhouette arriver vers lui en courant. Il crût d'abord que c'était l'un de ces compagnons mais ce n'est que quand il esquiva de justesse une lance lancé dans sa direction qu'il comprit. L'homme courut droit sur lui et le mis au sol. Il était sur lui et lui assénait des coups de poings violents. Le jeune homme réussit à le pousser et à se relever. Son adversaire en fît de même et ramassa une arme puissante, une lance quasiment identique à celle des gardes de la fontaine de la cité blanche de Minas Tirith. Le combat commençait. L'homme se jeta sur le jeune garde d'Amon Sûl brandissant sa lance tel une hache. Il l'abattit avec une tel force si bien qu'il fît mettre un genoux à terre au jeune homme lorsqu'il para cette attaque dévastatrice. Et il n'en restait pas la! Il lâcha son arme, fît une roulade sur le coté pour se relevé avec deux épées en mains. Cette adversaire était plus fort que le jeune homme et il le savait. Peut-être qu'il avait courut au devant de sa mort. Le combat reprit de plus belle et ce fît encore plus violent. Le jeune homme parait tous les assauts dévastateurs du guerrier adverse. Il n'arrivait cependant que à défendre mais ne pouvait attaquer. Il évita de justesse un coup et pour se dégager il effectua une roulade sur le coté. L'homme le regardait avec un regard remplit de colère, de haine, de mépris et de soif de sang. Il voulait tuer le jeune homme. Ce dernier troqua la hache qu'il avait trouvé sur le sol contre un bouclier qui traînait par terre.
La peur le prit. Allait-il mourir aujourd'hui? L'homme attaqua mais fût repoussé encore et encore. Cependant, le jeune homme n'allait plus tenir bien longtemps. Sous les coups il commençait à plier. Il pensa à tout ce qu'il n'avait pas encore fait: trouver une femme, faire des enfants, fondé sa famille, voyager à travers le monde, vivre. Une larme coula, mais ce n'était pas une larme de tristesse mais de colère. Il voulait fondé une famille, il voulait jouer avec ses enfants, il voulait aimer une femme, il voulait vivre. L'homme attaqua de nouveau mais son attaqua fût alors paré et le jeune homme lui asséna un coup de bouclier si violent que l'homme tomba. Le jeune homme s'avança alors, prêt à prendre la vie de celui qui voulait le tuer. Mais il n'en fît rien. Il lui sait la tête plaça son épée sur son coup et pressa si fort que du sang coula le long du métal déjà gorgé de sang.

"Maintenant dit moi ce que vous faîtes ici et peut être que je te laisserai la vie sauve."

Il entendait encore au loin les cris poussés par les guerriers. Ses compagnons étaient ils encore en vie? Il le rejoindrait dès que l'homme qu'il venait de capturé lui aurait livré son secret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théseïr
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 20

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: Inconnu
- -:

Sam 26 Jan 2013 - 22:34
La bataille faisait rage, de toutes part du camp, plus les ennemis tombaient, plus Théseïr avait l'impression que leur nombre augmentait. Pour l'instant, la situation était encore rattrapable, bien sûr, il faudrait fuir d'un moment à l'autre. Il s’apprêta à soutenir son compagnon Ballas, mais celui-ci semblait avoir déjà prit une ferme décision. Le guerrier s'élança vers le camp en provoquant les ennemis par plusieurs jurons et autres cris. Il venait de leur laisser une issue de secours, il ne fallait pas la rater, d'autant plus que l'état du captif se dégradait à tous moments. Le Rôdeur s'élança alors, il fallait retrouver le jeune garde pour s'enfuir d'ici. Plusieurs opposants se dressaient sur sa route, ce qui ne faisait que le ralentir. Même si les adversaires n'étaient pas spécialement doué au combat, contrairement à la brute rencontrée plus tôt, ils étaient nombreux, et les achever prendrait du temps. Il accéléra sa cadence d'attaque, pour enfin, terrasser les soldats servant de barrage. Il cherchait le garde d'Amon Sûl des yeux, mais il ne l'apercevait pas, c'est alors qu'une tente, située à quelques mètres, prit soudainement feu. Accompagné de cela, les ennemis affluait vers sa gauche. Luttant sans relâche, il balayait le camp du regard, mais où pouvait il bien être ? Il s'est surement délogé de sa cachette pour fuir, mais je ne le vois nul part. C'est alors qu'un adversaire passa tout prêt de lui, tout en l'ignorant du regard et en continuant sa course vers un point bien précis. Théseïr repoussa d'une parade ses adversaires et prêta plus attention à l'individu qui venait de passer. Il venait de lancer son arme vers une cible, et tout deux engagèrent un dur combat. C'était le jeune homme, il était donc là, mais en bien mauvaise posture, il avait fait une promesse, il lui porterait secours au péril de sa vie. Le Rôdeur se retourna alors et déchaîna sa cadence, tantôt il tranchait, tantôt il poignardait. Il acheva alors le dernier opposant d'un coup de poignard bien placé au niveau du crâne. Bien s'élança vers son compagnon. Heureusement, ce dernier avait réussit à retourner la situation, et tenait à présent en joug son captif. Théseïr déposa le blessé qu'il traînait avec lui au dos d'un tronc d'arbre et se précipita vers le jeune garde.

- Il ne sait rien, du moins, il ne te dira rien. Ces soldats sont fait pour servir leur maître, c'est leur seul but, il failleront jamais à leur tâche et ne t'indiqueront jamais de renseignement pouvant nuire à leur créateur, ou à ses plans.

Il savait ce qu'il disait, il connaissait les hommes de la Couronne de Fer. Mais il pût en déduire une chose, le jeune garde se défendait plutôt pas mal, voir bien pour un aspirant. Bien sûr, son style était brouillon et loin d'être parfait, mais il en avait, dans le ventre et dans le bras. Il regarda d'un oeil suspicieux son ami, et se retourna vers le camp.

- Fait ce que tu veux de lui, mais je te garantis que tu n'apprendra rien, je pense que nous devons nous remettre en chemin pour retrouver Ballas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calion Palantir
Elnaith de la Maison du Roi - Premier Nez
Elnaith de la Maison du Roi - Premier Nez
avatar

Nombre de messages : 505
Age : 22
Localisation : Imladris
Rôle : Régent d'Imladris/Elnaith de la Maison du Roi

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 7500 à peu près
- -:

Mar 29 Jan 2013 - 23:03
Alors que les deux autres fuyaient avec le prisonnier et combattaient surement quelques soldats qui les poursuivaient, Ballas se voyait contraint de courir lui aussi mais dans une autre direction afin d'emmener avec lui ses ennemis.

Cela marchait plutôt bien. En effet, l'embrasement causé par son chahut avait fonctionné au delà de ses espérances. Les unes après les autres, les tentes s'allumèrent et les hommes ne se contentèrent plus de poursuivre Ballas parce qu'ils le devaient, mais bien parce qu'ils perdaient leur seul logis et qu'ils criaient vengeance.

"À MORT LE DÚNADAN !"

Ballas courait et, jetant quelques regards derrière lui, il s'aperçut que quelques hommes restaient en arrière pour éteindre le brasier. Il s'arrêta, un soldat ne put esquiver son attaque de taille hurla de douleur alors que la lame de Ballas s'enfonçait rapidement dans sa chair. Un autre vint le surprendre et avait pour objectif de trancher sa gorge. Se baissant vivement, il enfonça sa lame dans le poitrail de son adversaire. Celui s'effondra en silence, du sang jaillissant de son torse.

D'autres hommes rappliquèrent, notamment celui qui semblait être le chef du groupe. Un blond à l'allure crasseuse, une fine lame dans sa main droite.

"Toi ... Tu ne devrais pas être ici."

"Pas plus que vous tous."

Ballas se mit en position d'attaque sur ses appuis. Deux hommes s'approchèrent de lui et voulurent lui attraper les bras. Ballas les contra par une simple bousculade. Ils glissèrent. Ballas en profita pour repartir dans une course effrénée auxquels tous les soldats participèrent. Ballas ne sortit pas du camp, les cavaliers pourraient le rattraper aisément en rase campagne et la neige n'arrangerait rien les choses.

Le camp était sans dessus dessous, les flammes se propageaient à une vitesse folle et certains des soldats essayait de les éteindre avec la neige autour d'eux. Ballas arriva devant plusieurs cavaliers qui ne le virent pas. Ameutés par les cris de leurs camarades, les cavaliers se rassemblèrent à l'orée du camp vers le Sud. Dans le dédale de flammes, les chevaux commençaient à avoir peur. Certains se cabrèrent et Ballas profita pour désarçonner l'un des cavaliers afin de lui prendre son cheval. Rapidement, il élimina un autre cavalier puis un autre et encore un autre sans que ceux-ci ne comprennent ce qu'il se passait à côté d'eux.

Les flammes continuaient de ravager les tentes, les autres cavaliers fuirent lorsque l'un d'entre eux fut atteint par le feu. Il brulait sur son cheval qui hennissait douloureusement, touché par les flammes. Ballas rassembla les chevaux acquis et les teint par les rênes. Il partit en direction de l'Eau-aux-Cousins, sans savoir s'il était poursuivis ou pas. Il voulut retrouver les autres, ils devaient normalement être partis dans cette direction.

Ballas les rattrapa, ils couraient sans se retourner et sans être poursuivis. L'épuisement semblait les entourer. Ballas les siffla et à sa vue, chacun d'eux sourit, voyant leur condition s'améliorer à grand pas.

"Prenez un cheval."

Les hommes grimpèrent chacun sur une monture. Leur direction serait la suivante : les Hauts du Sud. Mais par pure précaution, ils continuèrent vers l'Ouest jusqu'aux marais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théseïr
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 20

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: Inconnu
- -:

Sam 9 Fév 2013 - 23:30
Sur ces dernières paroles, il quitta le jeune garde, le laissant seul face à son prochain choix. Il ferait ce qu'il semblerait être le plus judicieux possible, mais il ne fallait pas perdre d'avantage de temps, et trouver une issue à cette situation, non loin de tourner au drame. Malheureusement, il restait encore beaucoup d'adversaires sur pieds, prêt à en découdre à chaque instant. C'était très risqué, il fallait s'enfuir tant qu'ils le pouvaient, et c'est sous la masse lointaine qui approchait vers eux à grands pas que Théseïr attrapa son compagnon à son épaule, saisit le rôdeur qu'ils avaient libéré un peu plus tôt, et s'élança vers le marais. Il commençait déjà à apprécier les eaux marécageuses avec un léger sourire de satisfaction quand il entendit un hurlement qui le stoppa net. Sans se retourner, il put deviner la chose qui s'approchait vers eux, la cavalerie en folie. Celle-ci avait dû être apeurée par le feu et l'agitation, et cherchait refuge vers l'eau des marais qui se trouvait non loin. Bien sûr, s'il restait planté là, il se ferait écraser, et ses compères avec, il fallait trouver une solution et très rapidement. Il reprit alors son courage à deux mains, et tant bien que mal, engourdi par ses membres qui commençaient peu à peu à se refroidir, s'élança sur le côté en tentant de laisser le passage libre aux chevaux affolés. Par chance, il réussit à sauver ses deux compagnons en sacrifiant sa jambe droite, martelée par les sabots furieux de la cavalerie. Il ne pouvait plus rien faire, paralysé par sa jambe, il s'adressa douloureusement au jeune garde.

- Occupe toi du prisonnier rôdeur, je ne peux pas... aie.... le porter, re... retrouve Ballas, je m'occupe d'attraper un cheval.

Sur ce, il s'approcha près d'un rocher, où il s'appuya pour se relever et saisir une branche de bonne taille, afin d'avoir un bon appui. Il s'approcha alors d'une monture, plus calme que les autres, et qui semblait avoir utilisée une bonne partie de ses forces pour s'éloigner du brasier, s'était arrêtée prêt du rocher où s'était posé Théseïr. Après maintes tentatives vaines, il réussit à monter sur la bête, qui se débattait encore un peu. Les reines bien en mains, il s'élança vers les marais, afin de retrouver ses compagnons. Après plusieurs minutes, il repéra ses alliés, toujours en marche, mais avec un compère de plus à leurs côtés, Ballas. Celui-ci avait déjà trouvé sa monture et aida les deux autres à monter un second cheval, ils étaient fin prêts, direction les Hauts du Sud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» 2eme soirée "So glam" [ ouvert a tous ]
» [SUJET TERMINE] 4 but 2 - La soirée de l'improbable |Chase/Apollo/May/Ange|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: L'Arnor :: Amon Sûl-
Sauter vers: