tout travail.....

Aller en bas 
Soupir
Assassin
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 26
Rôle : assassin

~ GRIMOIRE ~
- -: elfe
- -: inconnu
- -:

Mer 29 Oct 2014 - 19:29
La journée fut étouffante, et la poussière soulevée par le passage incessant des riverains a chargés la rue de fragrances sèches et rancies. Chacun vaquait à ses occupations.
Dans un coin, le marchand vante à qui veut l’entendre la qualité de ses produits, hurlant à s’en cracher les poumons. Il finit parfois ses phrases par une toux grasse et sèche, puis recommence de plus belle, interpelant d’anonyme passant. Un homme s’arrête à son stand. S’il édulcorait les qualités de ses marchandises jusqu’à maintenant, l’arrivée d’un client le rend dégoulinant d’hypocrisie. Il l’accueil comme si s’était le seigneur d’une cité, s’écrasant devant ces possible bénéfices, vantant ses mérites comme s’il les avait ramené lui-même d’un quelconque tombeau obscur.
L’homme ne semble pas intéressé malgré la batterie de superlatif utilisé par le vendeur. A son départ, le marchand grogne dans sa barbe quelques jurons sur le temps perdu et reprend sa parade nuptiale, espérant ramener le plus de profit dans son nid d’hiver.
Là-bas, un groupe d’enfant des quartiers pauvre jouent autour d’une fontaine à peine remplit d’une eau saumâtre. Crasseux, mal habillés, ils sont évités instinctivement par les passants, chacun connait les bandes d’enfants voleur, ou se retrouver au milieu d’un groupe joueur signifie alléger sa bourse de manière significative.
Ceux-ci semble complètement désintéressés de ce qui se passe aux alentour. S’arrosant autant de cri que d’éclaboussures, ils éclatent d’une joie simple et pure, les petites choses de la vie ont encore un effet sur eux.
Un mendiant, accoudé à un muret, appelle à tous la charité d’un sous ou deux, remerciant ses créditeurs par mille serments et autant de bénédiction.

« Les mendiants sont les seuls vrai prêtre de nos jours, disait son maitre, car quand ils nous bénissent, ils sont sincères. Et eux, au moins, t’aideront mieux que les dieux »

Ouvrant son livre avec une main couverte de cicatrice, un homme simplement habillé de toile usé marqua cette dernière phrase dans les partie encore vierge de son livre. Il décrivit avec nombreux détail ce qu’il voyait, ce qu’il pensait, ce qu’il imaginait. Il était toujours surpris par la quantité de détail qu’il pouvait relire chaque soir dans ses volumes. Peut-être cela se vendrait bien, se disait-il certain jour ? Mais l’idée était presque chassée avant d’être pensé et l’homme restait maître de ses secrets.

Un troubadour, installé plus loin, commença quelques chansons de son cru. Sa voix manquait d’une expérience certaine mais on sentait une certaine innocence dans celle-ci. Elle raconta les exploits passée de quelques héros des temps immémoriaux, chacun s’illustrant à telle ou telle bataille, se mariant, enfantant et mourut, d’une manière qu’il lui paraissait toujours exagéré. Comment une simple créature de chair et de sang pouvait accomplir et vivre autant en une vie ?
L’homme en toile écouta longuement la voix chanté, s’arrêtant pour quémander quelques piécettes qui lui payeront un bon repas ce soir.

Quand le troubadour eut fini, la nuit pointait déjà du bout de son air suave l’arrivée des fraicheurs estivales. Encore une fois, l’homme en toile avait perdu une quantité de temps non négligeable avec ce chanteur, mais cela arrivait fréquemment. Il savait que celui qu’il allait voir l’attendrait.
Rangeant délicatement son ouvrage dans son étui, l’homme se dirigea vers le fond de l’allée. Navigant entre les étales qui serait bientôt rentrés pour la nuit, l’homme suivait sans réfléchir, un chemin passant par des escaliers, des places de différentes tailles et traversa une rue entièrement remplit de taverne déjà animée et bruyante. Il semblerait que l’alcool était servi de bonne heure en ces établissements.
L’homme s’arrêta, se demandant encore une fois ce qu’il cherchait par ce chemin des plus alambiqués. Ouvrant son livre, il farfouilla jusqu’à trouver la date du jour, du moins la supposait-il.

« Rdv à l’allée des 3 plumes, boutique des lettres, commande de livre. Le marchand nous connait »

L’écriture était la sienne, aucune possibilité de se tromper. Il continua de marcher, son instinct se liant à l’habitude pour le guider, bien plus que la connaissance des lieux.
Après un long détour qui ne rappelait rien à l’homme, il arriva devant une devanture en bois usé, un écriteau en forme de plume avec un E en travers siégeant au-dessus de l’entrée. L’homme fixa longuement l’écriteau, celui-ci le fixant sans bougeait à son tour.
Un coup de vent fit bouger en grinçant la planche de bois grossière. L’homme y vit une invitation et rentra donc à l’intérieur.
L’odeur singulière de poussière et de vieux papier attaqua ses sens. Il huma les relents des ouvrages entreposaient ici et là sans qu’il y voit une logique quelconque de rangement. De ci de là il vit des encriers et des rouleaux posé machinalement ou il restait un semblant de place. Cet endroit mériterait un grand nettoyage.
Un petit vieillard bedonnant, de ceux qui ne connaisse pas d’activité physique, était installé à la caisse, quelques ouvrages mystérieux ouverts sur un passage absorbant totalement celui-ci.

« Ce sont nos meilleur client, disait le maître. Ils sont incapable de faire du travail correct alors il nous paye pour le faire. »

Ouvrant son propre livre, l’homme en toile écrivit la phrase qui venait de passé à travers sa mémoire déficiente. S’il pouvait travailler seulement pour des gens comme lui…. Comme pour confirmer ce qu’il pensait de ce genre de pensée, le parquet grinça bruyamment sous ses pieds. Pas besoin de noter ce genre de chose alors.

« …..attendez plus dites-moi. »


Le marchand devait avoir commencé à parler alors qu’il était encore réfugier dans ses pensées. Un monde tranquille ou la vie était simple et sans trop de problème.

« …cherchez, attendez moi la »


Encore, soupira pour lui-même l’homme en toile. Encore dans ses pensées.

Le marchand l’abandonna quelques minutes qui parurent court en vérité, son attention happée par divers livres ouvert à droite à gauche. Il le prit dans les mains machinalement et le lu  sur quelques pages. Le livre ne racontait rien de spécial, une histoire de chevalier, de sorcier toujours mauvais et d’une princesse qui devait être secouru. Mais il y avait un « je ne sais quoi » dans son écriture, dans son verbe qui captivait complètement l’homme. Si bien qu’il ne sentit même pas un autre homme le bousculer.
Complètement surpris, l’homme en toile tomba par terre sans réussir à se retenir à quoi que ce soit. Assis alors sur le parquet, au pied d’une table entièrement remplit d’ustensile destiné à l’écriture, l’homme vit qu’un encrier avait roulé sur le bord de la table. Son encre se vidant comme une plaie, le liquide visqueux et noir glissa négligemment sur la protection en cuivre du journal de l’homme.
Comme dans un rêve, l’homme en toile sentit qu’il n’avait plus de poids, que le monde autour de lui se déformait. Les oreilles sifflantes, les tempes battant la mesure d’un cœur en pleine excitation, l’homme en toile sentit une vague de chaleur se rependre de son ventre pour remonter comme un feu de forêt jusqu’à son visage.
Il pensa à son maitre qui lui avait expliqué que son visage blafard se strier de veine bleu quand la rage lui monter au cœur. C’était donc ça qu’il ressentait, de la rage.
Un nouveau regard vers le livre, ses yeux devaient loucher car il ne voyait plus qu’un sang épais et poisseux se rependant sur le sol. Une main sur la chaise de paille, il se força à se lever sans vouloir faire plus. La paille crissa sous ses doigts comme une lame crisse sur un os.
Et comme si la pièce était envahie de spectre vorace aux corps éthérés, l’homme en toile leva son visage vers la créature qui venait d’offrir son âme à quelques divinités des enfers. L’humain était grand, aussi carré de corps que de mâchoire. Une armure brillante plus que nécessaire lui renvoya son visage. Les torches sous verre de la boutique lui offrir le reflet d’un fantôme cendré au regard de braise. L’humain au nez aplati renifla négligemment en le voyant se relever. Cette mimique fit bouger la cicatrice qui traversait son visage de haut en bas. Puis il s’éloigna, suivit comme hanté par des ancêtres mécontent, il reparti vers le comptoir. L’homme en toile jura qu’un spectre lui demanda de…. Non les spectres ne sont qu’imagination sans intérêt.
L’humain frappa un coup bruyant sur la planche qui servait de comptoir. Un peu de poussière tomba du plafond et atterri sur ca cicatrice, glissant et descendant celle-ci.

« OOOH MARCHAND, cria l’inconnu, c’est l’heure de la dîme du seigneur L’Ogar alors aboule et plus vite que ça »


Le marchand revint en vitesse, un fatras de livre et de plume dans les mains. Il posa le tout sur le comptoir, à distance respectable de l’Humain. Se caressant les mains pour se donner du cœur au ventre, bégailla vers l’humain.

« Pardon sire, mais le payement était prévu pour dans une semaine, je n’ai malheureusement pas les…. »


L’humain frappa du poing sur la table encore plus fort, si s’en était possible. Il beugla et hurla divers ineptie que l’homme en toile ignora, non lui notait scrupuleusement la description de l’Humain sur son carnet. Ses habits, sa cicatrice, ses mouvements, son ton de voix et encore bien d’autres détails susceptibles de le retrouver. L’Humain  s’énerva, tempêta tandis que le pauvre marchand ouvrait sa caisse au bord de la crise de nerf. L’échange dura plus que nécessaire.
A la fin de celui-ci, l’Humain récupéra ce qui semblait être une coquète somme pour un marchand de livre. Tous cru qu’il s’en ira le dessus. L’humain se redressa, long de toute sa carrure massive. Et jeta tout le matériel du comptoir sur le sol. Un sourire de carnassier satisfait perla sur son visage. Après un rire qu’on pouvait qualifier de ridicule, L’Humain partit avec sa bourse pleine. Le marchand dépitait garda son visage entre ses mains. L’homme en toile s’approcha du tas de papier écrasé par la violence de l’Humain. Au milieu des plume et livre en tout genre, il put voir une couverture qu’il reconnaitrait mille fois, à des années d’intervalle. Un livre avec une étoile à quatre branches. Le prenant religieusement du bout des doigts, l’homme  ouvrit son rangement à livre et l’inséra à côté de son frère.

Le marchand excisa une excuse que de toute manière, il n’entendit pas. L’homme répondit d’une voix cassé pas l’inactivité.

« Demain, tout sera en ordre »


Le dessus il quitta la boutique sans se retourner. Ouvrant le premier ouvrage, il déchira avec respect la feuille qui décrivait l’être honnis. Il était venu commander un nouveau livre en étoile car celui-ci était bientôt plein. Ayant une mémoire très handicapante, celui-ci ne pouvait pas se permettre d’utiliser un volume plein sans d’autre d’avance. Il ouvrit le nouveau, à sa manière, comme si une cérémonie connu de lui seul était en cour. Il prit une plume et écrivit les premiers mots de ce nouveau membre de sa famille. Ce furent deux simples mots. Deux simple mot mais donnant un ordre des plus terrible.

« TUER L’OGAR »


Ce soir, l’homme de toile reprendrait son nom, ce soir, Soupir aurait du travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout travail mérite salaire
» Tout travail mérite salaire
» Au même titre que le bar est fermé, sauf si c'est un poisson, tout travail mérite salaire.
» HAITI-JOBS-HAITI-TRAVAIL-HAITI TRABAJO-HAITI EMPLOIE-EMBAUCHAGE
» Les aventuriers vont jamais tout droit...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Minas Tirith et Gondor - :: Les Ruelles du Premier Cercle-
Sauter vers: