Comme l'imagination a créé le monde, elle le gouverne

Aller en bas 
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 900
Age : 28
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Sam 10 Jan 2015 - 18:50
Afin de se délasser l’esprit et d’oublier un moment les mauvais présages qui pesaient sur lui Nathanael quitta sa mansarde pour gagner la Maison des Contes et des Légendes. Les derniers évènements avaient été riches en rebondissements et, depuis la débâcle d’Assabia, son inventaire d’histoires et de fables s’était considérablement étendu. Face à l’horreur et à l’angoisse des derniers mois il avait surtout narré le souvenir de temps plus heureux où le petit peuple prospérait sous un climat doux et des cieux plus cléments. Le Rude Hiver avait détruit de nombreuses récoltes et beaucoup craignaient la famine. L’arrivée brusque d’un été chaud et sec était perçue comme une menace de plus. Les plus érudits craignaient le courroux des Valars, d’autres parlaient de mauvais esprits et quelques uns avaient évoqué le retour du roi Noir à l’Est … Malgré tous ces siècles Sauron avait laissé une trace indélébile, quoi que déformée, dans la mémoire populaire.

Le soleil drapait entièrement la Cité d’un voile lumineux lorsqu’il entra dans la grande bâtisse où se réfugiait la fraîcheur matinale. La différence de température lui arracha un petit frisson. Quelques enfants écoutaient un homme qui imitait à la perfection le cri d’un Mûmakil et qui semblait reconstituer une scène de combat opposant Gondoriens et Haradrims. Les enfants ouvraient des yeux ébahis, hésitant entre l’admiration et la crainte. Plus loin une file d’hommes et de femmes serpentait jusqu’à une unique table où un scripte griffonnait sur du parchemin ce qu’on lui commandait d’écrire : lettres de doléances, missives,  ...

Nathanael s’avança au devant du cortège d’illettrés et entra dans une seconde pièce où un feu luttait vaillamment contre l’obscurité. Une silhouette avachie somnolait à côté de l’âtre. Nathanael s’avança  et secoua avec rudesse l’épaule d’un de ses pairs. L’homme sursauta et failli choir de son siège avant de reconnaître le curieux intrus qui venait de le réveiller sans ménagement.

- Natha … nel !?
- En personne ! Réveille-toi vieux corbeau, j’ai besoin de travail pour ce soir.


L’homme avait effectivement des traits sensiblement similaires à ceux de l’animal au plumage noir. Ses cheveux d’ébène étaient en bataille et surplombaient des yeux sombres où brillait une lueur qui semblait provenir d’un autre âge. Son long nez proéminent était un véritable promontoire et Nathanael se fit la réflexion qu’en cas de pluie il devait avoir la bouche au sec.

- Où étais-tu passé ? Encore à la poursuite de nouvelles histoires pour agrandir ton prestige et nous faire de l’ombre ?
- En quelque sorte …
 Et Nathanael le gratifia d’un rictus indescriptible. Si tu me laisses une place pour ce soir je t’accorderai peut-être quelques confidences. Sinon tu sais où tu pourras te mettre mon amitié.
- Toujours aussi aimable…


Et l’autre prit un air grincheux. Les deux hommes discutèrent pourtant tambour battant durant toute l’après-midi. Aucune nouvelle en Terres du Milieu ne fut laissée pour compte, et Nathanael se mit rapidement au courant des dernières rumeurs ainsi que des derniers arrangements politiques que l’on pressentait ici et là. La situation au Rohan s’était améliorée, les combats fratricides se faisaient de plus en plus en rares et les dernières escarmouches étaient issues du fruit de la vengeance et non de l’esprit tordu de certains pouvoirs seigneuriaux. Nathanael eut une pensée pour son frère et espéra sincèrement qu’il ne se mêlerait pas à des affaires trop grandes pou lui. Ils évoquèrent rapidement le mariage de Tar Aldarion et de sa nouvelle femme, de toute beauté, ainsi que des nouvelles possibilités qu’entraînerait la noce. Chacun essaierait de prendre une part de gâteau, cela allait de soi.

Après la tombée de la nuit l’agitation se fit plus grande dans la vaste salle de la Maison des Contes. La journée de labeur finie, les gens venaient se délasser l’esprit en espérant entendre parler de jours meilleurs et d’un passé épique. Les petites gens arrivaient pas petits groupes, des enfants courraient ici et là en attendant que l’on demande le calme avant l’arrivée du premier conteur. Nathanael avait savamment négocié la seconde place et se présenterait une fois que tout le monde serait arrivé. Il n’aimait guère parler au milieu du vacarme populaire. Son ami se leva et se présenta à la petite foule pour calmer les bavardages et introduire la veillée. Nathanael demeura seul un moment avant que son tour ne vienne, contemplant la danse des flammes dans la haute cheminée.

Il fut sorti de ses songes par des applaudissements et quelques sifflements qui récompensaient, ou moquaient pour certains, la prestation du jeune conteur qui venait de passer. C’était à son tour à présent. Avec tout l’art dont il savait faire preuve, il rentra sous le couvert de sa cape, le capuchon rabattu sur son visage, frappant d’un rythme régulier le sol de son long bâton de marche. Un silence tendu fit place au bourdonnement des voix. Un silence pesant emplit la salle alors qu’il maintenait son silence. Il fit atteindre son paroxysme au trouble qui saisissait son auditoire avant de se mettre à entonner d’une voix grave les premières paroles d’un chant gondorien. Suivirent ensuite plusieurs contes sur la splendeur de la Cité Blanche aux temps anciens ainsi que l’inévitable légende à propos du seigneur Aragorn qui mit fin au mal à l’Est et assura paix et prospérité dans l’ensemble des Royaumes Réunifiés.

Nathanael parla jusqu’à ce que la lune naisse et baigne les Montagnes Blanches de sa lueur blafarde. Il laissa place au conteur suivant en disparaissant dans un nuage de poudre et de fumée qui fit le plus grand effet sur les esprits crédules. Il rejoignit la salle où brûlait toujours le petit feu tout en époussetant ses vêtements ainsi que sa barbe. Il réprimait une quinte de toux ainsi qu’un petit rire … il en fallait peu pour impressionner les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 18
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Dim 11 Jan 2015 - 13:10
Le soleil couchant envoyait une dernière et faible lueur orangée sur les bas quartiers de Minas Tirith. Si ces derniers n'avaient rien à voir avec les autres quartiers miséreux des villes de l'Est , ils contrastaient tout de même avec la magnificence et la majestuosité qui se dégageait de certains endroits de la Cité Blanche. Au milieu des mendiants et des vaillants travailleurs modestement vêtus un homme à l'allure singulière s'avançait d'un pas décidé. Vêtu d'une magnifique armure scintillante marquée par le blason de la Maison Royale du Rohan , les cheveux coupés à hauteur des épaules , rasé de près et le regard déterminé il se frayait un chemin dans la foule qui le fixait avec des yeux ronds. Si les habitants avaient pris l'habitude de croiser des hommes qui semblaient étrangers dans les beaux quartiers en raison des récentes noces , ces invités de marques ne se baladait habituellement pas ici. Mais le capitaine Learamn n'était pas là pour se promener, il venait de sortir de l'"interrogatoire" de Shiva , une agent de l'Ordre , ou de la séance de torture , tout dépendait de point de vue . Celle-ci avait révélée que des agents de l'Ordre avait infiltré la cité portuaire de Pelargir et la dirigeaient désormais et , alors qu'il ne s'y attendait pas du tout , le vice-roi Mortensen proposa de mettre Learamn à la tête d'une expédition qui aurait pour but de reprendre la cité de la main des sbires de l'Ordre. Le jeune homme n’avait pas peur de ce qui l’attendait là-bas mais il appréhendait tout de même de devoir commander des troupes composés d’étrangers sûrement plus âgés et plus expérimentés que lui . C’étaient des agents de l’Arbre Blanc et de la Rose Noire , les services secrets de l’Arnor dirigés par un certain Sirion Ibn-Lahad , l’intimidant geôlier de Shiva . Certes en tant que capitaine de la garde royale du Rohan il avait déjà dirigé des hommes mais ce n’était que quelques patrouilles de cavaliers rohirrim jamais confrotnés à une telle situation de crise.
D’un autre côté Learamn était flatté de voir que c’était lui que le vice-roi Mortensen avait choisi pour mener cette mission à bien . Il y avait à peine quelques années le jeune capitaine était encore un soldat inexpérimenté dans les rangs du roi félon Hogorwen mais depuis il avait évolué et progressé et Mortensen avait décidé de récompenser le jeune homme. Depuis son retour de Vieille-Tombe , Learamn avait eu le temps de se reposer et de se ressourcer après ce qui avait été un voyage extrêmement éprouvant au cours duquel il avait plusieurs fois failli trouver la mort , il était en pleine forme et un peu d’action ne ferait pas de mal au guerrier qu’il était devenu.
Mais avant de songer au départ Learamn devait s’occuper de quelque chose , juste après la fin de l’interrogatoire la représentante de l’Arbre Blanc , Neige une guerrière qui n’avait rien à envier aux combattants masculins l’avait informé qu’un de ses agents répondant au nom de Nathanaël venait de revenir de Pelargir et qu’il pourrait potentiellement l’aider à s’infiltrer dans la Cité. Sans plus attendre , le capitaines s’était immédiatement mis à la recherche de cet homme. Neige lui avait indiqué qu’il pourrait peut-être el trouver dans une maison de conteurs sobrement nommé “ La Maison des Contes et Légendes” où il se plaisir à faire le récit de faits et exploits passés. C’était donc là que Learamn contait se rendre et une fis arrivé à la bonne adresse il poussa la porte du bâtiment qui grinça légèrement. Quelques regards se tournèrent alors vers lui mais se redirigèrent immédiatement vers le conteur qui semblait presque hypnotiser son public . S’efforçant de faire le moins de bruit possible le rohirrim s’installa au fond de la pièce , et observa silencieusement les personnes se trouvant des cette pièce imprégné de l’odeur de l’hydromel et du tabac. Les conteurs se succédaient au fil des minutes avec plus ou moins de succès quand ce fut le tour d’une homme à la stature imposante et à la barbe fournie qui commença à parler d’une voix grave. Le public fut immédiatement captivé et buvait littéralement ses paroles. Cet homme maîtrisait à merveille les arts de la rhétorique , du geste et de la théâtralité et Learamn avait l’intuition que c’était l’homme qu’il cherchait , il n’aurait su le dire exactement pourquoi mais il correspondait à la brève description dont Neige lui avait faite. La barbe , sa manière de captiver le public . Alors il disparut dans un volute de fumée sous les yeux ébahis du public naïf , Learamn jura intérieurement . Il devait toutefois y avoir une arrière salle où se réunissaient les conteurs. Il se leva et se diriger derrière l’estrade , un homme l’arrêta mais le rohirrim n’eut aucun mal à le convaincre de le laisser passer en lui montrant qu’il n’avait pas d’armes et qu’il venait sur l’ordre de l’armée. Il pénétra dans l’arrière salle où régnait faiblement un feu , les quelques hommes qui s’y trouvaient se tournèrent vers le nouveau-venu qui ne semblait pas être un nouvel employé. Learamn fixa le conteur barbu avant de rajouter d’une voix claire comme s’il s’adressait à tout le monde.

-On m’a dit qu’un conteur répondant au nom de Nathanaël travaille ici , j’aimerais lui parler



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 900
Age : 28
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Mar 13 Jan 2015 - 12:51
Il conversait avec l’homme au profil de corbeau lorsqu’un étranger pénétra dans la salle. Nathanael refusait toute négociation à son ami qui le pressait de lui apprendre à disparaître comme il l’avait fait. La prestidigitation était un art difficile à manier et si n’importe qui s’en servait, n’importe comment, il craignait fortement que des « magiciens » de basse fosse n’apparaissent soudainement comme des herbes folles. Il savait que son petit tour avait eu le plus grand effet sur son auditoire et qu’une poignée de poussière, de cendre et d’une poudre un peu spéciale pouvait vous faire passer pour le détenteur de pouvoirs surnaturels. Et s’il éprouvait toujours un certain amusement à pratiquer ce tour, il craignait en contrepartie qu’on l’accuse de sorcellerie … comme un funambule, il marchait sur un fil fragile. L’imagination et la crédulité faisaient faire bien des choses, aussi bonnes que mauvaises, aux simples mortels. Il allait exprimer sa pensée aux autres conteurs au moment où son nom tinta à ses oreilles. Il se retourna et vit avec un certain étonnement que l’étranger en question était un rohirrim dans tous ses apparats.

Il eut l'impression étrange de voir son frère devant lui, prêt à partir en guerre, le regard dur et déterminé. Les flammes se reflétaient sur les pièces polies de l’armure et semblaient les transformer en or. L’homme qui se tenait ainsi devant lui paraissait venir d’un autre âge, perdu et lointain. Il fut sorti de ses pensées par son ami qui venait de lui marcher volontairement sur le pied pour le faire réagir. L’étranger devant eux se trouvait n’être qu’un jeune homme caparaçonné dans une cuirasse de métal où brillaient les insignes du Rohan. Nathanael se leva et se dressa face à lui. Il dominait de quelques centimètres le garçon, car il se trouvât que ses traits étaient jeunes, et cette simple différence le rassura quelque peu. Il n’était pas dans ses habitudes de se faire héler par des hommes en armes et l’issue de ses rencontres avec des membres de l’armée était rarement heureuse. C’est donc avec la plus grande méfiance, qu’il affichait clairement, et une pointe de curiosité qu’il répondit au Rohirrim.

- Il se trouve devant vous … capitaine … ?

Ayant servi lui-même dans l’armée rohirrime dans sa jeunesse il avait reconnu les insignes propres à ce grade, néanmoins il ne parvenait à mettre de nom sur ce visage pourtant familier. Il était certain de l’avoir vu durant le mariage de Tar Aldarion et de sa délicieuse femme mais aucun nom ne lui revint en mémoire. Quelle importance après tout ? Il saurait bien assez vite comment se nommait le jeune homme, plus important était de savoir ce qu’il lui voulait.

- Que me vaut l’honneur de votre visite ? Il n’est guère familier ici bas de voir circuler les hauts représentants de l’armée du Rohan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 18
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Ven 16 Jan 2015 - 14:54
Il y eut un bref mais lourd silence dans les secondes qui suivirent la requête de Learamn , puis un homme assis dans un coin de la pièce ,n qui conversait jusqu'alors avec un autre homme se leva et jaugea le capitaine rohirrim. En le regardant de plus près le jeune homme reconnut le conteur barbu qui avait tant fasciné son public avec son histoire , celui-ci était dominait Learamn : le dépassant de plusieurs centimètres et arborant une carrure impressionnante mais le rohirrim ne cilla pas ; le colosse ne l'effrayait pas , après tout il ne venait pas en ennemi et il avait déjà vu et combattu bien pire . L'air méfiant le conteur barbu déclara

- Il se trouve devant vous … capitaine … ?


Le jeune homme ne put retenir un léger sourire de satisfaction , il s'était depuis le début douté que l’homme qu'il cherchait était ce fascinant conteur et il ne s'était pas trompé ; son intuition avait été bonne. Toutefois le fait que son interlocuteur l'appelle par son grade surprit un peu Learamn , d'où pouvait-il connaître la signification de ses insignes de capitaine? Peut-être qu'en tant qu'agent de l'Arbre Blanc il avait déjà fréquenté des officiers de l'armée du Rohan et connaissait donc les différents grades mais l'heure n'était pas à de telle spéculations. Le capitaine fut tiré de ses pensées par la voix grave de Nathanaël

- Que me vaut l’honneur de votre visite ? Il n’est guère familier ici bas de voir circuler les hauts représentants de l’armée du Rohan.

Learamn lui sourit , peut-être en partie pour le rassurer . La suspicion dont faisait preuve le conteur était compréhensible , en tant qu'agent gondorien il avait déjà dû se frotter à toutes sortes d'espions et d'adversaires et avec tous les étrangers qui se trouvaient dans la cité la méfiance des locaux était de mise malgré l'interdiction du port d'arme.

-Rassurez vous maître Nathanaël , je viens en paix .

Le rohirrim avisa un banc dans un coin de la salle puis posa une main amicale sur l'épaule de son interlocuteur

-Asseyons-nous , nous avons à parler . fit-il d'un ton plus bas avant de reprendre d'une voix forte qui s'adressait aux autres personnes présentes dans l'obscure salle . Messieurs vous pouvez retournez vaquer à vos occupations , ma présence étrangère ici ne sera que brève , je vous en donne ma parole.

Invitant de la main Nathanaël à le devancer , ils se dirigèrent vers le banc en bois et s'installèrent de la manière la moins incommodante possible. Learamn s'assit donc en face de Nathanaël , son armure produisant un bruit de cliquetis métalliques dès qu'il se mouvait d'un iota .

-Je suis le capitaine Learamn du Rohan et c'est l'agent de l'Arbre Blanc répondant au nom de Neige qui m'a envoyé vers vous . Vous la connaissez n'est ce pas?
Elle m'a affirmé que vous pourriez m'aider dans la mission qui m'a été assignée.

Voyant que Nathanaël désirait en savoir plus sur cette miission le capitaine continua

- Je vais diriger une expédition pour reprendre une cité secrètement dirigée par ce qui reste des membres de l'Ordre de la Couronne de Fer , cette cité on m'a dit que vous la connaissiez très bien même et Neige pense que vous pourriez m'aider à m'y infiltrer moi et mes hommes .

Learamn marqua une pause avant de préciser le lieu vers lequel il allait devoir se rendre bien qu'il se doutât que le conteur le savait déjà

-Nous devons reprendre Pelargir.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 900
Age : 28
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Sam 17 Jan 2015 - 22:08
Neige. Le nom tomba comme un avertissement. Il ne l’avait pas revu depuis son retour dans la Cité Blanche. « Occupée… absente » lui avait-on dit. La Tête avait été introuvable également. Il avait attendu en sachant qu’elle saurait où le trouver le moment venu. Et il ne s’était pas trompé. Il écouta le jeune rohirrim tout en réfléchissant rapidement. S’ils étaient déjà au courant des informations qu’il devait porter lui-même à la connaissance des agents de l’Arbre Blanc c’est que la situation était encore pire que ce qu’il pensait. Son cœur manqua un battement tandis que Learamn lui proposait de les mener au devant d’une mort certaine. Le jeune homme ne lui proposait rien de moins que d’être le fossoyeur de leur expédition hasardeuse.

- Avez-vous conscience que vous me demander de vous mener au devant de votre propre mort ?

Nathanael était pessimiste quand aux résultats de cette vaine tentative. Ce qui l’inquiétait le plus était d’en faire partie. Il avait passé plusieurs mois à se cacher dans la cité portuaire pour fuir une menace invisible dont la seule réalité semblait se résumer à la morsure de leur lame. Il n’avait pas vu le visage des hommes qui l’avaient attaqué sur les quais mais il avait nettement entendu leurs armes lui susurrer des promesses macabres à l’oreille. L’Ordre était une ombre mortelle. Il avait vu mourir un de ses informateurs sous ses yeux : un brave pêcheur qui cherchait à gagner un peu plus d’argent pour offrir une éducation à son fils. Mort pour le Royaume ! Un dommage collatéral … une famille sacrifiée pour sauver des intérêts dont ils ne comprenaient pas même le sens. Y en avait-il seulement ? Nathanael lut beaucoup de détermination dans les yeux de son interlocuteur. Il avait le même regard obstiné que son frère, on pouvait y lire un engagement à toute épreuve qui excluait les compromis.

- Ce n’est pas seulement le secret qui permet à l’Ordre de dominer la cité, mais la peur. Officiellement le petit peuple continue de penser que les organes au pouvoir sont inchangés. En vérité il y a eu suffisamment de morts ces derniers mois pour faire taire les curieux et étouffer les séditieux. Tous mes informateurs sont morts à ce jour, et je n’ai échappé à la mort que par chance. Entendez-bien, par chance …

Il était certain que la ruse et son aversion pour toute forme de conflit l’avaient profondément aidé à demeurer dans le monde des vivants. Il avait fréquenté les quartiers et les ruelles les plus fréquentées pour éviter d’être repéré et le soir venu il se gardait bien de se dégourdir les jambes sous la lune. L’argent avait vite été insuffisant pour corrompre de petits fonctionnaires : l’Ordre surpassait Minas Tirith pour sa générosité et ses largesses. Les esprits étaient de plus en plus évasifs quand il abordait la question des ressources de la Cité et, malgré les difficultés du Rude Hiver, beaucoup de ses premiers contacts semblaient soudainement emprunts d’un optimisme sans faille. Dans le paysage de la cité l’appartenance à la Couronne de Fer se lisait presque sur les visages : les traits étirés et émaciés s’arrondissaient au fil des semaines et les ventres vides se distendaient, soumis à une soudaine abondance. Certains soldats s’étaient subitement mis à consommer plus d’alcool que de coutume et à passer de plus en plus de temps dans les tavernes et les tripots. Le prix de l’information approchait celui du mithril à Pelargir et chaque mot devait être négocié avec finesse et tact pour ne pas perdre tout son pécule en une fois pour quelques boniments.

Les hommes honnêtes étaient tous morts ou s’enfermaient dans un silence insondable. Ni les menaces ni la mort ne les sortaient de leur profond mutisme. L’un d’eux avait préféré nourrir les poissons au fond de l’Anduin plutôt que de révéler son terrible secret. Nathanael avait compris alors que, seul, il ne pourrait plus rien tirer de ses sources et qu’il fallait en référer aux plus hautes instances de la Cité Blanche. Il avait encore quelques doutes sur la loyauté de certaines personnes haut placées et avant de partir il avait pris soin de laisser sur place deux ou trois des hommes les plus fidèles qu’il avait su convaincre par de suaves discours sur la liberté et les valeurs des peuples libres. De jeunes gens qui portaient autant de vertus que de naïveté sur leur visage, trop bas dans l’échelle sociale et pas suffisamment ingénieux ou perspicaces pour intéresser ou inquiéter la Couronne. Un atout imprévu, comme dans une partie de cartes, dont on ne pouvait se servir qu’une fois pour faire tomber la main d’un adversaire ; mais pas de quoi changer l’ordre du jeu.

- J’ai reçu ceci, ce matin.

Il tendit à Learamn le petit rouleau de parchemin dissimulé dans la poterie : « Le poisson pourrit toujours par la tête ».

- Les dernières personnes que je pensais un tant soit peu loyale au Gondor et aux royaume proches ne le sont plus. Nous n’aurons aucun soutien sur place, ni de la part de la population, ni de la part de l’armée en service. Je ne suis pas même sûr que mes contacts là-bas soient toujours de ce monde. Que les Valars veillent sur eux !

Il eut un profond soupir. Bien qu’inébranlable dans ses convictions, il n’aimait guère mener à leur perte des hommes qui souhaitaient ardemment l’aider. Après tant d’années, il ne se faisait toujours pas à la mort. S’y faisait-on jamais ? Il ne s’était pourtant jamais résolu à mettre un terme à ses pratiques les plus sinistres. Aussi compatissant était-il, le sens des réalités étaient plus importantes à ses yeux et la nécessité faisant loi, il fallait bien emprunter quelques funèbres détours pour parvenir à ses fins.

- J’accepte néanmoins de vous mener jusque là-bas. Seul l’argent nous fera entrer dans la Cité, mais nous s’en sortiront qu’avec beaucoup de chance … ou entre quatre planches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 18
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Dim 18 Jan 2015 - 10:01
Visiblement le conteur barbu semblait plutôt pessimiste quant aux chances de réussite de Learamn et de son expédition . Après avoir affirmé qu'ils courraient vers une mort certaine il avait expliqué  à Learamn la principale raison de la domination de l'Ordre de la Couronne de Fer sur la ville de Pelargir: la peur disait-il , l'Ordre utilisait ce ressort sur le peuple afin de faire taire les curieux et d'étouffer les séditieux. Il ajouta que si il se trouvait encore là aujourd'hui c'était surtout grâce à la chance. Nathanaël semblait avoir vécu de nombreuses péripéties dans cette cité et elle celles-ci ne semblaient pas être très agréables  : ces informateurs seraient mort et il aurait lui-même plusieurs fois échappé de peu à cette même mort , le conteur ne semblait pas particulièrement enthousiasmé par l'idée de retourner là-bas. A vrai dire Learamn non plus n'était pas heureux de retourner combattre cet Ordre qu'il pensait avoir vaincu sous Vieille-Tombe mais la moisissure se révélait coriace et une fois les racines détachées il fallait nettoyer les derniers morceaux. , le rohirrim accomplirait son devoir et il espérait sincèrement que son interlocuteur en fasse de même .
Alors le conteur lui tendit un petit parchemin que Learamn , intrigué , s'empressa de lire : " Le poisson pourrit toujours par la tête " pouvait-on y lire. Légèrement décontenancé par cette phrase énigmatique il adressa un regard interrogateur à l'agent de l'Arbre Blanc qui lui explique ce que cela voulait signifier . Il lui fit part de ses pensées pour les puissants du royaume qu'il ne considérait plus comme digne du confiance et affirma qu'une fois sur place ils ne pourraient compter que sur eux même ; qu'aucune aide ne viendrait de la part de la population ou de l'armée locale . Learamn fixa Nathanaël

-Je comprends vos craintes et vos appréhensions mais croyez le si je paraît bien jeune j'ai vu et affronté des choses que la plupart des grands guerriers ne peuvent imaginer . J'ai eu peur , oui inutile de le nier et j'ai souffert aussi , énormément souffert mais je ne crois pas avoir survécu grâce à la chance. Je ne crois pas vraiment en toutes ce genre de choses mais je crois en l'Homme , même si cela est sûrement une pensée utopique. Si la situation à Pelargir et telle que vous me le dite alors ce ne sera pas une tâche aisée mais peu importe nous accomplirons notre devoir . Si c'est réellement la peur qui paralyse le peuple je ne suis pas persuadé que nous ne pouvons rien en tirer , les tyrannies jouant sur la crainte finissent toujours par s'écrouler .

Devant la réponse affirmative du conteur qui affirma qu'il irait avec eux le capitaine sourit

-Comme je vous l'ai dit je ne crois point en la chance et si jamais nous devons mourir là-bas eh bien je ne crois pas que nous aurons le luxe de sortir de la ville dans un cercueil .

Il tendit une main amicale à Nathanaël

-Alors mon ami , ensemble?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 900
Age : 28
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Mer 21 Jan 2015 - 15:24
Un nouveau soupir lui étreignit la poitrine tandis que Learamn tendait la main, mais il le réprima. Se morfondre sur son mauvais sort ne le mènerait nulle part, il le savait bien, le devoir passait avant toute chose. Il ne souhaitait nullement effriter la détermination du jeune homme, même s’il paraissait sûr de lui. Les Rohirrims avaient la tête dur et les idées qui allaient avec, il ne se leurrait plus lui-même en se regardant dans la glace ; il était aussi têtu qu’une mule, et peut-être pire encore. Learamn ne pouvait guère mentir sur ses origines. Il ne savait pourquoi, néanmoins, cela le rassurait de mener une compagnie où se trouvait un cavalier du Rohan … un peu comme un superstitieux emmène avec lui un peu de terre de son pays pour se protéger du mauvais sort. Il ne pouvait se départir de l’idée que la chance aurait grandement son mot à dire dans cette aventure.

- Ensemble.

Sa voix profonde et grave fut sans enthousiasme, et serrant la main de Learamn, il scella son destin à celui du jeune homme.

- Je vous laisserai me faire parvenir l’heure du départ. J’ai quelques affaires à régler avant de quitter la Cité. Neige saura toujours où me trouver.

Il mit fin à la conversation en congédiant Learamn et en lui montrant, dans une arrière salle, une porte discrète pour s’esquiver. Dans la pièce principale les conteurs se succédaient toujours, narrant ou chantant leurs histoires, tout à la fois poète puis barde, saltimbanque et ménestrel. L’auditoire devait avoir oublié le passage de l’homme en armure étincelante, perdus dans d’autres contrées évanescentes ; nul besoin de leur ramener à l’esprit qu’un homme de la garde royale du Rohan était descendu aussi bas dans les étages. Il emprunta lui-même la porte et quitta la Maison des Contes et des Légendes, une idée bien précise en tête. Aux grands moyens, les grands remèdes …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les excuses c’est comme les trous de cul, tout le monde en a !
» Tu cries à la lune comme pour montrer que t’emmerde le monde entier.
» Un jour je ferai comme tout le monde c’est promis… (ou pas).
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Un Monde Parfait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Minas Tirith et Gondor - :: Les Ruelles du Premier Cercle :: Le Peregrin-
Sauter vers: