En avant vers l'inconnu

Aller en bas 
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Jeu 6 Juin 2013 - 22:14
Voilà, le départ avait été donné très vite à Osgiliath dans une froideur digne du Grand Nord. Gros manteau sorti et les capuchons rabattus sur le visage qui était quasiment cachée avec l'ajout de grosse écharpe. Il ne fallait surtout pas tomber malade, ce qui signifierait une mort certaine vu leur destination. Y aller avec une pneumonie ou une grippe serait totalement suicidaire. Tous ignorait, mais si Erco voyait le moindre signe de maladie chez l'un de ses hommes, il le renvoyait sur le champs en arrière et cela quelque soit l'endroit. Tous ses compagnons avaient été choisi pour leur fiabilité et une personne malade ne l'était plus... Simple et Erco aimait la simplicité tant qu'il le pouvait. Ce qui n'était clairement pas le cas ces derniers temps. Tous était à l'inverse, compliqué et fourbe. Rien n'était clair, et Saemon n'avait rien voulu dire de plus au Comte qui ne se trouvait pas beaucoup plus informé sur ce qui l'attendait. Il avait le rire mauvais depuis le départ d'Osgiliath, et ses cernes prouvaient qu'il ne dormait pas beaucoup. Il s'interrogeait sur son rôle à jouer dans toute l'histoire avec l'Ordre, et surtout sur celui qu'il allait jouer. La discussion avec son "ennemi juré" avait été plus que troublante et au lieu de lui trouer l'estomac, il s'était retrouvé à quasiment lui serrer la main.

Perdu, oui il l'était. Il l'était depuis longtemps se dit-il, il ne s'en était pas rendu compte et avait eut toujours la "chance" d'avoir des ordres clair et un but assez clairement tracé. Mais à présent il s'était retrouvé à devoir agir lui-même et prendre des décisions sur des moitiés, même des tiers, d'information fiable. C'était un peu comme si on lui disait qu'il y avait peut-être un soldat ou peut-être mille, mais qu'il verrait bien sur place. En y réfléchissant, il se rendit compte que c'était totalement ça.

Erco regarda ses hommes chevauché en silence autour de lui. Depuis deux jours qu'ils étaient partis, que très peu de mot avait été échangé encore les deux "groupes", et s'étaient fait dans des murmures comme si le fait de parler aller les tuer. Les hommes d'Hector ne causaient carrément pas, perdu dans le mutisme ils avançaient en tête connaissant le chemin. C'était bel et bien des professionnelles et le Comte Skaline se demandait s'ils le suivraient au Rhun s'il le leur demandait... Sans doute contre une grosse prime. Mercenaire un jour, mercenaire toujours... Son attention se porta sur Learamn qui n'était pas loin de lui. Le jeune homme n'avait guère pas plus que vingt-cinq, même moins pensa Erco, et il l'emmenait avec lui vers une destination que sera sans doute fatal à une bonne partie de l'équipe. Allait-il mourir? Erco préféra oublier cette question aussi vite de possible. Il n'avait pas à se poser cette question en tant que chef son rôle était de le mener au combat et de faire son possible pour qu'il rentre. "Le plus possible" devait rentrer, pas tous. En guerre zéro perte n'existait pas, il y en avait c'était la vie...

Il lança un sourire à Learamn qui le regardait à présent. Comme pour s'excuser d'être se qu'il était, d'être l'homme qui l'emmenait peut-être vers sa fin. D'être un peu un bourreau d'un jeune homme courageux qui avait foi en la liberté et au Rohan. Enfait, Erco pouvait lancer ce regard et ce sourie à tous ses jeunes compagnons. Il avait été comme eux un temps, des années même. Il avait rêvé de vivre une vie dangereux luttant contre le mal et aujourd'hui qu'il pouvait dire "Je l'ai vécu" il y rajoutait une fin de phrase " et je regrette toute ses vies gaspillées".

Le soir arrivait, amenant avec lui sa dose de froid encore plus mordant. Le convoi était traversé par une vague de fatigue que personne ne pouvait ignorer. Tous las de deux grosses journées de chevauchée. Hector lança alors, sa voix fit se taire les hommes d'Erco qui babillaient doucement entre eux:

-On s'arrête sous cette arbre.

Un soulagement se fit sentir chez tous le monde. Erco appella Eradan et lui dit:

-Arrives-tu à envoyer trois de tes hommes explorer les alentours et les sécuriser.


Il acquiesça, et aussi tôt dit aussi tôt fait.

L'arbre en question était à moitié mort, mais tenait encore assez debout pour que des toiles soient accrochée au tronc et tendu vers le sol. Une fois le convoi parquer à côté de la "tente", les hommes s'activèrent à y faire un petit feu pour au moins manger un repas chaud.

Gnow grommela à haute voix:

-J'en ai plein le cul de ce froid... Pourquoi cette connerie d'Ordre va se planquer ou il fait froid.... Le harad serait plus plaisant.

Erco de son côté s'assit à côté du feu et bourra sa pipe pour la première fois depuis quelques jours. Il proposa alors à l'ensemble des hommes présent si quelqu'un en voulait avec un large sourire changeant totalement d'état d'esprit avec la fin de chevauchée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 552
Age : 19
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Ven 7 Juin 2013 - 14:50
Si l'ambiance du voyage avait été plutôt plaisante lors de leur premier trajet qui reliait le Rohan a Osgiliath , cette deuxième partie de leur quête était bien morose. Les événements inattendus survenus à la taverne et l'arrestation d'Erco étaient resté gravés dans toute les mémoires. Bien qu'il ait été libéré le spectacle auquel avait assisté le jeune rohirrim l'avait profondément déstabilisé , voir son chef , le meneur d'une telle expédition , celui qu'il considérait comme presque intouchable se faire arrêter et malmené par de simples miliciens était un choc. Learamn rentra encore un peu plus son nez dans son écharpe , pour ne rien arranger le froid s'était mêlé de la partie , même s'il ne faisait pas chaud chaud auparavant là il faisait carrément glacial. Le vent mordant soufflait à tout rompre et les flocons de neige , poussés par le souffle de vent, gênaient considérablement la vue et mouillaient leurs affaires. Le jeune homme se trouvait devant Amadeo et derrière le Comte Skaline , Learamn échangeait parfois quelque mot avec Thorseld et Amadeo ou même avec deux trois gondoriens qu'ils affectionnait mais n'avait jamais ou très peu parlé aux nouveaux membres du groupe dirigé par Hector, il y avait apparemment une divisiond es deux groupes.
Erco sourit alors à Learamn , peut être pour chercher à se faire pardonner. Se faire pardonner d'avoir envoyer le jeune homme dans l'inconnu. Peut être aussi pour le rassurer face au danger. Il ne pouvait lui même le nier il avait peur , profondément peur. Cette peur profonde que vous ressentez dans vos pires cauchemar que vous ressentez face à l'inconnu cette inquiétude dévorante du non-identifié. Mais Learamn n'avait jamais refusé de participer à cette quête, il était fier que le maréchal Mortensen lui aie fait confiance piur cette importante mission. Lui , un pauvre bougre venant d'Edoras qui avait petit à petit fait son trou à Aldburg.
Petit à petit le soleil déclina à l'horizon jusqu'à disparaître , la nuit amena avec elle une dose de froid supplémentaire. Hector décida alor de monter le camp sous un arbre à moitié mort ; éreinté, Learamn ne pouvait qu'approuver cette initiative. Il descendit d'Ouragan , l'attacha à l'arbre , le brossa rapidement et le laissa manger des brins d'herbe quasiment gelés. Le rohirrim se massa les muscles et alla se placer non loin du feu pour se réchauffer en compagnie des autres. D'ordinaire le jeune homme n'aimait guère se mettre en avant mais là trop de questions lui brûlaient la langue , il se permit donc d'intervenir tant que tout le monde était là


-Que trouverons nous dans cet endroit, la Vieille Tombe? Devrons nous nous préparer à combattre?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorseld Eodsen
Capitaine du Rohan
avatar

Nombre de messages : 137

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme, Rohan
- -: 29 ans
- -:

Dim 9 Juin 2013 - 19:09
Le Lion de l’Isen avait chevauché dans une relative torpeur, durant le long voyage à cheval qui devait mener la compagnie des Douze et la caravane d’Hector jusque dans le Rhûn.
Il adorait chevaucher et, bien que leur groupe ne soit pas très étoffé, ce long périple à cheval lui rappelait sous bien des aspects les longues campagnes glorieuses auxquelles il avait activement participé durant sa jeunesse. Les armées gondoriennes, arnorienne et rohirrim fédérées pour combattre dans le grand Nord, la Grande Bataille des Champs du Pelennor en 288, l’alliance des Elfes, des Nains et des Hommes sous le commandement du Roi Firion, ... Tant de grandes aventures communes auxquelles il avait eu la chance de prendre part et dans lesquelles ses exploits militaires avaient forgé sa légende et contribué à le voir se faire affubler des multiples surnoms qui le désignaient aujourd’hui. Le « Lion de l’Isen », le « Bouclier d’Edoras ». Erco et lui ne se connaissaient finalement qu’assez peu mais le Comte d’Esgaroth savait-il qu’il chevauchait avec un guerrier largement reconnu et respecté au Riddermark et au-delà ? Peut-être le jeune Learamn avait-il pu entendre plus sûrement parler de lui... Thorseld eut un regard et un sourire amical pour le jeune Capitaine du Rohan... Ce dernier devait vivre un des mois les plus excitants de sa jeune carrière militaire entre cette aventure secrète et la Bataille des Trois Rois à Aldburg. Cette pensée replongea Thorseld encore un peu plus dans les souvenirs de ses débuts militaires.

Au bout d’une nouvelle et longue journée de chevauchée, le groupe de cavalier fit halte non loin d’un vieil arbre tortueux et difforme au pied duquel ils dressèrent un campement pour la nuit.
Réunis autour du feu, les hommes pourraient apprendre à se connaître un peu plus qu’à cheval où les caravaniers d’Hector passaient le plus clair de leur temps à monter en tête de colonne afin d’ouvrir une route qu’ils connaissaient bien mieux que les rohirrim.

Learamn interrogea Erco quant à la suite de leur pérégrination et à ce que celle-ci leur réserverait une fois parvenus à Vieille-Tombe. Thorseld s’approcha alors, curieux des réponses que le Seigneur d’ Esgaroth livrerait à ses hommes.
Le Bouclier d’Edoras écouta avec attention avant de tenter de rassurer Learamn et de questionner le chef de mission à son tour.

– Je pense qu’effectivement nous aurons à nous battre une fois là-bas ! osa-t-il pronostiquer avant qu’Erco n’ait eu le temps de répondre. Il jeta un œil vers le Comte afin de voir sa réaction. – J’ignore encore tout de la substance même de la mission mais je ne vois pas comment nous pourrions contrecarrer les plans de l’Ordre sans avoir à tirer notre lame. Aussi, je m’attends à tout... et surtout au pire ! Il sourit aux deux hommes et eut un regard discret vers Amadeo, resté en retrait et très discret depuis le départ d’Osgiliath.

– J’ai des questions moi aussi, Erco, se lança-t-il ensuite. – Tous ces événements et toutes les rencontres de ces derniers jours, à Osgiliath... Que pouvez-vous nous en dire ? Il m’a semblé que vous connaissiez certaines personnes, là-bas ! Et cet Hector ? Il est expérimenté et connaît la région, c’est indéniable ! Mais pouvons-nous lui faire confiance ? Etes-vous certain de connaître le lieu où il nous mène et de pouvoir vous porter garant de lui et ses hommes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Lun 10 Juin 2013 - 11:38
Erco avait déjà allumé sa pipe lorsque Learamn vint lui parler en premier. Il prit une grande bouffée de fumée en écoutant attentivement de son confrère rohirrim. Le gout de tabac envahit sa bouche, puis ses poumons et il garda la fumée un bref instant en lui réfléchissant à la réponse à donné. Qu'est-ce qui les attendait au Rhun? L'inconnu certes, mais devait-il le dire clairement à ses hommes ou allait-il tourner sa réponse de façon à ce qu'ils sentent le moins possible ce sentiment qu'était l'inconnu qui pouvait provoquer une certaine peur. Erco ne connaissait pas encore assez bien ses hommes pour pouvoir anticiper leur réactions. A Gnow et Alarthor, il leur dirait exactement ce qu'il pense justement parce qu'il les chevauchait depuis plusieurs années avec eux. Il les connaissait vraiment bien. Expirant la fumée en plusieurs petits rond qui s'élevait dans l'air avant de se dissiper dans le vent glacial. Thorseld intervint à ce moment là et répondit à la place d'Erco non sans lui lancer un regard pour voir s'il disait juste ou pas avant de continuer avec ses propres interrogations.

Le Comte sourit. Thorseld avait compris dans quoi ils s'engageaient en allant à la Vieille Tombe. Il était donc totalement lucide. Gallen ne s'était pas trompé en lui conseillant ces hommes, en tous cas pour Thorseld... Ce qui n'empêchait pas à Erco de ne pas douter des autres, qui même s'ils étaient moins directe, devaient avoir compris également qu'ils allaient dans la gueule du loup.

Une nouvelle bouffé fut aspiré, mais cette fois elle fut vite expirée et Erco entama ses réponses.

-Comme la dit Thorseld, nous allons nous battre. J'en suis convaincu. L'Ordre ne va pas se laisser faire. Il va tous mettre en oeuvre pour nous tuer... Vous pouvez donc imaginer le pire. Je ne peux que vous conseillez à vous préparez au pire et à être prêt à tuer... Vous vous rappelez ce que je vous ai demandé à Aldburg avant de partir? Je ne vous aurais pas demandé si vous étiez prêt à tuer hommes, femmes ou même enfants si je ne pensais que... que... c'était nécessaire de vous le demandez... L'Ordre est vicieux et il est prêt à utiliser n'importe qui pour arriver à ses fins... Prions pour qu'on n'y arrive pas... Mais nous y arrivons bientôt, et je ne peux que vous le redire: Dans le feu de l'action, vous devrez m'écouter et faire tous ce que je dis sans hésitation... Hésiter sera comme se suicider une fois sur place.

Erco inspira une nouvelle fois et lança un regard vers Hector et ses hommes. Etaient-ils de confiance? IL continua sa réponse dont le ton devint un peu plus noir et lourd.

-Oui je connaissais ces personnes.... Malheureusement... Je vais vous expliquer. Il y a deux ans environ, j'ai fais un choix qui a couté la vie à beaucoup de jeunes soldats... Saemon était en ce temps l'ennemi public numéros un, et j'ai voulu l'arrêter au Rohan, ce qui a mené à un massacre... Vous en avez peut-être entendu parlé.... J'ai failli mourir touché par un carreau au flanc... J'ai survécu, mais le Gondor a lancé un mandat d'arrêt à mon encontre. Je me suis rendu directement prêt à assumer mon acte... On m'a enfermé à Minas Tirith, et très vite on m'a fait évader... Justement pour que je continue à combattre l'Ordre... J'ai vécu quelques mois en fugitif, et pour finir j'ai été gracier à Esgaroth par Mephisto... Pour en revenir à Osgiliath, Edonos a été présent lors du massacre... Le passé nous rattrape toujours, et nous poursuit indéfiniment... Quand à ce Saemon, il est l'opportuniste de base, et à jouer bien des rôles... D'ou la difficulté de savoir ou va sa vrais allégeance... Mais actuellement, il nous soutient, sinon il ne nous aurait pas fournit une couverture pour nous rendre au Rhun...

Erco n'osa par regarder ses hommes lorsqu'il expliqua son démêlé avec la justice du Gondor. On l'avait presque accusé de criminel de guerre. Il est même probable que l'on aurait condamné à mort pour son actions. Il aborda alors le sujet d'Hector avec un ton plus léger, moins dur.

-Hector... Vous m'en demandez trop Thorseld. Je ne peux me porter garant de lui... Je le connais nullement, mais il connait la région et il est notre meilleur option pour arriver à la Vieille Tombe saint et sauf... Sur place, je vous déconseille de compter de lui, par sécurité... Il ne connait rien à notre mission. Mais étant utilisé par la Compagnie du Sud, il nous ménera à la Vieille Tombe sans poser de problème. Après on jouera nos propres cartes.

Un coup de vent plus puissant que les autres fit claquer la toile de la tente, et Erco se leva d'un coup d'un seul pour resserrer les pans de sa cape de fourrure. Il jeta un regard successif à Learamn, Thorsel et Amadeo avant de leur demander:

-Et vous avez vous foi en notre cause? Etes vous prêt à risquer votre vie pour notre mission?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 552
Age : 19
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Dim 16 Juin 2013 - 14:56
Se protégeant tant bien que mal du froid environnant en se plaçant le plus près possible du feu et en serrant encore plus son manteau , Learamn écouta attentivement la réaction de Thorseld. Le Lion de l'Isen semblait sûr qu'ils allaient devoir se battre une fois sur place et en profita pour assaillir le Comte Skaline d'une foultitude d'autres interrogations. Les réponses du chef de l'expédition furent longues et pleines d'informations. Il confirma tout d'abord les dires de Thorseld , comme s'en doutait Learamn ils allaient devoir se battre et défendre chèrement leur peau.Il ajouta cependant qu'ils n'allaient pas juste affronter des soldats aguerris mais aussi des femmes ou même des enfants engagés par cet Ordre. Selon lui l'Ordre cherchait à arriver à ses fins par tous les moyens , aussi déloyaux étaient-ils.Il insista alors sur la conduite qu'ils devraient adopter face à ses ordres : les suivre à la lettre. Si avant le départ s'était montrer ouvertement hésitant face à la possibilité de tuer des enfants aujourd'hui il savait que même si ce geste le répugnait il suivrait les ordres car ils étaient arrivés à un point où il fallait détruire cet Ordre même en faisant de telles actes. Le jeune homme écouta attentivement la suite , le Comte parla de son passé jusqu'alors totalement mystérieux pour Learamn et expliqua notamment l'attitude agressive d'Edonos et la trahison de Vadolas. Laissant sans précision les raisons du pourquoi il s'était retrouver chef d'une grande armée pour aller cueillir ce Saemon il conta que suite à une erreur de sa part , de nombreux hommes avaient perdus la vie. Ayant échappé à la mort , il avait été fait prisonnier à Minas Tirith avant de s'échapper et d'être gracié par le roi Mephisto en personne à Esgaroth. Ainsi cet Edonos n'avait jamais pardonné au Comte ce qui s'était passé.
Face à la question concernant Hector et ses hommes , le Comte avoua ne pas avoir de réponse mais assura que c'était la seule solution pour arriver à Vieille-Tombe en un seul morceau.
Learamn jeta un regard en biais à Hector installé un peu plus loin , c'était un homme puissant et il devait être un guerrier redoutable et reconnu , à vrai dire le jeune homme était entouré de soldats de grande classe et d'élite. Le Comte Skaline avait commander une véritable armée et avait une grande expérience , Eradan , malgré son jeune âge , dirigeait un troupe de chevaliers très doués , Amadeo était fort de son expérience de rôdeur et il suffisait de voir les surnoms donnés à Thorseld comme le Lion de l'Isen ou le Bouclier d'Edoras pour comprendre qu'il n'avait rien à prouver sur un champ de bataille. Learamn quant à lui ne déméritait pas au combat , il avait très bien combattu à Aldburg et comme tout bon cavalier rohirrim ayant eu une formation avait une certaine maîtrise des armes , mais il était conscient qu'il n'était pas non plus au niveau des autres. Aaron avait représentait pour lui un obstacle plus que considérable et il s'il était encore à vie ce n'était que grâce à Ouragan. Amadeo , Erco ou Thorseld se serait sûrement facilement débarrassé d'un tel ennemi. Il faisait partie des plus jeunes membres de l’expédition et avait conscience qu'il y avait plus de chances que ce soit lui qui y reste que d'autres. Mais s'il s'était engagé dans cette quête , dans ce voyage  c'est d'abord parce que le maréchal Mortensen le lui avait demandé. Le fait que ce héros place en lui une telle confiance emplissait de fierté le jeune homme et il ne désirait sûrement pas décevoir les autres.

-Seigneur Skaline, fit Learamn , le Maréchal Mortensen a placé sa confiance en vous ila en même temps placé la mienne. Mon épée sera vôtre , mon bras sera vôtre , mon corps sera vôtre et mon esprit sera vôtre. Parlez , j'obéirai . Si j'ai conscience des dangers vers lesquels nous allons et que j'avoue en avoir peur sachez que je vous suivrai partout où vous irez jusqu'à que nous ayons terminé ce pourquoi nous sommes partis de notre bon Rohan



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Jeu 27 Juin 2013 - 13:36
Le vent fouettait les pommettes du Comte, il en avait vraiment marre de ce froid. La fatigue était décuplé à cause des efforts de son corps pour rester à la bonne température corporel, et sans parler de toute l'énergie qu'il utilisait pour bouger. Le regard vague, perdu dans l'immensité de la plaine qui les entourait, il écoute Learamn. La fougue parlait à la place du jeune rohirrim. Il offrait tous de lui sans poser de question à Erco. Cela faisait vraiment plaisir au Seigneur de la Ville du Lac, c'était ce genre d'homme qu'il aimait compter dans ses frères d'armes. Il sourit à son ami, et lui dit calmement laissant pour la première fois du voyage sortir un sentiment:

-On a tous peur, moi le premier.... Un soldat qui n'a pas peur avant le combat, ne vit pas longtemps. C'est cette peur qui fait que j'ai toujours survécu. Garde la Learamn, elle fait autant ta force que ta faiblesse si elle te paralyse...

Il vida sa pipe d'un geste rapide qui avait été répété des milliers de fois avant. Précis et sec, le reste de tabac tomba et alla s'éteindre sur le sol avant de se faire prendre dans une bourrasque de vent et de s'éparpiller un peu partout. Erco rangea méthodiquement sa pipe dans une boite avec tous le matériel qui va avec. A l'intérieure de la boite, il y avait une plume d'aigle; belle et longue, une tache de sang régnait en maitre à son extrémité; et une touffe de poile rousse s'était collé au fond de la boite. Le Comte observa nostalgique ces deux souvenirs. Flèche son aigle était mort il y a déjà plusieurs année à Esgaroth chassé par un plus gros prédateur que lui. Cycle de la vie: le plus fort mange le plus petit. Quand à son renard, Arka, il avait été tranché en deux par un coup de hache. A chaque fois qu'il fumait, il revoyait cette plume et ces poiles et il se souvenait de ses combats passés à leur côtés. Ce n'était pas à proprement parler des compagnons d'armes, mais ils lui avaient autant sauvé la vie que de vrais humain. Lien et une sorte d'amitié s'était construit entre eux... A présent les deux morts, son dernier compagnon était son cheval.

D'un claquement, il referma la boite et quitta cette état de rêverie. Il se leva et marmonna à l'adresse de tous:

-Vous devriez vérifier vos armes... le froid gèle tous et une épée bloquée dans son fourreau ne sert à rien... Prenez en soin.

Et comme pour montré le bonne exemple, Erco se mit à s'occuper de son barda avec patience et calme. Amdir fut vérifiée en première et ré-affutée avec précision. Cette épée était belle et majestueuse entre les mains d'Erco. Plusieurs éraflures étaient quand-même visible, preuve qu'elle avait déjà bien servi. Puis vint le tour de son poignard, ses deux dagues et d'une très belle épée ou y était incrusté une pierre noir. Sur cette dernière, il fut plus rapide et moins habile. C'était sa lame de secoure si Amdir se perdait dans la charge, il en avait une deuxième... Précaution qui ne s'était encore jamais révélée nécessaire. Il passa ensuite à son armure. Ce fut long et embêtant de la démontée, la huilée, et la remontée avec ce froid. Doigts à l'air, ils subissaient la morsure du froid. Il lui fallut bien une heure complète pour avoir fini avant d'aller dormir.

***


Ils s'étaient remis en route depuis plusieurs jours. Le froid était moins dur, enfin c'était ce qu'ils leur semblaient. C'était peut-être du à l'habitude, ou bien l'hivers qui reculait devant eux. Qui sait?

Erco était las de ce voyage, il voulait arriver à destination et se séparer de Hector et enfin accomplir sa mission avec rapidité et précision. Nulle pitié, quelques coups d'épée et ce serait bon. De telle pensées lui parurent utopique avec la connaissant qu'il avait de l'Ordre. Quelques coups d'épée, ou avait-il la tête? Ce sera plutôt des dizaines de coups et beaucoup de litre de sang versé.

D'un sévère coup de talon, il rejoignit Hector à l'avant et lui demanda:

-Messire Hector, nous avons que peu parler, mais quand arrivons-nous à la Veille-Tombe? Je suis impatient d'y être et de voir cette ville... Du reste que pouvez-vous m'en dire? Je ne connais quasiment rien sur ces régions de l'Est.

Avec une petite pause, il ajouta avec innocence:

-Et aussi est-ce que une fois dans la ville notre cargaison sera-t-elle en sécurité? Je veux dire y a-t-il une milice commune ou est-ce des mercenaires qui s'occupe de la sécurité de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 552
Age : 19
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Dim 11 Aoû 2013 - 10:04
Le vent glacial soufflait à tout rompre , faisant trembler de froid plusieurs membres de l'expédition. Après s'être restauré avec un potage aux légumes qui n'était pas très gouteux mais bien réchauffant . Il retourna auprès d'Ouragan pour le cajoler quelques minutes. Il avait rencontré ce magnifique étalon blanc aux capacités physiques gigantesques dans les plaines du Riddermark quand il avait fui Edoras ; depuis il ne l'avait plus quitté. Il sortit ensuite son journal et écrivit d'une main tremblante et rougie par le froid les derniers événements non relatés dans les pages du carnet.Le jeune rohirrim relut également une énième fois le poème , ou peut être le chant , qu'il avait rédigé après la bataille d'Aldburg, dans un grand moment de détresse , dans un moment où on recensait les morts . Combien de braves étaient morts dans une guerre qu'ils ne comprenaient même pas ?Learmn pensa à Furten , Margland , Eogam et tous les autres combattants du Rohan tombés au combat tous morts en braves mais sans savoir à quoi il faisait face. Ils n'étaient d'ailleurs peut être pas les euls , cet Ordre semblait étendu et il sévissait sûrement sur tout le continent. Il devait aller jusqu'au bout de cette mission d'importance capitale , il ne pouvait se permettre d'échouer . Il devait réussir pour ses proches , pour son peuple pour le Rohan.
Il sortit alors une grosse couverture , enfila une écharpe qu'il monta jusque sous son nez afin que ses lèvres ne gercent pas et se blottit dans son large manteau . Et il trouva après de longs efforts un sommeil agité.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1745
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Jeu 29 Aoû 2013 - 13:44

Hector sourit en entendant les questions naives du Comte Erco Skaline. Il avait eu l'occasion de traverser le Rhun à de multiples reprises et il s'amusait d'entendre le chevalier lui en parler comme d'un endroit touristique.

" Le Rhun ne ressemble à aucun autre endroit que vous pourriez connaître. Tout y est différent, la langue, la culture et la mentalité. Si le Gondor, l'Arnor et le Rohan ne sont pas toujours des modèles de justice, sachez qu'ici la justice ne porte qu'un seul nom : celui de Lyra."

Le chef de mercenaires jeta un œil dans son dos, une ombre passa sur son visage avant que son sourire ne revienne.

" Y-a-t'il une milice ? Plus qu'une milice... une des armées professionnelles les mieux entraînées du monde. Des patrouilles dans toute la ville, dans tous les villages. La cargaison y sera t'elle en sécurité ? Cela dépend du bon vouloir des autorités. Cela peut changer très vite... défendre une caravane à Vieille-Tombe ce n'est pas sortir l'épée et trancher dans le vif, c'est obtenir les bonnes grâces du régime. Et depuis peu, avec l'apparition de maudit ordre, il y a de plus en plus d'intermédiaires.."

Il jeta encore un œil derrière lui puis, tira sur les rênes de sa monture pour la faire stopper et tira son épée. Son cheval hennît. En réponse, les hommes d'Hector s'immobilisèrent, bientôt imités par Erco et sa troupe.

" Deux groupes de cavalier derrière nous... Peut être une poursuite..."

Si les cavalier étaient des ennemis, il fallait organiser la défense pour ne pas se faire attaquer en marche. Cela ne poserait pas de problème s'il s'agissait d'alliés.

" Disposez les chariots en cercle ! Monture vers l'intérieur ! Vos chevaux dans le cercle, sortez vos armes de tir et mettez vous dans les chariots. Skaline ! Avec moi !"

Hector éperonna sa monture et s'élança en direction des cavaliers. Ses hommes dirigeaient la manœuvre et préparaient les chariots pour assurer une défense efficace.


Adhémar, qui semblait être le second d'Hector, donna les dernières consignes.

" Ne tirez pas avant le retour d'Hector et d'Erco, ne montrez aucun signe d’agressivité inutile.."


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Mar 3 Sep 2013 - 12:47
Comme lui fit comprendre Hector, Erco était un novice dans cette région si particulière de la Terre du Milieu. Tous y était différent, de A jusqu'à Z. Enfin peut-être pas, il demeurait selon Erco au moins deux choses universels à toute les cultures: Les putes et les soldats. Ils y en avaient toujours! Les informations qu'Hector donna à l'ancien Comte ne le fit pas sourire. C'était bien ce qu'il avait imaginé. L'Ordre était bien implanté au Rhûn. Il n'avait donc pas fait fausse route en venant ici pour le combattre, mais se demandait toujours comme le vaincre avec si peu d'hommes... Mais dans l'immédiat il était heureux d'être avec un homme qui connaissait les rites et manoeuvres à avoir au Rhûn, car si Erco se sentait à l'aise quasiment partout dans ce monde ayant visité la plupart des endroits connus, ces terres de l'Est lui étaient totalement inconnues.

Soudainement Hector tira les rênes. Des cavaliers approchaient et la grande question était: Etaient-ils des amis ou des ennemis?

Qu'une façon de le savoir. Aller voir.

Hector et Erco étaient inévitablement les deux émissaires qui iraient au devant de ces gens et qui verront en premier la réponse; bonne ou mauvaise. Alors que Hector donnait ses ordres à ses hommes et s'éloignaient déjà des chariots pour aller à la rencontre de ces cavaliers, Erco lança à ses propres hommes:

-On va aller voir ce que c'est. Soyez prêt!!!


Que dire d'autre? Soyez prêt à vous battre. Soyez prêt à tuer et à mourir dans ces terres reculées de tous ou votre mort sera oubliée de tous et votre cadavre sans aucun doute dévoré par des charognards... Si Erco le pensa en quelques secondes, il s'abstint de le dire haut et mort. Il se contenta de talonner son destrier pour rejoindre Hector qui avait déjà une dizaine de mètre d'avance. Il se retrouva bientôt au niveau du chef du convois.

Les deux hommes se rapprochaient de plus en plus des cavaliers. Encore une minute. Trente secondes.... Ils allaient bientôt être fixé!

Pendant ce temps Gnow armait d'un geste sûr son arbalète à répétition, et Alarthor jetait un regard à leur compagnons de voyage. Les chariots se positionnaient en cercle, et tous les hommes se préparaient au pire. Les gestes corporels étaient indéniablement nerveux et laissaient paraître sans détour une certaine tentions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1599
Age : 27
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud
- -: 35 ans
- -:

Mer 4 Sep 2013 - 22:24
Le souffle coupé. La salive gelée à son menton. Sa vilaine blessure qui le rappelle à son bon souvenir. Les cris derrière lui. Les jambes qui le brûlent. Les yeux embrumés. Le cœur frappant contre sa poitrine aussi vite que des tambours de guerre. La gorge sèche. La neige semblant comme vouloir l'agripper à chacun de ses pas saccadés.

Telle était la situation du fugitif. Du rescapé. Du survivant. De la proie.

***


"Il faut les retrouver ! Ne cessez pas les recherches tant que leurs têtes sont encore sur leurs épaules ! Allez !"

Les ordres de Lycos étaient limpides. Malgré les précautions prises par les Masques pour les traquer, Lycos et ses hommes avaient fini par s'apercevoir qu'ils étaient suivis. Il avait alors décidé de diviser sa compagnie en deux groupes distincts, lui et ses cavaliers d'un côté, les Lefnuis les moins aguerris de l'autre. Lycos avait interdit d'allumer quelque feu que ce soit dans leur base retranchée, tandis qu'il en avait intimé l'ordre au second groupe. Ces Lefnuis inconscients ne savaient pas encore qu'ils étaient donnés en pâture aux Masques. Cela ne chagrina pas un instant Lycos qui jubilait même en repensant à ce plan. Nulle victoire sans sacrifices, leur répétait-on souvent au sein de l'Ordre.

Leurs poursuivants avaient mordu à l'appât. Il les laissa jouir de leur apparente victoire puis il ordonna la charge. Sa dizaine de cavaliers et lui s'élancèrent alors sur ces pauvres idiots. L'Ordre ne cessait de malmener ses ennemis, partout, tout le temps.

Plusieurs Masques esseulés, courant dans la neige furent atteints par les lames, piétinés par les sabots ou criblés de carreaux. Mais tous n'étaient pas encore morts. La nuit n'aidait pas mais lorsque la lune daignait se montrer, ils retrouvaient la piste d'un ou deux fuyards et finissaient par les tuer. Jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'une poignée.

Une silhouette se dessina devant les yeux de Lycos, là-bas, à quelques centaines de pas.

"Là ! Encore un !" lâcha-t-il à ses acolytes.

Il éperonna son étalon et commença sa course, devant se terminer par un nouveau présent pour les cavernes de Mandos. À la tête de la dizaine de cavaliers au galop, Lycos savourait ce nouveau succès pour leur cause.

Mais son sourire disparut. Ses yeux se plissèrent et le mors rentra un peu plus dans la gueule de sa monture, ralentissant sa cadence -sans la stopper totalement. Deux cavaliers arrivaient au galop, se rapprochant de leur cible, porteuse d'une arbalète particulière.
Il aurait sa victime de plus. Pour seule instruction à l'encontre des deux inconnus allant dans leur direction, ses hommes n'eurent qu'un :

"Tout ce qui n'est pas Nous, doit mourir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1745
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Mer 4 Sep 2013 - 23:11

Il n'avait pas fallu longtemps à Hector pour comprendre la situation. Des hommes poursuivaient un fugitif sans aucune intention de le capturer. De toute évidence, ils n'avaient pas l'intention de ralentir où de les éviter.

Le jeune mercenaire tira sur les rênes de sa monture la faisant se cabrer et d'un mouvement sec lui fit faire un demi tour.

" On s'en va !"

Ce n'était pas la première fois qu'Hector était amené à opérer ce type de repli stratégique. Il se pencha très fortement en avant, collant sa tête au niveau de l'encolure de son cheval. Il voulait offrir le moins de prise au vent et surtout aux éventuelles flèches ennemies.

Il ne prêtait aucune attention au sort d'Erco, il ne pouvait de toute façon pas l'aider et il chaque seconde pouvait faire la différence entre la vie et la mort. Rapidement, il arriva en vue de la caravane qui était disposée comme initialement prévu. Il ne voyait pas grand chose étant donné sa position sur le cheval mais il devinait des mouvements parmi l'escorte.

" Ennemis !"

Le message était très clair et il comptait sur Adhemar pour tirer les conclusions qui s'imposaient. Voyant le camp se rapprocher à très grande vitesse, Hector tira sur les rênes de son cheval pour le faire ralentir. Ils avaient déjà répété la manoeuvre à de multiple reprise. Avec agilité, la monture pénétra à l'intérieur du cercle formé par les chariots. Hector était en sécurité pour le moment. Il se retourna pour voir où en était Erco Skaline et le reste de l'escorte.


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Jeu 5 Sep 2013 - 11:11
Alors qu'ils s'approchaient des cavaliers au galop, ce fut Hector qui comprit en premier ce qui se passait. Il cerna la situation en un clin d'oeil, pour Erco il lui fallut à peine une seconde de plus dés que son compagnon lâcha la phrase fatidique: On s'en va. Dit froidement et simplement. Le message était clair: on a aucun moyen de sauver ce pauvre gars pourchassé par une troupe de cavaliers. Si on reste on est mort.

Erco déglutina. Les poursuivants devaient faire partie de l'Ordre si comme l'a dit Hector c'était l'Ordre qui influençait toute la région. Et donc ce fuyard pouvait être un allié. En plus, il venait aussi pour mettre fin aux méfaits de cet Ordre, n'est-ce pas là une bonne opportunité de trouve un ami et de tuer des ennemis...

Que faire? Il était sur de pouvoir rejoindre le fuyard et le prendre derrière soit  avant qu'ils ne soient rattrapés... Le réel problème serait de retourner au convoi pour se mettre à l'abris.

Dilemme. Choix. Erco n'aimait pas ça.

Il décida en un éclair, de toute manière le temps qu'il réfléchisse il venait de faire une dizaine de mètres, faire demi-tour à présent était totalement inutile. Réagir vite c'était là la clés de la vie. Son arc fut sortit alors qu'il était encore au galop. Il allait atteindre le fuyard à présent. Les ennemis étaient encore à bonne distance mais les mètres étaient avalés à grande foulée de sabots. Si la distance semblait encore grande, le rohirrim savait que c'était qu'illusion.

Deux mètres, il tira les rênes pour s'arrêter à côté du pauvre homme blessé et essouflé. Il ressemblait à un de ces soldats sortant de plusieurs heures de combat couvert de blessure et de sang. Le Comte lâcha en encochant une flèche:

-Montez derrière, vite.

Les cavaliers s'approchaient de plus en plus. Erco et le blessé n'avaient que quelques minutes d'avance s'ils partaient maintenant. Il lâcha la corde qui claqua dans le froid. Le sifflement de la flèche se perdit dans le martèlement des sabots.

Pas le temps pour une deuxième, dés que l'inconnu fut monté en croupe, Erco lança son destrier en l'éperonnant sévèrement. Aucune envie de le ménager. Le cheval hennit et s'élança en avant. Le vent était dans leur dos, c'était un bon point, mais l'ennemi aussi l'avait dans leur dos.... Cela allait être juste, Erco le savait très bien.

Le convoi était devant, ils y étaient presque, mais ralenti par le double point, ils perdaient aussi du terrain comparé aux cavaliers....

Erco priait les Valars d'y arriver. C'était tellement une action stupide qu'il commençait à la regretter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 552
Age : 19
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Dim 8 Sep 2013 - 14:32
Les secondes était pénibles et les minutes presque insoutenables. Le froid mordant les terres désertes qu'ils traversaient semblaient ne jamais avoir de fin. Learamn ne voyait que désolation et solitude dans ces terres grises et mornes. Absolument rien ici ne lui plaisait , tout était si déférent que dans sa terre natale : le Rohan. Même avec cet hiver glacial le Rohan restait une région agréable et chaleureuse , les grandes plaines du Riddermark offrait un tapis de neige merveilleux aux yeux de touts voyageurs . Ici , il faisait beaucoup trop froid pour qu'il neige , non il y avait juste un vent glacial et du givre. Rien de plus , çà et là on trouvait ce qui restait d'un arbre complètement gelé .
Le jeune capitaine , pas encore totalement remis de la bataille d'Aldburg , avait du mal à tenir le coup et il lui arrivait souvent de somnoler en selle. Malgré toute sa volonté et la fougue de sa jeunesse , le cavalier sentait ses forces faiblir petit à petit et au fond il savait que cette , s'il en sortait , le briserait physiquement pour le restant de ses jours.

C'est donc sans un grand moral qu'il forçait Ouragan à avancer péniblement. C'est alors qu'Hector donna l'alerte , des cavaliers les poursuivaient. Les sens de Learamn , mis en veille jusqu'ici , se réveillèrent d'un coup et il aida énergiquement à disposer les chariots en cercle. Une fois que cela fut fait il sortit son arc et son carquois tout en regardant Hector et Erco s'éloigner vers le groupe. Le jeune capitaine soupesa son arme de tir , il n'avait jamais été un bon archer. Certes il avait eu la formation basique mais il ne s'en était jamais ou très peu servi de cet arme qu'il ne maîtrisait pas ou peu. Il plaça tout de même une flèche dans l'arc et sur les instructions d'Adhemar , le second d'Hector : un homme d'un certain âge au crâne dégarni , il attendit la suite des événements avec une légère boule au ventre. Toutefois ils furent bien vite fixés quand aux intentions des inconnus. Learamn aperçut Hector faire demi-tour au triple galop et ils étaient visiblement visiblement poursuivis de loin . Mais où était donc Erco , Learamn l'aperçut plus loin avec homme assis derrière lui et le Comte Skaline avait des cavaliers qui le menaçaient sérieusement à ses trousses. L'ordre fut alors donné et après un coup d'oeil à Rhodamir et à Amadeo qui étaient à ses côtés il tenta de viser un cavalier ennemi et tira. Son trait ne toucha jamais sa cible et poursuivit sa course dans le vide , le jeune guerrier retenta une seconde , sans plus de succès. Bientôt les cavaliers seraient sur eux pour les provoquer au corps-à-corps.

-Ils vont nous submerger ! cria alors Learamn à pleins poumons.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daix
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 23
Localisation : Vieille-Tombe.
Rôle : Assassin

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Dim 8 Sep 2013 - 22:09

    Jamais Daix ne s’était senti aussi faible. Il était traqué, le loup devenu brebis. Ses chances de s’en sortir vivants s’amenuisaient au fur et à mesure qu’il entendait ses poursuivants le rattraper. Il courait toujours, vers les silhouettes qu’il apercevait au loin, trop loin.  Il n’espérait plus les atteindre maintenant. Le fracas des armes et amures se resserraient sur lui alors que sa force le quittait. Il courait, sans but, juste pour tromper la mort quelques secondes de plus ; il avait cessé de réfléchir, il voulait juste courir jusqu’à ce qu’il s’écroule, incapable de se défendre face à ses adversaires. Ses deux compagnons ne semblaient pas décider à venir l’aider, trop heureux de sauver leur peau, sans doute. « Ne vous bercez pas d’illusions, ils vont auront aussi. Ils couperont vos têtes avec leur s lames toujours souillée de mon sang. »

    En vérité, Daix n’était même pas sûr de voir réellement les deux rôdeurs. Sa vision se troublait et ils paraissaient tellement grand… c’était une vision, un mirage. Personne ne pourrait le sauver, maintenant. L’une des silhouettes fit demi-tour, l’autre était toujours là, campée, comme hésitante.  L’assassin faillit s’arrêter et s’écrouler dans la neige en voyant cette scène. Pourquoi s’épuiser à l’heure de sa mort si c’est pour voir ses espoirs disparaître ? A présent, des voix indistinctes lui parvenaient ; il n’essaya même pas de les décrypter, mais elles lui donnèrent assez d’énergie pour continuer à courir. Au moins, il n’allait pas leur faciliter la tâche, à ses rats.

    Il se rapprochait très rapidement de la deuxième silhouette. Beaucoup trop rapidement pour que ça soit normal. Reprenant  ses esprits, Daix se remit à penser et  observer ce qui se passait ; un effort comptant, car, sans même s’en rendre compte, il ralentit son allure. La silhouette était en fait un cavalier, galopant vers lui aussi rapidement que la neige le lui permettait. Le cavalier en question était moins loin que Daix n’aurait pu l’imaginer, mais ce ne fut pas pour le rassurer : ce n’était pas un membre de Masques de Montaron. Les seuls cavaliers, dans cette forêt, étaient les membres de la couronne de fer… en train de le poursuivre. Celui-là n’en faisait pas parti, sinon, il lui aurait foncé dessus depuis bien plus longtemps. Ami ou ennemi ? Dans son pessimisme, Daix ne se faisait pas d’illusion.

    C’est pourquoi la surprise de se voir sauver de justesse par ce cavalier faillit le faire chanceler. Sans plus réfléchir, Daix grimpa à l’arrière du cheval et jeta un coup d’œil en arrière : ses chasseurs étaient tout proches. Assez pour les avoir tous les deux. Daix rangea sa dague et entreprit de manier l’arbalète. Il n’avait plus qu’une chance, qu’il se promit d’utiliser qu’en cas d’extrême urgence. Il visa les hommes qui couraient après eux, sans tirer. Impossible d’atteindre sa cible sur un cheval au galop, surtout quand sa cible se déplaçait aussi rapidement. Il préféra garder sa flèche pour plus tard, sentant que l’occasion de l’utiliser viendra assez rapidement. S’en suivit une longue chevauché dans les bois, durant laquelle Daix put reprendre son souffle  et se préparer mentalement au combat qui ne manquerait pas d’arriver.

    Ils arrivaient en vue d’un camp, composé de chariot. Disposés en cercle, ils servaient de barricades à des hommes prêts à accueillir les membres de la couronne de fer, d’après ce que Daix pouvait discerner. Ce dernier n’avait aucune idée de leur identité ; tout ce qu’il savait, c’était qu’ils combattaient les mêmes ennemis, et c’était suffisant. Finalement, l’assassin ne faisait que passait d’un camp de résistant à l’autre. Il eut une pensée pour les Masques, qui devaient se terrer pas loin dans les bois. Lui, il avait eu de la chance, mais eux, leurs sorts était peut-être déjà scellés.

    Handicapé par le poids de ses deux cavaliers, le cheval  perdait de la vitesse sur ses poursuivants, et Daix craignit un moment d’avoir pensé trop vite : s’ils les rattrapaient, ils étaient aussi foutus que les masques ! L’assassin se retourna de trois-quarts sur la monture et visa le cavalier le plus proche avec son arbalète. Il n’avait pas plus de chance de l’atteindre que tout à l’heure, mais à la vue de l’arbalète, son adversaire ralentit légèrement, comme pour anticiper l’esquive, ce qui offrit quelques précieuses secondes à Daix et son sauveur. Ils allaient atteindre le convoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1599
Age : 27
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud
- -: 35 ans
- -:

Mer 18 Sep 2013 - 23:51


"Mais... qu'est-ce que... ?"

Lycos n'en croyait pas ses yeux. Le fugitif n'était plus seul. Mieux! Ses complices ou qui qu'ils soient n'étaient simplement deux mais bien davantage. Peu importe... leur cause était perdue d'avance.

"Massacrez-moi ces types ! En avant !"

La troupe continuait sa progression et la monture portant le fugitif et son mystérieux sauveteur se rapprochait de plus en plus. Ils seraient bientôt à leur portée... Jusqu'à ce que le cercle de chariots apparut dans le champ de vision des cavaliers de l'Ordre. Les Masques avaient-ils prévu depuis le début leur piège ? Non, c'était impossible. Et pourtant, la défense face à laquelle Lycos et ses hommes se trouvaient maintenant changeait totalement la donne.

"En cercle autour du convoi !"

Attaquer de front était idiot, tourner autour de la caravane déjà plus intelligent. Des cibles mouvantes difficiles à atteindre, qui plus est dans la nuit. Les deux camps s'observaient tels des loups prêts à en découdre.

"Trouvez moi une faille !"

Plusieurs des cavaliers se saisirent alors de leurs arcs, encochant des flèches. Rapidement les premières rafales fendirent la nuit en direction de la caravane. Les hommes criaient pour se donner de la force, des "Orchâl est grand !" résonnèrent dans les ténèbres.

La défense d'Hector et des siens était intelligente et forte d'une certaine expérience. Mais cela suffirait-il cette fois encore ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Sam 21 Sep 2013 - 14:13
Ils entrèrent au galop dans le cercle de protection composé de chariot. Derrière la défense se préparait avec précision! Tous avait déjà du opérer de tel défense dans des situations peut-être bien pire. La rapidité et l'ordre étaient les maîtres mot pour survivre. Erco tira les rênes de son cheval et laissa l'inconnu descendre, puis il sauta à son tour à terre. Pas le temps d'échanger le moindre mot. D'une main experte il attacha son cheval à une barre d'un chariot et fit un noeud solide mais pouvant être défait en un clin d'oeil si la fuite était nécessaire.

Une fois fait, il survola la défense qu'Hector avait mit en place. Elle se valait et pouvait être efficace. Le rohirrim se dirigea vers l'un des trou entre deux chariots et se place de tel manière que les cavaliers ennemis ne puisse pas le toucher et surtout qu'il puisse avoir un angle de tire une fois qu'ils lui soient passer devant dans le course en rond autour de leur maigre "muraille". La nuit tombait et cela allait rendre tous tire difficile, mais les deux camps subissaient le même problème.

Une flèche fut encoché. Un cavalier passa. Erco visa, retint sa respiration évalua la vitesse de sa cible et corrigea légèrement le point ciblé et lâcha pour finir la corde. Le projectile fila comme un éclair et se perdit dans la nuit. Cible ratée, le Comte ne perdit pas courage et réitéra le même processus et cette fois la flèche finit sa course en plein au milieu du dos d'un autre cavalier qui se cambra sous l'impact et chuta quelques mètres plus loin.

-Un de moins

Murmura Erco, un léger sourire se dessinant sur ses lèvres.

Il n'arrivait pas à évaluer le nombre d'adversaire, mais il savait que la nuit allait être longue. L'Ordre avait des troupes bien entrainées et surtout très persévérantes. De foutus fanatiques totalement dévoués à leur cause. Il allait falloir en abattre plus d'un pour qu'il abandonne.

Gnow, lui, avait son arbalète à répétition chargé à bloc, et il déversait des rafales de trois flèches avant de recharger avec des gestes tremblant à cause de froid. C'était pendant la minute ou il rechargeait que son trou était sans défense. Alarthor voyant cela, vint rejoindre son compagnon, bien que pas armé d'un arc, il était là à présent pour empêcher quiconque d'entrer par là.

La défense semblait pouvoir tenir toute la nuit, et il sembla à Erco qu'ils n'avaient encore eut aucune perte. Ils tenaient encore, mais pour combien de temps?... Il connaissait les méthodes de l'Ordre et savait que dans un moment; peut-être une minute, une heure ou plus; leurs ennemis allaient mettre en place une autre tactique pour mettre en mal leur rempart de bois... Et c'était là que tout allait se jouer... Dans leur capacité à réagir et à s'adapter.

Son carquois était encore bien plein, mais néanmoins, le chevalier Skaline prenait grand soin de bien viser sa cible, car si les assauts se répétaient toute la nuit et même après, il serait vite à court de flèche. Il regarda derrière lui pour voir ou avait atterrit l'homme qu'il avait sauvé. Il l'aperçut à quelques mètres et l'appela d'une signe de la main et d'un cris. Il était peut-être temps de savoir pour qui ils allaient se battre et peut-être mourir....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daix
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 23
Localisation : Vieille-Tombe.
Rôle : Assassin

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Sam 28 Sep 2013 - 20:43

    La défense tenait bien. Les pertes étaient faibles des deux côtés ; les membre de la couronne de fer n'étant pas stupide, ils ne venaient pas se heurter sur le barrage de chariot. Comme des prédateurs, ils leur tournaient autour, cherchant la brèche, attendant que les défenseurs s'épuisent, que leurs carquois se vident. Ce qui ne manquerait pas d'arriver. La défense tenait bien, mais elle ne tiendrait pas éternellement. Daix avait l'impression d'enchainer les situations désespérées sans répit. Jusqu'à présent, il avait eu de la chance, mais la chance tourne, et quand elle tournera, que se passera-t-il ?

    Quoiqu'il en soit, la chance ne l'avait pas encore abandonné. Il avait trouvé un carquois remplis de carreaux à son poste de défenseur, suffisamment garnis pour tenir ses adversaires à distance pendant une bonne partie de la nuit, s'il le fallait. Ses talents à l'arbalète lui permettait seulement cela ; pas question qu'il arrive à tuer qui que ce soit avec s'ils ne s'approchaient pas. Il constituait plus une menace qu'un réel danger pour la ferraille. Cette technique avait l'avantage de lui faire économiser ses carreaux, son carquois se vidait donc beaucoup moins vite que celui de son voisin immédiat. Plus habile à l'arc, ce dernier serait cependant bientôt à cours de flèche, et Daix ne pouvait envisager de tenir ce côté-ci seul. Il lui fit un signe de la main signifiant clairement de limiter ses tirs, auquel l'archer répondit par un léger hochement de la tête.

    Une éternité passa, mais rien n'avait changé. La situation était toujours aussi compliqué pour Daix et ses nouveaux "compagnons" . A vrai dire, l'assassin ignorait avec qui il se battait mais si c'était contre l'Ordre, alors ces hommes étaient ses compagnons. Sans compter que l'un d'eux lui avait sauvé la vie. Un regard lui apprit que ce dernier défendait non loin de lui. Il dut capter son regard car il l’appela et lui fit signe de venir. Daix échangea un regard avec l'archer, qui lui fit comprendre qu'il pouvait tenir la position seul un court moment. Rassuré, l'assassin vint se porter à la rencontrer de son homme, ne se faisant aucune illusion sur ce qu'il voulait savoir de lui.

    - Merci pour l'aide, tout à l'heure. Je suis votre homme à présent, appelez-moi seulement Daix. Nous devions surprendre ces chiens de la couronne de fer avec mes compagnons... malheureusement, voyez comment ça à finit. Rien de ce que je pourrais vous apprendre d'autre ne vous sera utile. Daix fit une pause pour appuyer cette dernière phrase. Que faites-vous dans ce bois, vous et vos hommes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1745
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Dim 29 Sep 2013 - 15:24
Les défenseurs de la caravane étaient plus nombreux et mieux protégés que leurs assaillants. Il ne fallut pas longtemps pour que quelques cadavres ennemis jonchent le sol, tombés sous les flèches et carreaux des aventuriers.


Lycos comprit rapidement qu'il ne parviendrait pas à venir à bout d'un ennemi aussi bien retranché. S'il voulait survivre, il devait se replier et revenir en force. L'Ordre disposait de suffisamment de troupes en réserve pour venir à bout de ce nid de résistance.

" Repliez-vous ! "

Parfaitement ordonnés, les hommes de Lycos s'éloignèrent du convoi non sans décocher quelques flèches pour couvrir leur fuite. Cette escarmouche était terminée, mais ça ne serait pas la dernière.


Hector avait chaud, malgré le froid qui régnait, l'agitation du combat l'avait fait transpirer. Il devait prendre garde à ne pas se refroidir trop rapidement. Néanmoins, d'autres sujets beaucoup plus importants se présentaient à ses yeux.

" Ils vont revenir... sans doute plus nombreux."

Un ennemi fanatique ne fuyait pas comme ça sans raison. Mourir n'était pas un problème pour les soldats de l'Ordre. Non, ils craignaient juste de laisser passer une victoire facile en faisant preuve de trop de précipitation.


" Et on sera là pour les recevoir !"

Ivica avait crié. Il avait toujours fait preuve d'une loyauté sans faille. Il ne se battait pas pour l'argent, bien que ce soit un des aspects agréables du métier, il se battait pour l'honneur de sa compagnie. Il avait pour mission de défendre le convoi et il le ferrait même s'il devait en mourir.

"Doucement Ivica... Je crains que ça ne soit pas aussi simple.

Hector lança un regard appuyé à Erco Skaline.

" Saemon Havarian ne nous a pas engagé uniquement pour défendre ce convoi..."

Il marqua une pause avant de continuer ses révélations.

" Ces hommes ont une mission à accomplir... J'en ignore la teneur exacte. Néanmoins je sais qu'ils doivent se rendre à Vieille-Tombe et que nous devons les y conduire. Ce convoi n'est qu'un prétexte."

Hector ignorait si Erco savait qu'il était au courant de leur réelle mission. Il n'en avait que brièvement parlé avec Saemon avant d'accepter l'escorte.

" Nous devons continuer notre route, sans le convoi qui nous ralenti. Nous chargerons un chariot avec les marchandises les plus précieuses, Adhémar et Norion vous irez le cacher par une route parallèle. Quant aux autres, nous accompagnerons la compagnie du Comte Skaline."

Ivica secoua la tête avec énergie. De toute évidence il n'appréciait pas ce plan.

" Sans vouloir vous vexer chef... votre plan ne marchera pas. L'ennemi nous poursuivra, on aura un peu d'avance certes mais pas des masses. A côté de ça ils pourront facilement retrouver Adhémar et Norion avant qu'ils ne puissent faire quoi que ce soit.."

Il n'avait pas tort et Hector le savait. Il l'encouragea donc d'un geste à continuer.

" Laissez deux hommes ici pour tenir le convoi... Nous tiendrons un peu, le temps de les ralentir pour faciliter votre fuite. Après nous vous rejoindrons."

Ce fut au tour d'Hector de secouer la tête.

" J'ai besoin d'Onur avec moi pour nous servir d'interprète à Vieille-Tombe. J'ai besoin de deux hommes pour cacher les marchandises. Je ne peux pas laisser deux hommes ici..."

Un des chevaliers d'Erradan fit un pas en avant. Il avait le regard sombre de ceux qui ont connu bien des peines et des combats.



" Je me propose pour tenir le convoi avec votre homme Sir Hector."

Ceux qui connaissaient Rhodamir n'étaient certainement pas surpris par la décision du chevalier. Loyal et vertueux, il avait perdu toute joie de vivre depuis la mort de son frère. Combattre jusqu'à la mort pour sauver ses compagnons semblait dès lors une parfaite manière de ponctuer son épopée.

~*~

Rhodamir et Ivica avait parfaitement orchestré leur défense. Ils s'étaient placés dans des chariots relativement éloignés afin de pouvoir se couvrir l'un l'autre. Ils avaient disposés des chevaux à divers endroit pour pouvoir facilement fuir si l'opportunité se présentait.

Les soldats de l'Ordre ne tardèrent pas à arriver. Ils tournèrent pendant de longues minutes autour du convoi. Néanmoins, ils comprirent rapidement que la résistance était minime. Ils s'écartèrent du convoi et quelques hommes mirent pied à terre. Au bout de quelques minutes ils parvinrent à allumer un petit feu. La suite était prévisible.

Les chariot s'enflammèrent à une vitesse folle. La toile crépitait et les marchandises précieuses s'envolaient en fumée. Les chariots d'Ivica et de Rhodamir ne firent pas exception. Décidés à mourir avec honneur, ils sortirent tous deux l'arme au poing prêt à vendre chèrement leur vie. Mais Lycos ne leur offrit pas l'honneur d'un combat au corps à corps et rapidement des dizaines de flèches vinrent percer leurs armures de vétérans.

Le seul réconfort d'Ivica et de Rhodamir était qu'ils avaient peut être permis de sauver leurs compagnons...

>Suite à Vieille-Tombe.<


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 25
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Mar 1 Oct 2013 - 18:52
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fuite vers l'avant.[Margouille]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» " Féeries de lumières de l'Avant-NOËL "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Les Royaumes Orientaux :: Rhûn-
Sauter vers: