Il ne faut pas être plus royaliste que le Roi

Aller en bas 
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 892
Age : 27
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Mar 15 Déc 2015 - 11:47
Un orage de chaleur s’abattait encore sur les plaines du Riddermark, traînant derrière lui de longues ondées pareilles à des voiles sombres. Depuis le mariage du roi Aladarion et de la jeune princesse de Dale, le Rohan avait repris ses couleurs. Personne n’avait oublié la brutalité qui avait opposé les Rohirrims entre eux et la Guerre des Trois Rois entachait à présent leur histoire d’une page noire.  Les bardes et les conteurs chantaient peu à propos de cet événement, car tout le monde y avait perdu quelque chose… un peu de leur âme sans doute. Plusieurs escarmouches avaient agitées les collines et les champs, rébellions sporadiques et souffreteuses de quelques anciens hommes de mains d’Hogorwen qui n’avaient pas supporté la mort de leur chef et la déchéance de leur parti. Et puis il y avait eu plus inquiétant. Ces bandes d’orcs qui traversaient allègrement les plaines par petits groupes, comme fouettés par une main invisible, rapides et muets, plus terrifiés par ce qui leur courraient après que par les Rohirrims eux-mêmes. Personne n’avait rien pu en tirer. Puis les incursions orcs s’étaient calmées.


Gallen Mortensen soupira. La vie politique n’était pas son fort. Il était nécessaire que le jeune roi apprenne ses gammes auprès de personnes compétentes. Il ne remettait pas son éducation en question. Mais la gestion du royaume et le fait que toutes les décisions reposaient sur ses épaules semblait l’alourdir d’un fardeau insurmontable. Il était homme d’action et de cœur, prêt à défendre son royaume, mais il préférait tenir l’épée que la plume, et  parler à ses hommes sur un champ de bataille plutôt qu’à des conseillers autour d’une table.

Des bruits de pas résonnèrent dans la longue salle du château de Meduseld. Les portes s’étaient ouvertes sans qu’aucun nom ne fût prononcé et Gallen fut tiré de ses réflexions. Un vieillard grisonnant et courbé par le poids de nombreuses années s’avançait aussi rapidement que le lui permettaient ses vieilles jambes. Le Haut Conseiller. Gallen se leva et accueillit le Précepteur avec le respect qu’il lui devait. Mais l’urgence de la situation lui fit omettre les politesses d’usage.

- Graves nouvelles Polias. J’avais besoin de vous consulter, c’est une décision à ne pas prendre à la légère.

Le Haut Conseiller hocha de la tête mais il ne répondit pas tout de suite. L’atmosphère était tendue entre les deux hommes. Car malgré le profond respect qu’ils avaient l’un pour l’autre, Polias reprochait à Gallen d’être trop sanguin et ils n’étaient que rarement d’accord sur les décisions à prendre. Le vieil homme craignait que le Vice-Roi ne s’emporte et ne s’enflamme à propos de cette missive et qu’il envoie tout un contingent de Rohirrims à la poursuite d’une ombre. Leur royaume avait trop souffert ces derniers mois pour se permettre de batifoler après des rêves de grandeur.

- Savons-nous si leur propos est attesté par d’autres ? Enfin, Gallen, des armes aussi puissantes existent-elles vraiment ? Il est dangereux de se mettre en marche avec des on-dit. Nous ne pouvons nous permettre de nous embarquer dans cette aventure sans mettre en péril notre royaume.

Gallen s’enflamma.

- Et de telles armes nous permettraient aussi de retrouver notre grandeur d’antan. Notre bannière n’a été que trop souvent bafouée, notre peuple a besoin de croire en quelque chose, d’avoir de l’espoir. Les événements ont joué en notre défaveur jusqu’à présent et nous ont affaiblis. Il est temps d’unir nos forces pour faire quelque chose de plus grand.
- Gallen, vous vous emportez. Nous devons d’abord en référer au jeune Fendor. Il doit être mis au courant. Malgré tout le respect que je vous dois, je pense que nous ne sommes pas en mesure de prendre cette décision.
- Et quoi ? Laisser un enfant choisir le destin de notre royaume ?


Malgré la véhémence de ses propos, il se mordit les lèvres pour ne pas en dire plus. Il s’était rattaché à la cause de Fendor par devoir et loyauté envers son royaume. Mais il y avait bien à redire sur le jeune garçon qui s’était un jour présenté au Gouffre de Helm comme leur seul et unique souverain. Polias eut un regard grave envers le Champion du Rohan et secoua lentement la tête en signe de dépit.  

- Il se pourrait que ce jeune homme nous surprenne Gallen. Le sang de Firion coule dans ses veines.

Mais quelle que soit la décision du roi, Gallen Mortensen, Champion du Rohan, s’était déjà fais un avis sur la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Il ne faut pas boire de sang.
» Il faut vivre.
» La curiosité est un vilain défaut ! [Livre 1 - Terminé]
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Le Rohan :: Edoras :: Meduseld-
Sauter vers: