Dis-moi d'où tu viens , je te dirai qui tu es . [Lithildren]

Aller en bas 
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 510
Age : 18
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Mer 1 Juil 2015 - 18:31


Ah ! Quel plaisir ! Quel plaisir indéfinissable que d’être ainsi confortablement installé le long d’une colline , sa pipe bourrée avec une bonne herbe de la maison , une petite gourde de bière , quoique tiède , et de pouvoir écarter ses gros orteils velus . L’endroit était vert , ensoleillé et fleuri , des petits papillons virevoltaient dans tous les sens et quelque lapins pointaient le bout de leurs oreilles , le tout toujours baigné dans cet atmosphère chaude et chaleureuse .  L’heure est matinale et le soleil recouvre les lieux de ses premiers doux rayons associés à une brise très plaisante , dans quelques heures , quand l’astre lumineux sera à son zénith , la chaleur sera écrasante  . D’ici on pouvait clairement entendre les hommes et les femmes sortant de leur foyer pour aller travailler , la ville s’animait petit à petit . Et puis oui il existe des individus capable de boire de la bière tiède dès le matin ; enfin le commun des mortels peut trouver ça bizarre mais c’est bien la liberté non ? Où va le monde si on ne peut plus boire sa bière et fumer à la température et à l’heure où on l’entend ?  De toute façon le monde ne comprend rien au monde , paradoxal? Pas le moins du monde . Et puis tous ces plaisirs n’étaient qu’éphémères  et vains , mais cela procurait du plaisir par définition , alors à quoi bon s’en priver , un plaisir inutile reste un plaisir non?

Voilà à peu près comment était susceptible de divaguer la pensée de notre homme ou plutôt de notre semi-Homme , car il s’agissait bien d’un Hobbit qui se prélassait ainsi au bord de la colline . Et pas n’importe lequel , du moins à ses propres yeux , il s’agissait d’Eugénion Ionescgrin , philosophe autoproclamé , penseur et moraliste prétendu , écrivain aussi , du moins à ses heures perdues .  Mais force était de constater que la philosophie ne rapportait pas assez pour vivre , ou plutôt SA philosophie , d’un genre bien particulier . Eugénion avait donc dû s’improviser marchand ambulant , et il parcourait ainsi ses routes avec son vieux poney et sa carriole et vendait des spécialités de sa Comté natale dans d’autres régions . Tout y passait : herpe à pipe , spécialités culinaires , textile , on pouvait aisément croire que sa petite carriole , qui s’apparentait aussi bien à une grosse brouette  , était magique tant elle contenait de multiples articles de vente . Dans un si petit habitacle , le Hobbit trouvait toujours quelque surprise entassée au fond , il avait donc plus d’un tour dans son sac . Eugénion n’avait jamais confirmé ni infirmé d’ailleurs la théorie magique , il semblait plutôt s’amuser de l’absurdité de ses congénères ou de s’en désoler , ça dépendait de son humeur .

C’est ainsi que l’on peut expliquer la présence d’un semi-Homme ici , à Edoras , au Rohan , Terre des Seigneurs des Chevaux  , alors que lui-même était à jamais condamner à ne jamais chevaucher ; si loin de sa Comté natale . A la recherche d’un nouveau genre de client il avait donc délaissé les étapes habituels comme Bree pour pousser son voyage jusqu’au Rohan , à Edoras . Oh ! Le voyage n’avait pas été des plus aisés et Eugénion n’était pas réellement réputé pour sa vaillance mais il s’était contenté de suivre les routes marchandes , calmes ces derniers temps avec le retour de la paix , accompagné d’autres voyageurs pacifiques . Et puis les cambrioleurs risquaient d’être fort déçus par ce qu’il transportait , ni or ni denrée précieuses à leurs yeux , bien qu’il n’y ait sûrement rien de plus précieux à un Hobbit que l’herbe à pipe de sa Comté .  

Les minutes s’écoulaient et surtout sa pipe se vidait , c’était le signe qu’il fallait retourner à la ville faire son petit commerce . C’était son dernier jour au Rohan et il comptait vendre un maximum de produits et puis il avait même imaginer un nouvel article à vendre . Il dévala donc , non sans peine , la colline sur ses courtes jambes et rejoignit son fidèle et vieillissant poney qu’il avait laissé en contrebas. D’un pas tranquille ils rejoignirent la grande rue marchande d’Edoras  . Les lieux grouillaient , on aurait dit une fourmillière , les hommes étaient des fourmis , c’était sûrement ça…

Eugénion s’installa dans un coin en vue , place sommairement un petit étalage sur un drap vert et cria de sa petite voix stridente

-Ici ! Par ici , braves dresseurs de chevaux ! Produits de la Comté , ne manquez pas cette occasion EEEEEEXCEPTIONNEL!!!!!

La présence d’un Hobitt qui venait commercer attirer évidemment l’attention des habitants peu habitués à ce genre de rencontre. Au début les gens étaient vraiment surpris mais depuis quelque jours le bouche-à-oreille avait fait son effet , de nombreuses personnes avait eu vent de la présence d’un Semi-Homme , et il était devenu une véritable attraction . Cela n’avait rien de très plaisant d’être présenté en bête de foire mais tant que les affaires tournaient il s’en accomodait .
Malheureusement ses ouvrages et histoires philosophiques n’avaient pas rencontré beaucoup de succès par ici , pas plus qu’à Bree ou qu’à Hobbitebourg d’ailleurs. On riait souvent , au pire on le rejeter , au mieux on lui posait une main sur l’épaule , plaignant ce fou.
Mais tudieu ! Il n’était pas fou , juste un génie incompris ; enfin pour l’instant il leur vendait des distractions mais le jour où sa sagesse éclatera au grand tous voudront l’écouter , même sans rien y comprendre.

Si grand physiquement et pourtant si petit d’esprit ces hommes , quel gâchis . Ils auraient pu être les plus pragmatiques et relativistes  car les plus vulnérables et ceux qui vivaient le moins de temps mais non ils en étaient que plus arrogant et égoïste .  Paradoxal , le monde n’était que paradoxe absurde et vain .

Un homme robuste à la chevelure fournie s’approcha regardant les étalages , Eugénion en bon commerçant s’empressa de présenter ses produits

-Bonjour Monsieur. Approchez ! Approchez ! Intéressé par de l’herbe à pipe de la Comté , de la vraie hein , la meilleure qui soit .

-Pourquoi pas ? Je n’ai jamais essayé la pipe . Des pipes vous en avez .

-Oh oui ! Que j’en ai ! Il y a des pipes traditionnelle , comme celle-ci et d’autre un peu plus …. euh…. stylisée dirons nous. Tenez regardez celle ci sa forme vous permet de faire des ronds de fumée sans effort et sans entraînement , rien de mieux pour épater la galerie et puis celle-ci vous permet de faire des bateaux en fumée . Aha , impressionnant!

-Aah , Eogral , viens voir ça le petit Homme vend de quoi fumer .


Un autre rohirrim , tout aussi robuste , accourut . Il examina les produits présentés par Eugénion qui lui s’évertuait à les glorifier.

-C’est pas donné quand même … fit le dénommé Eogral  .

-Certes , je vous le concède , mais c’est fabriqué dans la pure tradition de la Comté , importée même de là-bas à la sueur de front .

-Bon bon si c’est de la vraie .
fit l’autre en lui tendant le prix convenu.

Satisfait , Eugénion n’eut pas de répit. Déjà une femme s’était approchée.

-Bonjour , auriez-vous quelque spécialité culinaire de la Comté pour agrémenter les soupers en famille .

-Ah je dois avoir quelque fruits confits  , excellent . Et puis , il était temps pour lui de promouvoir sa nouvelle imagination , je connais une recette traditionnelle et secrète de pomme au four absolument incroyable .

-Oh ! Des pommes au four ! J’achète!


Eugénion recueillit l’argent demandé et se décida , content de lui , à révéler la fameuse recette qui devait sûrement venir du Chef Charles Atan

-Alors , écoutez bien attentivement . Vous prenez des pommes , vous suivez jusqu’ici ?

-Oh oui ! Je suis fascinée .


Eugénion rit intérieurement , fascinée? Par une recette de pomme au four ? Vraiment , mais quelle absurdité !

-Alors , vous prenez des pommes et vous les mettez au four ! Exquis!


Après avoir essuyé quelque séries d’injures , Eugénion vit la femme s’éloigner, à son grand soulagement . Il craignait qu’elle ne saute sur lui et qu’elle ne l’écrase sous son poids. Quand elle partit il soupira de désespoir face à la vanité du monde
Le pseudo-philosophe balaya la rue du regard et identifia quelque chose ou plutôt quelqu’un qui ne devrait normalement pas y être.

Serait-ce...Serait ce une elfe? Elle avançait encapuchonnée mais elle chevauchait avec tant de grâce parmi cette foule et son visage semblait resplendissant . Quand elle tourna la tête vers sa direction , Eugénion put observer ses oreilles pointues . Il ne pouvait se tromper , seuls les gobelins , les Hobbits et les elfes avaient des oreilles pointues . Mais elle n’était pas verte et semblait trop grande et trop fine pour être une semi-homme ou une semi-femme , comment disait-on d’ailleurs ? Il hésita un moment , concluant qu’il valait mieux dire une Hobbit et puis il se ressaisit. Bon sang il avait une elfe devant lui ! Pour la première fois il envoyait une , ces êtres si mystérieux , bienveillants et nimbés d’un atmosphère magique . Cela devrait lui produire un choc , il fit donc en sorte qu’il soit en état de choc . Les bras ballants , la bouche légèrement entrouverte , oui ça traduisait plutôt bien l’état de choc , il l’espérait du moins car il devait assurément être choqué .

Elle , elle s’approchait le plus gracieusement du monde , si la grâce existe toutefois en ce dernier ,  vers ce curieux petit vendeur .





Dernière édition par Learamn le Lun 11 Avr 2016 - 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lithildren Valbeön
Cavalière libre
Cavalière libre
avatar

Nombre de messages : 196
Age : 19
Localisation : Dans l'ombre

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 400 ans
- -:

Mer 1 Juil 2015 - 23:50
Depuis le départ du domaine du seigneur Daeron, accompagné de Miston et Baudouin, je voyage vers Edoras. Longeant les montagnes sans but, telle une ombre désolée... J'ai finis par trouver la raison d'un tel départ instinctif : ma mémoire. Il m'arrive de souffrir de rêves flous, de souffrir lorsque j'essaye de me souvenir. Mais rien ne me revient. Je me souvient juste du sable, de la faim, de la fatigue, d'Aldranys... Ce nom... Il me semble familier et étranger.

La nuit précédent mon arrivée à Edoras, je dormis dans la plaine. Pas de feux. Je me suis réfugiée avec mon compagnon Aldranys près d'un amas de roches. Assise sur un rocher, je suis restée pensive, à observer les étoiles, le ciel, la lune. Quelle beauté... Depuis toute petite, je crois presque dur comme fer que les étoiles sont les âmes de nos ancêtres qui veillent sur nous... Cette pensée me réchauffe le coeur, sans que je sache réellement pourquoi. Je souris au ciel, et à mon enfance heureuse. Fût-elle vraiment heureuse ? Je ne saurais le dire avec exactitude... Je me souviens seulement de... de bien peu de choses. Je passe une main sur mon front. Il est tiède. Etrange, je ne me sens pas malade. Une bouffée de chaleur, sans doute. Alors qu'il fait doux, et qu'une brise fraîche souffle ? Non, impossible. Je dois avoir quelque chose. Mais assurément, non ! Je soupire. Je me désespère moi-même. Je finis par m'allonger et continue d'observer le ciel. C'est si grandiose, si lointain... mais cet éclat me réchauffe, me rassure, m'apaise... J'écoute le chant du vent, la respiration d'Aldranys, le son des animaux nocturnes... Je ferme les yeux, et laisse mon esprit divaguer parmi les ombres de la nuit...

Je me retrouve dans un lieu éblouissant de beauté, d'une éclatante lumière, presque aveuglante. Cela contraste avec les jours sombres, même lorsqu'il n'y a que le soleil dans la voûte céleste, que je passe depuis bien longtemps hors de ma patrie. Je regarde autour de moi, et une joie immense coule en moi telle une cascade éternelle. Une chaleur me monte des entrailles au coeur lorsque je vois une forme vague et floue s'avancer vers moi. Je sens mes lèvres s'étirer en un sourire, puis la forme se rapproche de moi. Elle dit une phrase que je ne comprends pas, et je ressens des lèvres posées sur les miennes... Ce contact doux tel de la soie me remplit d'une vive envie de m'envoler, d'une allégresse inexprimable. Ce n'est pourtant qu'un baiser, mais cet homme semble si proche de moi... Qui est-il ?

J'ouvris les yeux et une vague de fièvre me traversa le corps. Il m'importa alors peu de savoir qui il est, il exerce, même à travers un rêve, une sensation étrange sur moi. Une sorte de... désir ? Non, impossible. Je me redresse vivement, ce qui me donne un rapide vertige. Je me lève et tourne en rond. La nuit bat son plein, et je ne parvient pas à trouver le sommeil réparateur donc j'ai tant besoin. Ce visage, cet homme me hante. Mais qui est-il ? Qui a-t-il été pour moi ? Un amant, un mari ? Je ne m'en souviens plus. Je prends ma tête entre mes mains, la compressant non pas par douleur, mais par désespoir. Une douleur, oui, mais intérieure. Je ferme mes paupières avec force, compresse ma tête entre mes mains, puis des larmes amers se mettent à perler sur mes joues de porcelaine. Des larmes nerveuses, de fatigue accumulée par les nuits inachevées, par la route longue et ardue... Je reste un moment ainsi, à me lamenter en silence. Puis je me calme, me reprends, et retourne m'allonger près de mon cheval endormi. Sa respiration longue, profonde, agit telle une berceuse sur mon esprit agité.

Le lendemain, le soleil me força à ouvrir les paupières. Je devais poursuivre ma route vers Imladris, afin d'en apprendre plus sur moi-même. Je souris bêtement à cette idée. Une elfe qui ignore qui elle est ! Cela me fait penser à cette elfe rouge... j'ai oublié son nom et son visage. Esmiérada ? Non, ce n'est pas ça. Esmaréda ? Non plus. Ah, oui ! Esméralda ! Je me souviens, maintenant. Mais le nom semble s'effacer de suite de ma mémire dès que je pensais à mon enfance, et je tentais de nouveau de le retrouver, sans succès. Perdu. Je me rassure en me souvenant de Miston et Daeron, ainsi que Baudouin, qui sont les visages que je retient le mieux pour le moment, bien que celui de Daeron s'efface de ma mémoire petit à petit. Bref. Quoi qu'il en soit, je regarde mon cheval tout prêt à partir, puis je monte en selle. Nous nous dirigeons vers Edoras, la splendide cité rohirrim. Splendide ? Imladris semble mille fois plus belle, dans mes souvenirs. Je souris à peine et chevauche la demi-journée vers la ville.

C'est jour de marché. Encapuchonnée, identité cachée aux yeux des Hommes inattentifs, perchée sur mon élégant destrier, je chevauche au milieu des gens. J'aperçois un Hobbit, plus loin. Je tourne mon visage neutre vers lui, bien que celui-ci soit à moitié caché par l'ombre de ma capuche. Nos regards se croisent, et je dirige Aldranys vers le Semi-Homme. Parvenue à sa hauteur, je me sens quelque peu... neutre à son expression interdite, presque amusée. Je regarde l'étalage à ses pieds, comme si je souhaitais acheter quelque chose. En vérité, c'est le cas. Je meurs de faim, et je souhaite plus que tout d'abord me nourrir, sans passer par une auberge. Je n'ai pas assez d'argent pour me permettre de payer l'auberge... Je m'approche davantage des produits culinaires, et prends le temps de tout regarder.

- Je reviens d'un voyage pénible, et je crains de ne pas avoir de quoi payer vos... produits. Néanmoins, je ne souhaite pas attirer plus l'attention que je ne le fais déjà en allant dans une auberge.

Mon ton est calme, doux, presque mélodieux. Bien sûr, je ne m'en rends pas compte. Quoi qu'il en soit, je regarde le petit homme de mes yeux blancs et me redresse.

- Votre prix sera le mien, Semi-Homme.

Déjà, des murmures se forment plus loin. Un murmure de surprise. "Une elfe, ici ? Bon sang, mais que se passe-t-il ? Ils complotent avec les Hobbits, je pense !" Je pourrais presque parier que des gardes débarqueraient d'ici peu pour me poser des questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 510
Age : 18
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Jeu 2 Juil 2015 - 17:40



Ca alors ! Si on avait dit à Eugénion qu’il rencontrerait une elfe par ici , il aurait été satisfait d’avoir vendu assez d’herbe à pipe pour faire tourner la tête à son client . Mais c’était bien une de ces créatures centenaires voire peut-être millénaire qu’il avait en face de lui.
Et en plus cette dernière s’avançait vers sa direction , était-elle intéressée par les produits du Hobbit?

La scène devait paraître bien atypique aux yeux des habitants lambda qui s’étaient levé ce matin pour aller travailler comme tout les jours , et ils découvraient en plein centre ville un elfe et un Semi-Homme qui entamaient la discussion , il y avait de quoi être déconcerté.

L’elfe s’approcha un peu plus et examina l’étalage du Semi-Homme avant de prendre la parole. Elle disait revenir d’un voyage pénible , “revenir”? Elle était revenu ici , l’elfe habiterait donc au Rohan ; décidément la bizarrerie du monde n’avait plus de limite .  Elle ne veut pas attirer l’attention dans une auberge aussi , cela peut se comprendre , une belle elfe dans un lieu comme celui-ci pouvait susciter quelque troubles .

Eugénion sourit aux mots de l’elfe , il voulait rire presque . Il voulait lever ses petits bras ridicule en signe de victoire , sautiller dans tous les sens et parcourir  les collines en long en large et en travers pour exprimer sa satisfaction , sa joie : mais il se contenta d’un sourire . Oui , il était heureux et fier car il venait d’avoir la confirmation qu’il avait raison , que ses théories philosophiques étaient vraies pas qu’il n’en doutait auparavant , loin de là , mais cela rend toujours heureux de voir la confirmation de ses propres pensés . Car oui en à peine quelque secondes Eugénion était persuadé d’avoir assisté à l’absurdité profonde des conditions d’existence qui affectait aussi bien les hommes que les elfes .  Pour les hommes , les exemples ne manquaient pas mais pour les elfes … Eugénion les avaient longtemps considéré comme la faiblesse de sa théorie car leur prestance et leur sagesse leur conféraient un statut particulier , dire que leur existence était vide , vaine et absurde s’avérait délicat . Mais voilà que cette elfe tout fraîchement débarquée dans la vie du Hobbit venait de montrer que les elfes faisaient partie de ce grand vide plus universel que jamais . La sagesse des Oreilles Pointues avaient donc des limites . Car oui , Eugénion ne rêvait pas et n’avait pas trop fumé , elle s’était bien contredite d’une phrase à l’autre : d’un côté elle doutait avoir l’argent nécessaire pour acheter tout ce qui trouvait sur l’étalage puis elle affirma que le prix du vendeur serait le sien .  Avait elle donc sa bourse vide ou remplie? Absurdité du monde , stupidité existentielle , voilà que l’on se contredisait en quelque seconde d’une phrase à l’autre . Non mais franchement là c’était gros , même l’absurdité des Hommes n’étaient pas aussi grossière  ; elle avait une mémoire de poisson rouge ou quoi?

Mais ce n’était pas tout , elle semblait vouloir acheter quelque chose puisque “son prix était celui du Hobbit “ mais ce dernier n’avait strictement aucune idée de ce qu’elle voulait acheter, autre manifestation absurde . Elle était marrante tiens , voulait-elle savoir si le petit être était télépathe pour deviner ses envies ?

Bon , il était temps  pour Eugénion de laisser les élucubrations de côté et de laisser parler son âme de vendeur pour se remplir la bourse.
Elle disait revenir d’un voyage pénible , elle devait donc avoir faim . Mais que mangeait donc les elfes , Eugénion se souvint que son père lui avait enseigné que ceux-ci étaient végétariens . Il ne pourrait donc pas en profiter pour vendre sa viande  sèche de porc fumé façon Comté  , ah quel pied alors ! Elle ne savait pas ce qu’elle ratait. Il restait les fruits secs et les conserves légumes .

-Madame , c’est avec plaisir , soyez en persuadée , que je vous aurai donné mon prix mais hélas vous n’avez pas dit ce que vous désiriez acheté . La différence entre une pipe en bois et un recette de pomme au four est quand même plutôt conséquente.

Il marqua une pause et soutint le regard de son interlocutrice avec une petite lueur malicieuse  brillant dans ses yeux.

-Toutefois comme vous êtes épuisée je pense que vous voulez de quoi manger . Et ça tombe à pic , j’ai justement des légumes séchés selon la tradition , le tout issu exclusivement de l’agriculture de la Comté . Et j’ai encore quelque bocaux de légume ce n’est pas très cher rassurez vous mais ce n’est pas ce qu’il y a de meilleur … à moins que … vous ne désireriez quelque chose d’un peu plus revivifiant … je ne sais pas moi , de la viande?

Il dévisagea l’elfe , après tout dans le commerce ne disait on pas “qui ne tente rien n’a rien”  et puis celle-là ne semblait pas très futée ou du moins un peu à côté de ses bottes à cause du voyage et de la chaleur  ; peut-être s’abandonnerait elle au plaisir de la viande même si Eugénion se doutait que cela n’était peut-être pas très bon pour l’organisme d’un elfe mais bon tant qu’il touchait ses sous et puis il n’avait tué personne …

La présence d’un elfe , aussi étrange soit-elle , continuait d’intriguer le Semi-Homme qui en bon philosophe se révélait très curieux dans de telles situation . Il était du type à ne pas la lâcher avant d’avoir obtenu des réponse à toutes ses interrogations et ces dernières étaient très souvent très très nombreuses.

Il se pencha donc un peu en avant , et prit exagérément un air faussement mystérieux , et parla d’une voix plus basse

-Alors dites-moi tout vous secrets, que fait une elfe ici , parmi les humains si loin de ses terres et surtout si seule.? D’où venez vous et où allez vous comme ça?

Ce n’était pas tous les jours qu’une Elfe vadrouilleuse et un Hobbit (piètre) philosophe se rencontraient dans un tel cadre , chez les humains. Il serait si dommage de ne pas chercher à creuser un peu.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lithildren Valbeön
Cavalière libre
Cavalière libre
avatar

Nombre de messages : 196
Age : 19
Localisation : Dans l'ombre

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 400 ans
- -:

Jeu 2 Juil 2015 - 18:17
L'air abasourdi du Hobbit me fait douter de leur intelligence. Puis, son sourire semble cacher quelque chose. A peine me suis-je approchée qu'il a semblé... satisfait ? Est-ce le mot juste ? Je ne saurais le dire. J'ai parlé sans réfléchir, et ce n'est qu'ensuite que ma propre contradiction me désespère. J'excuse ma parole étrange par la chaleur, le voyage, la fatigue, l'air ambiant, les gens...

J'observe le petit être. Curieux personnage. Ses yeux brillent d'une vive intelligence et d'un grand malice, son visage trahit une honnêteté et une forme de sagesse qui pourrait égaler ou approcher celle des elfes. Mais quelle est la philosophie elfique que j'ignore ? Je ne suis plus très sûre d'être moi-même une elfe. Seules mes oreilles et mes souvenirs me le confirment. Mais sans cela, je douterais de mes propres origines. Je me remet à examiner son étalage. Des produits de la Comté... Des tas de parfums sont mêlés dans mes narines, de telle sorte que j'ai un peu de mal à en identifier chaque source. Les odeurs environnantes de transpiration, de foin, de chevaux m'emmêlent aussi dans mon analyse globale.

Ma tête commence à tourner lorsque le petit être parle.

Madame , c’est avec plaisir , soyez en persuadée , que je vous aurai donné mon prix mais hélas vous n’avez pas dit ce que vous désiriez acheté . La différence entre une pipe en bois et une recette de pomme au four est quand même plutôt conséquente.


Bien entendu. Mais oui, je suis si idiote, parfois. Mais où avais-je la tête ? Je me remet à regarder l'étalage pour tenter de faire un choix rapide, efficace et cohérent.

- Toutefois comme vous êtes épuisée je pense que vous voulez de quoi manger . Et ça tombe à pic , j’ai justement des légumes séchés selon la tradition , le tout issu exclusivement de l’agriculture de la Comté . Et j’ai encore quelque bocaux de légume ce n’est pas très cher rassurez vous mais ce n’est pas ce qu’il y a de meilleur … à moins que … vous ne désireriez quelque chose d’un peu plus revivifiant … je ne sais pas moi , de la viande?

Je prends un air réellement choqué. De la viande ? Je fronce le nez à cette simple pensée. J'ai trop de respect pour les animaux qui ont autant de droits de vivre que nous autres pour en manger un seul. Je n'ai pas de nausées, mais je suis dégoûtée. Je ne comprends pas cette amour des Hommes et des autres races pour la viande. C'est une chair crue, pleine de veines et de sang. C'est comme manger un autre de sa race, ou un cousin, ou soi-même. Cette pensée me remplit d'une aversion, d'un dégoût et d'une colère assez forte. Elle emplit mon ventre et cache partiellement la faim qui me ronge.

Puis, il se penche vers moi, et parle à voix basse.

- Alors dites-moi tout vous secrets, que fait une elfe ici , parmi les humains si loin de ses terres et surtout si seule.? D’où venez vous et où allez vous comme ça?

Toute la tension montée en moi disparaît. Que fais-je ici ? Je l'ignore moi-même. Pourquoi suis-je seule ? Je n'en sais rien non plus. D'où suis-je, ou vais-je ? Tant de questions qui sont pour moi-même sans réponse aucune ! Je regarde le petit être et me penche à mon tour.

- Je suis une Ombre à la recherche de son passé, de son présent et de son futur parmi les décombres de souvenirs disparus.

C'est la seule phrase qui me vint à l'esprit comme réponse. Je tente d'y chercher une réponse. Pourquoi ne comprends-je pas ma propre question, et pourquoi n'y trouve-je pas une réponse ? Je me sens folle. Le suis-je ? Ou plutôt... Depuis quand le suis-je, si toutefois ce terme a un sens quelconque pour l'elfe que je suis ? Ou bien... Que suis-je ? Oui, c'est cela. Que suis-je ? Je ne me comprends pas moi-même. Le monde tourne de moins en moins rond... Surtout dans ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 510
Age : 18
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Lun 6 Juil 2015 - 11:34



L’idée de la viande n’était finalement peut-être pas si pertinente que cela au vu de l’expression de dégoût de la jeune elfe . Immortels et gracieux , les elfes l’étaient sûrement , mais ils ne savaient décidément pas ce qui était bon et ne devait sûrement pas connaître la plupart des plaisirs de table . Les histoires qui circulaient disaient-elles vraies? Les elfes mangeaient donc des feuilles et de la verdure et rien de plus , peut-être du pain aussi , Eugénion ne s’en rappelait plus.
Un petit peu déçu le Hobbit rangea donc sa goûteuse marchandise carnée avec soin , il y aurait bien quelqu’un de meilleur goût pour la lui acheter et à prix d’or s’il vous plaît . L’argent était peut-être futile mais il se révélait quand même bien utile .

Quand le Hobbit interrogea son interlocutrice sur ses origines et son voyage celle-ci parut hésitante et Eugénion se demanda si elle lui répondrait un jour , car après tout elle était immortelle et avait donc tout son temps pour daigner lui accorder une réponde . Malheureusement le Semi-Homme n’était pas du genre très patient , mais à son grand soulagement la jeune elfe ne prit pas plus que quelque secondes de réflexion pour formuler sa réponse. Enfin sa “réponse” , si toutefois on pouvait considérer cela comme quelque chose s’apparentant de façon éloignée à une réponse précise . Elle s’était penchée en avant et avait parlé sur le même ton de voix que lui , des paroles pour le moins énigmatiques et mystérieuses.

Elle était “l’Ombre “, un grand mot pour ne dire , en somme , pas grand chose ; elle recherchait son passé , le pressentiment d’Eugénion n’était finalement pas si ridicule , sa mémoire défaillait puisque ses souvenirs av aient disparus ; de plus elle affirmait aussi être à la recherche de son présent et de son futur.

Une réponse bien obscure qui n’impressionna pas le moins du monde le petit être , car après tout c’était un grand penseur , un philosophe reconnu (ou pas ) et il pensait posséder une extraordinaire capacité d’analyse des esprits . Il était en réalité tout émoustillé par le défi que représentait le dialogue avec la jeune femme , allait-il enfin avoir l’occasion d’étaler toutes ses compétences? Il en était certain et apparaissait très confiant .

Le diagnostic était plutôt simple à établir : il se trouvait en face d’une elfe , semblant plutôt jeune , bien que le jeunesse soit toute relative chez les elfes ; elle était amnésique et souffrait de troubles de mémoires , par conséquent son passé était trouble et ses souvenirs disparus . Et ses déclarations sur le présent et l’avenir traduisaient clairement qu’elle était complètement perdue dans ce monde , pour ne pas dire paumée . Elle errait apparemment sans but précis, cherchant en vain quelque chose ; espérant peut-être tomber par hasard sur quelque chose qui remettra un peu de piment dans son existence vide et finalement absurde.

Ô monde cruel et ridicule ! Ô monde affreux et absurde ! Eugénion avait face à lui l’incarnation même de la condition futile de l’existence , une sorte d’allégorie. Les êtres “intelligents” étaient ils condamnés à l’errance , ne pouvant voir la réalité quant à leur condition à cause de ce masque de futilité qui leur masque les yeux ?

Comédie de l’instant , tragédie du monde . Vaste théâtre aux ficelles artificielles où les dialogues creux sont convenus et écrit d’avance , éternel recommencement d’une pièce où tout le monde est acteur ; les spectateurs clairvoyants étant trop peu nombreux pour être considérés à leur juste valeur.

Cette elfe l’intriguait donc au plus haut point , quelle aubaine alors ! Il ne regrettait définitivement pas d’avoir poussé sa mule jusqu’à Edoras , en plus de s’en mettre plein les poches et de se remplir la panse , voici qu’il faisait de sacrées rencontres.

Toujours penché en avant , dans cette position qui pouvait suggérer le complot et la manigance , le petit et malicieux Hobbit reprit

-Oho , une ombre errante . Une sorte de passante éternelle ne sachant pas d’où elle vient et vers où elle se dirige . C’est un peu bizarre quand on y réfléchit non? Vas-y fais fonctionner ta cervelle deux petite secondes.

Comme pour appuyer ses mots , il tapota le crâne de l’elfe avec son petit bâton . Décidément il n’avait vraiment pas froid aux yeux . Il lui laissa quelque minutes de reflexions avant de reprendre d’une voix dans laquelle on pouvait aisément percevoir toute l’excitaiton qui l’animait. La lueur était devenu feu d’artifice et dorénavant les yeux du Hobbit brillait littéralement de sa malice . Ce genre de réflexion le faisait entrer dans une sorte d’état presque second , une sorte de transe philosophique.

- Tu as oublié d’où tu viens? Soit ! Tu as des problèmes avec ta mémoire . Mais ne pas savoir où tu vas ni même ce que tu fais en ce moment ça c’est une erreur , une grossière erreur si je ne m’abuse . Explications !

Il se redressa un tant soit peu , complètement émoustillé , sautillant sur place .

-Dans l’état dans lequel tu te trouve en ce moment eh bien tu erre , tu vagabonde. Ton existence est encore plus vide que jamais , alors je ne te conseillerai pas de te donner l’illusion d’un sens de la vie avec des projets futiles comme le pouvoir ou l’amour , mais il faut à tout prix que tu te fixe un objectif , que tu trace ta route . Sans quoi … il passa alors le pouce sur la gorge , couiiiiic , tu vas te laisser mourir. Partir à la recherche de la sagesse , de la clairvoyance , de l’engagement social , voilà autant de choses qui peuvent te sauver .

Il marqua une pause , jetant des regards autour de lui comme pour s’assurer que personne ne les fixaient avec des yeux ronds de merlans frits

-Alors tu te mets un coup de pied au derrière , tu arrête de regarder en arrière . Tes souvenirs se sont envolés , et alors? C’est comme ça ; en les recherchant en tournant la tête derrière toi sans regarder devant tu finiras par te prendre un chêne dans la face. Alors tu lève le menton , respire un bon coup , tu monte sur ton cheval et tu fonce , tu fonce en avant vers ton avenir . Il serait si dommage de gaspiller une si belle existence n’est ce pas?

Eugénion se saisit de sa longue pipe et fourra un peu d ‘herbe dedans , d’un geste expert il l’alluma et laissa s’échapper un volute de fumée avant de rajouter d’un ton plus calme.

-Et si tu as besoin d’un guide dans cette quête de vie , eh bien même si je ne suis ni un rôdeur vaillant ni un guerrier émérite ni même un chasseur expert je pense pouvoir être le bon . Car après tout qui de mieux que le sage peut guider l’ignorante?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lithildren Valbeön
Cavalière libre
Cavalière libre
avatar

Nombre de messages : 196
Age : 19
Localisation : Dans l'ombre

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 400 ans
- -:

Mar 7 Juil 2015 - 11:00
Tant d'étrangeté dans un si petit être.

- Oho , une ombre errante . Une sorte de passante éternelle ne sachant pas d’où elle vient et vers où elle se dirige . C’est un peu bizarre quand on y réfléchit non? Vas-y fais fonctionner ta cervelle deux petite secondes.

Il tapota ma tête avec sa canne. Je me saisis de la canne et appuyait d'un geste vif dessus, le faisant osciller sur ses petites jambes. Je le regardai d'un air neutre, presque sans émotion aucune. Mais au fond de mon regard, l'on pouvait voir l'intérêt porté à cet être, une simple et pure curiosité, quelque chose de... quelque chose me forçait à rester là, à l'écouter. Et à penser.

- Tu as oublié d’où tu viens? Soit ! Tu as des problèmes avec ta mémoire . Mais ne pas savoir où tu vas ni même ce que tu fais en ce moment ça c’est une erreur , une grossière erreur si je ne m’abuse . Explications ! Il marqua une très brève pause à mes yeux. Dans l’état dans lequel tu te trouve en ce moment eh bien tu erre , tu vagabonde. Ton existence est encore plus vide que jamais , alors je ne te conseillerai pas de te donner l’illusion d’un sens de la vie avec des projets futiles comme le pouvoir ou l’amour , mais il faut à tout prix que tu te fixe un objectif , que tu trace ta route . Sans quoi , couiiiiic , tu vas te laisser mourir. Partir à la recherche de la sagesse , de la clairvoyance , de l’engagement social , voilà autant de choses qui peuvent te sauver . Alors tu te mets un coup de pied au derrière , tu arrête de regarder en arrière . Tes souvenirs se sont envolés , et alors? C’est comme ça ; en les recherchant en tournant la tête derrière toi sans regarder devant tu finiras par te prendre un chêne dans la face. Alors tu lève le menton , respire un bon coup , tu monte sur ton cheval et tu fonce , tu fonce en avant vers ton avenir . Il serait si dommage de gaspiller une si belle existence n’est ce pas?

Ce discours me laissa, me plongea dans une réflexion nouvelle. Les Humains n'ont-ils donc que cela en tête : avoir un but ? Nous, les Elfes, n'avons pas de réel but. Nous vivons, nous nous délectons, nous contemplons, et nous restons éternellement tels des arbres. Nous sommes des arbres, en quelque sorte. Nous grandissons, nous assagissons, et restons là à jamais, racines dans la terre et bras au ciel.

Les Humains sont fort étranges. Daeron, Miston, Baudouin, et maintenant ce petit Hobbit... Tous cherchaient, et cherchent encore, une raison de vivre, un but, une voie. C'est un concept qui me laisse perplexe, songeuse. La vie est-elle donc faite de cela : naissance, but, mort ? La vie Humaine me semble alors vide de sens, vide d'un concept contemplatif. Tout doit bouger, être en mouvement, aller de l'avant. Jamais ils ne s'arrêtent et regardent en arrière. Jamais ils n'apprennent de leurs erreurs, dans ce cas. Mais quel est la raison à cela ? Le passé permet le présent, et le présent permet le futur. Mais sans passé, il n'y a ni présent, ni avenir. Et sans regarder ses pas, on ne sait quelle chemin prendre. Tout a un sens, un but : nos choix, les rencontres, nos paroles et pensées, nos actions... Tout a une raison d'être.

Comme cette scène-là. Il est né pour me faire prendre conscience de quelque chose - mais quoi ? J'en viens à oublier ma présence ici, le pourquoi du comment. Une douce folie, une ingrate mémoire enfuie, des décombres enfouis sous une poussière épaisse, un brouillard noir. Que se passe-t-il dans ma mémoire en ce moment-même ? J'ai l'impression que quelque chose s'efface de nouveau. Une autre partie de moi-même s'envole, et rejoins les décombres de ma mémoire. Je le sais, je le sens, je le ressens...

- Et si tu as besoin d’un guide dans cette quête de vie , eh bien même si je ne suis ni un rôdeur vaillant ni un guerrier émérite ni même un chasseur expert je pense pouvoir être le bon . Car après tout qui de mieux que le sage peut guider l’ignorante?

Ces mots me tirèrent si brusquement de ma rêverie que je manquais de chanceler. Il m'évita à coup sûr de sombrer. Ma vision redevint claire, et je regardais, incrédule d'abord, le Hobbit. Je peinais à comprendre le moindre mot de ce qu'il venait de prononcer. Je repris mes esprits, en secouant la tête. Je ressentis quelque chose de nouveau... Une sorte de chemin venait de s'imposer à moi. Oui, c'est cela... il DEVAIT m'accompagner, bien que j'ignore où. Je regardais le Hobbit et... et un sourire se dessina sur mes lèvres.

Oui. C'est cela. Qu'il m'accompagne, oui. Je penche légèrement mon buste en avant, et me redresse. Un nouvel air déterminé s'est sculpté sur mon visage elfique.

- Que Ombre et Destin partagent le chemin, jusqu'à l'aube d'un nouveau jour.

Pourquoi je parle ainsi ? J'ai l'impression de ne plus savoir formuler correctement une phrase compréhensible sans énigme. Je ne me sens pas de parler ainsi à jamais. Mais j'ai l'impression d'oublier l'essence même des mots, d'oublier un langage... Je regarde mon cheval, patiemment dressé près de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 510
Age : 18
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Jeu 9 Juil 2015 - 11:29



Le coup de la canne pour tapoter la tête n’était visiblement pas entièrement passé , d’un geste vif la jeune elfe avait saisi le bâton , faisant au passage osciller le Hobbit ; c’était somme toute prévisible . Mais l’elfe ne manifesta aucune autre agressivité , et semblait plutôt même intéressé par l’atypique discours d’Eugénion. Ce dernier , toujours aussi avide de savoirs et de connaissances , voyait cette rencontre comme une véritable aubaine , enfin il parlait à une représentante de cette race mythique et même si celle-ci souffrait de toute évidence de quelque trouble psychologique , cela restait l’occasion d’en apprendre plus sur ce peuple .
Eugénion n’était pas particulièrement courageux ou vaillant mais il n’était pas non plus un grand sédentaire particulièrement attaché à sa région natale. Il aimait voyager mais sur des routes largement empruntées et où ils se sentaient plus ou moins en sécurité , partir avec une elfe était déjà en quelque sorte un gage de sécurité ; les légendes portant sur les qualités guerrières des elfes circulaient largement en Comté , et celle-ci savait se battre à en juger par les deux magnifique dagues attachés à sa ceinture. De son côté en cas d’attaque , Eugénion ne pouvait compter que sur son bâton , son vieux poney aigri , un petit canif et à la rigueur ses longues pipes en bois ; pas de quoi repousser une attaque de brigands vous en conviendrez .

De plus le Semi-Homme espérait que son interlocutrice avait encore une petite once de mémoire pour pouvoir le mener vers des terres elfiques. Là le philosophe pourrait observer , analyser et étudier les moeurs , les coutumes et la culture des elfes comme il l’avait déjà fait pour le monde des Hobbits ou des Humains ; ainsi il pourrait aussi démontré l’absurdité de la société elfique . Car c’était bien en démontrant l’absence de cohérence et de logique chez chacune des civilisations , les unes après les autres , que l’ambitieux philosophe pourrait pointer du doigt l’absurdité général et complète du monde dans sa totalité . C’était son but final de démontrer qu’au final il n’y avait pas vraiment de but. Paadoxal? Assurément . Absurde? Sans aucun doute. Ridicule ? Peut-être . Mais au fond et bien qu’Eugénion s’évertuait à le décrier tout les êtres sur cette terre devait avoir un but , aussi absurde soit-il , dans le cas contraire c’est la déprime et finalement la mort .
Eugénion considérait la majorité des buts humains comme profondément vils et vain : l’argent , l’amour , le pouvoir , autant de futilités encombrantes. Non , lui était en quête de sagesse , voilà un but noble ; mais sa sagesse résidait dans la capacité d’analyse de l’absurdité des autres . Le Hobbit en était venu à la conclusion que la sagesse dépendait donc du manque de logique et de sagesse du monde et il s’en accommodait très bien.
Aujourd’hui il avait la possibilité de pousser ses recherches chez les elfes et il comptait bien le faire et si au passage il pouvait amener une âme perdue vers la lumière c’était tant mieux.

D’une phrase bien énigmatique qui confirmait sûrement l’instabilité psychologique de la jeune femme , cette dernière sembla accepter l’offre d’Eugénion . Bon si elle était l’”Ombre’ , alors lui serait le “Destin” et ses deux entités allaient devoir voyager ensemble jusqu’au jour nouveau .

Le visage du petit commerçant se fendit d’un grand sourire

-Oh ma chère , j’ose espérer que notre coopération dure plus d’un seul jour et puis franchement vous croyez vraiment au destin? Cette chose que les gens se sont inventés pour se donner un semblant de cohérence dans leur vie alors qu’il n’y en a pas forcément .
Halalala , il va vraiment falloir que je te forme l’esprit ma petite , heureusement nous avons le temps devant nous.


L’utilisation de la périphrase “ ma petite “ avait une connotation forcément humoristique , l’elfe devait être âgé de plusieurs centaines de plus qu’Eugénion .
Celui-ci remballa ses affaires , posa un écriteau

“Fermé car j’ai fumé toute l’herbe à pipe”

Il chargea son pauvre poney qui semblait plus que jamais en fin de vie , enfila son sac à dos et sortit une carte de la Terre du Milieu . Il l’ouvrit , celle-ci n’était pas très précise dans les distances ou les proportions mais avait le mérité de donner plus ou moins les routes à empruntés et les emplacement des différentes cités.

-Alors ma petite amnésique , as-tu une idée de où tu veux aller?

Sans lui laisser le temps de répondre , Eugénion reprit

-Fondcombe et la cité elfe la plus proche , je pense que c’est un bon premier objectif ; mais cela reste un peu loin du coup on devrait faire une escale à Bree pour le ravitaillement et un peu de repos . Ça nous fera faire un petit détour mais rien de bien méchant . De toute façon nous n’avancerons pas très vite , mon poney n’a … euh … disons plus vraiment les capacités de partir au triple galop .

Il marqua une pause , tirant une nouvelle fois sur sa pipe

-Au fait tu te souviens de ton prénom ou je vais devoir t’appeler “l’Ombre” tout le temps , parce que ça fait un peu macabre quand même.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lithildren Valbeön
Cavalière libre
Cavalière libre
avatar

Nombre de messages : 196
Age : 19
Localisation : Dans l'ombre

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 400 ans
- -:

Jeu 9 Juil 2015 - 14:34
Je réfléchis à toute la scène en un court instant.

La rencontre avec cet être est forcément le coup d'un destin, d'une nouvelle voie se dressant devant moi, telle une dalle au bord d'une falaise, ou la première marche d'un escalier obscurcit par l'oubli. Peut-être vais-je enfin pouvoir savoir qui je suis, ce que je suis ? Peut-être vais-je enfin recouvrer la mémoire ? Est-ce donc là que mon coeur souhaite se rendre ? Ce chemin nouvelle tracé me semble encore si sombre, si chaotique, que j'ai du mal à me rendre compte que le destin s'est finalement frayé un chemin vers moi, afin de me tendre la main, comme un amant aimant souhaite relever sa dulcinée après une chute.

En imaginant cela, je me sens tomber dans un abîme sans fin, je sens que je plonge dans mes propres souvenirs. Un vertige me prend, et je chancelle franchement. Aldranys s'avance et je m'appuie sur mon cher destrier. je revois cette ombre, cette silhouette me tendant une main. Mais qui est-ce ? Qui est-il ? Je ne le connais pas, mais son aura m'entoure d'une violente douceur, d'un cocon chaleureux empli d'amour - ou de passion, comment le savoir ? - et je me sens relâcher toutes les défenses de mon esprit. Des barrières dont j'ignorais l'existence se lèvent, et je crois apercevoir un sourire sur ce visage flou. Un sourire parfait, doux, chaleureux, qui m'emplit d'un sentiment de sécurité et de bonheur profonds.

En ouvrant les yeux, mes pupilles noires contrastant avec mon iris blanche-grise se rétractent comme sous l'effet du passage entre ombre-soleil - ce qui est métaphoriquement le cas. Je prends conscience de ma phrase. Le jour nouveau n'est pas le lendemain, mais la finalité du chemin. Je suis désormais certaine de là où je vais. J'avais déjà un schéma à l'esprit, car ma destination est Imladris la Lumineuse - comme il me plaît de l'appeler. Je regarde vers l'horizon, désormais aussi clair que la voie à suivre, puis mon oreille frémit à la prise de parole du petit être.

- Oh ma chère , j’ose espérer que notre coopération dure plus d’un seul jour et puis franchement vous croyez vraiment au destin? Cette chose que les gens se sont inventés pour se donner un semblant de cohérence dans leur vie alors qu’il n’y en a pas forcément . Halalala , il va vraiment falloir que je te forme l’esprit ma petite , heureusement nous avons le temps devant nous.

Je lui adresse un chaleureux sourire, chose rare me concernant. Le destin, le concours de circonstances, la coïncidence, que cet être sage l'appelle comme il l'entend, mais oui, je crois à la destinée liant chaque être à un chemin. Comment expliquer que, alors que je souhaite me rendre chez moi afin d'en apprendre plus sur moi-même, je rencontre un Hobbit qui m'éclaire ? Comment me l'expliquer à moi-même, alors que ma vie n'est qu'un brouillard insignifiant de formes floues, un chaos sentimental qui me fait chavirer ? Je ne saurais comment le dire sans énigme, car je me sens incapable de parler autrement à ce jour. Ces énigmes, je les comprends sans comprendre, je les dis sans les penser, et je les pense sans les dire.Un paradoxe délicieux et douloureux, aussi étrange qu'attirant, aussi infâme que caresse. Parler ainsi est le seul moyen que mon esprit semble avoir trouvé contre les douleurs crâniennes qui me prennent lorsque je réfléchis trop.

- Alors ma petite amnésique , as-tu une idée de où tu veux aller? Fondcombe et la cité elfe la plus proche , je pense que c’est un bon premier objectif ; mais cela reste un peu loin du coup on devrait faire une escale à Bree pour le ravitaillement et un peu de repos . Ça nous fera faire un petit détour mais rien de bien méchant . De toute façon nous n’avancerons pas très vite , mon poney n’a … euh … disons plus vraiment les capacités de partir au triple galop .

Mon sourire s'aggrandit à cela. Comment exprimer que ceci EST le destin ?

- Au fait tu te souviens de ton prénom ou je vais devoir t’appeler “l’Ombre” tout le temps , parce que ça fait un peu macabre quand même.

- Je crois que mes parents m'ont dotée du nom de Lithildren. Et je vis le jour il y a 400 ans dans la cité d'Imladris, ou Fondcombe comme vous la nommez. Mais j'ignore si mes parents y sont encore, où s'ils sont partis vers la Forêt Noire, ou encore en Lorien après mon départ il y a de cela bien longtemps. Et même s'ils sont encore là-bas, j'ignore si je pourrais les reconnaître.

Comment exprimer ma déception face à moi-même ? Je ne suis même pas certaine de reconnaître ces visages mystérieux... Je finis par sauter agilement sur le dos de mon destrier Aldranys, et tire un léger coup sur la bride pour me diriger vers la route menant à Bree. Le Hobbit me suit de près, alors que nous entamons le début de notre route, qui sait peut-être longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 510
Age : 18
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Dim 12 Juil 2015 - 12:50




Même pour un philosophe soi-disant “aguerri” la jeune elfe apparaissait comme un être fascinant nimbé d’un large voile fait de mystères et de secrets. Mais la curiosité était un très bon défaut et Eugénion comptait bien percer toutes ces énigmes gravitant autour de cet être , analyser l’âme et l’esprit de cette dernière ; découvrir des choses qu’elle même ignorait sur sa propre personne .  Il désirait tout savoir sur cette étrange créature  , animé par cette soif inétanchable de savoir et de connaissance ; ce n’est qu’en connaissant tout sur tout les peuples et civilisations qu’il pourrait prouver l’universalité de sa théorie sur la condition absurde de l’existence  , il en était déjà certes persuadé mais à présent il ne manquait plus qu’à appliquer les faits sur sa théorie quitte à les remodeler un peu .

Elle se présenta comme se nommant Lithildren , au moins elle se souvenait de son nom ; elle était pas complètement amnésique et c’était , Eugénion devait le reconnaître, un bon début.  Elle se rappelait même son âge et son lieu de naissance  , décidément la situation était loin , très loin d’être désespérée au niveau de sa mémoire . Bon il y avait bien ce léger détail ; elle affirmait ne pas pouvoir reconnaître ses parents mais quelle importance.  Elle ne se souvenait plus d’eux? Eh bien tant pis cela voulait dire qu’ils n’avaient pas été assez digne pour que la mémoire de la “jeune” elfe s’en souvienne , et puis il fallait qu’elle avance , qu’elle fonce ; s’apitoyer sur l’oubli de ses parents ne la mènerait qu’à l’immobilisme et à sa perte.

Le Hobbit replia précautionneusement sa carte et la rangea dans sa sacoche , puis il rassembla ses derniers effets et les plaça soit sur les pacquages portés par son poney soit dans son large sac à dos qui faisait presque sa taille.

-Hmmm…. Lithildren , ça ne te dérange pas que je t’appelle Lith’ ?
Encore une fois sans lui laisser le temps de prononcer le moindre mot il enchaîna . Alors Lith’ ça tombe bien , tu vas revoir ta vile natale . Tu crains de na pas pouvoir reconnaître tes parents? Et alors? Morbleu ! Va falloir se ressaisir ma jolie ! Tu as soufflé tes quatre cents bougies , l’adolescence c’est fini , à cet âge là on devrait pouvoir se passer de ses parents non?

Affichant toujours cet inamovible sourire malicieux Eugénion attacha soigneusement sa pipe à la ceinture , prêt à la dégainer rapidement en cas de besoin  , et enfila son sac à dos. Il prit une grande inspiration et prit les rênes de son vieux poney .

-Alors qu’est ce qu’on attend Lith’? Allons-y , il faut foncer , de l’avant , plus de temps à perdre .

“Foncer”.... Le terme semblait bien hyperbolique quand on voyait la cadence à laquelle Eugénion et sa clique se mettait en branle , une tortue aurait pu rivaliser avec lui .
C’est donc lentement très lentement qu’ils s’éloignèrent peu à peu d’Edoras pour se rendre à Bree . Le début d’un long voyage et qui sait peut-être d’une aventure , car contrairement à ce que le semi-Homme pensait la vie n’était peut-être pas constamment monotone et absurde , elle pouvait cacher quelques surprises.
“Les voyages forment l’esprit” disait le regretté penseur Hobbit Jean Jacquions Roussion à propos de l’éducation de son enfant Emilion . Si Eugénion pensait que ce voyage là formerait l’esprit de Lithildrene il était sûrement loin de se douter que lui même en apprendrait au moins tout autant.


Sous le soleil qui écrasait le petit monde de sa chaleur , les deux étranges compagnons de routes avançaient . Eugénion ne cessant de parler de ses expériences personnellle  , ses traités philosophique , ses pensées profondes ou encore sur le marché de l’herbe à pipe.


D’où ils le venaient ils pensaient tout deux le savoir , qui ils étaient aussi , du moins pour le Hobbit et où ils se rendaient il le savaient aussi mais dans cet étrange voyage il risquait de faire d’étonnantes découvertes sur eux-même.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 510
Age : 18
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Lun 13 Juil 2015 - 11:36
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dis-moi d'où tu viens , je te dirai qui tu es . [Lithildren]
» T' as du travail? Je m'en fiche ~? Viens chanter avec moi ? [PV May ]
» Je ne te connais pas... d'où viens tu?(Coeur boiteux )
» Viens prendre ta claque !!!
» Pour une personne admirable et exceptionnelle. ♥ [ Viens vite, grognasse. ♪ ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Le Rohan :: Edoras-
Sauter vers: