Une éducation

Aller en bas 
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Dim 15 Juin 2014 - 18:12

La femme avait fendu la foule à un peu relativement rapide. Elle vérifiait néanmoins régulièrement que la jeune Eliah la suive toujours. Elle n'avait pas été bien loin cependant. Au bout de quelques minutes, elle était arrivée près des remparts qui ceinturaient les étages supérieurs de Minas Tirith.

Elle s'était alors dirigée vers une rue composée d'une série de petits manoirs dotés d'une cour intérieure et d'un mur protecteur. C'était là que vivaient les notables, qu'ils soient dotés d'un pouvoirs politiques, qu'ils appartiennent à la noblesse de la ville ou qu'ils aient réussi dans les affaires.

La rue était fort peu fréquentée ce qui devait contribuer à son charme et au prix démesuré des habitations qui la composaient. Ils passèrent devant un manoir dans lequel semblait se dérouler une petite fête privée. Un blason en pierre était taillé au dessus de la porte représentant un rosier aux épines particulièrement pointues.

Ils continuèrent encore un peu avant d'arriver devant un autre manoir. Celui-ci était manifestement particulier. En effet, une dizaine de gardes de la cité se trouvaient en faction devant. Le haut de la porte était également sculpté représentant un lion la gueule ouverte.


La femme passa devant mais s'arrêta immédiatement devant la porte de la toute petite maison qui la jouxtait. Elle sortit une lourde clef hors de ses vêtements et l'inséra dans la serrure. Elle s'engouffra dans la maison invitant Eliah à la suivre. Elle referma immédiatement la maison derrière la jeune visiteuse.

Le couloir était étroit et relativement sombre. Face à elles se dressait un escalier en bois de facture assez grossière. La femme en commença l'ascension. L'étage supérieur était également assez étroit. Une trappe au plafond était le seul accès vers ce qui devait être le dernier étage. Contrairement au rez-de-chaussée, cet étage était aménagé comme une pièce à vivre. Un lit modeste était dressé contre un des murs tandis qu'une petite table et une chaise étaient placés contre la minuscule fenêtre. Sur la table, un chandelier devait servir de source de lumière pour la nuit.

"Voici votre chambre. Son confort est rustique mais vous n'y resterez que quelques jours. On vous amènera rapidement vos affaires, quelqu'un est allé les récupérer au campement."

Elle s'arrêta puis, fixa Eliah droit dans les yeux.

"J'ai besoin de votre dague."


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliah Tandoril
Dame de compagnie
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 28
Localisation : Edoras
Rôle : Dame de Compagnie

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 22 ans
- -:

Lun 16 Juin 2014 - 14:35
La jolie demoiselle se frayait un chemin avec rapidité et agilité parmi la foule en liesse et d'une densité conséquente. Malgré la difficulté de l'épreuve et sa robe qui représentait un réel défi à elle seule, elle réussit à se faufiler telle une souris dans une cuisine bondée. Elle ne quitta pas un seul moment des yeux son “informatrice” qui elle-même ne s'était pas retournée pour l'attendre pendant toute la durée du trajet. Mais elle faisait toujours en sorte qu'Eliah puisse l'avoir dans son champ de vision, de telle sorte que la jeune femme se demanda si elle n'avait pas des yeux derrière la tête. Son coeur battait fort dans sa poitrine et elle se demandait à quoi rimait toute cette histoire. Eliah était essoufflée, fatiguée à cause de la chaleur mais elle continua néanmoins sans se plaindre, pressée d'arriver à destination. Elle ne put toutefois pas jouir à un seul moment, de la beauté de la grande cité, des maisons toutes plus belles les unes que les autres, au fur et à mesure que la distance s'allongeait et que la foule se dés-intensifiait. Son attention était portée sur la dame qui continuait à avancer encore et encore, uniquement sur elle et ses pas.

Elle se rendit soudain compte que la majeur partie des invités allaient en contre sens, se bousculant pour se rapprocher de la scène du mariage, du Roi et de la Reine alors qu'elles s'en éloignaient irrémédiablement. Bientôt elle tourna dans une rue moins agitée et ne distingua plus que la femme élégante qui continuait à marcher, d'un pas plus lent néanmoins. Elle respira profondément et accéléra le pas pour la rattraper, maintenant qu'elle avait moins d'obstacles qui se dressaient devant elle. C'est à ce moment qu'elle se rendit compte qu'ils étaient un peu plus haut dans la cité et que l'endroit était calme et qu'il était très beau et elle devina qu'il s'agissait d'habitation de grandes gens.

Tout était relativement beau, sans pour autant, du point de vue extérieur en tout cas, respirer un luxe malsain comme cela pouvait être le cas parfois dans les grandes maisons de noble. La femme élégante continua un moment son chemin suivie de près par Eliah puis elle s'arrêta devant une maison où se tenaient plusieurs gardes. La brune fit instinctivement un pas en arrière alors que la femme ouvrait la porte et l'invitait à entrer. A présent qu'elle se trouvait loin de la foule, loin de son frère et perdue au milieu de ces belles maisons, elle n'avait pas beaucoup de moyens de défense. S'il s'agissait d'un quelconque piège, elle n'avait plus vraiment la possibilité de s'échapper et cela même, sans compter les gardes qui se trouvaient non loin. Elle pouvait toujours tenter de s'enfuir, mais elle doutait de pouvoir aller bien loin avant qu'on la rattrape ou pire, qu'on lui plante une flèche dans le dos. Par réflexe, ses doigts caressèrent sa cuisse droite par dessus sa robe, allant à la rencontre du petit objet dont elle ne se séparait jamais. Elle pénétra dans la maison, tout les muscles du corps tendus.

“Où allons-nous ?”

Sa question retomba comme une vague allant s'écraser contre les rochers. Son guide n'avait toujours pas parlé et continuait à avancer dans la petite maison d'aspect assez froide et austère. Elle avait refermée la porte derrière Eliah et montait à présent les escaliers. Le silence était à présent pesant. La rohirrime se lança à sa suite, ne la lâchant pas d'une semelle cette fois. Elle observa la pièce et tenta de se remémorer différents détails au cas où cet entretien devrait mal tourner et qu'elle devrait tenter de fuir. A présent qu'elle était à l'intérieur, elle sentait à quel point sa robe était inconfortable après le trajet rapide qu'elle venait d'effectuer, elle se sentait toute poisseuse et son corps  bouillonnait. Elles arrivèrent très vite dans une chambre modestement meublée, qui pouvait être une chambre de Dame de Compagnie. Puis la femme prit enfin la parole et la panique submergea la jeune rohirrime en l'entendant prononcer ces mots. Sa chambre... La belle ne comprenait pas ce qu'elle voulait dire. Il n'avait jamais été question qu'elle reste dans cette endroit, qui plus est pour plusieurs jours d'affilés.

“Je vous demande pardon ? Non, il n'est pas question que je reste ici plusieurs jours. Je ne peux pas laisser mon frère seul, il se ferait trop de soucis. Vous deviez me donner des réponses. J'exige que ...”

Était-elle réellement en bonne position pour exiger quoi que ce soit ? Mais avant même qu'elle eut terminé sa phrase, la femme lui réclama sans ciller l'un de ses objets les plus précieux, comme si cela était une évidence, comme ci cet objet avait toujours été à la vue et au sus de tous. Elle resta un moment interdite, le temps que les choses se remettent en place dans son esprit. Elle ne sortait que très rarement sa dague, seulement dans les moments d'extrême urgence, souvent lorsqu’elle était en danger. La plupart du temps elle était cachée sous ses vêtements. Alors comment cette femme, cette parfaite inconnue pouvait prétendre connaître l’existence de sa précieuse dague ? Ses doigts s'étaient crispés sur le pan de sa robe à droite et elle fusilla la femme du regard, méfiante.

“Comment connaissez-vous l’existence de ma dague ?”

Elle commençait à se dire que tout cela était une très mauvaise idée et qu'elle s'était précipitée sans avoir réfléchit. Peut-être qu'il aurait fallut se retirer, c'était le moment où jamais. Faire demi tour et partir. Mais d'un autre côté, on lui avait proposé de lui donner des réponses. Et elle voulait savoir. Une personne inconnue avait eu le pouvoir et l'envie d'inviter Eliah à ce mariage royale et lui avait donné une somme d'argent assez conséquente pour qu'elle s'y rende. Si cette personne avait voulu la tuer, elle aurait trouvé un moyen bien plus simple et n'aurait pas organisé toute cette mascarade pour le faire. Un peu rassurée, elle décida finalement de coopérer. Elle n'avait pas fait tout ce chemin pour faire demi-tour maintenant. La jeune femme se baissa et releva doucement la longue robe verte le long de sa jambe droite. Elle avait noué un ruban avec lequel l'objet avait été maintenu contre sa peau. Elle savait que les armes étaient interdites dans la cité mais elle n'avait pas pu se résoudre à laisser la dague. L'objet était magnifique, une dague à peine plus longue que son avant-bras, l'étui était d'un blanc écru éclatant et nacré. Sur le dessus étaient incrustées de nombreuses pierres de toutes les couleurs. La jeune femme n'avait aucune idée de la valeur monétaire que pouvait avoir cet objet, mais elle l'aimait et elle avait pour elle une grande valeur sentimentale. Son père le lui avait donné ainsi que sa bague lorsqu'elle avait quinze ans. Il l'avait jugé alors assez mûre pour obtenir ces objets. Ses frères avaient été tous très jaloux et elle, très heureuse. Sur le fonds de l'étui de la dague, des mots étaient gravés, mais puisqu'elle n'avait jamais compris la langue dans laquelle elle était écrite, elle ne s'y était pas plus attardée.

Eliah déboîta la lame de l'étui, la faisant glisser doucement hors de sa protection et la regarda un moment. Elle luisait faiblement et les bords étaient toujours très aiguisés. Elle observa un moment la lame, se demandant ce que cette femme voulait à sa dague et finit par remettre la lame dans l'étui aussi lentement qu'elle l'avait enlevée. Eliah toisa la dame élégante du regard, essayant de capter ses émotions, ses intentions, mais elle ne put discerner quoi que ce soit qui puisse la mettre sur la voix d'un quelconque danger. D'une main hésitante et tremblante, elle tendit le précieux objet à la femme et murmura du bout des lèvres “faites attention, elle a beaucoup de valeur pour moi”. Puis elle observa sa réaction avant de continuer curieuse.

“Pourquoi en avez-vous besoin ?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldarion
Roi d'Arnor
Roi d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 27

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan
- -: L'age ou l'on est fougeux mais déjà sage
- -:

Ven 18 Juil 2014 - 9:31

La femme avait perçu l'hésitation d'Eliah. Elle sentait qu'elle hésitait encore, qu'elle se tenait comme au bord d'un lac, hésitant à plonger totalement dedans. Elle rechignait à se jeter corps et âme dans l'aventure tout en sachant que ce qu'elle cherchait depuis longtemps était au bout.

N'aurait-elle pu se contenter de rester Eliah Tandoril, fidèle dame de compagnie ? N'aurait-elle pas pu accepter sa famille rohirrim définitivement comme eux l'avait fait depuis longtemps ? Malgré les années, malgré son bonheur apparent, elle semblait ressentir le besoin d'être "plus", d'être à sa vraie place dans ce monde.

La jeune femme hésita longuement avant de lui tendre la dague dans son étui. C'était bien la dague dont la femme avait entendu la description. Elle correspondait parfaitement. Elle la saisit quand Eliah lui tendit avant de répondre à sa question.

"Parce que cette dague est la seule preuve de qui vous êtes réellement. Parce que pour le bien de notre coopération je préfère que vous ne soyez plus armée. Parce que cela vous poussera peut être à ne pas prendre la fuite... vous ne la récupérez que quand je vous jugerai prête."

En disant ça, la femme attacha la dague à sa ceinture. Eliah pouvait toujours tenter de lui reprendre de force, mais la maison était fermée et elle ne pourrait pas fuir bien loin. Avant qu'elle ne puisse mettre cette tentative à exécution, la femme reprit la parole.

"Cette dague et la bague que vous portez est la preuve que vous n'êtes pas une rohirrim de basse extraction. Vos parents sont de noble lignée. Je ne peux vous en dire plus pour le moment. Vous êtes restée longtemps dans l'ombre mais, avant de vous ramener à la lumière, nous devons vous préparer et nous assurer que vous êtes digne de vos parents."

La femme connaissait exactement le poids des paroles qu'elle venait de prononcer. Les sacrifices seraient nombreux mais le jeu en valait la chandelle.

"Je vous laisse vous reposer jusqu'à demain, moment où nous commencerons votre éducation."

Elle fit volte face pour se diriger vers la porte.

"Ah oui... Pour votre frère... S'il tient vraiment à vous, il ne manquera pas de vous retrouver. Sinon, c'est qu'il n'en vaut peut être pas la peine."

Sans un mot de plus, la femme sortit de la petite pièce qu'elle verrouilla derrière elle.


Invité, n'oublie pas que le regard des Rois d'Arnor porte au delà des frontières de leurs royaumes.[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliah Tandoril
Dame de compagnie
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 28
Localisation : Edoras
Rôle : Dame de Compagnie

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 22 ans
- -:

Jeu 4 Sep 2014 - 18:12
Eliah était prise au piège bien malgré elle mais elle ne pouvait pas seulement blâmer cette inconnue puisque c'était elle qui avait participé a cette situation. Si elle devait plaider son cas devant un tribunal, ne serait elle pas pointée du doigt par tout le peuple ? En effet elle avait accepté l'invitation d'un inconnu, elle en avait suivi une toute autre qu'elle ne connaissait pas et pour terminer elle lui avait sciemment remis sa précieuse dague. Un air de révolte passa sur le visage de la belle demoiselle puis elle se sentit extrêmement bête et ridicule. Oui elle avait fait tout cela a cause de sa curiosité mais aussi parce qu'elle sentait que tout cela pouvait mener a quelque chose. Une réponse enfouie a une question importante. Il y avait un mystère, il y en avait toujours eu un, mais elle ne savait pas quel il était.

Voilà pourquoi elle ne pouvait que blâmer sa propre personne, voilà pourquoi elle ne pouvait plus reculer devant l'opportunité qui s'offrait a elle et qu'elle n'avait aucun moyen de toute manière de se dérober puisque son statut semblait devenir de plus en plus incertain. Était elle une prisonnière ? Une invitée ? Un peu des deux ... Certes, elle était frustrée de ne pas avoir de réponses immédiates concernant cette situation mais la femme avait parlé de ... Coopération ? Mais avant que celle ci ne puisse ajouter un autre mot elle enchaîna et les bribes de révélations qu'elle voulut bien lui donner la laissèrent perplexe d'un côté. De l'autre, un frisson d'excitation venait de traverser son corps. Alors toutes ces années, cette impression de ne pas appartenir a cette vie, ce n'était pas qu'une simple impression, c'était réel ... La rohirrime n'avait pas eu une enfance malheureuse loin de la, elle n'avait pas a se plaindre et sa famille avait tout ce qui avait de meilleure. Voilà pourquoi elle ressentit un petit pincement au cœur en pensant que tout ce temps ces gens n'étaient peut être pas sa vraie famille. D'un autre côté elle était différente des autres petites filles du village, va nues pieds. Des traits, des cheveux, son allure, son regard. Mais pourquoi et comment ? Les réponses viendraient elle l'espérait bien assez tôt. De plus des pensées se tournèrent vers Oemir qui était quelque part la dehors et qui devait probablement la chercher. Comme ci elle lisait dans ses pensées, la femme dit volte face avant de sortir pour lui indiquer que son frère la retrouvera peut être. Elle parut interloquée par une si drôle de remarque. Oemir ferait évidemment tout pour la retrouver, tout ce qui était en son pouvoir quoi qu'il arrive. Elle avait confiance en lui. Mais un doute l'assailli sans qu'elle puisse comprendre pourquoi. La réflexion de la femme lui parut soudain effrayante dans même qu'elle puisse savoir a quoi tout cela rimait.

Une fois la porte claquée et seule elle se dirigea vers celle-ci afin de vérifier ce dont elle était déjà certaine. Elle tourna la poignée mais la porte resta close. Une vague panique s'empara d'elle et des larmes lui montèrent aux yeux jusqu'à ce que sa raison refasse surface. On ne lui avait pas fait de mal jusqu'ici et il n'y avait aucune raison qu'il en soit ainsi. La femme avait parlé de son éducation. Mais quelle genre d'éducation ?

Eliah se laissa tomber mollement sur le petit lit. Jeune enfant, elle avait déjà du mal a obéir et a respecter les règles. Elle avait pour habitude de n'en faire qu'à sa tête. Qu'allait-on lui réserver ? Elle ne pouvait que spéculer sur le sujet puisqu'elle n'avait pas vraiment en sa possession d'élément de réponse. Alors elle s'allongea sur l'élit et se mît a réfléchir en fixant le plafond. Elle eut soudain très fin et très soif et alors même qu'elle était seule depuis cinq minutes, le silence se fit lourd. Elle se leva en trombe et alla frapper a la porte de toutes ses forces.

"Hé la il y a quelqu'un ? On pourrait m'apporter de quoi boire et manger ? "

La mou boudeuse, elle attendit derrière la porte sans vraiment savoir ce qui pouvait se passe une fois que celle ci serait ouverte ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 2982
Age : 25
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

Dim 26 Oct 2014 - 0:11
Bannor soupira, irrité. Quelques heures étaient passées depuis le mariage et les citoyens s'arrêtaient pour discuter en petits groupes au milieu de la rue, ayant consommé des quantités respectables d'alcool. Se frayer un chemin était difficile, malgré la silhouette impressionnante du chevalier ainsi que ses gantelets renforcés d'acier.

Il avait récupéré les affaires dans la petite auberge située dans une ruelle remplie de boutiques d'artisans. Le chevalier ne savait pas encore qui était la personne qu'il devait protéger, mais si elle avait réussi à trouver une place où loger dans la ville pendant le mariage, elle devait avoir une bourse bien remplie.

A présent il remontait les rues de Minas Tirith dans la direction du Haut de la Cité, les deux sacs de voyage appartenant à Eliah sur ses épaules larges. Deux soldats l'avaient intercepté afin de vérifier que les sacs ne contenaient pas d'armes. Ils avaient froncé les sourcils en y découvrant des vêtements de femme, mais le regard glacial de Bannor les empêcha de faire des remarques à ce sujet.

Malgré son endurance, le guerrier était essoufflé lorsqu'il arriva enfin à la destination. Même en ayant laissé sa cotte de maille au campement la chaleur était terrible, et la remontée de la ville avec deux sacs sur le dos n'avait pas arrangé la chose.

Lorsqu'il frappa à la porte, il fut accueilli par une femme âgée au regard sévère.

-Vous êtes en retard!

Bannor la regarda, étonné, et s'abstint de faire un commentaire. C'est cette vieille noble qu'il devait protéger? Il préférait encore une campagne en territoire gobelin que ce genre de mission de garde avec une vieille chauve-souris. Elle continua:

-Vous trouverez une bassine avec de l'eau dans la chambre sur le côté, qui sera la vôtre. Vous sentez le gibier, allez vous rafraîchir avant de vous présenter à la dame qui vous attend. Vous y trouverez aussi une lettre avec les instructions de la part de votre supérieur.


Surpris, le chevalier ne put qu'obéir cette noble étrange. Alors ce n'était pas elle qu'il devait garder au final? Garder, hah! Il n'avait même pas le droit de porter une arme dans la cité, comment pouvait il espérer protéger quelqu'un...ses gantelets cloutés pourront au moins lui servir dans ce genre de situation.

Il entra dans la chambre et posa les deux sacs sur le lit, puis enleva sa tunique, dévoilant un torse pâle mais musclé, marqué par quelques cicatrices. Il versa de l'eau dans une coupe et la vida avec contentement, puis plongea sa tête dans la bassine d'eau glaciale, puis se lava le torse et les bras avec. Soulagé et rafraîchi, il s'essuya rapidement avec une serviette blanche, sa barbe et ses longs cheveux noirs brillant d'humidité.

Bannor remit une tunique propre, puis ouvrit la lettre qui l'attendait.

Citation :

Bannor,

Vous serez responsable de la sécurité d'Eliah Tandoril pendant son séjour dans la Cité Blanche. Ne prenez pas cette tâche à la légère. Il a été impossible de vous garantir une permission de port d'armes pendant le mariage, mais cela devrait être possible d'ici quelques jours. Tâchez de ne pas décevoir notre confiance.

Æ.

Le contenu de la lettre était flou, et la signature inconnu, mais le sceau indiquait que la missive venait de quelqu'un de haut gradé dans le Royaume du Nord.

Il se releva, sans prendre le temps de vérifier son apparence dans la glace qui surmontait la table. Il prit les deux sacs sur une épaule, et se dirigea à l'étage. La noble lui avait donné une clef qui lui permettrait d'ouvrir la chambre. Ses bottes ornées d'éperons en forme d'étoile firent grincer les marches.

Le chevalier frappa à la porte, se rendant compte de l'absurdité du geste. Après tout, elle était fermée à clef de l'extérieur...mais il ne savait pas ce qu'il allait retrouver de l'autre côté, et ne voulait pas se montrer impoli. Après tout, la dame en question n'était pas une prisonnière...enfin...il lui semblait.

Lorsqu'il reçut un signal d'entrer, il tourna la clef dans la serrure, et pénétra dans la pièce modeste...Il resta bouche bée un moment. Il s'attendait à un spécimen semblable à la matrone qu'il avait rencontré à l'entrée, mais cette femme...Ses longs cheveux bruns retombaient sur ses épaules dénudées, et la robe verte accentuait sa silhouette d'une manière qui ne laisserait aucun homme indifférent. Son visage, bien qu'orné par une moue agacée plutôt qu'un sourire, laissait néanmoins paraître l'esprit vif de la femme et la force de son caractère.

L'homme se racla la gorge, et dit, soudainement très conscient de son apparence peu élégante, sa barbe épaisse et sa tunique plissée.

-Je m'appelle Bannor...je vous ai apporté vos affaires.

Il posa les deux sacs à ses pieds, sans savoir que dire de plus.

C'est à ce moment là qu'un homme âgé à l'apparence d'un serviteur entra dans la pièce, muet, et posa un plateau de nourriture sur la petite table, accompagné d'une assiette et d'un ensemble de couverts. Le repas était simple, mais frais et de bonne qualité: des fruits de saison, de la viande froide, du pain, du beurre et du miel, ainsi qu'une coupe de vin et une caraffe d'eau. L'homme sortit sans dire un mot.

Le chevalier détourna son regard du plateau, soudainement très conscient du fait que son dernier repas avait été le déjeuner avec Forlong sur les champs du Pelennor, il y a des longues heures. Il se disciplina, conscient du fait qu'il trouverait à manger plus tard dans les cuisines.

Son regard se porta à nouveau sur la femme que la lettre avait identifié en tant qu'Eliah...



Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliah Tandoril
Dame de compagnie
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 28
Localisation : Edoras
Rôle : Dame de Compagnie

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 22 ans
- -:

Dim 26 Oct 2014 - 7:56
Si Eliah avait quitté son petit village des prairies, c'était pour vivre de grandes aventures, pour être libre. Mais jamais, au grand jamais elle n'avait prévu qu'on l'enfermerait dans une petite pièce dans laquelle elle se sentait à présent comme un lion en cage. Cela faisait déjà plusieurs minutes qu'elle tambourinait à la porte sans qu'aucun signe de vie ne fut détecté. La belle brune finit par se résigner et retourna se poser sur le lit miteux, serrant les dents pour ne pas hurler, jurer ou pire, se mettre à pleurer. Non elle devait être forte, elle devait l'être jusqu'à ce qu'elle découvre la vérité sur tout cela. Mais allaient-ils au moins avoir la décence de lui apporter de quoi se restaurer avant la nuit ?
Ses yeux se baissèrent et se posèrent sur la belle robe verte émeraude qu'elle portait. Elle était belle, raffinée. La jeune femme avait été si pressée de pouvoir la porter pour le mariage. Mais à présent... Eliah eut une envie folle de la retirer, de s'en débarrasser, de la déchiqueter en milles morceaux et d'en mettre le feu. Comment avait-elle pu être aussi stupide ...

Crispée, elle se dirigea vers la petite fenêtre et envoya choir table et chaise afin d'avoir un meilleur angle de vue. Si les choses ne se passaient pas comme elle le voulait, elle devait prévoir un plan de fuite. Non elle ne se rendrait pas sans se battre !
Tout cela n'était qu'hypothèse, mais puisqu'elle ne savait pas à qui elle avait à faire et dans quel but, elle devait être prudente. Ses pensées allèrent vers Oemir qui devait déjà être inquiété de son absence à l'heure qu'il était. Eliah regarda au dehors, elle était au premier étage de la petite maison et si le vide ne lui disait rien qui vaille, il y avait bien un petit buisson la dessous qui pouvait amortir sa chute. Il paraissait épais, mais aussi orné d'épines.
L'autre issue, l'unique issue résidait dans la porte ou plutôt la trappe qui était close. Mais lorsque celle-ci s'ouvrirait, n'y avait-il pas un moyen de sortir ? Elle pouvait toujours tenter le coup quoi qu'il en soit.

En bas, elle pouvait voir toute sorte de personne circuler dans la rue, parler, transpirer, hurler à tout va. Le mariage devait être terminé et chacun retournait vaquer à ses occupations en discutant de l'évènement et en allant de son commentaire sur le couple royal. Certains disaient le roi trop vieux, d'autres la reine trop jeune. Certains ne voyaient pas cette union d'un bon œil et d'autres le voyaient comme un renouveau. Quand à elle, elle n'avait pas réellement d'opinion. La politique lui passait encore au dessus de la tête, mais elle avait trouvé la reine magnifique et le roi fort impressionnant, lui laissant dire que ces deux là sauraient vivre en harmonie. Toute à ses réflexions, elle sursauta lorsqu'on frappa à la porte de la chambrette. Ce geste la surprit. Pour quelle raison frapper lors même qu'elle était enfermée dans cet endroit lugubre ? Avec un soupire lasse, elle remit la table et la chaise en place, lissa sa robe, passa des doigts fébriles dans ses cheveux indisciplinés et lança d'une voix impérieuse :

“Entrez”

Mais aujourd'hui elle allait de surprise en surprise, car au lieu de la vieille femme au port de tête aristocratique entra... un homme. Elle le détailla avec des yeux curieux et elle devait lui paraître très certainement bien impolie tant ses yeux s'attardaient sur le moindre détail du nouvel inconnu. Elle devina qu'il devait être chevalier. Même s'il n'avait pas d'armure, plusieurs détails lui indiquèrent ce fait. Il était de fait, assez négligé et aucun noble de bonne famille n'oserait se présenter devant une dame ainsi vêtu. Par pur réflexe, elle fit un pas en arrière, butant contre la chaise qui tangua dangereusement. Mais avant qu'elle n'ait pu dire quoi que ce soit, l'homme se présenta comme étant Bannor. Il lui indiqua avoir apporté ses affaires. Eliah resta quelques secondes bouche bée, se demandant comment il avait pu pénétrer sous la tente sans qu'Oemir ne s'en aperçoive, s'emparant de ses propres affaires. A moins qu'Oemir ne fut au courant. Son coeur se mit à battre plus fort. Dans le même temps un serviteur entra lui poser un plateau qui semblait composer de bonnes choses à manger et à boire. Elle le laissa partir avant d'avancer vers le chevalier et le regard suppliant le questionna.

“Avez-vous vu mon frère lorsque vous avez récupéré mes affaires ? Qui êtes-vous ? Pouvez-vous me dire pourquoi je suis ici !? Répondez pour l'amour du ciel ! Que signifie tout cela ?”

Son regard ambré se plongea dans celui de cet homme inconnu qui pouvait peut-être lui apporter des éléments de réponses. De plus, il lui avait rapporté ses affaires ce qui lui permettrait de se changer et de pouvoir se mouvoir plus facilement. Cette robe l'étouffait, la chaleur était intenable. Elle souhaita que la nuit tombe plus vite afin que la fraîcheur de la nuit vienne rassurer son âme. Que n'avait-elle sa dague ... elle aurait pu le faire parler plus aisément. Pourtant un doute s'immisça en elle quand elle identifia une lueur d'incompréhension dans le regard de son interlocuteur.

“Pourquoi êtes-vous ici ?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 2982
Age : 25
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

Lun 27 Oct 2014 - 23:07
Le chevalier ne put s'empêcher de remarquer la façon dont la femme avait reculé en le voyant. Son apparence négligée et sa barbe sauvage étaient une façon pour Bannor de défier les nobles Arnoriens qui se moquaient de ses origines étrangères et de son sang commun. Il avait choisi de reforger leurs insultes et les utiliser comme une armure. Il avait laissé pousser sa barbe, adopté un air menaçant et froid, et s'était dévoué entièrement à la défense du royaume d'Arnor. Même son choix de combattre avec un fléau d'armes lors des batailles contre les gobelins plutôt qu'avec une épée, qu'il maîtrisait pourtant bien, découlait du fait que cette dernière était l'arme préférée de la noblesse.

Il n'avait pas pour intention de faire peur à des dames de la cour ceci dit, et sentit un mélange de gêne et d'irritation; il n'avait pas à se sentir mal parce qu'il ne ressemblait pas à un prince charmant!

Ses réflexions furent interrompues par une véritable avalanche de questions de la part d'Eliah, qui le prirent totalement au dépourvu. Le chevalier se retrouva hypnotisé un moment par le regard ambré de la jeune femme, et elle sembla se rendre compte de sa confusion.

Bannor répondit sans réfléchir:


-Pour vous protéger...

Il se maudit intérieurement pour cette réponse qui correspondrait mieux à un fils de baron ayant passé trop de temps à écouter les bardes et pas assez dans la cour d'entrainement.

Il se racla la gorge, et ajouta:

-Je suis un chevalier de l'Arnor. Je ne connais pas votre frère tout comme je ne vous connais pas, je n'ai fait que suivre mes ordres...si je l'ai croisé, j'en étais pas conscient. Je...je suis là pour garantir votre sécurité, et j'en sais pas beaucoup plus que vous.

Le guerrier se tut, perplexe. Aurait-il du dissimuler son service sous l'étendard de l'Arnor? La lettre ne disait rien à ce sujet...et cette femme...était-elle prisonnière ici? Les ordres étaient de garantir sa sécurité, pas de la surveiller.

-Qui etês vous? Je ne connais que votre nom...dame Tandoril? Vous n'êtes pas en danger...

L'homme barbu s'approcha de la petite table, ses épaules larges bloquant pendant un instant les rayons de soleil qui pénétraient dans la pièce par la fenêtre. Il versa du vin dans la coupe, et le dissout avec un peu d'eau froide de la carafe, puis se tourna vers Eliah et la lui donna, maladroit, en espérant que ça la calmerait un peu.

Oui...traquer une horde de gobelins dans les Monts Brumeux était beaucoup plus facile...



Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliah Tandoril
Dame de compagnie
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 28
Localisation : Edoras
Rôle : Dame de Compagnie

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 22 ans
- -:

Lun 3 Nov 2014 - 8:00
Il n'était pas au courant. Non, cet homme ne savait strictement rien de ce qui se tramait dans cette maison. Il ne savait pas ce que cette femme lui voulait. Elle crut un moment qu'elle allait complètement désespérer. Eliah retourna près de la fenêtre afin de tenter de se calmer et de ravaler son incompréhension, sa rage et ses larmes. Mais lorsque l'homme spécifia qu'il était la pour la protéger, elle n'y tint plus et se tournant vivement vers lui le toisa avec des yeux ronds. Elle hésitait entre éclater de rire ou aller le frapper de toutes ses forces mais elle doutait que ses petits poings ne servent pas à grand chose face à lui. Et quand à rire...
Eliah commença alors à faire les cents pas dans la chambre sans réellement s'en rendre compte. Elle prit la parole d'un air renfrogné et tout persistait à montrer au visiteur qu'elle était d'extrême mauvaise humeur.

“Me protéger ... alors dans ce cas vous feriez mieux de me laisser cette clé et de partir d'ici. Enfermée dans la chambre SEULE je ne peux qu'être en sécurité !”

Cela n'avait pas de sens ! Pourquoi envoyer un homme la protéger alors qu'elle était enfermée dans une pièce qui était – presque – sans issue. Quand il y avait des gardes à l'entrée pour justement l'empêcher de s'enfuir. Tout cela n'avait ni queue ni tête et elle commençait à être fort dérangée par toute cette situation. Mais la suite la rendit tout autant perplexe. Évidemment, le chevalier n'avait pas vu son frère, évidemment il n'allait pas lui dire la vérité sur ce point. Encore que, cette fois-ci elle pouvait lui laisser le bénéfice du doute puisqu'il ne semblait pas savoir grand chose de toute façon. Mais si son frère n'était pas sous la tente, cela signifiait qu'il était peut-être à sa recherche, qu'il avait peut-être alerté la garde et que lui et ses hommes ne tarderaient pas à le retrouver ! Elle n'avait strictement aucune idée de l'immensité de la cité de Minas Tirith, a vrai dire la seule chose qu'elle en avait pu voir pour le moment était le trajet entre sa tente et le lieu du mariage et celui entre le lieu du mariage et cette maison. De plus la populace était si nombreuse dans la rue qu'elle n'avait pas pu apprécier à sa juste valeur la beauté de la cité. Elle soupira et continua à marcher de long en large, le plus loin possible du chevalier si possible. Mais autre chose la gênait. Elle murmura :

“D'Arnor... le Royaume d'Arnor ...”

Elle tenta vainement de rassembler les souvenirs qu'elle avait de la carte du royaume, mais elle ne put que vaguement le situer au nord. Elle n'aurait su dire s'il s'agissait d'un grand royaume ou pas, mais il lui était plus inconnu que le Gondor ou d'autre terres plus au sud. Dans sa famille on ne faisait pas réellement cas des gens du nord et de ce fait elle ne savait pas grand chose d'eux. Alors pourquoi un homme d'Arnor pourrait bien se trouver ici, à Minas Tirith et pourquoi diable devait-il la protéger ! Et de quoi ?

“Mais je suis rohirrime !” s'exclama la jeune femme comme si ce fait pouvait justifier quoi que ce soit.

Elle resta un moment muette et cessa de gesticuler en tout sens, regardant se déplacer tranquillement le chevalier. Il n'avait pas l'air d'être méchant et aucun de ses gestes n'étaient agressifs. La jeune femme se massa les tempes et réfléchit un moment. En admettant qu'il ne savait effectivement rien, qu'elle était réellement sa fonction auprès de la jeune femme ?
Eliah l'observa verser le vin puis l'eau et lui tendre la coupe avec une grande douceur bien qu'un peu maladroit. Mais elle ne s'en offusqua pas, d'ailleurs à peine le remarqua t-elle. Elle s'avança et prit la coupe à son tour. Elle y trempa les lèvres et laissa le liquide couler et la désaltérer. Le vin était doux et très fruité et elle se sentit tout de suite mieux.

“Eliah, je m'appelle Eliah Tandoril. Merci beaucoup ... Bannor”

Elle n'avait aucune idée des bonnes manières de la cour. Fallait-il dire ser ? Ou monsieur ? Mon capitaine ? Il fallait dire que la maison des Mortensen ne lui permettait pas de côtoyer du grand monde à part le Maréchal lui même et sa nouvelle épouse. Le vin lui avait donné faim et elle s'avança donc du plateau. Elle trempa innocemment son doigt dans le miel et le lécha goulument avant de se servir du pain et de la viande. Elle s'installa sur la petite chaise, près de la fenêtre et se perdit un moment dans ses pensées avant de mordre une bouchée de pain et de viande. Son attention se reporta de nouveau vers Bannor qui était toujours là.

“Bien, vous ne savez rien à propos de toute cette histoire et je pense que vous avez du vous en rendre compte, moi non plus. J'ai été amenée ici et je ne sais toujours pas ce que l'on me veut. Mais si vous ne savez pas pourquoi vous êtes là, vous devez au moins savoir qui vous à demandé de venir ? Êtes-vous venu pour le mariage ou juste pour me... protéger ?”

Tout indice était bon à prendre et tout en continuant son repas, goutant tour à tour au fruit au pain et à tout ce qui se trouvait sur le plateau, sans se soucier d'en proposer à son visiteur, elle toisa la chevalier. Était-ce la femme qui l'avait fait venir ici ? Ou quelqu'un d'autre ... quand allait-elle pouvoir sortir et enfin comprendre ce qui se passait ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 2982
Age : 25
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

Dim 16 Nov 2014 - 13:50
Cette femme le laissait perplexe. Il avait connu des paysannes au Belfalas et des dames nobles à la cour d'Arnor. Ces dernières se cachaient derrière un mur de bonnes manières et de conventions, se vouant à des jeux de séduction subtils qui n'intéressaient point le chevalier barbu. Mais Eliah...elle était différente. Elle était comme un livre ouvert et la colère, la peur et la confusion défilaient sur son visage à la vitesse d'un éclair...Lorsqu'elle se lança dans sa tirade tout en faisant les cent pas dans la chambre, Bannor serra les dents, irrité. Il avait chaud, était affamé et était chargé de protéger cette femme, pas d'écouter ses plaintes.

Rohirrime? Voici une révélation inattendue. Les femmes de la Marche qu'il avait connu étaient généralement blondes aux silhouettes solides bien que féminines. Les traits fins, les cheveux bruns et le teint pâle d'Eliah correspondaient davantage à l'apparence d'une dame du Gondor ou de l'Arnor.

Ses remerciements le prirent au dépourvu. Elle était presque comme une enfant, capricieuse mais capable de faire fondre ses interlocuteurs avec quelques mots honnêtes.

Le chevalier tourna son regard vers la fenêtre, ne voulant pas torturer son estomac avec la vision d'un repas consommé juste devant son nez. Il répondit:

-Je suis venu à Minas Tirith avec le reste de la délégation d'Arnor. La route entre les deux capitales est longue et plus périlleuse depuis le Rude Hiver que pendant le règne du roi Elessar...Je ne suis qu'un des nombreux chevaliers et soldats choisis pour escorter la royauté et les dignitaires venus pour assister au mariage. La mission de vous protéger m'a été assignée plus récemment, et provient du haut commandement. Vous ne savez pas ce que vous faites ici, dame Eliah, et moi non plus, mais apparemment quelqu'un de puissant tient à vous.

Bannor se racla la gorge. Il était venu ici pour déposer les affaires d'Eliah, et la discussion maladroite avait déjà duré un bon quart d'heure.

-Je dois m'éclipser, dame Eliah. Je vous souhaite une bonne soirée, nous nous reverrons sans doute bientôt.

Il sortit de la chambre, mais n'arriva pas à se forcer à fermer la porte à clef. La maison était petite, et pour sortir Eliah serait obligée de passer à côté de sa chambre de toute façon. Le chevalier n'était pas là pour jouer au geôlier. Il remit la clef au serviteur puis trouva son chemin vers la cuisine, où il fut ravi de découvrir un garde-manger de taille conséquente.

***

Une bonne heure était passée depuis le départ de Bannor, et la foule dans la rue commençait à se dissiper peu à peu. Un homme s'arrêta devant la petite maison. Il avait des cheveux longs et une barbe bien taillée. Ses vêtements étaient ceux d'un noble ou d'un prince marchand, mais sa démarche était énergique et gracieuse.


La dame aux cheveux gris qui avait emmené Eliah ici sortit de la maison et s'approcha de l'homme. Ce dernier prit la parole, sans que ses mots puissent être entendus par quelqu'un se trouvant dans la petite maison en face.

-Tout se passe comme prévu?

-Oui...mais cette fille a le caractère d'un diablotin. Je ne sais pas si à son âge on peut encore lui enseigner quelque chose...

Une grimace apparut sur le visage de l'homme, qui pourrait être interprétée comme un sourire.

-Un diablotin...oui, elle l'était déjà il y a plus de vingt ans...mais dans les circonstances actuelles, il n'y a pas le choix. Vous devez vous charger de son éducation, cela peut s'avérer très important.

Quelques autres paroles murmurées furent échangées, avant que l'homme ne s'éloigne dans la direction des bâtisses plus impressionnantes situées dans la rue.

***

Un vacarme terrible avait prévenu Eliah que quelqu'un allait bientôt entrer dans sa chambre. Elle vit d'abord le serviteur âgé, le visage rouge, tenant un fauteuil élégant à deux mains, essayant de ne pas chuter en arrière dans l'escalier. Il finit par le poser à côté de la fenêtre dans la chambre d'Eliah avec un grognement, puis essaya en vain de regagner un air d'élégance contrôlée. Le serviteur fut suivi de près par la maîtresse de la maison.

Le regard de celle-ci se tourna vers la table, le repas pratiquement terminé et les couverts dont Eliah ne s'était pas servie. Elle soupira lourdement, puis se posa avec élégance dans le fauteuil que le serviteur venait d'apporter. Ce dernier quitta aussitôt la pièce, et les deux femmes se retrouvèrent seules.

-Vous avez beaucoup à apprendre...êtes vous prête à commencer votre éducation?



Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliah Tandoril
Dame de compagnie
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 28
Localisation : Edoras
Rôle : Dame de Compagnie

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 22 ans
- -:

Sam 20 Déc 2014 - 12:41
Les paroles franches du chevalier d'Arnor rassurèrent la jeune Eliah qui se détendit quelques peu. Il ne savait rien de plus, mais il se montrait rassurant quand aux intentions de la personne qui l'avait menée dans cet endroit. Encore une fois, il suffisait juste qu'elle fasse preuve d'un peu de patiente pour comprendre à quoi rimait tout ce cérémoniale et enfin apprendre la vérité. Oui quelle était elle cette vérité qui la faisait tellement trembler, la remplissait de joie et à la fois de chagrin, elle ne le savait pas. Mais espérait très vite le découvrir. Bannor prit alors congé en lui souhaitant une bonne soirée et en lui assurant qu'ils se reverraient bientôt. Soit...
A sont tour elle devait aller se reposer. Elle laissa le chevalier sortir et se défit aussi vite qu'elle le pouvait de cette robe qui l'étouffait. Une fois cela fait, elle se laissa tomber sur le lit, laissa l'air caresser sa peau nue et savourant sa liberté retrouvée. Cette chaleur, cette chaleur étouffante ...

Elle resta ainsi un moment, perdue dans ses pensées puis quand le soulagement et l'impression de bien être commença à disparaître, elle se mit à fouiller dans ses affaires. Eliah saisit sa robe la plus légère, une robe blanche en coton fin qui paraissait flotter sur elle, avec des manches qui s'arrêtaient à ses coudes. Le tissu ne lui collait pas à la peau et le décolleté était si échancré que la chaleur avait du mal à l'atteindre. Elle noua à sa taille une ceinture de cuir marron et noua ses cheveux en une longue natte brune qui lui retombait sur l'épaule gauche. Nue pied, elle alla s'installer à la fenêtre de la chambre, regardant les passant dans la rue, observant les lumières danser dans les foyers et les tavernes alentours. Comme elle avait envie d'aller se promener dans les rues de Minas Tirith... La belle et grande cité avait toujours était beaucoup trop éloignée pour qu'elle ne puisse un jour rêvé d'y aller et pourtant elle était là aujourd'hui.

La brune ouvrit la fenêtre, laissant la petite chambre être envahit par les bruit et l'humidité du dehors. Mais fort heureusement, le soleil était tombé et la chaleur s'était atténuée. Elle se leva et se pencha pour voir un peu mieux vers le bas, pour entendre un peu mieux ce qui se passaient. Mais alors qu'elle envisageait d'utiliser la chaise afin de vérifier si le bâtiment était praticable à l'escalade, elle entendit un bruit qui provenait du couloir. Quelqu'un venait dans sa chambre de manière fort peu discrète. Elle ferma les volets et alla s'asseoir en tailleur sur son lit, attendant de voir à qui rimait tout ce vacarme. Quelques secondes plus tard, le serviteur qui lui avait apporté son repas entrait avec un canapé à bout de bras, suivit de la belle dame qui l'avait conduite ici. Les yeux ronds, Eliah ne pipa mot et attendit. Lorsque la femme se fit assise sur le nouveau canapé et lui posa la question elle se releva enfin et vint se poster devant la veille dame. Elle était bien droite et résolue. Son visage ne trahissait aucune crainte.

“Je suis prête. Dites-moi juste ce que je dois faire”.

Elle avait comprit qu'il n'était pas la peine de discuter plus avant avec elle, que si elle voulait apprendre quelque chose, elle allait devoir faire ce qu'on lui demandait. Alors si c'était dans ses moyens, elle le ferait. Elle se rendit soudain compte que son apparence pouvait paraître bien négligée. Elle jeta un regard en biais à la robe verte qui trainait par terre au pied de son lit et qu'elle n'avait pas prit la peine de ranger tant elle l'avait épuisée. Elle reporta son attention vers la femme.

“Pouvez-vous au moins me dire comment je dois vous appeler ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 2982
Age : 25
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

Mar 13 Jan 2015 - 1:39
La maîtresse de la maison regarda Eliah, et plissa le nez avec désapprobation en voyant ses pieds nus et son décolleté plongeant, le même décolleté qui avait attiré le regard du serviteur quelques instants auparavant malgré son âge avancé et son essoufflement.

Néanmoins, elle fut positivement surprise du comportement calme et obéissant de la jeune fille. Elle dit, d'une voix un peu moins sévère qu'à son habitude:

-Oui, je suppose que je n'ai pas de raison de vous refuser ça. Vous pouvez m'appeler Dame Alessa. Ce que vous devez faire? Déjà, mettez des chaussures à vos pieds, aucun homme digne de ce nom ne voudra d'une femme aux pieds calleux. Maintenant prenez ceci, et asseyez-vous.

Dame Alessa lui tendit une petite boite avec des accessoires de broderie: du tissu, un cerceau, une aiguille et des fils de couleur. Elle posa un ensemble similaire sur ses genoux, et ses doigts se mirent à enfiler habilement une aiguille alors qu'elle continuait son monologue.

-Avez vous déjà vu un jongleur? Une dame noble doit disposer des mêmes capacités de concentration et de coordination, sans le côté grotesque de la chose, naturellement. Surveiller ses bonnes manières, faire la conversation, tout en brodant et en écoutant. Oui, écouter c'est quelque chose de très important...car le sort d'un royaume ne se décide que très rarement sur un champ de bataille. Bien plus souvent, tout se joue derrière les coulisses, dans les salons et cours royales...une conversation, une argumentation habile...La reine Dinaelin ne serait pas l'épouse du roi Aldarion aujourd'hui si notre cher Alcide d'Illicis n'avait pas employé ses nombreux talents lors des festivités annuelles à Dale...Quelques mots, c'est tout ce qu'il faut pour donner naissance à une grande alliance ou pour anéantir un royaume...continuez à broder, restez concentrée.


Ses doigts habiles continuaient leur travail, et peu à peu Eliah pouvait apercevoir le dessin qui se formait sur le tissu vert: une étoile argentée aux huit bras.

-Entendre n'est pas écouter, écouter n'est pas comprendre. Vous saisissez la nuance? Sans savoir, sans connaissances, les mots qui ont le pouvoir de changer le monde vous passeront par-dessus la tête, noyés dans l'océan des paroles sans importance ni signification. Seuls les naïfs pensent que le pouvoir c'est uniquement la richesse et la force du bras...le savoir, voici le pouvoir réel. Souhaitez vous être puissante, Eliah?

Elle se tût pendant un court instant, en regardant la jeune fille dans les yeux, puis rajouta:

-Dites moi alors, que savez vous du royaume de l'Arnor? Sa géographie, son histoire, ses coutumes et sa politique...que représente pour vous cette contrée lointaine?



Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliah Tandoril
Dame de compagnie
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 28
Localisation : Edoras
Rôle : Dame de Compagnie

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 22 ans
- -:

Mar 13 Jan 2015 - 17:53
Enfin quelque chose de positif. La dame Alessa avait bien voulu lui donner son nom et étrangement, cela lui procurait beaucoup de joie. Elle avait l'impression qu'enfin il allait se passer quelque chose et que tout commencerait tout d'un coup. Elle se sentit tout d'un coup stupide de se présenter devant cette dame si bien vêtue avec ses vieux vêtements. Et Eliah se sentit encore plus démunie lorsqu'elle fit références à ses pieds nues. Elle voulut répondre que ses pieds étaient très bien soignés et qu'elle aimait marcher nues pieds, mais elle s'abstint et en y réfléchissant bien, c'était surement la meilleure chose à faire. La situation commençait à être plus claire et quand Dame Alessa parlait d'éducation elle devinait qu'il s'agissait de son comportement. Néanmoins elle ne put s'empêcher de bougonner pour elle même tout en allant enfiler des petites chaussures en tissus usé. “Un homme... quel homme...”

En effet, la jeune femme n'avait pour le moment pas vraiment réfléchit à ce genre de choses. Les hommes, la vie d'après. Mais après quoi ? Et bien, après les aventures qu'elle s'était promis de vivre très certainement. Et pourtant aujourd'hui, elle n'était plus sure de rien. Cela faisait plusieurs mois qu'elle avait quitté sa petite maison dans les champs et tellement de choses s'étaient passées. Difficiles, plein d'émotion mais aussi de bons moments et de belles rencontres. Elle grandissait à présent et Alessa avait raison, elle devait se comporter correctement. La brune alla s'installer sur le fauteuil près de la vieille dame et elle ne put s'empêcher d'ouvrir la bouche quand elle vit ce qu'on lui tendit puis une horrible grimace lui tordit le visage. De la broderie ! Tout ce que la jeune femme détestait. Elle avait bien aidé sa mère pendant plusieurs heures à faire un beau napperon et son père aimait à la voir travailler comme une vraie femme plutôt que de s'enfuir avec ses frères, mais elle, préférait courir les champs avec eux et aller dans la forêt. La liberté, le grand air, voilà ce qui lui plaisait ! La broderie c'était pour les jours d'hiver trop froid pour que l'on puisse sortir et aux dernières nouvelles, la chaleur était bien présente !

Néanmoins la belle demoiselle attrapa le tissu et y planta l'aiguille. Elle savait faire, sa mère lui avait appris. Elle n'était pas aussi douée qu'elle, mais elle savait faire les choses basiques. Elle se mit donc à l'instar de la matronne à faire jouer son aiguille et son fil dans l'ouvrage. Eliah ne pensait vraiment pas réellement à ce qu'elle faisait, elle brodait machinalement, faisant ce qu'elle savait faire le mieux. Elle entreprit donc de broder une feuille. Mais alors qu'elle pensait que le cours consistait à broder, elle fut surprise que Dame Alessa se mette à discuter avec elle. Evidemment, le but était de déconcentrer la jeune femme durant son ouvrage, ce qui ne manqua pas de se passer. Elle se pique tout d'abord le doigt et le porta a sa bouche afin de ne pas tâcher le tissu de sang puis posa ses yeux sur la Dame. Elle ne leva pas une seconde ses yeux de sa broderie pendant qu'elle discutait. Eliah garda les yeux fixés sur elle un moment et essaya de déméler ses paroles. Elle parlait d'un jongleur puis parla de la nouvelle reine et la jeune femme ecarquilla les yeux de stupeur. Alors tout se jouait ainsi dans des salons...

Elle se fit réprimander et recommença sa feuille qui avait déjà prit une belle allure. Elle garda cette fois les yeux rivés sur son aiguille et écouta avec plus d'attention, puisque c'était cela qu'on lui demandait. Écouter avec concentration et patiente, écouter et comprendre surtout. Comprendre, analyser et savoir répondre quand il le fallait. Des mots... seulement des mots pour changer une situation. Elle avait du mal à y croire et pourtant ... elle se remémora ses journées à Aldburg. En effet, ses discours et son franc-parler lui avait valut quelques remontrances, mais aussi des amitiés. Son coeur se serra un moment et son aiguille fit un accro dans le tissu. Elle se mordit la lèvre et tenta de le dissimuler sous une liane. Et voilà du travail en plus ! Mais très vite se fut à son tour de parler. A la question qu'on lui posa, si elle voulait devenir puissante, elle répondit sans même réfléchir.

“Oui”

Et c'était la vérité. Elle était parti pour cela, pour s'élever dans ce monde, pour devenir quelqu'un. Elle voulait cotoyer les châteaux et les grandes gens, elle voulait vivre des histoires ennivrantes et porter des robes à vous couper le souffle. Elle voulait qu'on la regarde et qu'on chuchote sur son passage qu'elle était belle. Elle baissa néanmoins la tête, un peu honteuse de sa réponse trop hâtive. Puis une autre question vain, qui la laissa un peu plus pantoise. Le royaume d'Arnor...

J'y connais seulement ce que mes frères et mes parents ont bien voulu me dire la-dessus. Ou par les conversations que j'ai pu surprendre. Je sais qu'il se trouve plus au nord ouest du Rohan. Il est immense et que le roi s'est marié aujourd'hui. Je sais aussi que l'Arnor a eu quelques soucis il y a quelques temps à cause d'une sorte de secte ? ... mais pas grand chose de plus. A vrai dire pour moi cela a toujours été une contrée assez lointaine. J'étais trop accaparée par la place forte du Rohan pour m'inquièter d'autre chose. Pourquoi cette question ? ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 2982
Age : 25
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

Mer 21 Jan 2015 - 3:22
Malgré la réprimande qu'elle fit à Eliah lorsque celle-ci se piqua le doigt, Dame Alessa n'était pas mécontente. La jeune femme savait broder et semblait s'investir dans l'exercice de concentration avec beaucoup de détermination.

Elle fut surprise par le "oui" spontané de jeune dame de compagnie. Ainsi, la fille avait de l'ambition... intéressant. Elle en aurait besoin si elle souhaitait suivre le chemin qui s'ouvrait devant elle.

La maîtresse de la maison écouta la réponse d'Eliah, jusqu'au moment où elle entendit le mot 'secte'. Pour la première fois depuis le début de leur conversation, l'aiguille que ses doigts maniaient si habillement s'immobilisa, et son regard s'assombrit pendant un moment. Elle inspira lentement...puis se ressaisit, et toute trace d'émotion disparut à nouveau de ses traits. Ses doigts se remirent à leur travail subtil.

-Pourquoi cette question? Comme vous dites, le pays est immense, et son roi s'est marié aujourd'hui. Son épouse précédente et ses trois enfants ont péri au cours de cette lutte contre les ennemis des Peuples Libres... Aldarion est sans héritier, et il ne sera pas facile pour lui de se débarrasser de tous les ennemis qui aujourd'hui affichent des faux sourires et lui souhaitent une vie de bonheur avec sa nouvelle femme. Vous rendez vous compte de l'importance de l'Arnor, Eliah? Voici un royaume puissant qui vient de se lier, par le biais d'une union personnelle, d'un mariage, à la cité état de Dale: un pays de petite taille certes, mais aussi de richesse incroyable et d'une situation commerciale unique. Même le grand royaume du Gondor aurait du mal à rivaliser avec ces deux pays en terme d'influence, s'ils venaient à agir ensemble.

Elle leva le regard pour vérifier si la jeune femme suivait toujours son monologue avec attention, puis continua:

-Et ce n'est pas tout. Vous savez peut-être que le grand roi Elessar prit la couronne du Royaume Réunifié de l'Arnor et du Gondor il y a 300 ans. Il établit la capitale à Annuminas, en Arnor. Minas Tirith demeura un lieu d'importance naturellement, mais le royaume du Gondor fut quelque peu marginalisé...jusqu'à ce que le Royaume Réunifié soit divisé à nouveau entre les frères jumeaux Méphisto et Irimon. Méphisto est à présent le Haut Roy du Royaume Réunifié, et Roi du Gondor en même temps. Il a déplacé la capitale à Minas Tirith. Aldarion, son neveu, règne sur le royaume d'Arnor. Mais le jour où Méphisto rejoindra ses ancêtres, et prions que son sang de numénoréen le garde en vie longtemps, Aldarion deviendra Haut Roy. Annuminas sera à nouveau capitale, et la puissance de l'Arnor augmentera encore...

Dame Alessa se tût pendant un court instant, se rendant compte que l'explication pouvait paraître un peu complexe à la jeune fille.

-Vous comprenez donc mon enfant, qu'une personne qui souhaiterait gagner de l'influence dans ce monde a toutes les raisons de miser sur l'Arnor. Cependant, vous avez encore beaucoup à apprendre. Ce soir, vous vous familiariserez avec ces deux ouvrages.

La femme posa son cerceau de broderie avec l'étoile d'Arnor à présent terminée, et prit en main deux petits livres avec des couvertures en cuir, qu'elle tendit à Eliah. Les titres étaient 'L'Arnor, joyau de la Couronne: une synthèse' par Niklaas Makiavel, et 'Chronologie du Quatrième Age' par Gorion Hautebottes.

-Avez vous des questions...?

***

La soirée se transforma en nuit, bien que les festivités étaient loin de s'achever dans la Cité Blanche. Dame Alessa finit par laisser Eliah toute seule, après lui avoir souhaité une bonne nuit.

Le lendemain matin, un frappement caractéristique se fit entendre à la trappe qui menait vers la chambre de la jeune fille...

-Dame Eliah...?

La voix grave de Bannor se fit entendre.


[HRP] J'ai mis des liens vers deux sujets du contexte dans les titres des livres, je t'invite à te familiariser avec eux si tu ne l'as pas fait auparavant, et choisir quelles informations Eliah aura pu retenir Wink [HRP]



Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haïti-Éducation: Pourquoi nos meilleurs élèves s'exilent-ils?
» L’éducation soutient l’établissement d'une kleptocratie
» Haiti-Politique :Fonds national d’éducation : illégale, la méthode utilisée
» L'Éducation: Antidote contre le racisme - y compris le racisme anti-soi-même
» Gouvernement et éducation!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Minas Tirith et Gondor - :: Minas Tirith - Le Haut de la Cité-
Sauter vers: