PnJ(s) de Lithildren

Aller en bas 
Lithildren Valbeön
Cavalière libre
Cavalière libre
avatar

Nombre de messages : 203
Age : 19
Localisation : Dans l'ombre

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 400 ans
- -:

Jeu 16 Juin 2016 - 21:34
Je tiens à remercier Ryad pour ses conseils et son approbation pour la fiche de ma chère chère PnJ.


Elyena Darsig, mais on l'appelle Rose Noire.
Elle est une femme de 26 ans, née à la Cité Blanche de parents gondoriens, Caleb et Ariane. Elle n'a l'alignement que de celui qui l'emploie, à savoir le Général Cartogan du Gondor pour l'instant.

Histoire
Ariane était issue d'une famille bourgeoise de Minas Tirith, et Caleb d'une famille d'artisans d'Osgiliath. Ils s'étaient rencontrés au détour d'un hasard, à Osgiliath. Leur union ne fut pas bien reçue de la famille d'Ariane, mais elle n'en tint pas compte dans la passion de son amour. Après avoir accouché d'Elyena, Ariane mourut et légua toutes ses possessions à sa fille et son mari, dont son statut bourgeois. Caleb tenta bien que mal de rehausser son image auprès de la belle-famille après le décès d'Ariane, mais celle-ci n'avait de cesse de dire qu'il ne méritait pas ce titre, ni même d'avoir eut une fille avec Ariane. Mais que faire avec cet argent, ce statut, avec un simple métier d'artisan ? Caleb se retrouvait jeune père avec une fille à élever. Pour le bien d'Elyena, Caleb prit la décision d'essayer de trouver une nouvelle femme, et il mit deux ans à cette quête personnelle. Une autre bourgeoise, Lina, devint sa nouvelle femme, mais il n'avait que de pauvres sentiments pour elle. Il ne cessait de dire en secret à sa fille qu'il était mieux pour elle d'avoir une maman plutôt qu'un père seul.

Une fois un peu plus grande, Elyena devint très proche de son père. Vers ses 6 ans, elle allait dans le bureau de son père quand elle vit Lina signer des papiers et fouiller dans le bureau pour trouver de l'argent. La petite fille fit rapidement le lien avec les nouvelles robes et bijoux de la femme. Elyena savait qu'elle n'était pas sa mère, puisque son père ne cessait de lui montrer un dessin qu'il avait fait pour Ariane, et ce qu'Elyena savait parfaitement dire était "Maman était très belle !", ce qui faisait presque pleurer Caleb. Elyena sa cacha dans le couloir pour que Lina ne la voit pas, puis, sans un bruit, elle entra dans le bureau et monta sur la chaise de son père. Elyena ne comprenait pas tout, mais elle comprit que Lina dépensait l'argent de Caleb sans son aval. La petite fille enroula le parchemin et le cacha sous sa robe, et alla dans sa chambre en attendant le retour de son père. Quand Caleb rentra le soir, Lina vint voir la petite fille.
"Dis-moi, Elyena, tu n'aurais pas prit un papier sur le bureau de ton père, petite voleuse ?"
Au lieu de répondre, Elyena courut avec le parchemin dans les mains, en appelant son père en criant. Caleb, inquiet, alla à sa rencontre et la réceptionna dans ses bras, et vit que Lina lui courait après.
"Que se passe-t-il ?"
"Rien, mon am...-"
"Regarde papa, j'ai ça pour toi !"
Quand Elyena tendit le parchemin, Lina comprit tout.
"Sale petite voleuse !"
"Eh, toi, je ne te permets pas de parler ainsi à ma fille ! Qu'est-ce donc, ma puce ?"
Il posa Elyena au sol, qui s eplanqua derrière les jambes de son père. Lina tenta de convaincre Caleb de ne pas lire, que ce n'était pas important, mais il lut et comprit comment son argent se vidait un peu plus chaque mois.
"Tu dilapides MA fortune, léguée par MON ancienne femme, et ceci sans mon accord ? Disparait d'ici, et que je ne te revois plus, voleuse !"
Il jeta dehors la pauvre Lina et fit envoyer ses affaires chez ses parents, avec la lettre justifiant le geste. Caleb se rendit compte trop tard qu'en fait il ne lui restait plus un sou de sa fortune, et il perdit son statut de bourgeois, sa maison, et il n'eut d'autre choix que de déménager dans la Basse Cité.

Adolescente, Elyena n'avait eut qu'une éducation par sa famille, et avait peu d'amis. Elle devenait aussi belle que sa mère, fine et élancée, et accomplissait de petits boulots peu payés. Elyena était devenue une femme très observatrice, attentive au moindre son, et avec une certaine mémoire. Elle entendait certaines choses, comme qui trompait qui par exemple.
Une fois, elle fut même employée comme serveuse lors d'une fête organisée par des bourgeois d'Osgiliath, par un concours de circonstances qu'elle-même ne comprenait pas. Pendant la soirée, elle crut exploser de colère : jeux d'argent, manipulations, alliances, maraiges organisés... Elyena écoutait, entendait, et retenait tout.
"Eh bien, jeune empotée, qu'attendez-vous ?"
Elyena sursauta et inclina le buste. Une bourgeoise lui avait demandé d'apporter une boisson à une autre noble. Ca lui apprendra à épouser mon amant, à celle-là, avait-elle dit avec arrogance. Elyena n'apporta jamais le verre : elle le jeta par la fenêtre et apporta un verre tout à fait normal à l'autre bourgeoise, en ajoutant Un cadeau sain de votre chère amie. Un peu plus tard, cette même bourgeoise se plaignit de maux de tête et de vomissements, et voulut faire arrêter Elyena pour empoisonnement et complicité de meurtre. Elyena se défendit en accusant haut et fort la bourgeoise qui voulait empoisonner l'autre à la base, mais rien n'y fit : qui croirait une serveuse anciennement bourgeoise ? Elyena passa quelques jours en prison jusqu'à ce que l'affaire soit élucidée et qu'elle soit innocentée. C'est un jeune soldat qui vint la libérer, une jeune homme issu de famille noble et qui s'appelait Edanh. Elle tomba sous le charme des yeux verts de ce jeune homme, qui ne sembla même pas la remarquer. Ils se croisèrent dans la ville plusieurs fois au cours des deux mois qui suivirent, et chaque fois, elle lui adressait un large sourire.

Caleb tomba gravement malade quand elle eut 22 ans. Elyena n'avait pas assez d'argent pour lui payer des soins, et Elyena fréquentait Edanh depuis deux mois en affirmant qu'elle était issue d'une famille bourgeoise, et ne parlait jamais de son père même s'il savait qu'elle en avait un, car elle mentionnait souvent son père comme un modèle pour elle. Ils n'étaient pas mariés, et ne faisaient que se fréquenter. Il refuserait de l'aider, certainement, et elle accéléra leur relation pour qu'elle devienne l'amante d'un noble. Non contente de la situation, elle se mit, dès le premier soir, à voler dans l'argent d'Edanh pour payer des soins à son père. Elle fit aussi en sorte de l'installer dans un endroit plus sain, et lui acheta une petite maison dans un meilleur quartier. Edanh remarquait qu'il avait un peu moins d'argent, mais elle prétextait des achats personnels ou des cadeaux pour lui, et il ne disait rien quand elle lui présentait le cadeau en question – qu'elle achetait avec son propre salaire. Le manège dura trois mois environ.
En parallèle, Elyena était devenue domestique pour une famille noble de la ville, repérée à l'auberge. Sir De Varden n'était pas le meilleur des hommes, et le passé d'Elyena semblait soigneusement caché. Elle servit de domestique à De Varden pendant deux mois, engagée un petit mois après sa relation avec Edanh, et le début des vols ce la jeune femme à son amant. Edanh ignorait ce qu'elle faisait dans la vie, et De Varden ignorait qu'elle avait un amant. Mais elle jouait le jeu. Sous couvert de sa beauté, De Varden tenta de nombreuses fois de séduire Elyena, que ce soit par des gestes, des regards, des mots, des tentatives poussées ou même une fois avec de l'argent. Mais chaque fois, Elyena l'envoyait dans les roses, avec une politesse hypocrite et trouvant toujours un prétexte.

Tout changea ce soir-là. De Varden avait invité un dignitaire de la ville et un soldat de la garde, et elle avait lut sur des papiers qu'il avait même un assassin et un espion à sa botte. Il pensait qu'elle était dans ses quartiers, alors qu'à l'arrivée de ces hommes en pleine nuit et de manière discrète, et sans qu'il fasse appel à elle de suite, elle trouva cela étrange. Il l'appela pour qu'elle serve des boissons à ces messieurs, et elle s'exécuta rapidement. Elle en profita pour écouter aux portes, et entendit des bribes de conversations, et capta juste qu'il allait chercher le contrat de suppression dans son bureau. Elle apporta les boissons quand il sortit du bureau, puis en sortant elle alla vers le bureau. Elle rattrapa De Varden dans le bureau et avant qu'il ne puisse sortir quelque chose d'une boîte sur son bureau, elle entra et l'avertit qu'on l'attendait à la porte, un message important d'un haut dignitaire. Il fut surprit, mais alla au pas de course à l'entrée. Elyena, à peine fût-il sortit, elle ouvrit la boîte et en sortit un contrat de marchandage d'esclaves entre le Gondor et l'est, dont De Varden était une "étape" de livraison. Il y avait aussi une plainte pour "abus sur la livraison" et une menace de couper le financement d'un autre contrat, le plus important, celui d'un multiple assassinat parmi des membres de la noblesse. Elyena entendit des pas revenir et un grommellement : De Varden revenait. Elle prit les contrats, les cacha dans son décolleté et sortit par la fenêtre. Elle atterrit sur les haies bordant l'allée, et se cacha le temps que l'agitation au bureau se calme : De Varden venait de voir les documents volés, et appelait les autres pour la retrouver. Elle attendit quelques minutes puis courut dans la nuit, se cachant du mieux qu'elle le pouvait, et alla chez son père.

Elle ne se fit prendre que quelques jours plus tard, chez De Varden, mais pour un tout autre motif : Edanh avait découvert qu'elle avait volé une grande masse d'argent pour payer une maison et des soins à son père, qui se portait un peu mieux. Il la mena en justice, et partagea son désarroi, sa tristesse ; le pire était qu'elle aimait sincèrement Edanh. Et pendant son procès pour vol, De Varden rajouta en plus un vol chez lui et une tentative de meurtre. Elle espérait que cela soit ainsi.
"Si par vol vous entendez le vol d'un contrat de triple assassinat, de passage d'esclaves et une plainte pour abus sur une "marchandise", alors je ne pense pas être la plus à plaindre."
Elle montra les contrats et le juge les lut à voix haute. Elle fut envoyée en prison pour vol d'argent, et De Varden pour complot et vente illégale d'esclaves à l'est. Ce fut la pire des expériences de sa vie. Edanh venait la voir pour lui donner des nouvelles de son père, mais le reste du temps, elle subissait les insultes, les tentatives d'attouchements, les propos pervers, et le mauvais traitement des prisonniers. Elle se fit un ami, un adolescent appelé Yvân, enfermé pour meurtre accidentel. Son père battait sa mère qu'il accusait d'adultère sans preuve, et Yvân, voulant la protéger, s'était bagarré avec le père. Le père tentait d'étrangler son fils, celui-ci se défendait et ils tombèrent dans les escaliers. Le père mourut par la suite au bas des escaliers, le crâne enfoncé à l'arrière, certainement à cause des marches, pendant qu'Yvân était évanouit, lui aussi s'étant cogné la tête au sol en tombant. Il s'était dénoncé lui-même à la garde, se sentant coupable de la mort de son père. Mais Elyena ne le voyait pas ainsi : pour elle, c'était de la pure défense et il avait sauvé la vie de sa mère.
"Mais elle trompait vraiment ton père ?"
"Non, enfin je crois pas..."
Elyena trouvait la situation peu commune, mais en même temps cela lui rappelait sa propre histoire. Deux mois plus tard, elle reçut la visite d'un agent d'un homme appelé Cartogan, qui avait fait en sorte qu'elle soit libérée.
"Le Général vous offre un emploi sous les ordres d'un de mes supérieurs. Si vous acceptez, vous serez lavée de vos crimes passés, sinon, vous finissez vos jours en prison."
"Y a des conditions ?"
"Le silence absolu sur votre emploi, votre nom, nos noms, et une discrétion absolue. Trahison, déloyauté, cela vous vaudra la corde sans procès et dans l'ombre."
"J'ai une condition moi aussi. Je veux que Yvân Vargonh ait un nouveau jugement."
"Considérez que vous êtes à l'essai. Si vous réussissez à le faire libérer, vous serez engagée. Sinon, on vous remets en cage, compris ?"
Trois semaines plus tard. Elyena était cachée dans l'ombre, sous un manteau noir ample. Elle avait promit qu'Yvân serait libéré, et cela allait être chose faite. Elle avait fait envoyer une série de lettres au juge pour qu'il fasse libérer Yvân : dans ces lettres, la mère du garçon avouait qu'elle avait tué son mari pendant l'inconscience du fils, et qu'elle l'avait fait accuser pour pouvoir partir de Minas Tirith avec l'argent du mari. La garde fit libéré Yvân, la mère fut arrêtée à Cair Andros, et Elyena fut officieusement engagée comme espionne par l'agent de Cartogan. Quelques jours plus tard, Elyena rendit visite à Yvân et il lui offrit une tresse de cuir qu'il avait faite à partir des lacets de ses sandales, quand il était en prison. Elle garde la tresse depuis, et parfois lui envoie un bout de tissu pour qu'ils se rencontrent dans un endroit isolé, afin qu'elle prenne des nouvelles de l'adolescent.

Entre deux missions, Elyena tentait de reconquérir son ancien amant, qu'elle aimait toujours. Elle lui montra qu'elle avait changé, s'excusa des tonnes de fois, et elle l'invita plusieurs fois à des rendez-vous auxquels il ne venait presque jamais. Elyena envoyait des lettres, et remboursa même une partie de l'argent qu'elle avait volé au jeune homme. La seule lettre qu'il renvoya, ce fut une où il expliquait que même s'il l'aurait voulu, il ne pourrait plus jamais retourner avec elle, à cause de la pression familliale. Quelques temps passèrent, ils continuèrent d'échanger des lettres, et Elyena avait remboursé un peu plus de la moitié de l'argent volé, quand il finit par venir à un des fameux rendez-vous.
"Je pensais ne pas te voir."
"Moi qui pensais que si je venais, JE ne te verrais pas. Je pensais que tu voulais juste me voir venir de loin."
"Oh non, j'ai été là chaque fois, attendant des heures que tu viennes."
Ils marchèrent un instant, avant de s'asseoir sur un banc, dans une allée peu fréquentée à cette heure-ci.
"La prison m'a changée, Edanh. Je ne suis vraiment plus la femme que j'étais. Je ne vole plus, tu pux me croire."
"Je te crois, mais ma famille ?"
"Je ne puis te dire que faire, à toi seul de décider ce que tu souhaites le plus."
Ils échangèrent un regard, puis un baiser, deux baisers, et trois, puis ils temrinèrent la nuit chez Edanh. Le jour des 24 ans d'Elyena, ils se marièrent à Minas Tirith, sous un beau jour radieux, et la famille du soldat le déshérita pour cet affront : il perdit son titre de noblesse, sa fortune, sa maison, tout, sauf sa femme. Ils emménagèrent dans une maison modeste grâce à l'argent d'Elyena et les économies du jeune homme, et après quelques mois de vie commune, Elyena tomba enceinte.

"Avance, sale chienne !"
Elyena totuba en avant, faible. Son ventre était bien rond, une grossesse de 6 mois, et pourtant elle avait été envoyée comme agent de terrain pour démanteler le réseau de marchandage d'esclaves qui impliquait son ancien employeur, De Varden. Elyena mit une main sur sa bouche et chercha un pot, un vase ou n'importe quoi. Elle vit un crachoir sur le côté et se jeta dessus pour vider son estomac et  régurgita de la bile amer. Elle n'avait rien mangé depuis un jour et demi, car sa grossesse lui donnait l'avantage d'être un peu plus nourrie que ces pauvres autres femmes-esclaves vendues à paine dépassées la vingtaine. La plupart iraient en maison close dans l'est de la Terre du Milieu ou du Gondor, d'autres comme gourvernantes chez des nobles ou bourgeois célibataires, d'autres en domestiques, d'autres encore dans des auberges. Ces femmes étaient des objets, considérées comme des jouets pour hommes, et déjà une était morte de faim et de mauvais traitement. Les couloirs de ce manoir étaient loin d'être agréables, et ce n'était là qu'une des étapes. Transporter des femmes sans attirer l'attention, c'était quelque peu compliqué, la plupart des voyages se faisaient de nuit en ville, ou de jour en rase campagne. Elyena serrait dans sa main la tresse en cuir de ce jeune garçon, Yvân, avec qui elle restait en contact par lettre. Elle prenait cette tresse à chaque mission pour se rappeler du sort de ceux qui échouent, pour se souvenir quelle est sa mission : faire sortir la vérité, quel qu'en soit le prix à payer. Un homme la prit par les cheveux et la releva.
"Allez feignasse !"
Elle se releva en s'appuyant contre le mur froid, et continua le long du tunnel. Ce tunnel passait sous la ville, parallèle aux égouts de Cair Andros, dernière étape avant le Rhûn. Elyena avait encore jusqu'au lendemain soir pour finir sa mission, et l'échec était impardonnable pour elle. Elle devrait utiliser sa grossesse. Elyena mis la main sous son ventre bien rond, et arriva dans une salle un peu plus spacieuse et à peine aménagée. Elle se mit à simuler des coups dans son ventre, tomba à genoux et gémit en sanglotant. Au départ, personne ne réagit, mais quand elle se mit à insister et que deux femmes vinrent la voir, un agent de De Varden venant d'entrer dans la pièce somma qu'on la monte au manoir. Ils la portèrent alors qu'elle gémissait encore, et vomit une fois sur un des hommes, qui pesta quand ils la posèrent dans une chambre. Il l'insulta de tout les noms quand il sortit de la chambre, moqué par ses camarades. Elle attendit la nuit, et se leva. Elle regarda dans le couloit et ne vit personne. Elle devrait chercher le bureau, et un corbeau se mit à toquer avec son bec à la fenêtre de la chambre, ce qui la fit sursauter. Elle ouvrit au corbeau, qui portait un message. Minuit à la place des fleurs, documents requis, sinon abandon. Elle glissa le papier entre ses seins et ferma la fenêtre. Elle se cacha derrières des piliers, esquiva les gardes, écouta aux portes, et finit par arriver au bureau du maître de maison. Toujours vaste, décoré, et en bordel. Elle fouilla le bureau mais ne trouva rien. Elle se mit à réfléchir, analyser la pièce. Elle capta une lueur dorée près de la cheminée, et vit une pierre plus claire et semblant désoudée du reste.
"Petit futé..." murmura-t-elle. Elle parvint à décaler la pierre et trouva des parchemins enroulés soigneusement, pliés pour certains. Elle les lut rapidement, et sourit. Elle avait trouvé. Elle entendit des pas et chercha comment se cacher. Pas question de passer par la fenêtre... Elle l'ouvrit tout de même, arracha un des rideaux, l'attacha à la table et le lança par la fenêtre. Elle tira un coup pour bouger la table, comme si un poids était descendu par la fenêtre, mit des documents fallatieux comme prévu à la place des vrais, remit la pierre et se cacha dans l'alcôve. Celle-ci possédait un accès au couloir, qu'elle prit, puis retourna toujours aussi discrètement avec les autres femmes. Le temps commençait à manquer. Une fois là, elle prétexta une envie soudaine d'uriner et s'éloigna, mais un garde fut chargé de la suivre. Elle lui demanda de se tourner, et elle prit une pierre pour l'assomer, mais ses forces manquaient et elle ne fit que lui faire plier la jambe avec le poids de la pierre. Il cria et pesta, et elle prit la fuite aussi vite qu'elle put. Une fois dehors, elle perdit connaissance près d'une fontaine, et ne se réveilla que le lendemain matin dans une charrette couverte, avec un des agents de Cartogan.

Elyena donna naissance à son fils Aren deux jours après son retour en ville. Elle manqua d'y passer, le stress et la mauvaise nutrition ayant affaiblit son organisme et accéléré sa grossesse. Elle passa presque un mois enfermée chez elle à reprendre des forces, son mari veillant sur elle et leur fils. Un an plus tard, elle dû engager une nourrice pour prendre soin de son fils, pendant qu'elle s'absentait en mission : infiltration chez des nobles, récolte d'informations, etc. Mais Edanh ignore son travail d'espionne pour qu'il ne soit jamais impliqué si jamais elle échouait à une mission. Depuis la mort de Caleb, la maison servait de maison principal sur le plan social et était sa résidence secondaire. Elle prenait ses courriers là-bas, s'occupait de la maison, et avait même dit à son mari qu'elle avait vendu la maison. Elle bâtissait un mur de mensonges pour protéger sa famille si jamais elle était démasquée, si elle échouait.. Hors de question qu'ils aient un quelconque lien avec le travail d'Elyena. Quand elle partait en mission, elle prétextait une visite à la famille, ou un voyage d'affaires, et elle s'arrangeait pour que cela fasse vrai. Mais quand elle n'était pas en mission, elle passait du temps avec son fils Aren.

Mentalité
Elyena est une femme de principes, loyale et droite. Ayant bâti son existence sous le signe du mensonge, il est difficile de savoir quand elle ment, et quand elle est honnête. Elle a une faculté de mentir très développée, même si elle est aussi très honnête. Elyena est une femme discrète, intelligente, rusée et tactique, elle réfléchit vite et sait garder son sang-froid et un sens pratique quelle que soit la situation. Cependant, elle a de grandes difficultés à choisir ce qu'il est mieux : déchirée entre protéger sa famille, sa patrie et sauver son honneur d'espionne ou même sa vie, elle se met parfois en danger pour mettre à terme sa mission, parfois au prix d'une grande souffrance, jusqu'à aller aux portes de la mort. Elyena a un sens de l'honneur et de la loyauté très développés chez elle, et elle a une grande confiance en elle et ses capacités de manipulation, d'infiltration et de discrétion. Néanmoins, cette confiance la force sans cesse à se poser des limites extrêmes qui la mettent en danger, pour se forcer à réussir, car échouer est comme mourir pour elle, et elle refuse de tomber de haut après avoir gravit les échelons si durement pendant quelques années.
Elyena ne supporte pas les jeux de nobles - trahisons, meurtres, complots, jeux d'argent, d'alliances ou de menaces - et c'est cette hantise qui la privilégie parmi d'autres : ayant non seulement un ancien statut bourgeois et une éducation bourgeoise, elle a beau haïr ces nobles et ces bourgeois, elle sait très bien s'y fondre, avec de très bonnes manières et un langage toujours approprié à la situation. Elyena est une femme observatrice qui repère souvent les petits détails, elle écoute absolument tout ce qu'elle peut et retient parfois des informations paraissant anodines. Elle s'adapte à toutes les situations, pour peu qu'elle ait un minimum d'informations. Elyena doit faire confiance à ses seuls talents de voleuse et d'espionne, pour la simple et bonne raison qu'elle ne sait pas manier aucune arme, à part peut-être un couteau de cuisine. Rapidité, efficacité sont ses atouts majeurs, avec son physique svelte et gracieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryad Assad
Espion de Rhûn - Vicieux à ses heures perdues
Espion de Rhûn - Vicieux à ses heures perdues
avatar

Nombre de messages : 1860
Age : 25
Localisation : Pelargir
Rôle : Humaniste

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 36 ans
- -:

Ven 17 Juin 2016 - 11:42
Je confirme, fiche validée !

J'ai hâte de voir ce perso en RP Wink.


Membre des Orange Brothers aka The Bad Cop

"Il n'y a pas pire tyrannie que celle qui se cache sous l'étendard de la Justice"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lithildren Valbeön
Cavalière libre
Cavalière libre
avatar

Nombre de messages : 203
Age : 19
Localisation : Dans l'ombre

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 400 ans
- -:

Ven 17 Juin 2016 - 18:49
Merci Ryry :3

A vrai dire, moi aussi x)
Faut une mission d'abord XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dis-moi d'où tu viens , je te dirai qui tu es . [Lithildren]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Communauté - :: Registres :: Les fiches des PNJs-
Sauter vers: