Prévenir le Vice-Roi

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 923
Age : 28
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Mar 10 Avr 2018 - 12:08

Le feu et le sang. « Je n’ai jamais vu de feu pareil sire ». Un instant, Gallen revit les flammes et le visage de Balthazar le Noir dans les profondeurs des mines. Avec le temps, il pensait que les souvenirs devenaient moins forts, moins douloureux. Mais tandis que Théomer finissait son rapport, il lui sembla entendre au loin le rire démentiel se répercuter en écho dans sa mémoire. Ce que Théomer avait vécu, il l’avait vécu aussi et chacun de ses mots le toucha durement. Quand le Rohirrim acheva de narrer ses mésaventures, Gallen le regardait autrement. Non plus comme un Vice-Roi regarde un subalterne, mais d’homme à homme. Gallen comprenait ce que le soldat avait vécu, il le ressentait dans sa chair. Pourtant, la narration de Théomer ne l’aida pas davantage à comprendre ce qu’il se passait. Il n’arrivait pas à démêler ce qui pouvait relever de l’Ordre de la Couronne de Fer et ce qui pouvait être lié à la missive des Érudits. Le feu et le sang. Deux mots qui tournaient à l’obsession. Et le capitaine Learamn qui semblait lié à tout cela, inextricablement. S’il s’était remis de ses blessures plus tôt, son jeune protégé aurait pu connaître le sort du sergent Eofend. Gallen se souvenait bien d’Eofend, du jeune Méared à l’esprit vif et du taciturne Halgor. Étaient-ils tous morts ? Combien d’hommes encore mourraient à son service ? Les mots vinrent à lui manquer. Un silence étrange régna entre eux un court moment.

— Merci pour votre rapport Théomer.

Gallen se reconstitua un masque de circonstances et rattrapa le fil de sa pensée pour réfléchir plus posément. La missive des Érudits parlait de l’attaque contre la collection d’armes rares du Bourgeois. Ignus semblait être l’instigateur du vol. Pouvait-il s’agir d’un membre de cette confrérie étrange dont parlait la lettre ? Polias et Fendor ne croyaient pas nécessaire de poursuivre la recherche d’artefacts. « Chimères » disaient-ils. Mais l’homme qui se tenait là n’avait rien d’un rêve. Comment réagirait Théomer si le jeune roi se tenait devant lui à cette heure ? Fendor penserait-il encore que ses blessures, ses brûlures et la mort de plusieurs cavaliers ne sont que pure invention, fariboles ? Malgré lui, Gallen serra les poings si forts qu’il finit par sentir ses ongles s’enfoncer dans la paume de ses mains. Les suites de la conversation dépassaient le simple sort de Théomer et de sa compagnie.

— Cet Ignus. Vous a-t-il parlé ? A-t-il dit quelque chose dont vous pourriez vous souvenir ? Quelque chose d’important ? Le moindre détail pourrait être crucial.

Ignus. Le nom lui martelait le crâne comme un tambour de guerre, rythmant la mélodie lancinante qui ne cessait de tourner en boucle dans son esprit : « des artefacts des temps anciens », « destruction et désolation », « la mort et le chaos ».

— A-t-il pu évoquer la Fraternité de Yavannamire ?

Gallen avait enchaîné ses questions sans guère reprendre son souffle, les sourcils froncés, le front soucieux. Il ne pouvait décemment pas évoquer la missive des Érudits devant Théomer. Et pourtant… il avait peut-être été une des premières victimes de la chasse aux artefacts. « Un bouclier comme je n’en ai jamais vu. » Se pouvait-il que la Fraternité ait envoyé un de ses hommes jusque sur leur territoire, dans leur royaume, pour poursuivre cette quête d’objets magiques ? Cette quête de pouvoir… Quel rôle jouait alors Ignus ? Était-il un dirigeant ? Un exécutant ? Combien de temps les hommes qu’il avait envoyés en Isengard prendraient-ils pour revenir jusqu’à Edoras ? Il y avait beaucoup trop de questions sans réponse. Beaucoup trop de « peut-être » et de « je ne sais pas ».

— La hache que vous portez au côté a été étudiée par l’armurier d’Edoras. Facture naine. Mais vous n’avez affronté que des hommes, n’est-ce pas ?

S’agissait-il d’une arme volée dans les Caves d’Or ? Ou les hommes de main d’Ignus avaient-ils été armés de la même façon ? Si autrefois Gallen partait rapidement aux trousses de ceux qui causaient du tord au Rohan et aux Rohirrims, les longs mois de gouvernance lui avaient enseigné à réfléchir davantage. À réfléchir en stratège royal, en diplomate, en roi. Et si des armes naines se retrouvaient aux mains de pillards sanguinaires, il fallait envisager la probabilité que des nains appartiennent à la Fraternité. Et le seul qui pourrait nous être utile est peut-être mort sous les montagnes. Orwen aurait pu mener la manœuvre, jouer son rôle d’ambassadeur, mener l’enquête et questionner les bonnes personnes en Moria ou ailleurs. Mais Fendor s’était assuré de l’éloigner du Rohan aussi décemment que possible. Le petit roi était comme une épine dans la botte de Gallen. Une épine qu’il ne pouvait pas même ôter. Je suis condamné à boiter.

— Et ce symbole…


Gallen montrait sur la table l’étrange signe taillé dans le bois.

— Vous ne l’aviez jamais vu auparavant ?

Il savait déjà quelle serait la réponse, mais il devait pourtant la poser. Il devait être sûr de chaque information qu’il possédait. Que Sauron emporte Polias et sa marionnette gondorienne. Il lui faudrait agir vite ensuite. Vite et discrètement. Les ombres prenaient forme autour d’eux et elles deviendraient bientôt plus nombreuses, Gallen en était persuadé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.souffleur-de-reves.com/
Théomer
Cavalier du Rohan
Cavalier du Rohan
avatar

Nombre de messages : 64
Localisation : Rohan
Rôle : Bâtard et Cavalier du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 23
- -:

Dim 6 Mai 2018 - 11:25
Post édité


Tu profites du délai de réflexion du Vice-Roi pour reprendre une certaine contenance.

Étrangement, Mortensen met un certain temps pour prendre la parole, semblant ressasser quelque chose. Peut-être prend-t-il en compte ce que tu viens de rapporter mais à voir les plis de son front se creuser, tu as l'impression que sa réflexion est plus profonde que cela.
Et malgré toi, une fois de plus, tu ne peux t'empêcher de te demander ce qui peut bien se cacher derrière les motivations initiales de votre expédition. Envoyer la Garde Royale à la poursuite de bandits t'avait d'emblée paru étrange. Et vu le déroulement, cela attise tes suspicions que décidément, quelque chose semble se tramer, quelque chose de plus vaste, quelque chose, sans doute, de plus grave.
Quelque chose qui n'a pas été dit à la troupe. Et même si cela t'obsède et t'est maintenant difficilement digérable au vu de la fin tragique de votre groupe, tu ne peux qu'admettre qu'il s'agirait d'une simple prudence élémentaire de la part de la hiérarchie.

Et puis Mortensen prend enfin la parole, et les questions fusent et s'enchaînent.

La confrérie de .. Yavannamire? La question te surprend, mais ne connaissant pas la-dite confrérie, tu ne peux pas vraiment établir de rapport avec le personnage. Tu graves néanmois le nom dans ta mémoire, voilà peut-être un premier indice sur les non-dits supposés de cette affaire.


'' Je ne crois pas Excellence.Il n'a pour ainsi dire pas dit un mot si ce n'est pour me dire adieu avant que je ne sois sauvé. Et ce symbole, il l'avait posé sur ma poitrine avant que de vouloir m'achever, on aurait dit... un rite funéraire. Mais sinon il est resté silencieux... Un bonhomme trapu, fine barbe, grande moustache. On avait l'impression qu'il contemplait l'embuscade avec une certaine délectation... et puis il y avait ses gants. Ses gants rouges carmins....''

Comme si ce détail pouvait avoir une réelle importance. Mais il faut bien avouer que tu penses te appeler de ses poings qui t'avaient pilonné, pendant un long moment,


'' Mais il n'a guère été loquace. Non j'ignore tout de ce symbole. Je pense bien que c'est la première fois que je l'aperçois, ou bien ma mémoire me fait défaut.''

Lorsque le Vice-Roi évoque ta hache, tu baisses le regard sur l'arme à ta ceinture. Il faut reconnaître que sa facture est inhabituelle et les runes qui l'ornent ainsi que sa nature semblent effectivement corréler cette information assez évidente à présent.

''Naine ? Non, j'en suis certain. Du moins de ceux que j'ai combattu ou aperçu, il n'y avait bien que des hommes.''

Et tu les avais vu d'assez près. Tu te revois abattant ton bouclier sur le crâne de ton adversaire, encore et encore. Quelles saloperies sommes-nous amenées à faire pour sauver nos vies...

Une hache naine. Une écaille de dragon.


'' Je présume que cela faisait partie de leur rapine dans les Caves d'Or.''

La chose est autant une question qu'un constat. A tes yeux, en tout cas, la vérité est aussi simple.

**Certains considérations diplomatiques ne semblent même pas effleurer l'esprit du Rohirrim**

''C'était un homme de main qui la portait avant que je ne m'en saisisse. Il avait sans doute déjà prélevé sa part. Un dixième du butin...''

Leur fameuse part promise par le contrat... Ce qui mis bout à bout devait représenter un butin... non négligeable.

''Sait-on ce qui a été dérobé dans les Caves d'Or? ''

Une bouffée de colère te saisit soudain.

''Les nôtres sont morts pour tenter d'arrêter ces voleurs. Le Bourgeois DOIT nous dire ce qu'il sait sur ce vol, et ce qu'il a perdu!''

Post édité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Le Rohan :: Edoras-
Sauter vers: