Je vous connais...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Mar 16 Avr 2013 - 22:18
La vie pouvait se montrer injuste envers un homme, ou même une femme. Croire en les mauvaises personnes pouvaient se montrer dramatique. Cela pouvait remettre tout en doute, casser un plan presque parfait. Mais dans ce cas le plan était tellement aléatoire que le fait qu'Edonos prenne l'avantage ne pouvait pas changer grand chose. Enfin peut-être que si.

Erco, a moitié sonné entre son échec envers la belle Enaïel et les violents coup donné par son bourreau, ne comprenait rien. Il était allongé au sol maintenu par deux hommes, et lorsque le troisième écrasa d'un coup de pied ses bijoux de famille, le Comte laissa sortir une gémissement strident. C'était affreusement douloureux. En des années de combats jamais il ne s'était fait frapper aussi violent à cet endroit là. Des larmes vinrent même à ses yeux.

Maudit Vadolas, Erco se jura de le retrouver et de l'abattre sans la moindre hésitation, il fit de même avec Edonos au second coup de pied. Douleur, encore et toujours de sorte que son cerveau ne répondait plus vraiment présent. Il était comme bloqué sur le mal cinglant qui émanait de son entre-jambe.

Le goût du sang remplissait sa bouche, il entendit vaguement ce qu'on comptait lui infliger. Il écarquilla les yeux!!! Il devait agir, et vite.

Il se débattit un bref instant pour tester l'étreinte de ses deux adversaire, et en profita pour ouvrir la bouche et mordre la main du premier, lui arrachant un bon bout de peau, libérant ainsi sa voix forte et tonitruante:

-Mes frères à moi!!!

L'autre s'étant d'abord écarter dans un premier temps, Erco était vraiment tenu que par un homme qui exerçais une pression sur ses épaules vers le sol. Le rohirrim lança ses jambes en arrière et entama une roulade sur son épaule droite en bousculant son bourreau aussi fort qu'il put. Il crut sentir un de ses pieds heurter la tête de ce dernier. Peut-être avait-il une chance de se relever.... Mais il était fort probable qui se refasse maitriser dans les secondes qui allaient suivre, mais il n'était pas prêt à se laisser arracher une testicule. Quand-bien même cela lui ferait peut-être du bien.

Ses épaules se décollèrent légèrement du sol, il allait réussir à passer la tête, il y était. C'était bon. Il se retrouva à moitié à genoux. Alors qu'il allait se relever, il sentit un violent coup de genou heurter son épaule qui le fit voler de côté. Erco alla se fracasser contre le mur ce qui produit un bruit mat. Sonné par le choc, il laissa son instinct prendre le dessus et dégaina de son dos un long poignard, plutôt fin pour plus de discrétion, de son autre main il fouilla son flanc gauche mais son fourreau était vide... Il cracha se redressant, le regard furieux:

-Je devrais tous vous tuez, vous êtes des pauvres soldats ivrognes!!!...

Il stoppa sa phrase comme intrigué:

-Mais tu as parlé de Havarian... Il est ici ce chien? Tsss!!! N'avance pas, ce serait perdre bien plus qu'une couille si tu vois ce que je veux dire. Répond Havarian est ici?

Erco n'avait que très peu de chance face à ces trois adversaires, mais parler de Havarian pouvait autant lui donner des informations sur l'Ordre que lui faire garder un minimum de temps. Il fixait Edonos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 536
Age : 19
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Mer 17 Avr 2013 - 14:58
Quelle ne fut pas la stupéfaction de Learamn lorsque celui-ci découvrit qu'il n'avait pas pénétré dans une taverne habituelle mais dans une maison close. A chaque table des hommes tentaient de séduire une magnifique prostituée qui choisirait l'heureux gagnant pour partager son lit le temps d'une nuit.

-Mes amis, allez vous amusez... Je ne peux que vous poussez à profiter, ou nous allons les femmes voudront sans doute nous tuer. Moi je vais essayer la belle Enaiel, je crois.
leur déclara le comte Skaline

Ce dernier se dirigea alors vers une magnifique femme assis dans une table un peu plus loin , alors que le groupe de voyageurs se dispersaient peu à peu pour aller ou bien boire ou bien séduire Learamn resta planté là . Il hésitait , il est vrai qu'ils voyageaient depuis des mois déjà . Et les hommes du groupe avait grand besoin d'assouvir leur sens et de tendresse avant de reprendre la route vers le Rhûn qui s'annonçait longue et périlleuse. Pour Learamn qui n'avait jamais connu le bonheur de l'amour charnel , c'était tentant de réaliser une première expérience. Alors qu'il allait se diriger vers une prostituée pour la séduire , il s'arrêta net , il hésitait. Enfin il ne savait pas trop , il s'assit alors dans un coin tout en tentant de se maîtriser. Ce qu'il ne pouvait pas prévoir c'est qu'une prostituée l'avait repérée et s'assis à ses côtés. Celle ci déposa une main sur son torse et lui susurra

-Alors mon beau cavalier! Que dirais tu d'une nuit de tendresse à mes côtés.

Au départ Learamn faillit répondre positivement mais se ravisa et quand elle tenta de déposer un baiser sur ses lèvres , il lui prit tendrement ses doux poignets avant de la repousser lentement. Non , il ne pouvait partager son lit avec une inconnue , il attendrait de trouver une femme qu'il aimerait de tout son coeur , qui ferait vibrer chaque once de son être pour passer à l'acte. Learamn était peut-être encore jeune mais depuis qu'il avait fui Edoras il avait beaucoup gagné en maturité et en sagesse. Il esquissa un léger sourire il se souvint des avances de la belle Fiona , fille de joie , qui exerçait à Aldburg quand il l'avait interrogée au sujet de Lena. Il souhaite une bonne soirée à la jeune femme déçue avant de s'éloigner . Il se mit dans un coin sombre de la taverne et ferma les yeux tentant de se couper du brouhaha environnant c'est alors qu'il entendit les prémices d'une lutte à l'étage supérieur. Au départ il crut que c'était des ébats avan que cela devienne clair , pour lui , qu'il y avait plusieurs personnes qui se battaient là-haut. Il chercha des yeux le Comte Skaline pour l'avertir mais ne le trouva nulle part dans la pièce , il était monté à l'étage supérieur avec la prostituée qu'il courtisait. Une grande peur l'envahit alors et il ésperait que l'on attaquait pas le Comte. Sans prendre le temps d'avertir ses compagnons il monta en trombe les marches bousculant les gardes armés sur le passe qui étouffèrent un juron avant de se relever et de se mettre à sa poursuite. Arrivé en haut il cria à plein poumon

-Comte Skaline!

Il espérait que celui-ci était juste en train d'assouvir ses désirs.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saemon Havarian
Grand Maître de la Compagnie du Sud
avatar

Nombre de messages : 81

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: impossible à dire
- -:

Mer 17 Avr 2013 - 16:10
En quelques instants, la situation avait complètement changé. Le Comte s'était dégagé de son emprise et avait sorti un couteau. Il faisait maintenant face à trois hommes qui ne semblaient pas décidé à le laisser s'en tirer indemne. Erco semblait vouloir gagner du temps, il posa une question sur Saemon Havarian, Edonos n'était pas dupe.

" Ne faites pas l'innocent... vous deviez déjà être de mèche ! On ne passe pas du statut d'ennemi numéro un de l'Arnor et du Gondor à celui de Maître d'Osgiliath sans certaines complicités !"

Il cracha au sol prêt à se lancer dans une longue discussion sur cet homme qu'il détestait plus que tout, plus encore qu'Erco. Mais un cri dans le couloir mit un terme à ses velléité de médisance.

" Comte Skaline !"

Il n'avait pas fallu longtemps pour que les compagnons du Seigneur d'Esgaroth se rendent compte que quelque chose ne tournait pas rond. Erco fut distrait un instant, moment qu'Edonos choisi pour lui arracher son couteau des mains d'un coup de pied bien placé. Il aimait la bagarre mais ne voulait pas qu'un couteau puis blesser grièvement un de ses hommes.

" BAGARRE ! "

Aussitôt il se rua sur le Comte qu'il empoigna violemment avant de le projeter contre la cloison qui se brisa. Erco atterri dans les cousins de la pièce d'à côté. Un des chevalier d'Erradan, à moitié nu y était occupé avec une superbe créature. Comprenant la situation, il aida le Comte à se relever et se plaça à ses côtés.

Dans le couloir, les gardes avaient rejoint Learamm et d'autres hommes de main d'Edonos s'étaient également joint à la partie. Le rohirrim avait intérêt à avoir un contrôle parfait de son jeu de jambe pour faire face à quatre adversaires biens décidés à le rosser.

Le cri d'Edonos avait retenti jusqu'en bas dans la salle principale de la taverne. De toutes les tables des mercenaires se ruèrent sur les hommes d'Erco, Vadolas en tête, dans ce qui ressemblait à une bagarre générale.

Le tavernier s'approcha d'un des gardes de l'établissement. L'homme costaud et bien armé ne savait pas quelle attitude adopté. Il mourrait d'envie de rejoindre les belligérant et de se défouler sur les étrangers, mais il ne pouvait pas oublier son devoir qui était de protéger la taverne, les filles et son patron.

" Va chercher la milice !"

Sans demander son reste, le garde se fraya un chemin parmi les combattants et quitta l'auberge qui risquait de rapidement prendre l'allure d'un champ de ruine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorseld Eodsen
Capitaine du Rohan
avatar

Nombre de messages : 137

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme, Rohan
- -: 29 ans
- -:

Jeu 18 Avr 2013 - 16:22
La boutade avait été prise au pied de la lettre et un des compagnons de Thorseld se mit à chantonner, non sans une certaine retenue… La chose amusa beaucoup le Lion de l’Isen qui partit alors d’un rire tonitruant. Il ne se moquait pas mais trouvait cela trop drôle ! A croire que certains avaient encore moins de second degré que lui… Il lui faudrait s’en souvenir !

Pour ne pas laisser l’autre dans l’inconfort d’un embarras trop sévère, le Bouclier d’Edoras repris donc un petit refrain avec lui… Après tout, cela faisait passer le temps.
*Putain, qu’est-ce qu’on se fait chier !* ne put néanmoins s’empêcher de penser Thorseld. Il avait une furieuse envie de quitter son poste et de les laisser là, tous les deux, bêtement accrochés aux montures. Il se ravisa cependant alors qu’il prenait conscience qu’il n’était pas ici le guerrier libre et farouche qu’il pouvait être sur un champ de bataille. Il était ici en terrain inconnu, de surcroît dans un univers urbain qu’il ne goûtait que bien peu, et encombré de compagnons auxquels il avait promis assistance et entraide… Il ne pouvait définitivement pas agir en tête brûlée bien que ce soit sa spécialité ! Il devait se comporter avec retenue et mesure, et poursuivre dans la droite lignée de ce qu’il était parvenu à faire jusque-là…

Au bout d’un moment à se geler les cacahouètes dans le frimas extérieur, leur parvinrent d’étranges bruits sourds depuis une fenêtre juste au-dessus de l’endroit où ils patientaient. Tous se regardèrent un instant.

« Faut y aller ! » voulut trancher Rodhamir en laissant les chevaux pour se lancer en direction de l’huis de l’établissement. Mais le Lion de l’Isen le retint fermement par l’avant-bras. – Laisse ! lui conseilla-t-il. – Ils sont nombreux à l’intérieur. S’il y a le moindre problème, ils s’en chargeront ! Nous devons rester-là, avec les montures ! Pour un rohirrim, laisser ainsi des chevaux à la merci de quiconque passerait par là était quelque chose d’absolument inenvisageable…
– S’ils ne sont pas foutus de sortir vivants d’un bordel d’Osgiliath, pas besoin d’espérer aller en Rhûn ! Il voyait bien, aux mines interloquées de ses camarades, qu’il passait pour un fou… Aussi, compléta-t-il son explication. – Nous sommes avec les chevaux, donc potentiellement rapides. Nous sommes devant l’issue principale du bâtiment. Vérifions juste s’il existe une autre sortie et positionnons-nous de façon à empêcher qui que ce soit de sortir sans que nous en ayons connaissance. Nous devons faire confiance à nos frères d’armes… Eux nous font confiance pour couvrir leurs arrières ! Et si cela devait tourner mal à l’intérieur, ils seront heureux de savoir que nous pouvons les tirer d’un mauvais pas ! Erco devait avoir ses raisons de ne pas mettre tous ses atouts dans la même manche !

Chacun dégaina donc son arme et tous se positionnèrent autour du bâtiment. Un devant chaque issue, comme convenu. Ainsi, ils pourraient rester maîtres de la situation et voir qui entreraient ou sortiraient dorénavant… Peut-être cette précaution voulue par le Comte Skaline s’avèrerait-elle finalement des plus bienvenues ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Mar 23 Avr 2013 - 15:13
La cloison céda sous le choc des deux combattants, Erco sentit ton dos craqué méchamment. Il ne pu réprimer un sourire coupable en voyant qu'il dérangeait un de ses compagnons en charmante compagnie. Bientôt de-nouveau debout secondé par un des chevaliers d'Eradan, le Comte faisait face à quatre adversaires. Nombre qui n'allait pas tarder à augmenter dans quelques secondes s'il ne faisait rien.

Erco s'en voulait terriblement, mais ce n'était pas le temps des remords. Il regarda son compagnon à côté de lui. Il n'y avait pas mille façon de sortir ici vivant. Ne connaissant pas l'architecture du bâtiment, il était embêté. Par ou ils étaient venu, ce serait faire face à tous les mercenaires, qui était sans doute de mèche avec Vadolas et ce Edonos. Mais c'était sans doute la meilleur option qu'il avait. Il fallait choisir. Jetant un regards au chevalier, pour voir s'il était prêt à le suivre dans la bagarre. Ce dernier acquiesça sans la moindre hésitation.

Erco lança sèchement à son adversaire:

-Tu crois vraiment que je suis de mèche avec ce chien de Saemon? Il a essayé de me tuer... Tu es tellement débile... Limité comme une putain.


Il jeta un regard à droite, ou une lampe à huile propageait une douce lumière dans la pièce. Son esprit ne faisant qu'un tour, Erco saisit la lampe et la lança sur Edonos qui mu par ses réflexes réussi à l'éviter, mais ce ne fut pas le cas du quatrième homme qui la reçu au milieu de son torse. L'huile se répondit sur sur son abdomen et s'enflamma dans la seconde. Erco cria en s'élançant vers Edonos qui lui tournait à moitié encore le dos après cet évitement:

-Au feu.

La malheureux beuglait de douleur et gesticulait dans tous les sens. Tapant désespérément sur les flammes il ne faisait de répandre des bouts des tissus en feu par terre.

Edonos fut heurté en plein fouet par Erco, ils se retrouvèrent alors face à face. Le Comte poussant et l'autre résistant. Le rohirrim donna un coup de boule aussi violent qu'il put à son adversaire et de ses deux mains saisis les épaules d'Edonos pour le projeter en arrière. La route vers la porte ainsi dégagé, Erco l'ouvrit en la défonçant à moitié tellement il était pressé.

L'homme en feu avait réussi à donner de ses flammes au lit de la putain qui commença à prendre feu. Erco avait réussi à créer une diversion de taille, mettre le feu à ce genre d'établissement n'allait sans doute pas régler ses problèmes, mais sans doute lui permettre de s'en sortir vivant, et plus ou moins entier.

Il l'espérait de tous coeur. Débarquant dans le couloir, il tomba sur Learman à qui il lâcha sans vraiment s'arrêter et envoyant un coup de point au premier mercenaire qui s'avançait vers eux.:

-On se casse, viens!

Il ponctua sa phrase d'un enième:

-Au feu, sortez!!!

***

Dehors Gnow ne pouvait que approuver son compagnon. Mais plus il attendait plus des cris se faisait entendre. Apparemment la soirée allait se terminer sur une bagarre général. L'Arnorien lâcha à ses amis:

-On peut être sur que c'est un coup de Erco. Y a que lui pour se retrouver mêler dans une bataille au milieu d'un bordel de luxe. hahahahaha

A cette instant un des garde sortit en courant partant. Gnow tenta de l'interpêlé pour en savoir plus:

-Hé mon gars qu'est-ce qui se passe???

L'homme lança sans se retourner, non sans un certain ton agressif dans la voix:

-Bagarre général.

D'instinct Gnow dégaina alors un long poignard bien affuté et commença à défaire l'attache de son cheval avant de faire de même avec celui de Learman. Il invita Thorseld à faire pareil que lui et à se préparer à devoir fuir en vitesse. Il ordonna, prenant le commendement de ce petit groupe de manière tous à fait naturel:

-Rhodamir rejoint l'auberge et préviens les autres d'être prêt à partir. Allez vite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 536
Age : 19
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Mar 23 Avr 2013 - 17:58
Learamn , sans comprendre vraiment comment , se retrouva très vite face à quatre adversaires prêts à en découdre. Le jeune rohirrim esquiva un premier coup de poing d'un pas dur le côté puis para avec son bras une attaque à la dague. Le choc provoqué par le bras du garde ayant violemment heurté l'avant-bras de Learamn eut pour effet une sérieuse douleur . Mais l'heure n'était pas au pleurnichage, en serrant les dents , Learamn tira sa dague. La même dague qui l'avait autrefois sauvé d'une mort certaine à la bataille d'Aldburg , quand Aaron l'avait mis à terre et commençait à l'étouffer. Un homme d'Edonos chargea et sauta sur le capitaine , ne s’attendant pas à ce qu'un de ses adversaires adopte cette stratégie, Learamn tomba à terre et réagissant le plus promptement possible planta sa dague sous la cuisse de son ennemi affalé sur lui. Ce dernier poussa un cri et Learamn put se défaire de son étreinte. Un violent et efficace enchaînement de coups de coudes et directs fit passer un garde par dessus la balustrade , il alla s'écraser sur une table dans la salle principale de l'auberge. Alors qu ele cavalier était prêt à faire face à un nouvel adversaire ,le comte Skaline surgit du couloir ert asséna un violent coup au Gondorien le plus proche tout en criant


'On se casse, viens!

Il était temps ne put s'empêcher de penser Learamn outre le fait que l'endroit n'était pas des lieux préférés du jeune homme l'ambiance bordélique , c'est le cas de le dire , et l'odeur de roussi qui annonçait un incendie ne présageait rien de bon. Mais avant de se tirer il devrait fait face à son dernier adversaire et tout ne se passa pas comme prévu. Engagé dans un combat au corps-à-corps , les deux hommes s'agrippait mutuellement là où il le pouvait. Quand enfin , le jeune homme réussit à faire passer son adversaire par dessus la balustrade , celui-ci l'attrapa par le col et Learamn tomba avec lui dans une chute courte mais rude. Heureusement qu'il atterrit sur le ventre de son adversaire , cela lui avait amorti le choc et malgré ses membres ankylosés il n'avait rien de cassé , contrairement à son adversaire qui semblait s'être brisé les jambes et le bras gauche.Vadolas les avait trahi. En titubant , Learamn se précipita vers la sortie tout en regardant les dernières prostituées partir en courant . Toutes ses femmes qui partageaient leur couches avec des hommes chaque nuit mais qui n'était véritablement aimé par aucun d'eux , n'était-ce pas regrettable. Le jeune capitaine se surprit à penser à ses propres sentiments , jamais il n'avait partagé sa vie avec une jeune fille , il ne savait même pas si il en avait déjà aimé une. Enfin... il dut admettre que parmi les jeunes du village dans les environs d'Edoras , une jeune fille avait qui il avait joue petit avec qui il avait été très amis , lui avait , durant son adolescence , fait ressentir des sentiments différents et nouveaux mais à cause de ses frères qui n’appréciait que partiellement Learamn et à cause de sa volonté de devenir cavalier du Rohan il la perdit de vue. Eliah , elle s’appelait Eliah Tandoril.

La brise fraîche qui le frappa en sortant du bâtiment enflammé le soutira à ses pensées il aperçut plus loin quelques membres du groupe
déjà arrivé et constata que Gnow avait détaché son cheval , plutôt une bonne initiative.

[HRPG : Juste Erco mon perso s'appelle Learamn et non Learman , je suis pas un avengers ^^]



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saemon Havarian
Grand Maître de la Compagnie du Sud
avatar

Nombre de messages : 81

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: impossible à dire
- -:

Dim 28 Avr 2013 - 14:27
Rapidement, l'ensemble des belligérants se retrouvèrent sur la rue tandis que des volutes de fumées s'élevaient de l'auberge. Edonos et Vadolas se tenaient côte à côte, tandis que tout le monde observait circonspect et silencieusement le feu qui gagnait le lieu de plaisir.

Soudain, des pas pressés, nombreux et ferrés se firent entendre en provenance des ruelles. Une troupe d'une cinquantaine de miliciens d'Osgiliath venait de faire son apparition. A leur tête, un homme bien connu de la milice, le Capitaine Van Carsen, surnommé Vancars' par tout ceux qui le connaissaient.


" Je vous conseille de jeter un peu d'alcool dessus..."

Tous se retournèrent pour observer le massif capitaine dont la barbe blonde était étrangement colorée par les flammes.

" ORGANISEZ UNE CHAINE BANDE D'ABRUTIS ! Le premier qui s'enfuit je le fais pendre !"

Il jeta un regard noir à Vadolas et Edonos tandis que ses hommes organisaient peu à peu une chaîne pour éteindre l'incendie. Les mercenaires et les compagnons d'Erco se retrouvèrent malgré eux engagé comme pompiers volontaires.

Vancars' s'éloigna du groupe pour s'approcher du tenancier de la taverne qui était assis dans un coin, son visage dans ses mains. Il discuta quelques minutes avec lui avant de revenir vers ses hommes.

" Vadolas, Edonos... Erco Skaline !"

Les trois hommes se retournèrent, et se retrouvèrent rapidement entouré par trois miliciens chacun.

" Je ne sais pas ce qu'il s'est passé ici... mais il est évident que vous êtes tous les trois intimement liés aux évènements. Par conséquence, au nom des pouvoirs qui me sont conférés, je vous arrête préventivement pour troubles à l'ordre public !"

Aussitôt, les miliciens leur saisirent les bras tandis que le troisième larron les fouillait à la recherche d'armes éventuelles.

" Sergent, je vous laisse gérer cet incendie..."

Un milicien salua, signifiant qu'il avait compris. Vancars' s'éloigna alors, suivi par les trois fauteurs de troubles et leur escorte.

***

On avait emmené Erco à l'autre bout de la ville, Vancars' avait parcouru les différents quartiers pour arriver devant une énorme tour qui faisait office de prison. Erco avait passé la nuit en cellule seul, dès le matin, on l'avait fait levé, on lui avait donné un broquet rempli d'eau et un petit morceau de pain. Il s'était alors fait conduire à travers les couloirs jusque dans une salle ronde qui ressemblait à une salle de tribunal.

Erco avait été assis sur une petite table, les mains attachées par de lourdes menottes. Un homme vêtu de longs et nobles vêtements lui faisait dos. Quelques minutes après, on amena Edonos et Vadolas.

L'homme qui leur tournait le dos commença alors à parler.

" Les faits sont les faits et ils sont troublants... Bagarre, tentative de meurtre et incendie..."

Il se retourna, dévoilant un visage qui était familier à Erco, subtilement, Saemon Havarian lui fit un petit clin d'oeil.

" A faits graves, punition... Commençons par vous Edonos... représentant de l'ordre public..."

Edonos baissa les yeux, il savait à quoi s'attendre.

" Greffier, notez..."

Un petit homme que personne n'avait remarqué dans un coin de la pièce leva sa plume pour tracer quelques lettres sur un parchemin.

" Moi, Saemon Havarian de Sora, Maître de la Compagnie du Sud et Gouverneur d'Osgiliath faisant fonction, condamne le dénommé Edonos à être chassé de la milice d'Osgiliath sans indemnité. Il devra d'autre part s'acquitter d'une amende de 6000 pièces d'Or."

Le greffier nota rapidement.

" Bien, vous pouvez disposer Edonos... n'oubliez pas que vous ne quitterez pas cette ville avant d'avoir payé votre dette."

Edonos ne protesta même pas, la sanction était juste vu les circonstances et il s'en tirait bien en évitant un passage par le cachot.

" A vous Vadolas... Greffier... Moi Saemon Havarian de Sora, Maître de la Compagnie du Sud blablabla... condamne le dénommé Vadolas à être interdit de relations commerciales avec toute personne de la Compagnie du Sud pour une période de deux ans ainsi qu'une amende de 6000 pièces d'Or."

Vadolas se leva d'un bond, le visage authentiquement paniqué.

" Et la caravane vers Rhûn ? Qui va s'en occuper ?"

Saemon balaya la réclamation d'un geste...

" On me dit que le Sir Hector de Breciliak et sa compagnie son en ville... ils connaissent la route aussi bien que vous..."
" On me dit que sa compagnie est décimé et qu'ils ne sont plus qu'une poignée..."
" On me dit qu'ils vont recevoir très bientôt des renforts !"

Saemon avait tapé du poing sur la table pour ponctuer sa phrase. Il n'avait pas à discuter escorte de caravane avec cet individu.

" Foutez moi le camp !"

Vadolas maugréa encore avant de quitte la pièce. Il ne restait plus qu'Erco, Saemon et le Greffier.

" Quant à vous... il semble que votre propension à créer du trouble n'a pas diminué... qu'est-ce que je pourrais bien vous faire faire ?"

Un sourire malicieux éclairait son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Mer 1 Mai 2013 - 10:04
Hrp désolé du temps de réponse, je suis rentré hier de Toulouse. Learamn sorry, je suis confus Hrp

Erco se retrouva emmené de force par trois miliciens. Enfin il se laissa faire n'ayant rien contre ces hommes de fonctions qui ne faisaient que leur travail. Il n'avait plus aucune arme sur lui du coup ils n'eurent rien à lui confisquer. Le Comte ne protesta pas et se laissa faissa embarquer escorté par trois hommes. Il jeta un regard à ses hommes qui étaient utilisés pour arrêter l'incendie qu'il avait déclenché lui-même. Erco aurait put en sourire, mais étant emmené sans aucun doute vers les cachots ou un lieu d'interrogatoire, il aurait peut-être préférer rester là à suer pour éteindre son méfait. Il cria alors à Learamn et Thorseld:

-Je reviens quand je peux. Le départ dans deux nuits si vous n'avez aucune nouvelle de moi. Prenez garde et restez tranquille.

La dernière phrase était plutôt logique, mais au moins il l'avait dite. De plus rappeler les choses ne pouvaient faire de mal. Il avait peur de la réaction d'Alarthor qui réagissait toujours au quart de tour et de manière totalement dé-raisonnée. Gnow qui le connaissait déjà plus que les autres, allait pouvoir le gérer sans difficulté espéra Erco.

***

Les hommes d'Erco une fois le feu éteint rentrèrent tous à l'auberge. Suivant le conseil d'Erco, ils se firent tous petit et allèrent vite rejoindre leur chambre. Alarthor fut pris d'une rage lorsqu'il appris que son ancien maître était encore prisonnier. Il proposa qu'on aille le libérer:

-Allons, on ne va pas le laisser. On peut entrer, forcer le passage le libérer et sortir de la ville. En une heure c'est fait et hop on repart vers le Rhun.

Gnow secoua la tête en lançant un regard aux autres comme pour excuser l'impulsivité de son jeune compagnon. Il ne répondit rien et se leva pour aller préparer ses affaires. Il lâcha:

-On doit être prêt à partir dés demain matin s'il le libère.


-Mais, tu vas pas me dire que tu partirais sans lui? Jamais il ferait ça.

L'arnorien largement excédé par l'attitude d'Alarthor répondit juste en se tournant vers les rohirrims qui avaient tous entendu les directives du Comte:

-Expliquez lui les ordres d'Erco.

***

Le cachot n'était pas beau et il faisait froid, très froid. La pierre était semblable à de la glace hormis qu'elle ne mouillait pas et n'était que humide. Le carré qui servait de lit était puant et avait du accueillir plus d'un ivrogne trouvé en train de pisser contre un bâtiment public ou s'étant battu. Le Comte ne dormit que très bien. Il se rappelait de sa nuit à Minas Tirith dans des geôles, et comment le matin un mystérieux homme était venu le libérer. Il doutait que cela se repasserait ainsi ici.

La nuit fut longue et le Seigneur Skaline somnolant était tourmenté par ses démons. Des visages, des scènes de combats se mélangeaient. Il pouvait revoir ses amitiés brisées par les armes, les jeunes détruits par un membre fracassé ou coupé. Mais surtout défilait les têtes de ses ennemis qui lui avait échappé. Caleb et Saemon étaient les principaux. Les rares qui ont échappé au tranchant d'Amdir...

L'aube arriva tant bien que mal, et Erco tous courbaturé par une nuit dans le froid se fit réveillé par un garde qui le menotte et le guida à travers des couloirs se ressemblant tous. Les yeux rougis par le manque de sommeil, le Comte marchait sans trop réfléchir, il se demandait qui il allait rencontrer.

S'il savait...

La pièce ou il entra était belle est bien éclairé. Un greffier semblait se cacher derrière ses parchemins au fond de la salle. Eclairé par une petite lampe il passait presque inaperçu. Derrière un gros bureau plutôt bien ordonné un homme lui tournait le dos. Il devait appartenir à la haute société vu le niveau de ses vêtements d'allure fait sur mesure.

Il commença à parler lentement, sûr de lui. Il évoqua les fait déroulé cette nuit sommairement avant de se retourner. Là Erco reste muet un court instant en reconnaissant ce visage. Il aurait put s'en douter lorsque Vadolas lui avait parlé de Saemon dirigeait la ville. Tel un fantôme, le Saemon lui faisait face et souriait en le regardant. Erco sentit ses poings se serrer et l'envie de lui sauter dessus fut plus que très présente. Les menottes le découragèrent à tenter quoique ce soit à l'instant présent. Il murmura:

-Vous... Ici... Mon dieu.

Saemon ne fit pas attention aux propos du Comte et entama son jugement. D'abord Edonos. L'ancien milicien ne dit rien. Il devait s'y attendre et il semblait être heureux de ne pas finir au trou. Vadolas était une toute autre histoire. Il devait se croire indispensable car il commença à essayer de s'en sortir en parlant d'une caravane. Ce qui déplut au Maître de la Compagnie du Sud qui cria et tapa du poing tranchant sur le sort de Vadolas qui sortit penaud. Il venait de perdre un bon boulot.

Ce fut le tour à Erco. La Saemon semblait vraiment s'amuser, ce qui n'était vraiment pas le cas de l'accusé. Il rongeai son frein depuis qu'il avait reconnu son ancien adversaire. Lui sauter dessus traversa son esprit une dizaine de fois en l'espace de quelques minutes. Il se retint et répondit d'une voix crispée par l'envie de meurtre:

-Et vous... Vous êtes toujours autant insaisissable... La dernière fois vous étiez ennemi public du Gondor et du Arnor au service de l'Ordre... Aujourd'hui vous travaillez à Osgiliath en tant que gérant de la ville. Edonos et son pote sont peut-être totalement stupide mais ils m'ont dit un truc intéressant: On ne finit pas comme vous avec votre passé sans l'aide de personne très influente.... Comment faites-vous?

Il se tut, et se rendant compte qu'il n'aura sans doute aucun réponse il ajouta avec un regard méchant:

-Quand à votre question, je ne sais pas rien. Et moi que vais-je faire de vous? J'ai juré de vous abattre... On est devant un dilemme... Mais j'aimerais savoir pour qui travailler vous cette fois. Toujours l'Ordre? l'Arnor? Votre propre compte?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saemon Havarian
Grand Maître de la Compagnie du Sud
avatar

Nombre de messages : 81

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: impossible à dire
- -:

Mer 1 Mai 2013 - 12:13
Saemon était navré. Il savait que la plupart des gens avaient du mal à comprendre son rôle parfois nébuleux dans la lutte contre l'Ordre, cependant, il avait joué un rôle bien plus important que tous les porteurs d'épées du Gondor... Qu'on ne parvienne pas à le voir le dérangeait. Son visage changea d'ailleurs radicalement quand Erco commença à lui faire des reproches ouvertement.

" En d'autres temps et en d'autres lieux, je n'aurais eu que faire de vos sarcasmes et de vos insinuations vaseuses."

Il s'approcha d'Erco, saisit une chaise et la plaça juste en face de lui, hors de distance de ses poings.

" Cependant, vu que d'une part nous allons être amenés à travailler ensemble et que d'autre part vous êtes certainement celui qui a fait le plus de tort à mon travail au sein de l'Ordre... il me semble qu'une clarification s'impose."

L'ancien bras droit d'Aldarion s'éclaircit la voix avant de se lancer dans un monologue.

" Quand l'Ordre a enlevé le fils d'Aldarion, nous avons senti qu'il était essentiel de le récupérer... Si le Roi d'Arnor est un père, il est aussi un Roi et il sait qu'avoir un héritier légitime dans la nature n'est jamais bon, surtout quand il est aux mains de nos ennemis. Il a donc décidé de placer sa récupération comme première priorité. Pour ce faire, il avait besoin d'un homme au sein de l'Ordre, un homme en qui il avait totalement confiance et dont il connaissait la compétences. Grâce à mon réseau j'étais le plus apte à jouer ce rôle. "

Il se redressa sur sa chaise.

" J'ai travaillé pendant des années pour gagner la confiance des dirigeants de l'Ordre, patiemment comme une plante qui grandit à l'ombre... Jamais je n'ai appris la moindre chose sur l'endroit où le fils du Roi était retenu. Quand Theneor est mort, le bruit a circulé que l'Ordre désirait enlever le fils de Mephisto. J'ai directement prévenu Aldarion et Radamanthe avec lesquels j'étais en contact régulier. Ils ont décidé que je devais tout mettre en oeuvre pour être impliqué directement dans l'enlèvement afin de pouvoir le suivre et de logiquement trouver Aelas... Tout était prévu, il ne devait pas y avoir la moindre goutte de sang. Sirion ne devait pas me toucher, il en avait reçu l'ordre... J'aurais fui, trouvé le deuxième prince et à ce moment là l'Arnor et le Gondor auraient frappé de concert. Tout serait fini... mais..."

Son regard se durcit et il fixa Erco droit dans les yeux.

" Mais... vous êtes arrivé. Vous avez transformé une opération parfaitement préparée en véritable carnage... J'ai perdu la confiance de l'Ordre qui a alors décidé de confié Chaytann a quelqu'un d'autre. Au lieu de récupérer un prince, nous en avons perdu un deuxième. Vous avez merdé Skaline et votre tête n'a jamais été aussi proche de rouler. Vous avez eu de la chance que certains croient encore en vous."

Il y avait de la colère dans les yeux de Saemon, une forme de haine.

" Pour répondre à votre question... Je suis à la tête de la Compagnie du Sud grâce au soutien d'Aldarion et de Mephisto ainsi que de Cantelmo de Sora, mieux connu sous le nom de Lion Opulent. Quant à savoir qui je sers.. Disons que je profite d'une situation un peu plus confortable après cinq ans de danger permanent et de cavale. D'autre part, je m'assure que la Compagnie du Sud ne tombe pas entre les mains de l'Ordre... "

Saemon se leva et s'approcha d'une fenêtre au fond de la pièce.

" Vous avez vos réponses ? Vous êtes prêt à vous mettre au service des Royaumes Libres ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Jeu 2 Mai 2013 - 0:31
Erco resta tétanisé par les paroles de Saemon. Il ne dit rien pendant tous le monologue accusant le coup de ces déclarations. Il avait du mal à y croire pour tous dire. Il avait reçu l'ordre d'abattre Saemon à mainte reprise et tous semblait corrélé pour faire de lui un traître. Encore une fois les apparences étaient trompeuses. Les services de Saemon ou de Tar Aldarion avaient tellement bien travaillé pour infiltré leur homme de main que tous était contre leur infiltré et le présentait comme un traître. Le Comte était stupéfait et sentait un peu une honte le traversé. Il aurait ainsi fait échouer une vaste opération par son impulsivité... Sa stupidité comme certain devait le penser. D'un autre il ne pouvait pas savoir et les informations qu'il avait en sa possession en ce temps là était plutôt clair: Tuer Saemon. Point barre, rien à ajouter.

En plus toute cette histoire d'enfant enlevé faisait re-jahir un échec cuisant d'Erco. Il avait été presque présent à cet enlèvement. S'il s'était pressé et aurait eut une heure d'avance il aurait sans doute été là pour aider les fils d'Aldarion et peut-être les sauver. Il secoua la tête comme l'on ferait pour chasser une mouche.

Il s'en voulait du coup!

Il avait fait des mauvais choix, il le savait mais il n'avait jamais pensé que l'histoire était aussi compliquée. Plus le temps passait plus il se disait qu'il était trop vieux pour participer à ce genre d'intrigue. Il avait gravit les échelons des classes sociale à la force de son épée, pas grâce à ses implications politique. Il était un peu l'opposé même de Saemon qui surfait si l'on peut dire sur les opportunités. Erco regarda son ancien ennemi et dit sans chercher vraiment à s'excuser et essayant de cacher son malaise devant ces révélations:

-Le problème qu'on a toujours eut est dans cette guerre contre l'Ordre c'est à qui faire confiance et qui informer de telle ou telle opération en cour.... Je ne peux que vous dire que le passé est le passé et que si j'aurais su qui vous étiez vraiment en ce temps là, sachez que j'aurais fait autrement....


Il se tut et bougea un peu trouvant sa position inconfortable. Il agita ses mains devant lui pour appuyer ses propos:

-Vous pouvez donc m'enlever ces menottes... Je ne sers pas enchainé quelqu'en soit cette cause... Même la plus pur... Enlevez moi ces chaines et nous parlerons de comment détruire cette Ordre!!!

Il ajouta alors avec méfiance:

-Je vous fais confiance Saemon, même si tous mon instinct me dit de vous tuer... Je vous accorde du crédit... Ne soyez pas stupide, et je sais que vous l'êtes pas, je vous le dit en toute franchise aux moindres mensonges de votre part, je vous tue!!! Après ce que je dirais à mes hommes me regarde mais de vous à moi j'en ai plein le cul d'avoir que des moitiés d'informations et de courir après un Ordre qui s'envole à chaque fois.... Tachons d'en terminer et d'éviter un fiasco comme au chemin des Dames parce que les services royaux ont infiltré avec brio un de leur homme et que d'autres types lui courent après avec acharnement alors qu'ils sont du même camps.... Soyons franc l'un avec l'autre.

Erco avait du mal à croire Saemon, mais c'était possible. Et de toute manière s'il voulait sortir d'ici il allait devoir jouer le jeu qu'il croie ou pas en son interlocuteur. Il n'avait guère le choix, mais il n'avait pas confiance en Saemon et il avait de quoi. Il portait toujours la marque de son carreau sur son flanc. Une fois sorti de cette tour, il pourrait aviser et vérifier les dires de son nouvel allié.

Il sourit et agita une nouvelle fois les mains devant Saemon.

Il attendait des réponses et sa liberté avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saemon Havarian
Grand Maître de la Compagnie du Sud
avatar

Nombre de messages : 81

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: impossible à dire
- -:

Lun 6 Mai 2013 - 0:49
Saemon n'était pas plus bête qu'un autre, il avait même tendance à être plus malin... Il savait très bien que la reconnaissance de ses fautes par Erco ne changerait pas la face du monde et que sa "confiance" demeurait des plus fragiles. Son seul espoir était que cet âne buté finisse par comprendre le sens de la vie et agisse en conséquence. Il en aurait bien besoin.

" Votre mission vers l'Est... Certains auraient aimé que j'y prenne part. Malheureusement, la situation est trop fragile par ici et j'ai trop d'ennemis... personnels que pour me permettre une escapade."

Il décocha un des sourires dont il avait le secret. Il n'avait plus aucune envie de courir l'aventure, il l'avait bien assez fait ces dernières années.

" Cependant je peux vous fournir une couverture... "

L'homme de confiance d'Aldarion s'approcha du chevalier, toujours menotté. La pièce était vide, le greffier avait assez vite compris qu'il devait prendre congé.

" Vieille-tombe reste en contact régulier avec les pays occidentaux. Ils profitent avec un certain plaisir du commerce. Cela implique forcément la Compagnie du Sud."

Il se lissa la moustache qui, combiné à des cheveux nettement plus courts, le vieillissait terriblement.

" A intervalles réguliers, nous envoyons donc des caravanes avec des marchandises provenant de la plupart des commerçants de la région. Cependant... La dernière caravane a pris un peu de retard... Vadolas était sensé l'escorter avec ses mercenaires. Il est fourbe mais il connait bien le pays et la manière de négocier avec les patrouilles de la région. Il n'existe qu'un autre mercenaire capable de mener cette mission à bien : Hector de Breciliak. Une gueule d'ange mais un fameux meneur d'homme."

Saemon ne savait pas si Erco avait entendu parlé d'Hector, un fameux jouteur qui avait quitté sa famille et sa fortune pour parcourir les routes à la recherche d'aventures. Peut être l'avait t'il croisé à un tournoi.

" Bref, il y a un seul souci... la dernière mission d'Hector a tourné au massacre, on raconte que l'Ordre n'y serait pas pour rien, et il ne dispose plus que de cinq hommes, lui compris. C'est beaucoup trop maigre pour une escorte. Vous voyez où je veux en venir ?"

Les circonstances semblaient tout à fait favorables et le plan bien agencé.

" Soyez à la porte Nord de la ville demain à l'aube avec arme et bagages... Soyez discrets, officiellement vous êtes emprisonné pour quelques mois pour troubles à l'ordre publique. Une couverture parfaite non ?"

L'idée de faire encore augmenter le casier judiciaire d'Erco semblait réjouir Saemon. Le sourire au lèvre, il se leva et se dirigea vers la sortie de la pièce.

" Ah oui ! J'oubliais... "

D'une geste précis il envoya voler la clef des menottes en direction d'Erco. Sans qu'il sache si cela était volontaire, elle atterri à un bon mètre du Comte. Il allait devoir se contorsionner pour l'attraper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Je vous connais...
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Quel sport faite vous?
» A QUAND UN DEBAT SERIEUX ? LES ANTI-PARLMENTEURS LEVEZ-VOUS ! DEMASQUEZ-VOUS !
» Simpsonisez vous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Minas Tirith et Gondor - :: Le Royaume de Gondor :: Anórien :: Osgiliath-
Sauter vers: