La Flammèche qui s'éteint dans la Nuit

Aller en bas 
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Mer 16 Jan 2013 - 0:47
Le froid. Les flocons caressant son visage, humidifiant un peu les multiples plaies. Toute cette lumière éblouissante autour de lui et la douleur... ses yeux restaient fermés et lorsqu'il tentait de voir il se trouvait, ce n'était que lumière aveuglante. La neige détenait aussi ce pouvoir. Le vent terrible qui pousse ses cheveux dans les airs ou contre son visage. Depuis quand était-il dans cet état ? Il ne s'en souvenait plus, son crâne le lançait sans cesse, une souffrance plus ou moins continue. Chaque son était amplifié et lui transperçait les tympans, des sifflements constants. Et s'il n'y avait que ça.

Ses doigts étaient raides, le froid et la semi-inconscience restreignant considérablement leur usage. Attachées à des chaînes de fer, ses mains pleines de coupures et tâchées de sang étaient comme congelées. Ses pieds avaient reçu le même sort mais on avait cru bon de lui laisser ses bottes pour ce long voyage. Voyage qui serait sans doute son dernier. Et il ne pourrait même pas observer les paysages autour de lui. Il était difficile, qui plus est, de se reposer dans la position qui était la sienne : posé en travers sur le dos d'un cheval, derrière un cavalier vêtu de noir et de blanc. Les soubresauts constants de la monture et sa position l'empêchait de respirer convenablement, il tenta de prendre une grande respiration mais une vive douleur aux cotes l'en dissuada, refoulant dans le même temps un cri de douleur qui n'aurait fait qu'agacer ses compagnons de route.

Son épaule gauche le faisait souffrir. Il avait sacrifié son propre corps pour permettre à ses amis de s'en sortir. Le prix du sang, voilà ce qu'il avait payé. Avec sa blessure à la jambe datant de Dol Guldur, on pouvait dire qu'il était dans un sale état. Il doutait que même son frère l'eusse reconnu avec cette allure. Son frère... il n'avait même pas eu l'occasion de lui dire adieu. À personne, en réalité. Il allait mourir loin de tous, aux mains de leurs ennemis, sans connaître le dénouement de cette triste histoire. Il aurait aimé en faire plus, toujours plus pour leur cause. Tous les évènements des derniers mois resurgirent à son esprit et il perdit connaissance....

***


"Doucement Sirion, ne vas pas tomber ! Si tu pouvais garder ta tenue propre au moins une journée, j'en serai ravie..."

La voix mélodieuse d'Almia résonnait à ses oreilles comme un doux avertissement. Mais le garçon n'en abandonna pas son sourire pour autant. C'était sa première sortie en ville et il trépignait d'impatience. La ferme de son oncle et de sa tante était à l'orée d'un bois en Harondor, situé à plusieurs lieues de la ville la plus proche. Sirion avait écouté son oncle Vlad lui parler des grandes villes, de là il s'était imaginé tout ce qu'un enfant de neuf ans pouvait imaginer. Les yeux éveillés par une étincelle de joie, le jeune Ibn-Lahad n'en pouvait plus, sa tante marchait bien trop lentement à son goût. Il gravit une petite colline comme s'il s'agissait d'un col vertigineux et lorsqu'il arriva au sommet, il en rigola de bonheur.

"La ville ! La ville est là, Tatie !"

La main de sa tante vînt bientôt se poser sur l'épaule de l'enfant. Elle était heureuse de le voir s'émerveiller devant toute cette vie, cette agitation et ce monde qui lui faisaient face.

"C'est gigantesque !"
"Mais imagine qu'il y en ait d'autres bien plus grandes.... cent fois plus grandes, Sirion."
"C'est possible Tatie ?"
"Bien sûr mais tu auras tout le temps de le découvrir au fil des années."


***

Le choc de sa chute le réveilla en sursaut, criant avec le peu d'air qui lui restait dans les poumons alors que son visage était face contre le sol enneigé.

"Je t'avais dit de mieux l'attacher au cheval ! Vas pas nous l'amocher avant qu'on arrive au bastion."

Des mains calleuses empoignèrent son corps blessé et le soulevèrent tel un fétu de paille pour le replacer là d'où il avait chuté.

"Allez, on repart. Il nous attend..."

Ce réveil fracassant avait au moins eu le mérite de l'aider à ouvrir les yeux. Il distingua des montagnes au loin et le soleil qui terminait sa course derrière eux. Ils allaient donc vers l'Est. Il n'avait plus la notion du temps et qui sait combien de jours ou de semaines s'étaient écoulés depuis sa capture ?
Loin au-dessus d'eux, quelques corbeaux les observaient, tournoyant encore et toujours... et ses yeux se fermèrent à nouveau.

***


Sirion adorait l'odeur de la mer. Il pouvait rester des heures à scruter l'horizon, l'Ouest. D'après les contes, il y avait là-bas des terres où vivaient des êtres légendaires. Mais bien qu'aimant la mer, il n'irait pas jusqu'à prendre un navire pour aller vérifier, il préférait rester sur la terre ferme, là où ses appuis resteraient fermes.

"Sirion ?"

L'adolescent tourna la tête et aperçut son oncle revenir vers lui, des plaques de fer dans les bras. Sirion se releva en quelques instants et accourut vers Vlad pour l'aider.

"Je savais que je te trouverai là... Tiens, merci. (Sirion le libéra d'une partie de son fardeau) Nous n'avons plus qu'à payer l'auberge et nous pourrons repartir chez nous."
"J'adore venir ici avec toi. Cet endroit me plait."
"Hm.. je le sais, Sirion."


Après avoir réglé leurs comptes, les deux Ibn-Lahad prirent la route en direction du Sud et de la demeure familiale. En selle, côte à côte, Vlad entama la discussion.

"Tu grandis vite Sirion. Dans deux lunes, tu auras quinze ans et moi je vais perdre mes forces, petit à petit. Que dirais-tu si je t'envoyais tout seul pour le prochain voyage vers Pelargir ? Tu m'as vu négocier les prix, je suis certain que tu sauras te débrouiller, qu'en dis-tu ?"
"Moi ? Négocier seul ? Je n'ai pas ton talent..."
"Aies confiance en tes capacités, Sirion. Tu es un Ibn-Lahad, un débrouillard, héhé."
"Je veux bien tenter l'expérience alors."
"Bien ! Tu sais, à ton âge, je n'étais bon qu'à passer le balai. Et encore ! Mon père n'arrêtait pas de me gronder parce que je faisais toujours tomber des choses..."


Sirion se retourna une dernière fois vers le Nord. On pouvait encore apercevoir la mer...

"Et mon père ?"

Vlad resta silencieux. Il avait bien vite compris son erreur en parlant de son propre géniteur.

"Tu ne m'en as jamais trop parlé depuis le jour où il nous a abandonné avec Naos. Il t'a donné des nouvelles ?"
"Sirion..."
"C'était qu'un enfoiré... on était rien pour lui."


Le forgeron tendit le bras et gifla son neveu, l'air courroucé.

"Ne redis JAMAIS ça ! T'as compris ?! Ton père vous a protégé ! Il n'avait pas d'autres choix ! Mais ce que tu dis prouve que tu es encore trop jeune pour comprendre la vérité. Je vous la raconterai à toi et à ton frère... lorsque vous serez plus grands."
"Tu as dit toi-même que j'avais grandi..."
"..... le sujet est clos."


Non pas clos. Pas pour lui.... il le hanterait comme un fantôme.


***

"Enfin !..... emmenez-le aux geôles et préparez-le. On commence demain dès l'aube."

Il fut soulevé depuis la selle jusqu'à une épaule d'homme. Le même colosse qui l'avait récupéré après sa chute en cours de route. L'homme ne prenait aucune précaution avec son précieux otage et les douleurs se réveillèrent un peu partout sur son corps. Il chercha le ciel étoilé mais rien. Pas de vent, pas de bruits d'animaux. Mais où l'avaient-ils amené ? Le colosse descendit des marches, cela résonnait de plus en plus. Ils étaient sous terre. Des torches éclairaient ça et là les couloirs et les escaliers du lieu. La température était basse, bien que plus douce qu'à l'extérieur. Après plusieurs longues minutes, son porteur se stoppa devant une grande porte. Un second homme parla avec le colosse dans une langue qu'il ne connaissait pas. Une langue étrangère qu'il n'avait quasiment jamais entendu. Il avait gardé des rudiments de sa langue natale mais cela ne lui disait rien, ce n'était pas du haradrim non plus mais alors quoi ? Son esprit embrumé ne put pas réfléchir plus longtemps...

La porte s'ouvrit et il fut jeté au sol sans ménagement. Un sol de pierre rude, froid et humide. Une odeur d'excréments et de mort emplissait l'air ambiant. On lui ôta alors ses chaînes, sa cape, ses bottes, sa cotte de mailles, sa tunique, ses protections d'avant-bras, ne lui laissant que son pantalon plein de crasse, de sang et de neige fondue. Habillé, le froid était supportable mais le torse et les pieds nus, c'était une autre histoire. Demain, cela commencerait. Il avait commencé à s'y préparer mentalement depuis quelques jours. Ses geôliers débuteraient les tortures en tout genre, sans quelconque forme de politesse et de soin, il en était certain. Il avait bien des choses à leur raconter et ils le savaient.



C'était ici que Sirion Ibn-Lahad, le Fantôme, Puma Sibyllin rencontrerait son destin.




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Mer 23 Jan 2013 - 15:36
Quatre fois... Il semble que c'était la quatrième fois que le colosse venait dans sa cellule.... Le fantôme s'était préparé mais le géant avait une sacrée droite et il n'y allait pas de main morte. Le pair du royaume d'Arnor sentit le sang dans sa bouche et les os de sa main droite avaient explosé. L'homme était un habitué. Mais aucune question ne lui avait été posé on se contentait juste d'essayer de le briser physiquement. Puma pensa que ce n'était qu'un avant goût et ce sens il avait raison.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Sepsis était assis à une table de bois rugueux . Sa lecture était génée par les bruits etouffés provenant de la cellule. Néanmoins il fut de nouveau satisfait il réussissait à lire l'exposé d'hydrolique écrit en naugrim tout en laissant son esprit vagabonder. Le neleg fraichement prômu avait de nouveau le moral car une question l'avait taraudé pendant son voyage de la cité blanche au Bastion: Il avait tué exclusivement des hommes à Minas Thirith et il craignait d'être taxé de misogynie , ce qu'il ne pouvait pas accepter. Il tua donc deux voyageuses innocentes. L'archer de l'Ordre avait rencontré pour la première fois face à face l'Orchal, cette rencontre l'avait impresionné.

Quel charisme et quelle intelligence!

Les nouvelles du front étaient bonnes: le Rohan était pris, Imladris allait tomber, Les heures d'Aldarion en Arnor étaient comptées, La cité Blanche suintait la peur après la mort du prince Aleth , son oeuvre, Pélargir à leurs bottes ......Mais on avait perdu la trace du Kuduk, il aurait dû le tuer mais les ordres sont les ordres et ses soupçons se confirmaient, son ascension dans l'Ordre était mal perçu par certains, il en avait cure.

Sepsis tapotait maintenant de ses doigts parfaitement entretenus la table. Il avait hâte de questionner le fameux Fantôme. Il n'était pas féru de la torture mais c'est un bon conditionnement, un bon prélude.

Il eut un sourire . Quand il pense que Lammath devait initialement interroger le prisonnier. Ridicule . L'elfe aurait occis le passeur sans demender son reste. Par contre à Imladris il devait semer le sang et la souffrance, il était à sa place.

Il respira un bon coup et rentra dans la cellule. Il claqua des doigts et le colosse se retira. Sepsis observa le visage emacié de Sirion et il fixa la paupière tuméfiée. Il y avait encore de la volonté dans le regard du khandéen.

Sepsis avait amené une chaise, il la tourna et s'assit dessus le dossier face à Sirion. Un long silence s'installa.

Puis il s'adressa au prisonnier d'une voix commune

"Salutation Sirion Ibn-Lahad, alias le fantôme, alias Passeur, pair du royaume d'Arnor de son état"
Les choses étaient posées

"Je me présente, je suis l'Archer de l'Ordre et je vous connais"


Il poursuivit d'un ton presque amical

"Je vous admire Fantôme. je vous classe dans les meilleurs assassins des Terres du milieu, tout comme moi. Et c'est agréable de pouvoir parler entres pairs. Naturellement, il y a le fameux Dalamyr mais il est un peu rustre il vous a vaincu mais uniquement en utilisant votre seule faiblesse: votre honneur, nous avons maitre Hasharin mais c'est plus un commerçant et le fameux Saemon Havarian mais bon il est surtout le toutou d'Aldarion. Mais vous , Sirion Ibn -Lahad vous êtes étonnant, vous pouvez tuer sur ordre un enfant et embrasser une cause pensant sauver le monde.Vous ne me connaissez que de réputation je pense: le meurtre du Prince Aleth c'est moi je pense que cela suffit comme carte de visite. Vous avez pour ami un aventurier hobbit, un maréchal rohirrim, un comte....Etonnant"

Puis il poursuivit

"Oh je parlerais des heures avec vous collègue mais j'ai une mission: vous faire parler. Vous excuserez le passage à tabac : un classique mais inutile avec vous. Non pas que vous soyez plus dur au mal que par exemple votre ami rohirrim mais vous êtes plus malin vous m'enverriez sur de fausses pistes en espérant gagner du temps. Je vais répondre à la question que vous vous posez mais que veut il? Très honnétement vous m'êtes de peu d'utilité. Mais comme vous j'aime le travail bien fait, je dois vous interroger. Il ya une seule chose que nous voulons savoir

Sepsis se leva et s'approcha de l'oreille du passeur*

"L'identité des pères"


Et il ajouta d'un ton froid , toute trace de sympathie avait disparu cette fois ce qui inquiéta encore plus Sirion

"Je trouverai ta faille Sirion Ibn -Lahad , tu parleras je te le garantis"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Jeu 31 Jan 2013 - 0:40
De nouveau, le poing du titan vînt s'écraser sur son visage. Une gerbe de sang vola sur le mur adjacent au prisonnier. Une quinte de toux le prit, le fluide pourpre coulait dans sa gorge, comme un poison qui vous brûle de l'intérieur. Cela faisait près d'une journée que le passeur ne voyait plus clairement son tortionnaire. Sa paupière gauche enflée et sa vue trouble l'en empêchaient. Les bras en l'air, suspendus par les poignets avec des fers reliés au plafond humide, il ne les sentait plus. Ses épaules le lançaient sans arrêt. Ses pieds frottaient le sol rugueux, sans pouvoir y prendre appui correctement plus que quelques instants. Du sang s'échappa de sa bouche, se frayant un chemin à travers la barbe noire. La mâchoire tremblotante à cause du froid et de la douleur, il parvenait à peine à boire les quelques gorgées d'eau crasseuse qu'on daignait lui donner chaque jour.

La porte de sa cellule s'ouvrit soudain, interrompant le colosse dans un énième coup. Le nouvel arrivant, bien plus fluet que le géant, lui intima de quitter la pièce sur le champ. Sirion ferma son oeil droit comme pour accepter la chose : la véritable torture allait débuter. Son interlocuteur se plaça face à lui, son visage à la même hauteur que le sien. Ses yeux scrutaient le khandéen avec minutie comme s'il sondait son âme. Et Sirion soutînt son regard. L'homme brisa le silence et entama un long monologue, ponctué de brefs arrêts comme pour permettre à son invité d'imprégner plus aisément ses mots.
Il s'amusa notamment à énumérer une liste non-exhaustive des meilleurs tueurs de la Terre du Milieu. Tueur ? Lui ? Il n'avait pas vraiment vu son métier sous cet angle mais Sirion devait l'admettre, il avait tué bien des gens. Cet homme lui rappela même le meurtre de Lagor Olfenstein, un jeune homme que son roi l'avait chargé d'éliminer, bien avant l'enterrement de Théneor. Sepsis avait raison : ils étaient pour la plupart des tueurs, et même si tous se cachaient derrière un rang, une fonction ou un titre, ils tuaient.

Puis vînt la première question. Le Fantôme avait bien entendu envisagé cette interrogation. Les Passeurs d'Etoiles... La plus sérieuse menace pour l'Ordre. Si Ibn-Lahad en avait eu les moyens, il aurait volontiers souri.

"Donnes-nous leurs noms..." répéta son geôlier, en attendant que son prisonnier n'ouvre la bouche, tuméfiée.

Le regard couleur sable de Sirion croisa celui de Sepsis. Entre les contusions et les saignements sur le visage du khandéen, l'Archer put discerner un semblant de pitié envers lui.

"... Sans crainte et sans repos je combattrai pour la paix,
Jusqu'à ce je sois trop faible pour tenir une épée..."


Puis dans ce qui semblait une tentative pour se redresser -sans franc succès-, Sirion parvînt à esquisser un sourire faiblard, dévoilant ses dents tâchées de pourpre.

"Je..... je suis... confus... mais... les Pères ne nous ont jamais dit leurs véritables noms... et dans... le cas contraire... autant me tuer sur le champ... car je n'aurai rien dit non plus..."

Une vive douleur le saisit au ventre. Il devait avoir une voir deux cotes fêlées. Ses cheveux trempés et collants lui obscurcirent un peu plus la vision.

"Mais oui.... je connais ta réputation. Nous sommes peut-être tous deux des tueurs mais je ne tue pas, caché du haut d'un arbre."

Baissant les yeux, l'image d'un château et d'une rivière toute proche lui traversa ses pensées.

"... Je porte la lumière, je garde la mémoire,
Des jours de liberté, en ces jours noirs..."


Le serment des Passeurs lui revenait par vagues, comme si l'esprit de la Loge voulait l'aider à supporter cette épreuve. Cette ultime épreuve. Car au fond de lui, Sirion Ibn-Lahad n'imaginait pas quitter cette cellule, vivant.




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Dim 3 Fév 2013 - 15:33


Sepsis prit son menton dans le creux de sa main gauche. Il semblait ne pas écouter le discours du passeur.

Il effectua une tape presque insultante sur la joue gauche de Sirion

Enfin Puma, ne soyez pas sot. Vous n'allez pas me faire croire que vous devenez fou. J'obtiens toujours ce que je désire"


Le visage du neleg s'était rapproché de l'œil tuméfié du khandéen. Il avait un visage lisse presque commun, difficilement identifiable, cet homme pouvait se plonger dans la foule avec réussite: un atout dans sa profession.

Sepsis reprit sa place et sa voix se fit de nouveau presque passionnelle

"Ah, vous ne parlez de mon meurtre du "mignon" de l'agent de l'arbre blanc, en effet je n'étais pas satisfait . Laissez moi décrire ma vision de notre travail. sans prétention, je suis capable de tuer n'importe qui avec n'importe quelle arme mais quel intérêt ?Je suis sûr que vous l'avez ressenti cet espèce de trou noir, lorsque l'on vole une vie. Il n'y a pas de mot en langue commune qui est bien pauvre , il en existe en naugrim mais là n'est pas la question. Avec l'expérience j'ai décidé de créer le meurtre parfait: tuer une personne sans la tuer physiquement. A ceci j'ajoute des obstacles: je donne une chance à la victime. Ne suis je pas un précurseur? Donc pour vous Sirion ibn Lahad je dois trouver une faille et vous donner une chance. Hum vous êtes dur au mal et en plus intelligent. Non la torture ne sert à rien. mais vous avez le sens de l'amitié , n'est ce pas? Tuer votre ami maréchal , le comte d'Esgaroth ou l'hobbit Etelion pied vert? Non car vous vous diriez qu'ils sont comme vous, qu'ils combattent contre notre ordre, ils sont des guerriers...."

Sepsis ménage un pause et reprend d'un ton plus menaçant

"Fantôme, je sais pour votre père...... Et vous avez un frère........."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Jeu 21 Fév 2013 - 13:15
Le choc fut brutal. Son esprit se figea suite aux dernières paroles de son geôlier. Sa famille. Il avait toujours appris à vivre sans. Il s'était forgé tout seul mais son frère... en le mettant à son service, il avait fait de lui une cible visible. Intérieurement, Sirion se maudit. Mais son père ? Il serait toujours en vie ? La dernière fois qu'il l'avait vu, Gyrden l'avait abandonné à son oncle à ses sept ans avec Naos. Cet homme n'avait jamais daigné retrouver ses fils, quelle peine cela lui ferait-il d'apprendre qu'il a été tué ? C'est comme s'il ne l'avait jamais connu.

Le regard de Sepsis dégustait la torture mentale d'Ibn-Lahad. L'Ordre avait beaucoup d'espions et le Fantôme ne le savait que trop bien.

"Mon père ? Qu'il soit maudit. Son sort m'est égal." Les mots étaient cinglants.

Ses pensées se tournèrent vers son petit frère. Il était encore sans doute à Minas Tirith. Une cité bien dangereuse ces temps-ci, tout comme partout d'ailleurs. Sirion connaissait ses capacités mais sa jeunesse et son inexpérience face à l'Ordre lui seraient sûrement fatales.

"Je suppose que je vais avoir droit à un 'livre-nous les Pères et tes proches restent en vie' ?"

Puis il cracha un mélange de chair et de sang. Parler devenait de plus en plus difficile. Son corps tout entier était écrasé par la douleur mais il tenait bon.

"Mourir dans l'honneur ou vivre dans la honte. C'est cela que vous me proposez donc..."

Un silence glaçant tapissa alors la cellule. De fines gouttes d'eau frappaient le sol avec une cadence constante. Un rat à la recherche de nourriture disparut dans un petit trou d'un des murs.

"Très bien..."

Le visage de Sepsis s'illumina.

Avec une vitesse qu'on lui aurait cru impossible, le Fantôme se redressa en tirant sur ses poignets enchaînés au plafond. Sa tête arrivant quasiment à toucher celle de son tortionnaire. Le regard tuméfié mais terrifiant, les dents serrés et les traits froncés, Sirion hurla de toutes ses forces.

"Allez donc crever ! Tous ! Tout votre Ordre ! Vos méthodes ne montrent que votre faiblesse ! La Loge est l'épine dans votre pied qui vous fera chuter ! Nous avons réveillé les peuples ! Jamais vous n'aurez votre victoire convoitée. Quant à mon frère... il saura se débrouiller et si vous mettez la main sur lui, vous n'aurez pas plus de résultats qu'avec son aîné."

Son énergie l'abandonna soudain, il s'affaissa de tout son poids, retenu simplement par ses fers. À bout de force, il marmonna simplement :

"Sois... assuré... 'Archer'..... que si j'en ai l'occasion.... JE TE TUE."




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Lun 11 Mar 2013 - 15:49


Sepsis plongea de nouveau ses yeux délavés dans le regard du kandéen.

Il murmura

"Oui, très intéressant comme comportement. Vous avez tout du héros légendaire mais vous semblez craindre vos états d'âme. Vos nuits doivent être pénibles Puma"

Sepsis se retourna , il prit un verre de vin, qu'il dégusta en fermant les yeux. Un vin du Sud, il sentait le soleil, Sepsis détecta l'amertume du raisin, le lèger dépot irriatnt mais agréable.

Puis il revint vers son peisonnier et humecta ses lèvres meurtries . Puis il reprit calmement

"Tu m'as mal compris Sirion Ibn Lalad. Ton père est toujours vivant, il travaille pour nous. Je ne vais pas le tuer mais je lis en toi comme dans un livre ouvert Passeur, tu joues un rôle. Je ne crois pas que tu hais ton paternel, tu essayes de te onveincre de te tromper, voire de te leurrer. Donne moi ce que je veux et tu sauras vraiment qui est ton père et pourquoi il vous a laissé seul...."

Puis le neleg tourna le dos à son prisonnier et sortit sans un regard, il laissait Sirion gamberger.

L'assassin avança, il croisa un nouveau prisonneir dans le couloir. Lui aussi avait la tête encapuchée : le maréchal du Rohan. Cet homme prévisible, impulsif n'interessait Sepsis, trop facile à interroger.Mais il se demanda qui interrogerait ce passeur? Swan, Warin ? L'Orchal deciderait comme toujours

Sepsis se rendit dans ses appartements il s'assit sur une chaise de bois précieux et fait tourner une petite toupie rhunienne, elle a le bienfait de le calmer. Près du petit foyer sa canne si particulière trône. Puis il sort de son sac de voyage , un livre aux arbesques compliquées, un regard exercé aurait reconnu de l'elfique, une langue bien surévaluée selon le neleg. Sespsis se plongea dans la biographie d'Elrond tout en pensant à son prisonnier. Il se disait que l'arbalète serait une arme idélale pour tuer le passeur mais comment accorder une chance à Sirion? Puis il eut un trait de génie comme toujours. D'un geste d'une vivacité rare il fit tournoyer le petit jouet en bois et se plongea dans sa lecture. Oui ,ce serait un crime parfait comme toujours.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Sam 16 Mar 2013 - 15:02
Il commençait à se demander s'il ne regrettait pas les poings du colosse. Son tortionnaire semblait en savoir beaucoup sur lui et les siens. Et lorsque la nouvelle tomba, Sirion n'en crut pas ses oreilles. Son père, au service de l'Ordre ? Allons bon. Quelle ironie. Parent et enfant, chacun dans un camp adverse. Peut-être s'étaient-ils même déjà combattus ? Peut-être Sirion avait-il tué son père au cours d'un combat ? Après tout, le visage de son paternel lui semblait loin et ses traits ne lui apparaissaient plus aussi clairement que durant son adolescence.

La porte se referma dans un claquement. De son seul oeil encore ouvert, Ibn-Lahad y posa son regard. Il n'avait même pas entendu l'archer quitter la pièce, ce qu'il lui avait dit devait l'avoir perturbé un tant soit peu. Cela n'avait pas pu échapper au geôlier et pour ça, Sirion se maudit. Ses liens le lançaient encore et toujours. Le poids de son corps reposant sur ses seuls bras attachés était de plus en plus pénible et quelques exercices de respiration n'y changeraient pas grand chose.

La cellule était plongée dans la pénombre et tout semblait mort ici. Il faisait froid et les seules choses que l'on pouvait entendre étaient les minces gouttes d'eau tombant régulièrement au sol ainsi qu'un souffle, lui irrégulier, émanant de la bouche du Khandéen. Sa paupière enflée lui faisait mal et un goût de sang coulant entre ses dents lui rappelait ses blessures et son état.

"Je te croyais plus solide que ça..."

Sirion faillit sursauter lorsqu'il entendit cette voix. Il redressa la tête, scrutant la pièce en espérant trouver l'origine de cette voix si familière. Une ombre apparut devant lui, surgissant de l'obscurité. Le Fantôme n'y voyait pas grand chose mais il put bientôt discerner le visage de l'homme. Ce dernier avait les mêmes traits que lui mais pas totalement... il avait quelque chose de plus. Ses yeux à lui étaient gris et il était légèrement plus grand que lui. Quant à ses vêtements, ils n'étaient pas inconnus à Sirion.

"Ton surnom ne te sert plus à grand chose, attaché comme ça hein ? continua la voix qui semblait couplée à la sienne. Moi qui croyais avoir sauvé mes fils... il fallait que tu t'engouffres dans cette histoire."

Impossible ! Sirion eut le souffle coupé, ses membres se mirent à trembler. Son paternel l'observait, l'air désabusé. Sa tenue était celle qu'il portait il y a plus de vingt-cinq ans. La nuit où leur mère était morte.

"Tu... tu ne peux pas... être réel..." murmura Sirion.

Gyrden lui donna une gifle cinglante.

"... et ça, c'était une belle brise qui te caressait le visage. Crois-tu vraiment que tous ces gens que tu penses protéger en te taisant vont te remercier ? Personne ne saura jamais tout ce que tu as pu sacrifier pour eux : ton temps, ton sang, ton corps... Alors quel intérêt ? Tu n'as pas grand chose à leur dire, tu sais. Ensuite tu pourras quitter ce pays maudit. Pourquoi pas retourner à tes racines ? Tu pourrais vivre heureux... si tu parles..."

"NON !"

Cette voix était aussi étrange. Un mélange d'une voix féminine et une seconde masculine.

Un doux parfum arriva jusqu'aux narines de Sirion, qui lui arracha même un sourire sans qu'il ne s'en aperçoive. Une main apaisante se posa sur son épaule puis deux bras l'enlacèrent bientôt. Cette odeur...

"Comment lui reprocher d'être ce qu'il est, alors que toi tu as marché aux côtés de la mort durant tout ce temps ?" dit la deuxième voix à Gyrden.

Impossible ! Sa mère lui déposa un baiser dans le cou, avant de frotter son visage contre le sien. Elle sentait toujours aussi bon. Un parfum de rose doux et délicat.

"Sirion... tu n'es pas seul. Tu as longtemps vécu dans l'ombre... mais n'oublie pas qu'il n'y a pas d'ombre sans lumière mon fils. Qu'importe si tu es reconnu... si ce que tu protèges avec passion est sauvé."

Son oeil encore ouvert laissa couler des larmes. C'était bien trop pour lui en si peu de temps. Il lui sembla redevenir un enfant entre ses parents.

"Mais... tu es morte... Je n'ai pas su te sauver."

Katia lui souria alors. Elle était belle, ça Sirion parvenait à s'en souvenir pendant le songe.

"Alors qui suis-je moi ?" lui demanda-t-elle.

Sirion lui rendit son sourire, bien qu'en douleur. Face à lui, Gyrden semblait avoir rapetissé. Le regard du fils Ibn-Lahad croisa celui de son père.

"Je suis... " commença la seconde voix.

Le loquet de la cellule allait s'ouvrir d'un moment à l'autre. Gyrden s'évaporait peu à peu, tout comme Katia. C'est alors que Sirion Ibn-Lahad se réveilla.

"... la Flamme qui brûle dans la Nuit !"




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Lun 25 Mar 2013 - 20:23


Sepsis écoutait d'une oreille distraite, sa toupie tournoyer sur la table de bois rugueux. L'assassin parachevait un dernier calcul qu'il effectuait avec assiduité. Il n'avait pas dormi de la nuit, mais il avait trouvé un stratagème pour vaincre le fameux fantôme. Tout avait été pris en compte sa viteese d'exécution, sa faiblesse relative à sa récente torture....Sepsis avait fait de savants calculs il connaissait la distance parfaite qu'il faudrait au Puma pour courir à son arme de prédilection la charger et tirer avec vivacité et efficacité. Il s'était chronométré : le temps de transformer son bâton de marche en arme de mort , d'encocher une flèche et de tirer. Il laissa une seconde de plus à sa proie comme toujours pour donner une chance. La toile était tissée. L'arc contre l'arbalète. L'archer contre le fantôme. Sepsis contre Sirion. L'ordre contre les passeurs. Le neleg eut une moue satisfaite , ce serait son chef d'œuvre. Il se leva , massa rapidement son dos endolori et sortit de sa chambre avec promptitude. Il se dirigea vers la geôle de sa future Victime. Aujourd'hui Puma parlerait

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le déclic de la porte réveilla Sirion fiévreux et victime des affres des cauchemars. Une silhouette s'engouffra. Le passeur ne put apercevoir la personne. Il entendit juste le souffle . Un homme apparemment. Puis la personne approcha et Le khandéen découvrit un visage connu



Gyrden, son père. Les deux hommes eurent un mouvement de recul. Cet effort fit souffrir atrocement le prisonnier.

Le père de Sirion posa une main tremblante sur la joue de son fils

"Non...Ce n'est pas poss..."

Il ne put finir sa phrase qu'un rayon de lumière éclaira de nouveau un bref instant la prison. Sepsis était là. L'assassin se posa contre un mur les bras croisés, il restait là avec un sourire énigmatique. Sa voix anodine s'éleva alors

"Sirion Ibn-Lahad, je ne t'ai pas menti, Reconnais le. Je te présente le lefnui Gyrden"

Puis d'une voix claquant tel un fouet il ordonna

"Lefnui, Explique à cet homme pourquoi tu travailles pour nous, c'est un ordre"

L'homme entre deux âges retira sa main avec précipitation de la joue de son fils et il baissa la tête un bref instant . Puis sa voix grave s'éleva accompagnée par uen lègère fumée blanche due au froid

"Oui Neleg Il sera fait comme tu le désires. Passeur, je travaille pour l'ordre , pour que ...mes .... Fils connaissent un monde meilleur loin du joug des puissants..O m'a puni pour des idées faussement répréhensibles alors que je voulais seulement le droit au peuple de diriger sa vie.L'ordre peut nous donner cela. j'œuvre pour les générations futures"

Le père fixa le fils. Sirion aperçut une larme naitre dans les yeux du lefnui. Puis Sepsis jaillit. Du tranchant de la main il frappa le cou du pauvre homme qui bascula vers l'arrière. Sepsis le rattrapa par le coude droit mais au lieu de le relever il accentua sa prise et Puma entendit l'os craquer. Gyrden hurla. La prise était parfaite, Sirion dut le reconnaitre. Le neleg obligea Gyrden à rester à genoux. Il approcha le visage de Gyrden de celui de Sirion.

D'une voix calme et posée sans animosité, Sepsis expliqua

"Ton père t'aime Sirion Ibn -Lahad. Je vais le tuer sous tes yeux si tu ne parles pas. Et tu sera le seul responsable. car en tant que Lefnui sa mort sera une avancée pour l'Ordre, il est prêt à mourir. Moi j'agis pour l'Ordre et si sa mort est nécessaire je ne fais que suivre les ordres comme tout bon soldat mais toi avec ton refus de parler tu tues ton père, tu ues un homme qui pense et est persuadé de faire le bien. Réfléchis Fantôme. je ferai pareil avec ton frère si tu refuses de parler Passeur. Sache qu'ensuite je te tuerai de mes mains mais tu auras uen chance de me vaincre, une chance bien mince mais une chance"

Puis il hurla

"PARLE"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Sam 18 Mai 2013 - 2:02
En voyant cet homme pénétrer dans sa cellule, Sirion perdit pied. Ses souvenirs d'enfance, ce court songe avec ses parents et maintenant son père qui était réellement face à lui. Les douleurs resurgirent en un éclair, sa tête tournait alors qu'un filet de sang coulait le long de sa tempe. Son crâne le faisait horriblement souffrir, le contre-coup des poings ravageurs du colosse arrivait enfin. Il avait froid et soif, la faim était tellement présente qu'il n'en avait plus la sensation. Il tremblait de tout corps, les lèvres vacillantes, son oeil encore ouvert imbibé de larmes d'émotions diverses lui brouillait toujours plus la vue. La torture était à son paroxysme.

Et Sepsis recommença son exercice -semblait-il- favori. Scrutant son prisonnier, il s'appliqua à manipuler Gyrden comme bon lui semblait, brisant un os et mettant à terre le père de Sirion.

"Que tout ça s'arrête... par pitié..."

La voix étouffée de Sirion parvînt à peine aux oreilles de son tortionnaire. Les trois acteurs de la scène étaient alors immobiles. Le Khandéen posa son regard sur le visage de Gyrden. L'homme entre deux âges avait la même teinte de peau que la sienne. Ses yeux laissaient encore échapper des larmes de tristesse. Sirion était sur le point d'imploser. Mais ce visage...

Puis relevant la tête vers Sepsis :

"Évitez de tuer un innocent... et surtout de vous payer ma tête."

De son oeil valide, Sirion foudroyait du regard son ennemi. Ce dernier n'était pas vraiment sûr de comprendre.

"J'n'ai pas beaucoup connu mon paternel mais une chose est sûre c'est que c'est pas ce pauvre type..."

Le Fantôme cracha une nouvelle fois une gerbe de sang. Attaché telle une carcasse à la boucherie, l'homme d'Aldarion était atteint sévèrement au corps mais bien qu'ayant plié, son esprit n'avait pas rompu. Il avait bien cru sombrer mais il se découvrait une force mentale étonnante. Toutefois, son physique, lui, ne s'en sortait pas aussi bien.

"Des techniques de lâche, l'Ordre aurait pu me trouver un meilleur bourreau. Tu te considères comme un expert... tss."

Malgré ses nombreuses tentatives, Sirion ne parvînt pas à se redresser, pas cette fois. Son corps ne répondait plus. Il ne sentait plus ses orteils et ses poignets rongés par le fer le brûlaient.

"Tu aurais dû me rencontrer sur le champ de bataille, là je t'y aurai ôté ton sourire suffisant."

Puis il repensa à la dernière invective de Sepsis. Sirion se mit à ricaner.

"Et bien, tu voulais que j'parle. T'es content, j'espère ?"




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 41
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Mer 19 Juin 2013 - 11:09


Sepsis eut un rire glaçant. Et sa main jailllit de nouveau. Le père de Sirion eut juste le temps de dire

"Non, Neleg..."

Un crac horrible retentit. Gyrden les yeux revulsés tomba comme une pierre mort avant d'avoir touché le sol.

Sans un regard pour sa dernière victime, Sepsis s'avança de nouveau vers le passeur.

"Voilà un nouveau mort. Tu en es responsable Puma . Mais je te laisse dans l'expectative. Et si tu t'étais trompé et si cet homme était vraiment ton père. Tu es affaibli , ta vision te joue peut être des tours, non ? "

Sepsis eut un bref sourire

"Et oui la vérité est compliquée. Tes remords te tueront Passeur. Et si cet homme n'était pas ton père, il avait des amis voire des enfants. Tu aurais pu l'épargner en jouant le jeu. Mais non Le preux et droit Sirion ne peut se soumettre même pour sauver un homme. Imagine c'était peut être un homme que j'ai fait chanter pour sauver sa famille: joue un rôle et ta petite fille sera épargnée par exemple, un peuvre qui n'avait rien demandé. Reflechis Khandéen"

Sepsis resta silencieux les mains croisées dans le dos , ses yeux sans expression fixés sur Sirion

"Ta vision du monde est bien trop simple, Passeur. Ce n'est pas étonnant que le traitre  Saemon t'est berné comme un bleu".

Puis un cliquetis monta de la porte de la geole, Un guerrier en armure aux reflets rouges entra , roulant des épaules

"Neleg, le maitre vous demande...."

Sepsis ne se retourna pas pas , ne bougea même pas , fixant toujours Sirion.

Le guerrier haussa la voix

"Neleg , le maitre vous attend"

Le guerrier de l'Ordre était un des sbires de Caleb, un des meilleurs il était sûr de sa force et rien ne l'impressionait au monde.

Sepsis tourna juste la tête vers le nouveau venu. Le rergard tranchant de l'assassin fit déglutir le guerrier qui recula même d'un demi pas

"J'ai entendu"

Le guerrier tenta de reprendre prestance, on e faisait pas attendre l'Orchal

"Mais.."

Sepsis regardait de nouveau son ennemi

"J'ai entendu , dois je répéter encore ?"

Cette fois le guerrier ne demanda pas son reste et quitta la geole.

Sepsis déclara alors

"J'aime le travail bien fait je te l'ai déjà dit. Je pourrais te tuer ici et maintenant. Mais quel intérêt? Tu ne sers certes plus à rien. Mais j'ai peu d'adversaires à ma taille. Tu auras une chance mais naturellement tu mourras pair de l'Arnor"

Sepsis ne quitta pas immédiatement les leiux attendant toujours les meins croisées dans le dos une réponse de Sirion.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Mer 25 Sep 2013 - 20:53
Mais cette réponse ne vînt pas.

Sirion était arrivé à court d'arguments et surtout de force. Il ne parvenait plus à hausser la voix ; le sang coulait dans sa gorge, lui donnant chaque instant la sensation qu'il allait étouffer. Tous ses muscles le faisaient souffrir et il avait perdu plus de sang que dans toute sa vie. Son oeil boursouflé était d'une couleur proche du verdâtre avec des nuances violacées. Ses cheveux collés, humides et crasseux venaient parfaire le tableau.

Son tortionnaire semblait vouloir s'amuser encore avec lui, tout en sachant qu'il le tuerait de toute manière. Quoiqu'il en soit Sirion avait accepté depuis quelques jours qu'il ne quitterait jamais cet endroit vivant. Et l'attente devant les cavernes de Mandos commençait à devenir un véritable supplice, il n'en pouvait plus d'attendre. À quoi cela rimait-il ? Mais certains individus plein de cruauté et de sadisme semblaient s'amuser du pouvoir qu'ils détenaient sur autrui.

S'il avait pu, le variag aurait bien ri lorsque Sepsis lui annonça qu'il aurait "une chance". Une chance de quoi ? De crever selon le bon plaisir de ses hôtes ? Sirion s'en réjouissait d'avance.

Puis las d'attendre une réponse qui tardait, Sepsis finit par quitter la pièce, laissant son captif de nouveau seul. Enfin, seul avec le cadavre de cet inconnu. Car plus Sirion l'observait, plus il était certain qu'il ne s'agissait pas de son père. Mais de toute manière, son père était déjà mort dans son esprit. Et il ne tarderait pas à l'être, lui aussi.

"Qu'allons-nous faire de toi..." lança une voix.

Posant son regard sur la silhouette se dessinant devant lui, Sirion eut la gorge nouée en voyant son roi, l'air désabusé. Aldarion était vêtu de l'habit de l'Ordre, noir et blanc, comme à leur dernière rencontre à Dol Guldur.

"Une déception constante." continua-t-il.

"Ne le blâme pas Aldi... les peuples du Sud n'ont jamais vu plus loin que leur épée.. ou que leur arbalète." rétorqua une autre voix.

Sirion resta bouche bée devant le second homme. Tous ses cauchemars revenaient le hanter depuis qu'il était prisonnier.

"Sa... Saemon ?" lâcha-t-il.

"Mais il a survécu à tout cela, au moins." relança Havarian.

"Pour terminer en pitance pour l'Ordre ? Fantastique. Il ne t'arrivait vraiment pas à la cheville, Sim..."

"Vous êtes faux..." cracha Sirion, comme pour se dissuader d'entendre tout ceci.

"Nos paroles en sont-elles moins vraies ?" lui demanda Aldarion.

"Tu nous as été utile mais maintenant, c'est terminé. Tu auras fait ton travail à la perfection, étranger de terre lointaine."

La vérité le frappa en plein visage. Sirion se mit à trembler. Il allait mourir, loin de tous, oublié de tous, perdu qu'il était dans son esprit. Les deux silhouettes se dissipèrent petit à petit.

"Ibn-Lahad l'oublié..." conclurent les voix.

"NON !"

La porte de la cellule s'ouvrit brusquement, la lumière aveuglant le prisonnier.

"Détache-le et emmène-le. Le Maître s'impatiente du spectacle."

Alors qu'il était tiré de sa prison de fer, Sirion murmura :

"....non...."




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Flammèche qui s'éteint dans la Nuit
» Une Etoile s'éteint dans le ciel de Terrae.
» Une mélodie dans la nuit [LIBRE]
» « L'hiver s'installe doucement dans la nuit, la neige est reine, à son tour. » - Panthère des Neiges.
» Une ombre dans la nuit [ Ne pas répondre, merci. ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Les Royaumes Orientaux :: Rhûn :: Vieille-Tombe-
Sauter vers: