Je vous connais...

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Saemon Havarian
Grand Maître de la Compagnie du Sud
avatar

Nombre de messages : 81

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: impossible à dire
- -:

Mar 12 Mar 2013 - 22:33
( Un cadeau à celui qui me trouve la référence du titre)

" Je vous connais..."

La voix était forte et posée. Erco stoppa net son cheval, faisant signe à ses compagnons de l'imiter. La petite troupe venait juste de passer la porte. Le Comte cherchait d'où provenait la voix.

" Erco Skaline.. Comte d'Esgaroth. Ainsi, ce qu'on disait est vrai, on vous a gracié..."



Le milicien qui venait de parler était situé juste au dessus de la petite troupe. Il avait le visage large, la peau buriné des gens du sud et une petite barbe taillée. Son visage était bardé de petites cicatrices. Il avait étrangement insisté sur le mot Comte. De toute évidence, pour une raison où une autre, cet homme semblait nourrir envers Erco des sentiments pour le moins négatifs.

" Vous ne vous souvenez pas de moi ?"

Il eût un sourire mauvais et marmonna quelques mots, "pas étonnant" où quelque chose de ce gout là.

" Lieutenant Edonos, milice d'Osgiliath. Je suis né ici, j'ai vécu ici... J'ai rejoint l'armée du Gondor à ma majorité après avoir pas mal traîné dans les mauvais quartiers. C'était une sacré chance... et je l'ai saisie, je suis devenu en quelques mois membre de l'escorte du Haut Roy Mephisto... Une belle histoire non ?"

Le lieutenant ne laissa pas le temps à Erco de répondre, il continuait son long monologue.

" C'était une belle histoire jusqu'à ce que ma route croise la votre... J'étais avec vous au Chemin aux Dames. J'ai vu mes meilleurs amis tomber par votre seule faute. Facile de jouer les héros avec une escorte pour vous protéger dans la mêlée. On était seuls... et j'ai pris un mauvais coup. La tristesse et la douleur : la voie royale pour l'alcool. Je m'suis repris. On a plus voulu de moi près du Haut Roy. Mais j'étais une victime, votre victime... donc on m'a nommé lieutenant dans la milice. Fin de l'histoire."

Il cracha.

" Je sens que je vais avoir une furieuse envie de fouiller chacun de vos sacs... et je pense même que par pure précaution vous allez passer une nuit dans les cachots... juste histoire de voir si Mephisto a gracié le bon bonhomme. Vous allez voir comment on traite les gens dans votre genre à Osgiliath."

Comme pour mettre ses menaces à exécution, il fit un signe aux miliciens qui se trouvaient à proximité de la porte. Obéissant à leur supérieur, ils avancèrent en direction du Comte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Jeu 14 Mar 2013 - 13:46
(Référence à red dead redemption ??? )

Erco se stoppa net. On le connaissait donc. D'abord il en fut flatté, comme l'aurait été n'importe qui, mais bien vite il comprit que l'homme était tous sauf amical. Le ton dit du "Comte" fut méprisant, presque cinglant. Comme si son titre était une bonne blague. Le Seigneur Skaline se retourna pour voir son interlocuteur qui était au-dessus d'eux. Le lieutenant le fixait méchamment, et Erco lui répondu interloquer:

-Vous me connaissez, mais moi pas de toute évidence...


L'homme ne fut pas surpris de l'ignorance d'Erco, et marmonna une réponse inaudible. Cela semblait presque faire plaisir au milicien qu'Erco ne le reconnaisse pas. De quoi rajouter de l'eau à son moulin.

Il se lança alors dans un discours retraçant d'abord une jolie histoire comme il le dit si bien. Puis le Comte entra en scène et cassa cette belle histoire. Le chemin des Dames, lieu détesté d'Erco. C'était comme un fantôme qu'il croyait avoir abandonner derrière lui, mais apparemment pas. Cela lui revenait dessus pleine face au moment le moins opportun. Il n'avait pas de temps à perdre avec ce passé douleur. Des hommes étaient mort, certes, mais c'était la guerre. Il regrettait tous cela, mais c'était la vie.

Le lieutenant ne semblait pas du même avis, il voulait sa vengeance et lança des menaces de cachots toute la nuit, pour lui et ses hommes. Les emmerdes commençaient même pas encore entrer dedans...

Il devait se débarrasser de ce gêneur, aussi triste soit son histoire et sa vie, Erco ne se sentait pas pas responsable plus qu'outre mesure. Et là actuellement, il avait une mission à accomplir et s'attarder sur un petit rageur n'était pas au programme.

Le Comte Skaline soupira et prit une voix qui se voulait calme et amical:

-Vous pensez quoi? Que j'ignore qu'il y a eut des morts par ma faute? Je le sais, et croyez moi j'en suis pas fier. J'ai accepté les accusations misent à mon encontre, et l'on m'a fait libérer par la suite car apparemment j'étais plus utile au Gondor dehors que enfermer. Cette décision appartient au Haut Roi Mephisto, mettez moi au cachot et vous défierez ouvertement la grâce qu'il m'a accordé...

Il se tut un bref instant, puis ajouta d'une voix plus violente, plus autoritaire. Ebonos l'avait insulté sans le faire exprès.

-Et vous parlez d'escorte... J'en avais aucune au Chemin des Dames, j'étais seul, et j'ai failli en mourir aussi. Lorsqu'un carreau vous traverse l'estomac, oui, je suis sur que vous connaissez ce genre de blessure...

Il tapa son flanc gauche, ou le carreau de Saemon s'était figé. Même si son estomac n'avait pas réellement été touché, il préférait jouer les durs à cuirs avec ce lieutenant... Néanmoins une vilaine marque était toujours présente comme pour obliger Erco a ne jamais oublier son passé.

-Vous croyez peut-être que je suis un pauvre aristocrate devenu Comte à la mort de son père? Vous auriez tord de croire ça.... Je fus un temps comme vous à la limite de mal tournée.... J'ai rejoints le Gondor aussi assez jeune, et je l'ai servis pendant de longues années, mais je suis toujours rester au service de Mephisto... Laissez nous passer je vous en conjure, et je vous promets de revenir ici si vous tenez vraiment à ma nuit dans un cachot, mais là nous sommes pressés....


Pendant qu'il parlait, Erco ne lança aucun regard à ses compagnons. Il ne quitta des yeux Edonos qu'un bref instant pour regarder Thorseld et Alarthor. Si un seul de ses amis faisaient un geste agressif, tous risquait d'empirer. Erco pria pour que aucun ne fasse quelques choses qu'ils pourraient tous regretter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 547
Age : 19
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Ven 15 Mar 2013 - 16:47
Learamn faisait tranquillement marcher son cheval , les jambes du destrier avançait lentement et sereinement - oui pour Learamn et pour la plupart des rohirrim les chevaux n'ont pas de pattes mais des jambes , ils n'ont pas non plus de gueule ou de museau mais une tête ou une bouche etc...- , si Ouragan était détendu son cavalier lui avait une petite boule au ventre sans atteindre un niveau de stress paralysant. Depuis la bataille d'Aldburg Learamn avait mûri , il savait mieux se battre , avait moins peur avant un affrontement . Ses quelques égratignures lui donnait un côté un peu plus guerrier qu'auparavant et avec les voyage ses forts traits juvéniles commençaient à s'effacer très lentement , un inconnu le reconnaîtrait toujours comme le benjamin de la troupe.
Le plan du Comte était plutôt simple , leur chef ignorait si un danger les attendait à Osgiliath ou non il fallait donc s'organiser. Il chevauchait devant accompagné d'Eradan et de Thorseld , lui avait obtenu le rôle de tireur aux côtés d'Amdeo et d'un homme répondant au nom de Gnow. Leur rôle était de repérer un potentiel agresseur et de l'abattre sans sommation à l'aide d'un arc.

Alors qu'il pénétraient dans la ville une voix se fit entendre , l'homme à qui elle aprtenait connaissait le comte et le méprisait à priori , Skaline ne semblait pas le connaître. Un homme massif leur fit alors face avec un visage bardé de cicatrices. Cet homme était un guerrier expérimenté , il se présenta comme étant le lieutenant Edonos de la milice d'Osgiliath et se mit à raconter une sombre histoire- dont Learamn ignorait tout - concernant un lieu nommé le Chemin aux Dames où nombre de ses amis étaient morts par la faute du Comte. Après un peu ragoûtant crachas et avec une expression haineuse il déclara

-Je sens que je vais avoir une furieuse envie de fouiller chacun de vos sacs... et je pense même que par pure précaution vous allez passer une nuit dans les cachots... juste histoire de voir si Mephisto a gracié le bon bonhomme. Vous allez voir comment on traite les gens dans votre genre à Osgiliath.

Le fait qu'il veuille fouiller les sacs ned posaient à priori aucun problème mais après ces durs journées de voyage dans le froid , Learamn n'avait aucun envie de passer une nuit de plus dans les cachots. Le comte Skaline lui répondit immédiatement se défendant comme il le pouvait et il faisait ça plutôt bien. Learamn apprit aussi que le Comte avait été blessé à l'estomac lors de cette mystérieuse bataille , enfin , le Comte supplia le milicien de les laisser passer , c'est alors que Learamn aperçut les homme du Gondor , armés s’approchaient de la troupe. Ne savant pas trop que faire le jeune homme chercha le regard du Comte en quête d'aide mais celui-ci fixait profondément Edonos. Learamn serra discrètement son arc bandé , prêt à intervenir en cas d'affrontement. Il avait appris à s'en servir à l'époque de sa formation à Edoras dans les rangs d'Hogorwen mais il n'excellait pas dans cet art et cela faisait longtemps qu'il n'avait pas tiré une flèche. Il glissa à Amadeo et à Gnow

-Que fait-on?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Saemon Havarian
Grand Maître de la Compagnie du Sud
avatar

Nombre de messages : 81

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: impossible à dire
- -:

Ven 15 Mar 2013 - 16:55
Edonos rit fort, trop fort pour que cela soit naturel.

" Comte Skaline... j'ai toujours servi mon Roi également, je ne suis pas devenu Comte pour autant. J'ai de toute évidence mieux servi mon Roi sans devenir Comte."

Les miliciens s'étaient arrêtés dans leur mouvement, dans l'attente de la suite.

" Je ne discute pas la décision du Haut Roy de vous libérer... je discute le risque que vous représenter pour le calme et la sécurité de cette ville. Je ne fais que mon boulot de milicien."

Il sourit, dévoilant ses dents mal entretenues. Il semblait décidé à faire du zèle et à chipoter autant que possible afin de pourrir la vie et certainement la nuit d'Erco et de ses compagnons.

" Vous êtes quelqu'un de très instable. Colérique. Dangereux... le fait que vous veniez dans la ville armés jusqu'aux dents démontre bien votre volonté de créer des ennuis... Vraiment... Je peux difficilement prendre la décision de vous laisser entrer. Malheureusement mon supérieur n'est pas de garde aujourd'hui. Il serait sans doute plus sage de vous laisser passer la nuit au cachot jusqu'à ce qu'il soit là. Vraiment je.."

Le lieutenant fut interrompu dans son long monologue par une voix forte.

" Edonos !"

Un homme, vêtu d'une fine cuirasse de cuir, un arc à la main et un carquois à la ceinture s’avançât en direction d'Erco, regardant vers le lieutenant obtus.


" Laisse ces gens tranquille..."

Le regard du lieutenant changea rapidement. Il fixa le nouveau venu.

" Vadolas ? Tu n'es pas sensé être parti vers Rhûn avec la caravane ?"

Le dénommé Vadolas haussa les épaules.

" Si mais la caravane est retardée. Laisse ces gens, ils n'ont pas envie d'être importunés ici."

Le visage d'Edonos afficha une expression d'authentique surprise.

" Mais... c'est Erco Skaline !"
" Je sais."


Edonos haussa les épaules à son tour.

" D'accord, d'accord... vous pouvez passer."


La petite troupe allait repartir quand Vadolas fit mine de s'approcher d'Erco.

" Vous êtes sans doute fourbu et l'altercation avec Edonos doit vous avoir un peu mis sur les nerfs. Que diriez-vous si je vous indiquais une auberge ? Après je pourrais vous montrer un endroit où se détendre... "

Il avait prononcé le dernier mot avec une étrange intonation et il avait appuyé ses dires d'un clin d'oeil des plus discrets.

" Je crois que certaines personnes pourraient aimer vous rencontrer..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Sam 16 Mar 2013 - 8:47
Edonos était une forte tête, Erco le comprit assez vite et malgrés ses efforts pour calmer le lieutenant ce dernier ne voulait pas lâcher l'affaire. Il tait bien remonté contre le Comte et prêt à l'embêter jusqu'au bout de la limite de son pouvoir. Leur dialogue n'avança pas d'un pouce en cinq minutes. Edonos traita Erco de colérique, instable et dangereux... Le concerné resta figé devant ces qualificatifs. Est-ce comme ça que les gens le voyaient? Colérique et instable, s'il l'avait été plus jeune, il ne l'était plus à ses yeux en ayant prit en maturité et en capacité d'analyse à force de devoir commander un groupe d'homme. Ses responsabilités de Comte et de passeur avaient changé sa vision et ses modes d'intervention...

Le lieutenant allait rajouter une couche avec un grand sourire. Comme il devait être heureux. Il pouvait venger en quelque sorte ses compagnons mort. C'était un comportement immature et inutile, mais la colère des fois rendaient toute objectivité impossible.

Soudain une voix forte interrompit le milicien, et l'ordre de laisser passer le groupe d'Erco claqua dans l'air. Un homme entrait en scène. Cheveux brun et mis long, il avait une grande autorité vu que Edonos accepta d'un hausse d'épaule d'abandonner sa guérilla contre Erco. Le nouveau venu nommé Vadolas ne semblait pas être un milicien, et encore moins gradé. Son armement simple ne correspondait pas du tous avec cette fonction.

Alors que le groupe s'ébranlait pour entrer dans la ville, Vadolas s'approcha d'Erco qui écouta attentivement ce que leur "sauveur" avait à lui dire. Le Seigneur Skaline comprit en une fraction de seconde que c'était un ami, et qu'il venait d'entrer plus ou moins en contacte avec "l'ami de l'ami" Détendre fut prononcé bizarrement, et Erco y vit une promesse de réponse, du moins l'espérait-il.

-Seigneur Vadolas, je vous en suis reconnaissant de votre intervention. Et votre proposition que nous conseiller une auberge est la bienvenu.

Il se tut et ajouta en baissant d'un ton:

-Effectivement je crois que j'ai des gens à voir dans cette ville.

Puis remontant d'un ton:

-Allons y donc. Vous nous montrez le chemin? je ne suis pas venu à Osgiliath depuis des années et je risque de nous faire perdre dans vos ruelles.

***

Le cortège se fit en route alors. Chacun était silencieux que tous se soit bien terminé. Learamn qui s'était montré le plus nerveux put ranger son arc rassuré. Gnow soupira et murmura à ses deux compagnons:

-C'est pour ça que je suis à son service. Il arrive toujours à s'en sortir, d'ou l'important d'être avec lui.

Il rit à ses propres paroles. C'était la première fois du voyage qu'il faisait un trait d'humour. D'habitude taciturne et contrôlé, Gnow montrait un autre de ses côtés à ses compagnons.

Les autres écartèrent machinalement leur main de la garde de leur épée et tous se sentaient en sécurité avec Vadolas à leur côtés comme guide. Ils arrivèrent bientôt à une auberge presque déserte, mais qui avait l'air pas trop mal.

Le Comte pressé d'en terminer, commander un repas pour lui et ses hommes, et lança également une bourse pleine pour louer six chambres avec deux lits chacune pour la nuit. Ses compagnons et lui-même apprécieront une bonne nuit sur un matelas presque pas douteux.

Tous s'assirent à la table, et trois cruches de vin vinrent très vite orné leur table. Erco s'en servit un verre et proposa à Vadolas avant de lui demander:

-Vous avez parlé d'un endroit ou nous détendre. Ou est-ce?


Erco ne parla point du Rhûn, mais il avait envie de savoir ce qu'allait faire leur nouveau ami dans cette contrée... Ce ne pouvait pas être une coïncidence qu'ils allaient tous là-bas presque au même moment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saemon Havarian
Grand Maître de la Compagnie du Sud
avatar

Nombre de messages : 81

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: impossible à dire
- -:

Sam 16 Mar 2013 - 13:13

Vadolas avait emmené le Comte à travers les quartiers nobles vers l'Anduin. Arrivé aux deux grands ponts, il avait repiqué vers le sud en longeant les berges aménagées du grand fleuve. Ils étaient arrivés devant la plus grande auberge de la ville : L'auberge de la Couronne.
Là, des valets bien éduqués leur avait pris leurs affaires et soignés leurs montures. Le service était de qualité et de toute évidence ils étaient habitués à s'occuper des étrangers. Pourtant, les tarifs pratiqués étaient des plus raisonnables. Un des cavaliers s'en étonna, ce qui donna lieu à une explication de la part de Vadolas.

" L'auberge de la Couronne appartient à la Compagnie du Sud... Leur intérêt n'est pas de louer des chambres, ni de faire du profit... attirer des commerçants, des touristes ou des acheteurs est bien plus rentable. En diminuant les prix des chambres, ils attirent plus de monde et font marcher tous les autres commerces. "

Vadolas semblait particulièrement au courant de ce qui se passait dans la ville et paraissait donc un guide des plus utiles. Il laissa ses hôtes prendre leurs aises et les rejoints à une table à laquelle Erco avait commandé du vin. Il le mit directement en garde.

" Faites attention Comte, tous les habitants d'Osgiliath ne sont pas riches... méfiez-vous quand vous exhiber votre bourse, cela pourrait vous attirer des ennuis."

Alors que le Comte l'interrogeait sur l'endroit de détente, Vadolas avala une gorgée de vin avant de reprendre.

" Patience mon ami... L'endroit où je compte vous emmener n'est ouvert qu'à partir d'une certaine heure. Cependant, Osgiliath est une belle ville disposant de nombreux trésors qu'il est plaisant de visiter. Pourquoi ne profiteriez-vous pas de cette après-midi pour faire un tour ? Les ponts ont tous étés restaurés avec le plus grand soin et sont magnifiques. Les ruines de la Tour du Dôme sont également à voir."

Il sortit un parchemin qui en réalité s'avérait être une carte très précise de la ville. Il entoura l'auberge sur la carte.

" Vous êtes ici."

Il pointa les différents endroits notables à visiter, puis traça une croix sur la carte.

" Voilà où nous nous retrouverons tout à l'heure. Disons dans trois heures...."

Il traçat alors un itinéraire à travers les rues et ruelles de la ville.

" Voilà le chemin que je vous conseille d'emprunter pour y aller. C'est le plus sûr... Si vous préférez vous reposer à l'auberge, il n'y a pas de problème."

Spoiler:
 

Vadolas se leva, laissant la carte à ses compagnons. De toute évidence il avait à faire avant le rendez-vous du soir.

" Je vous laisse jusqu'à ce soir..."

Il salua, il allait laisser ses hôtes quand un élément lui revint à l'esprit.

" Ah oui... ne vous promener pas avec des armes, la milice et les commerçants n'apprécient pas du tout."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gebir
Seigneur de Pinnath Gelin - Earkano, Maître des Mers et des Semi-Eunuques
avatar

Nombre de messages : 297

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 37 ans
- -:

Sam 16 Mar 2013 - 14:07
Il avait préparé pendant deux jours son expédition vers l'Est. Malgré la promesse de l'aide de l'Arbre Blanc, il ne savait ce qu'il ferait une fois arrivé sur place. Il n'allait pas foncer tête baissé dans la gueule du loup. En fait, il allait lui falloir une période de préparation et de réflexion. Évitez de se faire remarquer, savoir comment soudoyer les gardes du Rhun. Et plus que tout ne pas se faire passer pour un homme du Gondor. Il avait quasiment tout laisser à Minas Tirith. Son cheval, ses habits de noble, ses titres, ses manières et même ses cheveux. Le crane ras et complètement rasé, il rajeunissait et ne ressemblait plus au seigneur qu'il était. Les seules choses qu'il avait gardés bien caché sur le flanc de sa monture étaient son épée légendaire Gurthascar et sa cotte de maille verte d'où lui venait son surnom

Il avait passé la Grande Porte comme un vulgaire voyageur sur un cheval de voyage vétu d'un vieux manteau de fourrure bouffé aux mites sur des breloques brunes en dessous duquel se trouvait un pourpoint de cuir. A sa hanche, une épée de bonne facture qui paraissait fortement usée.

De nouvelles congères s'étaient formés et se formaient sans cesse sous le blizzard qui s'abbatait sur la cité blanche. Le cavalier prit la direction de ce qui devait être Osgiliath en suivant deux marchants sur des chariots bâchés qui repartaient surement vers le Sud et des affaires plus prospères. Le vent rendait quasiment impossible de garder les yeux ouverts. La neige et le froid vous pénétraient le corps et les articulations du chevalier lui rappelèrent leur présence en un millier de pointes d'aiguilles. Cette sensation de tiraillement sourd et froid si désagréable qui vous montre à quel point vous avez vieilli.

Par endroits, la neige n'était épaisse que de cinq centimètres et vingt mètres plus loin, une congère d'un mètre vous barrait la route. Le maigre convoi se perdit deux fois radicalement avant de tomber sur les berges du grand fleuve qu'ils longèrent vers l'amont pour retrouver l'ancienne capitale d'Osgiliath.

La milice les laissa rentrer sans problème dans la cité. Une cité moitié en ruine, moitié florissante. De nouveaux bâtiments avaient été reconstruit avec des pierres des anciens et certains quartiers étaient totalement désert. Seul le port et le centre de marchandage ressemblait à quelque chose. En particulier, la haute et grande maison de la Compagnie du Sud. Fleuron du commerce gondoréen, renommé dans les quatre coins des Terres du Milieu et première puissance d'Osgiliath depuis que l'intendance de la cité revient au conseil des marchants de la Compagnie.

Gebir flana un moment pour récupérer les informations dont il avait besoin. Et le quartier marchand et celui des docks étaient les meilleurs pour ça. Une caravane devait partir dans les jours à suivre. A vrai dire, elle aurait déjà du partir mais un ordre avait été donné. Un homme du nom de Vadolas semblait s'occuper de sa sécurité de la caravane.Il avait un groupe de mercenaires sous ses ordres qui assurait la sécurité de la caravane. Cela arrangeait bien Gebir de se tenir loin de Saemon, Grand Maitre de la Compagnie qu'il avait rencontré dans le nord. Le genre d'homme qui ne servait que ses propres intérêts et nul ne savait de quel côté il était. Il traînait souvent dans une auberge de la cité, là où Gebir l'attendrait.

**********************

Accoudé au comptoir et sirotant une bière brune amer du sud, Gebir réfléchissait à ce qu'il connaissait du fonctionnement des caravanes. Les mercenaires,les marchants habituels et ceux de passage.

Plus une caravane était grande, plus il était facile de passer inaperçu mais plus le voyage allait être long. Il espérait à la fois les deux. Une caravane importante et un bon rythme de voyage. L'auberge était la plus grande de toutes et de loin, celle de la meilleure qualité. Le tenancier rendait des comptes directement à la Compagnie. Une écurie avec des valets de qualité sur l'arrière du batiment avec une porte de sortie facile et discrete. Un colombage sur trois étages en plus du rez de chaussée. Une salle commune moitié vide où de nombreuses personnes se serraient autour des feux. Le sol fait de plaque de grandes plaques de marbre dessinait un riche motif. Seules deux ou trois auberges de Minas Tirith au niveau des plus nobles quartiers pouvaient se vanter d'avoir un si beau établissement et aucun n'avait cette taille.

Soudain, le chef des mercenaires entra dans la pièce suivi d'une douzaine d'hommes à l'aspect lugubre et méfiant. Tous avait une épée ceinte à leur côté et certains avaient dague et poignard à portée de main. Des mercenaires. Ses mercenaires.

Mais il y en avait un qui n'était pas ce genre. Cela faisait fort longtemps que Gebir n'avait pas entendu sa voix ni même l'avait aperçu. Cela remontait à l'époque de la grande guerre du nord, à l'époque de la trahison du prince de Dol Amroth. Erco Skaline, ce vieux renard était là mais il ne pouvait le reconnaître avec son crâne rasé et les effets du temps sur l'ancien chevalier.A vrai dire tant mieux vu qu'il connaissait son statut de seigneur et qu'il était en présence de Vadolas.

Gebir se retourna vers le comptoir et les laissa s'installer à une longue tablée.Il suivait leurs faits et gestes avec un grand miroir au comptoir. Le soi disant Vadolas partir tout à coup et aucun autre ne sembla bouger. Gebir réfléchissait à un moyen de contacter Erco, il devait savoir ce qu'il faisait ici et pourquoi il parlait avec le chef des mercenaires. Un gribouillis sur une ardoise et une piécette au serveur pour l'apporter à Erco une fois qu'il serait sorti.

"L'épée verte vous attend aux écuries."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amadeo du Rohan
Lieutenant de régiment Rohirrim
Lieutenant de régiment Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 264
Age : 24
Localisation : Aldburg ~ Rohan
Rôle : Rôdeur - Lieutenant de la Cohorte de l'Est

~ GRIMOIRE ~
- -: Demi-Elfe
- -: 40
- -:

Dim 17 Mar 2013 - 13:48
La situation délicate fût brisée par un homme tout aussi inconnu que le fauteur de trouble. Curieuse cité que celle-ci. Amadeo n'avait jamais vraiment aimer le Gondor. Ni ses villes, ni ses terres, ni ses habitants. Rabaissant son arc, mais toujours avec la corde tendue, le Lieutenant laissa Erco gérer la chose. Learamn semblait encore quelque peu stressé, et Amadeo posa discrètement une main sur son avant bras, comme pour le rassurer et lui demander de se tenir tranquille.

Finallement, Le Comte fit signer à sa compagnie de suivre l'étrange homme qui venait peut-être de leur épargner quelques ennuis. Ils se dirigèrent vers les deux ponts, qui semblaient avoir été rénovés il y a peu. Le rôdeur admira l'architecture, plus impressionnante ici que dans les quartiers à l'entrée de la cité. Les berges qu'ils longèrent par la suite étaient tout aussi élégantes. Une certaine agitation régnait dans le coin, mais rien de particulièrement mençant. Amadeo gardait néanmoins une main sur le pommeau de Bräandal.

Ils firent halte devant une imposante auberge. Le demi-elfe n'en avait jamais vu d'aussi grande et d'aussi belle. La façade était ornée de décorations luxueuses, parmi lesquelles on pouvait lire "Auberge de la Couronne". Des valets s'occupèrent d'eux et de leurs montures.

" L'auberge de la Couronne appartient à la Compagnie du Sud... Leur intérêt n'est pas de louer des chambres, ni de faire du profit... attirer des commerçants, des touristes ou des acheteurs est bien plus rentable. En diminuant les prix des chambres, ils attirent plus de monde et font marcher tous les autres commerces. "

Amadeo laissa trainer son regard en direction de Vadolas. Même si Skaline semblait lui faire une confiance aveugle, le Lieutenant du Rohan n'avait pas le même avis à son égard.

Le repas fût délicieux, et le vin des plus raffinés. Tandis que les hommes savouraient toutes ces bonnes choses, Vadolas et Erco discutaient, penchés sur une carte de ce qui devait être Osgiliath.
Leur saveur se leva alors, et s'éclipsa aussi vite qu'il n'était apparu.
Amadeo s'essuya rapidement la bouche avant d'aller prendre place plus près de Erco Skaline.
D'une voix à peine audible, il lui demanda ;

- Etes-vous certain que c'est bien lui ? Notre homme ? Il ne m'inspire pas totale confiance. Nous ne devrions peut-être pas le suivre les yeux fermés.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Lun 18 Mar 2013 - 15:20
Le repas fut délicieux, et le service était vraiment rapide. La bouteille de vin se vida à une vitesse hallucinante, et Erco s'arrêta au bout du troisième verre et contenta de profiter d'une eau bien fraiche pour la fin du repas. L'auberge était relativement calme, quelques personnes y étaient attablée pour la plus part des voyageurs. Aucun n'avait l'air de les observer, et aucun n'était lourdement armée. Ce qui rassura le Comte toujours à l'affut.

Vadolas lui passa une carte et l'invita à visiter la ville et lui promis qu'il y avait des bâtiments à aller voir. Cela devait être magnifique, mais Erco n'avait pas le coeur au tourisme. Il devait rencontrer quelqu'un et il ne savait toujours pas qui. Le rendez-vous fut donné pour dans trois heures, le chemin était déjà tracé sur la carte. Cela donnait trois heures à Erco pour s'organiser.

Bientôt Amadeo vint s'asseoir à ses côtés, et lui fit part du manque de confiance qu'il avait en ce Vadolas. Erco sourit et répondit brièvement, alors qu'il lisait un mot qu'il venait de recevoir par le serveur:

-Ce n'est pas lui notre homme, du moins je ne crois pas.... En revanche, il sait ou il se trouve... Mais je n'ai aucune confiance en lui tous comme toi. Et tu as raison... Tu vas prendre Gnow, Learamn et Mandor avec toi, et dans une heure vous allez à cet endroit.

Il pointa du doigt le lieu du rendez-vous.

-Et vous y resterez les deux heures précédents notre arrivée.... Vous aurez le temps de voir si des gens se placent de manière hostile, ou surveille la place... Ne vous armez pas des masses. Poignards, dague, arc éventuellement rien de plus. On va éviter de devoir encore faire face à ce lieutenant... Profite de cette heure pour te reposer, et t'amuser.... Excuse moi, je dois aller voir mon cheval... Il boitait avant, je veux vérifier que c'est pas grave.

Sans ajouter le moindre mot Erco se leva et se dirigea d'un pas lent vers les écuries. Ce départ rapide pouvait peut-être paraître louche au jeune Amadeo. Du coup, le Comte jeta un regard en arrière pour vois si ses compagnons l'observaient, mais ce n'était pas le cas. L'épée verte, il sourit une nouvelle fois. Un de ces vrais sourire si rare chez le Comte. Gébir, ce vieux compagnon vivait donc toujours. Il en avait traversé à ses côtés. Mordor, Dol Amroth, le Nord. Cela avait été des années bien difficiles pour eux deux.

Le Seigneur Skaline poussa la porte à double battant menant à l'écurie. Elle semblait vite en apparence, il ne voyait pas son ami en tous cas. Pourtant il devrait être là. Il y avait bien un homme au fond de dos, mais Erco jurerait que ce n'était pas Gébir avec ce crâne rasé. Erco était immobile, et dit comme si c'était un code:

-Je cherche une épée verte, y en a-t-il une ici?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gebir
Seigneur de Pinnath Gelin - Earkano, Maître des Mers et des Semi-Eunuques
avatar

Nombre de messages : 297

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 37 ans
- -:

Lun 18 Mar 2013 - 19:19
Le chevalier vert. La couleur des armoiries de sa famille, la couleur de son amour et son penchant pour tout ce qui vit dans ce monde. Il aimait le printemps, l'été, l'automne et même l'hiver. Quand celui ci était doux et clément, quand on pouvait se balader le petit matin à l'aurore, entre chiens et loups, l'air frais et sain qui vous purifie de l'intérieur et vous rappelles.
Quand il vous rappelle ce que vous êtes, soldat, seigneur, forgeron ou manant mais aussi quand vous vous sentez quelqu'un de bon. C'était ça la philosophie du chevalier vert. Chacun à son niveau avait une occasion de rendre le monde meilleur. Du boulanger qui donnes ses excédents aux manants, du manant qui donne un coup de main à la vieille dame pour monter les marches ou du noble qui soigne ses sujets.

Une vie de devoir qui vous apporte tant de joies et de reconnaissance. Il avait été reconnu comme un grand chevalier tant à l'époque où il fut chevalier qu'ensuite en tant que noble. Par le peuple, par ses supérieurs et surtout par ses amis.
Ces gens qui vous jugent sur vos faits et sur votre coeur. Et non sur des paroles et des gestes inconsidérés

Erco était l'un de ceux là.

Ils avaient ri, bu, combattu et surtout penser à un monde meilleur. Ils avaient prêté serment de défendre les faibles et de sauver ceux qui devaient l'être. Des plus sombres cavernes aux champs de bataille, ils avaient avancé sans peur, ni reproche côte à côte pour détrôner le mal. Chacun savait que l'autre donnerait sa vie pour la sienne et que rien ne les forcerai à se trahir. Dans le malheur ou le bonheur, dans la pauvreté comme dans la richesse.

C'était ça la plus belle et la plus simple des choses. Ce que certains appelent ami, moi je l'appele ma famille.

***************************

Il avait attendu dans le fond de l'écurie en bouchonnant son cheval. Il repensait au passé qu'ils avaient eu. Les barres de rire et les galères. Les moments de doutes et les moments d'insouciance. Leur appartenance à la guilde qui avait perdu d’intérêt après la grande guerre au nord qui avait tenu le mal à distance mais maintenant les terres du milieu avaient de nouveau besoin d'eux et Gebir doutait que seul le hasard les avaient réuni au même endroit. Le destin, la necessité ou bien il faisait partie de l'Arbre Blanc.

Il le sentit rentrer plus qu'il ne l'entendit avec la froid venant de l'extérieur. Gebir finissait d'étriller la robe brune du canasson quand Erco parla enfin d'une voix presque naturelle comparé au ridicule de la réplique.

Se retournant lentement, il souriait. Peut être du même sourire que certains appellent sadique. Un sourire obligatoire. Celui qui même dans les pires moments vous donne une tête de con.

Tout dépend du nombre d'ennemis qui te suive mon ami. Ou bien vers ceux que tu vas.

Erco semblait stupéfait par le nouvel aspect du gondoréen. Que lui dire? La vérité ou le mensonge. Lui n'avait guère changer, les années avaient prit une part de sa fragrance mais il restait fort et séduisant. Il avait l'air plus sérieux et sévère que dans ses souvenirs.

Tu n'as pas changé et heureusement car je doutes que tu m'aurais reconnu dans cet accoutrement.
Que deviens tu et diable qu'est ce que tu fais en Gondor sans passer dans mon fief? Tu t'ennuis de ton ancienne vie d'épée louée pour te remettre au mercenariat.


Tout parlant, il s'était maintenant rapproché du comte et l'avait attrapé par les épaules pour le regarder sous toutes les coutures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Mar 19 Mar 2013 - 20:02
Lorsque l'homme qu'il prenait pour un écuyer se tourna en parlant d'une voix forte, Erco reconnut à l'intonation son ami Gebir plus que son physique. Une nouvelle apparence, presque un autre homme. Le crâne rasé, et la barbe aussi, lui donnait un air sévère, mais plus jeune qu'il ne devait l'être. C'était une métamorphose surprenante. Le Comte ne put cacher sa surprise, et ne put réprimer l'apparition à son tour son grand sourire. Un sourire béant qui fendait le visage des hommes un peu cinglé. Les deux amis avaient ce sourire en commun!

Le Seigneur prit Gebir dans ses bras avant de lui répondre. C'était des retrouvailles heureuses et très fortuite. Qui aurait imaginé que ces deux chevaliers se retrouvent dans la même auberge? Pour Erco c'était la deuxième personne en quelques jours qu'il revoyait après plusieurs mois, ou année dans le cas de son ami "l'épée verte".

Il lui répondit avec toujours ce même sourire sur son visage lorsqu'ils relâchèrent leur courte étreinte.

-Mon amis, cela fait des années... C'est bon de te revoir saint et sauve... Ha tu me connais, je vais droit vers les emmerdes! Pour ça j'ai pas changé.... Donc des ennemis y en aura à souhait... 'Fin, je suppose.

Il ne savait pas vraiment ce qui l'attendait, mais il pouvait penser sans trop se mentir à lui et à ses hommes que l'Ordre n'allait pas se laisser détruire sans opposer la moindre résistance. Il s'attendait plus à un combat ardu car apparemment les Pères espéraient l'abattre avec cette petite compagnies c'était donc que l'Ordre était faible... Ou qu'on envoyait Erco et les siens dans une mission désespérée presque suicidaire... C'était aussi probable. Tout était apparence, et les apparences sont trompeuses.

-Haaaa j'y serrais bien passé bien volontiers si je n'étais pas en mission... De ce faite j'étais pressé d'arriver dans cette foutue ville pour recueillir quelques informations.... Je viens du Rohan, d'Aldburg pour être précis alors croit moi mon épée vient d'être baigner dans un lac de sang... C'était un massacre... Qu'on aille survécu c'est un miracle... On se serait cru à Dol-Amroth, sauf qu'il faisait vraiment froid là.

Il sourit tristement cette fois. Gebir connaissait sans doute cela. Ses souvenirs se bousculaient dans sa tête et se mélangeaient. Chaque charge avait marqué le Comte par tous le sang versé pour une petite victoire qui dégage un autre combat à entamer. Du coup chaque charge ressemblait à une autre, et bizarrement à chaque fois c'était des situations désespérée... Comme s'il n'y avait que ça qui attirait Erco.

-Enfin bref, tu vois... Et toi donc qu'est-ce que tu fais ici? Vu ton changement de tête, tu n'es pas là pour des affaires diplomatiques... T'es plutôt venu te fondre dans la masse... Et avec brio, je te t'aurais jamais reconnu... On me parle beaucoup du Rhun, tu sais des choses à se propos?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gebir
Seigneur de Pinnath Gelin - Earkano, Maître des Mers et des Semi-Eunuques
avatar

Nombre de messages : 297

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 37 ans
- -:

Mer 27 Mar 2013 - 23:52
Des emmerdes, on en a toujours à voyager dans les terres sauvages.En tout cas, tu sembles t'entourer d'une belle paire d'épées comme compagnons. Si bagarre, il y a tu saura t'en sortir. Des gars à toi ou des mercos?

Gebir posait cette question sans véritable but propre, plus par curiosité ou par intuition que quelque chose clochait. Il passa la main dans ses cheveux, enfin c'était le geste qu'il fit avec les doigts ouverts mais sa transformation n'avait pas changé certaines habitudes et il allait devoir passer une paire d'heures dans sa semaine pour maintenir sa face de tout cheveux ou barbe. Les mercos pourrait lui servir une excuse s'ils étaient à destination du Rhun comme lui mais pas la charrue avant les boeufs. Il avait le temps.

Erco conta rapidement la bataille à Aldburg, la charge des chevaliers, la resistance des Naugrims et la chute du roi tyran. Gebir aurait du aller à l'encontre du Haut Roi et aller preter main forte avec une troupe de conscrits volontaires comme l'avait fait la compagnie du cor brisé.

"Je... Je... J'aurai du être là. Le Gondor aurait du être là. Nous aurions peut être pu éviter des morts mais dans quelle mesure. Je ne sais pourquoi le Haut roi n'est pas intervenu. Je pense qu'il ne pouvait se ranger dans un camp ou dans un autre. Je suis désolé mon ami. J'engraisse dans ma demeure pendant que l'injustice grandit."

Le chevalier vert savait qu'Erco ne lui en voulait pas. Qu'il n'avait dit ça que pour lui prouver la culpabilité de son inaction mais dans le coeur de l'Earkano, il s'en voulait mortellement.
Dol Amroth avait aussi été le théatre d'un régicide, enfin celui du prince de Dol Amroth, ce seigneur félon. Gebir l'avait mis hors d'état de nuire en une matinée. La cité du cygne avait été conquise en une matinée de sang, de larmes et de feu. Sa lance était toujours planté dans la pierre en haut de la cité, symbole de la libération et de la lutte contre la tyrannie. C'était son plus grand triomphe passé et futur. Il n'avait rien à prouver dans le fond et pourtant à plus de quarante cinq ans il continuait à faire vivre cette grande cause qu'est la liberté.
Et maintenant, il se rendait en Rhun pour tuer un ennemi du Gondor.


"...On me parle beaucoup du Rhun, tu sais des choses à se propos?"

"Oui, je sais des choses. Je te fais confiance mon ami, à toi d'en faire autant. Le Gondor m'envoit chercher aprés un homme au sein d'une organisation secrête appelé l'Ordre. Ma mission est de le trouver et de l'éliminer. La piste est fraiche mais les sources seront plus dure à trouver là bas et restez incognito quasiment impossible. D'où ma sale tête et mon accoutrement de mercenaire. Il vaut mieux si je me fais prendre qu'on ne reconnaise pas le chevalier de Dol Amroth et seigneur du Gondor. Et toi, je t'ai vu parler avec Vadolas? Un ami à toi? Je dois le rencontrer pour me rendre en Rhun."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Jeu 28 Mar 2013 - 9:47
Il sourit! Si Gebir croyait en des mercenaires c'était bon signe, ils avaient une chance de se faire passer comme tel. L'absence de signe et d'appartenance n'avaient donc pas été fait pour rien. C'était rassurant, et un peu déshonorant pour un chevalier de ne pas porter ses couleurs...

-Ce sont des bons gars. Y a des rohirrims, des chevaliers du Cors brisé dont Eradan, mon ancien écuyer, Alarthor tu connais? Un arnorien et moi. On est douze attifé comme des mercenaires, mais tous chevalier dans le coeur en tous cas!

Il avait dit cette dernière phrase plus doucement que le reste, comme si cela le touchait. Ce moment passa très vite dés que Gebir parla de remord. Il n'avait aucune raison de s'en vouloir. Erco répliqua donc presque violemment en posant sa main sur l'épaule de son ami:

-Ne dis pas de bêtises, en n'y participant tu as laissé à tes conscrits une chance de vivre de plus... C'est un beau cadeau... Ils n'aurait eut aucune chance... Cette Ordre produit des guerriers de choix, ils sont doué et n'ont aucune pitié. Tes conscrits auraient servis de chair à canon... Tu n'as rien a regretté.... Et comme tu dis ce choix d'intervenir ou pas appartenait au Haut Roi, et la politique empêche bien souvent des actes de bravoure... On le sait bien les deux.... Tu n'as rien a t'en vouloir, je te le promets.

Le Comte Skaline savait que ses paroles ne consolerait son ami que moyennement, voir pas du tous. Mais le fait de lui dire de vive voix qu'il ne lui en voulait pas, ne pouvait qu'être bénéfique. De toute manière entre eux, ce ne serait pas une petite absence qui créera une tentions. Ils en avaient vécu des moments durs et cela avait forgé une amitié dur comme le roc! Erco enviait même presque Gebir de n'y avoir pas participer. Il gardait des images du sol boueux d'eau et de sang. La neige imprégnée de sang ou des membres gisaient comme noyés. C'était une vision d'horreur. Il se rappelle avoir vu un gosse pleurer. Il avait dix-sept ans, il tenait un bras, SON bras. Le Seigneur d'Esgaroth avait failli vomir en voyant ça. La vie était injuste, tellement injuste. Pourquoi n'avait-il pas été à la place de ce gamin? Pourquoi?

Gebir interrompit les sombres pensées d'Erco et expliqua les raisons de sa venue à Osgiliath. Vadolas était donc encore présent. Cet homme devait avoir une réelle importance dans cette ville. Mais laquelle??? Encore le Rhun, tous y allait. C'était comme un aimant à chevalier apparemment.

-Alors on va au même endroit mon ami... On m'a chargé d'aller détruire l'Ordre au Rhun, avec douze hommes. Ce serait presque de la folie si j'y croyais pas... Faudra que je te présente mes compagnons après.... Moi je n'ai pas beaucoup d'information, Vadolas est mon contacte pour rencontrer un "ami" qui a des informations pour moi... je n'en sais pas beaucoup plus... Les informations sont rare et partielle, mais on fait avec!

Il fit une pause lui lança plus joyeusement:

-Allez viens, je vais te présenter mes compagnons, et je t'offre le diner de bon coeur.

Et il entraina son ami avec lui vers la salle commune.

***

Erco et Gebir arrivèrent d'un bon pas vers la table de la compagnie du Comte. Ces hommes buvaient et bavardaient de tous et de rien. Tous semblait bien s'entendre et s'amuser. C'était bien, et cela rassurait Erco. Une bonne entente était obligatoire si l'on veut combattre avec confiance côte à côte. Il fit asseoir Gebir à ses côtés, et pendant qu'il lui servit un verre de vin il lui expliqua:

-Je te laisserais te présenter après. Voilà Alarthor, mon ancien écuyer. Là il y a Amadeo, Learman et Thorsed. Tous trois des bons rohirrims comme moi. Gnow, un espèce d'aristocrate du Arnor reconvertit à mon service. Eradan, capitaine des Chevaliers du Cors brisé et cinq de ses compagnons: Mandor, Rhodamir, Arwin, Angus, Aglahad... Je te laisse à leur main je dois parler à un de mes hommes. Je reviens.

Erco se leva prestement et changea juste de place, il se retrouva donc à côté d'Amadeo et lui demanda:

-Il sera bientôt l'heure d'aller faire vos recherches. Tu es prêt à y aller? Les autres sont bientôt prêt aussi? J'espère que vous avez pas trop bu.

Et il rit un bon coup avant de retrouver son sérieux attendant les réponses d'Amadeo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 547
Age : 19
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Jeu 28 Mar 2013 - 15:51
Learamn avait été le plus nerveux du groupe face à l'altercation accompagnant leur rentrée dans la ville , Amadeo le rassura en posant son bras sur celui de son ami. Voyant la sérénité du rôdeur Learamn se détendit un peu , ce fut finalement un autre garde gradé qui leur sauva la mise. Le jeune rohirrim ne savait pas si c'était simplement une impression mais il pensait que le Comte Skaline et ce Vadolas se connaissaient plutôt bien. Il les mena jusqu'à une belle auberge , on leur servit toutes sortes de mets , de la viande et des légumes et du vin en abondance. Learamn n'avait jamais vraiment aimé l'alcool ou le vin , il n'en buvait que très rarement et à de très rares occasions. Il se servit donc un peu de viande et d'accompagnement sans toucher au vin . Que cela faisait du bien de profiter d'un bon repas ! Si Alarthor était un bon cuisinier pour le voyage il était forcé de faire avec les moyens du bord , ils n'auraient pas de repas aussi copieux avant bien longtemps. Learamn n'état pas difficile , un repas simple lui convenait cependant il ne disait jamais non quand , à de rares occasions , se présentait à lui un bon et abondant festin . Quelques minutes plus tard , Thorseld , assis à sa droite le poussa à prendre un verre de vin , Learamn , avec un enthousiasme modéré , se servit et bu lentement. Il fit un peu la grimace quand le liquide au gout aigre voire amère lui traversa l'oesophage , il reprit une gorgée puis une autre et avouer que une fois habitué à la saveur spéciale du vin cela pouvait se révéler plutôt plaisant. Il se mit alors à plaisanter avec ses amis , ce n'est qu'en se retournant pour prendre un quignon de pain qu'il remarqua que Gnow était assis à sa gauche. L'homme était plutôt étrange. Il s'était révélé discret depuis le début du voyage ne parlant ou n'échangeant que très peu. Personne à part le Comte ne savait d'où il venait vraiment et Learamn ne voulait pas lui en parler , peut être qui s'il n'en parlait pas c'est parce qu'il y a un raison. D'autant plus qu'il n'avait rien d'un preux chevalier ou d'un guerrier aguerri. Grand , silhouette mince , il tenait une attitude plutôt noble , Il portait une légère armure et une arbalète , une noble arme , tout comme le fin fleuret qu'il avait à sa ceinture. Le jeune homme ne remettait en rien les capacités de Gnow mais il trouvait tout cela bien intrigant.

Learamn vit alors le Comte Skaline ,q ui était jusqu'alors en discussion avec un ami à lui , le ramener à table. Ce dernier était grand et musclé , il avait le crâne rasé et semblait être un bon ami du Comte. Skaline échengea alors quelques mots avec Amadeo , un regard avec ce dernier permit à Learamn de comprendre. C'était à eux de jouer...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Amadeo du Rohan
Lieutenant de régiment Rohirrim
Lieutenant de régiment Rohirrim
avatar

Nombre de messages : 264
Age : 24
Localisation : Aldburg ~ Rohan
Rôle : Rôdeur - Lieutenant de la Cohorte de l'Est

~ GRIMOIRE ~
- -: Demi-Elfe
- -: 40
- -:

Jeu 28 Mar 2013 - 17:28
- Excuse moi, je dois aller voir mon cheval... Il boitait avant, je veux vérifier que c'est pas grave.

Amadeo répondit à son supérieur par un léger signe de tête, puis se joignit au reste du groupe pour continuer le repas, et savourer la délicieuse nourriture qui s'offrait à eux. Tous semblaient prendre grand plaisir à se délecter de ces mets. Learman observait d'un air amusé son compagnon Thorseld grimacer lorsqu'il porta un verre de vin à sa bouche. Le rôdeur lâcha un rire étouffé également puis détourna son regard vers Eradan et ses hommes. Discutant bruyament, les chevaliers semblaient passer du bon temps, même si le visage qu'affichait le descendant de Faramir était un peu plus anxieux que les autres.

Amadeo jeta un coup d'oeuil à la carte. Le lieu de rendez-vous n'était pas très loin.
Le Lieutenant Rohirrim transmit le contenu de la mission aux trois concernés. Le temps avançait, et il serait bientôt l'heure d'y aller. C'est à cet instant précis qu'Erco fit à nouveau son apparition, accompagné d'un homme étrangé au demi-elfe. Amadeo lui lança un regard d'acier, puis se remplis à moitier son verre de l'excellent vin qui se trouvait justement face à lui. Le Comte s'assis quelques minutes avec le nouvel arrivant, puis s'approcha du Lieutenant ;

-Il sera bientôt l'heure d'aller faire vos recherches. Tu es prêt à y aller? Les autres sont bientôt prêt aussi? J'espère que vous avez pas trop bu.

Skaline se mit à rire.

- Nous étions sur le départ, Comte.

Gnow, Mandor et Learman se levèrent en même temps qu'Amadeo. Confiant à d'autres leurs armes "lourdes", comme le voulait Erco, ils se dirigèrent ensuite vers la porte de l'établissement. Avant de s'éloigner, Amadeo ajouta au Comte d'Esgaroth ;

- Soyez prudent.


***

Le quatuor déambulait rapidement dans les rues de la cité Gondorienne. Après avoir longé la berge un petit moment, ils s'enfoncèrent dans les ruelles plus étroites. Mandor marchait en tête, silencieux, alors que Amadeo et Learman suivaient côte à côte. Gnow, visiblement tendu, fermait la marche. Tous étaient armés d'une simple dague ou d'un simple couteau. Amadeo avait finalement décider de prendre son arc avec lui. Si il fallait intervenir à distance, il vallait mieux l'avoir avec soi.

Le lieu de rendez-vous n'était pas plus épargné par la foule que le reste de la ville. Le lieutenant interpella les trois hommes.

- Learman et Mandor, positionnez-vous au coin de ce bâtiment. Vous tenez à l'oeuil ces deux rues, ces balcons-là et les toits face à vous. Je serai du côté opposé avec Gnow. Soyez vigilant, nous sommes ici à l'avance mais rien ne dit que le danger n'y est pas encore.

Les minutes passèrent lentement. Scrutant les moindres mouvements suspects sans éveiller l'attention de quinconque, voilà qui n'était pas chose simple. De temps à autre, le rôdeur jetait un oeuil en direction de l'autre binome.

Deux heures. Ils attendaient ainsi depuis deux heures à présent. Erco Skaline ne devrait pas tarder. Gnow chuchota quelques mots, à peine assez fort pour qu'Amadeo puisse les entendre.

- Une femme là-bas, habits et cheveux noirs. Elle n'a pas bougé depuis un quart d'heure.

Amadeo déposa avec une lenteur calculée sa main droite sur le pomeau de sa dague. La tension était palpable. Une goutte de sueur glissa lentement le long de son front.

C'est alors que Skaline et les autres arrivèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Dim 31 Mar 2013 - 9:14
Le groupe d'Erco passa les derniers moments tranquille de la soirée au chaud et à s'amuser comme des petits fous. Néanmois, le Comte coupa court l'accès au vin une heure avant le départ pour que ses hommes soient prêt à combattre sans être trop ivre si le besoin était. Il en avait vu des soldats le lendemain d'une grosse bringue se faire abattre parce qu'ils étaient encore ivre à l'aube lors de la charge. C'était désolant, même le meilleur guerrier sous l'emprise de l'alcool ne vaut pas grand chose dans une mêlée. Tous va trop vite, la force diminue, l'endurance aussi. On devient un poids mort et quand il faut avancer c'est fatal...

Gebir se présenta à ses compagnons simplement peu après le départ de Amadeo, Learman, Mandor et Gnow. Ce fut simple et concis. Pourquoi en dire beaucoup alors que peu suffise. (HRP je ne sais pas s'il vous dit son vrais prénom, dans le doute avant de le nommé attendez qu'il l'aille fait en RP Wink HRP Erco profite de ses retrouvailles pour débattre avec son ami brièvement du Rhun. Les deux hommes semblaient avoir un but commun. C'était presque trop beau pour être vrais une telle coïncidence. Deux vieux de la vieille se retrouvent dans la même taverne avec le même objectif. Est-ce l'oeuvre des Passeurs? C'était une des question d'Erco, mais d'après ce qu'il savait Gebir n'était pas l'un d'eux. Peut-être l'Arbre Blanc, le service secret du Gondor. Oui c'était sans doute cela.

Alors que le départ allait être donné, Erco alla vers Alarthor qui se préparait et lui dit:

-Je veux que tu restes ici avec Arwin pour surveiller nos armes et affaire... Enfermez vous dans une des chambres.

-Mais tu penses vraiment que c'est nécessaire... On pourrait d'être utile..

Erco coupa court:

-Oui je pense que c'est nécessaire. J'ai confiance en personne ici, y a cette milice qui m'en veut en plus. On va prendre aucun risque. Si on ne revient pas... Va... On reviendra c'est plus simple.

Alarthor acquiessa et partit chercher Arwin. Ils n'avaient que très peu parler. C'était l'occasion ou jamais.
Alors que le groupe partait, les deux "gardes" se postèrent dans la Chambre du Comte avait assez d'arme pour tenir un siège. Les deux semblaient ne pas être très content d'être remisé à ce poste. Chacun semblait vouloir être de la partie, mais les ordres étaient les ordres. Ils attendaient assis à discuter à voix basse.

***

L'avant garde composée de Gnow, Learman, Amadeo et Mandor attendait dans un froid mordant. Séparé en deux groupes la place était couverte de tous les angles. Si des éléments hostiles devaient arriver, ils seraient vite repérée. Gnow ancien tireur d'élite, surveillait par habitude les tois. Il savait ou lui se positionnerait pour faire un carton dans une place avec une arbalète. Il avait droit devant lui la meilleur position. Un toit ou une large cheminée hébergeait, ainsi coincé dans l'ombre on pouvait facilement se cacher et l'angle de tir couvrait le rois-quart de la place. Il repérera aussi une femme qui qui trainait depuis un moment. Hormis ses habits entièrement noir, une femme seul à cette heure là lui semblait étrange. D'un coup de coude il avertit Amadeo qu'il y avait quelque chose de louche et il lui dit:

- Une femme là-bas, habits et cheveux noirs. Elle n'a pas bougé depuis un quart d'heure.


Est-ce le début d'une embuscade?

***
Le Comte toujours fidèle a ses habitudes menait le groupe. Il était toujours devant, toujours premier à faire face. C'était comme cela qu'on gagnait le respect de ses hommes et qu'ils se mettront à le suivre n'importe ou. Il avait gardé son armure mais par dessus une large tunique brune recouvrait et empêchait qu'on puisse deviner qu'il en portait une. Jambière et brassière avaient été laissé dans sa chambre. Un long poignard était accroché dans son dos pour qu'il soit le plus invisible que possible et une dague trônait sur son flanc gauche. L'Arc des Temps ancien était accroché à la selle de son cheval avec son carquois. Jamais plus il ne partait sans eux. Cet arc avait beaucoup trop de valeur pour le laisser dans une auberge comme ça.

Les autres membres de la compagnie avait opté comme leur chef à enfiler leur armure, et de garder que dague ou poignards.

Tous étaient nerveux. Se promener sans arme lourde vers un rendez-vous des plus étranges n'était pas ce qu'ils préféraient. Les ordres d'Erco était clair, si cela partait en couille, ils devraient battre en retraite à la taverne, prendre les affaires et fuir le Rhun, seul ou en groupe. Erco se promit de leur parler une fois sortit de cette ville du plan plus en détail.

Ils arrivèrent sur la place. Un simple coup d'oeil permis au Comte de repérer Gnow et Amadeo. Ce fut Eradan qui vit Mandor et Learman à l'autre bout de la place.

-Eradan, je vous avoue que je suis heureux de vous avoir à ses côtés.

C'était partit, il fallait attendre à présent que le mystérieux Vadolas fasse son entrée.

Hrp Gebir, je ne savais pas si tu nous accompagnais, donc j'ai pas parlé de toi. Mais tu es libre de venir avec nous pour cette rencontre. Idem pour ton identité Wink Voilà Hrp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saemon Havarian
Grand Maître de la Compagnie du Sud
avatar

Nombre de messages : 81

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: impossible à dire
- -:

Dim 31 Mar 2013 - 11:41
Alors que le Comte venait tout juste d'arriver au point de rendez-vous, la vieille femme en noir fit un pas en leur direction. D'un geste ample elle fit tomber la couverture noire qui lui cachait le visage et l'essentiel de son corps. En réalité, il ne s'agissait pas vraiment d'une vieille femme mais bien d'une tête déjà connue.

Hrp : changement de Vadolas pour éviter le double emploi.

" Je vous que vous n'avez pas pu vous séparer de votre cheval... il n'y a pas d'écurie là où nous allons et peu de cavaliers."

L'archer fit une moue qui en disait long sur ce qu'il pensait. Erco n'avait de toute évidence pas encore compris les rudiments de la discrétion.

" Je vous ai donné rendez-vous ici car nous devons nous enfoncer un peu dans les ruelles. La criminalité à Osgiliath reste modeste mais malgré tout, il vaut mieux éviter de s'y perdre. Mais certaines choses en valent le prix, n'est-ce pas ?"

Il fit un sourire complice à Erco.

" Puisque c'est ainsi, descendez de vos montures et suivez moi."

Sans un mot de plus, il tourna à gauche, s'enfonçant dans une petite rue. De part et d'autres de la route mal pavée, des maisons, dont parfois il ne restait qu'un étage sur lequel on avait bâti à la hâte des annexes en bois, montaient très haut dans le ciel étoilé. Il régnait une odeur mêlée de poisson frit et de déjections humaines. De toute évidence on emmenait rarement les visiteurs dans ces zones.

" Tout ça fait partie du système économique... les pauvres de ces quartiers fournissent une main d'oeuvre très bon marché qui permet au port de tourner à plein régime. Les enfants pêchent toute la journée pour aider leurs parents, certains, plus malins ou plus costauds, se font engager dans la milice, l'armée ou devienne mercenaire. Ce fut mon cas. "

Tout en marchant, Vadolas avait tourné à plusieurs reprises dans le dédale des ruelles d'Osgiliath. Enfin, ils débouchèrent sur une zone plus dégagée. En face d'eux, une grande bâtisse illuminée, dans un relativement bon état, de laquelle semblait sortir de la musique.

" Comme je vous l'ai dit, pas d'écurie... je vous conseille de laisser quelques hommes devant pour surveiller les chevaux... Ce que vous chercher se trouve à l'intérieur."

HRP : je vous laisse un peu réagir et au plus tard demain après-midi je poste la suite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Lun 1 Avr 2013 - 14:05
La femme se découvrit et que la surprise fut grande pour Erco de découvrir leur "ami" Vadolas. Pourquoi se déguiser ainsi? Etaient-ils surveillés? Peut-être. Sans doute pensa le Comte. Devant les paroles de leur guide, il sauta sans la moindre hésitation et invita ses amis à en faire autant d'un signe de la tête. Ils allaient donc devoir continuer à pied.

-Oui, pour certaine chose, il faut savoir y mettre le prix...Allons-y.

Le Seigneur Skaline était quelque peu contrarié, mais il se garda bien de ne rien laisser paraître. Il répondit au sourire complice du milicien plus par politesse. Ces propos laissaient entendre qu'ils allaient se perdre, ou qu'ils fallaient y être prêt en tous cas. Il aurait espéré rencontrer en ce lieu leur mystérieux ami de l'ami. Et le fait que ce ne soit pas le cas, remettait en doute son plan de secours. D'un autre côté, il se maudit de ne pas avoir envisagé le cas ou ils devraient bouger dans la ville. Surtout que après quelques mètres, il se rendit compte qu'ils s'enfonçaient dans les bas-fonds d'Osgiliath et que du même coup les chevaux n'étaient pas le meilleur moyen de locomotion. Ce que Vadolas mit bien en avant sans la moindre hésitation.

Les ruelles étaient plutôt sales, mais déserte de toute vie. Un chat la traversa en coup de vent sans doute à la poursuite d'un quelconque rat. Après tous c'était une cité portuaire et donc infestée de ces gros rongeurs. Ces bêtes ne dégoutaient pas Erco, mais il préférait les éviter ainsi que les maladies qu'ils portent en eux... Une odeur amère, ou poisson, vomis, et puanteur des déchets se mêlaient, empreignait l'air. Cela écoeurait le Comte et faillit lui arracher un haut de coeur. Gnow qui malgrés ses apparences de noble ne semblait pas dérangé par ces odeurs, lança sur le ton de la boutade:

-Vous autres rohirrims, ces odeurs vous rappelle vos écuries? Ça doit vous faire plaisir. Learman qu'en penses-tu?

Erco parlait devant avec Vadolas. Il expliquait un peu comme l'économie de la ville marchait. En gros on exploitait les basses couches de la ville pour permette à une économie florissante. Cela n'étonna guère le Comte.

-Ha vous êtes donc entré dans la milice ou vous êtes vous fait mercenaire au service de la Compagnie du Sud? Quoiqu'il en soit, des fois les armes peuvent sauver un homme d'une vie misérable... C'est presque réconfortant.

Encore une ruelle ou ils tournèrent, et ou la voix de Gnow retentit une nouvelle fois alors qu'ils débouchaient sur une "place" de par son dégagement. Une bâtisse y régnait comme maître:

-Et voilà le palace d'Osgiliath. Hahahahaha Mhhh qu'est-ce que je sens, une bonne odeur là.

Ils étaient de toute évidence arrivé à destination. Une mélodie douce perçait l'air âcre de la rue. Comme déjà dit Vadolas rappela qu'il n'y avait pas d'écurie et que du coup il conseillait vivement de laisser quelques hommes dehors pour surveiller les chevaux. Erco sourit alors et se tourna vers ses hommes:

-Gnow, vu que tu as l'air d'aimé cette odeur, tu resteras harder nos chevaux. Thorsed et Rhodamir, restez avec lui... S'il parle trop, je vous laisse le faire taire mais je veux qu'il puisse toujours tirer si besoin est...

Il sourit à son ami arnorien. Un de ces sourires moitié amical, moitié vicieux. Erco regarda le groupe qui l'accompagnerait dedans, il demanda néanmois à Vadolas:

-Est-ce que trois hommmes c'est assez pour gardé nos chevaux? Si c'est le cas, entrons donc chercher des réponses. Je suis impatient de rencontrer votre maître si c'est bien le votre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 547
Age : 19
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Ven 5 Avr 2013 - 13:51
Learamn s'était positionné avec Mandor dans un coin du bâtiment. Les minutes défilaient lentement et le rohirrim ne détectait , pour l'instant rien de suspect. Ce fut Mandor qui l'alerta

-Learamn , regarde là-bas , la vieille dame encapuchonnée . Elle n'a pas bougé depuis qu'on est arrivé.

Le jeune cavalier posa sa main sur sa dague mais ne fit aucun geste agressif et tenta de garder son calme. Un seul geste irréfléchi pouvait compromettre toute la mission et quelque chose lui disait qu'Amadeo et le mystérieux Gnow avaient également repérée leur suspecte. Toujours aux aguets et un peu tendu , Learamn aperçut enfin Erco et les autres arriver au point de rendez-vous.
C'est alors que le jeune capitaine comprit leur erreur , la dame n'était autre que Vadolas qui s'était déguisé. Cela le surprit énormément. Étaient-ils surveillées pour qu'il ait besoin de se dissimuler?

Vadolas les guida alors dans un dédale de ruelles étroites et obscures , s'enfonçant dans des quartiers moins recommandables de la ville. Ils ne croisèrent personne dehors si ce n'est un gros matou et quelques rats. Une odeur pestilentielle à peine supportable régnait dans les rues. Learamn tenta d'ingorer les vertiges que cela lui provoquait et constata que Mandor et Amadeo était aussi mal à l'aise. Le plus surprenant , c'était que Gnow , aux allures et manières nobles , ne soit pas gêné par l'odeur bien au contraire . Il déclara.


-Vous autres rohirrims, ces odeurs vous rappelle vos écuries? Ça doit vous faire plaisir. Learamn qu'en penses-tu?

Le jeune n'apprécia que très peu la remarque de son compagnon , déjà l'utilisation du "vous autres" exprimaient un certain dédain par rapport à eux. Et jamais il ne régnait de tels odeurs dans les écuries rohirrims. Quelques fois cela sentait le foin et le purin mais ce n'était pas aussi dégoûtant et de toute façon les palefreniers lavaient régulièrement les écuries.

-Je n'ai jamais côtoyé de tels odeurs , mais peut être que toi , oui. A en juger par ton attitude . Tu vivais où avant de rentrer au service du Comte , dans un tas de cadavres putréfiés?

C'était peut être méchant et gratuit mais Learamn avait horreur que l'on critique , surtout mensongèrement , son peuple et sa culture et il comptait bien faire comprendre cela à Gnow.Il ne désirait pas s'embrouiller avec lui mais juste lui montrer que s'ils voulaient garder de bons rapports , il valait mieux mettre les choses à point avant que cela ne dégénère . Ils arrivèrent enfin à destination : Thorseld , discret depuis le début du voyage , Gnow et Rhodamir furent désigné pour garder les chevaux à l'extérieur. puis sil invita le reste du groupe à rentrer à l'intérieur.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Saemon Havarian
Grand Maître de la Compagnie du Sud
avatar

Nombre de messages : 81

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: impossible à dire
- -:

Mar 9 Avr 2013 - 20:15
Vadolas sourit quand Erco lui parla de son Maître.

" Trois hommes seront assez je gage... du moins pour donner l'alerte si nécessaire. Mais personne n'a intérêt à vous voler vos bêtes."

Les pauvres avaient peur de la milice. Ils notaient les noms des voleurs et les communiquaient à tous les marchands de la ville... peu de chances de se faire engager. D'autant qu'autant de bêtes ne seraient pas passées inaperçues dans pareil quartier.

" Vous ne rencontrerez pas mon Maître parce que je n'en ai point... Je vous ai promis de vous faire rencontrer une personne qui valait le déplacement... je vous montrerai ma Maîtresse, et je pense qu'elle sera également la vôtre."

Il s'inclina de manière théâtrale et se dirigea vers l'entrée du bâtiment. Il invita Erco et ses compagnons à entrer, leur tenant la lourde porte en bois.
Ce qu'il découvrirent était un spectacle des plus plaisants pour les yeux d'un homme et particulièrement pour ceux d'un mercenaire en voyage depuis quelques jours.

" Les elfes possédaient des villes cachées emplies de trésors... seuls les personnes averties savaient où la trouver, où tourner dans la forêt et dans les montagnes... Cet endroit et le Gondolin des mercenaires d'Osgiliath."


Devant les hommes du Comte, une large salle remplie de table rondes autour desquelles étaient rassemblés quelques hommes à l'allure martiale. Près de chaque table une femme très peu vétue se déhanchait de manière provocante. Jeunes et fraîches, les danseuses ne ressemblaient pas aux putains qui traînaient dans les bas quartiers, la chaire flasque et la bouche sans dents.

" Ici le principe est simple... à chaque table sa princesse... à chaque princesse ses prétendants... au plus riche d'entre eux son lit pour quelques heures.. Jusqu'à ce que la danse recommence. "

Vadolas continuait à parler sans laisser à Erco ou à ses compagnons de répondre.

" Vu l'échec de la campagne d'Assabia, bon nombre de mercenaires sont pauvres... la plupart ne viennent même plus, peu désireux de voir l'objet de leur désir filer vers plus offrant... Il y a des affaires à faire..."

D'un doigt, il désigna une jeune fille dans un coin de la pièce. Loin d'être habillée aussi légèrement que les autres, elle avait un visage d'une grande pureté et dégageait un charme particulier. De nombreux hommes étaient assis à sa table, parmi ceux qui paraissaient les plus riches. Autour de son cou, un étrange pendentif.


" Enaiel... c'est ma Maîtresse... si vous y mettez le prix je vous la cèderai.."

Le ton de la voix de Vadolas avait changé, il semblait en complète admiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorseld Eodsen
Capitaine du Rohan
avatar

Nombre de messages : 137

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme, Rohan
- -: 29 ans
- -:

Jeu 11 Avr 2013 - 16:20
[ HRP : Veuillez pardonner ma longue indisponibilité ! J'avais annoncé mon absence mais ignorais qu'elle serait aussi longue... ]


Depuis le début du périple qui les avait menés jusqu’à Osgiliath, le Lion de l’Isen avait fait preuve d’une discrétion considérable et fort singulière au regard de son comportement habituel.
Il avait dans un premier temps longtemps observé chaque nouveau membre de la compagnie dont le nombre avait lentement grossi jusqu’à 1douze. Arrivé à Osgliath, il avait fait preuve de beaucoup de mesure et de retenue, même lorsque le dénommé Edonos était venu tenter de perturber la marche du petit groupe de chevaliers… Et si finalement un nouvel intervenant répondant au patronyme de Vadolas avait contribué à les dépêtrer du bourbier dans lequel le milicien avait tenté de les faire choir, Thorseld portait même sur ce dernier un regard inquisiteur et tout de circonspection cousu…

Après l’Auberge de la Couronne, ce fut dans les sinueuses ruelles de la ville basse que les compagnons virent leur périple se tortiller. – Le Rhûn !? Mais à ce rythme-là nous n’y parviendrons jamais ! avait grommelé le Bouclier d’Edoras auprès d’Amadeo et Learamn.

Les réticences du Capitaine du Rohan avaient dû être perçues par le Comte Skaline puisque ce dernier avait fait le choix de l’écarter provisoirement de toute action notable au profit de plusieurs autres de ses compagnons d’armes…

Et c’était ainsi qu’il se retrouvait là, sur le pas de la porte du nouvel établissement vers lequel ils avaient été conduits, à garder les chevaux en compagnie de Gnow et Rhodamir. – On fait la tourné des bordels du coin ou quoi !? s’agaça le Lion de l’Isen. L’énigmatique notable Arnorien eut un sourire goguenard auquel succomba aussi Rhodamir. *Au moins suis-je en présence de deux bons gars !* nota Thorseld qui brûlait d’une envie dévorante de rejoindre les autres à l’intérieur…

– Qui connaît une chanson ? les interrogea le Capitaine avec un sourire malicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Lun 15 Avr 2013 - 13:57
Ils entrèrent en suivant Vadolas en fil indienne. Erco ne savait pas du tous à quoi s'attendre. De toute évidence il s'était trompé sur leur guide. Il n'avait pas de maître, mais une maîtresse... Cela n'enchantait guère le Comte. Les femmes étaient manipulatrices et l'une de ses derniers discutions avec une femme a été des plus éprouvante et plusieurs de ses amis en sont mort par la suite. Bon la il pouvait espérer que la maîtresse de Vadolas soit favorable à leur cause et donc sera gentille avec eux... Il l'espérait vraiment!

Erco se stoppa dés qu'ils furent entrée dans la salle commune... d'un bordel. Il resta figé un bref instant de surprise. C'était improbable! De plus la vue de ces belles femmes ne le laissaient pas indifférent. Sur la route depuis déjà bien un moi, il n'avait pas eut le temps, ni vraiment l'envie d'un contact physique avec une fille quelconque. Mais là elles n'étaient pas quelconque. Il déglutina et jeta un regard à ses amis. Eux aussi ne s'y étaient pas attendu.

Le Comte regarda Vadolas et lui sourit:

-C'est un lieu fort plaisant et des plus surprenant. Vous auriez du me dire, je me serais mieux habillé.

Faisant un pas en avant vers la table de la dénommé Enaiel.

-Mes amis, allez vous amusez... Je ne peux que vous poussez à profiter, ou nous allons les femmes voudront sans doute nous tuer. Moi je vais essayer la belle Enaiel, je crois.


Se tournant vers Vadolas, il lui dit avec un air joyeux:

-Je suppose qu'il faut que j'aille me présenter... Ha Et vous avez parlé de prix. Quel est le votre?

Ce Vadolas était bizarre, il semblait franc fou d'Enaiel, et cela dérangeait Erco. Il parlait d'elle en l'appelant maîtresse et pourtant là il disait qu'il pouvait la céder au Comte... Qui était le maître de qui? Entendant la réponse de leur guide, Erco se dirigea vers la table de la dites Enaiel. Il se retrouva bien vite devant. Les hommes attablés le regardèrent avec un mauvais oeil, et Erco répondit sans hésiter à leur regard. Nul pitié, si cette belle femme pouvait l'aider, ce n'était pas une poignée de mercenaire ivre qui allaient l'en-empêcher. Il salua Enaiel ignorant à présent les autres:

-Bonsoir Mademoiselle, on m'a dit que à chaque table sa princesse, mais vous vous êtes de loin la reine de ce lieu. Enaiel de votre nom émane une grande pureté qui ne me laisse pas indifférent... Je me nomme Erco Skaline.

Il resta debout attendant qu'Enaiel l'invite à s'asseoir et qu'elle réponde. Il avait choisit avec soin chaque mot et à présent il fixait avec un regard admiratif et plein d'envie la jeune femme. La dévorer du regard prenait tous son sens.

Belle, elle l'était, c'était un fait irréfutable. Et Erco n'avait jamais eut de chance avec les belles femmes...

***

Dehors, le temps était frais. Gnow toujours rieur des échanges passés avec Learman. Le rohirrim avait mal prit ses propos ce qui laissait hilare l'arnorien et aussi un peu honteux. Il avait été méchant et connaissant bien Erco, il savait que les hommes des chevaux avaient un fort caractère. Il décida qu'il s'excusera plus tard. Là il regarda les chevaux puis la porte de l'établissement avec envie. Ils auraient mieux fait d'aller à pied et profiter de ce chouette lieu. Thorseld semblait exaspéré par la situation, et il ne se gêna par d'en parler. A quoi Gnow répondit:

-Ha tu sais le monde des hommes d'armes tournent autour de celui des bordels... Mais le notre tourne autour de chevaux apparemment.


Dernière remarque pleine de remord.

Une chanson, il en connaissait une ou deux, mais il n'avait pas le coeur à chanter, mais peut-être que de chanter pourrait le faire oublier côté de quoi il se trouvait. Il se mit alors à fredonner un air simple et à taper du pied. D'abord seul, il espérait que ses compagnons l'accompagneraient vite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saemon Havarian
Grand Maître de la Compagnie du Sud
avatar

Nombre de messages : 81

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: impossible à dire
- -:

Lun 15 Avr 2013 - 14:39
Entendant le nom du nouveau venu, la belle se tourna vers Vadolas qui les observait de l'autre bout de la pièce. Elle cherchait son regard et il lui répondit par un regard appuyé.
Se redressant, elle remonta ses jupes avec énormément de délicatesse, elle souri doucement en direction d'Erco puis à chacun des hommes rassemblés autour de sa table.

" Pour ce soir je m'occupe du Seigneur Skaline..."

Elle avait prononcé le nom d'Erco comme s'il s'était agi de quelque chose de très beau, de très précieux, comme on aurait pu dire le mot "chocolat".
Quelques protestations s'élevèrent parmi les autres soudards qui cherchaient à s'attirer ses faveurs.

"Chuuuut..."

Son visage était radieux et les hommes autour d'elles n'osèrent pas protester, ils ne voulaient pas se mettre à dos une amante telle que celle là.

" Ce n'est pas tous les jours que l'on reçoit un homme comme celui-ci "

Elle jeta un regard à Erco et lui fit un petit clin d'oeil délicat. Elle s'approcha de lui et l'embrassa rapidement sur la joue. Elle lui saisit la main, comme on aurait prit la main d'un enfant. Sa peau était douce et chaude et tandis qu'elle s'était approchée de lui, il avait senti une douce odeur sucrée et épicée à la fois. Elle le tira vers le fond de la taverne. Ils arrivèrent devant une porte, derrière, les murs de la taverne étaient remplacés par un long couloir où, de part et d'autre des petites portes dont certaines étaient ouvertes. Des bruits univoques s'échappaient des différents coins. Dans le couloir, plusieurs hommes à la forte carrure semblaient là pour dissuader les clients d'user de violence.

" Vous me suivez ? On sera plus à l'aise pour discuter..."

Elle lui lança un regard plein de sous-entendus... puis, sans l'attendre se lança dans le couloir et se dirigea dans une des petites pièces qui semblait plongée dans la pénombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Lun 15 Avr 2013 - 22:54
Il s'était pas attendu que cela ce passe ainsi. D'abord qu'elle le choisisse directement en envoyant bouler ses autres prétendants. La réaction de ces derniers lui parut aussi étrange, surtout en ce lieu. Nul énervement plus apparent qu'un grognement ou d'un mot murmuré pour soi-même. Ils étaient tous sous son charme et feraient n'importe quoi pour elle, comme ce Vadolas. C'était effrayant et rappelait furieusement la belle Miria, mais là Erco se sentait déjà plus en sécurité pour une raison qu'il n'arrivait pas à expliquer. Ce n'était en tous cas pas le lieu qui écartait ces peurs car il présentait tous les problèmes d'un bordel en étant bien plus classe.

Il sourit et se força à oublier ses peurs et sa méfiance, pour un moins un moment il ne risquait rien. Lorsque Enaiel le complimenta, il ne put laisser s’agrandir son sourire et son regard s'enflammer de fierté. Elle le connaissait donc, c'était la une récompense digne de ce nom pour un ancien chevalier.

-Vous me flattez, je ....

Le coupant, elle saisit sa main et l'attira avec elle vers le derrière de la salle de rencontre, elle ne semblait presser d'être seul avec lui et lui d'être avec elle. Il ne pouvait la quitter des yeux. Bien des hommes tueraient pour passer une nuit avec une telle créature, mais pas en ce lieu apparemment. Il y avait un raffinement qui laissait perplexe le Comte. Des mercenaires se maitrisant envers une femme... Une magie devait entourer ces femmes.

Alors qu'il se laissait bercer par un parfum fruité, et sucré il se retrouva dans un couloir ou des gardes armées, de leur seul présence, décourageaient les petites malins voulant être violent ou passer outre l'accord d'une de ces magnifiques filles.

Il se retrouva soudainement dans une petite chambre, ou le principal mobilier était un grand lit aux couvertures de soies, faiblement éclairé par une lanterne dont on avait tamisé les vitres de sorte que seul une lumière pâle et dansante planer dans la pièce. Erco pouvait observer la grâce des contours d'Enaiel de dos. Le rapide baiser sur sa joue avait éveillé en lui des souvenirs et des envies qui n'avaient pas traversé son esprit depuis des lustres. Quelle sensation bizarre que se laisser aller à ce genre de pensée en un moment aussi critique pour l'ensemble de la Terre du Milieu. Les morts étaient oubliés juste par sa présence, que de bonheur pour Erco.

Il s'en fichait là, il était entre les mains d'Enaiel et il était heureux de se retrouver là assis avec elle sur ce lit. Il ne put s'empêcher de demander:

-Qu'est-ce lieu? Vous semblez entourée d'une magie que je ne comprends pas... Un charme qui envoute les hommes, me tromperais-je?

Il toucha ces cheveux d'un geste lent sans quitter des yeux la belle. Ils étaient si doux!

-Vous êtes resplendissante, je suis sans doute l'homme le plus chanceux de la soirée.

N'y tenant plus, il approcha sa tête dans un geste lent et peu assuré. Il avait perdu l'habitude, en tous cas dans un lieu aussi raffiné ou chaque faux pas ou entorse aux règles pouvaient tous faire partir en fumée. Mais que pouvait-il perdre à essayer de l'embrasser. Ne l'avait-elle pas choisie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saemon Havarian
Grand Maître de la Compagnie du Sud
avatar

Nombre de messages : 81

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: impossible à dire
- -:

Mar 16 Avr 2013 - 0:05
Tandis qu'il approchait son visage de celui de la jeune beauté, une force invisible sembla le tirer en arrière. Ce n'était ni son éducation chevaleresque qui le retenait de tenter un geste aussi cavalier, ni la réserve naturelle qui aurait du lui faire garder sa seule mission à l'esprit... non c'était une vrai force physique.
Son corps résista un instant avant de basculer complètement en arrière tandis qu'une poigne solide lui agrippait le col. Il vacilla un instant jusqu'à ce qu'un poing lourd vienne s'écraser dans son visage, lui explosant la lèvre. Il chuta dans les coussins.
La vue à moitié embrouillée par la violence du coup, Erco devina deux hommes qui se ruèrent sur lui, bloquant des épaules au sol. L'un d'eux plaqua sa grosse main sur la bouche douloureuse et ensanglantée du Comte d'Esgaroth. Tandis qu'il reprenait ses esprit, il distingua un troisième larron, sans doute celui qui l'avait frappé un peu auparavant. Il lança un objet lourd en direction d'Enaiel. Celle ci sembla soupeser l'objet. Puis, sans même un regard pour le Comte qui gisait au sol, solidement gardé par ses bourreaux, elle l'enjamba pour retourner dans le couloir.

" Au revoir... joli coeur... "

C'était une prostituée comme les autres, Erco avait sans doute été naïf de croire qu'il pouvait en être autrement. L'homme qui se tenait debout s'approcha à quelques centimètres du visage ensanglanté d'Erco. Bien que toujours sonné, il distingua clairement les traits de son agresseur.



" Je vous connais..."

Edonos parti d'un rire gras tandis qu'il donnait un coup de pied dans les parties intimes d'Erco.

" Tu croyais pas que t'allais t'en tirer comme ça ? T'avais pas compris que Vadolas était mon pote ? On a grandi dans les mêmes quartiers, appartenu aux mêmes bandes... Seulement lui c'est un malin... plutôt que de te régler ton compte devant tout le monde, il préfère qu'on fasse ça entre nous..."

Edonos n'était pas un grand intellectuel mais il savait où était son intérêt et il avait de suite compris que Vadolas avait un meilleur plan à lui proposer. Il avait le Comte à sa merci et tout le loisir d'en faire ce qu'il voulait.

" Tes petits copains sont en train de s'amuser avec les filles, personne ne va venir te sortir d'ici avant un moment... leur cerveau dors, c'est leurs engins qui travaillent..."

Edonos senti le besoin de ponctuer sa phrase par un nouveau coup dans le ventre du Comte.

" Va falloir que je décide ce que je vais te faire... faut savoir d'oser. D'une part je vais pas te tuer..."

C'est déjà une bonne nouvelle pour le Comte.

" Mais bon... va falloir que je quitte la ville un moment pour me faire oublier. Donc faut que ça en vaille la peine... Puis bon, faut que tu paies aussi pour Havarian qui parade dans nos rues."

Pour la première fois, un des sbires d'Edonos prit la parole.

" Comment c'est encore le chevalier qu'a perdu une couille... le célèbre là..."

Edonos éclata de rire...

" Le Monocouille ! T'en mourrais pas et ça serait sacrément humiliant pour toi et drôle pour nous... sûr que tu penseras plus jamais avec ton engin... ça te rendra même service."

La situation était pour le moins critique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Je vous connais...
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Quel sport faite vous?
» Simpsonisez vous
» Georges Saati, vous avez raison mais ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Minas Tirith et Gondor - :: Le Royaume de Gondor :: Anórien :: Osgiliath-
Sauter vers: