Le bureau de Saemon

Aller en bas 
Saemon Havarian
Grand Maître de la Compagnie du Sud
avatar

Nombre de messages : 81

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: impossible à dire
- -:

Ven 24 Mai 2013 - 17:34

Comme le voulais la coutume, le bureau de Cantelmo de Sora avait été scellé dès l'annonce de sa mort. Il était nécessaire d'assurer que les documents secrets de la Compagnie ne soient lus que par son successeur. De ce fait, Saemon s'était vu attribué un petit bureau à côté de celui-ci.

On lui avait amené des étagères sur lesquelles il avait entassé un tas de dossiers propres à la famille de Sora et à ses affaires personnelles. Dans un coin de la pièce, il avait aménagé un petit espace de travail pour son assistant Denys.

L'endroit était exigu et ils avaient du mal à tenir à deux dans la pièce avec toutes la paperasse qui s'accumulait. Un bureau bien loin du faste de celui de feu Cantelmo de Sora.

Erina, la veuve du Comte, lui avait proposé un bureau bien plus grand et confortable dans un des manoirs familiaux. Saemon avait décliné l'invitation. En effet, il souhaitait se montrer et faire passer un message à Tiber Goloth et à son neveu Emilion : il n'était pas mort et se battrait jusqu'au bout.

Après avoir expédié l'affaire Skaline, il était retourné seul à son bureau. Il était heureux que Denys soit toujours occupé du côté de la porte Nord, cela lui donnerait un peu de temps pour réfléchir seul. Il avait devant les yeux les documents que le Renard lui avait remis. Cela changeait tout et il le savait. S'il jouait finement le coup, il risquait bien de prendre un avantage décisif pour l'élection.

On frappa à la porte. Saemon rangea prestement les documents dans un tiroir et se dressa à côté de son bureau.

"Entrez."

La porte s'ouvrit, laissant place à un des nombreux valets qui travaillaient pour la Compagnie.

" Le Grand Marchand Asthrabal est là Seigneur."

Saemon eut un sourire imperceptible. Le moment était venu.

"Faites le entrer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radamanthe
Emir de Harondor - Prince d'Ithilien
Emir de Harondor - Prince d'Ithilien
avatar

Nombre de messages : 3567
Localisation : Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 53 ans
- -:

Ven 24 Mai 2013 - 23:56

Asthrabal entra dans la pièce avec sa démarche si caractéristique. La tête haute, le corps droit, la poitrine bombée dans son pourpoint impeccable. Une chaîne d'or maintenait sa cape bordée de dorures. Le Bourgeois promena un instant son regard sur la pièce et son sourire laissa transparaître un léger amusement quant à l'exiguïté du bureau.

"Maître Saemon Havarian." Son ton se voulait neutre, pourtant une note d'ironie hautaine transparaissait toujours quand le Bourgeois parlait. "Ou doit-on vous donner du messire le Comte Saemon de Sora maintenant ? Pardonnez-moi, mais je n'ai jamais fait grand cas des titres. Je ne juge pas un homme sur sa naissance, mais sur ce qu'il fait de son temps... et de son argent. Un titre, c'est si facile à acheter, mais mon manque de noblesse n'a jamais entaché mon succès. Nous avons ça en commun. Avions ça en commun"

La première pique était lancée. Asthrabal était, comme son surnom l'indiquait bien, un simple bourgeois. Il n'avait aucun titre, personne ne l'avait jamais élevé lord et il n'avait de lien avec aucune des grandes familles. Certes, tous les Grands Marchands n'avaient pas de petit de devant leur nom de famille, mais tous avaient un territoire d'action qui leur était attribué. Sauf lui. Il n'était que Grand Marchand honoraire. Mais malgré cela, lui n'avait pas besoin de nom de famille. De tous les grands marchands, il était le seul à n'être appelé que par son prénom. Comme un roi ou un prince.

"Vous avez de la chance que je sois encore à Osgiliath, généralement je ne viens que pour les événements importants."

Une pique de plus, assurément. Le Bourgeois croisa ses bras. Le premier tour de votes devait avoir lieu une semaine après le premier conseil. Tout juste le temps d'un inutile voyage aller et retour jusque Lossarnach. La possibilité d'aller jusqu'à Minas Tirith, peut-être. Asthrabal n'avait probablement pas quitté la ville pourtant. Sa manière de dire ce qu'il pensait de cet entretien. Ou peut-être insinuait-il que le premier tour de vote n'était pas important.

"Cet entretien en vue du scrutin n'apportera rien, maître Havarian. Je ne suis pas homme qu'on influence. Je fais mes choix, et ils sont tranchés." Sa voix, sans rien perdre de son arrogance, prenait une teinte doucereuse. "Mon temps est précieux. Je vois que vous prenez très au sérieux votre rôle de maître en intérim. Votre temps doit être encore plus précieux, alors, car il est compté. Pourquoi le gâcher ?"

Asthrabal avait maintenant pris un air innocemment interrogateur, sa main gauche caressant sa barbichette, le coude appuyé sur le bras droit. Il connaissait le jeu précédant les élections. Saemon le connaissait-il ? Libre de tout lien avec les familles, son vote allait toujours là où allait son intérêt propre. Ce parvenu promu Grand Marchand par un tour de passe-passe voulait-il le convaincre que ses intérêts coïncidaient ? Havarian avait un passé trouble. Ils n'étaient pas si différemment en somme. Mais sa nature exacte était un mystère. Asthrabal se devait de se tenir informé, et il l'était. Il savait qu'Alcide d'Illicis avait la cote à Minas Tirith, et qu'on lui confierait volontiers une mission importante. Il savait que le vieux baron Amaricsen faisait des pieds et des mains pour entrer dans les bonnes grâces de Méphisto. Il savait aussi qu'il ne réussirait pas, car Janos d'Estermon faisait tout pour l'en empêcher, ce qu'Amaricsen ne savait pas. Mais sur Saemon Havarian, il ne savait que très peu de choses, ou trop. Trop pour que tout soit vrai, autant dire trop peu alors. Et il se demandait ce que le maître intérimaire pouvait bien espérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saemon Havarian
Grand Maître de la Compagnie du Sud
avatar

Nombre de messages : 81

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: impossible à dire
- -:

Ven 31 Mai 2013 - 19:43
Le Bourgeois ne semblait pas décidé à s'asseoir, il se tenait debout droit devant un Saemon qui semblait bien petit assis sur sa chaise. Les remarques acerbes du Grand Marchand ne faisaient que renforcer l'idée que celui-ci dominait la situation.
Pourtant, Saemon ne se leva pas. Il n'invita pas plus Asthrabal à s'asseoir. Il y avait un siège et son interlocuteur était assez grand que pour prendre l'initiative de se poser.
Quand il eu fini, Saemon le fixa, un léger sourire aux lèvres. Ceux qui connaissaient le Maître par intérim savaient que cela n'augurait pas souvent grand chose de bon. A son tour, il se mit à parler. Il était calme et semblait extrêmement confiant.

" Je sais quelles sont vos intentions. Nous nous surveillons tous les uns, les autres, n'est-ce pas ?"

Il ne laissa pas le temps à Asthrabal de répondre. Tout le monde savait que le Bourgeois avaient ses informateurs et tous les fouineurs savaient également qu'ils n'étaient pas nécessairement les plus discrets.

" Il vous faut un candidat qui soit à la fois crédible mais discret... Il vous faut quelqu'un qui vous laissera tranquillement faire vos petites affaires. Quelqu'un qui n'aura pas de réelle ambition pour la Compagnie... Quelqu'un qui prônera le statu quo. Un homme qui ne rayonnera pas au-delà de Minas Tirith."

Asthrabal semblait agacé par le cinéma de Saemon. Il savait qu'il avait lui aussi dans le passé favorisé ses intérêts et isoler ses opposants. Il ne l'interrompit pas pour autant, Saemon paraissait ne pas en avoir fini.

" Eamon de Ronce par exemple..."

Saemon fixa le Bourgeois dans les yeux. Il avait percé le petit jeu de son adversaire... ce qui en soi n'était pas un grand défi tant tout le monde se doutait de l'inclinaison d'Asthrabal.

" Mais Eamon ne peut pas être élu !"

Il tapa du poing sur son bureau avant de se calmer.

" Comptez avec moi Asthrabal... Leth Neayen votera pour moi sur consigne du Roi Aldarion et je voterai pour moi. Cela me donnera donc trois voix au vu de mon statut dans la Compagnie. Eamon votera pour lui même et vous voterez pour lui... cela fera également trois voix étant donné qu'il est Grand Marchand de Minas Tirith. Enfin, Garìn votera pour Emilion Goloth pour l'Or, Masstark parce qu'il veut une ouverture sur l'extérieur, Emilion votera pour lui et Tiber Goloth également... Cela fera un total de cinq voix. L'affaire sera pliée au premier tour et Emilion Goloth, assoiffé de pouvoir arrivera dans vos pattes et perturbera vos affaires. Je saurais vous être utile Asthrabal, faites basculer l'élection du côté de ceux qui comprennent vos intérêts..."

Asthrabal allait répliquer... il allait sans doute répondre aux arguments de Saemon... mais avant que celui ci n'entame sa réponse, le Maître par intérim leva la main, comme s'il venait de se souvenir d'un détail.

" Ah oui j'oubliais... cela pourrait également être un excellent moyen de ne pas divulguer vos petites histoires avec... comment est-ce encore ? "

Il farfouilla parmi les documents devant lui et en tira ce qui semblait être une page de grimoire.

"Burfëa... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radamanthe
Emir de Harondor - Prince d'Ithilien
Emir de Harondor - Prince d'Ithilien
avatar

Nombre de messages : 3567
Localisation : Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 53 ans
- -:

Dim 16 Juin 2013 - 23:24

Asthrabal s'approcha de la chaise faisant face au bureau de Saemon, mais il ne s'assit pas. Il se contenta de croiser ses bras et des les poser sur le dossier de cette dernière. Bien qu'il soit véritablement intrigué par ce que son interlocuteur ait à lui dire pour qu'il espère le voir changer d'avis, le Bourgeois ne tenait à lui donner l'impression qu'il soit prêt à s’attarder longtemps. Ce genre de discussion l'ennuyait, et il préférait se montrer prêt à partir n'importe quand. Il avait tellement d'autres choses à faire. Certes, Osgiliath n'était pas le meilleur endroit pour faire commerce dans la branche si spéciale qui était la sienne, mais bon, pour une fois qu'il prenait la peine de venir... Et puis, Asthrabal n'était nullement dérangé à l'idée de rester debout. Dominer Saemon de la moitié de deux pieds n'était pas pour le déplaire. Surtout quand ce dernier lui faisait ce genre de petites insinuations. Nous nous surveillons tous... Etait-ce sensé être une pique, ça , alors qu'il ne faisait que citer les règles du jeu ? Le Bourgeois était capable de bien mieux s'il voulait se montrer désagréable avec quelqu'un, et cela arrivait souvent. Chez lui, le client était accueilli avec le faste et le luxe digne d'un roi, mais il n'était pas un roi. Car le client savait que l'objet de son désir, il ne pouvait se le procurer nul part ailleurs, et que dès lors tout dépendais du bon vouloir d'Asthrabal.

"Oh, vous m'avez percé à jour !" s'écria Asthrabal en feignant la surprise. "Eamon de Ronce mais oui, il faut être bien astucieux pour deviner que j'ai tout intérêt à ce qu'il soit le Maître... Vous méritez bien votre répu-"

Lorsque Saemon tapa du poing sur son bureau, Asthrabal sursauta de surprise, réelle cette fois-ci. Il aurait du être choqué d'être coupé ainsi durant sa pique pleine d'ironie, mais l'intérêt éveillé par les propos de l'Arnorien commençait à être réel. Aussi écouta t-il attentivement lorsque Havarian commença à lui débiter comment il s'attendait à ce que l'élection se passe. Vraiment Saemon le décevait. C'était ça que les rumeurs prétendaient être le terrible espion d'Arnor, l'ennemi public retors et rusé, blanchi finalement par Eru sait quel tour de passe-passe ? L'affaire sera pliée au premier tour... Vraiment ? Certainement pas avec une majorité des deux-tiers. Et puis, il présumait beaucoup de choses à propos du clan Goloth. Asthrabal avait de tout autres renseignements et il était toujours sûr de ses informations. Le Bourgeois était en train d'hésiter que répondre. Devait-il répliquer à Saemon ou le planter là sans divulguer ce qu'il savait lui, laissant l'élection venir. Il penchait vers la deuxième solution quand Saemon ajouta quelque chose. Un nom, un bout de papier. A nouveau l'homme de Lossarnach sursauta, mais cette fois la surprise était mêlée à une sorte de crainte. Même s'il aurait voulu le cacher, sa voix tremblotait légèrement lorsqu'il fit prestement :

"Co- comment avez-vous eu cela ?"

C'était impossible, nul ne pouvait pénétrer chez lui par effraction et son livre de compte ne quittait jamais la maison. Et pourtant, il reconnaissait les enluminures de son grimoire, même d'ici. Se pouvait-il que... Si vraiment quelqu'un pouvait le faire, la description de ce quelqu'un étaient bien celle que les rumeurs faisait de Havarian... Et ce nom... Quelqu'un de pas fréquentable, bien sûr, mais Asthrabal n'avait jamais cherché à faire la différence. Mais aussi, d'après ses renseignements, un membre d'une organisation encore moins fréquentable. Et l'objet de la transaction, quelque chose d'hautement interdit, écrit noir sur blanc dans son livre que le Bourgeois croyait en sécurité. Il aurait du prendre plus de précaution, c'était sûr. La situation venait de changer. Il allait devoir jouer serré.

"Burfëa, oui, oui, je vois... Le genre de raisons pour laquelle je n'ai pas intérêt à voir Emilion l'emporter, bien sûr..." Le Bourgeois eut un petit rire sans joie. "Mais bien sûr, ce n'est qu'un nom, et qu'un bout de papier... Cependant, vous dites comprendre mes intérêts... Le rôle d'un Maître est de faire respecter les règles, mais vous savez, vous, ce que c'est de vivre dans l'ombre... Si nous pourrions nous arranger pour fermer les yeux sur ce genre de détails, sur ce qui se passe dans l'ombre, il se pourrait bien que je change mon vote, oui..."

Le Bouregeois détestait se faire forcer la main, mais il savait avant tout toujours trouver le meilleur parti d'une situation. Un tel chantage avait beau le mettre intérieurement hors de lui, il était prêt pour l'occasion à quelques concessions. Mais il n'avait aucune intention de céder plus...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saemon Havarian
Grand Maître de la Compagnie du Sud
avatar

Nombre de messages : 81

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: impossible à dire
- -:

Dim 15 Sep 2013 - 14:26
Saemon réprimât un sourire, Asthrabal avait toujours été d'une arrogance sans faille. Le voir céder à ses pressions lui faisait particulièrement plaisir. De plus, cela augmentait considérablement ses chances de se faire élire au poste de Maître de la Compagnie du Sud. Avec le soutien d'Asthrabal il n'aurait aucun mal à faire céder Eamon de Ronce. Cependant, il tenait à tirer un maximum parti de la situation.

" Loin de moi l'idée de vous forcer la main mon cher... Cette élection se doit de rester la plus libre possible."

L'ancien bras droit d'Aldarion se redressa, prenant les documents en main. Il se dirigea vers une petite porte dans un coin de son bureau. Elle était tellement petite qu'Ashtrabal ne l'avait sans doute même pas vue en entrant.

" Suivez-moi je vous prie."

Saemon ouvrit la porte et s'engagea dans un couloir sans fenêtre. Il y avait juste la place pour marcher et deux personnes n'auraient pas pu s'y trouver de front. Au bout du couloir, se trouvait une lourde porte en métal percée d'une meurtrière extrêmement fine.

" Voyez vous, vous n'auriez pas été en ma compagnie, vous auriez déjà reçu une sommation et... au vu de la distance à laquelle nous nous trouvons, votre corps serait déjà percé de l'un ou l'autre carreau d'arbalète."

La porte pivota lourdement sur un espace un peu plus large où trois hommes en arme, l'arbalète à la main montaient la garde.

" Une vrai petite forteresse... Ils sont plus nombreux en réalité, mais ils se relayent."

Chacun des gardes portait un casque qui cachait entièrement leur visage. Dès qu'Asthrabal eut franchi la porte, ils la refermèrent. Saemon se dirigea vers une seconde porte puis tira une clef de sous ses vêtements et l'inséra dans une minuscule serrure. A nouveau la porte, également percée d'une meurtrière, s'ouvrit. L'arnorien entra, suivi par le bourgeois. La porte se referma directement sur eux.

" Je vous déconseille de me toucher ou de montrer le moindre signe d’agressivité. Ils sont rapides."

Saemon sourit. Tout autour d'eux, dans une pièce de plusieurs mètres carrés, des documents écrits s'empilaient les uns sur les autres, rangés selon un ordre précis. Au milieu une table de travail complètement vide.

" C'est le saint des saints... La réserve du Maître de la Compagnie. Je suis le seul à pouvoir faire ouvrir ces portes. La clef ne quitte le Palais et seul un Maître attesté par le Vice-Gouverneur et le Grand-Marchand de Minas Tirith se la voit confier."

Il marqua une pause pour laisser le temps à Ashtrabal de comprendre ce que cela impliquait pour lui.

" Lorsqu'un nouveau Maître sera élu, il aura accès à tout ce qui se trouve ici. Lorsqu'il mourra, son successeur et avant lui son héritier, auront également un accès total aux documents entreposés ici."

Saemon posa alors les documents compromettant pour le Bourgeois sur la table.

" Si je suis élu, je pense ne pas m'occuper de ces questions... peu prioritaires. Je ne peux pas vous garantir qu'un autre candidat en ferait autant. De plus, si en tant que Maître élu je venais à décéder, ces documents seraient à nouveau à la disposition d'une personne dont vous ne pourrez connaître les intentions."

Il sourit à Asthrabal. Non seulement le Marchand devait soutenir Saemon, mais en plus il devait s'assurer qu'il soit élu et qu'il ne meurt pas. S'il ne s'exécutait pas, il risquait fort de voir quelqu'un se mêler de ses affaires...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radamanthe
Emir de Harondor - Prince d'Ithilien
Emir de Harondor - Prince d'Ithilien
avatar

Nombre de messages : 3567
Localisation : Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 53 ans
- -:

Sam 9 Nov 2013 - 2:16

Le Bourgeois ne put s'empêcher de tiquer suite au sourire tout juste voilé de son interlocuteur, mais suite à sa petite pique, il se fendit carrément d'un ricanement sans joie. Havarian avait un certain sens de la mise en scène qui rendait cette conversation amusante, quoi que particulièrement pénible à suivre, vu la situation qui était la sienne. Mais Asthrabal était tel qu'il était toujours, et ne comptait pas perdre la face devant ce parvenu. Il était le Bourgeois, et son arrogance était une caractéristique même de sa personne.

"C'est l'évidence même, mon cher... Jamais je ne pourrais imaginer qu'un Maître de la Compagnie puisse faire cela..."

Asthrabal, qui n'était pas étranger à la pratique du chantage lorsqu'il s'agissait de négocier la meilleure affaire possible, pensait évidemment le contraire, et était même convaincu que ce genre d'éthique était nécessaire pour la réussite commerciale. Mais il y avait tellement de de gens de principe dans le milieu, cela en aurait presque été rafraîchissant s'il n'avait pas été lui-même le dindon de la farce à cette occasion.
Le Bourgeois s'éxécuta lorsque Havarian l'invita à le rejoindre par une porte dérobée. Comme c'est excitant, les passages secrets du Maître, songea t-il plein d'une ironie amère. Qu'est-ce donc que cet assassin trame t-il... Une pièce gardée par une flopée de gardes, cela devait donc être important. Le Bourgeois s'attendait donc à quelque chose d'une banalité déconcertante.

"Ma foi, cela doit-être un métier passionnant que de garder une pièce vide en permanence. J'espère sincèrement qu'ils vous coûtent une fortune... je dois dépense des sommes incroyables pour entretenir ma petite bande de gorilles personnels, et pourtant au vu des résultats, je pense pouvoir les mettre tous à la porte..."

En disant cela, il jeta un coup d'oeil involontaire vers les documents que son interlocuteur avait emporté. Il n'avait pas manqué ce détail. Que cela signifiait-il ? Le Bourgeois ricana en jeta un regard noir à Saemon, assorti d'un sourire moqueur.

"Le moindre d'agressivité ? Pour qui me prenez-vous ? Je ne suis pas un vulgaire assassin, moi... "

Le Bourgeois n'était pas un homme d'arme, assurément, et le poignard qu'il arborait fréquemment à sa ceinture était plus un accessoire décoratif, personne ne l'avait jamais vu s'en servir. Nul ne savait à vrai dire avec quelle dextérité il pourrait le manier, et tant mieux ainsi. Asthrabal déchanta vite cependant, après avoir entendu les paroles suivantes de Saemon. Il commençait à comprendre doucement ce que cela impliquait. Il esquissa un rictus mauvais.

"Vous êtes un fourbe, Havarian, et je pourrais même vous apprécier si vous n'étiez pas en train de faire cela. Non seulement vous me poussez à vous donner mon vote, mais votre petit stratagème m'oblige à veiller à ce que votre entreprise hasardeuse soit un succès. A moi de me salir les mains pour vous, d'avoir les même petites discussions agréables, comme celle que nous avons en ce moment, avec les partisans des autres candidats.Si vous pensez que ce sera un problème pour moi, rassurez-vous, Havarian. Mais je n'oublie rien."

Le Bourgeois enrageait intérieurement. Ce filou le roulait dans la farine, ne lui laissait d'autre choix que de toute faire pour faciliter son élection. Sur le fond, bien sûr, il se rendait compte que ce n'était peut-être pas une mauvaise chose de voir ce bougre à la tête de la Compagnie. Ils n'étaient pas si différents, au fond, et cela pouvait arranger ses affaires. C'était la manière qui ne passait pas. Le Bourgeois était profondément blessé dans immense orgueil, blessé d'avoir trouvé plus filou que lui.

"Vous serez élu, Havarian, puisqu'il le faut. Mais comme je vous l'ai dit, je n'oublie rien. Je vous déconseille de me prendre pour votre chien. Vous avez gagné cette manche, mais je vous déconseille de venir me trouver pour la deuxième. J'ai d'autres tours dans mon sac. Tout comme je vous déconseille de vous introduire à nouveau chez moi, car je ne risque pas de mettre mes nouveaux gardes au courant du fait qu'il ne faut absolument pas que vous mourriez... Ceci étant clair, comme il est clair que j'ai les moyens de vous faire élire, naturellement, je prend congé, si ovus n'avez rien à ajouter."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Minas Tirith et Gondor - :: Le Royaume de Gondor :: Anórien :: Osgiliath-
Sauter vers: